Partagez | .
 

 THEY MADE YOU INTO A WEAPON AND ASKED YOU TO FIND PEACE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur

George Jonas
Nicholas Boers
ça fait mal de vivre sans toi


Identité
Nom et Prénom : George Jonas Nicholas Boers. Oui, il tient vraiment à ce que l'on utilise l'identité entière, ça lui fait plaisir et ça lui donne l'impression d'être un rien plus charmant, avec ce nom à rallonge rigolo. Ça rime, en plus! Franchement bien trouvé. George adore son nom. Alias : Numéro cinq, parce qu'il est la cinquième tête de l'HYDRA. Quand il papillonnait encore dans le monde avec son pouvoir, il se faisait appeler Lethe (Léthé), la personnification grecque antique de l'oublie. Âge : George est âgé de trente-neuf ans. Lieu de naissance & nationalité : George est né à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il est donc sud-africain mais vit aux États-Unis depuis six mois maintenant. Métier : George a été agent de l'HYDRA pendant des années. Il est récemment devenu la cinquième tête de l'organisation, à son plus grand plaisir. À côté de ça, il est le PDG de l'entreprise BOERS CORP., une multinationale dont l'activité principale est l'exportation de métaux précieux et surtout, aliens (le métal qui fait le plus d'argent n'est d'autre que l'adamantium extrait d'une météorite s'étant écrasé il y a des années près de Lagos; BOERS CORP. est actuellement en pleine négocation avec le Wakanda pour récupérer un peu de vibranium). Statut civil : Marié. Mais ce n'est pas très important, tout ça. Orientation sexuelle : George est bisexuel. Du moment que ça remue, dit-il, je prends! Particularités : Vol de souvenirs permanent. Ce qui ne semble pas très cool, dit comme ça mais vraiment, George aime bien. Quand il touche quelqu'un, il accède à tous ses souvenirs, protection mentale ou non. Il y accède et il peut les retirer — ils prennent alors une consistance laiteuse, une apparence magique, qu'il prélève à la tempe et qu'il peut enfermer dans une fiole à consommer plus tard. George fait des festins de la mémoire d'autrui. Se nourrit de leurs souvenirs, de leurs émotions, de leurs amours.
Avec le temps, George est parvenu à améliorer son pouvoir. Il peut juste parcourir les souvenirs d'autrui, toute sa vie, en un clin d'oeil, comme une bibliothèque instantanée. Et glisser des souvenirs de son cru, après en avoir retiré, après en avoir recréé. C'est un processus lent, extrêmement lent, et éreintant. Mais après quelques journées de boulot, George peut transformer la nature intrinsèque de quelqu'un, après avoir effacé tout ce qui le composait jusque là.
Il a payé le prix fort, pour cette mutation. C'est HYDRA qui lui a injecté le gêne X et la beauté aléatoire de la Nature a fait le reste. Cette mutation maladroite (il avait vingt-deux ans quand il a été soumis au sérum X) lui a coûté la majorité de ses souvenirs et de son équilibre mental. George se nourrit littéralement des mémoires des autres. Il en a besoin pour survivre, à moins de devenir complètement fou. Cela lui permet aussi de voler des compétences techniques à autrui (il peut apprendre une langue, par exemple, en volant à quelqu'un ses souvenirs de l'apprentissage) mais c'est un processus aléatoire et peu sûr pour George donc généralement, il évite.
Avant le sérum X, et depuis ses dix-sept ans, George est un agent émérite de l'HYDRA. Formé aux arts martiaux, au maniement de la plupart des armes à feu et blanches, il parle aussi de nombreuses langues et maîtrise des techniques de manipulation, infiltration, hacking plutôt impressionnantes. Affiliation : HYDRA, bien évidemment.

