Partagez | .
 

 Australian holiday an' shit || Ft. Warren [Défi 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

« Et les jours suivants... » « T'apprécie un peu trop tout ça toi. » Je lève sur Dayle un regard tout innocent, mais c'est vrai que j'aime ça. Au moment où je me secoue, j'entends le petit cri de détresse – oui oui carrément – de Dédé mais n'y réponds qu'avec un sourire. Mais non, ce ne sont pas trois gouttes qui vont venir à bout de ce grand garçon quand même ! Je sors de la salle de bains puis réponds tout naturellement : « Mais c'est parce que tu étais trop occupé que tu n'as pas vu, et puis je suis un gentleman moi monsieur. » Bon, d'accord, pas vraiment... Il m'est déjà arrivé d'avoir quelques aventures d'un soir, mais ça reste vraiment anecdotique, je crois... D'abord parce que les plumes, même si je m'amuse à dire parfois le contraire, ce n'est pas l'atout majeur pour « faire connaissance » en général. Ça a même plus tendance à faire peur qu'à attirer. Et quand j'entends « ça tombe bien, j'ai un perroquet » c'est plutôt moi que ça fait fuir. Ça restreint déjà le champ des possibles...

Maintenant, j'ai heureusement assez de recul pour ne pas me formaliser des réactions que je peux causer, comme quelqu'un dont on n'aimerait pas un grain de beauté qu'il a sur la joue, par exemple. Ce n'est que ça, finalement. Ceci étant, ce n'est pas une raison pour arrivé habillé comme un sac. Même si je ne saurai jamais quelle est ma véritable taille de vêtements, sans doute. Ayant confirmé mon côté gros morfal qui crève toujours la dalle, Dédé me confirme qu'il est dans le même état. Et puis quand j'ai faim, c'est tout de suite en général. « A mon avis tu vas être obligé de porter quelque chose au restaurant d'ici, mais si on trouve un bar je pense pas que ça pose problème si tu l'enlèves... » Ah mais non, je voulais emporter des trucs et manger dans la chambre en mode no shame. Bon tant pis, je ferai le ventre sur pattes en me faisant servir. La vie est vraiment trop difficile... se faire servir dans le restaurant d'un hôtel chic avant d'aller boire un verre sur la plage... Je m'attarde sur mes vêtements et quoi ? Dayle désapprouve la chemise noire. Quewa ? Que de chocs aujourd'hui ! Bon, je cherche autre chose. Non pas ça... Ni ça... Finalement je prends un t-shirt foncé que j'enfile et mets simplement une chemise ouverte au-dessus. Bon, maintenant, je dois aussi trouver pour Dayle ! Hum... Ce n'est pas facile avec lui, il aurait plus de chances de trouver son bonheur dans l'armoire de mon père que dans la mienne. Déjà je sais que la marinière, il va me rire au nez et s'essuyer le dos avec. Je prends une chemise à carreaux mais qui se partage en différentes teintes de gris. Je me rends sur ma valise et attrape ma gourmette en acier en plus de ma montre. Ça sera le petit accessoire en plus. Je passe ma montre autour de mon poignet, j'aime bien, le bracelet de cuir est très large. Je jette un œil et Dédé fait son apparition. Je lui jette ma gourmette : « Prends ça. »

Et puis... ne me la rends pas. J'ai envie de lui donner quelque chose, quelque chose de moins éphémère qu'une plume comme pour sceller ma promesse, pour qu'il sache qu'il n'est pas seul quand il ne va pas bien... Je ne le lui dis pas maintenant, je lui dirai simplement de la garder ce soir ou demain... Je termine de me préparer et nous pouvons rejoindre le restaurant. Mon portefeuille est dans ma poche et là... buffet. Je lance un sourire en coin à Dédé et lui dis, comme pour le rassurer : « On a dit no shame pas vrai ? » Bon finalement, je suis raisonnable. Enfin... comme d'habitude quoi... Et puis je n'ai pas envie de rouler comme une pierre au bar, surtout. On se rend dans l'un de ceux qu'on a pu repérer en arrivant à l'hôtel. On s'y rend naturellement à pieds. Arrivés à proximité des tables, je fais une révérence à Dayle pour le laisser passer devant. « Si monsieur veut bien se donner la peine... » dis-je en désignant le bar d'un long mouvement du bras.
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


Toujours allongé sur le lit je regardais Warren fouiller dans le placard. Mon refus de cette pauvre chemise noire semblait l'avoir choqué mais je m'en amusais. On était en vacances, pas besoin de se mettre sur son trente et un non plus. Le temps qu'il fasse son choix je revenais jusqu'à la salle de bain et me passait un peu d'eau sur le visage pour me rafraîchir un peu, observant un instant mon reflet comme si la détresse que j'avais ressenti une heure plus tôt n'était qu'un vieux souvenir. Je passais une main humide dans mes cheveux pour... Bah pas grand chose en fait puisqu'ils n'étaient pas assez longs pour être discipliné mais c'était au moins ça. Le sel les tenait toujours. Je revenais dans la chambre et me rapprochais de Warren à sa valise. Sur le lit une chemise aux teintes de gris m'attendait et en se retournant il me jetait quelque chose. - « Prends ça. » - Je stoppait le bracelet de métal en plein vol et l'observait flotter devant moi. C'était sa gourmette, un cadeau de ses parents. Je sais qu'il y tenait alors je l'avais regardé un instant sans comprendre mais il se détournait pour revenir à ses affaires et je saisissais l'objet dans ma main. Je la passais à mon poignet droit et trop grande d'un maillon elle s'allongeait sur le départ de ma paume.

Un sourire sur les lèvres, content d'un cadeau comme de son sens profond, je prenais la chemise et l'enfilais. Warren trépignait, son estomac remplaçant son cerveau, et je fourrais dans mes poches portables et argent avant de le suivre dans le couloir. - « On a dit no shame pas vrai ? » - Je soupirais à cette phrase... - C'est ce qu'on a dit oui. - ... principalement parce que je savais ce qui se cachait derrière ces deux grands yeux bleus. Le repas s'était déroulé ainsi. Une table pour deux, face à face. Devant moi une assiette, renouvelée, entre crudités et viande. Un léger attardement sur certaines entrées. Je n'avais jamais été un gros mangeur mais j'appréciais toute cette diversité et la possibilité de tout goûter. En face de moi cependant il y avait Warren. Et pendant que je mâchais calmement ce bout de poulet, il observait, des lumières inquiétantes dans les yeux, les quatre grandes assiettes pleines à ras bord qui étaient disposées devant lui. Certains l’appelaient l'oiseau. Croyez moi, son estomac, c'était pas celui d'un piaf, c'était celui d'un éléphant. Et affamé en plus. Parfois je me demandais comment il pouvait bien avaler tout ça. Nous prenions le temps de manger, de discuter, de digérer. Surtout lui avec son bide gonflé, et c'est sur les coups de 22h qu'on quittait l’hôtel pour rejoindre la plage, les pieds dans le sable.

J'avais ouvert ma chemise, la sensation de la gourmette à mon poignet à laquelle je n'étais pas encore habitué. Le son des vagues était apaisant et la fraîcheur appréciable. Nous approchions de l'une des gargotes repérées dans la journée et sa lumière chaleureuse. A proximité des tables, Warren s'arrêtait... - « Si monsieur veut bien se donner la peine... » - ... et je riais en passant. - Merci très cher. - Je slalomais entre les quelques tables et passais sous le toit de bois clair avant de m'appuyer au comptoir, la brise légère faisant voler ma chemise un instant. Il y avait quelques personnes, peut être une dizaine. La musique était entraînante mais pas assourdissante. Warren se plaçait à ma gauche, ma droite obstruée par une jeune femme en pleine discussion la barmaid. Mais c'est sur la brune derrière le comptoir que je m'attardais: typée, les yeux marrons, les cheveux maladroitement attachés et surtout la clé du placard à alcool. Ses pas semblaient comme une danse tant elle connaissait son bar par cœur. En croisant son regard je lui souriais et elle nous rejoignait dans un sourire avenant. - « Bonsoir messieurs. Alors, qu'est-ce que ce sera? » - Je prenais immédiatement les devants. - Vous avez un cocktail maison? - Elle se penchait sur le comptoir pour nous détailler. - « Rhum ou Vodka? » - Je la fixais un instant, un fin sourire étirant mes lèvres, une lueur de défi dans le regard. - Surprend nous.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Je fais une petite politesse à Dayle, surtout par jeu et le laisse passer devant moi. Je prends mon temps pour balayer les environs du regard. Quelques tables sont déjà prises par des petits groupes de personnes qui parlent anglais par ici, français par là et là-bas... je n'en sais trop rien, mais j'aime bien la musicalité de ses mots alors qu'elle parle entre deux éclats de rire. Pris dans mes pensées, je me prends le coin d'une table – heureusement, je suis un peu moins maladroit quand il s'agit d'une mission parce que sinon adieu la sécurité, et la crédibilité – et lâche un juron avant de rejoindre Dayle au bar. Je me mets à sa gauche, cherchant son regard pour voir s'il a aperçu mon fail mais il semble ne rien avoir remarqué. Je prends donc mon air le plus naturel – comprendre ma tête trop suspecte – et me mets à lancer des œillades sur les bouteilles qui se trouvent à l'arrière.

