Partagez | .
 

 Warren Worthington III aka Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Warren Kenneth Worthington III
« Mon budget chemises a explosé ce mois-ci... »


Identité
Nom et Prénom : Warren Kenneth Worthington, troisième du nom. Ça sent la panne d'idées. Tiens on va l'appeler comment ce petit ? Bah on n'a qu'à l'appeler comme mon père et moi, et on rajoutera trois derrière, pour pas confondre. Alias :  Angel. J'ai gardé ce surnom depuis l'adolescence, il me tient à cœur de lui faire honneur. Âge : 27 ans. Lieu de naissance & nationalité : Je suis né à Centerport, autant dire à New York. Donc je suis un Américain pur souche. Métier : X-Men (si on le considère comme un métier) et Professeur de sport à la X-Mansion. Statut civil : Célibataire. Orientation sexuelle :  Hétérosexuel, pour le plus grand soulagement de mes parents je crois. Quoiqu'après la mutation, ça serait sans doute passé comme une lettre à la poste Particularités : Oh pas vraiment de... ah vous voulez parler de ça ? Ah oui j'ai des ailes dans le dos. L'avantage c'est que ça tient chaud dans le dos les soirs d'hiver mais ce n'est parfois pas pratique d'avoir un pouvoir qui implique de se déshabiller pour pouvoir l'utiliser... Donc autant dire que je sais voler. Je peux aussi supporter la charge de plusieurs personnes (pas sur des distances de folie non-plus). J'ai aussi appris à me battre au cours de ces dernières années. Affiliation : X-Men !

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ? Si vous êtes un Mutant, avez-vous décidé de vous recenser ?  Je ne suis pas particulièrement favorable à cette loi parce que j'ai peur qu'elle soit utilisée à mauvais escient, notamment contre les mutants recensés eux-mêmes mais également contre leurs proches. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je pense que je n'y serais pas allé. Bien entendu, je sais qu'on me connaît et quand je ne suis pas camouflé sous mes vêtements, ce n'est pas discret... Mais sur le principe. Et puis j'ai eu une conversation avec le professeur et Bobby... Je suis contre ce recensement, qui ne fait suite qu'aux attentats et aucun débat sérieux. Mais pour montrer la bonne volonté des mutants et par pure solidarité avec Bobby, je suis allé me faire recenser.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Forcément. D'abord, je les admire parce qu'ils sont devenus – malgré eux ou pas – de véritables personnages publics et par là même des cibles. Leurs détracteurs sont nombreux mais je pense vraiment qu'il y a des menaces face auxquelles les armées ne peuvent rien. Et puis les X-Men ne peuvent pas non-plus être sur tous les fronts. Donc ils ont tout mon soutien, encore plus en ce moment où leur légitimité semble bien souvent remise en question... J'aurais peut-être quelques retenues sur la présence de personnes qui malheureusement ne contrôlent pas encore bien leur... personnalité comme Hulk. Parce que s'engager dans un tel projet, c'est le faire pour les autres et s'il y a moyen d'éviter le danger au civil...  
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime ? Je n'ai jamais eu de grief particulier envers les autres. D'abord, j'ai eu la chance de grandir dans une famille aisée financièrement et socialement très... active dirons-nous. Donc l'argent n'aura pas été un bon motif pour attaquer les autres. Et puis je ne me vois pas faire du mal aux autres. J'ai envie de les aider, envie de les comprendre mais je ne pense pas que la violence soit la bonne réponse, quelle que soit l'agression commise. C'est dommage qu'Erik et ses « sbires » aient oublié qu'il y a une alternative à la guerre. Tuer les mutants ne mènera à rien. Tuer les humains non-plus. Pourquoi penser que ceux qui ne nous ressemblent pas doivent périr ?
Quand vous avez découvert que vous étiez un mutant, comment avez-vous réagi ? Et vos proches, sont-ils au courant ? Comment diiiiire ? Mon père l'a appris un peu brutalement, encore qu'enfant j'essayais d'arracher mes premières plumes qui me terrifiaient. Je ne supportais pas cette anormalité et je me souviendrai toujours de son regard quand il l'a découvert. J'étais moi aussi corrompu, perdu. Il semblait... triste. Comme s'il venait de perdre quelque chose, comme si nous avions tous les deux perdus mon humanité. Ma mère, qui a toujours cru dans le talent de mon père, est restée persuadée qu'il pourrait me guérir. Elle refusait de voir les ailes dans mon dos, et a cherché à me garder éloigné des autres mutants, ayant peur qu'ils aient une mauvaise influence. Ils ont toujours cru faire ce qui était le mieux pour moi, je ne leur en veux pas.
Dans quelles circonstances avez-vous obtenu vos pouvoirs ? Naturellement
Qui connait votre véritable identité ? Comment faites-vous pour la cacher ? Quand j'étais adolescent, j'ai camouflé mon visage, tout simplement. Mais j'ai finalement assez vite assumé mes ailes. Je peux même dire que j'en étais plutôt fier. J'ai donc volé librement sans me soucier de dissimuler mon identité. Maintenant, tout le monde la connaît et je m'en moque
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? Oui j'en suis tout à fait satisfait. Après le conflit d'Alcatraz, ça a semblé naturel pour moi de me tourner vers la X-Mansion parce qu'ils avaient des valeurs que je partageais. Je pensais aussi que les « êtres humains » ne devaient pas périr à cause de leur ignorance ou de leur peur. Mon père en était le parfait exemple. J'aime moi-même beaucoup me dépenser physiquement, je trouve que ça aide à bien réfléchir. Et puis il faut bien savoir réagir physiquement à certaines situations... Je ne suis pas pour le fait d'apprendre à ces gamins à se battre mais se défendre, pourquoi pas...


