Partagez | .
 

 DEMONIC CIRCLE AND SWEET REVENGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb

Primrosae Dahl
living is easy with eyes closed


Identité
Nom et Prénom : Primrosae, un prénom somme toute original mais qui a seulement été choisi pour sa beauté. Ses parents n'y ont pas spécialement vu de signification bien qu'il soit le dérivé de Primrose (première rose). Dahl, un nom Norvégien qu'elle porte parce que c'est celui de son père, tout simplement. Alias : On l'appelle souvent Prim ou Rosa, ça dépend des gens. Quant à son père, il l'appelait mon petit soldat. Âge : 33 ans. Lieu de naissance & nationalité : Elle est née en Norvège, à Larvik. Elle est donc Norvégienne mais elle possède un visa américain pour le travail. Métier : Elle est à la tête de DAHL CORP, une industrie d'armement qu'elle a hérité de son père. Officieusement, elle fait aussi partie de l'organisation des Watchers depuis plusieurs années. Statut civil : Elle se considère célibataire et refuse l'attachement mais il parait que ce sont des choses qui ne se contrôlent pas et malheureusement, elle est en train de l'expérimenter contre son gré. Orientation sexuelle : Aucune. Le plaisir se ressent, il ne se classe pas. Particularités : Si son père l'appelait mon petit soldat, ce n'était pas pour rien. Tout au long de sa vie, elle a été conditionnée pour être une parfaite machine de guerre. Elle a donc quelques particularités qui font d'elle une personne redoutable. Le combat rapproché et les armes à feu → Si elle n'a jamais été très douée avec les armes blanches, en revanche, elle se débrouille très bien avec les armes à feu et plus particulièrement son jouet préféré: un fusil de précision IDF Barakun autrement dit un sniper. Bien entendu, elle connait des techniques de combat non négligeable. Art du camouflage → Pour ne jamais être reconnue, Primrosae a appris à se fondre dans la masse et à changer de tête très souvent. Se vieillir ou se rajeunir à coup de maquillage, elle le fait aisément et elle change souvent de style de vêtements. Quant à ses cheveux, elles changent tellement de couleurs et tellement souvent que personne ne se rappelle vraiment sa couleur naturelle. Mensonges et détection de mensonges → A l'instar de certains agents professionnels, Primrosae, au besoin, ment comme elle respire et est dans la capacité de détecter les signes corporels ou vocaux quand une personne face à elle lui ment. Résistance à la torture → Peu importe la torture qu'elle peut subir, elle a tellement été entraînée par son père que sa résistance est toujours croissante. Autant dire qu'elle préfère crever que de trahir les siens, tout simplement. Se donner pour sa cause, c'est son premier objectif. Affiliation : Watchers, à la vie à la mort.

Interview
Êtes-vous pour ou contre la Loi de Recensement des Mutants ? Pourquoi ?  Pour, évidemment! Primrosae se demande pourquoi ça n'a pas été fait avant! Ce sont des êtres dangereux pour eux-mêmes et pour la société et que dire de la confrérie qui pète plus haut qu'elle n'a le cul... no comment. Pour Primrosae, les mutants ne sont pas l'espèce qui suivra les homo sapiens sapiens, ils ne sont qu'une anomalie, qu'une maladie qui se repend trop vite au même titre qu'une trisomie, par exemple. Il est grand temps pour elle qu'on les recense et, de son point de vue, qu'on les élimine mais ça, c'est une autre paire de manches.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Ne serait-ce que le nom, superhéros, ça la ferrait gerber sur vos pompes. Ils n'ont rien de superhéros, ce ne sont que des monstres, des abominations de la nature, alors clairement, non, ce n'est pas une bonne chose qu'ils soient là. Les pires là-dedans? Les espèces de machins qui viennent d'ailleurs du style Thor et compagnie. Sérieusement, il y avait pas assez de mutants terriens comme ça, il faut en plus qu'ils viennent squatter soit disant pour sauver la planète? Non mais franchement, ils seraient pas là, il y aurait pas de problème - ou en tout cas des problèmes de moins grosse envergure, là est la conclusion.
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime/faire le mal ? Prim n'a pas choisi de combattre le mal - ou ce qu'elle considère le mal - elle a été conditionnée pour ça, elle a vécu dans un monde qui la formatée à penser que les mutants ne sont bons qu'une fois morts. Cela dit, le décès soudain de ses parents par vengeance la pousse dans cette idée.
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? Complètement. Avoir des responsabilités, elle adore ça et sans compter qu'en plus, elle peut aider sa cause avec une cellule tenue secrète aux yeux de l'Etat où, pour les Watchers, elle fait développer des armes autant classiques que chimiques qui ne seraient certainement pas admises sur le marché de l'armement à l'heure actuelle. Ce qui est certain, c'est que grâce à son boulot et son statut social, si la Civil War doit pointer le bout de son nez, elle est prête à l'accueillir les bras ouverts.

