Partagez | .
 

 KEEGAN - The man who preferred the public transports

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 230
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur

Keegan Holmes
citation citation citation


Identité
Nom et Prénom : Keegan C. Holmes. Le C. correspondant à Charles, le prénom de son père Alias : Agent K pour ses collègues de l'équipe BRAVO en référence au personnage de Men in Black ; Sa famille le surnomme affectueusement Keeg Âge : 30 ans Lieu de naissance & nationalité : New York, américaine Métier : Agent opérateur de l'équipe BRAVO du SHIELD Statut civil : Célibataire Orientation sexuelle : Hétérosexuelle Particularités : Keegan a une parfaite connaissance et une parfaite maitrise des armes blanches quelles qu'elles soient et est un spécialiste du combat rapproché.Affiliation : S.H.I.E.L.D.

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ? Si vous êtes un Mutant, avez-vous décidé de vous recenser ?  Keegan est contre cette loi qu’il trouve complètement infondée. Sous prétexte que quelques rares individus, qui se trouvent posséder des pouvoirs commettent des crimes et tuent des personnes, on fait de ces cas isolés une généralité ? Il trouve ça absurde. Et c’est surtout le premier pas qui nous dirige sur une pente très glissante.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Oui, les superhéros sont une bonne chose. Ces personnes qui possèdent une capacité spéciale, des technologies, etc., doivent se servir de tous cela pour le bien de tous.
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime/faire le mal ? (si votre personnage a choisi un camp) Au début, il s’était engagé dans l’armée un peu par hasard. Et puis il y a appris le maniement des armes, notamment les armes blanches et il y a appris à se battre. Après ce qu’il a vécu dans l’armée il a décidé de la quitter et comme dit plus haut, quand on a des capacités, il faut les mettre au service d’autrui.
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? Très satisfait. Les clowneries de Sacha et Arthur le font bien rire intérieurement. L’ambiance dans l’équipe est très cool, mais en même temps très sérieuse quand la situation l’exige. Et puis le boss aussi est cool…



IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ; Lenawic / 26 ans / M Fréquence de connexion ; Quotidienne Que pensez-vous du forum? ; Très beau et original (cet avis n'a pas du tout été écrit sous la menace des admins, et en particulier El Diablo) Comment l'avez-vous découvert ? J'ai dû supporter les admins pendant une semaine dans mon paradis (aka "la tanière").   Célébrité choisie ; Arthur Darvill Credits (avatar, icon etc.) ; Avatar : Murdock / GIF : Tumblr

THE NEW AGE


Dernière édition par Keegan Holmes le Mer 13 Avr - 17:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 230
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
Biographie
citation citation citation
1995 Jamais, au cours de sa courte vie, Keegan n’avait vu son père pleurer. Il l’avait vu sourire et rire lorsqu’il passait du temps avec la famille, avec un air sérieux et concentré lorsqu’il se plongeait pendant des heures dans son travail, ou même encore en colère quand lui ou une de ses petites faisait une bêtise. Pourtant, au milieu de ce cimetière, assis sur sa chaise face au cercueil pas encore mis en terre, il pouvait voir son père pleurer en silence. Keegan savait qu’il essayait de faire bonne figure pour Margaret, Azalea et lui. Lui qui n’en menait pas large non plus et qui pleurait aussi. Mais il se devait d’être fort et de prendre exemple sur son père, il se devait d’être là pour ses petites sœurs. C’était son rôle de grand frère. De sa main droite il essuya les larmes qui coulaient sur son visage et renifla légèrement puis pris la main d’Azalea qui se trouvait à sa gauche, entre lui et leur père, lui offrant une tentative de sourire qui se perdit au milieu des larmes qui continuaient de couler malgré ses efforts. Il voyait aussi Margaret, de l’autre côté de leur père, s’accrocher au bras de celui-ci.