Je me penche pour regarder sur qui ou quoi Dayle vient de poser son attention. Je me penche légèrement et aperçois les deux jeunes femmes sur le côté. Je vois je vois ! L'une vient dans notre direction, je la salue d'un bref geste de la main et nous demande ce qu'on veut prendre. Ah non, je ne sais jamais quoi choisir. Alors j'aime bien les fruits, pas le gin par contre, enfin ça dépend dans quoi... Je me lance dans une grande réflexion quand Dédé a la bonne idée de demander un cocktail maison. Mon regard alterne finalement entre la jeune femme et mon ami, qui la tutoie pour commencer à... oui, à draguer clairement. Il a ce petit regard en mode coquinou que je sais reconnaître. Pas pour l'avoir personnellement expérimenté, mais pour l'avoir déjà croisé. J'imagine que les fesses de Dayle et / ou celles de... Wolfgang c'est ça s'en souviennent aussi. Finalement, elle lui répond d'un sourire au coin des lèvres et s'en va jouer avec les bouteilles. J'espère qu'elle ne va pas nous donner quelque chose de trop fort, quoique avec tout ce que j'ai mangé, je risque de plutôt bien éponger.

La jeune femme qui discutais avec la barmaid pose les mains sur le bar et la suis du regard. Euh bonjour je m'appelle Warren et je suis trop nul pour commencer une conversation et j'ai perdu mon coupain qui est en train de dévorer votre ami du regard. La jeune femme nous dépose nos verres devant nous, je la remercie et plonge le nez dans le mien. Finalement, la jeune femme s'appuie au bar et je leur demande – question mal posée, forcément – si elles sont copines, balançant mon index entre elles, au cas où elles ne se seraient pas reconnues. Elles échangent un regard puis la jeune femme à notre droite enroule une mèche de ses cheveux autour de son index en nous demandant, en guise de réponse, si nous sommes des touristes. Je pose les coudes sur le bar et acquiesce d'un hochement de la tête. « On est en vacances ici pour deux semaines ! Oh pardon, je m'appelle Warren. » Je pose la main sur l'épaule de Dédé : « Et c'est mon meilleur ami : Dayle. On vient de New York en fait. C'est la première fois qu'on se pose ici... »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


La barmaid s'éloignait pour préparer nos verres avec un sourire sans équivoque sur les lèvres et moi je la regardais partir un instant avant de me tourner d'un quart vers Warren. - La table va bien au moins? - Bien sûr que je l'avais entendu se prendre la table. Un sourd l'aurait entendu. Je lui lançais un sourire amusé et lui tapait doucement l'épaule. - T'es un grand garçon, mon grand, arrête de rougir. - Parfois Warren était un bête, un peu maladroit. Je me demandais bien pourquoi d'ailleurs. Il n'avait qu'à sourire, éventuellement replier un peu les bras, et n'importe qui tombait à ses pieds. On avait pas tous la même assurance je suppose. A ces mots dit assez bas la barmaid revenait avec deux grands verres. C'était un breuvage bleu dans un verre haut et large. Dedans j'y voyais des citrons et de la menthe ainsi que quelques fruits rouges. Le contour du verre était sucré et deux pailles sortaient des récipients. De là je sentais l'odeur de la vodka, preuve qu'elle avait bien dosé la chose, mais au goût c'était si doux qu'en quelques verres je nous voyais déjà rouler sous les tables. Enfin lui, pas moi. Moi il en faudrait plus que ça malheureusement.

Warren entamait une approche un peu hésitante et je me retenais de plaquer ma main sur mon visage dans un claquement sonore. La jeune femme à ma droite, les cheveux châtains légèrement bouclés éclaircis au maximum par le soleil, répondait par une question en demandant si nous étions des touristes. Je notais dans sa voix un accent étranger, nordique, peut être finlandais ou suédois. Je laissais à l'ange le privilège de répondre, loin de moi l'envie de briser le contact visuel entre lui et la nordique, et lorsqu'il posait sa main sur mon épaule je souriais aux deux filles. Oui, Dayle, c'moi. Je me doutais qu'il avait dit ce nom par habitude. Il n'avait même pas hésité mais c'était pas plus mal. Après tout officiellement j'étais toujours Dayle. Je tirais sur la paille dans mon verre. Au final ça donnait un tableau plutôt éclectique. Entre un new-yorkais pure souche, une barmaid brune très typée, une jeune potentiellement finlandaise et un "new yorkais" avec un accent britannique prononcé, moi. Allons tous vivre sur Mars tiens. Y'a pas la mer mais tant pis.

La soirée se poursuivait. Petit à petit les clients retournaient à leurs hôtels ou à leurs maisons mais nous restions. J'avais toujours eu ce regarde braise, ça m'avait toujours bien servi, mais c'était l'une des rares fois où j'avais en face de moi quelqu'un qui avait le même et qui répondait à mon petit jeu. Ça me rendait dingue. Dans le même temps nous avions Dana, la définitivement finlandaise, qui s'était légèrement extasié sur les ailes de Warren. Mais pas comme ces greluches fétichistes des plumes non, elle avait vraiment prit le temps de les observer, de les toucher, à tel point qu'en un regard avec Alicia, la barmaid, on avait ris. Toutes les deux travaillaient pour un complexe touristique voisin. Alicia tenait ce bar la nuit et Dana travaillait dans un le restaurant en journée. Je nous gardais bien de révéler où nous dormions, simple stratégie de survie, et les heures défilaient. Lorsque le temps fut venu de tirer notre révérence elles avaient échangé un énième regard avant que l'une d'elle ne nous propose une sortie. Une fin de journée à la plage, le lendemain. Elles voulaient nous montrer une super plage dans le coin et c'est tout naturellement qu'on avait accepté avant de filer.

J'avais bien essayé de ressentir l'alcool de ces foutus cocktails mais sans succès. J'étais immunisé contre les effets de tout à l'évidence mais j'avais déjà réussi à passer outre. J'avais encore du mal à comprendre comment, ou alors je n'avais simplement pas assez bu pour le sentir? Peut être. Toujours est-il qu'on était rentré jusqu'à l’hôtel, lui comme moi tout à fait satisfait de cette rencontre nocturne, et qu'on s'était couché presque immédiatement. Après que j'ai eu pris ma douche pendant que Warren collait nos deux lits ensemble parce que... Bah en fait j'en sais rien, il l'avait juste fait et je ne m'en étais rendu compte qu'au matin lorsque je m'étais réveillé et que j'avais senti une jambe poilue qui n'aurait pas dû être là. Nous avions passé la journée à faire ce que tout bon touriste fait: rien. Un petit verre par ci, une petite glace par là, une heure à la plage, une heure à l'ombre des palmiers, une deuxième glace pour Warren. La fin de la journée était vite arrivée et nous avions rejoins les filles aux abords de l’hôtel où elles travaillaient, prêt à partir. J'avais sur mon dos le sac de toile bien plein dans lequel se trouvaient nos affaires. Le dos de Warren était déjà pris et c'était simplement devenu une habitude que je porte les choses. Mon dos était libre et je pouvais en éliminer la masse. C'était comme si je portais rien. Et au diable les t-shirts, on était en vacances.

