Partagez | .
 

 MAGGIVIA // we are the ordinary warriors of this world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

Olivia jette un coup d'oeil à sa montre, puis relève les yeux vers Maria, qui écrit deux ou trois dernières notes sur le dernier dossier qu'elles avaient à traiter ensemble pour la journée. D'un coup sec, elle ferme la pochette cartonnée sur laquelle trône le logo du Shield, et le tend à sa collègue. Les deux femmes ont, techniquement, chacune un bureau dans la base du Shield, mais il n'est pas rare de les trouver toutes les deux, penchées sur un écran ou des papiers dans un des deux bureaux. Elle travaillent beaucoup ensemble, ont trouvé leur rythme. Au début, cela a été un peu compliqué, notamment parce que Maria n'aimait pas beaucoup le supérieur d'Olivia et entretenait avec lui des relations quasi-inexistantes, lui adressant la parole uniquement quand elle y était obligée. L'homme ne passait d'ailleurs pas beaucoup de temps auprès du Shield, préférant le luxe de son second bureau au ministère de la défense. Étrangement, Olivia a trouvé sa place plutôt rapidement dans cet environnement. Pourtant, elle était bien éloignée du Shield, à son arrivée à ce poste, et il lui a fallu plusieurs bonnes semaines avant de toute assimiler. Ça n'a pas été simple. Elle a appris beaucoup de choses sur le monde qu'elle n'imaginait même pas, des secrets défense bien gardés qui ont bien changé sa vision du monde des gens, que ce soient ceux qui l'entourent ou ceux qu'elle croise dans la rue. Mais Maria et elle ont rapidement créé un lien, sûrement justement parce qu'Olivia montrait un véritable enthousiasme dans sa nouvelle mission, et posait les questions qui la taraudaient sans détour. Les femmes ont partagé de plus en plus sur leurs travaux, ont même commencé à rédiger les dossiers ensemble. Bien sûr, elles doivent garder une certaine distance, puisqu'Olivia est avant tout un membre du gouvernement, et pas une membre réelle du Shield. La diplomate ce doit de rester objective quant à ce qu'elle voit dans les murs de la base et quant au travail des agents. Mais ça n'a pas empêché les deux femmes de devenir bonnes amies. « Je te laisse, tu t'en sortiras avec les détails de fin? » lance-t-elle à la directrice du Shield en glissant ses affaires dans son sac. « Me prendrais-tu pour une débutante? » répond Maria, feignant d'être offensée. Ça fait légèrement rire Olivia qui la salue et va chercher son manteau, rester dans son bureau. Elle traverse les couloirs, dit bonjour aux quelques agents qu'elle croise, et en quelques minutes, elle est dehors, la petite brise parcourant New-York venant lui chatouiller la nuque.

Nouveau coup d'oeil à sa montre. Elle décide de marcher au lieu de prendre un taxi ou les transports en commun. C'est que son visage est de plus en plus reconnu, même si elle passe encore peu à la télé. Ses quelques apparitions ont suffi à faire se retourner quelques visages sur son passage, et dans les transports en commun, c'est parfois un peu désagréable. Elle n'a pas beaucoup de chemin à faire, de toute manière. Elle se dirige vers un coin de Manhattan qu'elle connaît peu, mais qui l'a toujours beaucoup attirée. Elle voit le Lincoln Center of Performing Arts se profiler à l'horizon, et sourit. Cela fait un moment qu'elle n'a pas vu Maggie, et elle espère que la jeune femme aura quelques minutes à lui consacrer. Elle a contacté Azalea pour savoir où elle pourrait la trouver, la veille, et pour demander à la blonde si elle pensait qu'elle pouvait débarquer comme ça. La jeune restauratrice lui a dit qu'elle pouvait tout à fait aller là-bas, que Maggie trouverait bien un peu de temps pour elle. Elle espère que c'est vrai. Il est déjà près de de dix-neuf heures trente, et la diplomate n'a pas envie de bouleverser l'organisation de la danseuse. Elle sait que celle-ci est très sérieuse et organisée. Ça la fait sourire, une nouvelle fois. Elle est comme elle, au final. Olivia grimpe les marches et s'installe sur la rambarde de l'escalier. D'après ce qu'Azalea lui a dit, la jeune femme devrait sortir dans les cinq ou dix prochaines minutes. Elle attend en lisant quelques pages de son livre, et Margaret finit par sortir au bout de six ou sept minutes. « Maggie ! » l'interpelle-t-elle en se redressant et en refermant son livre. Quand la brune se retourne, elle lui offre un grand sourire et ouvre ses bras. « Surprise ! » Elle rit doucement. « Bonne, j'ose espérer. » ajoute-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté et avec un nouveau petit rire amical.

