Partagez | .
 

 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Jeremiah Reagan
Anarachy – Jusqu'au dernier


Identité
Nom et Prénom : Jeremiah Reagan. Alias : Anarchy. Âge : 35 ans. Lieu de naissance & nationalité :  Emmett, dans l'Idaho. Tu veux une carte peut-être ? Américain.. Métier : Pasteur... Ah oui, et aussi leader des Watchers, il fallait vous le préciser ? Statut civil : Célibataire. Orientation sexuelle : Hétérosexuel, qu'est-ce que vous avez bien pu penser ? Particularités : Jeremiah est un homme de foi, il a été élevé ainsi et il a de véritables convictions pour lesquelles il se sent prêt à se battre. D'abord plus fragile, il a élevé sous l'ombre « bienveillante » de Stryker et il est désormais prêt à exterminer la menace mutante.. Affiliation : Watchers !

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ? Merci de poser cette question, parce que nous sommes très fiers d'avoir été acteurs dans la mise en place de cette loi. Au départ, j'ai eu d'énormes doutes sur notre plan de février, mais cette loi m'a rassuré et conforté dans nos choix et nos stratégies. Si je suis pour cette loi ? Bien entendu ! Maintenant, nous avons l'opinion publique de notre côté et une première liste de coupables qui nous demandent presque d'abréger leurs souffrances. Ces malheureux ne sont pas tous des criminels, pour l'instant. Mais nous savons qu'ils le deviendront. Ils sont une bombe à retardement et je ne les laisserai pas tuer les humains qui ne sont pas infectés par une « mutation ». Si je suis pour cette loi ? Laissez-moi rire, je la bénis cette loi et elle n'est que le premier pas. Bientôt, ils seront marqués et nous n'aurons qu'à choisir celui qui devra mourir, comme choisir avec quelle souris on pourrait nourrir le serpent...
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Non, d'abord parce que la plupart n'a rien à foutre... n'a rien à faire sur notre planète. Ce sont des envahisseurs. Pour les autres, ce ne sont que des monstres, des abominations dont Dieu n'aurait pas permis la présence mais les humains aiment essayer de se prendre pour Dieu. Captain America, Hulk et ces créatures, des erreurs de la science, ces antithèses de la nature. Je ne m'en occupe pas totalement pour l'instant, ils sont secondaires. Après si on confond l'un d'entre eux avec un mutant et qu'on le tue... j'ai envie de dire tant pis pour lui ou elle, tant mieux pour nous. Ça fera moins de travail plus tard. Quant aux derniers, comme Stark... Pourquoi pas si ça l'amuse et tant qu'il ne vient pas nous déranger. Les grandes personnes ont du travail alors qu'il joue avec ses machines avec les voleurs de banque et les autres aliens. Ça nous laissera le champ libre.
Qu'est-ce qui vous a poussé à faire le mal ? Nous ne faisons pas le mal, nous sommes la main de Dieu. Depuis tout jeune, je voulais devenir un chasseur de mutants, telle que l'exigeait la tradition familiale. J'ai commencé mon apprentissage après mon frère mais William a su me montrer des ficelles dont notre père n'avait pas conscience. Ce qui me rend fort dans mes décisions et mes actions c'est que je crois... non, c'est que je SAIS que je fais ce qui est juste. Je n'ai pas peur de mourir parce que si je meurs, je serai un martyr pour notre cause et la volonté des Watchers n'en sera que plus forte. Et tant que battra mon cœur, j'aurai toute la foi et la détermination nécessaires pour massacrer ces monstres.
Quand vous avez découvert que vous étiez un mutant, comment avez-vous réagi ? Et vos proches, sont-ils au courant ? Si j'avais découvert que j'étais un mutant, j'aurais fait la seule chose digne qu'un mutant peut faire, je me serais donné la mort. Pour éviter aux Watchers de se salir les mains. Mais Dieu merci, je ne suis pas pourvu de monstrueuses infirmités physiques ou psychiques !
Dans quelles circonstances avez-vous obtenu vos pouvoirs ? Je n'ai aucun pouvoir. J'ai simplement appris à me battre et utiliser plusieurs armes à feu avec ma famille et surtout avec William, celui qui a vraiment été un père pour moi. J'ai aussi certaines facilités à mentir, à manipuler. J'aime aussi quand je sens la peur ou le doute chez mes interlocuteurs. Il paraît qu'un chien sent quand quelqu'un a peur, je dois être ce genre d'animal, sans doute. C'est une odeur assez plaisante qui donne beaucoup d'assurance, peut-être trop. Je ne pense pas être arrogant, trop sûr de moi... J'essaie de ne pas céder à ces travers.
Qui connait votre véritable identité ? Comment faites-vous pour la cacher ? Je connais l'identité de tous les actionnaires des Watchers, il me semble normal qu'ils connaissent la mienne. Les Watchers savent qui je suis mais notre petit groupe n'est malheureusement pas encore sorti de la clandestinité alors personne d'autre n'est censé m'associer avec des morts de mutants. Ils peuvent bien essayer, il n'y a aucune preuve, il n'y en aura jamais... Je ne laisse pas de témoins derrière moi. Je ne laisse rien.
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? La journée je suis Pasteur, c'est le métier qui m'était destiné. J'ai toujours été proche de Dieu, surtout parce qu'au début, à part prier, je n'avais rien d'autre à faire. Petit à petit, l'énergie que dépensait Lewis pour prendre ma défense diminuait. Je me suis plongé en premier lieu dans la bible puis dans d'autres lectures qui m'ont beaucoup apporté. Mon chemin était tout tracé, je suis rentré dans les Ordres dès ma majorité et je n'ai jamais envisagé de changer de métier. Je dois avouer que c'est grisant de s'adresser à une communauté qui écoute attentivement les prédications, qui attendent de savoir comment mener leur vie pour atteindre le paradis. Je ne manipule pas ces gens, j'aspire vraiment à leur ouvrir ces portes mais ils devront suivre des règles. Mon propre code. Et le reste du temps, mon poste aux Watchers me comble de fierté. Je n'imagine pas ma vie sans ces deux rôles ! Bien entendu, il m'arrive d'imaginer qu'une femme – humaine cela va de soi – qui partage mes conviction serait peut-être un ravissement supplémentaire dans mon existence...


