Partagez | .
 

 (wally) kiss me on the mouth and set me free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur

wallace “ wally ” watsoni wondered at him, so wise and so foolish, to have lived with me all these months and not know that the worst storms break inside a man.

Identité
Nom et Prénom : WALLACE RICHARD WATSON. Un nom qui a plutôt de la gueule, qui ferait presque croire que Wally vient de quelque part. À vrai dire, c'est seulement des prénoms que son père pensait être classe. Il ne les aime pas trop et préfère se faire appeler Wally. Watson est le nom de famille de sa mère et de son oncle. Celui de son père était Temple. Alias : W, ACE. Double U a été comme une évidence à l'oral, plus tard est venu Ace dans les dossiers de l'HYDRA. Wally aime bien le premier, ça fait très James Bond. Âge : DIX-HUIT ANS. Ça ne change pas grand-chose pour lui. Il sait juste qu'il est majeur, mais qu'il n'a pas le droit de boire. Lieu de naissance & nationalité : DETROIT. Il y a vécu jusqu'à ses douze ans. Il est purement américain. Métier : AGENT DE L'HYDRA. Depuis qu'il a été adopté par son oncle, HYDRA a régi sa vie. C'est un métier comme un autre. Malgré son jeune âge, Wally a parfaitement été endoctriné et est un excellent agent d'infiltration. Statut civil : CÉLIBATAIRE. Cette question ne fait pas grand sens pour lui. Orientation sexuelle : INCONNUE. Il ne s'est jamais posé la question. Parfois les missions voulaient qu'il s'approche romantiquent d'hommes; parfois de femmes. Il s'en fiche, au final. Particularités : TÉLÉPATHE. Un cas exemplaire de télépathie: la faculté de lire les pensées et les idées d'autrui dans un rayon de deux cent mètres environ, tout simplement. C'était évidemment plutôt embêtant au milieu d'une foule ou dans un supermarché mais rien de très grave. Wally pouvait particulièrement se concentrer sur une personne — avec un contact visuel — pour accéder à ses pensées en profondeur voire les explorer comme bon lui semblait. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, depuis qu'il est entré en contact avec une substance alien, c'est devenu insupportable: son don a été décuplé sous toutes ses formes. Il entend, plutôt littéralement, les pensées de tout NYC, sans discontinuer. Il a remarqué, ceci dit, qu'il pouvait se concentrer sur une personne en particulier si il la connaissait bien, même si elle se trouvait à l'autre bout de la ville. Il a découvert il y a un an qu'il pouvait mentalement converser avec autrui en se concentrant, et modifier la perception des autres de lui-même — pouvant se rendre invisible, par exemple. Et il y a aussi l'affaire des... trous. Wally sait qu'il a rencontré des gens — trois — desquels il n'entend tout simplement pas les pensées et qui annihilent parfois toutes les autres. Il les cherche depuis l'accident. Affiliation : HYDRA. Depuis toujours et pour toujours. Wally est persuadé de faire le bien.

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ? Si vous êtes un Mutant, avez-vous décidé de vous recenser ? Je suis complètement CONTRE. Je ne me suis pas recensé parce que je pense que c'est un procédé barbare. De plus, je ne sui spas libre de mes actions et repose, à la place, ma destinée dans les mains expérimentées de personnes plus intelligentes qui sauront ce qui est mieux pour moi. Je ne suis pas mon propre homme: je suis un agent de l'HYDRA. Et en temps que tel, je leur suis plus utile caché que recensé.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? OUI, je pense qu'ils sont une bonne chose. Ils sauvent les gens innocents des attaques alien mais ils sont trop... bien-pensants quand ils pensent intervenir dans les plans de l'HYDRA. Ils ne comprennent pas.
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime/faire le mal ? JE NE FAIS PAS LE MAL, j'exécute simplement des ordres. Ce n'est ni le mal, ni le bien. C'est ce qui est nécessaire.
Quand vous avez découvert que vous étiez un mutant, comment avez-vous réagi ? Et vos proches, sont-ils au courant ? J'avais QUATRE ANS quand mes pouvoirs se sont révélés mais je n'en ai jamais parlé à personne. Jusqu'à ce que le professeur Charles Xavier viennent me visiter à ma maison, à Detroit. Mon père n'a pas voulu croire que j'étais un surdoué, encore moins un mutant. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours entendu les pensées des autres. C'est un atout pour HYDRA et j'en suis heureux.
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? PARFAITEMENT. Je fais ce qui doit être fait. Certaines choses sont douloureuses et sales, mais elles sont nécessaires et je suis heureux d'être un ouvrier du monde de demain.


IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ;   Fréquence de connexion ;     Que pensez-vous du forum? ; Comment l'avez-vous découvert ?     Célébrité choisie ;   Credits (avatar, icon etc.) ;          

THE NEW AGE


Dernière édition par Wally Watson le Dim 5 Juin - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
a study in survival

everything is vast and endless, you say.
so are we.
La voix venait presque tous les dimanches. “ Wallace, nous pouvons t'offrir une vie meilleure, ” disait-elle. “ Wallace, nous pouvons t'aider. ” “ Wallace, tu seras parmi les tiens. ” “ Wallace, tu auras une maison. ” “ Wallace, tu ne devrais pas avoir peur de ton don. ” La voix ne comprenait pas. Personne ne pouvait réellement comprendre à vrai dire. Ils essayaient, ils essayaient vraiment. Wally le savait. Il pouvait le voir, par exemple, dans les yeux de la psychologue scolaire, impatiente de comprendre, embarassée de le voir se fermer sous ses yeux. Elle lui disait toujours: “ tu peux nous parler, Wallace, tu le sais ça, n'est-ce pas? ” Et Wally voyait bien son regard déçu quand il ne répondait pas. Il avait appris que le silence était la meilleure des armes.
Il n'avait que douze ans. Il ne comprenait pas réellement bien tout ce qui se passait mais il comprenait que personne ne comprenait son père. Lui, il comprenait son père. Il le comprenait mieux que personne. Il était énervé, il avait envie de changer d'air, il se sentait piégé, il avait perdu son boulot, personne ne reconnaissait sa valeur, sa femme était stupide, son fils une femmelette, personne n'irait nulle part dans cette maison, il bossait comme un dingue et personne ne reconnaissait sa valeur, c'était insupportable, il était énervé, il avait perdu son boulot, il était énervé, alors il les frappait. Ça faisait du sens, non? “ Je ne veux pas de votre maison, j'ai la mienne, ” murmurait toujours Wally avant de s'endormir, et il pouvait presque entendre la voix soupirer, la plupart du temps.
Un jour, la voix prit le visage d'un homme et toqua à la porte. Wally le sut tout de suite. Il reconnut le ton des pensées derrière la porte. Ils étaient trois. Il y avait la voix, un homme agacé et une femme inquiète. “ Laisse-nous entrer, Wallace. Nous ne voulons que ton bien, ” dit la voix donc après une hésitation, Wally ouvrit la porte. Son père, qui avait entendu qu'on frappait à la porte, se dressa aussitôt derrière lui et prit sa nuque dans sa main, faisant tressaillir son fils. “ Et qui êtes-vous? ” La pire chose était qu'il était presque charmant. Presque poli, quoique méfiant. Wally sentait pourtant ses doigts s'enfoncer sans douceur dans sa peau, comme si il s'apprêtait à s'emparer de sa colonne vertébrale pour la lui briser ou la lui arracher. “ Je suis le professeur Xavier. Voici mes collègues et amis, Logan et Ororo. Voulez-vous bien nous laisser entrer? ” Wally regarda tour à tour Logan (ça pue ici, ça pue la bière la transpiration la peur et la pisse, le gamin a l'air d'avoir peur et d'avoir mal, le père a l'air d'être suspicieux et méfiant, famille brisée, odeur de moisissure, odeur de sang, la femme pleure à l'étage) et Ororo (il est si frêle et si petite et si apeuré, j'espère qu'il va dire oui il faut qu'il dise oui, Xavier, dites-moi, peut-on l'aider, il faut l'aider, il a besoin d'aide).
