Partagez | .
 

 Charden ♦ We built this friendship on memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
we built this friendship on memories
Charlie & Braiden
Charlie revenait enfin de sa journée de taf. Enfin, en quelques sortes. Disons plutôt qu'elle a été - "a forcé" serait plus exacte - avec Adamska boire un verre après le boulot afin de se détendre du travail qu'ils avaient eu dans la journée. Il finit par se laisser trainer de mauvaise grâce alors que Charlie commençait à taper du poing tout en se roulant par terre, littéralement, au grand damne de son ami qui pinça l'arrête du nez tout en soupirant. « TRÈS BIEN ! » Charlie releva le buste et la tête avec l'aide de sa main appuyée sur le sol. « Mais une seule, et je dis bien UNE SEULE, bière, okay ? J'dois me lever tôt pour un reportage demain. » La jeune femme se releva les yeux brillants et attrapa les mains d'Adamska. « Oui, oui, oui ! Promis, une seule bière ! »

Au final, une bière en devint plusieurs. Adamska se laissa envahir par l'ambiance et, disons plutôt, qu'il n'eut aucune chance face à Charlie qui était pire qu'un chien enragé : quand elle avait une idée en tête, elle s'y accrochait. À la grande joie de la jeune femme, un karaoké avait été installé en libre service. Elle s'avança sans hésitation et commença à chanter. Elle emporta son ami dans son délire au moment où la chanson "The time of my life" de Dirty Dancing commença. « Johnsons, il n'en est pas question, putain ! » Mais la jeune femme ne lui laissa pas le choix et l'emporta sur la scène. L'alcool et les gens qui lui hurlaient de chanter aidant, il commença à interpréter la chanson accompagné de Charlie qui fit le show. Elle finit par laisser son ami s'en aller - il faut dire qu'après ce petit spectacle, il était hors de question pour le journaliste de rester dans le coin une minute de plus - et elle suivit son exemple car, décidément, une soirée sans gêner Adamska était moins marrante.

Elle se retrouva devant sa porte, un peu éméchée mais pas assez pour faire des conneries et ramener une fille chez elle, mais juste de quoi lui donner envie de danser en sous-vêtements avec la musique à fond, en emmerdant copieusement ses voisins qui hurleraient sûrement. À peine arrivée devant sa porte, un léger sourire présent sur ses lèvres, elle ouvrit sa porte - ou en tout cas, essaya en faisant tomber ses clés plusieurs fois avant d'y arriver - avant de s'infiltrer dans son entrée, chantonnant une chanson des Rolling Stones qu'elle avait entendu dans le bar où elle était avant de partir. Elle jeta ses chaussures à travers le couloir et posa ses clés sur le meuble de l'entrée. Une fois la porte bien fermée à clés, elle se dirigea vers sa cuisine et attrapa une bière afin de finir sa soirée tranquillement posée devant une série débile passant sur le câble.

À l'entrée de son salon, elle avala une gorgée avant d'avoir un arrêt. Elle ne sut par pourquoi mais quelque chose la gêna tout de suite. Elle fronça les sourcils. Une lampe de chevet s'alluma en face d'elle relevant un homme à l'air débraillé assis sur son fauteuil. Elle sursauta et porta une main sur son coeur. « Bordel de merde ! » Elle jeta un regard au mec et eut une moue réprobatrice. Okay, c'était quoi ce délire ? Que faisait un... clodo (?) - vu sa dégaine, il ne pouvait être que ça - dans son appartement ? « Okay, qui t'es ? Qu'est-ce que tu fous dans mon appart ? » Elle but une autre gorgée de sa bière avant de se figer. Elle jeta un regard circulaire à son salon avant d'indiquer du doigt son fauteuil et l'endroit où il devait se trouver. « Euh... Attends. » Elle fit un aller-retour des yeux. « T'aurais pas bouger de place mon fauteuil là ? » Elle lui lança un regard avant de lever un sourcil sceptique. « T'es quoi ? Mon voisin d'en face décorateur d'intérieur et t'as pas supporté mon goût pour placer les meubles ? » Elle finit par croiser les bras tout en s'appuyant sur le mur de son salon qui se trouvait en face de lui. « Si tu crois me faire peur, c'est pas le cas. T'es tombé sur le mauvais appartement, mon gars. Adamska, mon mec » Elle buta un peu sur le mot, n'ayant pas vraiment l'habitude. « ne devrait pas tarder à rentrer et je suis ceinture noir de jujitsu, okay ? » D'accord, c'était le plus gros mensonge qu'elle ait jamais raconté mais elle se tiendrait à cette version, peu importe les questions qu'on lui poserait.

Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 413
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2467-braiden-like-a-puppet-
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Braiden se redressa péniblement, une main appuyée dans le bas de son dos pour le soutenir après son effort et observa rapidement la nouvelle disposition du salon. Ça avait de la gueule quand même ! Non vraiment, il avait bien géré son coup !
Bon, les mauvaises langues diraient qu’il n’avait fait que bouger un canapé de quelques mètres mais ça mettait bien plus la pièce en valeur et puis ça correspondait parfaitement à l’idée de mise qu’il avait eu.

Ça lui faisait vraiment bizarre de se dire qu’il allait enfin revoir Charlie après tout ce temps. Il n’avait pas vraiment pensé à elle pendant toutes ces années, l’avait presque oubliée en fait, se disant qu’HYDRA avait dû la récupérer pour en faire à nouveau un agent de terrain mais Glenn lui avait rappelé qu’il était le seul à connaître les mots clés qui la ferait... Revenir à la normale.
C’était pour ça qu’il était là. Chimera avait besoin de sang neuf et Charlie était exactement le genre de membre dont son organisation avait besoin. Bon, bien sûr il n’était pas un monstre et ne la forcerait pas à bosser pour lui ou a quitter sa vie actuelle mais avoir un atout à disposition était toujours bon prendre.
Surtout quand il était aussi doué que Charlie.  

Il hocha faiblement la tête avec une moue satisfaite et se gratta la barbe, lâchant un « Ç’aurait quand même été bien plus classe avec un fauteuil tournant et un chat blanc. » Pour lui même. James Bond style quoi !
Mais bon, il ne pouvait pas tout avoir. Et puis il se serait mal vu trimballer un fauteuil et un chat avec lui sur tout le trajet jusqu’ici. Il serait vraiment passé pour un taré aux yeux des gens, ce qu’il n’était pas bien entendu.