Biographie
Seigneur, aie pitié de moi.




Job prit la parole et dit :
« Je voudrais qu'on écrive ce que je vais dire, que mes paroles soient gravées sur le bronze
avec le ciseau de fer et le poinçon, qu'elles soient sculptées dans le roc pour toujours :
Je sais, moi, que mon libérateur est vivant, et qu'à la fin il se dressera sur la poussière des morts ;
avec mon corps, je me tiendrai debout, et de mes yeux de chair, je verrai Dieu.
Moi-même, je le verrai, et quand mes yeux le regarderont, il ne se détournera pas.


Lundi. Un pour tous, tous pour un. J'avais des fréquentations qui n'aimaient pas jouer les mousquetaires, et moi je ne savais pas jouer des poings. Souvent, papa me disait que je devais pouvoir me débrouiller seul mais j'étais forcé de constater que j'en étais incapable. J'avais de la répartie, mais cela ne suffisait malheureusement pas. Souvent, les larmes me montaient au troisième coup, j'avais remarqué ça. Quand me défendre ne faisait rien de plus qu'un jet d'alcool sur un braiser naissant. Ce jour-là, je me protégeai le visage de mes avant-bras, jurant intérieurement qu'ils me le paieraient. Mais j'avais mal. Je serrais les lèvres, j'essayais de ne pas pleurer mais je n'y pouvais rien. Quand les coups diminuèrent, j'aperçus Lewis qui en dégageait un de plus. Ils ne faisaient pas le poids, quand bien même auraient-ils essayé de se mettre à plusieurs sur leur dos. Je pris la main qu'il me tendant et me redressai. Je frottai mon visage même si je savais que Lewis ne répèterait rien à notre père. Je l'entendais déjà d'ici, j'avais sa voix réprobatrice en tête et je ne pouvais pas la supporter. Mais Lewis était heureusement un oasis dans cet océan tourmenté. Je me sentais bien avec lui parce qu'il était là quand j'avais besoin de lui. Il aurait pu se mettre en danger pour moi et j'admirais ça, autant que j'admirais sa force et son sang-froid, déjà.