THE NEW AGE


Dernière édition par Primrosae Dahl le Lun 27 Juin - 4:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb

Biographie
Le craquement rapide des feuilles sous ses pieds laissait savoir sa rapidité. Son souffle était court mais pour le moins maîtrisé. La petite rousse, du haut de ses cinq ans, affichait un sourire quasiment permanent pour une raison simple: deux amis étaient là, chez elle. « Six.. sept... huit... » Elle ne sortait pas souvent, à vrai dire jamais mais ça n'avait rien de perturbant, pas pour elle qui avait toujours vécu ainsi, en pleine forêt, loin de la ville, loin des autres. La maison était au milieu de nulle part, dans des bois clairs et bienveillants au regard de la jeune fille. Elle s'y enfonçait sans peur, ne craignait aucun mal. « Neuf... Dix... J'arrive! » Dès lors que la voix claire de son amie résonnait, elle stoppait ses pas, se cachant derrière l'un des nombreux arbres. Un jeu, ce n'était qu'un jeu. Silencieuse, elle ne bougeait pas, relevant seulement la tête vers le ciel. Entre les feuilles des arbres, elle pouvait entrevoir son bleu intense, sentir la brise caresser ses joues rougies par la course et cette odeur, mon Dieu, cette odeur! Elle ne s'en passerait jamais. La nature, les feuilles mortes humidifiées par la pluie de la nuit dernière, l'herbe fraîchement coupée autour de la maison. Vraiment, ici, elle ne craignait aucun mal. « Trouvé! » S'exclamait Jessie alors qu'elle venait de découvrir Matthew qui s'était caché derrière un groupement de troncs coupés, prêts pour l'hiver à venir. Primrosae ne quittait pas sa place, s'impatientant même un peu, bien que fière de tenir encore un peu. Elle ne comprenait pas que son amie mettait autant de temps à la trouver.

Ce n'était qu'un jeu, ça n'aurait du être qu'un jeu.

Une mise en scène, une foutue mise en scène dont Primrosae était l'actrice principale, la naïve ignorant tout de son rôle dans cette mascarade. Bien cachée, elle était loin de se douter de ce qui se tramait à quelques mètres de là, à voix basses. Son père, Elias, avait rejoint les deux amis de sa jeune fille, glissant quelques billets dans leurs mains. « Et n'oubliez pas votre rôle les enfants. Aujourd'hui on joue aux gentils humains qui n'aiment pas les méchants mutants. » Quelques mots glissés aux oreilles des enfants acteurs qui hochaient naturellement la tête à la demande du paternel... ou plutôt de leur employeur. Ils n'étaient que ça. Des acteurs que Primrosae prenait pour des amis, des acteurs payés par ses parents pour jouer avec elle et lui inculquer des idées. Elias était ce que l'on appelait un anti-mutant et dès lors qu'ils avaient appris - avec sa femme, Ida - qu'ils attendaient un enfant, sa destinée était toute tracée: devenir un guerrier des temps modernes pour éradiquer toute forme de mutation sur la planète. Mais Elias n'était pas dupe, il connaissait sa fille plus que quiconque et l'esprit malin de sa progéniture tendait naturellement vers une réflexion légitime: les mutants étaient-ils aussi mauvais que son père et sa mère lui disaient? Méritaient-ils réellement de mourir, tous sans exception? Devaient-ils réellement réparer ce que la nature avait loupé? Il était hors de question que sa propre fille soit de leur côté alors Elias avait tout envisagé dès sa naissance pour mieux manigancer son plan et faire d'elle ce qu'il voulait.