Qu'est-ce vous nous voulez? ” rétorqua son père, sur la défensive, sa prise sur la nuque de Wally s'accentuant un peu et le faisant frémir. Le regard de Logan alla se planter dans celui de son père, comme pour le prévenir de ne pas continuer son petit manège, et Wally vit aussi Ororo se crisper. Le professeur Xavier ne bougeait pas. “ Il a été porté à notre attention que Wallace était un jeune homme très... spécial, avec des talents spéciaux. Je suis le directeur d'une école qui- - Nous ne sommes pas intéressés.Vous ne comprenez pas, intervint Ororo, impatiente. Nous sommes une école spécialisée pour les enfants comme votre fils. Les surdoués. Nous- - Toi, tu m'parles pas comme ça sous mon toit, la négresse. Je vais vous demander à tous les trois de foutre le camp. Si vous pensez que j'vais foutre mon fils dans une putain d'secte- - Écoute, sale merdeux- - Logan, ” dit simplement le professeur Xavier et Wally vit l'imposant homme poilu respirer profondément en essayant de se calmer. Wally lut dans ses pensées qu'il voulait démonter la gueule de son père pour une raison qui lui échappait et il eut envie lui-même de lui démonter la gueule. On touche pas à ma famille, disait son père. Des sages mots qui aiguillaient l'esprit encore malléable de Wally. Les yeux du professeur Xavier se fixèrent dans les siens. “ Wallace, nous pouvons t'offrir une famille, des amis, un toit, une éducation formidable. Tout ce qu'il faut- -Je ne suis pas intéressé, répondit Wally de vive voix. — Wallace, tu ne dois pas avoir peur. ” L'homme s'était exprimé à haute voix. Sans même le voir, Wally sut que son père devint tout rouge. “ Peur? Pourquoi Wally aurait peur d'quoi que ce soit? ” rugit-il et il claqua la porte, tirant sèchement son fils en arrière.
Sans le lâcher, il le tira, le poussa à l'étage, le faisant trébucher sur les marches inégales, manquant de l'encastrer contre le pied de son lit. Il lui retira de force son t-shirt, défit sa ceinture. “ Une école spécialisée, hein? Tu vas pas m'faire croire que t'es un débile, Wallace, si? ” Claquement. “ Peur, ils pensent qu't'as peur. ” Claquement. “ Mais t'as pas peur, hein, Wallace? Pas peur, hein? ” Claquement. “ J't'en foutrai, moi, des surdoués. ” (...) La voix venait parfois quand il pleurait et qu'il avait mal. “ Wallace, un mot de toi et nous arrêtons ceci et nous t'emmenons. Dis-le. ” Il entendait aussi les pensées confuses d'Ororo, inquiètes et rageuses; et l'envie de se battre de Logan. “ Vous ne comprenez pas, ” et Wally sut qu'ils comprirent, parce qu'il n'entendit plus jamais parler d'eux de toute sa vie.