Biographie
La paix restera toujours une option, en fait.
Ah c'est un fils ! Warren Worthington Jr sort de l'hôpital. Il transpire, n'a pas dormi depuis presque 40h, sa femme vient de lui écraser les doigts pendant 37h de travail acharné, il a dix-sept messages vocaux sur sa messagerie et ses parents l'ont accusé de ne pas les avoir prévenus que le travail avait commencé. Ah c'est un fils ! Kathryn n'en peut plus, il a cru la perdre, ainsi que l'enfant. Cet enfant, il n'aurait jamais dû voir le jour. Cet enfant, il n'aurait jamais dû exister. Après la troisième fausse-couche, les médecins avaient dit à Kathryn qu'elle ne pourrait plus jamais avoir d'enfants. Elle a pleuré, oh Kathryn a longtemps pleuré et elle s'est lancée à corps perdu dans toutes les associations humanitaires qu'elle trouvait. Warren s'est quand à lui perdu dans ses nombreuses sociétés. Adopter ? Warren voulait un successeur, mais l'ancienne institutrice qu'il avait épousée voulait serrer au creux de ses bras le sang de son sang, la chair de sa chair.

Ah c'est un fils ! Quand elle lui a dit qu'elle était enceinte, il a tout abandonné, a disparu du bureau pour prendre le temps de célébrer cette nouvelle avec elle. Ils ont vu des dizaines de spécialistes, ne prendre aucun risque, ne pas perdre son ange. Kathryn a retrouvé le sourire, son rire a de nouveau fait écho entre les murs de leur imposante demeure. Des bouquets de fleurs apparaissaient d'ici et de là, sur les tables, dans la future chambre et dans ses cheveux. Warren ne voulait pas... n'osait pas y croire, de peur d'être achevé par la douleur d'un nouveau deuil. Mais sa femme avait encore l'insouciance de ses vingt-sept ans. Elle se mit à peindre les murs de la chambre, à coller et décoller des stickers dans tous les sens. Mais pourquoi tant d'autocollants partout ? Un lit à barreaux près duquel elle comptait dormir chaque nuit, pour veiller sur son sommeil. Des peluches, des dizaines de peluches partout. Au fur et à mesure que son ventre grossissait, elle sentait que son enfant avait envie de vivre. Quand elle posait les mains de Warren sur son ventre, elle lui demandait de lui donner cette rage de vaincre qu'il avait en toutes circonstances. Finalement, il crut aussi à l'arrivée de ce bébé.