Jaloux ? Je n'étais pas jaloux parce que je sentais que Lewis et moi étions comme les deux faces d'une même pièce. On nous voyait souvent ensemble, bien que nous n'ayions pas les mêmes centres d'intérêt. Souvent notre ennemi commun était à la maison et quand nous rentrions, la pression paternelle nous écrasait, mais nous écrasait ensemble.

Le jour viendra où le Seigneur, Dieu de l'univers préparera pour tous les peuples un festin sur sa montagne.
Il enlèvera le voile de deuil qui enveloppait tous les peuples et le linceul qui couvrait toutes les nations.
Il détruira la mort pour toujours. Le Seigneur essuiera les larmes de tous les visages, et par toute la terre il effacera l'humiliation de son peuple ;
c'est lui qui l'a promis.

Et ce jour-là on dira : « Voici notre Dieu,
en lui nous espérions, et il nous a sauvés; c'est lui le Seigneur,
en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! » 


Mardi. Et petit à petit ça a changé... J'étais assis à mon bureau, je montais les pièces d'une arme à feu, mécaniquement, et je la démontais. Je pourrais fermer les yeux et la monter tout aussi rapidement. Parfois, à force de continuer, j'en attrapais des ampoules sur les doigts. La veille au soir, je l'avais montée devant nos parents. Maman terminait de se préparer pour l'une de ses soirées dont elle a le secret, l'indifférence de papa m'a crevé le cœur... m'a troué le cul ! Je lui ai demandé pourquoi je ne pouvais pas venir et quand j'ai vu Lewis qui passait son manteau, j'ai compris. Une fois encore. Si j'avais demandé pourquoi, je sais qu'il n'aurait pas eu assez de temps pour me conter les mille qualités de mon frère jumeau. J'ai démonté l'arme, l'ai laissée sur la table le temps qu'ils parents. Pendant que maman terminait de se préparer, elle m'acheva d'une simple phrase : « Et tu t'occuperas de Sarah en mon absence. »

Pas une question, à quoi bon poser une question ? Je n'ai pas répondu et une fois que j'étais seul avec le moustique, je me suis demandé quel serait son rôle, à elle. Je l'ai prise sur mon lit et me suis mis derrière elle. Heureusement, elle n'avait pas de jouet type poney, j'ai toujours trouvé ça moches. J'ai simplement mis mes mains devant les siennes et je lui ai chanté une chanson. Elle bougeait les mains en rythme avec les miennes. J'appréciais ces moments avec elle mais je savais que je valais bien mieux que ça ! Si papa partait chasser avec Lewis, que Sarah irait présenter notre combat sous son meilleur jour, qu'est-ce que j'allais devenir ? La petite n'y était pour rien, j'étais partagé entre résignation et un désir de voir tout cela changer mais je n'avais pas encore eu ce déclic, celui qui allait tout faire changer...

Nous le savons bien, la création tout entière crie sa souffrance, elle passe par les douleurs d'un enfantement qui dure encore. Et elle n'est pas seule. Nous aussi, nous crions en nous-mêmes notre souffrance ; nous avons commencé par recevoir le Saint-Esprit, mais nous attendons notre adoption et la délivrance de notre corps.

Mercredi. À un moment donné, j'eus l'impression que papa n'avait plus le feu sacré. Il me laissait venir avec eux mais j'étais juste bon à ramasser les douilles. Même mes tirs n'étaient jamais assez parfaits. Je n'avais pas bénéficier de ses cours de tirs mais heureusement, M. Stryker était là pour m'apprendre. Le plus important restait de tirer pour tuer. Blesser ne servait à rien et souvent, il me répétait que la moindre erreur pouvait nous tuer. Nous ce n'était pas moi, c'était Lewis – qui était pleine agonie dans mon estime mais que je ne voulais pas voir mort – c'était Sarah, c'était Aaron, c'était nos voisins, c'était les innocents. Nous n'avions pas les mêmes armes en main alors il fallait pouvoir cerner la faiblesse de la bête, en tirer partie et frapper vite. En général je visais le cœur, c'était plutôt rapide.