Nous n'attentions que quelques minutes avant qu'elles n'arrivent au volant d'une jeep Wrangler ouverte blanche. On sautait sur les sièges arrières et elles démarraient. Habillées elles étaient déjà pas mal mais je devais bien avouer qu'en paréo, c'était une toute autre histoire. Mes lunettes de soleil sur le nez je laissais le vent secouer mes cheveux courts et regardait le paysage défiler. On roulait une bonne vingtaine de minutes, finissant la route par des routes un peu moins entretenues jusqu'à une embouchure et un parking improvisé où de nombreuses voitures attendaient déjà leurs propriétaires. C'était la fin de la journée, le soleil déclinait doucement et vu la taille du parking il n'y avait plus grand monde sur place. Au moins on serait au calme. Je constatais la présence d'une grille qui habillait le passage. Peut être était-ce une plage privée sur laquelle elles avaient des accès en travaillant ici? A croire que les vacances ça me ramollissait le cerveau. Les filles faisaient signe à un gardien, définitivement une plage privée, et on passait la barrière. On marchait un peu dans le sable en discutant et c'est seulement quelques mètres plus loin que je voyais... la lune. Enfin, une lune. Et une autre. Et pas que. Sur le coup je me figeais un instant, pas vraiment visiblement cela dit, avant de pouffer de rire devant ma grande naïveté.

C'était une plage naturiste. Je passais ma main sur mon visage. Les regards échangés la veille, les paréos, la barrière, le gardien. De suite c'était plus logique. - « Alors, vous venez? » - Alicia qui avait fait arrêter Dana lorsqu'elle avait vu qu'on suivait plus. Je retirais le sac de mon dos en secouant la tête puis dénouais le nœud blanc de mon short de bain, le laissant tomber à mes pieds avant de le fourrer dans le sac déjà pas mal plein. Je faisais deux pas en avant avant de me retourner, sentant un vide. Je posais alors mon regard sur la tronche de Warren et... souriais, amusé. - Bah alors? Tu viens?
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Sur la question de Dayle, je souris et passe simplement la main à l'endroit du terrible impact, comme pour confirmer que ce combat avait eu lieu. Et pourtant, simplement par jeu, je hausse des épaules et lui dis gentiment que je ne vois pas du tout de quoi il parle. Parfois, c'est à croire que je suis quand même plus à l'aise dans le ciel que sur la terre. Ma mère ferait sa tête de pas contente avec les yeux plissés et les lèvres pincées si elle m'entendait dire ça. Mais non, ce n'est pas une insulte au genre humain, et puis il y a de toute façon moins de meuble et moins de circulation là-haut, c'est tout. Mon ami me fait soudain remarquer que j'ai changé de couleur. Ah non, pas encore. Je pose une main contre ma main. Oui oui, je vois les couleurs avec ma main. C'est très simple, il me suffit de juger ma température corporelle et hop, je sais soudain sur quelle nuance de rouge je suis en train de tirer... Là je suis sur un rose foncé, presque un rouge adolescent puceau qui va à la piscine pour la première fois...

Un jour, j'arriverai à contrôler ça. Un jour. En attendant, nous découvrons les verres. Étant absolument nul pour deviner ce qu'elle a pu mettre dedans, je me contente de glisser mes lèvres sur le bord du verre. Mais c'est pas mauvais tout ça... Je cherche ensuite à entamer la conversation. À croire que c'est plus facile quand c'est avec... je ne sais pas, ce doit être l'air de la mer qui me reste stupide. Parce que j'ai toujours eu une grande gamelle d'habitude. Finalement quand la jeune femme près de moi me demande si nous sommes des touristes, je lui offre un grand sourire et écarte les bras, comme démasqué : « Ah non, ça se voit tant que ça ? » Finalement, je me penche sur le bar, cale mon menton contre ma main et lui demande d'un ton plus bas, pour l'obliger à s'approcher pour pouvoir entendre : « Disons plutôt que ça dépend... si nous sommes des touristes, tu penses que nous saurions trouver de bons guides ? Disons une personne du coin... plutôt grande, avec un short... » Je me penche vers elle, baisse le regard et continue avec un sourire en coin : « Blanc, c'est très important. »

Nous entreprenons de discuter un peu plus pendant que Dédé et Alicia se dévorent du regard. Nous en venons évidemment à parler à un moment donné des mutations. Elle aperçoit les plumes qui dépassent dans mon dos et j'ai un frisson quand elle vient en caresser quelques-unes du bout des doigts. Heureusement, elle ne me demande pas de lui en offrir une. C'est que la repousse n'est pas instantanée, et c'est toujours bizarre pour moi quand on me demande ça. C'est comme si je la regardais amoureusement et lui demandais une mèche de cheveux. Je passerais forcément pour un dangereux psychopathe ? Et bien pour moi, plein de personnes sont des serial killers en puissance pour avoir formulé le souhait d'une plume. Et puis une qui vient de la source, pas une plume abandonnée le matin entre le traversin et l'oreiller, ce serait trop facile !

Dana est adorable, en fait. Et un peu gaffeuse par moments, oh comme un certain gris oiseau non ? Finalement, nous restons les derniers dans le bar. Je souris bêtement en regardant dans le fond de mon verre. Et pourtant ce n'est que mon premier verre. « Le premier ? » interroge Dana avec une pointe de taquinerie. « Le premier, je le jure. Mais je ne sais plus combien de fois Alicia l'a rempli par contre. » Je laisse mon doigt courir sur le bord du verre. Je n'ai pas eu mes bonbons au-dessus de mon cocktail, mes fraises tagada et banane qui n'ont pas de goût de bananes me manquent. Avant que nous ne reprenions le chemin de notre hôtel, elles nous invitent le lendemain à découvrir une plage. Une plage apparemment spéciale sans qu'on ait de détails. Bof, ça ne peut rien être de bien bizarre...

Entre deux petits ricanements stupides, j'ai réussi à marcher droit jusqu'à l'hôtel. Oh je n'ai pas bu tant de verres que ça, je crois. Je me fais toutefois la remarque qu'un jour, je montrerai à Dayle comment je vole quand j'ai bu, il sera admiratif, forcément. Je ferai la fusée, pouf, à la verticale jusqu'à... jusqu'aux nuages ! « Et on sentira le froid qui nous mord les orteils et on verra les gens disparaître sous nos pieds comme s'ils ne pouvaient plus rien dire, comme si on était vraiment à l'abri de leurs pia pia pia ! » Je me tourne vers Dayle, me rendant compte que je me suis mis à penser à voix haute. Je lui souris et entame une course jusque dans la chambre. Je me laisse tomber comme un déchet sur le lit après avoir collé les lits. Parce que je préfère partager un grand lit qu'avoir un lit d'enfant de douze ans pour moi tout seul... Au milieu de la nuit, je me mets à secouer le bras de Dayle : « Hé... hé... c'est rigolo, à y repenser, que les gens fassent pia pia pia, si c'est nous qui volons. » Puis je lui tourne le dos et me rendors...

Le lendemain, la journée passe trop vite. Est-ce que le fait que je me sois levé à 13h a rendu la journée plus courte ? Oui, sans doute. Après avoir découvert la glace à la lavande – j'ai eu l'impression d'avoir mangé un vrai bout de lavande, étrange – nous avons rejoint les filles. Dayle, comme à son habitude, a la gentillesse de prendre les affaires. Et puis, il peut rendre ce sac plus léger que la plus petite de mes plumes alors pas le temps de le plaindre. Et puis, ça lui fait plaisir de tout prendre, si si !

On monte avec elle en voiture, je monte derrière et laisse mon regard se balader autour de nous, essayant même de retenir le chemin. Peut-être qu'on pourra revenir plus tard ? Arrivés, je saute de la jeep, retenant l'envie de donner un coup d'ailes comme je l'aurais fait à la X-Mansion. Mais à force, j'ai réalisé que ce geste anodin pour moi peut parfois surprendre un peu. Mais n'est-ce pas comme si tout le monde marchait sur les mains, ayant quand même des jambes ? On marche un peu dans le sable, instinctivement, je baisse le regard sur mes pieds pour éviter de marcher sur le seul crabe qu'il y aurait à des kilomètres à la ronde. Dayle s'arrête une seconde, et se met à pouffer de rire. Je m'arrête, suis son regard. Oh. Mon. Dieu.

Oh. Mon. Dieu. Mais qu'est-ce qu'ils font tous à poil ? Lui là-bas, et lui, et elle. Et eux. Je ne sais pas si je dois regarder partout autour de moi ou décider de devenir le premier mutant autruche et mettre ma tête dans le sable. Les filles sont devant nous et je retire une seconde sur le bras de Dédé. Sans quitter les vacanciers du regard – une attaque de nudistes enragée se déroule toutes les heures, c'est bien connu – je me penche vers lui et lui chuchote : « Dédé... ils sont tous nus, tous entièrement nus... » Je lui lâche le bras et arbore un sourire de façade quand les filles se tournent vers nous. Il fait pas un peu chaud ? Je mets la main sur ma joue. Alerte rouge.

