Partagez | .
 

 INTRIGUE N°3 → neutral : i'm so high.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1315
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com
i'm so high
Braiden, Cletus, Kayden, Gunner, Hélène, Robyn, Alistair, Louisa, Loukas, Lucy & Cassandra


contexte
Ça fait plusieurs mois qu’une nouvelle drogue est sur le marché. Une poudre bleue, qui se sniffe ou s’injecte, pour deux heures de pur trip. La police tente désespérément de trouver son origine, de découvrir qui la fabrique, sans succès. Déjà dix morts par overdose, à cause de ce nouveau bonheur en poudre. Un véritable carnage, qui touche les plus démunis car étrangement, elle est fixée à un prix dérisoire. Ceux qui la prennent ressentent d’abord un grand sentiment d’euphorie. Classique. Puis viennent les hallucinations délirantes, toujours incroyablement positives. C’est pour ça qu’elle marche aussi bien, pas de bad trip avec la Blue. Rien que du bonheur.

situation
Franchement, il pensait vraiment pouvoir y arriver. Il est dans le business de la drogue depuis quelque temps maintenant et grâce au peu d'étude de chimie qu'il a fait, il se voyait déjà trouver tous les éléments de la Blue. Il a réussi et a ramené tous ses potes afin d'en créer plus. Il en a déjà une bonne dose mais le dealer est gourmand : plus de drogue, plus d'argent, non ? Alors il continue d'en faire et d'en faire, mais c'est quand il entend un grand « Merde ! Putain, merde ! » qu'il sait que son plan est entrain de tourner au vinaigre. L'un de ses sous-fifres a un regard paniqué, de la sueur perle sur son front avant qu'il ne s'enfuie en courant. Il le regarde, interloqué, et des bruits suspects se font entendre près du petit labo. Il se lève, prêt à s'enfuir, mais il n'a pas le temps de faire un pas que tout explose. Le nuage de fumée bleuté est visible sur plusieurs pâtés de maison avant que ça ne forme une espèce de brouillard qui retombe doucement sur les habitants du quartier.

Que le show commence.

Braiden a entendu parler de cette nouvelle drogue : la Blue. Elle commence à être très populaire auprès des jeunes bourgeois en recherche de sensations fortes. Alors, il s'est dit qu'il allait fouiner dans le quartier des dealeurs afin de se renseigner un peu plus sur ce tout nouveau produit qui amène bonheur et hallucinations. Quand l'ex membre d'HYDRA a appris ça, il n'a pas pu s'empêcher de penser « Welcome to my world ! ». Kayden est venu pour se renseigner sur cette nouvelle drogue qui permet à la mafia ruse de s'en mettre plein les poches.

Cletus, quant à lui, se retrouve sur une scène de crime, à photographier les flics qui essayent de pousser loin des cadavres qu'ils commencent à recouvrir d'un drap blanc. Hélène se trouve juste à côté de lui, observant son comportement et ses moindres faits et gestes. Elle l'a approché pour un nouveau rôle, celui d'une photographe indépendant et plusieurs personnes lui ont recommandé cet homme afin d'en apprendre plus sur le métier. Gunner, lui, observe le spectacle, son œuvre. Encore une mission de réussie et il en est particulièrement fier.

Pendant ce temps, Lucy marche en direction du bar où elle travaille, des écouteurs dans les oreilles et sa tête dodelinant au rythme de la musique. Elle passe devant un vieil entrepôt où Loukas et Louisa se trouvent, entrain de rigoler et de se montrer des vidéos sur leurs portables respectifs dans l'attente que le réalisateur du nouveau clip du jeune homme les appelle pour le tournage. Cassandra, quant à elle se trouve derrière la barrière que forment les gardes du corps des deux stars. La jeune femme a toujours été fan de l'actrice et espère pouvoir l'approcher assez afin de prendre une photo avec elle où, tout du moins, avoir un autographe.

Alistair ne se sent pas très à l'aise dans ce quartier mais c'est son taf et il le fait bien. Il se dit qu'il a juste besoin de passer par là afin de conduire sa cliente, Robyn, là où elle le souhaite. Leurs fenêtres sont ouvertes, essayant d'avoir d'avoir un peu d'air dans cette après-midi chaude. S'ils avaient su ce qui allait arriver, ils auraient sûrement préféré supporter la moiteur de l'air du Taxi plutôt que d'être en contact avec le poison qui allait bientôt se répandre à l'extérieur.

L'explosion se fait entendre et voir sur plusieurs pâtés de maison et et chaque tête se tourne avec incrédulité et curiosité vers ce champignon étrangement bleu. Avant que chacun ait pu réagir un léger brouillard bleuté s'installe autour d'eux et les images se déchaînent devant leurs yeux. Les hallucinations sont cauchemardesques ou féeriques, personne n'est épargné.

explications
Et voilààààà, c'est l'intrigue #3 ! Du coup, peu importe ce que vous faisiez, ce que vous êtes, vous êtes touchés par cette nouvelle drogue qui vous fait voir... plein de choses. Quelques petites règles pour que tout se déroule parfaitement :

Tout d’abord, nous n’imposons aucun ordre, vous postez quand vous voulez, quand vous pouvez, si vous avez une idée, n’hésitez surtout pas !
Pour éviter que plusieurs personnes écrivent en même temps et qu’un des deux se retrouve avec un RP à éditer ou modifier intégralement, nous vous proposons un petit système très simple. Dès que vous avez l’intention de répondre à l’intrigue (dans l’heure ou les deux heures qui suivent, pas plus), venez prévenir les autres ici.

Ensuite, comme nous voulons que ça aille vite, que ça s’enchaîne bien, nous vous conseillons d’écrire des RPs comportant entre 300 et 1000 mots. Si vous voulez faire plus, allez-y, personne ne vous en empêche, mais sachez que vous avez le droit de faire plus court que d’habitude ici.

Et enfin, dernière chose, participer à l’intrigue et y répondre rapidement vous rapporte des points !  N’oubliez surtout pas d’aller les réclamer ici. Sinon, le plus important, voici le nombre de points que vous pouvez remporter :

Répondre à l’intrigue en moins de 12 heures ›› 75 points
Répondre  à l’intrigue en moins de 24 heures ›› 50 points
Répondre à l’intrigue en moins d'une semaine ›› 25 points

Petit rappel : par « en moins de 12 heures », nous sous-entendons bien évidemment depuis le dernier RP posté, pas uniquement par rapport au post du PNJ ! ;)

Voilà c’est tout. Surtout, n’oubliez pas de vous éclater !
THE NEW AGE


Dernière édition par STAN LEE le Mar 28 Juin - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-


I'm so high.
Intrigue 3
Le monde est quand même plus beau dans un feu d'artifice. Gunner regardait avec un sourire marqué sur les lèvres le résultat de son contrat. Visiblement, certaines personnes n'appréciaient pas forcément les affaires d'autres personnes peu scrupuleuses et avaient exprimé le désir de s'en débarrasser, par n'importe quel moyen… et des moyens, le mercenaire n'en voyait qu'un. Pour célébrer la réussite de son dernier contrat, il sortit une cigarette roulée qu'il se coinça entre les dents, suivit d'une allumette qu'il gratta contre son lance-grenade pour mettre le feu à son tube de tabac. En bas, la foule était déjà réunie devant la scène du crime, repoussée par la police. Il saisit ensuite son téléphone pour envoyer à son contact la bonne nouvelle, au cas où ce dernier ne soit pas derrière la fenêtre à regarder la fumée qui s'élevait au loin. "J'adore le travail bien fait." Il pianota sur son ordinateur pour mettre en marche le jet-pack qui avait créé dans la base de l'Hydra, se procurant sans demander la permission à gauche à droite. Il était temps pour lui de partir. Mais un bruit caractéristique qu'il connaissait arriva à ses oreilles. Une autre explosion, dont il n'était pas responsable, ça l'aurait presque rendu triste. Il se tourna pour voir une fumée bleue cette fois-ci s'élevé au-dessus des bâtiments. "Belle couleur." Il devrait penser lui aussi à faire quelques grenades de couleurs pour rendre le tout un peu plus joyeux. Il toussota, manquant presque de perdre sa cigarette qu'il rattrapa de justesse entre ses doigts, manquant de se brûler. Pourtant, il faisait bien trop bon pour attraper la crève. Et ce n'était surtout pas le moment, pas après ce qu'il avait prévu dans les prochains jours.