Cette journée-là avait pourtant commencé comme toutes les autres, une journée banale de plus dans la vie de la famille Holmes. Métro, boulot, dodo. Ou plutôt voiture, école, dodo pour Keegan et ses sœurs. Il s’était levé, lavé et habillé avant de rejoindre sa famille dans la cuisine. Son père était en bout de table, lisant le journal, prenant tout de même le temps de lever le nez de celui-ci et de répondre à Keegan lorsqu’il leur avait dit bonjour. Margaret lui avait marmonné un vague bonjour, pas encore très bien réveillée, et Azalea lui avait fait un petit sourire auquel il avait répondu. Il s’était installé à la table, sa mère lui servant son bol de céréales et lui embrassant le front en lui disant « Bonjour mon chéri ! ». Puis tout le monde s’était préparé à partir. Ses parents s’était embrassés pour se souhaiter une bonne journée, et Keegan avait lâché un « Beurk ! » dégoûté qui avait fait rire son père et sourire sa mère. Son père avait alors pris sa sacoche et était parti en ébouriffant les cheveux de Keegan au passage. Sa mère les avait installés dans la voiture et ils étaient partis. C’était un trajet très court, à peine quinze minutes. Pendant qu’Azalea et Margaret jouaient ensemble, lui regardait le paysage de la ville défiler quand un bruit attira son attention. Il porta son attention sur ce qu’il se passait devant et eut à peine le temps de voir une voiture qui arrivait d’en face perdre le contrôle avant que le choc ne se produise. Il entraperçut un flash rouge, pensant que c’était du sang et la peur s’empara de lui quand il pensa à sa mère qui se trouvait devant et à ses sœurs à côtés de lui. Mais avant qu’il ne puisse vérifier qu’elles allaient toutes bien, il sombra dans l’inconscience.

Il reprit conscience quelques minutes plus tard, ses oreilles sifflant affreusement. Malgré cela, il put entendre des sirènes au loin. « Ma… Maman…? » Il réussit à entendre sa voix au milieu des sifflements et passa une main tremblante sur son visage, essayant de reprendre un peu plus ses esprits. Il tourna lentement la tête vers ses sœurs. « Maggie ? Lea ? » Ses mains tremblant toujours il détacha sa ceinture se retourna et prit le visage d’Azalea entre ses mains. « Lea ! Lea ! S’teu plait ! Ré-réponds-moi ! » Il n’eut pas le temps d’ajouter quoi que se soit que du bruit se fit entendre derrière lui. Il jeta un regard dans cette direction et vit que les secours étaient enfin arrivés. Il cria par la fenêtre, appelant à l’aide. Un des secouristes s’approcha et tenta de le réconforter. « On va vous sortir de là, mon grand. Ne t’inquiète pas. » Un faible « Keeg’ » le fit se retourner à nouveau vers ses petites sœurs. Maggie était réveillée. Keegan lui répondit, la voix secouée par les sanglots. « T’inquiètes pas Maggie, ça va aller ! » À ce moment-là, les secouristes revinrent avec une pince pour ouvrir les portières. Dès qu’elles furent ouvertes, ils s’affairèrent à faire sortir Keegan, Margaret et Azalea, qui avait repris connaissance entretemps, de l’arrière de la voiture et les dirigèrent vers un banc à l’écart. « E-Et maman ? » La question de Keegan prit les deux médecins qui s’occupaient d’eux trois aux dépourvus et ils se jetèrent un regard discret. « Les pompiers s’occupent de la sortir de là. Pour l’instant on doit regarder si vous n’êtes pas trop blessés, d’accord ? ». Malgré leur tentative pour les rassurer, Keegan voit bien derrière eux, les pompiers qui ont sortis le corps de sa mère qu’ils recouvrent d’un drap blanc. Une fois leur check-up fini les médecins s’éloignent et Keegan passe son bras autour des épaules de Lea qui pleure, tout comme Maggie. Il relève la tête quand il entend des pas s’approcher et voit son père.  Arrivé devant eux, il s’accroupit et les prend tous les trois dans ses bras. Tous les trois se précipitent dans ses bras pour profiter de sa présence réconfortante, mais se remettent tout de même à pleurer leur mère qu’ils savent qu’ils ne reverront jamais.