Ah c'est un fils ! Il se mit aussi à imaginer leur vie ensemble. L'hiver qui accompagna le dernier trimestre, Kathryn resta alitée. Warren se vit contraint de rester plus longtemps au bureau pour se pencher sur la question mutante qui émergeait de plus en plus. Fort heureusement, il n'y en avait aucun dans sa famille et bien que Kathryn fût fâchée avec sa famille, il n'en connaissait pas non-plus parmi les membres encore présents dans leur vie. Quand elle perdit les eaux, il perdit tous ses moyens, soudain démuni face à l'arrivée de cet enfant. Il appela une ambulance et de longues heures d'angoisse suivirent. Il devait s'appelle Laurence. Il devait être une petite fille mais quand l'enfant poussa son premier cri, un ricanement du médecin l'appela, avec cette petite phrase « Vous êtes surs du choix du prénom ? » Deux bras. Deux jambes. Dix doigts. Dix orteils. Des yeux clairs. Kathryn sut tout de suite qu'il serait son ange, celui qu'elle attendait depuis des années.

Dès son retour à la maison, il fut un enfant privilégié. Jamais seul, il profita d'une relation fusionnelle avec sa mère. Il se plut à rester dans ses bras en permanence, retarda le moment de se lancer dans les différents apprentissages de son âge. Kathryn ne voulait pas s'éloigner de lui. Et pourtant, il devait bien aller à l'école, ce petit garçon. Warren  Worthington, troisième du nom, était un enfant craintif avant d'affronter l'école publique. Il parlait peu et se cachait souvent derrière ses boucles blondes. Tiraillé entre la peur de laisser sa mère seule et l'envie de rendre son père fier, il s'élança seul sur le chemin de l'école. Finalement, il se montra plutôt sociable, n'hésitant pas à s'intégrer s'incruster dans toutes les activités qu'on pouvait lui proposer. Il aimait particulièrement la natation et les cours de géographie, oui aucun rapport de prime abord. Il rêvait de voyage et collectionnait les cartes qu'il transformait en cartes au trésors.

Durant les journées de vacances, c'est tout naturellement qu'il accompagnait ses parents dans divers soirées. Il apprit rapidement à se faire discret, à être ce qu'on attendait de lui. Comme il était curieux, il posait souvent des questions autour de lui et entreprit d'accompagner son père dans différents voyages d'affaires. Ce dernier accepta quand son fils eut sept ans. Attentif, il avait toujours plusieurs livres avec lui. Il entendait bien que les mutants faisaient partie intégrante des discussions que son père qualifiait d'importantes. Souvent, il l'en écartait mais curieux, Warren arrivait à glisser une oreille. À cette même époque, Kathryn semblait souvent songeuse, perdue dans ses pensées et occupée à passer des appels quand elle se retrouvait seule avec le petit garçon.

Et les douleurs. Et les douleurs dans le dos. Et les douleurs dans le dos qui l'empêchaient d'aller à l'école. Une ex-croissance qui le gênait de plus en plus. Non, il ne comprenait pas ce qui lui arrivait, ce qui se passait dans ce corps de pré-adolescent. Un jour, il s'enferma dans la salle de bains, se contortionna et aperçut les excroissances osseuses qui avaient fait pleurer la chair et la peau de quelques larmes de sang. C'était douloureux mais il ne voulait pas en parler à ses parents, pas les inquiéter. Il prit sur lui de supporter la douleur. Ce n'était pas possible, pas lui. Et tout s'accéléra en quelques semaines à peine. Les premières plumes. Au début, Warren fut à la fois effrayé et dégouté par ce corps qui changeait trop brutalement, ce corps qui ne lui appartenait plus vraiment. D'abord peu enclin à affronter seul ces changements anormaux, il décida de s'en prendre directement au problème.

Les ciseaux. Les lames. Les dents. Contre la peau, contre la chair, contre l'os, contre ce qu'il était véritablement. Il se persuada que ce n'était pas possible et qu'il pourrait lutter contre ça, contre ce que son père qualifiait déjà de maladie curable à l'époque. Mais il savait que leur regard changeait, à tous les deux. Il ne voulait pas briser ce lien qui les unissait tous les trois, dans cette bulle de bonheur inébranlable. Les ciseaux. Les lames. Les dents. Contre la peau, contre la chair, contre l'os, contre ce qu'il était véritablement. Il serrait les dents, les plumes tombèrent les premières, victimes de la barbarie et des ravages de la peur. Elles se déposèrent sur le sol, ci-gît la confiance, ci-gît la paix, ci-gît le passé. Il appuyait, laissait les larmes couler sur ses joues, récupérer le passé, empêcher le temps et la génétique de faire leur œuvre. Il pouvait y arriver, il pouvait redevenir celui qu'il avait toujours été. Et la main sur la serrure lui fit prendre conscience de l'urgence. Pris de panique, il dégagea les instruments jusque dans l'évier. Il devait... ranger... cacher... retirer... Il devait...