L'univers tout entier de Primrosae était factice et elle l'ignorait. Ses amis n'étaient que des acteurs qui lui répétaient combien les mutants étaient des monstres de cruauté et qu'eux aussi faisaient l'école à la maison, les journaux télévisés que des morceaux présélectionnés et enregistrés par ses parents sur des vidéos, les journaux qu'elle commençait à peine à lire étaient édités par son oncle, anti-mutant également, et déposés devant la porte chaque matin comme si c'était le facteur qui l'avait mis là, comme si le monde entier lisait les mêmes informations, la radio était étrangement bloquée sur une seule et même station, anti-mutante évidemment, le bouton pour changer d'émetteur étant manquant à l'appareil. La rousse n'était qu'un pantin, une poupée de chiffons vide de toute information que ses parents pouvaient remplir à leur guise. Primrosae sera leur digne progéniture, celle qui traque et qui tue. Primrosae sera le parfait petit soldat. « Trouvée! »


Cela faisait maintenant six mois qu'Ida avait craqué. Elle avait cedé au caprice de sa fille, à sa lubie d'avoir un chien. En grande adoratrice de la nature et des animaux, Primrosae, comme tous les enfants de ce monde, avait réclamé près de sa mère pendant des mois et des mois. Malheureusement, c'était mal connaître le couple Dahl que de prétendre qu'ils faisaient plaisir à leur fille sans aucun intérêt en retour. Bien entendu ils aimaient Primrosae, plus que tout et lui faire plaisir faisait partie de leur bonheur mais c'était aussi leur plus grande faiblesse et de faiblesse ils n'en voulaient pas pour leur fille. Si eux étaient assez faibles pour aimer, pour se laisser porter par les flots de sentiments, Primrosae devait apprendre à ne pas s'attacher et ne pas se laisser influencer. Mourir pour quelqu'un, donner sa vie à un être aimé jamais, ô non jamais Primrosae devait faire cela. Elle se devait de se détacher, de rester neutre. Mais comment demander cela à une enfant? Comment lui faire comprendre les choses? Par une démonstration.

Ça avait déjà commencé très tôt dans son enfance, dès sa naissance à vrai dire. Jamais elle n'avait appelé son géniteur papa, jamais elle n'avait appelé sa génitrice maman. Dès son plus jeune âge, on lui avait appris à appeler les gens par leurs prénoms. Son père et sa mère n'étaient qu'Elias et Ida. Pour la jeune fille, ça n'avait rien de perturbant, elle avait été habituée ainsi et avait appris à ne pas trop s'attacher à eux. Bien entendu, elle restait leur fille, leur progéniture, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir de l'amour pour eux de par son jeune âge. C'était humain et inévitable. Par conséquent, elle se devait d'apprendre la leçon, elle se devait de comprendre que l'attachement était une entrave à sa future mission. L'amour rend faible, l'amour tue, l'amour dévie du droit chemin. Si elle était inévitablement attachée à ses parents, elle avait obligation d'apprendre à se détacher du reste.

Rien ni personne ne devait l'empêcher d'accomplir sa destinée. Pas même un chiot.