------------------------------------------

2008 Keegan regarda la montre à son poignet. Cela faisait maintenant presque deux heures qu’ils roulaient. Ils étaient partis à l’aube de leur base de Ghazni pour une simple mission de reconnaissance dans la province voisine de d’Urozgan. À 22 ans, c’était son premier déploiement sur le terrain. À sa sortie du lycée, il n’avait pas du tout su quoi faire. Il avait changé de cursus à de nombreuses reprises et avait touché un peu à tout. Il avait commencé par faire des études scientifiques, pour suivre les pas de son père, mais il s’était vite rendu compte que cela ne lui convenait pas. Et il avait enchaîné par des études de mécanique, de psychologie, d’informatique, et dans bien d’autres domaines encore jusqu’à ses 21 ans. Il était passé par hasard devant un bureau de recrutement de l’armée et s’était arrêté. Il n’avait jamais envisagé une telle carrière mais il s’était tout de même lancé. Au cours de l’année après son enrôlement dans l’armée, il avait eu très peu de temps pour voir sa famille. Il enchaînait entraînement sur entrainement, mais il avait tout de même réussi à avoir une permission pour pouvoir aller soutenir Azalea lors de son concours de cuisine qui lui tenait tant à cœur. Et puis au printemps, il avait reçu le courrier. Il allait être déployé en Afghanistan. Et le voilà, trois mois après son arrivée sur le terrain, assis à la place du passager du deuxième véhicule d’un petit convoi de trois, attendant de rallier la zone qu’ils devaient examiner. Ils étaient partis à douze, quatre par voiture. Dans son véhicule, personne ne parlait, le seul bruit audible était la chanson diffusé à la radio. Le silence perdura pendant encore une quinzaine de minutes jusqu’à ce qu’ils entendent une espèce de sifflement, rapidement suivi d’une explosion derrière eux. Keegan et les soldats à l’arrière se retournèrent et virent une fumée noire s’élever du troisième véhicule en flamme et couché sur le côté. Leur capitaine, à l’arrière prit la parole. « Rodriguez, on accélère ! Holmes ! Passez-moi la radio ! » Ce que s’empressa de faire Keegan. « Alpha ? Ici Bravo ! On a perdu Charlie ! Je répète, on a perdu Charlie ! On accélère le mouvement. » Avec l’accélération du lieutenant, qui conduisait, ils venaient de rattraper le véhicule Alpha qui suivit le mouvement et accéléra également. Mais leur fuite fut vite stoppée lorsque le premier véhicule sauta sur une mine et fut renversé. Le chauffeur du leur appuya rapidement sur la pédale de frein, mais à la vitesse à laquelle ils allaient, et étant donné le peu de distance entre les deux véhicules, il ne put éviter la collision. Keegan se sentit projeté en avant, avant que sa ceinture n’arrête son mouvement brusquement lui coupant la respiration. La peur le prit. Cette situation lui rappelait douloureusement l’accident dans lequel il avait perdu sa mère. Il tenta en vain de reprendre son souffle, mais l’air ne semblait pas vouloir rentrer dans ses poumons La voiture se retourna sur le toit et ils se retrouvèrent la tête en bas. Il entendit au loin des sons qu’il ne pouvait pas déchiffrer. Un grand coup dans son siège le tira un peu de son état. « …mes ! Bordel, Holmes ! Bouge-toi ! » Il réussit à reconnaitre la voix de son capitaine. Un deuxième coup dans son siège le fit réagir et il prit une grande inspiration et réussit enfin à faire rentrer à nouveau de l’air dans ses poumons. Il détacha sa ceinture et tomba lamentablement sur le toit de la voiture. Il se releva aussi rapidement que possible, attrapant son arme au passage. « Désolé… » dit-il contrit. « C’est pas être désolé qui va nous sortir de cette merde ! Alors on se bouge ! ». Davis, le soldat qui se trouvait à l’arrière avec le capitaine, défonça sa porte et sortit. Une seconde plus tard, une balle siffla et son corps retomba au sol, mort. Keegan, sur le point de défoncer à son tour sa porte, se tourna vers le capitaine et se remit avec plus d’ardeur à tenter de l’ouvrir alors que le capitaine criait. « On se grouille ! Il faut qu’on essaye de rejoindre l’équipe Alpha ! » Il se tourna vers le chauffeur et lui crie avant de sortir. « Rodriguez, tu sors du même côté de nous ! » Celui-ci obéit sans broncher. Keegan réussit enfin à enfoncer sa porte et rejoint le capitaine hors de la voiture. Ce qui se déroulait à l’extérieur de la voiture était comme un cauchemar. Les balles sifflaient dans tous les sens et le son des coups de feu se répercutaient dans l’air. L’ennemi était caché dans les broussailles situées sur la colline à proximité, mais seul le son des coups de feu permettait de les repérer. Les trois hommes regardèrent vers l’autre voiture. Pour le moment, ils étaient en sécurité derrière la voiture, mais il leur faudrait traverser la douzaine de mètres qui séparaient les deux voitures à découvert. Alors qu’il tentait de tirer sur les ennemis cachés avec Rodriguez, il entendit son capitaine crier. « Putain de merde ! ». Il se baissa à couvert et se tourna vers lui.  « Impossible de les rejoindre avec cette rafale de balle et la radio est foutue... » dit-il en balançant ladite radio dans la voiture. Keegan vit alors rouler par terre, derrière le capitaine, ce qui lui semblait être une grenade. Il s’empara de ce dernier et cria « Grenade ! » avant qu’il ne puisse ajouter quoi que ce soit et se jeta à terre à l’opposé de la grenade entrainant son capitaine avec lui. Ses yeux s’écarquillèrent quand il tourna la tête et remarqua une autre grenade du côté où ils s’étaient jetés. Tout sembla ensuite se passer au ralenti. Le capitaine, Rodriguez et lui atterrirent à quelques centimètres de la grenade, mais ils n’eurent pas le temps de s’en saisir que celle-ci se déclencha. Keegan ressentit une vague de soulagement en constatant que seule une épaisse fumée blanche sortait de la grenade et qu’elle n’avait pas explosée. Une grenade fumigène ! Une putain de grenade fumigène ! La réalité reprit vite le dessus quand il constata que la première grenade qu’il avait remarqué et qui l’avait poussé à se jeter à terre était elle aussi une grenade fumigène. Un épais rideau de fumée se tenait désormais entre eux et l’équipe Alpha et la visibilité autour d’eux se faisait de plus en plus faible. « Bordel ! Restez sur vos gardes ! » murmura le capitaine. Keegan se saisit du couteau de chasse qu’il gardait sur lui – son M16 se trouvant là où il l’avait laissé tomber en agrippant le capitaine avant de se jeter à terre – et se mit en position défensive. Ne pouvant se fier à ses yeux, il le ferma et se concentra sur son ouïe. Il entendait de nombreux bruits de pas qui se rapprochaient. Dès qu’il sentit que l’on s’approchait de lui, il n’hésita pas, se retourna et trancha. Il entendit alors un horrible râle accompagné de gargouillis. Il avait dû trancher la gorge à son adversaire. Il ne prit pas le temps de s’appesantir là-dessus puisque de nouveaux ennemis arrivaient. Il réussit à en éliminer deux autres avant d’entendre Rodriguez pousser un cri. Il ne se déconcentra qu’une seconde pour se tourner vers l’endroit d’où provenait le cri, mais ce fut sa perte. Lorsqu’il se reconcentra sur son adversaire, celui-ci lui asséna un coup de crosse de fusil et Keegan sombra dans l’inconscience.