« Alors, vous venez ? » Et voilà mon ami qui laisse tomber le short le plus naturellement du monde. Je fais un pas en avant, à la recherche d'un vacancier qui porterait encore quelque chose. Je baisse les yeux sur mon propre short. Quoi ? Mais ça va pas ? Non non, je l'ai et je le garde. Je passe la main dans ma nuque en sentant que nous sommes perdus ! Mon dieu, ma mère m'attraperait par l'oreille pour me dire de cette plage d’exhibitionnistes si elle était là. Maman, viens me chercheeeer ! « Bah alors ? Tu viens ? » me demande Dayle. Ah non ! Je bafouille quelque chose d'incompréhensible puis demande innocemment, mais plein d'espoirs : « Mais il faut tout tout retirer, genre tout tout tout ? »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


Elle était loin l'époque où j'étais pudique. Je ne l'avais jamais réellement été en réalité. Quand on est dans une équipe d'une vingtaine de gars dans des vestiaires, on perd vite la hantise de la nudité. Mais encore c'est un cas particulier. A l'époque, si je devais finir nu comme ça en public, il me fallait d'abord quelques verres. C'était plus le cas. J'ai oublié le mot pudeur le jour où j'avais aussi perdu ma vie privée, en Sokovie, dans cette grande pièce où nous dormions tous. Les cobayes, ça se plaint pas. Je relativisais la chose de cette façon: mieux vaut une douche chaude à trente personnes que pas de douche tu tout. Et puis... c'était simplement devenu quelque chose qui n'était pas un problème. Alors oui, je venais de tomber le short sans la moindre hésitation ni la moindre gène face aux gens ou même ces filles juste là. Elles même venaient de retirer leurs paréos pour les coincer dans la anse de leurs sacs. Au moins le spectacle était-il appréciable. Mais du coup je pouvais comprendre la réaction de Warren quoi qu'elle me donne à sourire. C'était amusant vu de l'autre côté du voile.

« Mais il faut tout tout retirer, genre tout tout tout ? » - J'esquissais un sourire, amusé par son cafouillage. - C'est... le principe oui, il me semble. - En réalité je doute que quelqu'un serait venu lui faire la morale sur sa non nudité, mais comprenez deux choses. Outre le fait qu'on devait rester fort pour emballer les filles, c'était aussi une bonne occasion de l’embêter un peu. Pour une fois que c'était pas quelque chose de dangereux ou avec des conséquences... Je jetais un regard en arrière puis m'avançais vers Warren de quelques pas pour ne pas qu'on m'entende. Pas la peine de jouer les idiots à lui demander si quelque chose n'allait pas, ça se lisait sur sa gueule d'ange. - Allez, mon grand, pense aux filles. Enfin non, pense pas trop aux filles mais... - Je reprenais mon souffle. - Regarde autour de nous. Personne ne regarde, tout le monde s'en fiche. C'est pas comme sur les autres plages où être seul et nu ça attire le regard. - Je levais ma main pour compter avec mes doigts. - Un, les gens s'en fichent, y'a plus grand monde en plus là. Deux, les filles sont déjà prêtes. Trois, moi je m'en fiche et je suis déjà prêt aussi. Et quatre, t'as absolument aucune raison d'avoir honte. - J'ai vu, j'atteste.

Moi je me serais déjà convaincu tout seul mais en face de moi j'avais le Warren, cette espèce en voix d'extinction capable de jeter tout un placard de sous vêtements dans le simple doute que quelqu'un d'autre, peut être, en aurait porté un seul. Je lui faisais signe d'attendre une seconde et me retournais vers les filles. - Et si vous alliez nous trouver un coin tranquille? On vous rejoint dans deux minutes. - Sourire sexy, regard de braise, tout le tralala, elles confirmaient en riant et partaient devant pendant que je me retournais sur Warren et l'avisais de haut en bas l'air songeur. - Tu sais que les anges sont nus normalement? - Je souriais mais me reprenais. - Ok, ok. Ecoute. On va te trouver un endroit pour te déshabiller puis on les rejoint. On file vite à la flotte. - Au moins ça le cacherait le temps qu'on serait dans l'eau. - Et si vraiment tu y arrives pas, bah... Je prétexterais une allergie au sable ou quelque chose comme ça. - Pas comme si on pouvait pas s'envoler et rentrer à l’hôtel plus vite qu'en voiture. Je voyais déjà les gros titres. "Deux hommes nus traversent le ciel de l'Australie. Nouvelle mode sexy ou provocation dégoûtante?". Moi ça allait. Mon cul blanc voyait le soleil, ça allait parfaire le bronzage.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Le principe ? Mais le principe de quoi ? J'ai pas signé pour ça. Autant la vision des fesses de ces demoiselles me fait bien plaisir, pour avoir déjà vu celles de Kay, ça ne me gêne pas vraiment non-plus mais c'est que... Enfin voilà. Je passe la main dans ma nuque et commence à jouer avec l'élastique de mon short nerveusement, en essayant de me rassurer. Mais ça ne marche pas manifestement. Dayle me dit alors de penser aux filles. Non mais on est d'accord que si je pense à nos deux nouvelles copines du jour entièrement nues sur la plage, ça ne va pas vraiment m'aider ? Parce que si j'y pense, je suis qu'une « montée d'enthousiasme » se fera sentir. Je me racle la gorge avant de répondre mais il se reprend déjà, conseillant de ne pas trop y penser. Tu m'étonnes.

Comme dit, je regarde autour de nous. C'est vrai que c'est déjà plaisant de ne pas attirer les regards habillé, alors nu ça serait sans doute pareil. Je n'ai jamais aimé qu'on se retourne sur moi. Même si j'ai essayé plus tard d'en faire un jeu, d'occulter tout ça, l'idée qu'on puisse me voir vraiment, ça me met mal à l'aise. Ça me rappelle l'époque du harnais et des manteaux longs. Et là, je n'aurai vraiment rien derrière quoi me cacher, rien du tout. Mais effectivement, les gens s'en foutent apparemment. C'est peut-être ici le paradis, en fait ?

Je me racle une nouvelle fois la gorge puis lui marmonne que ce n'est pas que j'ai honte mais... Attends, on parle vraiment tous les deux de la même chose ? Alors non, l'organe reproducteur du pigeon est tout à fait convenable à mon sens. Mais si je peux juste éviter que trente personne puissent le voir dans la même journée, ça m'arrangerait assez. Je regarde vers les filles, jetant une oeillade rapide au-dessus de l'épaule de Dayle puis me penche à nouveau vers lui. « Tu sais que les anges sont nus normalement ? » Je croise les bras sur mon torse, essaie de prendre un air mi-vexé mi-perplexe mais je ne peux pas m'empêcher de sourire quand même. Je pince les lèvres, résiiiste, prouve que tu existes ! Bon non, c'est cause perdue, je souris bêtement puis me mets à ricaner quand il trouve notre plan d'évasion : « Une allergie au... sable ? Mais qui est allergique au sable ? »

Je passe la main sur mon menton puis pose soudain les mains sur les épaules de Dayle. Je le regardOH NON J'AI BAISSÉ LES YEUX ! Je lâche son épaule droite et mets une main entre mon visage et son services trois pièces. Je regarde aux alentours, me rendant compte du ridicule de ma posture, mais moi je préfère ne pas regarder Dayle dans les boules pendant que je m'adresse à lui. J'avale ma salive puis approche doucement mon visage, comme pour lui parler sur le ton de la confidence : « On est d'accord que cette histoire restera entre nous ? »

Allez Warren, tu te parles à toi-même mais c'est nécessaire. Respire et ne pense pas à ces filles qui se baladent nues sur le sable chaud. Pense à Dayle nu, voilà. Ah non, pas ça non-plus ! J'ai pas envie d'y penser. Je lance une nouvelle oeillade circulaire avant passer mes pouces entre le short et ma peau pour finalement laisser tomber le bas. Presque immédiatement, je saisis le sac que Dayle était chargé de porter puis affichant un énorme sourire, je lui lance : « Je pense que je vais le tenir jusqu'à ce qu'on rentre dans l'eau. » Dès lors je m'y cramponne comme s'il s'agissait de ma virginité. Quoique, je ne me suis pas tant accroché à ma virginité dans mes souvenirs. Mais c'est une autre histoire. Je me penche – pliant les genoux, oui monsieur – pour ramasser mon short et espère simplement que mes ailes cachent autant que possible mes fesses. Encore que mes fesses, ça ne me gêne pas vraiment. Bon... me voilà vraiment en mode cupidon maintenant. Hé mais attends, il ne m'a pas confirmé que ça resterait entre nous... ça sent le dossier, je sais pas pourquoi mais j'ai pas confiance ! J'essaie de prendre un air faussement naturel puis demande à Dayle : « Bon... on les rejoint ? »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