Le Richardson se laissa tomber dans le fauteuil après avoir éteint les lumières dans l’appartement et s’enfonça confortablement dedans, les bras croisés, pour attendre Charlie.
Elle ne tarderait pas à rentrer...

____________________

Le cliquetis de la serrure réveilla le blond qui était en train de somnoler et il se redressa subitement dans le fauteuil, un grand sourire aux lèvres. On y était. Le grand moment était arrivé.

La porte s’ouvrit sur Charlie qu’il entendit pénétrer dans l’appartement, jeter ses chaussures dans un coin et la vit brièvement passer dans son champ de vision pour se diriger vers sa cuisine pour s’y chercher quelque chose dans le frigo, probablement une bière la connaissant.

Elle se présenta finalement dans l’entrée du salon et s’immobilisa, semblant déceler sa présence et il se décida enfin à allumer la lumière de la lampe de chevet qu’il avait à portée de sa main, révélant sa présence, se retenant de toutes ses forces de hurler un Surprise ! Sonore. Le fait de le découvrir dans son salon sans qu’elle ne s’y attende devrait être suffisant.

La jeune femme sursauta, portant sa main à son cœur avant de lâcher un. « Bordel de merde ! » Qui agrandit un peu plus le sourire du blond.
Oh putain c’était parfait.

« Okay, qui t'es ? Qu'est-ce que tu fous dans mon appart ? » Elle but une autre gorgée de sa bière avant de se figer, semblant enfin noter le changement de disposition de son fauteuil. « Euh... Attends. » Il sourit de plus belle mais garda le silence, la laissant prendre ses repères. Si on pouvait appeler ça ainsi. « T'aurais pas bouger de place mon fauteuil là ? » Excellent sens de l’observation Sherlock ! « T'es quoi ? Mon voisin d'en face décorateur d'intérieur et t'as pas supporté mon goût pour placer les meubles ? » Elle croisa ses bras tout en s'appuyant sur le mur de son salon. « Si tu crois me faire peur, c'est pas le cas. T'es tombé sur le mauvais appartement, mon gars. Adamska, mon mec » QUOI ? Elle n’était plus goudou ?! Non, ça devait être du bluff. C’était forcément du bluff. Comment est ce qu’elle pourrait se taper un autre mec que lui après toutes les avances qu’il lui avait faite du temps où ils avaient bossé ensemble. C’était du bluff. « ne devrait pas tarder à rentrer et je suis ceinture noir de jujitsu, okay ? » Braiden roula des yeux face à sa menace et balança sa tête en arrière en soupirant bruyamment. Non mais sérieusement ? Elle pensait vraiment que ce genre de menace fonctionnerait ? Bon, lui n’était pas venu pour lui faire du mal, donc il s’en foutait mais face à quelqu’un d’autre, ça n’aurait sûrement pas fonctionné.

Il inclina légèrement sa tête sur le côté, le temps de détailler la jeune femme.
Elle n’avait vraiment pas changée d’un pouce. Ça faisait quelques années qu’ils ne s’étaient pas vu mais à la voir comme ça, il n’avait vraiment pas l’impression que ça faisait si longtemps. Et le fait qu’elle ne se souvienne pas du tout de lui montrait que les scientifiques de l’HYDRA étaient vraiment balèze en fin de compte. C’était vraiment impressionnant.

« Tu te souviens vraiment pas de moi hein ? C’est vraiment efficace leur truc, je l’admets. » Il se redressa un peu plus dans le fauteuil, appuyant ses coudes sur ses genoux pour pouvoir appuyer sa tête sur ses mains. « Et euh... Ouais, j’ai changé un peu ta déco. Je trouvais que ça en jetait plus de t’accueillir comme ça. Et reconnais que c’est le cas hein ?! » Il se reprit rapidement, ne laissant pas le temps à la jeune femme de répondre. « Je pourrais me présenter, t’expliquer ce que je fous là, chez toi à cette heure aussi tardive. » Est ce que c’était vraiment lui qui sortait des phrases aussi bien construites ? Ça devait être l’émotion de retrouver Charlie. Ouais, ça devait être ça. « Mais avant qu’on passe aux choses sérieuses, j’ai deux questions super importantes à te poser. » Il libéra sa tête de son appui, se redressant brusquement avant de la pointer du doigt, son regard se faisant immédiatement plus sérieux. « D’une, c’est qui ce Adamska ? Et de deux, si c’est vraiment ton... Mec... » Il prit une grande inspiration. « DEPUIS QUAND EST CE QUE T’ES PLUS GOUDOU ?! » Non, la discrétion et la subtilité n’étaient vraiment pas son fort, surtout quand il s’agissait de Charlie.

Non mais c’était vrai ! Elle avait repoussé ses avances -fictives bien sûr- pendant tout le temps qu’ils avaient passé à HYDRA et maintenant qu’il n’était plus dans sa vie elle virait de bord ? Il voulait des explications. Immédiatement. Et ne lui rendrait pas ses souvenirs tant qu’elle ne se serait pas expliquée.

_________________

I'm Only Joking
I'm Just A-Fucking With Your Head


Dernière édition par Braiden Richardson le Sam 4 Mar - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
L'homme en face d'elle roula des yeux face à ses menaces. Okay, c'était du bluff mais il avait vraiment besoin d'avoir l'air si perplexe face à ses propos ? Il était presque vexant. Charlie fit d'ailleurs une moue afin de montrer son agacement. Nan mais, ok, elle était une femme mais merde ! Ce n'est pas pour autant qu'elle était une demoiselle en détresse. Elle avala une nouvelle gorgée de bière et affermit sa position contre le mur alors que son vis-à-vis la détaillait des pieds à la tête. Elle leva un sourcil et se retint de lui demander si la vue était agréable. Elle n'aimait pas sa façon de la regarder, comme si... Comme s'il la connaissait. Mais elle avait beau être tête en l'air, elle savait très bien qu'elle n'avait jamais vu cet homme de sa vie. N'est-ce pas ? « Tu te souviens vraiment pas de moi hein ? C’est vraiment efficace leur truc, je l’admets. » Il se redressa un peu plus dans le fauteuil et appuya ses coudes sur ses genoux afin d'appuyer sa tête dans ses mains. Okay, ce mec était un cinglé qui s'était échappé de l'asile et si ce n'était pas le cas, elle se ferait un plaisir de l'y envoyer manu militari à grand coups de pieds au cul. « Et euh... Ouais, j’ai changé un peu ta déco. Je trouvais que ça en jetait plus de t’accueillir comme ça. Et reconnais que c’est le cas hein ?! » Bon, elle devait l'admettre : sa petite entrée avait fait son p'tit effet. Ça n'aurait sûrement pas eu le même impact si son fauteuil était resté dans le coin de la pièce et non en face de la porte. Mais elle ne le dirait sûrement jamais devant ce malade mental. Il avait déjà l'air d'avoir un égo surdimensionné, pas besoin d'en rajouter.