__

Alors, hein? Ça te plait? ” Wally ne répondit pas, se laissant rebondir sur le lit à l'air très confortable avec un plaisir évident pourtant. “ Est-ce que j'ai le droit de prendre un Coca dans le minibar? ” finit-il par demander et son oncle lui offrit un grand sourire. “ Vas-y. Tu peux m'en prendre un aussi? ” Wally hocha la tête. Il alla prendre deux Coca, en donna un à son oncle qui le remercia d'un sourire. “ Qu'est-ce que tu penses de cet endroit? ” Wally réfléchit. “ C'est très spacieux, ” finit-il par dire lentement. “ Ah oui, c'est vraiment que c'est très différent de ta maison à Detroit, hein? ” Wally resta silencieux, emportant son Coca vers la baie vitrée. Chicago était une belle et imposante ville très différente de Detroit. Elle pulsait de vie alors que Detroit puait la mort. Son oncle — Charles, Charlie lui avait-il dit de l'appeler — était venu le chercher exactement quatorze heures après la mort de son père. Sa mère ayant été jugée incapable de s'occuper de lui, ils avaient contacté la famille la plus proche de lui: le frère de sa mère, qu'il n'avait jamais vu de sa vie avant. C'était un homme étrange. Très souriant. Il l'avait emmené avec lui à Chicago, en voiture, et ils s'étaient arrêtés deux fois à McDonalds et Charlie lui avait offert une PSP dans une station-service.
Il était très gentil. “ Ça va? ” Wally se tourna vers lui, surpris. “ Bah oui. Instant de réflexion. Pourquoi?Je sais pas. T'as l'air de te poser des questions. T'as des questions à me poser? Il est méfiant ou il est triste, il va pleurer ou il va hurler, putain, je comprends rien aux gamins, c'est vraiment parce qu'il le faut, il me fait penser à Kat même si il ressemble plus à son père, il est trop silencieux, trop frêle, trop petit, trop fragile, il ne survivra jamais. “ Non. On va vivre ici longtemps? Charlie sourit. — J'suis à peu près sûr que c'était une question, ça. Mais pour te répondre, non. J'ai juste un truc à faire en ville puis nous irons à Austin. Austin... Texas? C'est loin. ” Charlie haussa les épaules. “ On partira demain, ” lui indiqua-t-il, avant de consulter sa montre. Il se releva lentement, but une longue gorgée de Coca. “ Je dois y aller, d'ailleurs. Tu peux rester dans la chambre jusqu'à ce que je revienne? Tu peux te servir dans le minibar et commander à manger autant que tu veux au room-service. N'ouvre à personne d'autre. D'accord? ” Wally hocha la tête. Après une hésitation, Charlie s'approcha et lui tapota maladroitement le crâne. “ Je ne serai pas long. ” Puis il s'en alla.
Wally but trois Coca, sauta sur le lit, commanda des hamburgers au room service, regarda la télévision pendant trois heures, prit un bain chaud jusqu'à ce que la peau de ses orteils se flétrisse. Il se mit de la mousse à raser partout pour se faire une barbe de Père Noël, dessina la Tour Eiffel sur la condensation à la surface du miroir de la salle de bains, utilisa tous les shampoings en même temps.
L'homme qui frappa à la porte peu après minuit n'était pas Charlie. Wally le sentit tout de suite, alors il éteignit la lumière et se cacha sous le lit. Où est-il. Il l'entendit forcer la porte, la crocheter et l'ouvrir discrètement. Où est-il. Il vit ses pieds passer à quelques centimètres de son visage. Où est-il. Il ouvrit toutes les portes, toutes les armoires. Wally savait, rationellement, que se cacher sous le lit était une mauvaise idée. Son père le trouvait toujours, quand il se cachait sous le lit, et il le frappait encore plus fort. C'était injuste, d'être menteur et lâche. Il fallait accepter la punition telle qu'elle se présentait, sans peur mais avec courage.
Sauf que ce n'était pas son père qui cherchait la pièce. Où est-il, je vais le tuer, où est-il, je dois le trouver ou ils vont me tuer, où est-il, où est-il, comme un mantra. L'homme quitta la pièce et Wally compta jusqu'à mille avant de sortir de sa cachette. Rien ne semblait avoir changé dans la pièce, sauf que maintenant elle était froide et effrayante. Quand Charlie revint, il se mit à pleurer et se détesta pour ça. Il lui raconta tout, et puis il lui raconta la voix, et puis il lui raconta les voix. Charlie le serra contre lui. Il comprenait, lui. “ On va s'occuper de toi, murmura-t-il entre ses cheveux en calmant ses pleurs. Ne t'en fais pas. ” Wally pensa que le on lui faisait peur mais Charlie l'enveloppait dans de l'amour et du réconfort, alors il ferma les yeux et s'endormit dans ses bras.