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ? Si vous êtes un Mutant, avez-vous décidé de vous recenser ? Je me fiche totalement, mais alors to-ta-le-ment de la Loi de Recensement des Mutants et des Mutants en général. Évidemment, ce serait plus simple pour nous s'ils pouvaient se recenser, comme ça on n'aura qu'à voler les dossiers et qu'à les tracer pour les retrouver et les recruter de force, entendez bien. Mais avec ou sans la loi, on parviendra à grossir les rangs d'HYDRA. Et d'un point de vue éthique... oui, je m'en fous complètement.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Alors là mais pareil, rien à foutre. J'aime bien, ceci dit, parce qu'ils arrêtent pas de détruire des trucs et que ça me permet de m'occuper les réparations et reconstructions. Ça génère beaucoup de boulot, mine de rien, les superhéros! Et c'est parfait pour ma fortune personnelle.
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime/faire le mal ? L'argent, surtout. L'argent et le pouvoir. Grâce à HYDRA, j'ai augmenté le capital de BOERS CORP. de 200% depuis que j'en suis le PDG (RIP mon beau-père mais osef sinon) et j'ai aussi activté mon gêne X, en quelques sortes. Tout parfait pour moi! J'adore mon job. Je réfute l'idée que je fasse le bien ou le mal. Je fais juste... ce qu'il faut pour être riche et puissant.
Dans quelles circonstances avez-vous obtenu vos pouvoirs ? D'après les docteurs, j'avais déjà un gêne X (plus que la moyenne, entendez) sauf qu'il était en sommeil... bref, pas cool. Ils se sont contentés de le réveiller avec le sérum X, un truc composé par l'HYDRA pour aller chercher noise à l'ADN afin d'en ressortir le meilleur des potentiels mutants candidats. Un processus long et douloureux mais les résultats sont géniaux!
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? Tout à fait! J'ai pu rencontrer Crâne Rouge et il m'a fait un autographe, vous imaginez!


IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ;   Fréquence de connexion ;     Que pensez-vous du forum? ; Comment l'avez-vous découvert ? Célébrité choisie ;   Credits (avatar, icon etc.) ;  

THE NEW AGE


Dernière édition par George Boers le Lun 6 Juin - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur


the secret history
papa, tu es parti un jour sans dire adieu
George ne se souvient pas de sa vie avant la mort de Papa.
Il se souvient... il se souvient d'une aura. Il se souvient d'un sourire. Il était toujours là, Papa. Même quand maman s'est remariée, il venait toujours lui donner des cadeaux, et l'emmener au stade pour regarder un match de baseball, et lui ébouriffer les cheveux, et lui acheter des glaces. C'est stupide, George le sait, parce qu'il se souvient que de moments, pas de détails. Il ne se souvient pas de la couleur de ses yeux, il ne se souvient pas de quels jours c'était, il ne se souvient pas de son onzième anniversaire.
Et puis, un jour, quand il avait treize ans, sa mère est venue le voir dans sa chambre. Il était en train de réviser pour le lycée et elle a glissé une main dans sa nuque jusqu'à ce qu'il tourne la tête vers elle. Elle lui a embrassé le crâne. Lui a caressé les cheveux. Et il lui a souri, parce qu'il aimait bien quand sa mère était tendre comme ça. Papa n'était jamais comme ça. Mais Papa avait toujours été différent. “ George, ” a-t-elle dit, “ Thomas... ton père... je suis désolée mais il ne reviendra pas.
Juste comme ça. Il ne reviendra pas.
Il ne l'avait pas abandonné.
Il était juste... mort.
Mort, mort, mort.
Comment? Pourquoi?
La mort ne fait pas de différence entre les pécheurs et les saints, lui a dit Père Jonah. Elle prend et elle prend et elle prend, encore et encore, sans jamais s'arrêter. Il faut la laisser faire. On ne peut rien y faire. Nous ne sommes qu'humains.
Nous ne sommes d'humains.
Mais.
Pourquoi?
Maman n'a pas pleuré. Ça, George s'en souviendra pour toujours. Pas une larme dans ses yeux, sur ses joues. Elle s'est serrée contre son époux, William, mais n'a rien dit.
Pas de corps. Pas d'enterrement. Rien. Juste George qui se laisse aller contre Père Jonah et Père Jonah qui passe un bras autour de ses épaules pour le réconforter.
Et elle n'a pas pleuré.
Et c'est la dernière fois que George a pleuré.