Il reprit un peu ses esprits en chantonnant son air favori et patriotique… Attendez, comment ça allait encore. Le mercenaire au cerveau dérangé commença à claquer des doigts de sa main libre pour essayer de retrouver le rythme, puis accompagna les sons avec des petits mouvements de tête. Il n'était pas sûr que ce soit la bonne chanson mais peu importe ça allait bien coller avec la situation. Les notes semblaient raisonner dans sa tête provoquant chez lui une petite danse sur le toit où il avait élu domicile pour sa mission, des pas de danse qu'il ne pensait même pas connaître. Si une personne extérieure voyait la scène il pourrait sans doute se demander qui était le fou au-dessus de cet immeuble et il était préférable que ce ne soit pas un futur client qui ne prendrait plus le mercenaire au sérieux. Mais pour le moment, Gunner s'en moquait éperdument et, par moment, il accompagnait la danse par des paroles qui une fois encore lui arrivaient sans réellement qu'il s'en rende compte. " That's word because you know… I Can touch this… I can touch this… Break it down… Stop… GUNNER time !" Tout en continuant son manège, il tapota sur son ordinateur de part et d'autre de ses lance-grenades et commença, en rythme de la musique imaginaire, à lancer des grenades en l'air qui explosait avant même d'entamer leur descente.


Résumé explosif:
 


Dernière édition par Gunner C. Blake le Jeu 26 Mai - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1343
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
I'm so high.
Ft. Braiden Richardson, Cletus Kasady, Gunner C. Blake, Hélène Gaultier, Robyn Smith, Alistair Blackwood, Louisa Hensley, Loukas L. Carrero, Lucy Turner & Cassandra Lang


La Blue. Poudre fine bleutée au prix dérisoire et aux effets conséquents. Une pure dose de bonheur, en injection ou en prise nasale. En sniff quoi. Une drogue au nom un peu simpliste qui faisait des ravages dans les rues de New York depuis quelques mois déjà. Pas de bad trip, juste une montée au paradis et le risque d'une overdose accrue par la prise sans effets secondaires. Bien entendu la mafia s'était bien placée dés l'arrivée de la poudre dans les rues et ils s'en étaient procurés une quantité conséquente pour la dealer. Pourquoi à ce prix si bas? Alors que ses effets semblaient bien plus intéressants que n'importe quelle autre drogue? Je n'en avais aucune idée et c'était bien pour ça que je furetais dans le coin.

A force de regarder le monde comme un agent double, j'étais devenu encore plus suspicieux: merci Sharon et plusieurs mois d'infiltration officielleuse. Cette drogue était louche. Sa provenance était un mystère, sa composition aussi. Personne ne savait pourquoi elle fonctionnait comme ça et rares étaient ceux qui se posaient la question: moi je me la posais. J'avais mené ma petite enquête, allant de dealer en fournisseur, jusqu'à me dégoter une piste dans le Bronx, un laboratoire qui en produisait. Je ne voulais pas débouler là-dedans en tirant dans le tas, non, je voulais simplement en savoir plus à ce sujet. Je marchais dans la rue quand l'explosion avait eu lieu, je me dirigeais vraisemblablement vers le bon endroit mais un peu trop tard.

Dans le ciel, un champignon bleu s'élevait là où la fumée de l'explosion aurait dû se trouver. La masse colorée se répandait comme un souffle et bientôt les rues alentours étaient envahies. Pas le temps de fuir, pas le temps de réagir ni de bloquer ma respiration, les cristaux bleus entraient dans mon nez et ma gorge et allaient pénétrer mon organisme par les muqueuses. L'effet était immédiat, radical, et la poudre bleu aéroportée devenaient à mes yeux une étendue brillante magnifique et fantastique. Un sourire étirait mes lèvres, abasourdi par tant de beauté. Au delà des ombres des voitures je percevais une magnifique licorne à la corne argentée. J'étais encore loin de prendre conscience de l'absolue absurdité de tout ça et de la réalité qui était tout autre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 257
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around



neutral : i'm so high
Le bruit des radios qui résonne autour d’eux est agaçant, mais moins que les sirènes des voitures lorsqu’elles arrivèrent en trombe depuis le coin de la rue, à tel point que Cletus avait eu bien du mal à rester calme, en sentant Carnage anormalement agitée en lui, comme si elle sentait que quelque chose de louche allait se passer, mais sans pour autant parvenir à comprendre ce qui semblait déplaire au symbiote ; à part le fait qu’ils devaient se coltiner une actrice qui jouait les stagiaires, parce que quelqu’un avait pensé que le recommander en tant que genre « d’instructeur » serait une bonne idée… Cletus avait dû prétendre un mal de tête pour qu’elle arrête de le regarder fixement et ne se mette pas à se poser trop de questions ; il ne pouvait pas la tuer, elle était trop reconnaissable et trop de gens s’en rendraient compte, et à ce moment précis, il ne pouvait pas se permettre ce genre d’écart, quand bien même l’envie lui avait pris dès lors qu’ils furent présentés l’un à l’autre. Et entre les bruits des quelques gens qui commençaient à s’agglutiner autour de la scène de crime -animés d’une curiosité malsaine propre à la race humaine- et ceux de la police, Cletus serrait les dents pour contenir Carnage en lui, sans comprendre pourquoi elle semblait si mal à l’aise alors qu’il n’y avait pas grand-chose autour d’eux. Armé de son appareil photo, il s’était rapidement plaint de ne pas pouvoir suffisamment bien voir les corps que la police avait déjà isolés pour pouvoir les recouvrir et était obligé de prendre des clichés qui ne valaient rien, des bouts de chaussures, des jambes, quelques taches de sang qui décoraient le sol de la rue, mais rien qui lui ferait plaisir. Rien qui ferait plaisir au public qui lisait le Magazine. Le tueur en série soupira et rangea son appareil photo dans son sac avant de dire à sa stagiaire, sur un ton agacé, qu’ils n’avaient plus rien à foutre ici et qu’ils allaient devoir trouver une autre scène.