« Une allergie au... sable ? Mais qui est allergique au sable ? » - Bah moi, au besoin, sur commande. Faudra juste frotter très fort pour que je marque. - Oui, je disais ça sérieusement. Oui j'étais déjà entrain d'échafauder un plan ridicule pour faire croire à une allergie au sable. Suffisait de prendre ce sable et de frotter sur la peau, fort, pour être rouge. Ce plan valait autant qu'un autre je suppose... Encore que je pouvais toujours simuler un petit raz-de-marée mais bon, n'allons pas jusqu'à de telles extrêmes. Warren posait ses mains sur mes épaules et je le fixais, attendant ce qu'il allait dire, avant qu'il ne baisse les yeux et n'affiche un air choqué en plaçant sa main entre ses yeux et mon service trois pièces. D'un sourire patient je soupirais. - Arrête de faire ta sensible, t'as déjà tout vu! - Cette histoire resterait entre nous, oui. Peut être. Je lui souriais mais ne lui répondait pas. Je me retournais plutôt. Il avait fini par abdiquer, je n'allais pas en plus lui imposer mon regard alors qu'il se déshabillait. Pas comme si j'en avais quelque chose à foutre non plus.

Je balayais la zone du regard, cherchant les filles jusqu'à les repérer un peu plus loin. Avec le peu de personnes présentes, les bonnes places étaient libres et elles avaient installé le petit campement au bord de l'eau, à la limite des vagues. Je souriais légèrement en observant l'océan avant qu'une force ne me tire en arrière. Ou plus précisément mon sac. Je tendais les bras en arrière pour laisser les bretelles glisser et me retournait, voyant le petit sourire de Warren et ses hanches blanches dépasser. - « Je pense que je vais le tenir jusqu'à ce qu'on rentre dans l'eau. » - Le fixant, incrédule, je tendais ma main. - Rend moi mon sac. - Mais il s'y cramponnait. Je n'allais pas le lui reprendre de force de toutes façons. j'aurais pu, mais non. Il se baissait, sans se pencher ce qui me faisait sourire, et ramassait son short. - Y'a pas de savonnette ici, tu peux te pencher, hein. - Je tournais la tête puis revenais à lui. - Et puis t'as tes ailes. Interdiction de tricher, je te préviens. - Et donc s'il gardait le sac j'étais nu. Totalement. Ni short, ni sac, ni rien. Enfin si, j'avais sa gourmette. C'était bien suffisant. - « Bon... on les rejoint ? » - Ouais, elles sont là-bas.

Et nous voilà en marche. Bizarrement, je manquais de poches où fourrer mes mains. La nudité ne me gênait pas, mais c'était moins... confortable dans la démarche. Enfin peu importe. - Désolé, nous voilà. Bon choix de coin tranquille, je vous félicite! - Je laissais à Warren le loisir de déballer les serviettes, puisqu'il voulait pas lâcher ce foutu sac, et j'étendais la mienne avant de m'y poser dessus. Warren étant en bout, Dan à sa gauche, puis Alicia et enfin moi à l'autre bout. On se mettait tous vaguement à discuter. Dana nous avait même demandé si nous n'étions pas gêné par la situation, quelle prévenance, vingt minutes après être installé. La négative avait été de mise, véridique pour moi, de façade pour Warren. Fallait faire bonne figure, quand même. Je finissais par m'allonger totalement, les jambes croisées, le soleil encore chaud éclairant mes paupières fermées. C'était agréable. Même comme ça. - « Baignade? » - La voix de Warren de l'autre côté. - Baignade. - Je me redressais et tournais mon regard vers les filles. Nues. Soupir... - Vous venez? - Elles se concertaient du regard et Alicia me répondait. - « On va rester là à prendre le soleil, c'est gentil. » - Ok, on revient vite alors. - Je lui offrais un beau sourire et me levais. A la flotte, mon grand!
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Je secoue la tête avec un air consterné quand Dayle dit qu'il pourra se frotter avec du sable pour faire croire à une allergie. Il n'a pas sérieusement choisi cette option pour fuir lâchement ? Ah non parce que le coup du sms et « j'ai une urgence » c'est quand même plus crédible. Je le regarde, essaie de l'imaginer se frotter avec du sable en attendant de devenir assez rouge pour faire croire à ce mensonge éhonté. Mis en place ce plan B à mon sens pas du tout fiable, j'entame une sorte de négociation avec Kayden quand je croise son... enfin mon et ses... mes... « Arrête de faire ta sensible, t'as déjà tout vu ! » Mais non, je ne fais pas mon sensible, et puis je n'étais pas juste en face en pleine tentative d'autosauvetage quand son pénis m'avait fait un petit coucou quand même. J'écarquille les yeux et ouvre la bouche pour répondre mais... ne dis rien finalement.

Je choisis, une fois le short tombé, de me dissimuler derrière le sac de Dayle, en dépit de sa demande pour le récupérer. Je secoue la tête et le tiens bien fermement comme je m'accroche à mes derniers petits morceaux de dignité, parce que je me sens quand même mort de honte là... Ah non, le dernier petit bout vient de tomber par terre, en même temps que le short. Quand je me penche pour ramasser mon short, il me sort : « Y'a pas de savonnette ici, tu peux te pencher, hein. » Oh my god, je ne peux réprimer un fou-rire et m’esclaffe en plein milieu de la plage. Non mais, j'en peux plus de rien ! J'essaie de me justifier mais finis par simplement par passer mon avant-bras contre mon front. « Tu me tues ! » laisse-je juste échapper avant de filer un coup de short dans la tronche. Cadeau !

Et puis les ailes, ce n'est pas de la triche, c'est sans doute dame nature qui avait anticipé. Nous rejoignons finalement les filles et nous installons dans un coin dont je dois reconnaître qu'il est agréable et tranquille. Avec un short, ça serait parfait... Dayle réclame sa serviette, ce vil traître et je me penche vers la droite pour sortir les affaires, laissant juste aux autres la possibilité de voir mes ailes qui dissimulent mes fesses. Et puis, avec elles, je ne compte pas non-plus beaucoup m'allonger sur le dos. Je m'étale donc sur le ventre après avoir étalé ma serviette et pose la tête sur mon coude, les écoutant discuter. Est-ce qu'on gênés par le fait que ce soit une plage nudiste ? Nooon ! Pourquoi croire ça ? Je me décale un peu pour pouvoir déployer mes ailes et Dana se propose de me mettre de la crème solaire. Santé avant tout. Et la voici grimpée à califourchon sur moi, ses mains douces venant glisser contre mon dos. Ses doigts m'arrachent un frisson à passer contre ma peau, entre les ailes. La séance massage dure quelques instants, quand elle se penche en avant en me demandant « ce qui m'est arrivé ». Mon corps se tend et je lui réponds que c'est quand les ailes sont sorties. Elle parle évidemment des cicatrices qui entourent la base osseuse. Je replie mes ailes presque instinctivement, pris sur le fait et joue l'humour lui disant que maintenant, elle est toute à moi. Coincée entre les deux lots de plumes, elle est amusante. Je me mets sur le côté alors qu'elle se remet debout.