Lorsqu’il se réveilla, Keegan se trouvait dans une petite cellule. Il n’y voyait presque rien. Aucune ouverture sur l’extérieur. Seule la minuscule ouverture en haut de la porte laissait filtrer la faible lumière qui provenait de l’extérieur de la cellule. Il regarda autour de lui. La cellule était minuscule. À peine deux mètres sur deux. Il se passa la main dans les cheveux en soupirant, se demandant pourquoi il était toujours en vie. En règle générale on ne retrouvait que des cadavres dans les convois attaqués ainsi. Pas qu’il se plaigne d’être en vie, il n’avait pas envie de mourir. Non, mais il avait peur de ce que signifiait le fait de le garder en vie. Cela voulait dire à coup sûr que les mecs voulaient quelque chose de lui. Et bien sûr c’était quelque chose qu’il ne serait pas prêt à leur donner. Ce qui entrainerait forcément la torture. Des heures passèrent sans que rien ne se passe. Il tourna longtemps comme un lion en cage. Se rassit. Se releva et alla voir s’il pouvait voir quoi que ce soit par la petite ouverture dans la porte, sans succès. Il se demandait ce qu’étaient devenus les autres membres de l’expédition. Combien étaient encore en vie sur les huit membres des équipes Alpha et Bravo ? Davis était mort. Il en était sûr. Mais le capitaine et Rodriguez ? Et l’équipe Alpha ? Est-ce que le cri poussé par Rodriguez qu’il avait entendu avant de se faire assommer avait été son dernier ? Toutes ces questions lui traversaient l’esprit alors qu’il se rendormait. La seconde fois qu’il se réveilla dans sa cellule, c’est au bruit de la porte qu’on déverrouillait. Un homme entra, suivi de deux gardes armés. « Bonjour M. Holmes. » dit-il avec un accent arabe très prononcé. « J’espère que vous êtes en pleine forme. La journée risque d’être chargée pour vous. » Après un mouvement sec de la tête de sa part, les deux gardes s’emparèrent de Keegan. Cinq minutes plus tard, il était attaché à une chaise. On lui retira le sac qu’il avait sur la tête et il put apercevoir le Colonel Carter, qui faisait partie de l’équipe Alpha, dans la même position en face de lui. « Colonel ! L’équipe Alpha…? » Il hocha la tête. « Ils sont vivants, Holmes. » dit-il d’un ton morne. Keegan poussa un soupir de soulagement et observa le colonel. Il n’avait pas l’air en forme. Il était pâle, ce qui faisait ressortir les énormes cernes qu’il avait sous les yeux. L’homme qui l’avait sorti de sa cellule interrompit son inspection du colonel. « Vraiment navré d’interrompre ces retrouvailles si émouvantes… » Le colonel le regarda d’un œil torve et Keegan lui lança un regard blasé. « …Mais il va falloir passer aux choses sérieuses ! » Il se plaça devant Keegan et l’observa, tout en continuant de parler au colonel. [/b][/color]« J’espère que vous avez bien réfléchi à la réponse que vous allez me donner cette fois, Colonel… Il serait dommage que notre jeune ami ici présent ait à souffrir de votre entêtement. »[/b][/color] dit-il en souriant à Keegan qui avait levé les yeux vers lui. Il se tourna vers Carter et s’engagea alors un duel de regard qui dura quasiment une minute avant que l’homme ne continue. « Bien… Vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous…. » Il claqua des doigts et un des gardes s’approcha et détacha Keegan, le releva et lui rattacha les mains dans le dos. Il l’amena près d’une baignoire en fer remplie d’eau et le força à se mettre à genou. Keegan sentit la sueur lui couler le long du dos et un sentiment de peur l’envahir quand il comprit ce qui allait lui arriver. Il eut à peine le temps de lever la tête et croiser le regard du colonel, que déjà l’homme derrière lui lui empoignait la nuque et le forçait à plonger la tête dans l’eau. Il tenta de se débattre, mais les mains liées dans le dos il ne pouvait pas faire grand-chose. Et la prise de l’homme sur lui était trop forte pour qu’il puisse faire quoi que ce soit. Le temps qu’il passa la tête sous l’eau lui parut infini. Et puis, quand il pensait qu’il allait s’évanouir à cause du manque d’oxygène, l’homme attrapa ses cheveux et lui tira la tête hors de l’eau. Il prit la plus grande inspiration de sa vie, du moins il le croyait à ce moment-là, et toussa, crachant de l’eau qu’il avait aspirée. « Toujours pas convaincu, Colonel ? J’ai à disposition 6 de vos hommes, nous pouvons donc continuer à jouer ce petit jeu pendant encore longtemps. La question est de savoir si vos hommes le supporteront indéfiniment… Alors ? » Pour seule réponse, le colonel lui cracha au visage. L’homme s’essuya lentement le visage du revers de la main et se tourna vers Keegan, lui lançant un rictus qui disparut bien vite. Il fit un signe de tête à l’autre homme et celui-ci replongea brusquement la tête de Keegan dans l’eau. Le colonel continua à refuser de coopérer avec les terroristes, et Keegan continua d’être torturé. Au bout d’interminables heures, ils trainèrent Keegan jusqu’à sa cellule, où ils le jetèrent au sol avant de refermer la porte.