Mais à peine Cletus s’était retourné qu’une détonation se fit entendre au loin, assez soudaine pour même le faire sursauter et tourner la tête vers la source du bruit, alors que les badauds s’enfuyaient déjà, il posa un instant les yeux sur Hélène et fronça les sourcils en relevant la tête lorsqu’il aperçut un gigantesque nuage bleu s’abattre sur eux, instinctivement – et oubliant la sécurité de leur secret, le Symbiote se manifesta en dehors de lui et essaya de lui couvrir les narines comme la bouche, mais en vain. Et aussi soudainement que la détonation elle-même, Cletus et Carnage furent surpris de découvrir le Chaos. Tout était en ruines, tout était détruit. Des milliers de morts jonchaient le sol, et plus rien n’avait de forme, tout était détruit. Le paradis sur Terre. Un sourire large se dessina sur son visage et faisant quelques pas en avant, Cletus observa les ruines de l’humanité, il observa son rêve. Son dessein, son œuvre. « On y est arrivés… On a réussi… » jubilait Cletus, sans se rendre compte que le Symbiote se manifestait à nouveau autour de lui, recouvrant ses bras et son dos, il n’y avait plus rien, plus qu’eux. Plus que leur carnage.

le résumé du maâââl:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Les drogues, ça angoisse Hélène.
La première et dernière fois qu'elle a fumé un pétard, elle a failli se jeter par la fenêtre.
Elle connait pas les bons trips, Hélène. Y'a juste des bad trips, et des trips un peu moins chiants.
Beaucoup de choses angoissent Hélène. Notamment les scènes de crime. “ C'est hyper glauque, ” n'arrête-t-elle pas de dire à Kasady avec une grimace dégoûtée, et à chaque fois il lui lance un regard exaspéré et franchement flippant. Il est beau, dans le genre psychopathe. Pas très bavard mais agréable à regarder. Vite fait, hein.
Bref. Hélène est un peu angoissée, sur cette scène de crime. Surtout quand Kasady commence à agir bizarrement et à être recouvert de... sang? de cire? De quelque chose de rouge qui grouille et qu'est chelou. “ Kass? ” lâche la jeune actrice, en se reculant, levant le bras vers lui... pourquoi tout est bleu? Pourquoi tout est étrange? Pourquoi sa tête lui tourne? Pourquoi sa tête lui fait mal?
Pourquoi Kasady ressemble maintenant à une femme? Plantureuse. Sexy. Avec des longs cheveux bruns. Tout à fait le genre d'Hélène.
Wait a second.
C'est pas normal.
Quelque chose ne va pas.
Hélène est vraiment très angoissée.
Kasady? Y'a un truc- y'a un truc- y'a un truc- -
Elle n'arrive pas à parler, sa gorge est nouée. Son coeur bat trop vite. Tellement vite.
Sur une autre note, il est bon de savoir qu'Hélène maîtrise très bien son pouvoir. Elle est née Inhumaine, ses parents ne lui ont jamais caché sa nature et dès l'âge de quinze ans, elle a été exposée à la brume terrigène. Elle et son frère jumeau ont des pouvoirs semblables. Lui peut inventer une illusion visuelle et presque tangible tandis qu'elle, elle infeste les pensées d'autrui et laisse tranquillement le subconscient de ses victimes nourrir les illusions. Elle dépose juste son don autour d'elle et tout le monde en fait ce qu'il veut.
Un peu comme une drogue hallucinatoire.
Sauf que Hélène a si peur. Elle est si angoissée.
La femme en face d'elle lui sourit, et puis lentement le sol se recouvre d'herbe, et puis les immeubles s'effondrent pour laisser place à un paysage qui lui rappelle Afterlife, et puis tout est parfait; mais ça lui fait peur, toute cette perfection, son coeur qui bat, ses doigts qui tremblent. Elle doit être allergique à un élément de la drogue. Ou alors son coeur est trop faible. Ou alors elle a vraiment pas de chance.
Alors son don explose.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts • fry those bitches
avatar
MESSAGES : 1721
it's a revolution, i suppose
thunderbolts • fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Je ne sais plus ce qui était bon ou mauvais dans ma vie. En fait, je crois que je n’avais plus aucune organisation dans ma tête. Avoir revu Emily, c’était le pompon. Je ne comprenais plus rien et cette ville devenait un véritable vivier à emmerdes. J’avais plus mon arme, mais dieu seul sait que j’en avais jamais eu besoin pour régler mes différends. La preuve étant que le dernier qui avait reçu une visite mouvementée était cet homme qu’on appelait patron, qui m’avait retiré presque le quart de ma paie. La raison de son geste ? L’immobilisation de mon véhicule près de l’Hudson qui lui avait fait perdre de son chiffre d’affaires. La raison de mon geste ? Que j’en avais plus rien à foutre, alors j’ai cogné. Il aurait pu me poursuivre en justice mais il ne l’a pas fait - je m’étonne encore à m’entendre le menacer, et il y a cru. Peut-être que je l’aurais fait ? Non. Je m’en prenais pas aux gosses. Les siens n’avaient rien à voir là-dedans.
Nouvelle boîte, mes horaires étaient plus souples. Depuis, la même rengaine : une émotion naissait ? Fallait que ça sorte, peu importe le comment. Il y a des choses auxquelles j’avais su faire face. D’autres pas. Et j’allais encore en faire les frais aujourd’hui.

Je conduisais une cliente (Robyn) à sa destination. Je n’appréciais pas trop les lieux, étant un quartier réputé pour être à problèmes. La chaleur accablante m’avait forcé à ouvrir les fenêtres en prime, rajoutant du désagréable sur le tas. Silencieux, nous étions bientôt arrivés à destination. J’allais pouvoir la déposer et sortir de cette zone. Sauf que les choses ne se passaient jamais comme prévu ici bas. Il n’y avait jamais de jour normal à New-York.

Et pour cause. Une explosion. Je stoppai le véhicule presque aussitôt, me baissant un peu pour voir ce qui se tramait. Un épais brouillard bleu était en train de se répandre comme la peste. Le temps de me ranger sur le bas-côté à l’arrache, mettre le frein à main et remonter les vitres…qu’il était déjà trop tard. Ma vision se trouble, j’ignore ce qu’il m’arrive. J’ai horreur de cette sensation. Celle de se sentir étranger à soi, de perdre le contrôle. Je ne supportai pas cette position. Comme je pouvais en être effrayé.
De nouvelles détonations, dans les airs cette fois. C’est différent. Quelqu’un les balançait. J’essayai de me concentrer dessus mais je ne vis qu’un feu d’artifice, un peu comme celui du St Andrew’s Day que j’avais pu connaître sur les hauteurs d’Edimbourg. J’étais encore à moitié conscient mais subissais les visions qui s’enchaînaient. La tête me tourne un peu, je regarde dans le rétroviseur, la personne à l’arrière semble avoir disparu le temps d’un instant. Agrippé au volant je finis par ouvrir la portière et sortir de cette prison de taule métallique qui commençait à me faire suffoquer, le produit volatile étant en stagnation dans le véhicule. Je n’arrive pas à prononcer un seul mot, fauché par l’incompréhensible. En sortant, je bousculai quelqu’un. Me retournant vers ladite personne (Lucy), elle m’apparaît comme la fillette que j’avais vu dévorée par les coups de machettes en Sierra Leone. Je reculai brutalement en m’éloignant, ôtant au plus vite mes yeux de cette vision cauchemardesque.

Je me sentais partir. L’Autre était aussi abasourdi, quoique moins. J’ignorais qu’il avait plus de ressources que moi en la matière. Pourtant il s’énervait de tant d’extravagance dans nos perceptions, le rendant irritable. Je sens l’ensemble de mon corps se réchauffer alors que les yeux me brûlent. Et puis, quelque chose d’autre se produisit. Quelque chose qui accéléra le processus de décadence : je vis ma propre silhouette qui me faisait face. J’ignorais qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre et que la vision s’était accrochée au corps d’un étranger. Sauf que ce double était en train de se métamorphoser. J’en avais peur. Affreusement peur. « Non…non… », murmurai-je pour moi-même - cet autre qui était à me fixer comme son prochain repas. Je voyais la rage aveugle dans ses yeux.  Le monstre tapis qui faisait surface. Mon coeur s’emballa davantage et mes jambes se dérobèrent. Et puis, il y eut le vide. Je n’ai même pas senti la douleur qu’avait pu provoquer la transformation. Parce que je n’étais plus là.