Mais, de toute façon, il ne lui laissa pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il recommençait déjà son monologue. « Je pourrais me présenter, t’expliquer ce que je fous là, chez toi à cette heure aussi tardive. » Elle acquiesça d'un mouvement de tête, c'est vrai que ce serait bien mais, elle ne savait pas pourquoi, elle ne pensait pas que ce serait aussi simple qu'il le disait. Et comme elle avait raison... « Mais avant qu’on passe aux choses sérieuses, j’ai deux questions super importantes à te poser. » Il libéra sa tête de son appui tout en se redressant brusquement avant de la pointer du doigt, le regard sérieux. Elle haussa à nouveau un sourcil, perplexe. Qu'est-ce que lui voulait ce malade ? « D’une, c’est qui ce Adamska ? Et de deux, si c’est vraiment ton... Mec... » Il prit une grande inspiration et, elle ne savait pas pourquoi, mais s'attendait au pire. Et puis, franchement, c'était la seule chose qu'il avait retenu de son discours ? C'était vexant. Le fait qu'elle soit ceinture noir de jujitsu – bon c'était faux mais quand même – ne l'avait même pas perturbé. « DEPUIS QUAND EST CE QUE T’ES PLUS GOUDOU ?! » Ses yeux s'écarquillèrent avant qu'ils ne se ferment à nouveau. Elle eut un flash de son vis-à-vis entrain de l'appeler « goudou ». Elle secoua la tête. Elle avait rarement des impressions de déjà-vu mais là... Ça avait l'air tellement réel. C'était dingue le cerveau humain quand même. Elle sentit son hyper-activité se réveiller et secoua doucement la tête. Ce n'était vraiment pas le moment pour se laisser distraire. Comment ce clodo pouvait savoir qu'elle était lesbienne ? Quoi ? Il l'espionnait ? Depuis quand ? Sûrement longtemps car elle n'avait pas eu de relation depuis un moment... Pas qu'elle n'en avait pas eu envie, juste, personne ne lui avait tapé dans l’œil. Focus, Charlie ! Elle ouvrit les yeux et se concentra sur l'homme en face d'elle. Elle n'avait pas eu le temps de prendre ses médicaments aujourd'hui. Elle aurait peut-être dû.

Elle leva la main pour lui dire clairement de la fermer. Elle finit sa bière d'un geste et se dirigea vers la cuisine afin de ramener deux verres et du whisky. Elle servit les deux verres et en tendit un à l'homme avant de s'asseoir sur le canapé qui se trouvait en face du fauteuil mais un peu à  droite. Elle avala le liquide ambré d'une traite avant de s'en resservir. « Okay, alors je ne reviendrais pas sur le fait que tu ne sois même pas inquiet par rapport à ma ceinture noir de jujitsu – quoique c'est un peu vexant, mec, t'es au courant ? – » L'index de la main qui tenait son verre de whisky se pointa dans sa direction alors qu'elle levait un sourcil – ça devenait un tic ou quoi ? « – mais en ce qui concerne ma vie privée je ne vois pas en quoi ça te concerne okay ? Et puis, comment t'es au courant de tout ça ? » Elle avala une gorgée. « T'es quoi ? Un clodo stalker ? T'as eu un coup de cœur pour moi ? Pas que je t'en veuille après tout, je suis une personne magnifique et fascinante, vraiment mais là, ton approche est un peu creepy. » Elle désigna d'un geste de bas en haut l'homme assis dans son fauteuil et seulement éclairé par la lampe de chevet. « Franchement, mec, il te manque plus que le chat à caresser et peut-être même un cache œil – et encore je suis pas sûre pour ce dernier accessoire, c'est peut-être « too much », tu penses pas ? – et tu fais un parfait méchant de James Bond. » Et, ça y est, elle repartait en monologue mais après tout son vis-à-vis ne se gênait pas pour le faire lui, alors bon...

Finalement, elle s'installa confortablement en tailleur sur le canapé, le verre entouré de ses mains et posé sur ses jambes croisées. Elle se permit d'observer de bas en haut l'homme et eut une grimace. « Ça fait combien de temps que t'as pas vu une paire de ciseaux ou un rasoir, mon vieux ? C'est vraiment dommage car je suis sûre que sous tous ces poils, il doit se cacher un visage. Tu me fais tellement de la peine que je te proposerais bien ma salle de bain mais comme t'es sûrement un malade mental qui veut juste m'égorger ou faire mumuse avec moi, j'vais juste te demander de dégager de là vite fait. » Elle ne devrait sûrement pas parler comme ça à un mec qui avait réussi à s'introduire mais chez elle mais, l'alcool qu'elle avait bu avec Adamska au bar aidant, son cerveau ne l'aidait pas vraiment à réfléchir. Elle se contenta de s'étirer, faisant remonter son tee-shirt et montrant son ventre plat avant de bailler de manière fort peu élégante pour une lady. Mais elle était loin d'en être une alors elle ne s'en formalisa pas. Elle attrapa la télécommande et alluma la télévision qui se trouvait en face d'elle. Après quelques secondes de silence, elle se tourna à nouveau vers l'homme et haussa un sourcil. « Quoi ? T'es toujours là ? Si t'attends la réponse pour Adamska, t'as qu'à continuer à faire ton stalker et t'auras la réponse tout seul, mon pote ! » D'un geste ample de la main, elle désigna la porte du salon qui menait au couloir et donc à la porte d'entrée. « Pas que ta compagnie creepy soit pas agréable mais je te retiens pas ! » Elle eut un petit sourire avant de ravaler une gorgée de whisky en espérant qu'il allait vite se barrer de là.


Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 413
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2467-braiden-like-a-puppet-
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Elle semblait légèrement paumée, voir perplexe. En même temps qui ne le serait pas en se retrouvant face à lui ? Il avait bien remarqué que Jeremiah comme Leonhard s’étaient retrouvés complètement démunis face à sa prestance et son franc parlé. Il en imposait et n’y pouvait rien. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour ça.

Il s’apprêtait à reprendre la parole mais Charlie le coupa en levant une main, lui intimant clairement l’ordre de se taire, ce qu’il fit. Elle semblait assez déstabilisée comme ça, ce n’était pas la peine d’accentuer son malaise. Bon, bien sûr, si ç’avait été quelqu’un d’autre qu’elle il ne serait pas privé d’ouvrir sa grande gueule mais c’était Charlie. Il avait besoin d’elle.

Elle termina sa bière d’une traite avant de s’éloigner à nouveau vers la cuisine, le laissant seul avec ses question. Ça par contre, ce n’était pas très poli. Alors ok, elle venait de le trouver chez elle, sans savoir qui il était mais tout de même ! On ne laissait pas un invité comme ça !
Elle revint rapidement dans le salon avec deux verres de whisky et lui en tendit un qu’il prit avec un grand sourire et la regarda s’asseoir sur le canapé face à lui. Bon. Au moins elle savait comment recevoir. C’était déjà ça.

« Okay, alors je ne reviendrais pas sur le fait que tu ne sois même pas inquiet par rapport à ma ceinture noir de jujitsu – quoique c'est un peu vexant, mec, t'es au courant ? – » Il répondit par un simple haussement d’épaule, lui montrant bien qu’il n’y croyait pas un instant avant de boire une gorgée de whisky, fermant les yeux au moment où il sentit l’alcool descendre dans sa gorge. Elle avait bien retenu ce qu’il lui avait appris. C’était un excellent choix.
« – mais en ce qui concerne ma vie privée je ne vois pas en quoi ça te concerne okay ? Et puis, comment t'es au courant de tout ça ? » Pourquoi est ce qu’elle ne pouvait pas tout simplement répondre à ses questions ? Non, vraiment il ne comprenait pas. Pourquoi est ce que les gens se compliquaient toujours la vie quand il discutait avec eux ? C’était pourtant pas compliqué de répondre à une simple question ! Si ?
« T'es quoi ? Un clodo stalker ? T'as eu un coup de cœur pour moi ? Pas que je t'en veuille après tout, je suis une personne magnifique et fascinante, vraiment mais là, ton approche est un peu creepy. » Elle le désigna rapidement, lui provoquant un sourire mais il garda le silence, la laissant continuer. « Franchement, mec, il te manque plus que le chat à caresser et peut-être même un cache œil – et encore je suis pas sûre pour ce dernier accessoire, c'est peut-être « too much », tu penses pas ? – et tu fais un parfait méchant de James Bond. » Les yeux du Richardson s’écarquillèrent face à sa réplique et il offrit son plus beau sourire à la jeune femme. « M’aurait juste fallu un fauteuil tournant et ç’aurait été parfait ouais. »

« Ça fait combien de temps que t'as pas vu une paire de ciseaux ou un rasoir, mon vieux ? C'est vraiment dommage car je suis sûre que sous tous ces poils, il doit se cacher un visage. Tu me fais tellement de la peine que je te proposerais bien ma salle de bain mais comme t'es sûrement un malade mental qui veut juste m'égorger ou faire mumuse avec moi, j'vais juste te demander de dégager de là vite fait. » Le blond prit une expression faussement outrée mais lâcha rapidement un petit rire avant de prendre une nouvelle gorgée d’alcool. Ça lui avait tellement manqué tout ça. La répartie qu’elle avait et sa façon qu’elle avait de le tacler sur son look, qui était pourtant fabuleux.

« Quoi ? T'es toujours là ? Si t'attends la réponse pour Adamska, t'as qu'à continuer à faire ton stalker et t'auras la réponse tout seul, mon pote ! » Il suivit son geste de la main qui indiquait la porte mais l’ignora copieusement, préférant continuer de boire son whisky. Et ben il attendrait alors. Il ne savait pas qui était cet Adamska mais avec un nom pareil il ne doutait pas un seul instant qu’elle avait du l’inventer de toute pièce. Non parce que franchement, qui pouvait s’appeler comme ça ? C’était forcément une invention de Charlie pour se protéger. « Pas que ta compagnie creepy soit pas agréable mais je te retiens pas ! » Braiden afficha un sourire en réponse à celui de la jeune femme mais ignora une nouvelle fois sa remarque. Ce n’était sûrement pas avec ce genre de réflexion qu’elle le ferait partir. En plus de ça elle lui avait offert un verre de whisky.  Elle devait vraiment avoir oublié qui il était pour espérer qu’il se barre après un verre.

Le blond vida son verre d’une traite, grimaçant en sentant l’alcool lui brûler la gorge et se releva pour attraper la bouteille de whisky que Charlie avait ramené afin de s’en resservir un verre et se réinstalla dans son fauteuil tout en lançant un grand sourire à la jeune femme. « Alors d’une. Je sais que ton... » Il mima les guillemets avec ses doigts. « "Adamska"... » Il sourit de plus belle. « N’est qu’un nom que t’as balancé comme ça pour me faire peur. Personne ne s’appelle comme ça Charlie. Personne. » Il ponctua sa phrase par une nouvelle gorgée de whisky avant de reprendre. « Donc arrête avec ça, parce que ça ne prend pas. Où pas avec moi du moins. » Non mais c’était vrai quoi ! Elle le connaissait non ?
Ah ben non, elle ne le connaissait pas. Enfin plus.
Bref c’était compliqué.