« Nooooon. Ne fais pas ça! Papa, ne fais pas ça! » La colère de son père était lisible sur son visage, dans la prunelle de ses yeux. La noirceur de son regard était sans appel alors que la rousse était en étau dans les bras de sa mère qui la tenait fermement. « Papa? PAPA?! » Le claquement de sa main contre la joue de sa fille de sept ans se faisait sonore, calmant même les couinements du chiot attaché à un poteau par une corde courte lui permettant à peine de se déplacer. La curiosité du bruit sans doute. Ce n'était pourtant pas la première qu'elle subissait. « Quand vas-tu comprendre Prim? QUAND? »  « Pardon, Elias. » « Le pardon est une faiblesse mon petit soldat. Ne demande jamais pardon, ne l'accorde à personne non plus. Le pardon implique une erreur et jamais tu n'en ferras, plus jamais. »

Son père s'éloignait sans un mot de plus, s'approchant son chiot. Sa queue battait l'air, bien heureux que quelqu'un s'occupe enfin de lui. Après l'avoir détaché, Elias le suspendait à sa main par la peau du cou, comme l'aurait fait la mère du petit chiot. « Regarde comme il est heureux. Regarde comme il t'aime plus que n'importe qui d'autre. » Parce que c'était son chien, parce que ça faisait déjà trois mois qu'il était avec eux et qu'immanquablement, le chiot s'était attaché à la petite fille autant qu'elle s'était attachée à lui. « S'il te plaît, Elias. S'il te plaît. » Elle savait ce qui attendait le chiot, elle comprenait bien plus vite qu'une petite fille de son âge. « Laisses-le partir, je t'en pries! » Les iris de son père se détachaient de l'animal, reportant son attention sur sa fille. « Supplier ne sert à rien. Que penses-tu que les mutants te feront quand tu les supplieras d'arrêter? Que va-t-il se passer selon toi quand tu seras entre leurs mains monstrueuses? Les supplier ne leur donnera que plus de plaisir de te torturer. Ne supplies jamais, jamais. » Si Primrosae ne disait plus rien, ses yeux remplis de larmes témoignaient pour elle.

Elle lançait un dernier regard à son chien, à son compagnon de jeu le plus fidèle avant de clore les paupières. « Ne fermes pas les yeux! » Difficilement, et forcée par sa mère, ses iris se reportaient sur l'animal et nombreuses étaient les larmes qui coulaient sur ses joues lorsque son père égorgeait le chien toujours conscient, se vidant lentement de son sang. La rousse se débattait, voulait s'en aller mais ses parents n'étaient pas de cet avis, loin de là. Sans attendre, son père obligeait la petite fille a posé sa main là où le cœur de l'animal battait encore un peu, la recouvrant de sang. Il voulait marquer le coup, graver au fer rouge ce moment et ces quelques mots dans sa mémoire d'enfant. « L'amour fait mal, Prim. L'amour est la plus grande faiblesse de l'Homme. Sens comme tu as mal, sens comme il a mal. L'amour fini toujours ainsi, dans le sang et dans les larmes. Il est ton plus grand ennemi. Imagines si tu n'avais pas aimé ce chien comme tout cela serait plus facile mon petit soldat. Oublis l'amour, repousses-le, rayes-le de ta vie. Il ne t'apportera jamais rien de bon. » Sous le hochement de la tête de son père, sa mère lâchait prise, laissant Primrosae libre de ses mouvements. Elias déposait alors le cadavre de canidé dans ses bras. « Il ne serait pas mort si tu ne l'avais pas aimé et tu n'aurais pas si mal. » S'éloignant avec sa femme, ils laissaient la petite rousse à genoux, le cadavre de son chiot sanguinolent dans les bras, le cœur en miettes et des torrents de larmes dans les yeux. Elle le serrait contre elle, lui demandait malgré tout pardon, disant au revoir à son animal autant qu'à l'amour. Jamais on ne l'y prendrait plus.