Il lui demanda d'attendre, il arrivait. Il ne pouvait pas ouvrir la porte. Il recula, ses pieds nus piétinèrent les petites plumes blanches qui restèrent collées à sa peau.Warren manqua de glisser et son regard se perdit entre la porte et l'évier. Il insistait.... « Attends... j'ouvre... deux minutes... » Mais il n'avait pas deux minutes. La serrure se rompit sous l'impact de M. Worthington senior. Elle claqua et manqua de lui revenir en plein visage mais il la bloqua de son avant-bras. Warren se retourna, pris sur le fait. Ses yeux écarquillés, glonflés par les larmes de la peur et de la douleur, croisèrent ceux de son père qui comprit presque immédiatement. Le reflet du miroir le dénonçait, dénonçait cette malformation monstrueuse. Le gamin ne sut dire qu'une chose, qu'il était désolé... qu'il était sincèrement désolé...

Warren Senior ne blâma pas son fils, même si en d'autres circonstances, il l'aurait pris dans ses bras pour le consoler. Mais il resta à bonne distance, comme il l'aurait fait avec un malade contagieux. Entre eux, les plumes essayaient de s'envoler, victimes d'un appel d'air. Kathryn rentrait d'une sortie avec deux amies proches. Celui qui se décrivait comme le chef de famille prit quelques instants pour considérer la situation puis ordonna simplement à son fils de ranger « tout ça » et de ne rien dire, qu'ils aviseraient ensemble. La porte se referma même si la serrure tordue témoignait du choc qu'avait subi la porte. Warren s'agenouilla sur les cendres de son échec. Il ne dirait rien, tant qu'on ne le lui autoriserait pas. Il ne dirait rien, il renoncerait à sa franchise habituelle. Dissimulé sous les pulls et les gilets, Warren dut à contre-coeur s'éloigner de sa mère qui en souffrit terriblement. Les hommes de la maison gardèrent le secret deux ans. Warren était adolescent, Kathryn pensait qu'il lui annoncerait qu'il avait mis une fille enceinte, qu'il voulait changer d'école... quoi d'autre ? Du haut de ses douze ans, il prit ses mains dans les siennes. «  Je suis désolé maman, je ne peux plus être ton ange... Je suis... »

Il tourna le regard vers son père qui croisa les bras sur son torse et termina l'annonce brutalement : « C'est un mutant. » Elle avait de magnifiques yeux bleus, mais ils parurent se fissurer quand elle les plongea dans ceux de son fils. Pas lui, il ne pouvait pas faire partie de ces créatures dangereuses dont elle entendait parler. Pas lui, il ne pouvait pas faire de mal à qui que ce soit. Pas lui, il ne pouvait pas lui échapper ainsi. Prise de panique, elle le gifla. Elle lui en voulait. Finalement, elle comprit assez vite qu'il n'allait pas changer parce qu'il était un mutant, mais elle lui en voulait terriblement de l'avoir mise au courant. Elle lui en voulait d'avoir mis ce fossé entre eux, mais cette distance, ce fut elle qui l'imposa. Dès qu'il voulait prendre sa main, il la sentait frissonner, prise de doutes. Il attendit la fin de l'année scolaire et demanda à son père de l'inscrire ailleurs. Les changements physiques se faisaient remarquer et Warren avait du mal à garder le secret auprès de ses amis. Les parents de Warren aprirent qu'une école pour jeunes surdoués pourrait aider leur fils et ils visitèrent l'école tous les trois. Mais lorsque le professeur X constata combien il était dangereux que les parents de Warren sachent tout de l'école, il effaça tout souvenir de leur visite et ce qu'ils avaient pu voir. Toutefois, il fit confiance à Warren et laissa sa mémoire indemne. Xavier fit une forte impression à Warren, surtout par cette sorte de paix qu'il semblait dégager, comme si rien ne pouvait ébranler sa foi en l'humanité. Mais il ne pouvait abandonner ses parents sans leur dire où il était, et il ne voulait pas mettre la X-Mansion en danger.