__

Wally, je te présence Reyhan et Sevastian. Ce sont des agents de l'organisation pour laquelle je travaille. ” Wally les regarde l'un et l'autre. Ils ont dix-huit ans. Il en a treize. Ils sont super impressionnants. Ils ont des regards sombres. Mais il n'entend pas leurs pensées. Ça fait un an qu'il a quitté Detroit et un an que Charlie l'amène à droite à gauche, lui fait rencontrer des gens qui sont souvent très impressionnés par ses capacités. Ils travaillent tous pour son organisation mais Wally ne comprend pas très bien. Ne veut pas comprendre.
Mais il y a quelque chose de différent chez Reyhan et Sevastian. “ Bonjour, fait Wally, mais aucun des deux ne répond. Et ça, c'est qui? ” Il désigne du doigt l'homme entre les deux adolescents. Il a un sac sur la tête, un costume tâché de sang. “ Retire ton casque, Wally, ” murmure Charlie et le garçon s'exécute. C'est un casque qu'il porte presque chaque jour, maintenant. Charlie dit que c'est pour son bien alors Wally le fait. C'est un casque qui lui permet de complètement ignorer les voix, de ne plus les entendre et d'être un gamin normal.
Je n'arrive pas à respirer que se passe-t-il où suis-je je n'ai rien fait j'y suis pour rien je ne peux pas bouger je ne peux pas hurler je ne peux rien faire je vais m'étouffer et mourir.
Tu sais qui c'est, alors? Non. Il a juste... peur. ” Wally s'approche mais le regard de Sevastian le cloue sur place. C'est un p'tain de gringalet il sert à rien c'est nul comme nom Wally il me fait penser à non je n'ai pas le droit de penser à ça qu'est-ce qu'il fout là qu'est-ce qu'il attend. Wally fronce les sourcils. “ Je suis pas un gringalet, lâche-t-il. — Sors de ma tête, grogne l'autre en réponse. — Bon, vous faites quoi? On a pas toute la journée, ” fait celle qui s'appelle Reyhan et quand Wally tourne les yeux vers elle, elle détourne le regard. Mais il n'a pas besoin de ça pour lire ses pensées. Il ressemble à Bell il a les mêmes yeux et les mêmes os chétifs et le même regard fragile et il ne durera pas plus longtemps et- -On a besoin de savoir si c'est un agent de- d'une organisation adverse qui s'appelle le SHIELD. Tu peux découvrir ça, Wally? Oui, bien sûr. Enlevez lui le sac. ” Après une hésitation, Sevastian s'exécute et Wally plonge son regard dans celui de l'homme. Je ne leur donnerai rien jamais ils ne pourront rien m'arracher ils ne comprendront jamais rien je ne lâcherai pas le morceau non non non jamais jamais jamais. Mais Wally pose sa main sur son front en disant lentement “ SHIELD ” et ses yeux injectés de sang roulent dans leurs orbites.
Certaines personnes sont plus simples à explorer que d'autres. Certaines personnes rangent leurs souvenirs, leurs émotions et rien ne dépasse. Wally en a rencontré pas mal, des gens comme ça. Dans la vie de tous les jours, généralement, les gens se laissent aller et tout s'entremêle.
Quand il doit explorer, c'est plus long et compliqué. Il doit chercher. C'est pour ça qu'il s'aide avec le mot SHIELD, parce que même contre sa volonté, l'homme fait des liaisons mentales et se concentre sur ce qu'il sait de l'organisation. Plus il cherche à ne pas y penser et plus il y pense.
Wally laisse rapidement tomber sa main. “ Ça fait trois mois qu'il est infiltré à HYDRA. C'est quoi, HYDRA? ” demande-t-il en se tournant vers Charlie mais il ne répond pas. “ C'est un agent du SHIELD? Oui. Il s'appelle Michael Johansen. Il fait partie de l'équipe Foxtrot, il a une femme dans une planque dans l'Ohio, son niveau d'accessibilité est le niveau sept et- - Il s'interrompt parce que Reyhan a sorti une arme. Tu fais quoi? ” Elle fait sauter le cran de sûreté et le pointe l'arme sur le crâne de Johansen. “ Les traîtres doivent mourir. BANG!