Les années passaient mais ne se ressemblaient pas. Elle avait beau être constamment chez elle, faire l'école à la maison - pour éviter toute influence à son esprit fragile évidemment - elle trouvait toujours à s'occuper et ne s'ennuyait jamais. Encore une leçon plus ou moins indirecte de ses parents. L'ennui est mortel et affaiblit l'esprit. Elle avait appris à le contrer par des activités physiques ou cérébrales, toujours sous l'influence étroite et la surveillance rapprochée de ses parents. Quel enfant de treize ans s'occupe en démontant, nettoyant et remontant une arme à feu? Quel enfant de treize ans trouve amusant de développer sa tactique en jouant aux échecs pendant des heures? Quel enfant de treize ans sourit jusqu'aux oreilles quand il arrive à tirer sur un lapin sauvage ou un oiseau en mouvement? Quel enfant de treize ans trouve ça apaisant d'aiguiser un couteau? Quel enfant de treize ans aime accompagner son père dans la cabane du jardin pour développer de dangereuses armes chimiques? Définitivement, Primrosae ne grandissait pas comme les autres enfants de son âge et, coupée du monde, elle ne s'en rendait même pas compte. Son esprit pourtant vif et malin avait fini par capituler. Le monde était ainsi fait et sa mission allait être complète. Les mutants qu'elle allait croiser au cours de sa vie périront, point final et tout était parfaitement normal dans cette idée.

Un esprit développé, qui, pourtant aujourd'hui, n'arrivait plus à se libérer de la réalité, à s'évader. Elle avait même arrêté de réfléchir, arrêté de penser. Habituellement les séances ne duraient que deux jours, deux minuscules jours. Aujourd'hui, ça faisait déjà deux semaines ou peut-être trois... à vrai dire, elle avait arrêté de compter. Ça avait commencé quand elle avait quinze ans, aujourd'hui elle en avait vingt. Les jours passaient et se ressemblaient, la seule chose qui changeait était la méthode employée. Depuis trois jours, Elias avait sortit sa fille du garage pour la descendre à la cave, un endroit privé de lumière, d'air frais et au sol poussiéreux. Complètement nue hormis un string, elle avait chaud le jour à cause d'un chauffage monté à 40°C et froid la nuit, le chauffage coupé, la température redescendante et mouillée jusqu'aux os toutes les nuits par un seau d'eau glacée jeté par sa propre mère. La soif et la faim la tiraillaient, condamnée à ne manger qu'un morceau de pain tous les deux jours et boire sa propre urine ou ses larmes pour peu qu'elle arrivait à les récupérer dans ses mains. Les bleus sur son corps amaigrit, ainsi que leurs évolutions, témoignaient des jours précédents.

Si elle connaissait la nécessité de ses séances, elle n'en pouvait plus. La faim, la soif, la douleur. Tout était fait pour qu'elle craque. Sale, à bout de souffle et d'énergie, elle ne répondait plus aux ordres de son père. « Lèves-toi! Maintenant! » La rousse restait assise dans la poussière, attachée à un piquet, incapable de se lever par manque de force. « Elias, tu vois bien qu'elle ne peut pas. » « Les mutants ne s'en soucieront pas. Lèves-toi! » Sa voix montait en décibels et pourtant Primrosae restait là sans réagir pendant de longues minutes. Dans un souffle bruyant, elle finissait par se redresser sur ses guibolles chancelantes, s'agrippant à l'un des poteaux de la cave tant bien que mal. Ça ne durait que quelques secondes. A peine fouettée sur les blessures cicatrisées de la veille, elle tombait au sol, s'allongeant dans une position fœtale pour le moins révélatrice de son état. Si la force lui manquait, aujourd'hui ils avaient passé un cap: c'est l'énergie vitale qui commençait à être grignotée. Affaiblit et malade, elle était incapable de poursuivre. « Tu vas la tuer. »

Contre toute attente, le cliquetis de la paire de menottes qui retenait sa jambe au piquet se faisait entendre à ses oreilles. Libérée. « Tu as gagné. » L'entraînement à la torture était terminé. Elias avait bien sa fille n'allait pas lâcher le morceau et qu'elle était prête à s'éteindre plutôt qu'à parler. Il la prenait alors dans ses bras, conscient qu'elle était dans l'incapacité de marcher, la remontant dans la maison. La lumière naturelle était aveuglante, obligeant Primrosae a garder les yeux clos. La peau sur les os, des blessures ici et là de différentes natures, son corps allait garder les stigmates des semaines précédentes, ils le savaient tous. « Mourir plutôt que trahir. » Quelques mots passaient avec peine le seuil de ses lèvres. Elle était prête à mourir plutôt que de trahir les siens, trahir sa cause et ce, même durant l'entraînement. Là était sa victoire, là était la fierté de son père. « Oui mon petit soldat. » Posée dans la baignoire, elle allait pouvoir boire de l'eau et être lavée par sa mère. Très certainement qu'il lui faudrait plusieurs semaines pour s'en remettre.