_________________

   - it was right there the entire time -


Dernière édition par Olivia Keynes le Dim 12 Fév - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

Elle essaie de se concentrer une fois de plus. Elle fixe un point dans le miroir, s’appuie sur son pied droit et lance l’autre jambe qui la fait tourner. Une fois. Deux fois. Trois fois. Son regard retombant toujours sur le point fixe, un défaut du mur blanc sur lequel est collé l’énorme miroir de la salle. Elle tente le quatrième tour, mais sent sa cheville vaciller. Margaret grimace, s’arrête et laisse échapper sa respiration. La chorégraphie nécessite cinq tours, elle est bloquée à trois depuis le début de la semaine et ça la frustre. Elle s’accroche à la barre pour étirer ses jambes un peu plus et maudit intérieurement Aion. Elle sait très bien qu’elle ne doit pas rejeter la faute sur lui, mais il l’agace. Et cette connexion qui existe entre eux la met hors d’elle par moment. Elle n’assume pas le fait qu’on partage ses pensées. Elle n’assume pas le fait qu’un intrus soit constamment dans sa tête. Elle fixe un instant le talisman qui trône fièrement sur sa poitrine et lâche une grimace. Une véritable malédiction. Elle n’avait rien demandé à personne et voilà qu’elle devait accueillir dans son espace vital un magicien endormi depuis des siècles. Le monde partait vraiment en cacahuètes. Elle soupire, repousse la barre et s’y remet. Même manège. Même constat. « Merde ! » Finit-elle par lâcher. Margaret passe une main dans sa nuque pour la détendre et elle ferme les yeux. Machinalement son autre main se porte à son collier qu’elle triture. C’est devenu un réflexe. Elle finit par ouvrir les yeux en entendant trois coups à la porte de la salle. « Oui ? » Une tête blonde entre. C’est Claire, Maggie lui envoie un sourire rayonnant. « Tu t’es perdue ? » « Et c’est toi qui me dis ça ? T’as vu l’heure ? » La brune hoche la tête et Claire lui tend son poignet sur lequel est accroché une ravissante montre. Margaret fronce les sourcils avant de les écarquiller. « Déjà ? Merde, j’avais dit à… » Elle s’arrête. Elle n’a prévenu personne au sujet d’Aion, pas même sa famille et encore moins Claire. Elle sent qu’elle en a trop dit quand elle voit une lueur s’éclairer au fond des yeux de sa meilleure amie. « À ? » « À Lea que je rentrais tôt pour qu’on se skype. » Enchaîne-t-elle d’un ton calme. Claire semble déçue et Margaret se sent soulagée. Elle n’aime pas cacher des choses à sa meilleure amie (comme à sa famille), mais expliquer la situation avec Aion lui paraît compliquée voire impossible. Tout s’est enchaîné tellement vite qu’elle n’a pas encore pris le temps de se poser pour faire le bilan de tout ça. Elle se dirige vers son sac et en sort un tee-shirt et un short qu’elle enfile par-dessus ses collants et son justaucorps. Elle ne prend pas la peine de dénouer son chignon qui trône tranquillement sur sa tête. Elle finit par attraper son sac, enfile ses chaussures et passe son bras sous celui de Claire avant de se laisser entraîner vers la sortie. En chemin, elle l’écoute d’une oreille distraite, elle essaie de se faire à l’idée qu’elle va prendre le métro pour regagner son appartement et comme d’habitude, l’angoisse la saisit.