__

Ils lui ont dit d'être vigilants. Wally sait être vigilant.
Ça fait trois ans qu'ils sont à New York. Charlie n'arrête pas de lui dire qu'il est utile. Qu'il les aide beaucoup. Et ça convient à Wally. Personne ne soupçonne vraiment un gamin comme lui, si chétif, à l'apparence si fragile. On ne le regarde qu'une fois, on ne le voit même pas dans le paysage. Et pourtant, Wally écoute tout le monde, toutes leurs pensées, tous leurs désirs, tous leurs secrets.
Je dois aller chercher Mike à l'école faut vraiment que je lui parle putain mais qu'est-ce qui m'arrive j'ai hâte de rentrer à la maison je crois que je me suis tordu la cheville des mutants dans ma maison non mais quelle blague comment ose-t-elle me faire ça putain je mangerai bien des nouilles ce soir alors comme ça tu penses pouvoir faire ça sans que je m'en rende compte il faut absolument pas que j'oublie de payer le loyer putain juste une dose juste une dose je t'en prie il faut juste pas que j'oublie d'aller la voir pour m'excuser d'accord tout va bien je vais bien s'il te plaît s'il te plaît me laisse pas.
C'est un sacré bordel, New York.
Mais c'est un joyeux bordel.
Pour une fois, on lui a dit de ne pas mettre le casque. Généralement, le casque — qui ressemble plus à une couronne, pour être tout à fait honnête —, il l'emmène avec lui en mission et l'enlève seulement quand il le faut. Les maux de tête ont tendance à le clouer au sol rapidement. Cette fois, Charlie lui a dit qu'ils attendent à ce que le SHIELD intervienne sur le transport. Il doit être vigilant. Tout le temps.
Une voiture qui vient percuter la leur? Une sniper qui vient tuer le chauffeur? Ou pire, renverser la cargaison? On leur a pas dit grand-chose. Juste que c'était dangereux. Instable.
Il discute avec le chauffeur mais ses pensées s'éloignent vers celles des autres.
Ça fait combien de temps que t'es dans l'organisation? j'hésite entre subway et mcdonalds putain t'as vu les news ouais il m'a follow back sur twitterOn s'en fiche, ça, non? ils arrêtent pas de faire du bruit j'ai vraiment envie d'un sachet de weed juste pour la soirée non ça s'épelle williams w-i double l-i-a-m-s comme sophieOuais, nan, j'me disais juste que t'es un peu jeune. C'est tout. J'ai lu quelque part que le SHIELD engageait plus jeune encore. T'en as entendu parler? Pour faire des agents encore plus brainwashés. C'est des fous. Ouais.
SHIELD.
SHIELD.
SHIELD.

Quelqu'un pense au SHIELD.
Attends, murmure Wally. Ralentis. Je crois que je les ai trouvés. Qui? ” Wally ne répond pas. Ferme les yeux.
Papa est à l'hôpital j'ai vraiment pas envie d'y aller j'ai encore cet essay à rendre pour demain et j'ai pas commencé hahahah t'as entendu sa blague c'est énorme j'adore ce mec j'aimerais mourir je m'emmerde HYDRA HYDRA HYDRA c'est bientôt son anniversaire faut que je lui trouve un cadeau j'aimerais être chez moi je m'emmerde HYDRA HYDRA HYDRA ça te dit d'aller au musée oh putain la connasse nan elle a pas fait ça comment ça se fait HYDRA HYDRA HYDRA.
Regarde-moi. J'conduis.Harris, regarde-moi. Regarde-moi.HYDRA HYDRA HYDRA JUSTE HYDRA.
C'est lui.
Le reste est un peu confus.
Wally se souvient de la main de Harris qui se décolle lentement du volant pour aller chercher son holster. Il se souvient du merde je suis à découvert qu'il a pensé et du phénoménal WATCH OUT venant de quelqu'un d'autre. Il se souvient de la peur qui s'est entremêlée dans ses tripes. Il se souvient des mains qu'il a tendu vers le volant.
Puis le vide.