Puis finalement, j'invite le groupe à aller se baigner. Les filles déclinent et je me lève en accompagnant Dayle quand soudain. « Attends ! À défaut d'un selfie à poil... » Je fais demi-tour, ouvrant mes ailes juste assez pour essayer de masquer ma nudité – tant pis pour mes fesses offertes à la vue de Dayle – aux yeux de tous, et des filles. J'attrape mon téléphone et m'approche du bord de la plage. Ah non pas comme ça. Je me décale sur le côté, penché en avant à chercher l'angle parfait pour prendre... oui prendre mes pieds en photo. Une fois fait, je glisse un petit commentaire et envoie le tout sur instagram. Je me retourne, envoie négligemment mon téléphone sur la serviette, fais un petit signe de la main aux demoiselles et cours dans l'eau. Je retrouve Dayle et m'immerge quelques secondes avant de rabattre mes cheveux vers l'arrière. « Je propose donc qu'on reste ici jusqu'à devenir deux gros pruneaux et couler au fond de la mer. Ou d'attendre la mort par noyade, pour ne plus sortir de l'eau. » Je considère la plage, regarde Dana... puis me retourne vers Dédé : « J'imagine que sortir de l'eau à reculons, ça n'aura aucun charme ? »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


A discuter j'avais pris le temps d'observer discrètement et de rire intérieurement de la scène qui s'était présentée sous mes yeux. Warren allongé sur le ventre, Dana à cheval sur lui entrain de lui passer de la crème solaire. Il avait tourné la tête de l'autre côté mais j'avais automatiquement présumé qu'il voulait simplement éviter mon regard. Trop triste, il l'aurait senti sur sa nuque, longtemps. Pour un type gêné par sa propre nudité, être chevauché par une amazone nue ne semblait pas trop le déranger... Ou alors le sable camouflait bien des choses. J'étais surpris cependant par son calme lorsqu'elle avait passé ses doigts entre ses ailes. Je savais combien il détestait qu'on touche cette zone précise, même qu'on l'observe. Il avait vraiment dû prendre sur lui pour ne pas couper court. Lorsque je m'étais levé, j'avais fait attention à ne pas trop soulever de sable ni en mettre sur la serviette et avais suivi, à quelques pas de distance, un Warren bien pressé de rejoindre l'eau. - « Attends ! À défaut d'un selfie à poil... » - Il repartait en arrière et je poursuivais mon chemin, posant les pieds dans l'eau, puis y passant les jambes, les zones sensibles et finalement m'immergeant presque totalement, ne laissant dépasser à l'air libre que mes épaules et ma tête. J'observais alors Warren et son téléphone, le regard et l'objectif rivés vers le sol, vers les vagues et l'écume, ses pieds. - Fait attention à ce que ça dépasse pas sur la photo! - Lui avais-je lancé en riant.

Il avait finalement jeté le téléphone sur sa serviette et m'avait rejoins pour qu'on nage un peu plus loin sur quelques mètres, de quoi se trouver un point pas trop profond mais auquel nous n'avions presque pas pieds. - Je suis fier de toi, mon grand. - Et puis je riais à ses plans. - Moi je peux pas couler, alors toi non plus. Tu restes avec moi. - Je brassais un peu d'eau pour me rapprocher tout en contournant Warren pour être à ses côtés et suivre son regard. La plage, les filles. Elles étaient toujours là, allongées, et nous observaient tout en discutant. Je me demandais bien ce qu'elles se disaient. Ou peut être n'était-ce pas plus mal que je n'en sache rien? Quoi que j'en avais bien peu à foutre. - « J'imagine que sortir de l'eau à reculons, ça n'aura aucun charme ? » - Pourquoi? T'es tout dur? J'espère que t'as pas fait un trou dans le sable tout à l'heure. - Je me prenais un coup d'aile punitif et me laissais repousser dans l'eau en riant. - Ce serait quand même moyen niveau convenance! - Nouveau rire, nouveau coup d'aile mais cette fois j'étais à peine trop loin et je ne faisais que subir le remous de l'eau.

Non mais je suis jaloux en fait, c'est tout. Moi on me monte pas dessus pour me mettre de la crè... - Éclaboussures fourbes. Je me prenais de l'eau en pleine face et m'étouffais une seconde, le goût salé du liquide sur ma langue. - Ah ouais! - Il me cherchait l'ange nudiste à la nouille folle. Il me trouvait. Je manipulais la gravité autour de lui et l'eau commençait à s'élever, l'eau... et lui. Elle s'élevait et flotter jusqu'à quelques mètres avant que je ne laisse tout retomber. - Chute!
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Non, ça ne dépasse pas sur la photo ! … Enfin j'espère. Je regarde vers la plage, est-ce que j'y retourne pour vérifier ? Non, je l'aurai vu sinon. Quand même ! Je lui passe la langue et affiche la moue de celui qui n'a rien à répondre un peu gnagnagna ! Nous nous enfonçons jusqu'à ne plus avoir pied pour ainsi dire. Je tourne un regard amusé vers lui quand il me fait part de sa fierté. Il ne dira plus ça quand je sortirai de l'eau en rampant à plat ventre. Parce qu'il n'y a pas cinquante solutions pour... le vol d'un oiseau me fait lever les yeux au ciel. Ah, si je nage assez loin, je pourrai aisément sortir de l'eau de deux coups d'ailes. Forcément, je volerai nu mais si je me pose dans un coin tranquille... mais comment rentrer dans l'hôtel sans vêtements ? Bah simple, Dayle sera chargé de les récupérer pour nous deux !

Bref, ma pureté est sauvée car je suis sûr qu'il n'y a rien de compromettant sur la photo que j'ai envoyée. J'aime nager, en fait j'adore même ça. Pour moi me retrouver immergé a quelque chose de réconfortant, je ne sais pas, c'est agréable de se sentir léger. Pendant ce temps les demoiselles qui ont intentionnellement caché qu'il s'agit d'une plage nudiste continuent de se faire bronzer la pilule.  Quoiqu'elles semblent discuter, elles se sont rapprochées... Je ne vois pas ce qu'elles font d'ici, et je vais peut-être arrêter de les épier en fait. Je me retourne vers Dayle, lui confiant l'un de mes plans pour fuir sans dévoiler mon intimité à nouveau. À sa remarque sur un trou dans le sable, je lui donne un coup d'aile, son mouvement étant forcément ralenti par l'eau. Non, même pas. J'avais été bien mais pas assez en confiance pour que mon corps se laisse aller envers et contre toute raison !

À la suite de ses mots je tente un nouveau coup mais sans l'atteindre. Quand il évoque la position dans laquelle Dana et moi étions quelques instants avant, je lui jette de l'eau au visage, pour vaincre son argumentation de fourbe. En parlant de fourberie, le voilà qui utilise ses pouvoirs pour faire flotter l'eau, et moi aussi ! J'essaie de me rattraper à... rien, tout. Ce qui me donne de loin j'imagine un air suspect, le mec nu qui cache tout ce qu'il peut entre ses jambes, essayant de convaincre son ex-meilleur ami de le faire descendre. J’atterris finalement dans l'eau. Je pourrais avoir l'envie de lui choper les pieds sous l'eau si je ne savais pas ce que je vais trouver si je lève les yeux ! Je m'éloigne un peu puis demande avec le plus grand sérieux à Dayle, et avec une transition, forcément : « Mais tu sais comment on va faire pour sortir de l'eau en vrai ? »

Je nage un peu, perdant mon regard dans la direction opposée à la plage. Je fais du sur-place, ayant replié mes ailes dans mon dos, les bras tendus sur les côtés. « Tu as eu une excellente idée. C'est magnifique ici, et je suis content que... enfin que tu m'aies parlé, Kayden. » Je tourne le visage dans sa direction et laisse quelques secondes s'échapper avant de lui avouer : « Mais je suis sûr de me souvenir de ton second prénom, c'est celui de notre chauffeur. » Oui, oui, j'avoue, je me sentais obligé de le dire, je trouvais ça amusant. Et puis Tobias est un homme adorable qui a toujours été une sorte d'oncle marrant quand il le fallait, attentif dans d'autres moments... plus qu'un employé. D'ailleurs, il est toujours resté au service de ma mère toutes ces années et entre eux s'est construite une complicité qui tire plus sur l'amitié que la relation patron/chauffeur. J'ai toujours admiré Tobias pour son humanité et son intégrité. Alors je sens que Kayden, malgré toutes les épreuves qui l'ont malmené, n'est pas différent du Dayle que je connais. Et je sais que ce que j'apprécie avant tout chez lui aussi, c'est son humanité. Et notre guylove, bien évidemment. « Et sinon, je te propose un concours de boissons ce soir ! Histoire que je te démontre encore une fois le pouvoir de mon estomac. Et celui de mon foie. » Sans transition, toujours.
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


« Mais tu sais comment on va faire pour sortir de l'eau en vrai ? » - Comme des hommes. En marchant. - Il n'y avait pas trente six solutions pour sortir de l'eau de toute façon. En marchant ou en volant. Et mieux valait encore sortir en marchant, parce que voler et donc être vu par le bas, les valseuses pendouillantes dans le vide, c'était pas mieux. Je voyais le regard de Warren se perdre dans l'horizon et ses bras ses tendres pour le stabiliser. - « Tu as eu une excellente idée. C'est magnifique ici, et je suis content que... enfin que tu m'aies parlé, Kayden. » - Par réflexe, mon corps sonnait l'alerte, comme une erreur, comme un problème. C'était simplement d'entendre mon prénom, mon vrai prénom, prononcé de la bouche de Warren. Je souriais finalement, heureux qu'il l'utilise. Je venais saisir son avant bras et m'y accrochais doucement avant de laisser mon corps faire la planche dans son dos, l'arrière de ma tête se posant au creux de son épaule. Mon bras droit s'étendait mais ma main gauche restait accrochée à son bras droit. - C'est un très bon prénom Tobias. Et puis ton chauffeur il est super, alors tout va bien. - Je regardais le ciel puis fermais les yeux, me laissant bercer par les douces vagues.