C'est ainsi qu'il rejoignit une école privée où personne ne le connaissait. Ses ailes poussaient dans son dos et il commença à s'habituer à elles, à les considérer vraiment comme une partie de lui. Où Warren eut de la chance, c'est que son dortoir comptait un étudiant que les autres considéraient comme « un peu bizarre ». Il lisait en réalité les peurs et les ailes de Warren comptaient parmi ses angoisses les plus pesantes. Ils se lièrent d'amitié assez rapidement. Régulièrement, ils sortaient enemble la nuit pour rejoindre la piste de course.

L'un de ces soirs, alors que Warren trainait pour sortir, Zadig – c'était son prénom – entreprit de le confronter directement à sa peur. Ils se plantèrent dans la pénombre, sur la ligne de départ. Zadig entraîna Warren dans ses peurs, le bruit de ses ailes qui se dépliaient le terrifiait, il se voyait comme un monstre de la mythologie, il ne savait pas où s'arrêterait la mutation. Cette nuit-là, Zadig se rapprocha de son ami et le déshabilla avec douceur, jusqu'à ce qu'il reste torse nu. Il se plaça dans le dos du jeune Worthington. Sa main fraîche effleura les plumes, il était le premier à les toucher. Warren se dégagea, ses ailes heurtant Zadig au passage. Mais l'autre étudiant persista. Il les caressa du bout des doigts, puis complètement du plat de la main. Glacées, ses mains étaient glacées. Warren fut troublé quand il réalisa que plus Zadig progressait le long de ses excroissances et plus il semblait sentir ses doigts... comme si ses ailes étaient partie intégrante de lui... Et il les déplia, complètement. Zadig se prit d'ailleurs un coup d'aile et en tomba à la renverse. Les nuits qui suivirent, ils tentèrent de faire voler Warren.

Six semaines plus tard, on lui retira le plâtre qu'il avait un bras droit... Finalement, sauter du deuxième étage pour les premiers essais, ce n'était sans doute pas une bonne idée. Courir. Courir. Warren ne cessa de courir sur la piste, battant des ailes. D'abord, il voleta à quelques centimères du sol avant de tomber. Puis à un mètre. Deux mètres. Et un soir, il put s'envoler, disparaître du champ de vision de Zadig. Il réapparut, s'écrasant comme un missile sur le toit du gymnase. Et c'est un mois plus tard, une fois l'entorse soignée, qu'il put reprendre les entraînements... Oui, à cette période, l'infirmière eut souvent à faire à Warren. Ainsi que le proviseur, si on considère que Warren et Zadig étaient toujours dehors en pleine nuit quand les « incidents » se produisaient. Comme Warren ne posait pas de problèmes outre mesure et qu'il avait de bonnes notes – et des parents influents – on ne le renvoya pas. Et puis, ses visites à l'hôpital le punissaient déjà.

En dehors de ses tentatives pour voler de ses propres ailes, il prit quelques cours de pilotage pendant ses vacances. Il parvint aussi à se réconcilier avec sa mère qui accepta ce qu'il était, alors que son père n'avait qu'une idée : le guérir. Il engagea de grosses sommes d'argent dans des sociétés pharmaceutiques qui pouvaient apparemment trouver un serum. Warren voyait cela comme des moulins à vent contre lesquels son père perdrait son énergie à se battre. Lors de sa dernière année de lycée, Warren passait tout le temps qu'il lui restait à l'école avec Zadig. Ils passèrent quelques soirées à survoler la région, à la découvrir differemment.

Alors qu'ils s'étaient endormis dans le même lit après une partie de cartes sous la couette – vous n'en saurez pas plus – le jeune homme entendit des cris. Un incendit s'était déclenché au rez-de-chaussée. Zadig encouragea Warren à les faire sortir. Il s'engagea dans le couloir pour aller chercher de l'aide. Quant à Warren il arracha un bout de drap et masqua son visage pour ne pas respirer de fumée et surtout pour ne pas être reconnu. Les élèves brisèrent une fenêtre quand les flammes n'avaient pas encore pénétré dans la chambre. Le jeune mutant abandonna les épaisseurs qui servaient à masquer ses ailes dans le dortoir et se saisit de l'un de ses compagnons de chambrée au hasard. Il le prit fermement sous les aisselles et s'élança par la fenêtre. Le poids le lesta dans un premier temps mais les immenses ailes s'étendirent et battèrent, ils prirent de l'altitude et Warren put le déposer plus loin. Il fit de nombreux allers et retours, tellement qu'il crut que ni ses bras ni ses ailes ne pourraient tenir le coup. Mais Zadig n'était pas dehors. Quand il entra pour la dernière fois, il s'engagea dans le couloir qui était maintenant envahi par les flammes. Il l'appela, sans relâche. Ses yeux se gonflèrent de larmes à cause de la fumée... oui... de la fumée... bien sur... il ne retrouva pas Zadig. Il survola le bâtiment, espérant le voir à une fenêtre sur le toit. Il tournoya sans relâche alors que les pompiers arrivaient.