« Enfin bref. Tout ça pour dire que je ne bougerai pas comme ça. Mais... Tu te souviens vraiment plus de moi ? » Il désigna son propre visage avec son doigt. « Nan, ils ont vraiment fait fort. Je pensais pas qu’ils en étaient capables. Du coup ! » Il se redressa subitement dans le fauteuil en écartant les bras, en prenant bien garde de ne pas renverser son verre, fallait pas déconner non plus. « Si je suis là, c’est pour te faire une proposition. » Il se retint d’ajouter "que tu ne pourras pas refuser". Non, il fallait qu’il reste un minimum sérieux quand même.

_________________

I'm Only Joking
I'm Just A-Fucking With Your Head


Dernière édition par Braiden Richardson le Sam 4 Mar - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Charlie but encore une gorgée de whisky. Elle savait - « espérait » sserait plutôt le bon mot - que ce foutu étranger allait se casser. Elle n'avait peut-être des capacités de ninja mais elle avait une batte de base-ball qu'elle n'hésiterait pas à utiliser s'il continuait à garder son cul sur ce foutu fauteuil. Elle vit un mouvement à sa droite et s'attendit à voir l'homme partir mais il se contenta d'attraper la bouteille de whisky afin de se servir à nouveau avant d'écraser son gros séant avec la grâce du cachalot échoué. Il lui envoya un grand sourire et se retint difficilement de lui renvoyer un geste qu'elle appréciait grandement faire quand elle conduisait. « Alors d’une. Je sais que ton... » Il mima les guillemets avec ses doigts et elle leva les yeux au ciel. « "Adamska"... » Son sourire s'agrandit au grand damne de Charlie. « N’est qu’un nom que t’as balancé comme ça pour me faire peur. Personne ne s’appelle comme ça Charlie. Personne. » Bon, okay, la jeune femme voulait bien lui accorder ça : la première fois qu'elle avait rencontré le journaliste, elle était persuadé que son prénom était une espèce de pseudo pourrave pour écrire des articles. Quand elle a compris que ce n'était pas un surnom mais bien son prénom, elle a explosé de rire au nez d'Adamska - le pauvre, il subissait tellement avec elle...

Elle soupira et amena le verre à ses lèvres afin d'avaler une gorgée. Elle sentait que cette conversation allait être très, très longue. « Donc arrête avec ça, parce que ça ne prend pas. Où pas avec moi du moins. » Elle fronça les sourcils et lui jeta un regard noir. Elle était très crédible, okay ? « Enfin bref. Tout ça pour dire que je ne bougerai pas comme ça. Mais... Tu te souviens vraiment plus de moi ? » Il désigna son visage d'un doigt, comme si elle ne l'avait pas bien vu et elle roula des yeux à nouveau, soulée de se répéter. « Nan, ils ont vraiment fait fort. Je pensais pas qu’ils en étaient capables. Du coup ! » Il se redressa subitement dans le fauteuil en écartant les bras, sans renverser son verre - « Merci, mon gars. Il m'a coûté un bras ce whisky ! ». « Si je suis là, c’est pour te faire une proposition. » Elle haussa un sourcil et se mit en tailleur sur le canapé tout en se penchant en avant le verre de whisky toujours en main. « Bon, pour ce qui est d'Adamska, je veux bien t'accorder qu'il a un prénom bizarre - j'ai moi-même cru que c'était un pseudo pour ses articles - mais il existe vraiment. » Un petit rire lui échappa. « Ouais, je sais, difficile à croire ! » Elle balaya cette conversation d'un geste de la main. « Franchement, qu'est-ce que tu m'veux et combien de fois je dois te le répéter ? » elle plongea son regard dans celui de l'homme « Concentre toi bien sur ma voix, sur mes lèvres et sur mes mots : Je. Ne. Te. Connais. Pas. » Elle soupira et but une autre gorgée. « Peut-être que je t'ai croisé dans la rue que je t'ai adressé un regard ou que tu faisais la manche et que je t'ai donné une pièce et tu as cru que mon absence de réaction était une manière de te séduire mais, désolée de te le dire, ce n'est pas le cas. » Elle reprit sa respiration après cette très grande phrase et continua. « Je ne te connais pas, je ne t'ai jamais vu et non, tu ne m'intéresses pas donc ne crois pas qu'il se passera quelque chose entre nous. »

Elle écarquilla les yeux d'un coup et redressa son regard vers l'homme. « Oh, mon Dieu... » Elle se replia sur elle-même et se protégea de son verre de whisky. « Est-ce que tu vas me mettre au fond d'un puits et me dépecer pour faire de moi un manteau ? » Elle eut une expression d'horreur puis reprit la parole. « Je sais que j'ai une peau magnifique mais, s'il te plaît, j'aime ma peau ! Laisse la moi ! » Elle entoura ses bras de ses mains et caressa sa peau avant d'embrasser son épaule et de lui murmurer. « Je ne le laisserais jamais te prendre, ma belle, tu es à moi. » Elle l'embrassa à nouveau avant de relever son regard vers l'homme et de s'avancer vers lui, repensant à ses paroles. Elle passait vraiment du coq à l'âne et ceux qui ne la connaissait pas était toujours perturbé par son côté inconstant. « Au fait, pour ta proposition : et alors ? Il est où l'accent italien ? » Elle eut un sourire narquois et prit un accent italien. « Alors, parrain, quelle est la proposition que je ne pourrais pas refuser ? » Elle se recula dans le canapé, s'adossant avant de boire une gorgée de whisky, attendant la réponse de son vis-à-vis. Elle avait déjà oublié le fait qu'elle lui avait demandé de partir. Il avait piqué sa curiosité avec sa proposition et voulait vraiment en savoir plus.

Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 413
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2467-braiden-like-a-puppet-
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Il ne fallait pas qu’il tourne autour du pot trop longtemps. D’une parce qu’il avait vraiment hâte de retrouver la vraie Charlie et deux parce qu’elle ne semblait pas vraiment à l’aise avec lui. Ce serait vraiment dommage que leurs retrouvailles tournent court parce qu’elle aurait appelé les flics.
Ouaip, il allait devoir enclencher la vitesses supérieure.

Charlie se mit en tailleur sur le canapé et se pencha en avant. « Bon, pour ce qui est d'Adamska, je veux bien t'accorder qu'il a un prénom bizarre - j'ai moi-même cru que c'était un pseudo pour ses articles - mais il existe vraiment. » Mouais... Il n’était pas vraiment convaincu par son histoire mais soit. « Ouais, je sais, difficile à croire ! » Bah bien sûr que c’était difficile à croire ! Certains parents ne devaient vraiment pas aimer leurs gosses pour les appeler comme ça.