Cela fût quasiment le quotidien de Keegan pendant les mois qui suivirent. Quasiment, car comme l’avait dit le chef de leurs ennemis, ils avaient capturé toute l’équipe Alpha, le capitaine, Rodriguez, et lui. Il tentait de profiter de ces rares heures d’accalmie, mais savoir que pendant que lui avait la chance de récupérer, ses camarades prenaient sa place dans la salle de torture le hantait. Les soins que ses geôliers lui apportaient étaient minimes. Juste de quoi s’assurer qu’il ne succombe pas à la torture. Celle-ci avait continué. Et on ne pouvait pas dire que ses tortionnaires manquaient d’idées. En plus de la torture avec la baignoire, il avait eu droit à de nombreuses autres méthodes : battu à main nu et à l’aide de divers objets, brûlé, électrocuté. Ils les avaient aussi privés de sommeil. Il avait appris lors d’une de ces séances de torture que deux de ses camarades étaient morts. Le chef avait dit au colonel qu’il ne lui restait plus que quatre hommes à sauver. Ses moments de « repos » dans sa cellule s’étaient donc fait plus courts et plus rares, et donc les séances de torture plus longues et plus nombreuses. Ses seuls moment de réconfort venaient de quand il pensait à sa famille. Il se demandait s’il les reverrait un jour. Ses parents, d’abord. Son père, qui n’arrêtait pas de lui ébouriffer les cheveux, malgré le fait qu’il ait trente ans, en lui disant à chaque fois qu’il serait toujours son petit garçon, et Elizabeth, la nouvelle femme de son père, que celui-ci avait rencontré deux ans après l’accident qui avait entrainé la mort de leur mère, et qui était devenu, au fil du temps, une nouvelle maman. Nate, le tonton cool. Toujours là pour eux quand ils en avaient besoin.Lea, ses sourires et ses bons petits plats. Il se rappelait son bonheur après avoir gagné son concours. Il avait été très fier d’elle ce jour-là. Dire que cela datait d’il y a à peine quelques mois. Il lui semblait que cela faisait des années. Il y avait ensuite Maggie, la princesse, qui pouvait paraitre hautaine, mais les Holmes savaient que ce n’était que des airs qu’elle se donnait. Scar, la fille d’Elizabeth d’une première union, la rockeuse rebelle. Qu’est-ce qu’il ne donnerait pas pour l’entendre jouer de la basse. Et enfin, « last but not least » comme dirait l’autre, Eugene et Aedan, les jumeaux de Charles et Elizabeth. Les deux petites terreurs. Il sourit en pensant à toutes les bêtises que leurs jeunes petites têtes pouvaient bien inventer. Et puis il y avait Ethan, qui était comme l’ombre d’Eugene. Il trouvait cela mignon cette relation qu’entretenaient ces trois-là. Bien sûr, jamais il ne leur avouerait les trouver mignons tous les trois. Il tenait bien trop à la vie. Car les jumeaux avaient beau avoir huit ans, ils lui feraient la tête au carré s’il leur disait ça. À chaque fois qu’il s’endormait, c’était en pensant à eux. Cela l’aidait à dormir un peu mieux. C’était ça de pris dans sa situation.