Il n'y avait pas de vie, avant que Papa meurt.
Juste des cendres. Des flashs de souvenirs. Un goût amer dans la bouche. George n'aimait plus le baseball. George n'aimait plus manger du gâteau au chocolat jusqu'à sentir son ventre gargouiller. George n'aimait plus vivre.
Père Jonah l'aidait. Il lui disait quoi dire, quoi faire dans l'église. Il guidait ses pensées, il posait des mains réconfortantes sur son épaule, il l'apaisait.
William, son beau-père, l'aidait aussi. Il était agent de l'état, William. Il lui a tout appris. Mais il s'absentait toujours, pour des affaires, disait-il. L'année prochaine, je t'emmènerai avec moi aux States. L'année prochaine, je te montrerai comment on tire avec une mitraillette. L'année prochaine. L'année prochaine.
Sa mère l'aidait. Mais sa mère n'était pas suffisante.
George était en colère. Tout le temps.
Il faut que tu travailles sur cette colère, George, disait Père Jonah. Il faut que tu la canalises. Il faut que tu en fasses quelque chose et il faut que tu l'expies. La colère est un péché, George.
Mais la colère restait. Encore et encore, dans ses veines, dans ses pensées. Elle infestait son coeur. Elle se nichait dans ses tripes. Elle n'avait pas de but donc elle se retournait contre elle-même, se battait avec elle-même.
Il faut que tu le prennes avec toi, Bill. S'il te plaît. Il le faut, ” disait sa mère, le soir, quand elle pensait qu'il ne l'entendait pas depuis sa chambre.
Le prendre, d'accord. Mais où? Comment? Pourquoi?
Parce qu'ils ne pouvaient pas comprendre.
Personne ne le pouvait.
Tu sais ce que tu veux faire plus tard? ” lui demandait Bill, tout le temps.
Non, il ne savait pas.
Il savait juste ces choses-là:
1- il était tout le temps en colère.
2- Papa était mort et c'était injuste.
3- il ne se souvenait pas de Papa et ça aussi, c'était injuste.
4- il avait l'impression d'être vide à l'intérieur.
5- c'était en partie la faute des noirs; un noir conduisait la voiture qui a tué Papa; la voiture qui a brûlé son corps; c'est ce que maman a dit.
6- il voulait être utile; il voulait utiliser sa colère; la canaliser, comme Père Jonah disait; il voulait être utile; il voulait être utile.
7- il était tout le temps en colère.
Un jour, William est resté plus longtemps que prévu à Johannesburg. Il avait l'air heureux, à table. Il regardait Maman avec amour, et George avec un grand sourire. “ J'ai une bonne nouvelle, a-t-il dit. J'ai eu une promotion au travail.Oh, c'est fantastique, mon chéri! Mes supérieurs veulent te rencontrer, George. George? Mon petit George? Oui. Ça fait longtemps que je leur parle de toi et nous estimons... que tu as du potentiel. Nous allons pouvoir faire de grandes choses avec toi. Du potentiel pour mon petit George? Mais- mais c'est formidable, mon chéri!
George ne se souvient pas très bien de la scène. Elle a des allures de rêve, dans sa tête.
Il se souvient juste de la colère.
Et de la lueur similaire dans les yeux de William.
Nous allons pouvoir faire de grandes choses.

Ils lui ont appris à canaliser sa colère.
Ils lui ont appris à parler le néerlandais, l'allemand, le français, l'espagnol, un peu de chinois.
Ils lui ont appris à se battre.
Ils lui ont appris à tuer.
Ils l'ont défait. Brisé. Ils l'ont dépiauté de son humanité.
Puis ils l'ont reconstruit.
Lentement.
Avec des sentiments.
Nous sommes là pour toi.
Nous t'aidons.
Tout ira mieux demain.
Tout ira mieux.
Le gêne X est instable. Aléatoire. Il se glisse dans les veines, s'enroule à l'ADN et en fait ce qu'il désire.
Le taux de survie est dérisoire.
Mais George n'a pas peur. Il n'a plus peur, jamais. La peur n'existe pas.
Alors il sourit, George, quand on lui injecte la mort liquide dans les veines. Il sourit, il rit même quand la fièvre monte. Il rit, il rit, il rit jusqu'à ce que la fièvre l'emporte, l'inconscience l'accueille; et là, le néant. Le vide.