Elle balaya l’air d'un geste de la main comme pour mettre fin à ce débat. « Franchement, qu'est-ce que tu m'veux et combien de fois je dois te le répéter ?  Concentre toi bien sur ma voix, sur mes lèvres et sur mes mots : Je. Ne. Te. Connais. Pas. » Oh elle pouvait bien le répéter autant de fois qu’elle le voulait, il ne bougerait pas. Il s’était donné un mal de chien pour la retrouver et ce n’était certainement pas parce qu’elle ne voulait pas discuter avec lui qu’il partirait.
« Peut-être que je t'ai croisé dans la rue que je t'ai adressé un regard ou que tu faisais la manche et que je t'ai donné une pièce et tu as cru que mon absence de réaction était une manière de te séduire mais, désolée de te le dire, ce n'est pas le cas. » Non mais c’était quoi son délire à le traiter de clodo ? Ce n’était pas parce que son style ne lui revenait pas qu’elle était obligée d’être aussi blessante ! Bon, d’un autre côté ça confirmait qu’elle était toujours la même. Elle l’avait toujours traité comme ça. Comme quoi, il avait beau lui avoir lavé le cerveau, elle restait identique. Et c’était plutôt une bonne chose. « Je ne te connais pas, je ne t'ai jamais vu et non, tu ne m'intéresses pas donc ne crois pas qu'il se passera quelque chose entre nous. » Ça aussi c’était quelque chose qu’elle lui répétait souvent à l’époque. Mais il ne désespérait pas qu’elle tomberait un jour sous son charme.

Elle sembla réaliser quelque chose et se redressa. « Oh, mon Dieu... » Ah ! Ça y est ? Elle avait enfin des souvenirs qui lui revenaient ? « Est-ce que tu vas me mettre au fond d'un puits et me dépecer pour faire de moi un manteau ? » Ah ben non fausse alerte. « Je sais que j'ai une peau magnifique mais, s'il te plaît, j'aime ma peau ! Laisse la moi ! » Il la regarda entourer ses bras de ses mains et caresser sa peau avant d'embrasser son épaule. « Je ne le laisserais jamais te prendre, ma belle, tu es à moi. » Ok... Là ça devenait vraiment bizarre. Et après c’était lui qu’on traitait de taré...

« Au fait, pour ta proposition : et alors ? Il est où l'accent italien ? » Le blond fronça les sourcils, sceptique. « Alors, parrain, quelle est la proposition que je ne pourrais pas refuser ? » Un petit rire lui échappa face à son accent italien. Il savait qu’il aurait dû le faire mais le flop qu’il avait eu face à Jeremiah quand il le lui avait fait, il avait préféré ne pas prendre le risque de revivre la même chose.  

C’était le moment d’accélérer un peu les choses.

Le sourire de Braiden s’étira un peu plus alors qu’il reprenait. « T’as vraiment pas changée, c’est génial. Par contre il y a un truc qui me gêne. C’est dommage que tu ne te souviennes pas de moi, parce que j’aurai aimé te faire ma proposition avant de... Disons raviver ta mémoire. Parce que si jamais ça te grille le cerveau où quoi, on se retrouvera comme des cons. Tu ne te souviendras pas du tout de moi et ma proposition ne tiendra plus. » Il fronça les sourcils et baissa la tête, réfléchissant à la meilleure chose la faire. Il se doutait que ce qu’il venait de dire n’avait absolument aucun sens pour la jeune femme et qu’elle devait vraiment le prendre pour un malade mais c’était vraiment un dilemme. Si sa réactivation ne fonctionnait pas et qu’elle ne se souvenait pas de lui, il ne pourrait plus rien faire. C’était vraiment problématique. « C’est compliqué. »


Il releva les yeux vers Charlie, la regardant pendant un instant comme pour attendre son approbation mais les rabaissa sur le sol, l’air toujours aussi sérieux.
Et merde...

« Bon, juste au cas où. » Il releva la tête vers la brune et désigna son propre visage avec son index. « Ça te dit vraiment rien ? T’es sûre ? Et si je te dis que je m’appelle Braiden Richardson ? » Il laissa sa question en suspend pendant un instant avant de reprendre sans même attendre de réponse. « Non ? T’es sûre hein ? » Il fronça les sourcils, quittant la jeune femme du regard et lâcha un. « Fais chier ! » Sonore. Non mais c’était vraiment compliqué là ! Qu’est ce qu’il était censé faire ? Est ce qu’elle lui en voudrait s’il devait lui griller le cerveau ? C’était probable ouais mais d’un autre côté, elle ne s’en souviendrait probablement plus.

Braiden pressa ses poings contre ses yeux fermés en gémissant, se balançant d’avant en arrière sur son fauteuil pendant quelques secondes mais se redressa subitement, reprenant sa position normale comme si de rien n’était, affichant un grand sourire à son ancienne disciple.
Et puis merde ! Qu’est ce qu’il avait à perdre ?! Rien du tout ! Et si ça ne fonctionnait pas, il n’aurait qu’à laisser Charlie à sa vie actuelle ! C’était gagnant-gagnant en fait !

« Ok ! C’est parti ma grande ! Si je te dis... » Il réfléchit pendant un instant à l’ordre dans lequel il devait prononcer les mots pour la réactiver mais reprit rapidement. « Arc en ciel ? » Il laissa passer un moment, pour voir si le mot clé faisait effet avant de continuer. « 12. Moule à gaufre. Padawan. Chef d’orchestre. 42. Godmother. 1980. Poney et... » Il leva ses deux mains, prêt à sauter sur la jeune femme pour la prendre dans ses bras quand elle reviendrait à elle. « Rutabaga ! » Il fallait que ça marche. Parce que si ça ne fonctionnait pas, il serait vraiment passé pour un con à balancer ces mots comme ça. Bon, ils avaient tous un sens particulier pour lui, après tout c’était lui qui les avait choisi mais il se doutait bien qu’il passerait juste pour un abruti.