Sa proposition me tirait un rire. J'allais doubler son défi mais une idée m'en empêcha. Ou plutôt une envie, une envie cultivée. Une envie que je partageais certainement. - Ce soir, mon grand, j'ai des plans. Et si t'es un bon garçon, toi aussi. Qu'est-ce que tu dirais d'emmener les filles au resto? Manière de préparer le terrain? - Ecouter des mecs parler stratégie de drague c'était comme entendre des gros pervers dégueulasses préparer leur prochain coup... Ou alors c'était pareil? Pour autant il était hors de question que je laisse ce défi sans réponse. - Mais demain soir. Demain soir je relève le défi. Par contre il faudra que tu m'expliques pour ce "encore une fois". - Petite pique sans conséquences. C'était bien connu que de nous deux, j'étais celui qui gérait le mieux l'alcool. Warre n'était pas à l'envers à chaque fois, c'était pas ce que je disais, mais si l'on devait faire une compétition, alors je serais certainement vainqueur. Je n'évoquais pas mes pouvoirs, je ne voulais pas ramener ça sur le tapis. L'alcool ne me faisait rien. Je savais que je pouvais moduler, encore fallait-il que je sache comment... C'était une toute autre histoire. Mais je relevais le défi, ne serait-ce que pour avoir l'occasion d'essayer de moduler... et surtout d'avoir un Warren bien alcoolisé. C'est qu'il était marrant aussi une fois torché.

Je gardais ma tête au creux de son épaule, immobile. C'était un peu comme si le temps s'arrêtait. Le son des vagues, le silence de l'eau, c'était apaisant. Il pouvait bien me sortir toutes les conneries de l'univers, ça ne romprait pas ce moment, ce calme. Cette paix. - Merci. - Je tournais légèrement la tête vers la droite sans rouvrir les yeux. - Merci de pas m'avoir laissé tomber. - Je ne le lui avais jamais dis. C'était bien simple, je ne l'avais jamais remercié. Deux ans qu'on se connaissait. A peine moins de temps qu'on était ami. Vraiment. Deux ans à s'amuser, à discuter, à être là l'un pour l'autre même si pour ça c'était plutôt dans un sens que dans l'autre. Jusqu'à ce point qui m'avait fait peur, jusqu'à se battre pour moi. J'ouvrais les yeux et serrais légèrement ma prise sur son bras que je n'avais toujours pas lâché. - Merci d'être venu. De toujours venir pour moi. Je te mérite sûrement pas. - On nous avait déjà critiqué. On nous avait déjà malmené. Notre relation... On nous l'avait corrompu. Pas à mal, plutôt pour rigoler. A l'institut par exemple, par les rumeurs - que j'avais provoqué oui - mais ailleurs aussi. Nous étions proches, bien plus proche qu'une amitié classique, peut être même plus que dans certains couples. Les gens ne comprenaient pas toujours, mais ils ne le pouvaient simplement pas. Personne d'autre que moi ne pouvait se targuer d'avoir Warren comme meilleur ami et je le gardais bien jalousement. Comme un véritable trésor.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Je veux pas être un homme, je veux être un pioupiou ! Je serre les lèvres en souriant, privant ainsi Dayle de cette réflexion ô combien mature. Mais la maturité, c'est un terrible virus qui par bonheur ne m'a pas encore touché ! C'est sans doute pour ça que sur certains repas, je n'hésite pas trop entre la salade composée suivie de sa compote d'un côté et les m&m's avec crêpes et steak de l'autre. Oui, dans cet ordre. Ma mère a toujours dit que pour bien grandir, il faut manger. Et je suis encore un oisillon. Parlant de maturité, oh mon dieu ! Bribes de discussion sérieuse droit devant !

Profitant de ce moment de calme, j'en viens à glisser tout simplement qu'on a eu une bonne idée, on avait sérieusement besoin de se retrouver un peu. Enfin pas forcément lui et moi, ensemble, mais lui. Et moi. Enfin si, tous les deux aussi. Je suis pas encore habitué à l'appeler Kayden mais j'imagine que ça viendra avec le temps. Et quand mes yeux se posent sur lui, je réalise que mon regard n'a en fait pas changé. J'ai envie d'en savoir plus sur lui et je sais que je serai probablement surpris, interpellé voir carrément choqué mais Dayle saura m'accorder le temps de digérer tout ça – s'il accepte de se confier – comme je serais capable de comprendre.

Dédé se met à faire la planche et nous en venons à parler de ces fameuses révélations, et de son second prénom aussi. Personnellement je préférerais aussi parfois porter le second, moins de connotations, et pas besoin de porter le III derrière, accessoirement. J'esquisse un sourire et ne peux m'empêcher de ricaner quand il dit que si je suis un « bon garçon » alors j'en ai aussi. Je lance un coup d'oeil vers la plage, j'avoue que Dana est.... Resto ? Non mais avec des propos comme ça, c'est limite avec moi que Dédé pourrait préparer le terrain...

Je souris à sa question sur « encore une fois ». Il est vrai que ma corpulence me permet de boire quelques verres avant de me rouler sous les tables quand même mais petit à petit, l'alcool fait son effet et Dayle a déjà eu l'occasion de me voir disons un peu plus joyeux que d'ordinaire. Bon... il a eu le plaisir de me voir complètement bourré aussi, c'est vrai. Je ne suis pas certain de me souvenir de toutes ces fois mais mon corps s'était parfois réveillé avec des bleus que je n'expliquais pas. Je crois me souvenir d'une course que j'avais entrepris aussi et pendant laquelle j'ai percuté la fenêtre d'un immeuble. Ma dignité a pris plus cher que mon front en fait... « Merci » Je tourne les yeux dans sa direction, aperçois une partie de son visage. Je ne peux pas m'empêcher de me tourner légèrement dans l'eau pour l'attraper et essayer de lui mettre la tête sous l'eau quand il dit qu'il ne me mérite sûrement pas.

Après un combat nautique – bref mais acharné – et une tasse... j'aperçois de loin les filles qui viennent enfin nous rejoindre. Nouvelle stratégie : être le premier à sortir de l'eau ! Avant qu'elles n'arrivent à notre hauteur, je tapote gaiement le haut de la tête de Dayle : « Ne t'en fais pas, tu auras le temps de payer cette honteuse dette ! » Je lui souris puis quitte son regard, en réalité un peu gêné qu'il prenne ça comme ça. Notre relation n'est pas à sens unique, elle ne l'a jamais été et il m'a toujours tellement apporté qu'il n'est pas question que l'un de nous ne mérite pas l'autre. Voulant faire une petite touche d'humour, je rajoute : « Et puis comme ça tu sais que j'adore crasher des hélicoptères en plus.... »

Les filles nous rejoignent et le temps passe plutôt agréablement. J'en viendrai presque à oublier cette péripétie nudiste. À un moment donné, je repars sur la plage pour prendre un dernier bain de soleil et me rapprocher d'un objet stratégique : le short. Tu me manques tant, petit short. Plus jamais on ne se quitte après ce jour !
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1336
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Australian holiday an' shit.
Ft. Warren Worthington III


J'étais  bien moi là, à flotter dans l'eau, la tête posée sur l'épaule de Warren. J'étais bien, c'était calme, paisible, juste nous deux et l'horizon. Ça puerait le romantisme si j'étais avec une fille, Warrena par exemple, mais pas là. Là c'était juste... Et bien c'était juste nous deux et nos discutions entre douteuses et sérieuses. Je n'avais jamais honte de parler à Warren de ce que je ressentais. Ressentir n'était pas une honte, l'exprimer encore moins. Je n'en parlais jamais parce que ça me mettait en danger, ça donnait aux autres les munitions nécessaires pour m'atteindre, mais pas avec lui. Avec Warren je me sentais en confiance et en sécurité à ce sujet. Pour le reste... Il m'enfonçait sous l'eau mais la poussée d’Archimède me ramenait avec force à la surface. J'avais quand même eu le temps d'avaler de travers l'eau salée et ce petit salop était mort de rire en plus. - C'est une dette que j'ai pas hâte de rembourser... et puis laisse donc ces pauvres hélicoptères innocents en paix. Ils t'ont rien fait. - Je suivais finalement son regard et voyais les filles entrer dans l'eau. Étions-nous si long que ça à revenir? Enfin peu importait. Elles nous rejoignaient et la conversation passait de deux à quatre à nouveau, revenant à ce jeu entre nous tous. Le soleil déclinait doucement mais nous baignait encore de sa lumière et de sa chaleur. C'était amusant. Et Warren dans l'eau était plus à l'aise... Après tout sa nouille était camouflée.