Quand il rouvre les yeux, George est un homme nouveau.
Une carcasse vide.
Alors tout ce vide. Tout ce néant. Tout ce noir. On le comble.
On y met des idées. On y met un rien de colère, mais moins qu'avant. On y met de l'amour. De la passion. On y met de la violence. On y met des convictions. On lui met de la haine. Beaucoup de haine. On n'oublie pas de lui donner beaucoup, beaucoup, beaucoup de haine. Une haine vertigineuse mais une haine nécessaire.
Et puis on le relâche. Fais ce que tu veux. Fais comme tu veux.
You're on your own, now.


Dernière édition par George Boers le Lun 6 Juin - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur


the secret history
papa, tu as laissé son corps je t'en veux
Il se souvient particulièrement de l'été de ses dix-huit ans parce que c'est l'été où il a commencé à faire partie de l'HYDRA, et l'été où il s'est marié. Juste avant qu'on lui injecte le gêne X, juste avant qu'il change complètement, juste avant que la colère s'en aille. Lucy est une jeune femme stupide et superficielle, juste bonne à tomber enceinte alors qu'il n'est manifestement pas près à être père. Mais leurs parents ont insisté pour qu'ils se marient et la petite Madison — Maddie — alors seulement âgée de quelques mois, a hurlé pendant toute la cérémonie.
George déteste les gamins. Il déteste les gamines encore plus.
Mais après le jour où la colère s'en va, il adore Maddie.
Maddie qu'il berce chaque soir avant de dormir. Maddie qu'il embrasse sur le front. Maddie qu'il emmène aux matchs de baseball. Maddie à qui il offre glaces et jouets. Maddie à laquelle il insuffle beaucoup d'amour, beaucoup de souvenirs joyeux. Maddie à qui il épargne les disputes avec sa mère. Maddie à qui il fait oublier la fois où elle est rentrée dans le salon et qu'il y avait un cadavre sur le sol. Maddie qui reste aveugle aux bleus sur le visage de sa mère.
Sa petite Maddie chérie.
Il l'a aimée. Bien mieux que son père l'a jamais aimé, lui.
Il a tout fait mieux que son père, de toutes façons.
Il a aimé sa femme. Il a aimé sa fille. Il s'est enrichi sur le dos d'autrui mais après tout? La vie est ainsi faite. Les faibles meurent. La race forte survit.
On parlait souvent de George Boers. George Boers l'artisan de l'esprit humain. George Boers l'idéaliste. George Boers l'agent surentraîné. George Boers celui qui prenait un malin plaisir à torturer.
Ça le fait rire, torturer.
Parce que les gens hurlent de douleur. Parfois ils supplient, parfois ils pleurent.
C'est drôle non? Comme si ces gens-là n'avaient pas encore appris que personne ne répond jamais aux supplications et aux pleurs. On nait seul et on meurt seul. Voilà tout.
Il a un zèle dangereux, George. Il aime bien les choses bien faites. Il aime bien quand tout est bien rangé, quand tout est beau, quand le sang est bien, bien rouge. Il aime bien que ça gueule et quand ça bouge et quand ça supplie.
Ça fait battre son coeur très vite.
Et puis.
Il y a l'affaire des souvenirs.