Un jour pas normal à New York:
 
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1343
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
I'm so high.
Ft. Braiden Richardson, Cletus Kasady, Gunner C. Blake, Hélène Gaultier, Robyn Smith, Alistair Blackwood, Louisa Hensley, Loukas L. Carrero, Lucy Turner & Cassandra Lang


Je me perdais dans ces flots bleus scintillants, les confondants avec les vagues d'un océan idyllique. Et cette licorne, créature magnifique et fantastique au pelage brillant et à la corne dorée. Ses yeux me fixaient dans une attitude altière et pure et puis tout changea. Les scintillements cessèrent pour laisser place à une vaste fumée assombrissant le paysage. La licorne, comme si elle se désagrégeait, changeait, perdait son pelage éclatant et sa corne brillante pour ne devenir que peau nue et os saillants. La pointe de sa corne était brisée et son regard... perçant et froid, mauvais. Une épaisse substance rougeâtre coulait de sa bouche. Par endroit, la peau était déchirée et c'est le néant qui se trouvait derrière, un néant parfait et infini, me donnant cette sensation d'angoisse qui serrait mon cœur et mon estomac.

D'idyllique, ma vision devenait cauchemardesque. Si je me sentais bien, très bien jusqu'à maintenant, dans un bonheur divin, désormais j'avais peur. Si peur. Je sentais ce poids dans mon ventre, cette pression sur mes épaules, cette force qui compressait mon crâne et mes pensées, m’empêchant de réfléchir, me laissant juste subir et perdre le contrôle de ma respiration. Je fixais la bête sombre, immense et immonde, son regard me tuant de l'intérieur. Je reculais d'un pas en tremblant. La fumée était omniprésente, partout où je pouvais poser le regard elle était là, comme si la nuit était permanente et infini, comme si rien n'existait au delà de ces quelques mètres.

Que se passait-il? Que s'était-il passé? Qu'était cette bête? De la vapeur sortait de ses narines et elle me faisait face. Où étais-je? Que m'arrivait-il? Elle me fixait de toute sa hauteur et s’apprêtait à charger, ses sabots fendus frappant le sol dans un échos sonore à mes oreilles. La respiration saccadé, le cœur battant à tout rompre, je fixais cette créature de mort et une grimace étirait mon visage. Dans un réflexe j'étendais ma perception et ressentait une présence métallique que je saisissais avant de la diriger vers cet immonde créature démoniaque.
Je n'en avais pas conscience, pris dans cette hallucination qui n'avait plus rien à voir avec la drogue bleu qui volait autour de nous, mais je venais de faire voler le taxi à proximité directement vers la créature, un grand chien noir et menaçant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-

 
 
I'm so high.
Intrigue 3
Danser, c'était cool, mais il n'y avait pas que ça dans la vie. Depuis son toit, alors qu'il entonnait une nouvelle fois son nouvel hymne, Shell Shock fut interrompu par un bruit un peu plus bas. "Non mais, on a plus moyen de chanter tranquillement ici." Il se rapprocha alors du bord du toit vers l'endroit où il avait entendu les perturbations sonores. Quel ne fut pas sa surprise de voir un gros ballon gonflable en forme de loup (Alistair), un peu comme ceux qu'on pouvait voir dans certains défilés de la ville, déambuler dans la rue. "Tiens, il me semblait pas qu'il y avait une fête aujourd'hui." Puis, il fit un objet flotté dans les airs, un objet qui lui fit briller ses doux yeux, projetant dans ces derniers des centaines de petites étoiles mignonnes. Un baril rouge, qui flottait comme ça, à quelques mètres du sol. Et c'est bien connu, quand un baril est rouge, c'est qu'il est signe de danger explosif. Voilà que c'était son anniversaire avant l'heure. Bien entendu, le fait que le dit baril soit en train de flotter dans les airs aurait dû lui sembler étrange mais difficile de se concentrer quand on a un morceau qui passe en boucle dans la tête. Il tapota sur son ordi et une nouvelle grenade se rangea dans son arme, prête pour le lancement. Il pointa, il visa, ses lunettes affichant toutes les données nécessaires. Il eut un moment d'absence cependant, comme si son cerveau voulait lui dire quelques choses, comme s'il devait actuellement voir quelques choses d'autres mais que son cerveau ne pouvait pas définir ce qu'il devait lui montrer. Le mercenaire sentait que quelqu'un jouait avec son cerveau pour lui faire ressentir quelques choses mais ça semblait être peine perdue. Il se ressaisit en secouant sa tête. "I can touch this" Et, au moment où le baril parti en direction du ballon, il tira sa grenade, qui toucha le baril juste avant son impact sur le gros accessoire de défilé, provoquant une plus grosse explosion encore, ce qui bizarrement ne fit pas exploser le ballon. Des détails encore une fois.

Gunner se frotta les mains, fier du travail accompli une fois encore et regarda la rue en contrebas. Et là, surprise, il se rendit compte que la rue était infestée de robot… Ca y est, l'invasion avait commencé, Terminator ne vous avait donc rien appris ? Il ne fallait pas jouer avec les robots, après, il domine le monde et c'est la merde. C'était peut-être une bonne action de sauver l'humanité des robots tueurs, mais c'était surtout une bonne occasion de tirer des grenades, voilà ce que se disait Gunner en tapotant sur ses deux ordis pour préparer cette fois deux projectiles différents. Il les tira l'un après l'autre, après seulement quelques secondes d'intervalle. La première tomba sur le sol, au pied de deux robots (Hélène et Cletus) et provoqua un EMP qui perturba tous les appareils électriques dans un rayon d'une centaine de mètres. La seconde tomba au pied d'un autre robot (Kayden) et s'activa aussitôt, agissant comme un super aimant qui attirait tout objet métallique dans un dizaine de mètres. "Prenez ça, maudit tas de ferrailles." Lança l'ancien militaire en ricanant, tout en tapant du pied en rythme de la même chanson, encore et toujours.


Résumé de la pluie de grenades:
 
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 325
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2858-cassandra-stature
Il y a eu l’explosion. Elle sait qu’elle aurait dû partir à ce moment-là, mais tout s’était passé si vite. Elle allait abandonner ce fol espoir de voir Louisa et Loukas avant d’inhaler cette brume bleue qui a envahi les rues. Tout devient beau pendant un instant. Jusqu’à…

L’angoisse lui serre la poitrine.
Kate.
Son père.
Rupert.
Ils ne sont plus là. Ils l’ont abandonnée. Elle le sait. Elle l’a compris.

Pourquoi est-ce qu’elle est là déjà ? Son regard se détourne du visage du garde du corps qui garde l’entrée. Avant, il avait une tête de chiot sur un large corps d’homme. Avant qu’une autre vague étrange la traverse. Si auparavant le monde lui paraissait plus beau, plus coloré, plus délirant, maintenant tout l’angoisse. Le visage du garde du corps s’est tordu, s’est noirci. Ses traits ont disparu pour laisser place à une silhouette. Une ombre qui se fond dans le décor tout aussi sombre. Cassandra s’éloigne de l’entrepôt, elle entend des voix qui murmurent. Seule tu es et seule tu resteras. Toute ta vie. Elle sent les larmes lui piquer les yeux. Elle étouffe un sanglot avec sa main et s’éloigne de l’entrepôt, de Hensley et Carrero. D’autres personnes se trouvent là, elle tourne un regard perdu dans leur direction. Deux sont assis par terre tenant leur tête entre leurs mains et se balançant d’avant en arrière. Bientôt, ils deviennent obscurs comme le garde du corps. « Hé ?! » Elle tente un pas en avant mais s’aperçoit qu’elle n’arrive pas à avancer. Elle entend une autre fille qui était là à attendre les artistes se mettre à hurler qu’elle est pleine d’araignées sur le corps, mais comme les autres, elle disparaît des yeux de Cassandra.