Ma première fois eut lieu avec William d'ailleurs. Mais dans la voiture, alors que nous avions la cible en vue, il m'avait posé cette terrible question « Et si je te disais maintenant que la cible n'a tué personne, pour l'instant ? » Papa avait beau me foutre des tartes dans la gueule en me traitant de faible, il y avait un code qui régissait nos activités et ce, depuis des décennies. Les mots me manquèrent, je comprenais bien qu'il s'agissait d'un test mais si je disais que je voulais sa mort, William me dirait-il que je ne respectais pas le code ? N'était-ce pas mon père qui voulait me tester, prouver que je ne savais rien retenir ? Et puis, je ne pouvais pas tuer un innocent, c'était contraire au code et à toute loi morale. Je secouai la tête. William me félicita pour ma réponse et me désignant la femme d'un mouvement vague du menton, il reprit : « Et si je te disais maintenant que dans deux mois, avec son don de contrôler le bois, elle va faire s'écrouler une grange et tuer cinq personnes ? » Ma réponse fut immédiate : « Il faudra la punir ! » Il acquiesça et me demanda si on pouvait éviter ces morts inutiles. Je regardai la femme qui rangeait ses courses dans sa voiture, je comprenais bien où il voulait en venir. William me disait toujours que leur mutation n'était pas une arme qu'il pouvait utiliser à bon ou mauvais escient. C'était une bombe à retardement, notre mission était de la neutraliser avant qu'elle n'explose. J'ai sorti mon arme. Bien sur qu'on pouvait éviter ces morts. Mon mentor posa la main sur le canon, je devais vivre cette première fois. La vivre de près. Je serrai les dents puis enfilai un poing Américain. Nous la suivîmes pour éviter les caméras du parking et arrivâmes chez elle juste après elle. Son mari était en déplacement et elle habitait à l'écart. Dans le coin, les maisons étaient souvent éloignées les unes des autres. Je pris une énorme bouffée d'air pur et m'en allai à sa rencontre. Il ne m'avait pas communiqué les informations à son sujet, me disant que je devais me concentrer sur l'exécution. Quelle ne fut pas ma surprise quand je réalisai que je la connaissais. Elle était la mère de l'un de mes amis. Elle avait divorcé trois ans auparavant et mon ami vivait avec son père en Australie. Je me sentis bête, tellement que je lui proposai un coup de main pour ranger ses courses. Elle accepta, disparut avec un sac. Un coup d’œil vers la voiture où attendait William. Dans deux mois. Cinq personnes. Pouvais-je prendre le risque ? Est-ce que Dieu me pardonnerait d'avoir laissé mourir des innocents, de vrais innocents ? Alors qu'elle me demandait ce que je devenais, mon bras partit tout seul. Je frappai la tempe brutalement, ce qui la fit chuter. Je me mis alors à la battre sans relâche. Vite, le sang vint m'aveugler, son odeur et sa chaleur me donnèrent envie de vomir mais j'étais parti trop loin pour reculer. « Bien joué, fiston » me dit-il nous ayant rejoint. Il dût attraper mes bras pour arrêter mes coups. « Elle... elle est morte ? » demandai-je. Est-ce que je craignais qu'elle aille tout raconter ou voulais-je me persuader que je n'avais pas fait ça ? Je n'en sais rien rien. Mais je ressentis une énorme fierté quand Stryker m'appela fiston.

Frères, nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c'est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts.

Jeudi. Je préparais mon sac quand le dernier se mit à pleurer. Sarah était en train de coller les basques de Lewis qui avait annoncé qu'il partirait aussi. Je m'étais imaginé lui dire des centaines de fois de ne pas partir. Pourquoi tu pars alors que tu as tout ce que j'ai toujours voulu ? William m'avait prévenu, qu'il ne serait pas à la hauteur pour notre grand projet. Petit à petit, il se mit à parler de « mon » projet. Je parvins à me convaincre que cette idée avait toujours été la mienne. Souvent, je me recueillais seul dans la prière, attendant un signe qui me dirait de ne pas continuer mais Dieu était de mon côté. Je montai mon arme et la mis à ma ceinture. Mais je savais bien que je reviendrais, il y avait le dernier à éduquer. Je prendrais soin de tout lui montrer, sans jamais l'écarter. Il aurait les mains rouges du sang de nos ennemis et les portes du Paradis lui seraient ouvertes en grand. Mon regard changea vis-à-vis de nos parents, ils étaient faibles. Pas le courage d'aller jusqu'au bout de leurs convictions. William nuançait ça, il leur donnait des excuses et ça me faisait enrager, ça me faisait les détester encore plus. Il me disait qu'ils m'avaient tenu à l'écart car ils me pensaient plus faible. Mais ils avaient tort, je ne voulais plus rien à faire avec eux. Eux, de leur côté, n'émettaient pas d'avis sur mes choix de vie. Quand je partis pour m'engager, mon père sembla même satisfait. J'embrassai ma mère sur le front, parce que je leur portais une certaine affectation en dépit de ma rage... comme un vieux chien qu'on ne veut pas piquer mais dont on sent qu'il va bientôt partir. Je n'aime pas les chiens.