Et il abandonna. Zadig avait disparu. Warren demeura introuvable plusieurs jours durant et ré-apparut à la porte de chez lui, profondément marqué par cette perte. Il voyait son visage partout, entendait sa voix l'encourager quand il observait ses ailes. Et le début commença à voir le jour. Sur le serum. Angel, c'est maintenant ainsi qu'on l'appelait dans son école privée – sans savoir que c'était lui – songeait que Zadig n'aurait pas voulu de ça, de ce prétendu remède, lui qui disait qu'ils devaient être acceptés tels qu'ils étaient, lui qui rêvait de rejoindre un homme prénommé Erik dont il parlait comme un sauveur. Il n'aurait pas voulu... n'aurait pas accepté. Quand Warren  Worthington Jr. présenta le remède, il ne proposa pas à son fils d'être l'un de ses sujets. Finalement les conversations qu'ils eurent tournaient toutes de la même façon : il était malade et il allait guérir. D'un côté, Warren III aidait comme il pouvait à New York sous l'identité d'Angel, et de l'autre, il accortait peu d'importance à cette mission, anéanti par la perte de Zadig.

Quand vint le jour du traitement, on lia ses ailes. Son rythme cardiaque accelérait. Il n'était pas sûr de vouloir faire ça... de vouloir renoncer à cette partie de lui... Pris de panique, il essaya de convaincre son père de retarder l'échéance. Ce n'était pas une bonne idée. Mais Warren Jr ne voulait rien entendre. Non, il ne pouvait pas renoncer. Non, il ne renoncerait pas ! Angel déplia ses ailes et les offrit enfin aux yeux de son père. Tu vois, aurait-il voulu dire, c'est qui je suis. Qui je suis vraiment. Il courut, traversa la fenêtre et s'envola. Il rejoingnit sa mère à la maison, essayant tant bien que mal de lui expliquer sa décision. Kathryn semblait comprendre, puis elle se remettait à sangloter dans son mouchoir de tissu.

Lors de l'attaque d'Alcatraz, Angel décida d'abord de ne pas s'en mêler. Et comme ces mots furent prononcés « Mon ange, ton père est là-bas... », il sentit qu'il n'avait pas d'autres solutions. Il connaissait les agissements de la Confrérie et les dégâts qu'ils avaient déjà engendrés. Que pourrait faire son père contre eux ? Il s'y rendit, sans toutefois participer au combat. D'abord, il s'en voulut plus tard pour sa lâcheté, il ne voulait pas être la cible de ce fameux serum que son père avait fait distribuer à tours de bras. Ensuite, il ne se sentait pas prêt pour se battre contre les membres de la Confrérie. Il survola Alcatraz à la recherche de son père et quand il le vit tomber, son sang ne fit qu'un tour. Il le rejoingnit et l'attrapa par le pied. Il l'éloigna de ce véritable de champ de bataille où il n'était qu'une cible. Il l'abandonna au milieu d'un parc et disparut.

Les pertes furent lourdes pour les membres de la X-Mansion. Aussi, Angel décidé d'attendre un peu et il s'y rendit. Il sentait que c'était ici l'endroit où il devait être. Les pensionnaires comme les professeurs le reçurent, en dépit des deuils auxquels ils devaient faire face. Angel s'est rapidement montré disponible non-seulement pour apprendre mais également pour aider les autres. Il a gagné en confiance et cherche toujours le compromis. Il a poursuivi des études supérieures durant son apprentissage à l'Institut, il a décroché un master degree en biologie, ayant – malgré les mésaventures avec son père – toujours trouvé un attrait certain dans l'étude de la vie. Il a aussi poursuivi ses cours de pilotage assidûment. À l'école, il a commencé à enseigner le sport depuis quatre ans. Cela fait maintenant dix ans qu'il va là-bas et l'Institut est pour lui une véritable maison, plus que celle qui l'a vue grandir. Il se montre toujours ouvert et aussi disponible que possible avec ceux qu'il rencontre. Même si on peut parfois lui prêter une sorte de naïveté, il n'aime pas qu'on se paie sa tête. Si ça en vaut la peine, il peut se montrer froid ou plus dur, mais s'il tombe sur quelqu'un de mauvaise foi ou qui n'en vaut pas la peine, il laissera tomber.