Il garda sa pose, lançant un regard presque inquiet à Charlie en attendant de voir ce qu’elle allait faire.
Il fallait que ça marche.

_________________

I'm Only Joking
I'm Just A-Fucking With Your Head
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Elle ne pensa même pas au fait qu’il pouvait être un psychopathe venu la tuer. Elle ne réagissait jamais comme une personne lambda et, honnêtement, ce n’est pas le risque de mourir qui allait changer ses bonnes vieilles habitudes. Ce mec avait piqué sa curiosité et il avait désormais toute son attention. Le petit rire qu’il laissa échapper face à son petit show la fit sourire, s’il n’avait pas été si stalker, ils auraient peut-être pu s’entendre. Il avait l’air d’avoir le même sens de l’humour qu’elle et n’était-ce pas le plus important dans une amitié ? Elle le regarda s’étirer avec un sourcil levé. Il se sentait un peu trop à l’aise chez elle manifestement mais elle préféra l’ignorer pour se concentrer sur son verre de whisky. Hum… Un délice… « T’as vraiment pas changée, c’est génial. Par contre il y a un truc qui me gêne. C’est dommage que tu ne te souviennes pas de moi, parce que j’aurai aimé te faire ma proposition avant de... Disons raviver ta mémoire. Parce que si jamais ça te grille le cerveau où quoi, on se retrouvera comme des cons. Tu ne te souviendras pas du tout de moi et ma proposition ne tiendra plus. » Elle écarquilla les yeux avant de se redresser, intriguée. S’il comptait lui faire le coup d’Orange Mécanique, c’était mort… Elle n’avait aucun problème ! C’est plutôt lui avec son obsession pour sa personne qui devrait aller se faire griller le cerveau.

Il fronça les sourcils avant de baisser la tête. Charlie attrapa la télécommande de la télévision pendant qu’il ne regardait pas. Franchement, c’était mieux d’avoir une arme nulle plutôt que pas d’armes du tout, non ? Elle avait pensé à prendre la bouteille de whisky pour se défendre mais pas question de gâcher une si bonne bouteille. Elle avait peut-être l’instinct de survie d’une larve mais l’alcool, c’était précieux, okay ? « C’est compliqué. » Elle leva un sourcil à nouveau. Il n’y avait rien de bien compliqué : c’était un clodo cinglé, point. Il releva son regard vers elle tout en laissant planer un silence. Il avait l’air d’attendre quelque chose d’elle.... « Si tu t’attends à ce que je te fasse un show avant de me foutre à poil, tu rêves mon gars. » Elle eut un petit geste de la main comme pour lui dire de rentrer chez lui, les yeux grands ouverts. Il l’ignora et rabaissa les yeux sur le sol, l’air bien trop sérieux pour être honnête. « Bon, juste au cas où. » Il plongea à nouveau son regard dans le sien avant de désigner son visage du doigt. « Ça te dit vraiment rien ? T’es sûre ? Et si je te dis que je m’appelle Braiden Richardson ? Non ? T’es sûre hein ? » Elle roula des yeux au ciel avant de se verser une rasade de whisky. « Franchement, tu te serais appelé George Abitbol, ça m’aurait fait plus d’effet ! » Elle avala une gorgée avant de tourner son regard vers le plafond. « Lui, c’était un homme, un vrai ! L’homme le plus classe du monde... » Elle lâcha un soupir avant d’avoir un petit rire puis concentra son attention sur son vis-à-vis. Il fronça les sourcils et lâcha un sonore « Fais chier ! » Sa main s’approcha à nouveau de la télécommande et s’y accrocha fermement. S’il faisait juste un geste suspect dans sa direction, elle lui envoyait dans l’oeil avant de sauter par la fenêtre. Avec “un peu” de chance, elle tomberait tranquillou dans la benne à ordures en dessous.

Il se redressa d’un coup comme si rien ne s’était passé et lui envoya un grand sourire. « Ok ! C’est parti ma grande ! Si je te dis... » Il eut une pause avant de reprendre rapidement. « Arc en ciel ? » « LICORNE ! Hein ? Euh, pardon, on joue pas à associer les mots ? C’est pas un test psychologique débile ? » Il reprit bien vite la parole, ignorant son intervention. « 12. Moule à gaufre. Padawan. Chef d’orchestre. 42. Godmother. 1980. Poney et... » Au fur et à mesure que les mots étaient déballés, Charlie entendit un bourdonnement sourd mais… Mais ça ne venait pas de l’extérieur ou d’un quelconque insecte, non… Ça venait de l’intérieur de sa tête. Une douleur commença à se faire sentir dans sa tempe et Charlie haleta sous la douleur. Des flashs lui venaient par vague et une nausée la prit. Elle laissa tomber son verre qui se brisa en mille morceaux par terre, répandant le liquide ambré. Un gémissement mêlé à un grognement de douleur passa la barrière de ses lèvres. Putain… Qu’est-ce que c’était que ce bordel ?! Le dernier mot tomba d’un coup, enlevant toute la peine que les précédents avaient provoqués. « Rutabaga ! » Elle resta quelques instants la tête dans les mains avant de relever la tête, le visage impassible. Elle plongea son regard dans celui de Braiden qui avait grand ouvert ses bras, s’attendant apparemment à un câlin. Elle l’observa, des éclairs présent dans les yeux. « Je pense... » Elle avala difficilement sa salive. « Je pense que tu as énormément envie de te raser la barbe. En fait, je pense que tu as toujours voulu te faire un style à la Bruce Willis, n’est-ce pas Braiden ? » Elle se leva d’un coup, sentant à peine les morceaux de verres se plantant dans sa voûte plantaire. Elle attrapa les ciseaux qui se trouvait à côté et observa Braiden les attraper d’une main tremblante, essayant vainement de résister au pouvoir de la jeune femme.