Son don est une belle chose. La meilleure chose qui lui soit jamais arrivée.
Personne n'ignore que George a une mémoire défaillante. C'est même une blague, parmi les têtes. Alors Boers, vous avez pas oublié de mettre votre slip aujourd'hui? Alors Boers, vous avez pas oublié votre tête? Alors Boers, vous vous souvenez de votre ordre de mission? Alors Boers? Alors Boers? Alors Boers?
Il leur fera payer.
Mais parce qu'il n'a pas beaucoup de souvenirs, George est un homme patient. Il peut rester des heures et des heures à réfléchir, sans rien dire.
Il aime bien se nourrir des émotions des autres. C'est vraiment beau. Il aime bien quand on lui apporte une petite victime et qu'on lui dit: retire-lui des informations. Ah! De la musique à ses oreilles. Il aime bien poser ses mains sur le crâne, caresser doucement les cheveux, tapoter la joue. Il dit tout le temps que ça ira bien. Qu'il ne fera pas de mal, promis juré.
Puis ses index viennent s'enfoncer dans les tempes.
Juste en touchant, George, il a accès à tout. Les souvenirs les plus profonds, les pensées les plus discrètes, la mémoire sur le court terme et la mémoire sur le long terme. Les détails, les grands pans de la vie, les accidents, les mariages, les anniversaires, les décès. Tout. Tout. En un quart de secondes, il voit tout comme on voit une bibliothèque, comme des livres bien rangés par ordre chronologique dans des étagères alphabétisées.
Alors il retire.
C'est un vrai travail chirurgical, précis, lent mais agréable. Enfin, agréable pour lui. La victime souffre énormément. Mais ça, c'est un détail.
Il retire, doucement, comme un bibliothécaire prend un livre d'une étagère et petit filament blanc laiteux s'échappe de la tempe. Il le dépose dans une fiole qu'il scelle et il sourit. Quelques heures plus tard, il ira manger ce souvenir, le mélanger à un fond de scotch et l'avaler.
Alors, dans le palais mental de ses idéaux tordus, il verra enfin à quoi ça ressemble, le bonheur.

Un jour, on lui a rapporté un bel homme. Le genre d'homme qu'il aurait ramené dans ses bras et dans ses draps dans d'autres circonstances. Yeux bleus, longs cheveux bruns, petite barbe bien entretenue, corps bien fait, épaules larges, hanches étroites.
Un beau pantin. Un beau mannequin.
Quelque chose à défaire et à refaire.
La procédure est très simple.
Il prend le crâne entre ses mains.
Il ferme les yeux.
Il inspire.
Et il expire.
Les images s'enchaînent. Les informations, les noms, les lieux, les dates. Il faut faire le tri — George est quelqu'un de très méthodique. À gauche, la mémoire à court terme. À droite les souvenirs marquants et/ou traumatisants.
Et au centre les vérités fondamentales.
Je m'appelle Jacek Kasprzak.
D'accord. Il va garder ce souvenir-là.
J'ai trente-six ans.
D'accord.
Je suis né à Johannesburg.
Un compatriote. D'accord.
Je suis un mutant. Je peux prendre possession des corps.
Heureusement que tu es inconscient. D'accord.
Mon père est un mutant.
D'accord.
Son nom est Tadeusz Kasprzak.
D'acco

Mais.
Non.

Je m'appelle Jacek Kasprzak. Le nom de mon père est Tadeusz Kasprzak. Le nom de ma soeur est Rachel Kasprzak. Nous sommes nés à Johannesburg. J'ai un grand-frère que je n'ai jamais connu. Papa a dit qu'il ne fallait jamais le voir, jamais le connaitre. Que c'était plus simple ainsi.
Mon grand frère s'appelle George Boers.

Mais.
Papa est mort.
C'est maman qui l'a dit.
Papa.
Mort.
Tué par les noirs. Tué. Tué. Mort. Assassiné. Mort. Mort. MORT.
Papa.
Il l'aimait. Pourquoi il serait parti ainsi?

Parce que c'est plus simple?
PLUS SIMPLE?
MAIS.
PAPA EST MORT.