Un jour, - il ne savait plus lequel, ayant perdu toute notion du temps, les gardes le trainèrent jusqu’à la salle de torture. Ils y étaient allés un peu trop fort la veille, dans leur passage à tabac et lui avaient cassé la jambe droite. La douleur l’avait gardé éveillé jusqu’à ce qu’ils viennent le chercher. Il fut installé sur la chaise en face du colonel qui avait l’air aussi mal en point que lui. Aujourd’hui, il avait choisi l’électricité. Un générateur auquel on rattache deux câbles, et ensuite on se sert des pinces pour électrocuter la victime. Cela dura il ne savait combien de temps. Il criait à plein poumon à chaque fois que les pinces entraient en contact avec sa peau. C’est pourquoi il n’entendit pas les coups de feu qui provenaient de l’extérieur, dont le son était atténué par la lourde porte en fer qui fermait la salle. Le chef des terroristes, lui, l’entendit. Il prit les câbles des mains du garde et ordonna à celui-ci d’aller voir ce qui se passait. Mais à peine eut-il ouvert la porte qu’il retombait en arrière, une balle lui ayant traversé la tête. Des soldats envahirent la pièce et criblèrent de balles le corps du chef. Un des soldats s’approcha de lui. « Comment tu t’appelles, gamin ? » « K… Kee… gan… Ho…lmes… » dit-il d’une voix fatiguée et cassée pour avoir trop crié. Le soldat posa une main sur son épaule. « T’inquiète pas, p’tit. On est là, maintenant. Tu seras rentré à temps pour fêter Noël en famille. » « N… Noël ? » Mais le soldat ne l’entendit pas, tant sa voix était faible maintenant. Noël… Il avait passé six mois dans ce trou… Mais il était sauvé maintenant. Il allait rentrer chez lui. Revoir sa famille ne serait plus un rêve mais une réalité. Les larmes commencèrent à couler en silence alors que les soldats s’affairaient autour de lui et du colonel pour les préparer à les transporter, loin d’ici.