Il était pas loin de vingt-trois heure ce soir-là. Elias et Ida dormaient déjà depuis une bonne heure. Avoir un bon rythme dans la famille, c'était important. Quant à Primrosae, elle était face à son ordinateur et à ses bouquins, travaillant encore sur un devoir qu'elle avait à rendre dans une petite semaine. Avoir un coup d'avance, c'était aussi une chose qu'on lui avait apprise. La procrastination, ce n'était pas pour elle. Ses cours lui plaisaient bien surtout depuis qu'elle pouvait fréquenter des établissements scolaires sans que ses parents ne craignent qu'on lui retourne le cerveau pour devenir pro-mutante. Travaillant sur un devoir de finance, elle s'était engagée dans des études de finance et de commerce pour succéder à son père en digne héritière de Dahl CORP, une industrie d'armement fortement connue. Assez connue en tout cas pour que la famille Dahl quitte leur Norvège natale pour les Etats-Unis, terre promise pour une expansion de l'entreprise et pour la chasse aux mutants, il fallait le dire. Du haut de ses vingt-quatre ans, elle était en dernière année de master et se concentrait essentiellement sur ses études. Elle n'échappait pas à la règle ce soir-là, du moins c'est ce qu'elle pensait. Un bruit de verre brisé la sortait de ses pensées, la faisant se retourner sur sa chaise. Ouvrant un tiroir du bureau, elle attrapait un pistolet sous un faux fond - l'un des nombreux cachés - et s'aventurait dans les couloirs de la maison se faisant la plus discrète possible. Personne, elle ne voyait personne. Pourtant, elle n'avait pas rêvé, elle était persuadée que quelqu'un était entré.

C'est en poussant la porte de la chambre de ses parents pour aller les réveiller qu'elle fut la première surprise. Quel dingue pouvait bien s'introduire chez eux directement par leur chambre? Probablement un mutant au courant de l'handicap récent de ses géniteurs. Pendant une chasse de mutant datant de deux mois seulement, ses parents étaient devenus sourds suite à une déflagration violente. Primrosae n'était pas avec eux ce jour-là, prise par un examen à la fac mais elle savait qu'ils étaient parti en chasse pour une raison simple: une humaine était enceinte d'un mutant in utero. Un phénomène relativement rare mais qui avait été noté par les Dahl. Un mutant in utero promettait d'être un mutant puissant et il fallait s'en débarrasser. Malheureusement, attendre sa naissance était bien trop dangereux. Chaque guerre a ses dommages collatéraux n'est-ce pas? Cette humaine en faisait partie. Ses parents avaient du la tuer pour tuer l'enfant et aujourd'hui, son mari plein de colère venait se venger.

A peine était-elle entrée qu'elle pouvait constater que les draps du lit étaient imbibés de sang. La rage et la colère de l'homme l'avait probablement poussé à tirer plusieurs balles dans le corps de ses parents, les tuant sûrement par la première dans la tête et s'assurant de leur mort par la seconde dans le cœur. La surprise passée - parce que son père et sa mère lui avaient toujours dit que leur cause finiraient par les tuer et qu'elle devait s'y attendre à tout moment - elle braquait l'arme dotée d'un silencieux sur l'homme, lui tirant dans l'épaule lorsqu'elle constatait qu'il tentait d'entrer dans sa tête. Encore un putain de mutant! Elle ignorait pourquoi il tentait d'entrer dans son crâne mais la douleur faisant et sa maîtrise de son pouvoir étant probablement faible, il fut vite incapable de l'utiliser. Un moment que Primrosae trouvait opportun pour se jeter sur lui, le faisant tomber au sol. Les mains portées à son cou, à califourchon sur son corps, le regard de la jeune femme était rempli d'une cruelle satisfaction. Lentement, l'air se consumait dans les poumons du mutant, bien incapable de reprendre une respiration pour les remplir de nouveau. La vie le quittait aussi lentement que possible. Une longue agonie.