Il se souviendra toujours de quand Jacek a rouvert les yeux. La lueur de reconnaissance dans ses grandes prunelles bleues quand il l'a vu. Les larmes qui s'y sont précipités quand il a chuté et que George s'est laissé tomber à genoux pour le récupérer et le serrer contre lui. “ Ge-George, ” a-t-il sangloté, difficilement, douloureusement. “ Wh-where- - ” Shhh. Tout ira bien, Jace. Je suis là.
What-what happened- - ” Il nous a abandonnés, Jacek. Tous les deux. Ils nous a abandonnés.
I don't- don't under-understand- - ” Tout va bien, Jacek. Je suis là, je te protégerai.
But, da-dad- - ” Jacek. S'il te plaît. Reprends-toi.
Je te protégerai. Je suis ton grand-frère après tout.

Quand on lui demande comme il a fait, George dit simplement: j'ai pris une cuillère et j'ai vidé son crâne. J'ai pris ses souvenirs et je les ai avalés.
Toutes les fois où Tadeusz Kasprzak (son père) lui a embrassé la front (à la place, il le frappe. Lui dit qu'il faut être dur pour survivre).
Toutes les fois où Tadeusz Kasprzak (son père) l'a emmené voir des matches de baseball (à la place, il le laisse à la maison et emmène seulement Rachel). Toutes les fois où Tadeusz Kasprzak (son père) lui a souri, a passé sa main dans ses cheveux (à la place, il ne regarde que Rachel, tout le temps Rachel).

Toutes les fois où Tadeusz Kasprzak (LEUR PÈRE) l'a aimé (à la place, il l'a abandonné).

It's only fair.


Dernière édition par George Boers le Lun 6 Juin - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 1224
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Oui allô TeamFragile j'écoute ? Une nouvelle recrue ? Ok ça marche les gars ! *ouvre la porte*
RE-BIENVENUE HEIN !
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur


viens ici que je te remplisse de bons souvenirs jouasses, toi.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Et sinon, c'est quand qu'on se fait une bouffe? *out*
Rebienvenue à la maisonnette pleine d'amour et de trahison. :hé:
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
PARTICULARITÉ : VOL, ALTÉRATION ET CRÉATION DE SOUVENIRS GRÂCE À UN CONTACT.

C'est claaaaasse ♥️ Bon courage pour la suite :hé:
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 166
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
FILS.
Jtm en vrai rentre à la maison et arrête de faire le nazi alors que t'as du sang juif.
Et libère ton petit frère aussi steuplait.
Fais pas genre t'as pas déjà finis ta fiche et poste la que tout le monde sache quel monstre tu es.

_________________

this world is ours
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
ELIZABETH quand tu veux pour la bouffe, si t'aimes bien les trucs saignants voire crus.

JEREMIAH I love you I love you I love you il va nous falloir un lien (enfin) et je crois que jer et george pourraient s'entendre.

TADEUSZ t ki?
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 166
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS TON PÈRE.
t'l'avais pas vue v'nir celle-là hein ?

_________________

this world is ours
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
.... jme suis faite troller sur ma propre fiche.

crève.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
George Boers a écrit:
ELIZABETH quand tu veux pour la bouffe, si t'aimes bien les trucs saignants voire crus.

Han, cette vilainerie, c'est maaaaal. :sad: :mdr:
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 387
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2862-peter-spider-man
Salut :hé:
T'es pas mal aussi avec cette tête :hé:
allez, bisous.

_________________
the concept of the mask
Tu dois offrir tes talents au monde, une fois que tu auras découvert comment les exploiter. Peter tu es mon héros. @oncleben ≈ the amazing spiderman©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
mais non ?
encore ?
vous êtes impossibles.



jtm bien quand même, j'ai hâte d'en lire plus :keur:
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA + cut off one head...
avatar
MESSAGES : 157
it's a revolution, i suppose
HYDRA + cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
ELIZABETH aucun respect pour la bonne bouffe, ces jeunes. :notok:

PETER jte bèz.

CAITLYN J'ESPÈRE QUE C'EST PAS DU JUGEMENT DANS TA VOIX.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

THEY MADE YOU INTO A WEAPON AND ASKED YOU TO FIND PEACE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Asa Made Jugyou chu !
» Présentation du 1er prototype de bus «made in Haiti»
» Made in Asia 8 - Bruxelles
» what didn't kill us made us stronger.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-