La jeune fille prend peur de cette ombre qui semble engloutir chaque endroit où elle pose ses yeux. Elle s’éloigne, ferme ses paupières et avance en serrant les poings, essayant d’éviter de penser à son père, à Kate et à Rupert. Elle finit par se cogner à quelqu’un (Lucy). Elle tombe en arrière et ouvre enfin les yeux. Gardant le regard baissé de peur que l’univers entier se fasse engloutir par l’ombre qui semble la poursuivre, elle s’excuse auprès de la personne contre laquelle elle s’est cognée. « Je ne vous avais pas vu. » Elle veut sortir de là et rentrer. Elle sursaute lorsqu’elle entend deux nouvelles explosions (coucou Gunner et ses grenades). La peur commence à faire trembler ses mains et elle sent que son corps bouillonne. Elle se redresse sentant sa respiration s’accélérer d’un seul coup, on vient lui poser une main sur l’épaule et surprise elle repousse l’homme qui s’était inquiété pour elle. Elle manque de laisser échapper un cri de terreur en le voyant valser à l’autre bout de la rue. C’est elle qui avait fait ça ? Elle a l’impression de devenir dingue.


Spoiler:
 

_________________

Daddy's girl
cassie and her father ⊹ and if i die before i wake, i pray the lord my soul to take but please don't cry, just know that I have made these songs for you. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 257
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around



neutral : i'm so high
Perdu au paradis, les yeux rivés sur son utopie, Cletus rêvait éveillé. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, pas plus qu’il n’avait l’air d’avoir envie de comprendre, tout ce dont il était conscient c’était bien qu’il avait enfin mis les pieds au paradis. Tout était parfait, tout était comme il l’avait toujours rêvé. La Création s’était tut, il n’y avait plus âme qui vive, et seulement lui. Lui, Carnage, et leur design. Leur perfection, leur œuvre d’art. Tout était vide, tout était mort, tout était détruit. Ils avaient vaincu cet ordre horrible et hideux à supporter, ils avaient réussi ce qu’ils avaient toujours voulu accomplir, la Fin. Le Carnage. Levant la tête pour admirer les ruines encore fumantes d’un immeuble, il parvint à apercevoir un cadavre (Gunner), il était là, empalé sur une pique – non, une poutre suffisamment endommagée pour qu’elle soit devenue une pique – et Cletus ne put s’empêcher de se mettre à rire en le voyant suspendu si haut, si bêtement. Tournant les talons et reposant les yeux en face de lui, sur le sol jonché de cadavres tous aussi mutilés brutalement les uns que les autres, Cletus inclina la tête pour en regarder un plus précisément, il avait l’air différent. Familier. Et sans qu’il ne comprenne, ou n’ait la moindre idée de ce qu’il se passait, il arriva enfin à le reconnaître, ce mort. « Manny ? » souffla-t-il, surpris. Pourquoi était-elle là ? Elle était morte à l’autre bout de la ville, elle n’avait rien à faire là. Intrigué, Cletus se rapprocha, s’agenouilla et tendit l’une de ses mains défigurées par le Symbiote pour essayer de toucher le cadavre. Et tout à coup, le noir complet. Et tout à coup encore, un long et bruyant cri strident vint lui traverser les oreilles, si fort qu’il n’eut pas la force de se relever ou d’essayer même de se boucher les oreilles, mais étrangement Carnage ne semblait pas réagir au bruit provoqué par le son, comme s’il n’était pas vraiment là… Pourtant Cletus l’entendait bien, et il détestait le bruit que ça produisait. Mais il ne pouvait rien y faire. Et tout à coup, la lumière fut de nouveau.

Et autour de lui, le néant. L’utopie avait disparue, il n’y avait rien. Le Chaos s’était estompé pour faire place au Vide. Suspendu dans l’obscurité absolu, suspendu par une source de lumière qu’il était incapable de situer, perdu dans un espace confiné et bruyant de son silence qui faisait siffler les oreilles du meurtrier. Pouvait-il juste tourner les talons pour essayer d’apercevoir quelque chose ? Il ne le savait même pas lui-même, comme si chacun de ses mouvements n’avaient aucune conséquence, comme s’il n’avait plus le contrôle de quoi que ce soit. Et fronçant les sourcils lorsqu’il entendit une voix dans les profondeurs de sa tête, Cletus commençait à se sentir mal à l’aise, il n’était pas certain de ce qu’il se passait, ni même certain de ce qu’il comprenait – ou plutôt ne comprenait pas, et s’il avait su mettre un mot sur cela, il aurait sans doute dit qu’il était effrayé. La voix dans le fond de sa tête continuait de parler, dans des phrases et des mots intelligibles, des rires et des pleurs tous mélangés les uns aux autres, dans des bruits sourds, lointains, distants, trop proches et murmurés autant que hurlés ; mais tout semblait faire écho, tout semblait être ailleurs. Manny ? entendit-il enfin, Manny, je peux te parler ? parvenait-il enfin à entendre, son cœur s’arrêtant un instant lorsqu’il réalisa qu’il entendait sa propre voix. Sa voix d’autrefois, celle du petit garçon. Celle de Cletus avant qu’il ne se perde. Tu sais… Je sais pas trop comment dire ces choses-là, c’est bizarre… Non, non, il ne voulait pas en entendre plus. Poussant un long grognement alors qu’il essayait de bouger, comme si son corps était entravé par quelque chose, il arriva enfin à fendre la noirceur d’un coup de griffes et alors que le noir s’écroulait autour de lui comme de simples chutes de tissu, il fut confronté à un spectre, Manny. Elle était là, défigurée, le visage à moitié écrasé et explosé sous la force des roues du bus qui lui avaient roulées dessus. Et elle le fixait, vivante. Elle était vivante. Elle ne pouvait pas être vivante. Hahahaha, mais tu t’es vu Cletus ? vint rire une voix encore enfoncée dans son crâne. Celle de Manny. Juste avant qu’il ne lui ôte la vie. Même pas en rêve !

Et puis plus rien, comme si tout venait de s’écrouler d’un coup. Cletus se sentait mal, il avait mal. Tout à coup arraché à ses cauchemars, il s’écroula au sol en entendant le bruit strident d’autre chose venir le troubler avant de finalement le ressentir sur son corps tout entier et le forcer à s’agenouiller, puis à s'écrouler par terre de douleur. Carnage hurlait si fort qu’on ne devait plus qu’entendre qu’elle dans tous le quartier. Des tentacules jaillissants de toutes parts, des griffes et des dents s’acharnant dans le vide, des lames, des haches, des couteaux, des lances et d’autres armes surgissant de son corps, lui traversant les vêtements, la peau, l’esprit même tant la brûlure électrique était insupportable, et Cletus s’évanouissait. Il n’y avait plus que Carnage. Complète, présente, vivante. Furieuse.


le résumé du maâââl:
 

Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 413
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2467-braiden-like-a-puppet-



i'm so high

Braiden, Cletus, Kayden, Gunner, Hélène, Robyn, Alistair, Louisa, Loukas, Lucy & Cassandra
La blue. La dernière trouvaille des petits dealers de New York.
C'était pour ça que Braiden traînait dans ce quartier. La drogue ne l'intéressait pas à proprement parler. Faire du deal de cette saloperie n'avait absolument aucun intérêt pour l'homme d'affaire -oui c'était ainsi qu'il se voyait- mais il ne voulait pas non plus mettre fin à ce trafic. Ce que les gens sniffaient ou se shootaient dans les veines, il s'en foutait royalement.
Non, tout ce qui intéressait Braiden, c'était de savoir comment de simples dealers, sans vraiment de passé dans ce domaine avaient pu créer un truc aussi puissant. C'était tout. Il voulait comprendre tout simplement.