Il se souvient de la douleur. Il se souvient avoir ouvert les yeux et avoir eu si mal, si mal au crâne, si mal au visage, si mal au nez, si mal aux poumons, si mal partout. Il se souvient du sang, du verre brisé et surtout, il se souvient de la douleur.
Il se souvient aussi de leurs voix, si différentes, si similaires.
Aedan Ethan Eugene non non non s'il vous plaît Aedan s'il te plaît ouvre les yeux Aedan ne me laisse pas seul Aedan j'ai mal putain putain putain non non non Aedan j't'en prie Aedan Aedan Aedan.
Il se souvient avoir défoncé la vitre du camin, il se souvient s'être glissé dehors, d'avoir rampé en direction de la voix. Il se souvient de la texture du sol. Glissante. Dégueulasse. Étrange.
Il se souvient que rien n'existait. Ni le son des sirènes ni celui du sang dans ses oreilles, ni rien. Juste la voix. Unique, alors qu'elles étaient trois un instant plus tôt.
Ils ont toujours été ensemble ils sont jumeaux ils sont frères ils ont le même coeur le même sang la même vie la même âme il ne peut pas le laisser ainsi Aedan Aedan Aedan s'il te plaît réveille-toi ne me laisse pas dans ce monde s'il te plaît je ne peux pas je ne peux pas je ne peux pas.
Ace? Ace! ” On le prend par les épaules, on le soulève. “ Ace, tu m'entends? ” On passe une main sur son visage, dans ses cheveux collants. Je ne peux pas je ne peux pas je ne peux pas.On doit partir, vite. ROBINSON! Harris?Il est mort. Mais qu'est-ce qu'on fait de- - On peut rien y faire. Ace tu m'entends? Je- je ne peux- je ne peux pas- - Si, tu peux, allez, VIENS. ROBINSON! À MA SUITE! ” On le traîne. On le traîne dans le sang, dans la boue — mais ce n'est ni du sang ni de la boue, mais ça il ne s'en rend pas compte. Il les yeux fixés sur la voiture dans laquelle le camion s'est encastré.
Je ne peux pas vivre dans un monde sans toi.

__

L'organisation... a un peu changé, Wallace. Wally. Pardon? Mon nom c'est- c'est Wally. ” L'homme sourit. “ D'accord, Wally. Donc comme je te disais, il y a eu quelques remaniements après la regrettable mort de madame Fawley. Elle me faisait peur. Mon oncle- - — Peu importe. Qu'est-ce que je disais? Ah oui. Fawley. Regrettable. Ton oncle a pris sa place, tu ne l'ignores pas. Oui et- - Tu vas finir par te taire, gamin?
L'homme le prend à la gorge.
Ça fait longtemps qu'il n'a pas vu cette violence dans les yeux d'un homme. Ça fait longtemps qu'il n'a pas eu cette peur collée à la peau, entrelacée dans ses veines. Ça fait longtemps qu'il n'a pas eu l'impression d'être en faute, d'être sur le point de pleurer. C'est de sa faute. Il doit se taire. Il doit se taire. “ Tu vas te mettre à chialer, maintenant? N-non. Non...? Non, mon-monsieur, je- je vais pas me mettre à chi-chialer. Ah tiens? J'aurais presque cru. Très bien. ” Il le lâche et Wally respire à nouveau.
L'autre ne semble pas remarquer. Boers — c'est son nom — s'éloigne un peu avec un sourire cruel. “ Remaniement, donc. Le grand patron est de retour et il a tué ton oncle et j'ai pris sa place.
Son oncle.
Mort.
Mais je suis prédisposé à t'accueillir chez moi, Wally, tu n'as pas de souci à te faire. Après tout, tu ne chiales pas, n'est-ce pas? Et j'ai une fille qui est à peine plus âgée que toi. Je suis sûr que vous vous entendrez- - ” Il est interrompu quand on ouvre en grand la porte de son bureau étroit dans la base. Wally reconnait Sévastian et Reyhan, qu'il n'a pas vu depuis des années, leurs regards sombres et leurs mâchoires serrées. L'homme entre eux, lui, est tout à fait inconnu. “ Leonhard. Monsieur Boers. Quel plaisir de vous revoir. ” Wally entend bien qu'il n'est pas sincère. “ J'étais justement en train d'expliquer à notre cher Wallace- Wally, pardon, ici présent la regrettable mort de son oncle. Et ma récente promotion. Oh. Par ailleurs, je voulais vous donner mes félicitations les plus sincères, monsieur Boers. Ah, Leonhard! Toujours si charmant. Enfin. Où en étais-je? La promotion, murmure Wally. — Ah oui! Ma promotion. Du coup, Wally ici présent n'a plus vraiment de tuteur. Je me chargeais justement de- -Monsieur Boers. ” Wally n'écoute pas vraiment le reste. Il regarde juste, tour à tour, Boers, Leonhard, Leonhard, Boers et à la fin, Sévastian s'avance, pose sa main sur son épaule et le pousse en avant. Quand il tourne la tête, il voit juste le regard glacial agacé de Boers qui le suit.