------------------------------------------

2014 Aujourd’hui aurait dû être une journée de réjouissance pour Keegan. Cela faisait maintenant cinq ans qu’il avait été sorti de l’enfer afghan dans lequel il avait été plongé pendant six mois. Les retrouvailles avec sa famille à l’hôpital avaient été larmoyantes à souhait et pleines de calins. Il s’était enfin senti à la maison. Il avait dû suivre une rééducation, notamment pour sa jambe, et avait dû suivre une thérapie. Il ne s’en plaignait pas, il avait besoin de se confier à quelqu’un d’extérieur à la famille, pour éviter d’avoir à lui faire supporter ce poids et pour le soulager. Le Dr Griffin était une personne très agréable et à l’écoute. Elle savait aussi vous guider quand vous ne saviez plus comment continuer.

Ainsi aujourd’hui prenaient fin ses quatre ans à l’académie du SHIELD. Il allait pouvoir intégrer une équipe en tant qu’agent opérateur. Il sortait du bâtiment de l’académie avec des camarades de sa promotion quand son portable sonna. Il fouilla ses poches en faisant signes à ses camarades d’attendre une seconde. En décrochant il tomba sur la voix de son père. « Keegan, c’est papa. » Le ton de sa voix l’inquiétait. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Un court silence passa avant qu’il n’entende son père pousser un mélange de soupir et de sanglot. « C’est les jumeaux, Keeg… » Un nœud se forma dans la gorge de Keegan. Il le sentait. Son père se retenait de pleurer. Il prit d’ailleurs une profonde respiration avant de continuer. « Ils ont eu un accident de voiture… » Sa respiration se fit lourde et sa main qui tenait son portable se mit à trembler. Il était sûr que son visage devait être blanc comme un linge. Et ses camarades semblaient avoir remarqué que quelque chose n’allait pas, car ils se rapprochèrent de lui. « Q… Q… Qu… Quand…? » Chaque tentative pour parler était ponctué d’une grande inspiration mais l’air ne semblait pas vouloir rentrer dans ses poumons. Il n’entendit pas la réponse de son père, et sa main lâcha son portable, qu’un de ses camarades rattrapa. Son père lui racontera plus tard que ce dernier avait pris en main la situation. Il avait demandé à quel hôpital étaient emmenés les jumeaux, pendant que les autres tentaient tant bien que mal de l’aider à respirer. Il l’avait ensuite accompagné en taxi jusqu’à l’hôpital où son père avait pris le relais et l’avait pris dans ses bras et conduit là où attendait déjà Elizabeth, Scarlett et Maggie. Il le fit asseoir sur un des fauteuils à disposition l’aida à retrouver une respiration à peu près normale. Au même moment, Azalea arriva en trombe et prit Scarlett et Maggie dans ses bras. Maggie commença à lui expliquer. « Personne ne sait ce qui s'est vraiment passé. Il paraît qu'un camion leur est rentré dedans, mais je n'ai pas d'autres informations pour l'instant ». Oh bon sang ! Un camion ! Il sentait une nouvelle crise qui arrivait mais réussit à la repousser en entendant la voix de leur père qui continuait. « Aedan et Eugene sont sortis du bloc il y a quelques minutes. Mais ils sont toujours inconscients. Les médecins nous ont dit qu'ils survivraient, mais qu'ils garderaient des séquelles à vie. » Il resta le buste penché, a tête posée sur ses mains, pour tenter d’éviter une nouvelle crise. Il sentit Lea s’asseoir à côté de lui et reprendre. « Ils sont réveillés ? » « Non, ils sont encore plongés dans un coma artificiel, ils disent que ça vaut mieux. Mais ils ont été obligés de les laisser dans la même chambre. Je n'ai pas encore tous les détails. » « Et Ethan ? » Oh mon dieu… Ethan aussi ? Mais en même temps, là où on trouvait Eugene, on trouvait forcément Ethan aussi, tant ils étaient inséparables. Keegan relève la tête et croise le regard plein de larme de Scarlett qui se mord aussi la lèvre avant de répondre. « Il est dans le coma. »