Il déambulait tranquillement dans la rue quand une explosion secoua les environs, provoquant un mouvement de panique alors qu'un sourire enfantin se dessina sur les lèvres du blond. Encore une explosion ? Ça commençait à devenir monnaie courante dans cette ville. Est ce que c'était encore l’œuvre de Jer' et de sa bande d'allumés ? Oh ce serait tellement amusant.
Enfonçant ses mains dans ses poches, il se dirigea vers le lieu supposé de l'explosion, fredonnant Tick Tick Boom des Hives tout en évitant les passants qui courraient dans le sens inverses.

Un champignon de fumée bleue apparut rapidement dans son champ de vision et il s'immobilisa pendant une fraction de seconde en le voyant avant de hausser les épaules et de se diriger dans sa direction, continuant de fredonner son air comme si de rien n'était. Bon et bien visiblement il arrivait un peu trop tard pour la blue. Tant pis, ça pourrait être amusant de voir l'étendue des dégâts.
La fumée retomba dans les secondes qui suivirent, recouvrant les rues et touchant toutes les personnes présentes, y compris le Richardson.

Et merde...

Ce n'était pas pour ça qu'il était venu à la base. Il ne voulait pas finir défoncé par une drogue inconnue, son cerveau était déjà bien assez malade pour lui faire voir un monde merveilleux.
Il secoua vivement la tête, se massant ensuite les yeux pour essayer de garder toute sa tête mais se raidit subitement en entendant une voix près de son oreille droite qui lui hurlait de foutre le camp. Le blond tourna la tête et écarquilla les yeux en réalisant qu'une minuscule pieuvre se tenait sur son épaule et qu'elle était en train de lui hurler dessus.
L'air complètement à l'ouest, les yeux écarquillés et un sourire béa aux lèvres, Braiden pointa la créature avec son index, prenant un air se voulant menaçant -qui devait plus ressembler à une grimace digne d'un mec bourré qu'autre chose- et lâcha un « Non HYDRA ! Je ne t'écouterai plus ! Je ne suis plus un numéro je suis un homme libre à présent ! »

Il cligna des yeux et se raidit de plus belle en réalisant que la pieuvre n'était plus là quand il les rouvrit.
Oulah. Quelque chose n'allait pas. Genre vraiment pas. D'un autre côté, il s'était rarement sentit aussi bien. Il savait que c'était une mauvaise idée, mais compte tenu de son état il ne doutait pas qu'il serait capable de voler s'il se jetait du haut d'un immeuble.
Putain ce serait tellement beau.

Reprenant -en partie- ses esprits il se remit en route sur le sentier qu'il ne parcourait pas quelques secondes plus tôt et passa le pont qui surplombait cette magnifique rivière aux reflets argentés pour se diriger vers la plaine qu'il pouvait voir se dessiner au loin, à travers les arbres.
Finalement, New York était vraiment sympa en cette saison.

Il passa rapidement le pont mais ce décor féerique laissa subitement la place à une immense salle, semblable à un hangar. Il déglutit avec difficulté et cligna plusieurs fois des yeux, essayant de garder son calme malgré la panique qui commençait à le submerger. C'était l'une des salles où il avait l'habitude de se faire torturer du temps où il était encore à HYDRA. Il la reconnaissait. Tout était encore en place. L'espèce de chevalet sur lequel il l'attachait, les poches de perfusions qu'ils lui enfonçaient dans la peau... Tout.

Il se força à fermer les yeux, appuyant ses paumes sur ses paupières pour ne plus voir ça et son regard s'apaisa immédiatement quand il les rouvrit.

Il y avait un chien (Alistair) -plutôt impressionnant d'ailleurs- et qui ressemblait vaguement à un Terre-Neuve à quelques mètres de lui. Le blond poussa un couinement d'excitation rapidement suivi d'un « Il est trop mignon ! » Et se dirigea le plus rapidement possible vers l'animal dans l'espoir de le câliner mais ne put se retenir de hurler un « Attention piti chien ! » A l'animal en voyant un... Taxi ? Sérieusement ? Voler dans sa direction.


Le piti résumé qui va bien:
 
THE NEW AGE

_________________

I'm Only Joking
I'm Just A-Fucking With Your Head
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts • fry those bitches
avatar
MESSAGES : 1721
it's a revolution, i suppose
thunderbolts • fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Ça sent le grillé. Et la merde aussi.
Lorsque tu lâches cet idiot de pantin d’entre tes crocs, tu as l’impression qu’il a un goût étrange. Le parfum était un peu fumé, ça avait même tendance à tirer vers la cacahuète ou…l’amande. « Une amande grillée ?! », t’exclamas-tu, presque outré d’avoir à accueillir ça dans ta gueule. Quelques résidus d’ossements entre tes gigantesques rangées de dents n'étaient pas là pour embellir le tableau. « Qui m’a refilé cette merde ! QUI ?! » Ta corpulence rivaliserait aisément avec n’importe quel camion ici, et ça tombe bien, il n’y en a pas pour l’instant. Un pelage de nuit en plein jour, chose à laquelle tu n’avais pas été confronté depuis…depuis quand, déjà ? L’Afghanistan ? Ce désert aride qui t’en avait fait coller les poils à t’en démanger ? Tu te demandais bien pourquoi tu étais dans un tel état, là, à bouffer des amandes grillées. Tu reniflas un peu le cadavre de cette chose qui avait pourtant fait peur à ton Frère. Tarlouze…, lui crachas-tu de toutes tes forces alors que tu secouas un peu ta tête, l’air plutôt agacé. Tu étais sorti pour ça ? Pour cette pitrerie ? Ce mets dégoûtant ? Est-ce qu’il en était conscient, au moins ?

Non, bien sûr que non. Question non traitée pour abus de connerie.
« Il est trop mignon ! » « MIGNON ?! », braillas-tu de ta voix grondante alors que tu venais d’entendre quelqu’un prononcer ces mots - tu l’avais pris pour toi, évidemment. Lorsque tu posas tes yeux sur l’origine du bruit, si misérable soit-elle, tu fis face à une…cacahuète à pattes (Braiden). Et là, même si tu n’étais pas encore tout à fait assommé par les vapeurs bleutées du fait de ton métabolisme évolué, tu devais bien avouer que tout ça n’avait rien de normal. En fin de compte, Alistair n’avait peut-être pas complètement fumé, la preuve étant que ça t’atteignais toi aussi. Tu pressentis l’arrivée du taxi volant en entendant la taule se froisser et surtout, le cri éperdu de la cacahuète à pattes. Tout en rugissant de déplaisir, tu t’étais jeté sur ce dernier qui explosa à ton contact, une grenade (Gunner) s’étant invitée à la fête. Une incruste dont tu aurais bien aimé te passer. Lorsque tu retombais au sol, ce dernier vibra sur des mètres à la ronde, les fenêtres des bâtiments frémissant quelques maigres secondes après l’impact. Tu secouais de nouveau ton corps en voulant retirer les particules qui s’étaient déposées, grognant un peu dans ton geste. Évidemment, nous étions à New-York, le quartier n’était pas vide. Dans tes mouvements, tu avais écrasé des civils et l’explosion n’avait pas aidé, en soufflant quelques uns au passage.