Personne ne parle, dans la voiture. Wally regarde ses mains. Son oncle est mort. Il est tout seul. Il est tout seul. Il y a Reyhan à côté de lui, Sévastian de l'autre et Leonhard qui lui fait face alors que le chauffeur du break sifflote tranquillement au volant. Il sent le regard de Leonhard braqué sur lui mais personne ne dit rien. Wally regarde ses mains. Ses doigts tremblent.
Que va-t-il devenir?
Ça ira, ” dit Reyhan, quelques heures plus tard, quand ils l'ont installé dans une petite chambre dans l'appartemment de Leonhard. Ça ira? Mais ça ira comment? “ Prends une douche. Tu te sentiras mieux.
Il enlève son t-shirt trop grand. Il enlève son pantalon un peu sale. Ses chaussettes. Ses sous-vêtements. Le bracelet en cuir qu'il porte toujours au poignet. Il se regarde dans le miroir de la salle de bains.
Que va-t-il devenir?
Il enlève, après une hésitation, la couronne de plomb et d'adamantium qui ne quitte jamais son crâne.
Les pensées l'assaillent.
Ils les repoussent.
Elles demeurent.
Toutes.
Toutes.
Toutes en même temps au même moment en cet instant présent dans sa tête qui s'entrechoquent qui s'enlacent qui disparaissent qui gagnent en intensité.
Toutes.
Toutes.
Et puis.
Les.
Trous.
Noirs.

Que va-t-il devenir?

THE NEW AGE

_________________

“ Who said 'please' that made you hate the word so much? ”
“ I did. ”


Dernière édition par Wally Watson le Sam 4 Juin - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 170
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
don't mess with the h squad
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 257
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2894-finn-soon-i-ll-come-around
JE TE BAISE AVEC AXEL, JE TE BAISE AVEC CLETUS, JE TE BAISE AVEC KURT.

JE TE BAISE AVEC LES TROIS EN MÊME TEMPS RIEN A FOUTRE

:pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Rebienvenue à la maison chaton ♥
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur

vous êtes mes bests.
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 1224
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Re-bienvenue Quel perso encore…
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 170
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur
Cletus Kasady a écrit:
JE TE BAISE AVEC AXEL, JE TE BAISE AVEC CLETUS, JE TE BAISE AVEC KURT.

JE TE BAISE AVEC LES TROIS EN MÊME TEMPS RIEN A FOUTRE

:pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink::pink:

calm yo tits wesh, c'est ma chienne.

_________________
don't mess with the h squad
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Tiens ils engagent des enfants à HYDRA =O ?
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 1224
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Ben oui, regarde-moi Ata !

Et on se calme là !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


que de faiblesse, ça me désole.




:keur: :keur: :keur: :keur: :keur: :keur: :keur: :keur:

+ j'viens de genre dévorer la moitié de ta fiche, j'veux des liens :onfire: :onfire: :onfire: :onfire: :onfire: :onfire:
Revenir en haut Aller en bas


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1315
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com



félicitations !

tu es validé mon brave
Bienvenue chez les HOMO SUPERIOR.

va nous commencer un RP maintenant, p'tite pute.

time to have fun. Maintenant que tu es validé, tu peux commencer par aller recenser différentes choses, comme ton métier ou ton pouvoir si tu en as un. Tu peux aussi te chercher des copains sur le forum, c'est à dire poster ta fiche de liens. Si ton personnage est du genre à passer son temps sur son téléphone ou sur le net, tu peux aussi te rendre sur la webosphère.
Nous t'encourageons fortement à te rendre dans la chat box pour y faire la rencontre des autres membres, si tu le souhaites ! Sinon, tu peux aussi aller te créer un scénario. Quoi qu'il arrive, n'hésite pas à te faire ton trou par chez nous, on te souhaite bien des RPs et une belle et longue aventure sur TNA !

ENJOY !
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
VOUS ÊTES TOUS DES AMOURS ET JE VOUS AIME.
:hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric:
les enfants à l'HYDRA, c'est les plus mieux. ils nous touchent et nous apprennent la vie. :mdr: :inlove:

stan lee t'es une pétasse.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

(wally) kiss me on the mouth and set me free.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» KISS ME ON THE MOUTH AND SET ME FREE (moelee)
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» présentation de kiss me
» oh !? It's You & I ? Let me kiss you !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-