Alors Jésus laissa la foule et il rentra dans la maison. Ses disciples vinrent auprès de lui et lui demandèrent :
- Explique-nous la parabole de la mauvaise herbe dans le champ.
Il leur répondit :
- Celui qui sème la bonne semence, c'est le Fils de l'homme ;  le champ, c'est le monde ; la bonne semence, ce sont ceux qui font partie du royaume. La mauvaise herbe, ce sont ceux qui suivent le diablet.  L'ennemi qui a semé les mauvaises graines, c'est le diable ; la moisson, c'est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges.
Comme on arrache la mauvaise herbe et qu'on la ramasse pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde :  le Fils de l'homme enverra ses anges et ils élimineront de son royaume tous ceux qui incitent les autres à pécher et ceux qui font le mal.  Ils les précipiteront dans la fournaise ardente où il y aura des pleurs et d'amers regrets.  Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu'il entende.


Vendredi

Quand je regardais Aaron, j'y voyais mon propre reflet. J'ai posé la main sur son épaule et je lui ai toujours parlé comme à un frère, comme un fils, comme s'il était l'arme dans le prolongement de ma main. Souvent, quand je parlais aux hommes, mon regard allait chercher le sien. Tu vois Aaron, c'est pour toi tout ça, pour le monde de demain. Quand Lewis revint, je ne compris pas bien pourquoi mais il avait embrassé notre cause, comme il l'avait toujours fait et c'est la seule chose qui comptait. Toutefois, je ne vis pas vraiment d'un bon œil que le reste de ma fraterie déménageât ensemble. Même si notre père n'était pas la meilleure éducation que je recommandais pour Aaron, il était moralement en sécurité près de sa famille. Je priais de longues heures pour qu'il revienne mais l'absence de réponse me fit comprendre que c'était à moi d'agir. Mais pas ce soir-là, je devais sortir. Je passais de longues soirées à l'extérieur avant de finalement les rejoindre à New York. Mais loin de m'installer avec eux, je préférai me retrouver avec moi-même. À part quelques intrusions – Aloysius aurait pu laisser de la matière grise sur mon mur avec ses conneries – ce fut un endroit que je trouvais et que je trouve toujours tranquille.

À mon arrivée ici, je calculai quelques distances simples comme jusqu'à l'église où j'allais officier et l'armurerie la plus proche. Petit à petit, j'ai rempli la petite église de mes fidèles. Les Watchers étaient, j'entendais bien en faire le groupe le plus puissant qui soit. Avec l'aide de Dieu et celle des armes, rien ne pourrait plus nous arrêter. J'ouvris la porte de chez moi, trois hommes attendaient silencieusement. L'un d'entre eux me demanda si on attendait Lewis. Pourquoi l'attendrait-on ? Je tournai un regard froid dans sa direction, tinté de cette petite note d'incompréhension. Pourquoi j'entendais encore parler de Lewis ? Même s'il était meilleur chasseur que moi, il n'était qu'un abruti qui ne m'arrivait pas à la cheville. Je me répétais que j'étais meilleur que lui et que nos parents le verraient. Ça leur sauterait aux yeux, évidemment. Qu'est-ce qu'il lui fallait à Lewis, encore ? Je soupirai, j'aurais pi lui coller une balle dans la tête pour avoir parlé de Lewis mais ce n'était pas par la peur qu'on contrôlait les hommes.... (Et puis je le ferais quand il n'y aurait personne). Je pris une inspiration et demandai : « Ah bon ? Et pourquoi attendrait-on Lewis ? Ce lâche caché, à se battre contre nos frères humains pendant que nous nous occupions de la peste mutante ? Où était Lewis quand certains d'entre nous sont morts ? Où était Lewis quand nous rendions notre monde plus sûr ? Où était Lewis pendant vous risquiez votre vie pour celles d'inconnus innocents ? Où était Lewis ? Il n'était pas là, mais ce qui compte, c'est que vous, vous soyez là. J'ai confiance en vous, et Dieu vous accompagne. Lewis ne vous sauvra pas mes amis, mais moi je peux vous sauver. Croyez en moi, comme je crois en vous. » Je portai la main à mon cœur et les embrassai du regard.