« Je commençais un régime sans sel, vous faites chier, » lâchas-tu lorsque tu te rendis compte que tu marchais sur un certain nombre d’humanoïdes-cacahuètes. Cacahuètes salées, cela va de soi. Tu te ressaisis aussitôt, cherchant à trouver qui avait pu t’envoyer le taxi, mais aussi celui qui avait osé faire exploser ce dernier. Levant le museau, tu te fias à tes sens pour pouvoir y parvenir. Malheureusement, le vent tourna et tu te retrouvas alors avec une autre odeur, franchement écoeurante pour autant que tu ignorais de quel genre de truc il s’agissait (Carnage). Alignant le regard dans la direction où se trouvait « l’élément puanteur », tu visualisais une toupie rouge aux picots noirs et blancs. « Hé, Sailor Mars ! Tu chlingues ! », lui hurlas-tu dessus sans gêne. Tu es surpris de parler autant alors que tu es passablement sur les nerfs. À vrai dire, c’est cette vapeur bleue à l’odeur chatoyante qui te rendais étrangement moins impulsif qu’à ton habitude. Était-ce une bonne chose ? Présentement, oui. Au moins jusqu’à ce que les autres paramètres te décapent la cervelle. Ce qui ne tarda pas à arriver avec d’étranges visions, bien plus puissantes que les autres…ou plus riches en sens à tes yeux que de stupides amandes grillées ou cacahuètes hybrides. Un chien de prairie, non, deux, apparurent au niveau de tes pattes. Surpris, et surtout dégoûté par cette vision que tu ne supportais pas, tu avais sursauté, reculant. Holy f… ! Comment ? Comment quelqu’un pouvait savoir ce détail ? Tu tournais le museau dans la direction opposée, incapable de regarder plus de deux secondes ces bestioles. Même ça, tu n’aurais pas envie d’y goûter.
Jamais.

J’ai honte d’avoir à résumer ça…:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité



i'm so high

Braiden, Cletus, Kayden, Gunner, Hélène, Robyn, Alistair, Louisa, Loukas, Lucy & Cassandra
Louisa lui montre une énième vidéo de chat qui tombe : ça la fait toujours rire et lui aussi, il doit bien l'avouer. Le réalisateur a choisi de faire le tournage de son nouveau clip dans un bâtiment abandonné depuis des années. Ils sont tous les deux assis sur leurs chaises, attendant tranquillement que le tournage commence. Il peut voir du coin de l’œil quelques fans qui se trouvent derrière la ligne de sécurité formée par les gardes du corps. Un petit sourire lui vient aux lèvres et il leur fait un signe de la main. Des hurlements répondent à son geste et il pense qu'il ira sûrement signer quelques autographes avec Louisa après. Il fait un signe de tête à celle-ci pour désigner le groupe principalement composé de jeunes filles. « Ça te dit qu'on aille les voir après le tournage ? » Il a toujours aimé le contact avec ses fans et il sait que Louisa aussi, même s'il a toujours été plus exubérant qu'elle à ce propos.

Avant qu'il n'ait pu entendre sa réponse, une grande explosion se fait entendre. Il tourne la tête et voit le nuage bleu qui s'envole dans les airs. « Bordel de merde, qu'est-ce que c'est que ce truc ?! » Il n'a pas le temps d'avoir de réponse qu'un brouillard bleu se forme autour d'eux. Il prend une inspiration et tout se mélange autour de lui. Des lumières ahurissantes se font voir devant ses yeux - il ne pensait même pas que des couleurs pareilles existaient. Il voit un champ de fleurs devant lui. Un grand éclat de rire le prend alors qu'il se lève pour se promener. Des explosions se font entendre à ses oreilles (Merci Gunner) et il sourit. Ça lui rappelle le frisson de la guerre. Ses mains se penchent pour attraper des fleurs qui ne sont pas présentes dans ses mains même s'il n'en a pas conscience. Il les respire et ça sent la barbe à papa. Il éclate à nouveau de rire et se tourne vers son amie. « Goûte ! » Il lui tend la fleur d'une main alors que de l'autre il commence à manger une marguerite au goût de marshmallow. Mais, très vite, un frisson le prend et il peut voir la fleur se transformer en vers visqueux grouillants. Il recrache ce qu'il a dans la bouche qui a un goût de mort. Il voit encore les cadavres des vers et un haut-le-coeur le prend. Il se retient difficilement de vomir avant de tourner son regard vers Louisa. Et là, ça arrive. Les contours autour d'elle se font flous et il voit son futurs - ses futurs, tout ceux qui sont réalisables. Il n'a plus aucun contrôle sur son don. Il la voit mourir, la bouche et les yeux ouverts dans une expression de surprise et de de douleur. Il n'a pas le temps de s'appesantir qu'un autre futur se montre devant ses yeux : elle, attachée, torturée par... elle-même. C'est Louisa, sans l'être. La personne qui la torture lui ressemble en tout point mais a un sourire sadique aux lèvres qu'il n'a jamais vu chez son amie. « Mon Dieu... » Il ferme les yeux mais les images dansent encore devant ses yeux.

Il court, s'échappe, et arrive dans la rue. Là, il voit un... Cerbère ? Un putain de chien des enfers ! (Alistair) Il a trois têtes et des gueules tellement grandes... Mais ce n'est rien comparé à ses dents immenses ! Il est sûr qu'il suffirait qu'il passe son doigt dessus pour le couper. Elles ont l'air affuté et la bave qui sort de ses mâchoires n'est pas là pour le rassurer. Il s'approche d'un homme qui se trouve proche du chien (Braiden) et lui attrape la main afin de l'éloigner. « Vite, il a la rage ! », lui hurle-t-il. Une fois qu'il a mis quelques mètres entre eux et la bête, il retourne vers l'homme qu'il pense avoir "sauvé". Quand il plonge son regard dans celui de l'inconnu, des images dansent devant ses yeux : futurs. Sa bouche décrit tout ce qu'il voit sans qu'il ne puisse s'arrêter. « Vous... allez devenir président des États-Unis. Que dis-je ! De la galaxie ! Vous serez le représentant des extraterrestres. Ils vous éliront rois de cet univers et des autres. Oh... Oh ! Et je vois des explosions, des pantins à vos pieds. C'est... » Il avale difficilement sa salive. L'adrénaline court dans ses veines face à toutes ces images de puissance, de gloire mais surtout de violence. Il a l'impression de se retrouver quand il était encore à l'armée et, putain, il aime ça. « ...Magnifique. », termine-t-il, dans un souffle. « Je vois des batailles, l'apocalypse. Vous serez un cavalier de l'apocalypse : Guerre. Vous serez surnommé Braiden le Brillant pour vos plans de bataille imparables. Mon Dieu... » Il ferme les yeux et porte ses mains à ses têtes. Trop d'informations. Il maîtrise beaucoup mieux ses pouvoirs habituellement mais là... Tout vient par vague, il ne peut rien arrêter. Il rouvre les yeux et tourne son attention sur le cerbère (Alistair). Devant ses yeux, il saute partout détourne son attention à gauche à droite et Loukas voit devant lui une balle rose bonbon à poids vert cherchant le regard de l'animal. Un rire échappe aux lèvres du musicien. Il a l'air beaucoup moins effrayant ainsi...