------------------------------------------

2016 Keegan se trouvait assis là, dans cette petite salle complètement aseptisée. Ne s’y trouvait qu’une table et deux chaises en métal. S’il ne savait pas qu’il venait pour un entretien d’embauche, il se serait presque cru en salle d’interrogatoire. Mais qui sait, peut-être qu’ils étaient pragmatiques et se servait de ce genre de salle à la fois de salle d’interrogatoire et de salle pour les entretiens d’embauche. Après tout, un entretien d’embauche, c’était à peu de chose près un interrogatoire. Il espérait que ses séances avec le Dr Griffin ne lui seraient pas préjudiciables. Il se tourne vers la porte lorsqu’il l’entend s’ouvrir. L’homme qui entre a la tête plongée dans le dossier qu’il est en train de lire. « Bien alors… » Cette voix… Keegan la reconnait. Il regarde plus attentivement l’homme et le déclic se fait. Il se détend sur sa chaise, passe le bras derrière le dossier et sors un « Salut oncle Nate » totalement détaché en faisant un signe de la main à l’autre homme. Celui-ci relève la tête immédiatement de ses dossiers. « Keeg ?! » demanda-t-il incrédule. « Surprise surprise ! » lui sourit Keegan. « Je comprends mieux tes réponses flippantes quand on voulait savoir ce que tu faisais comme boulot. » Et il explosa de rire. « Mes réponses flippantes ? » « Sérieux ? Tu ne t’en rappelles pas ? Je me rappelle d’une fois lors d’un barbecue à la maison. C’était avant que je m’engage. Les jumeaux devaient avoir quoi, sept huit ans. Eugene t’avait demandé ce que tu faisais comme boulot. Et toi tu lui as foutu la trouille de sa vie en lui disant que si tu lui disait, tu serais ensuite obligé de le tuer ». Nathan explosa de rire et entraina Keegan avec lui. Celui-ci continue après s’être calmé. « Et le plus drôle c’est la suite. Il était tellement effrayé qu’il est parti se cacher derrière papa en pleurant. Et papa t’avais passé un savon pour lui avoir fait peur. » Ce petit moment nostalgie avait détendu l’atmosphère et la suite de l’entretien se passa parfaitement bien pour Keegan qui était beaucoup plus détendu qu’à son arrivée. Au bout d’environ une heure d’entretien, Nate y mit fin. « Bon et bien au vu de cet entretien et de tes résultats que tu as passé au préalable, je ne peux que te souhaiter la bienvenue dans l’équipe Bravo » Il lui tendit la main avec un sourire qui ne lui disait rien qui vaille. Keegan lui serra la main en le regardant avec méfiance. « Je suis sûr qu’on va bien s’éclater, tu verras ! » s’exclama-t-il en lui tapant dans le dos. Si seulement Keegan savait à quel point Nate avait raison.
 


Dernière édition par Keegan Holmes le Mer 13 Avr - 20:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 219
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2472-nathan-here-i-am-stuck
MON NEVEU PREFEREEEEEEEEEEEE :hysteric: :hysteric: :hysteric:
REREBIENVENUUUUUUUE  :whaaat:  :whaaat:

L'équipe des bras cassés est presque au complet donc magne toi de nous finir cette fiche qu'on puisse se faire des rp de foulie !

_________________

  After All These Years


Dernière édition par Nathan Elric le Lun 11 Avr - 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Re-bienvenuuuue :leche:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MON GRAND FREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERE :hysteric:
JE SUIS TROP CONTEEEEEEEEEEEEEENTE :excited:
la famille Holmes va conquérir le monde :whaaat: :whaaat:
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts • fry those bitches
avatar
MESSAGES : 1623
it's a revolution, i suppose
thunderbolts • fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
La famille s'agrandit...
Re-bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 475
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t960-even-olds-books-have-ne
Rebienvenue :hug:
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 281
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2857-theodor-herrleonhard
BIG BRO D'UNE PROCHAINE VIE inutile de te faire le blabla habituel, hâte de le voir en rp (et eionzioeangon Arthur I love you)

_________________


life in technicolor
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Bienvenue sur le forum, bon courage pour la rédaction de ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 733
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Rebienvenue ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Et de un :hé: Rebienvenuuuue!
Plein de plaisir avec ce perso!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
:pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Re-bienvenue et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Arthur Darvill > Direct je me suis dit que le persos allait être lourd :cute: !!! Bienvenue et bon courage pour ta fiche :cute:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Bienvenue bis chez toi :perv:

Ce choix d'avatar est comment dire ?... PARFAIT :onfire:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

KEEGAN - The man who preferred the public transports

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Que sont devenues les Mercédès payées par le trésor public?
» Haïti : Le trésor public est en bonne santé
» Un marche public inacheve a Petion-Ville...
» La notion d'espace public dans le mental haïtien
» RSA : la gratuité des transports remise en cause

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-