L'Eternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Eternel Jusqu'à la fin de mes jours.

Samedi

J'entre dans la pièce, Aaron fait un bond et se retourne dans ma direction avec une sorte d'inquiétude dans le regard. J'ignore ce que Lewis peut bien raconter à Sarah ou Aaron mais je sens qu'ils s'éloignent. Je m'assieds et me mets à monter, démonter mon arme machinalement. Une fois. Deux fois. Trois fois, je la prends en main quand mon petit frère semble vouloir sortir. Je secoue la tête et lui dis d'attendre. Je mets l'arme à ma ceinture puis me lève pour me mettre en face de lui. Sarah est plus douce, plus mesurée vis-à-vis de chacun de nous trois, je sens bien qu'elle est différente de nous et j'ai envie de la protéger. Peut-être que je devrais protéger Aaron plutôt que de vouloir éviter qu'il suive ma voie. Je ne peux pas imaginer qu'il nous déçoive comme j'ai déçu mes parents mais maintenant, il voit de quoi nous sommes capables. Je passe la main dans sa nuque et lui offre un sourire en coin : « Ça fait un petit moment qu'on n'a pu se retrouver seuls toi et moi, ça me manque tu sais... » Un homme nous interrompt, apparemment un mutant a causé un accident de la circulation. Je soupire et chuchote à Aaron qu'on aura cette conversation tôt ou tard. Je redoute qu'il veuille quitter les Watchers, tourner le dos à son destin. Comment pourrait-il ainsi renier son peuple ?

Dimanche. Je suis devant les informations. J'attends parce que je sais que l'heure approche. Je n'aurais pas dû... j'ai bien fait... je n'aurais pas dû.... je passe la main sur mon front et je me sors une cigarette. Ça y est, ça commence. On a entendu un grondement à l'extérieur, Aloysius – ce mec flippant mais digne de confiance –  est sur place ainsi que les autres membres de l'équipe. J'attends assis, à fumer tranquillement. Les minutes sont longues, terriblement longues. On ne peut plus reculer. Non, c'est bien pire. Je ne peux plus reculer. Et puis un appel. Accouche...

Et finalement, je lâche ma cigarette, je prends ma chaise et je lui fais traverser la pièce. UN MUTANT ! L'ami de Lewis est un putain de mutant et mon frère l'a aidé, mon propre frère ! Je sens la rage m'envahir. J'aurais dû m'en douter, il irait rejoindre Magnéto si ça lui permettait de me mettre des bâtons dans les roues ! Pourquoi faut-il qu'il fasse ça ? Je charge mon arme, je m'en vais le tuer, lui tirer une balle dans chaque genou, dans les poumons et le regarder crever ! Je m'habille pour sortir puis regarde leurs photos sur le mur, au-dessus du pot à clefs. Il y a Aaron, ce petit frère que je ne peux pas empêcher de s'éloigner de moi, lui qui semblait me comprendre si bien avant. Lui qui envoyait chier Lewis, sachant que ce dernier n'était rien pour nous. Il y a Sarah, à qui j'ai chanté des comptines en la gardant précieusement contre moi des dizaines, des centaines de fois. Ça m'apaise de voir son sourire, même sur papier glacé. Parce que je sais qu'elle est la meilleure d'entre nous et pour moi, elle sera toujours cette petite fille que je gardais contre moi. Et il y a ce traitre de Lewis. Je dois réfléchir à la bonne stratégie à adopter. William dit que je suis fort, que je pourrais tout faire pour les miens. Mais les miens sont-ce les hommes ou les Reagan ? J'ai sacrifié des innocents aujourd'hui, je m'étais promis de ne jamais le faire. Je vais dans ma chambre et me mets à genoux aux pieds de mon lit. Je joins les mains. Pardonnez-moi...