Résumé wesh magueule:
 
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité

I'm So High intrigue 3


With Braiden, Cletus, Kayden, Gunner, Hélène, Robyn, Alistair, Louisa, Loukas, moi et Cassandra.

Lucy pensait simplement allez à son boulot sans trop de probleme. Elle préférait les rues du Bronx pour rejoindre le bar.  Lucy était tranquillement entrain d'écouter Warriors d'Imagine Dragon quand elle vit cette fumée bleue approchée. Alors qu'elle enlevait ses écouteurs, elle écouta plusieurs explosions. Pourtant sans comprendre, elle vit son frère juste devant elle. Lucy voulait courir vers lui, son frère adoré se trouvait juste devant elle. Pourtant un homme lui rentrait dedans, il ressemblait à son père. Lucy était perdue pourquoi son frère se trouvait là. Le nom de son frère se murmurait par ses lèvres, elle courait vers lui et une autre personne lui rentra dedans. Son frère était là sans pouvoir l’atteindre, il y avait trop d’obstacle pourtant elle arriva devant lui. Harry, tu m'as tant manqué. Je m'était inquiétez. Lucy pleurait et son frère ne répondait pas, elle le serra dans ses bras avec amour et l'embrassa, il était réel. Lucy n'avait pas d'hallucination. Son frère était de retour. Alors qu'elle pensait être heureuse, un homme masqué avec des cornes de bouc attaqua son frère. Il était en train de le tuer sous ses yeux. Son frère l'abandonnait une seconde fois. NOOOOOOOOOON HAAARRYYYYYYY !!!!! Son frère était en train de se vide de son sang. L'homme masqué s'approchait d'elle avec son couteau couvert du sang de son frère. Lucy voulait courir et se sauver et elle rentra dans le poitrail d'un dragon qui avait pas l'air très sympathique. En se retournant, elle vit l'homme approché et le dragon semblait être énervé. Le dragon fut attaqué par une pierre géante, elle réussit alors à se sauver. Lucy remarqua tout le sang de son frère et se remit à sangloter. Son frère était mort et maintenant elle était seule, le monde était en pleine apocalypse. Elle se recroquevilla aux milieu de la rue dévastés par le dragon et le géant sur sa colline. Lucy vit un poignard en or par terre, elle prit sans remarquer le sang qui coulait de sa main, elle pourrait se défendre. Douce folie, elle ne savait plus allée ou que faire. Devait elle prévenir ses parents ? Son portable était introuvable, elle l'avait perdue. Lucy avait mal et voulait que tout s’arrête. Lucy devait faire quelque chose, elle allait tuer la personne qui avait tué son frère. Elle essaya de le chercher et le retrouva non loin du dragon. Il ressemblait à Loki celui qui était la cause du départ de son frère. Il semblait assez protéger sauf à la cuisse. Elle lui planta son poignard dans la cuisse. Pour Harry sale montre !!!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité



i'm so high

Braiden, Cletus, Kayden, Gunner, Hélène, Robyn, Alistair, Louisa, Loukas, Lucy & Cassandra
« Ah vous tournez à gauche ici ? J'aurais tourné à droite moi, mais après tout c'est vous le patron n'est-ce pas ? Je connais assez bien le quartier, j'ai vécu ici il y a longtemps, avant d'avoir ma propre boutique, je vous ai parlé de ma boutique n'est-ce pas ? Oui, oui, je crois vous en avoir parlé. Bref j'ai à un moment travaillé dans une autre librairie, dans le coin, parce qu'elle était en bas de chez moi et qu'ils cherchaient quelqu'un je ne me doutais pas que j'allais tomber dans la passion des livres, et surtout des vieux livres, vous savez ceux avec l'odeur un peu humide et la poussière et cette étrange émotion lorsqu'on ouvre au milieu pour découvrir une police pas utilisée de nos jours ? Vous savez les livres dont on devait découper les pages après l'achat ? Je vais là-bas. Pas pour ma boutique, mes clients n'achètent pas ce genre de livre, mais plutôt pour moi, pour ma lecture personnelle vous voyez, et puis pour parler à mon ancien employeur, je m'entends assez bien avec lui et il a vraiment une histoire spéciale ! Il est né en Italie de parents allemands et tout a commencé lorsqu'il a rencontré ce labrador abandonné durant une semaine de vacances à Boston et-... »

Robyn est coupée dans son discours assommant à son pauvre conducteur de taxi (Allistair)par une imposante explosion qui fait s'arrêter net la voiture. Elle est dans le corps de Delphine, sa petite brune niaise et libraire qui parle beaucoup trop. Elle reste cependant cette extra-terrestre sans visage qui est aussitôt alerte au bruit de l'explosion, et dont les yeux s'éclairent à la vue de la brume bleue qui s'infiltre vite dans la voiture. Elle reconnaît immédiatement la drogue en question, pour l'avoir utilisée de nombreuses fois pour calmer des personnes qui n'avaient pas encore compris quel merveilleux bien elle allait leur procurer. Une vieille époque, révolue, avant Heather, avant de se promettre de ne plus (trop) faire de mal aux humains (enfin à certains).
En quelques mouvements, Robyn se précipite hors du taxi, du côté opposé de son conducteur. Elle a peur de ce que la Bleue pourrait lui faire faire, elle a peur de ce que la drogue pourrait la laisser faire, et elle se cache la bouche derrière son foulard, tout en sachant que cela ne fera que ralentir l'arrivée de la drogue (l'étroitesse de la voiture est beaucoup trop propice à l'inhalation). Elle réussit cependant à sortir, cherchant une rue déserte où se faufiler avant de faire quoi que ce soit d’embarrassant lorsque....

Delphine, elle la voit, brusquement, sa petite Delphine (ou Cassandra pour les intimes), souriante, douce, belle, elles ont le même visage à nouveau, elle lui passe devant, elle a l'air perdue. Doit-elle l'approcher ? Mais elle est si belle et elle lui a peut-être pardonné et peut-être qu'elles pourraient vivre de nouveau heureuses ensemble ? Elle la suit timidement, les yeux fascinés par ce premier amour qui lui a fait tant de mal. Puis elle est agressée, sa belle et tendre, mais elle résiste, et il y a son taxi qui vole (vraiment ? Un taxi qui vole?) et encore des explosions et elle a juste le temps de pousser Delphine le plus loin possible de ce qu'il se passe pour la protéger. Elle a le cœur qui bat à tout rompre et elle se sent devenir de moins en moins heureuse, de moins en moins sereine, de plus en plus inquiète, et alors que Delphine est contre le mur et qu'elle la protège de sa présence plus ou moins imposante (plutôt moins que plus). Elle susurre un : « Tout va bien ? » Mais sous ses yeux la jeune femme brune aux grands yeux dépérit, devient moisissure, décrépitude, poussière, chair en lambeaux, cheveux tombants, os bientôt à nus sous le regard paniqué de l'alien qui hurle et recule et trébuche et finit par terre toujours hurlant en fixant celle qui ressemble de moins à l'être aimé.

Et le monde tourne, et rien ne va plus, et elle supplierait n'importe quel dieu intergalactique de faire revenir la douce extase initiale de la Bleue.

Coucou c'est moi:
 
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE N°3 → neutral : i'm so high.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-