Régulièrement, il retourne auprès de ses parents. Ils ont divorcé après les événements d'Alcatraz. Les rapports sont froids avec son père mais sont plus doux avec sa mère. Il aime passer du temps avec elle. Même si au début elle était gênée quand ils sortaient ensemble (en hiver un manteau long masque ses ailes mais l'été, il ne les camoufle pas vraiment en général), elle est maintenant fière de se balader avec lui. Le jour des attentats, Angel se trouvait au centre commercial. Il s'était éloigné du groupe, pensant avoir vu un mulant comettre un petit larcin. Il poussa le voleur d'un coup d'aile et l'envoya plus loin. Des éclats de verre jaillirent, ses ailes le protégèrent mais quand un morceau du toit tomba, il les replia instantanément pour les protéger elle. Il eut quelques blessures superficielles.

Quand la loi de recensement a vu le jour, son père était forcément pour... et sa mère lui a demandé de cacher ses ailes et de ne rien dire, craignant les répercutions. Mais Warren s'est rangé à l'avis du professeur X et de Bobby et a dit voir le recensement des mutants comme un signe de bonne volonté de leur part. Oui, ils sauront qu'ils existent, qui ils sont, mais cela ne doit pas les faire vivre dans la crainte. La paix restera toujours une option, en fait.


IRL
Surnom ; Gregou. Fréquence de connexion ; Régulière Que pensez-vous du forum? ; Je prout sur Ali Comment l'avez-vous découvert ? PRD   Célébrité choisie ; Liam Hemsworth Credits (avatar, icon etc.) ; répondre ici.

THE NEW AGE


Dernière édition par Warren Worthington III le Ven 29 Juil - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 166
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur

rebienvenue.
t bô comme ça.
rejoins la confrérie.

allez.

_________________

this world is ours
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Merciii :cute:

Oh écoute... j'hésite... mais j'ai toutes mes affaires à la X-Mansion, déménager tout ça, c'est contraignant quand même...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
:mdr: :mdr: :mdr:

REBIENVENUE PARMI NOUS ! Et ben ça, ça aura été une fiche rapide ! I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Merci, mes fiches sont toujours prêtes 4 plombes à l'avance en général :hero: Et encore, pour Jer j'avais même préparé le background, la fiche de liens, etc. :mdr: J'avais touuut !
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 1202
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
WWIII, le meilleur :keur: Ta fiche est miam. N'oublie pas ce dont on a parlé, hein :hé:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Citation :
« MON BUDGET CHEMISES A EXPLOSÉ CE MOIS-CI... »

Tu peux ne pas en mettre, juré, ça nous gênera pas. *out*
Rebienvenue mon chat, je lirais cette fiche pour sûr et on aura encore un lien, pour sûr aussi. :mdr:
Revenir en haut Aller en bas


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1297
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com



félicitations !

tu es validé mon brave
Bienvenue chez les HOMO SUPERIOR.

:hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric:
j'ai beaucoup, beaucoup aimé ta fiche, j'avais vraiment le feel à la warren et tout et omg mes feeeeels. trop hâte de te voir rp avec lui, c'est parfait comme toujours, trop ravie de le voir joué, je t'aime.


time to have fun. Maintenant que tu es validé, tu peux commencer par aller recenser différentes choses, comme ton métier ou ton pouvoir si tu en as un. Tu peux aussi te chercher des copains sur le forum, c'est à dire poster ta fiche de liens. Si ton personnage est du genre à passer son temps sur son téléphone ou sur le net, tu peux aussi te rendre sur la webosphère.
Nous t'encourageons fortement à te rendre dans la chat box pour y faire la rencontre des autres membres, si tu le souhaites ! Sinon, tu peux aussi aller te créer un scénario. Quoi qu'il arrive, n'hésite pas à te faire ton trou par chez nous, on te souhaite bien des RPs et une belle et longue aventure sur TNA !

ENJOY !
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Warren Worthington III aka Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'appel du ventre [PV Ian]
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Oh, ça tourne. [Crystal & Warren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-