Je ne sais pas si je pourrais tuer Lewis. Ou alors j'essaie de me convaincre que je ne pourrais pas et arrivé devant lui, mon doigt pressera la détente. Mais il est mon frère jumeau, il est ma chair. Il est mon sang. Si je tue mon frère, quel homme serais-je ? Je demanderai conseil à William, il saura quoi faire... Et en attendant, j'irai vérifier que ma famille est en sécurité. Pour Lewis, j'aviserai. Quant à Adamska, autant le considérer comme mort tout de suite. Il est coupable, il mourra. Ils mourront tous. Mes doigts deviennent blancs à force de serrer mes mains l'une dans l'autre.

« Seigneur, je reconnais que j’ai péché, j’ai transgressé les lois de notre Dieu, en particulier ta loi d’amour. Seigneur, aie pitié de moi. Seigneur, je reconnais que j’ai péché, j’ai transgressé les lois de notre Dieu, en particulier ta loi d’amour. Seigneur, aie pitié de moi. Seigneur, je reconnais que j’ai péché, j’ai transgressé les lois de notre Dieu, en particulier ta loi d’amour. Seigneur, aie pitié de moi... »



IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ; Ster / f mais ne vous inquiétez pas si j'accorde souvent au masculin, je suis skizophère . Fréquence de connexion ; 5 jours par semaine. Que pensez-vous du forum? ; J'aiiiime. Comment l'avez-vous découvert ? PD.   Célébrité choisie ; Aaron Paul. Credits (avatar, icon etc.) ; http://static.stereogum.com/ ; sawsbuck.

THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 257
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around
AH BAH D'UN COUP T'ES MOINS INNOCENT TOI
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
OH.
MON.
DIEU.

OH.
MON.
DIEU.

Mais... Mon dieu :faint: cette fiche, je m'en remets pas je te jure :faint: elle est EXCELLENTE. EXCELLENTE. T'es un génie :faint: tu as si bien cerné/joué le personnage mon dieu, j'arrive pas à la croire, c'est mieux encore que ce qu'on pouvait imaginer :faint: je meurs tellement c'est génial :faint: et les passages de la bible qui rendent tout encore plus intense... :faint: mon dieu quoi :faint: ça va être GÉNIAL :excited:

T'ES PARFAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAITE :waw: :waw:
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers + set them on fire
avatar
MESSAGES : 183
it's a revolution, i suppose
Purifiers + set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur
Si tu savais comme t'es le bienvenue ici !
Depuis le temps qu'on attend un Jeremiah ! :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink: :pink:
En plus ta fiche est déjà postée et très très bien écrite.

Vivement qu'on puisse rp entre Watchers et qu'on aille botter les culs de ces sales traitres d'Adamska et Lewis !

_________________

Tic Toc, goes the clock
Time for all mutants to die
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
(et ouais je sors le traitre exprès pour toi)

LE PITI FREEEEEEEEEEEEEEERE :hysteric: :hysteric: :hysteric:
Gosh mais cette fiche :faint: Elle est farpaite ! :whaaat:
Rebienvenue avec ce joli taré ! Il faudra qu'on se fasse un rp très rapidement :hysteric:
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Cletus -> Je suinte l'innocence par chaque pore de mon corps, hérétique !

Sarah baby -> :run: Merciiiiii t'es trop gentille, même si j'ai cru que tu me détestais déjà hier parce que j'avais pas dit bonjour xD Merci, j'espère être à la hauteur de l'excellent pv que vous avez inventé :keur:

Al le profanateur de maison -> ouais ils vont voir de quel bois on se chauffe ces sales traites empêcheurs de destructions massives !

Adams... excuse-moi je n'ai pas retenu ton nom -> Merciiiiii :inlove: Hé mais attends on pourra pas... tu seras mort non ? :hé:
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 223
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t172-lewis-devil-in-a-midnig
je...

j'ai pas de mots. (en fait si mais c'pour faire genre tu vois ?)
en fait, Sarah a grave raison, t'as trop, TROP bien cerné Jeremiah, mais en plus, tu te l'es parfaitement approprié et tu l'as rendu encore plus énorme que tout ce qu'on espérait. J'ai littéralement adoré te lire, parce que Jeremiah fait des choses détestables et en même temps, il est juste trop attachant dans sa relation avec sa famille, c'est hautement perturbant et gaaaaaaaah j'adore ça. et puis gosh, t'écris trop bien. :keur:

sérieux, tu nous as tous tués là je crois. :mdr: DU COUP, j'vais pas tarder à te valider, because JE VEUX QU'ON SE METTE SUR LA GOULE. :pink: et j'ai trop trop hâte de voir Jer évoluer en RP et maintenant j'veux un Stryker pour lui coller une balle entre les deux yeux et te sauver de son emprise. :sad: :sad: :sad:

_________________

can't you see us bleed ?
torn apart
dysfunctional
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Si si tu as les mots. Tes mots sont :

[01:27:55] @ Lewis Reagan : mon dieu
[01:27:57] @ Lewis Reagan : jeremiah
[01:27:58] @ Lewis Reagan : je t'aime


:hé: Alors arrête de faire l'enfant et abrège les souffrances de ce pauvre Adamska, sérieusement ! Plus sérieusement, je suis rassuré que ma perception du personnage n'aille pas à l'encontre de la vôtre ! Je ne voyais pas Jer comme un monstre et je trouve que les "méchants" qui ont de "bonnes motivations" sont plus crédibles. En tout cas, ça me fait très plaisir que ce premier contact entre votre Jeremiah et mon Jeremiah vous fasse plaisir ♥️ Moi aussi j'ai trop hâte qu'il vienne... papa ! *PAF*
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Waaaaaaaah :shon: :ému: :cute:

Non mais là j'avoue qu'elle est parfaite ta fiche ! Genre on pourrait même pas faire mieux pour ce personnage je pense. J'ai TELLEMENT hâte de faire un rp super intense REAGAN'S POWAA !

God que ta fiche m'a tué :faint: Merci de l'avoir pris ! Merci merci merci :keur: :pregnant: :leche:

Well re-bienvenue quoi
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 621
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Ce PV qui me fait de l'œil depuis des lustres…j'ai qu'une seule chose à dire : ALLLEEEEEEEEZZZZZZ !

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Petit frère -quand même- -> Merciiii ! J'espère que les passages où je vous fais intervenir (toi et les autres d'ailleurs xD) vous conviennent :cutie: Mais je l'imagine trop en train de glisser sa main dans la nuque d'Aaron en affichant son sourire froid.

Gabriel qui a osé me filer une rose empoisonnée -> Moi aussiii j'en suis tombée in love, même ma fiche de liens et susu est déjà prête depuis un moment xD
Revenir en haut Aller en bas


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1315
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com



félicitations !

tu es validé mon brave
Bienvenue chez les HOMO SAPIENS.

bon, tu sais déjà ce qu'on pense de ta fiche, mais je le redis quand même : elle est PARFAITE. je t'aime, tu gères et il nous faut vite un RP même si j'en ai déjà 26 et que je vais mourir. :pink: :pink: :pink:

time to have fun. Maintenant que tu es validé, tu peux commencer par aller recenser différentes choses, comme ton métier ou ton pouvoir si tu en as un. Tu peux aussi te chercher des copains sur le forum, c'est à dire poster ta fiche de liens. Si ton personnage est du genre à passer son temps sur son téléphone ou sur le net, tu peux aussi te rendre sur la webosphère.
Nous t'encourageons fortement à te rendre dans la chat box pour y faire la rencontre des autres membres, si tu le souhaites ! Sinon, tu peux aussi aller te créer un scénario. Quoi qu'il arrive, n'hésite pas à te faire ton trou par chez nous, on te souhaite bien des RPs et une belle et longue aventure sur TNA !

ENJOY !
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
On se motive, on va casser du mutant ! Merci vénéré Stan Lee !
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 476
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t960-even-olds-books-have-ne
Rebienvenue :hug:

Cette fiche éclair, on se couche le soir et le matin déjà validé xD
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 387
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2862-peter-spider-man
POPOPO enfin un Jeremiah quoi :shon:
t'as fait un excellent choix de dc I love you rebienvenuuue petit chat !

_________________
the concept of the mask
Tu dois offrir tes talents au monde, une fois que tu auras découvert comment les exploiter. Peter tu es mon héros. @oncleben ≈ the amazing spiderman©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi
» Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal
» Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur.
» Nouvelle chevalière,nouvelles surprises (Lisbeth & Tsubasa)
» Dans la vallée de l'ombre, ne craindre aucun mal [Madison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-