Elle pencha la tête sur le côté en souriant. Une fois que les lames furent prêtes à couper une mèche de cheveux, elle prit la parole. « Stop ! » Elle se rapprocha de son ami, observant rapidement son visage. « T’as vraiment une sale gueule : les années t’ont pas arrangées, tu le sais ça ? » Elle attrapa la bouteille de whisky et en but une gorgée. « Qu’est-ce que j’avais dit Braiden ? Pas. De. Lavage. De. Cerveau. C’était pourtant clair, non ?! » Elle haussa un sourcil avant qu’une étincelle n’apparaisse dans le regard de la jeune femme. Elle regarda les tâches de whisky et sang mélangés sur le tapis de son salon. « Bordel ! Il m’a coûté un bras ce tapis ! C’est là-dessus que j’ai pris la virginité lesbienne de la p’tite serveuse du diner du coin ! » Elle eut un regard rêveur avant de se reprendre. « Ça aurait pu continuer entre nous mais, je sais pas pourquoi, elle a voulu rompre avec moi. Tu le crois ça Braiden ? Moi ?! Qui suis si parfaite et si extraordinaire… Les gens sont fous de nos jours. » Elle tourna son regard vers lui et l’observa. « Ah, oui ! Donc reprenons, donne moi une seule bonne raison pour ne pas te laisser avoir un nouveau style ? » Elle eut un sourire sadique et fit un mouvement de ciseau devant le visage de son ami avec son index et son majeur faisant le bruitage en même temps. *quick quick*

Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 413
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2467-braiden-like-a-puppet-
We Built This Friendship on Memories
Charlie & Braiden
Est ce que ça allait fonctionner ? Il n’y avait pas vraiment de signes que le réveil avait bien eu lieu mais à voir la façon dont se tenait Charlie, la tête dans ses mains, quelque chose lui disait que ça avait marché.
Ne restait plus qu’à attendre si elle était vraiment de retour ou si ça lui avait juste grillé les neurones.
Et la première possibilité était de loin la plus cool.

La jeune femme releva finalement la tête pour l’observer alors qu’il se tenait toujours les bras écartés, prêt à lui sauter dessus pour lui faire un câlin. « Je pense... » Elle déglutit difficilement et le blond garda sa pose, l’air légèrement perplexe. Est ce qu’elle allait enfin réagir ? Non parce qu’il commençait à avoir des crampes à force de rester comme ça. « Je pense que tu as énormément envie de te raser la barbe. En fait, je pense que tu as toujours voulu te faire un style à la Bruce Willis, n’est-ce pas Braiden ? » Eh Bruce Willis était plutôt beau mec dans son genre hein ! Mais pourquoi est ce qu’elle parlait de copier son style ? Est ce qu...

Oh.
Bordel.
De.
Merde.

Elle était de retour. C’était bien Charlie mais… Est ce qu’elle venait vraiment de faire ce qu’il pensait qu’elle avait fait ? Non hein ? Il avait rêvé hein ?
Elle se leva d’un bond et attrapa des ciseaux pour les lui tendre. La main tremblante, il s’en saisit tout en lançant un regard paniqué à Charlie. Elle n’allait pas le forcer à faire ça hein ? Elle n’avait pas le droit de lui faire ça !

Il rapprocha lentement les lames de ses cheveux en tremblant de plus belle alors qu’il essayait de résister au pouvoir de la brune et leva un regard implorant vers elle. « Nan mais déconne pas steuplaît. » Elle pencha la tête sur le côté en souriant. Parce qu’elle se foutait de lui en plus ? C’était vraiment pas cool ça !

« Stop ! » Sa main s’immobilisa et il poussa un soupir de soulagement alors qu’elle se penchait pour observer son visage. « T’as vraiment une sale gueule : les années t’ont pas arrangées, tu le sais ça ? » Il ne répondit que par un petit rire avant de regarder longuement les ciseaux toujours présents dans sa main et les laissa tomber au sol avec un air dégouté. C’était pas passé loin quand même.

« Qu’est-ce que j’avais dit Braiden ? Pas. De. Lavage. De. Cerveau. C’était pourtant clair, non ?! » Il lui fit un sourire gêné et haussa faiblement les épaules. « Eeeeeeh ! Techniquement c’est pas ma faute hein. » Il détourna le regard, prenant une mine boudeuse. « J’ai fait que suivre les ordres moi. » Ce qui était vrai en plus ! Il n’avait pas voulu faire ça au début, parce qu’il aimait vraiment la jeune femme mais comme on disait, les ordres étaient les ordres.

« Bordel ! Il m’a coûté un bras ce tapis ! C’est là-dessus que j’ai pris la virginité lesbienne de la p’tite serveuse du diner du coin ! » Il arqua un sourcil et observa rapidement le tapis taché de sang et de whisky. « Ça aurait pu continuer entre nous mais, je sais pas pourquoi, elle a voulu rompre avec moi. Tu le crois ça Braiden ? Moi ?! Qui suis si parfaite et si extraordinaire… Les gens sont fous de nos jours. » Il acquiesça vivement. Là dessus ils étaient d’accord. Les gens étaient tous fous. « Ah, oui ! Donc reprenons, donne moi une seule bonne raison pour ne pas te laisser avoir un nouveau style ? » Il se recula dans son fauteuil face à son sourire sadique et déglutit avec difficulté quand elle imita des ciseaux avec son index et son majeur.
Bon. Il allait devoir être prudent s’il ne voulait pas se retrouver avec la boule à zéro.  

Il hocha faiblement la tête et prit une grande inspiration. « Parce que je viens de faire revenir la vraie Charlie ? » Un sourire commença à étirer ses lèvres alors qu’il reprenait. « Avoue qu’elle t’avait manqué ! Nan ? » Son sourire s’étira un peu plus. « Alors admets que moi je t’avais manqué ! » Ça devait être suffisant comme explication non ?
« Plus sérieusement. Déjà tu sais que ce style ne m’irait pas du tout. Et pis Lydia n’aimerait probablement pas non plus. Mais si tu veux une vraie bonne raison... » Il laissa sa phrase en suspend pour ajouter un côté dramatique. « Je bosse plus pour HYDRA eeet… J’aimerai bien qu’on refasse équipe, comme au bon vieux temps. » Il écarta à nouveau les bras tout en lançant un regard se voulant attendrissant à la jeune femme. « Tu veux vraiment pas de mon câlin ? »

_________________

I'm Only Joking
I'm Just A-Fucking With Your Head
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Charden ♦ We built this friendship on memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Best Memories With Memories
» L'esprit du vieux manoir [ Pour l'équipe Caruso, Rivière et Memories.]
» Souviens-toi. People change, memories don't.
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-