La force que mettait Prim dans sa prise était la première témoin de sa détermination. La jointure de ses doigts avait blanchie, devenant douloureuse, et ces derniers restaient légèrement crispés quand elle lâchait enfin le cou de l'homme, saisissant son arme pour lui tirer une balle dans la bouche, minutieusement orienté vers le haut pour lui exploser le crâne. C'était terminé. Pour la première fois de sa vie, elle ôtait la vie à l'un de ses monstres comme elle les appelait. Essoufflée, assise non loin du corps, elle réalisait son geste. Le sang du mutant se déversait sur le parquet, l'étincelle dans son regard s'était éteinte. Ainsi mort, il ressemblait à un homme tout ce qu'il y avait de plus classique et l'idée frôlait un instant l'esprit de Primrosae. Il n'avait pas choisi d'avoir un ADN défaillant, d'être malade. Et pourtant, son esprit et même son cœur dont la plupart des sentiments humains étaient enfouis sous une épaisse couche de colère et de mensonges tissés  par ses parents tout au long de sa vie, lui hurlait qu'elle avait bien fait. Il était premier et ne serait certainement pas le dernier.

Suite au décès de ses parents, Primrosae a tout hérité d'eux. L'entreprise, la fortune, la maison et bien entendu les idéaux. Même seule, elle ne lâchait pas l'affaire. Elle était née pour ça, elle allait mourir pour ça. C'était autant dans sa tête que dans son cœur, dans sa peau et dans ses veines. Tuer du mutant était devenu viral. Neuf ans étaient passés et sa détermination était toujours la même, probablement plus forte encore. Cela faisait maintenant cinq ans que les watchers l'avait approché et qu'on pouvait la compter dans leur rang, anonymement en tout cas, et pour leur cause, son entreprise était d'une grande aide. Une cellule à l'abris des regards indiscrets développait des armes spécifiques et chimiques pour les watchers, introuvables sur le marché légal de l'armement. La cabane au fond du jardin avait bien grandi.

Bien entendu, c'est dans la même période qu'elle rencontrait Jeremiah. Au début, il était clair qu'elle le trouvait louche comme type. Elle n'y connaissait rien en religion - et elle n'y connait toujours rien d'ailleurs, s'en moquant même de temps en temps - mais elle trouvait cela étrange qu'on puisse être religieux et tuer du mutant en même temps. Tu aimeras ton prochain, tu ne tueras point. C'était les trucs comme ça qui la faisait plutôt rire. Enfin, depuis le temps, elle ne s'aventurait plus tellement sur ce terrain avec Jeremiah, c'était bien trop glissant et puis ils avaient d'autres chats à fouetter, du mutant à démembrer. C'est pourquoi pendant plusieurs années, ils n'étaient que coéquipiers, amis certainement. La bonne entente et les pensées similaires faisant, ils étaient amenés à se fréquenter souvent, trop souvent probablement pour que ça s'arrête là. Sans vraiment l'expliquer, bien que de toute façon Primrosae soit clairement une croqueuse d'homme - à défaut de les aimer, elle les consomme jusqu'à la moelle - ils ont fini dans le même lit puis dans la même douche et en appuie sur une même commode... Depuis un an environ, il est son plan cul le plus régulier ou en tout cas, ce que son esprit veut bien admettre comme un plan cul régulier. Pour le reste, tout restait sous silence.

Quant à ses activités, ça n'avait pas changé. Au regard du monde, elle était Primrosae Dahl, PDG et héritière de la firme de son père. Officieusement, elle s'entraînait toujours autant au combat, au tir, à la torture et qui se pouvait lui permettre de tuer du mutant ou d'y échapper. Elle ne faisait aucune différence entre eux. Femme, homme, enfant, jeune, âge, gros, mince, religieux, athée. Ça importait peu. Ça importait d'ailleurs tellement peu qu'une partie de ses collègues avaient tendance à craindre ses réactions impulsives. Comment pouvait-on être insensible à l'idée de tirer sur un enfant qui n'a rien fait d'autre que demander une glace?