Les minutes passaient, longues, entre nage sur place et discussion jusqu'à ce que l'ange soit le premier à s'éloigner. Il avait pas tort, il fallait profiter du soleil tant qu'il était encore là et Dana le suivait à une minute prêt. Je restais seul avec Alicia quelques minutes de plus. Nous gardions une distance raisonnable mais la discussion comme depuis notre rencontre la veille était toujours aussi tendue. Dans le bon sens du terme. C'était un jeu amusant et je remerciais autant mon self-controle que l'eau qui couvrait mon corps. Finalement nous avions rejoins les autres et nous étions installés pour observer le coucher de soleil avant de plier boutique. Warren avait été plutôt prompt à remettre son précieux short et je l'avais regardé faire en souriant. C'était mignon, comme comportement. J'aurais presque adoré que sa mère soit-là. Cela dit j'étais toujours à temps de le lui raconter... Ou alors d'utiliser cette information comme moyen de pression pour avoir plus de pancakes. Affaire à suivre. Enfin je remettais moi-même mon short en arrivant à la sortie de la plage pendant que les filles remettaient leurs paréos et avant de démarrer je proposais l'idée du restaurant. Alicia travaillait ce soir aussi mais son shift ne démarrait qu'à partir de 21h, nous laissant le temps de dîner. C'était parfait. Je leur demandais de choisir l'endroit, parce que je ne connaissais pas le coin, et disais que l'on s'y rejoindrait une heure prédéfinis.

La suite est simple. Nous étions revenus au point de départ puis avions fini la route en vitesse pour rejoindre notre hôtel. Douche, rinçage de plumes et je dois dire que je commençais à avoir le coup de main, préparation. - Oui Warren, t'es beau. On y va maintenant? - Pas comme si on allait être à la bourre parce que monsieur ne pouvait pas décider de sa tenue du soir. Moi j'avais fait ce que je lui avais dit de ne pas faire la veille: chemise noire, pantalon clair. Classe sans être tiré à quatre épingle. Le restaurant choisi était un petit restaurant, pas rustique mais pas luxueux non plus. J'avais eu un peu peur qu'elles nous choisissent un endroit plutôt cher mais finalement j'étais content du résultat. Pas un soucis d'argent mais plutôt de correction, j'aime pas qu'on m'extorque pour trois trucs dans une assiette. Installés, nous commandions l'apéritif, cocktail maison encore pour moi, et je lançais sur un ton faussement accusateur... - Alors, cette plage précise, c'était prémédité? Avouez. - Je les jaugeais toutes les deux avant de lancer un regard à Warren dans un sourire. - Parce que Warren a adoré.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi

Je me retourne vers Kayden quand il me dit qu'il n'a pas hâte de rembourser sa dette et pourtant, à cet instant, je me dis que tout est simplement parfait. Qu'est-ce qui pourrait nous arriver ? J'offre simplement un clin d'oeil à mon ami quand il ajoute de laisser les hélicoptères tranquilles. Mais non, il sait que j'adore ces gros oiseaux métalliques en vrai, ça a été presque un arrache cœur de devoir en écraser un. Et puis, je ne vais pas en crasher tous les quatre matins. J'ouvre la bouche pour ajouter quelques mots à notre échange passionné mais déjà les deux traîtresses nous rejoignent.

Nous restons tous un moment dans l'eau avant que je ne sorte, suivi par Dana. Je m'assieds sur la serviette, ayant ramené mes genoux contre mon torse ; la flexibilité de mes os permettant mes ailes de s'étendre derrière moi mais je demeure courbé vers l'avant pour éviter de ne trop les malmener. J'en profite pour apprendre plus sur la jeune femme à mes côtés, sans qu'à aucun moment, nous ne parlions de quelque mutation. Notamment parce que la mienne est assez visible pour qu'elle ne pose davantage de questions, et parce que ce n'est pas l'une des premières choses que je cherche à savoir. Si elle en a une et veut en parler, elle le fera de toutes façons. Mais elle évoque plutôt des voyages qu'elle a vécus et les rencontres qu'elles a faites. Son regard vient se poser vers Alicia et Kayden, elle confie avec un sourire en coin qu'ils s'entendent bien. Je tourne le visage vers elle, je comprends bien ce qu'elle veut dire. Je ne réponds pas immédiatement puis acquiesce, une fois que mon regard a accroché le sien. Quelque chose me tracasse toutefois, et... ah les voilà qui reviennent. Nous attendons tous ensemble le coucher de soleil et nous mettons doucement en marche. Je manque d'embrasser mon short avant de le remettre et aussitôt enfilé, je retrouve mon entrain naturel. Sans devoir réfléchir à quelle position adopter pour ne pas m’exhiber à la vue de tous.

Kayden propose un restaurant et nous nous retrouvons finalement à l’hôtel, une fois le sable et le sel chassés de mes plumes – et de mes fesses mais ça, je peux m'en occuper sans Kayden, mauvaises langues – j'entreprends de m'habiller. Je regarde Kayden plusieurs fois sans trop savoir quoi mettre. « Oui Warren, t'es beau. On y va maintenant ? » Naaan je suis pas prêt ! À contre-coeur, je passe un bleu jean et un t-shirt blanc sous lequel je bloque mes ailes. Je prends mon portefeuille et mon téléphone au passage sans spécialement retourner sur Instagram et je les fourre dans mes poches. Au restaurant, je fais un effort pour ne pas remplir mes cinq estomacs sur la laps de temps trop court. Dédé va me croire malade, c'est sûr !

Alors que j'ai un whisky-coca en main, Kay interroge nos amies au sujet de la plage. Je force un grand sourire à ses propos puis pose une main sur le cœur précisant que ce fut une véritable révélation pour moi. Elles sourient en échangeant un regard. Pourquoi j'ai la sensation que nous ne sommes pas les premiers à tomber dans le piège ? Passe le dîner où je prends sur moi. Moi aussi je suis du genre à ne pas aimer payer cher pour trois fois rien d'ailleurs au restaurant. Mais contrairement à Kayden, c'est juste à cause des quantités. Toujours est-il qu'ici, les quantités sont convenables. Pour tout le monde, sauf moi, j'imagine. Je m'autorise un dessert glacé, me disant que je trouverai bien le moyen de retrouver quelque chose à me mettre sous la dent plus tard.

Nous sortons, Kay et Alicia passent devant, je fourre mes mains dans mes poches. Nous les laissons prendre de l'avance puis j'annonce à Dana que je vais rentrer maintenant et propose de la raccompagner. Nous nous rendons jusqu'à son appartement, situé non-loin de la plage. Je lui dis au revoir d'un simple baiser sur les lèvres et m'en vais. Je suis bête. Mais en même temps... il y a quelques mois, j'aurais pris « un dernier verre » avec elle mais maintenant... Je pense à Rachel. Nous ne sommes pas ensemble, enfin je n'en sais rien. Mais je pense à elle. Quand je lui écris un petit message pour prendre de ses nouvelles, un sourire pointe sur mon visage. D'accord, je suis sans doute un peu nul pour draguer par messages interposés mais elle me répond, ça me fait plaisir et... Pourquoi j'ai une tête de niais soudain ?

Je repars à l'hôtel à pieds, et une fois sur place je m'offre trois pizzas, histoire de combler la faim de mes cinq estomacs. La réception me les apporte sur un petit chariot que je laisse à un mètre de la porte et j'allume simplement la télévision en écrivant à Rachel...

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Australian holiday an' shit || Ft. Warren [Défi 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» Oh, ça tourne. [Crystal & Warren]
» Melinda Warren [Terminée]
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ♥)
» Just to start shit [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: funtown :: can't get enough :: days of future past-