« Tu ne peux pas faire ça quand même. » « Fermes-la, Piper. » « Il n'a que cinq ans! » Sa coéquipière avait un cœur tendre, beaucoup trop tendre. Que croyait-elle au juste. Qu'une fois adulte il allait gentiment laisser sa mutation de côté et ne jamais rien faire avec? Qu'il allait ignorer le fait d'être capable de produire de l'électricité? Primrosae en était persuadée, ce gosse pourrait devenir une bombe nucléaire à l'avenir et à l'instar de ses parents, elle ne pouvait pas laisser passer ça, contrairement à sa compagne de mission qui ne se faisait pas à l'idée de devoir éliminer un enfant. Armant son fusil de précision IDF Barakun d'un silencieux, elle le reposait sur son socle et se couchait sur le sol, visant l'enfant dans l'immeuble d'en face. « Arrête! Aller, laisses-le, on dira à Reagan que c'est ok et on s'occupera de lui quand il sera adulte s'il pose problème. Imagine si c'était le tien! » Silencieuse, Primrosae gardait son œil attentif et sa respiration particulièrement calme. Dans son viseur, elle pouvait voir l'enfant, seul dans sa chambre, simplement en train de monter une colonne de cubes en bois. Quand il relevait la tête et se mettait debout à côté de sa colonne, admirant son art, Primrosae le suivait dans son mouvement avec son arme et quand elle fut certaine de son coup, elle tira une seule et unique balle dans la tête de l'enfant, silencieuse, vicieuse, meurtrière. « Ça serait la même chose. »


IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ; Cocaïne ou Luna ou Aurore tout simplement/24 ans toujours/j'ai toujours pas de zizi qui a poussé dans la nuit, désolé. Fréquence de connexion ; 7/7 je dirais même limite H24. Que pensez-vous du forum? ; Super désagréable, vraiment, je comprend pas le délire que vous avez eu là, c'est n'importe quoi, je me casse finalement. Comment l'avez-vous découvert ? Sous une frite.   Célébrité choisie ; Evan Rachel Wood. Credits (avatar, icon etc.) ; Fuck Yeah Evan Rachel Wood (tumblr).

THE NEW AGE


Dernière édition par Primrosae Dahl le Jeu 30 Juin - 16:58, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
JTE LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOVE :inlove: Ma Primrosae :pink: :inlove: On va tous les défoncer ensemble :pregnant: :inlove: :cute: :hero:
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 223
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t172-lewis-devil-in-a-midnig

_________________

can't you see us bleed ?
torn apart
dysfunctional
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
C'est peut-être ta future belle-soeur, un peu de respect xD
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 573
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Re-Bienvenue… :hé: :hé:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
LA BELLE PRIM ENFIIIIIIIIIIIIIIN **

Amuses-toi bien avec elle!
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
:cute:
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb
JER →
Spoiler:
 

LEWIS → Juste parce qu'avec ta bebar t'es trop sexy de la night, je te ferrait une gâterie avec de te buter, promis.

AION → Même pas tu aurais sorti THE bonhomme quoi... :sad1:  (luv luv :leche: )

HARPER → Merciiii mon petit bouchooooon, quand j'aurais le cerveau allumé, on se ferra un lien de fifounetteeeeee. :happy:
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 573
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
Je sors qui je veux quand je veux…vilaine :hé:
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb
Tant que tu me laisses sortir la partie que je veux quand je veux, you know. :hé:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Oh, non !
(Bienvenue !! )
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb
Et si, mouhahaha.
(Merci :keur: )
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
:cute: *troll*
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 491
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1924-primrosae-dahl-o-noteb
hiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :cute:
ahem *tousse*
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

DEMONIC CIRCLE AND SWEET REVENGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» three cheers for sweet revenge ஐ TIGIRIA
» Haiti: The corporate vultures circle
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-