Claire et elle se séparent à l’entrée. Claire sait qu’elle abandonne sa meilleure amie dans un moment de doute pour elle et elle n’apprécie pas trop alors elle fait comme à son habitude : tout pour lui décrocher un sourire et ça passe par l’envoi de snap totalement stupides. De son côté, Maggie dévale les escaliers, obnubilée par le fait qu’elle va devoir entrer dans le bouche de métro dans deux cent mètres. Elle sent son cœur tambouriner tellement fort dans sa poitrine qu’elle a l’impression qu’il va finir par exploser. Elle serre ses mains autour de la lanière de son sac et son regard est fixé sur le mot metro. « Maggie ! » Elle se bloque instantanément lorsqu’elle entend son prénom. Elle prend quelques secondes pour calmer les battements de son cœur avant de pivoter et d’apercevoir une femme magnifique. Son expression change d’un seul coup en reconnaissant Olivia. « Surprise ! » Un sourire vient se poser sur ses lèvres. « Bonne, j'ose espérer. » « Oh mon Dieu ! Olivia ! Toi ? Ici ? » Fait-elle avant d’avaler les derniers mètres qui la séparent d’elle et se blottir dans ses bras. Elle ose espérer que la femme ne sente pas ses mains qui tremblent, mais les troubles de Margaret ne sont pas inconnus à la politicienne. Elle s’écarte légèrement pour pouvoir mieux l’observer. « Tu es sublime, Olivia ! » Margaret finit par totalement se détacher d’elle. « Mais qu’est-ce que tu fais là ? Et j’adore ce genre de surprise, c’est parfait. » Elle ne sait plus depuis combien de temps elle ne l’a plus revu en face à face, mais Margaret la suit de près dans les médias. « Dis-moi comment tu vas ? Raconte-moi tout ! » La danseuse adore cette femme et elle représente tellement pour elle qu’elle se sent légèrement émue de la voir ici, si près de son lieu de travail à elle.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

Bien sûr, qu'Olivia remarque le drôle d'air sur le visage de Maggie. Mais ce n'est pas vraiment une bonne manière de commencer une conversation, et surtout, le fait que la jeune femme lui offre un grand sourire sincère quand elle se rend compte de sa présence la rassure un peu. « Oh mon Dieu ! Olivia ! Toi ? Ici ? » C'est vrai que ce n'est pas très habituel, de voir Olivia débarquer comme ça à l'improviste. C'est plutôt le genre de femme avec qui il faut prendre un rendez-vous pour passer un moment tranquille, en temps normal. Son changement de travail ne va pas beaucoup changer son rythme, mais elle aura apparemment un peu plus de temps libre. C'est un bonne chose, même si, secret d'état oblige, elle est contrainte de prétendre être encore diplomate auprès de tous les autres. Elle espère qu'elle pourra plus régulièrement faire des petites surprises comme celle-ci à son entourage, et plus particulièrement à ses frères, qu'elle peine à voir depuis quelques années. Maggie vient se blottir dans ses bras. Ça fait sourire Olivia. Elle aime beaucoup ses parents et ses frères, mais les Holmes sont sa seconde famille. Ils sont beaucoup plus affectueux, et se soucient parfois plus d'elle que sa propre famille. C'est quelque chose qu'elle estime beaucoup. « Tu es sublime, Olivia ! » La politicienne lève les yeux au ciel et se recule légèrement pour observer Maggie. « Et toi alors ! Tu viens de passer des heures à danser, je n'en doute pas, et tu es toute belle quand même. » Maggie fait partie de ces beautés naturelles qui n'ont pas besoin de maquillage ou d'être bien habillées. Olivia l'a toujours trouvée magnifique. D'ailleurs toutes les filles Holmes sont magnifiques. « Mais qu’est-ce que tu fais là ? Et j’adore ce genre de surprise, c’est parfait. » La diplomate se doutait bien que ça plairait à celle qu'elle considère comme la petite sœur qu'elle n'a jamais eue.  « Dis-moi comment tu vas ? Raconte-moi tout ! » Ça fait sourire la diplomate que Maggie soit si impatiente. Hors de question qu'elles se racontent leurs vies sur un bout de trottoir. « Viens, on va aller prendre un café. » dit Olivia en entraînant la jeune danseuse par le bras, dans le petit café juste en face du Lincoln Center.

Elle s'installent à une petite table, au fond de la pièce. Il y a un peu de monde, mais personne pour la reconnaître. Tant mieux. Olivia se débarrasse de son manteau. « Je m'étais dit que si j'avais un moment cette semaine, je viendrais te voir. C'est Azalea qui m'a dit où te trouver, bien que je me doutais que tu allais être dans les parages. » Elle fait signe au serveur. « J'espère que tu ne m'en veux pas de ne pas être passée plus tôt. Mon nouveau travail va normalement me permettre de venir plus souvent. » Le serveur vient prendre leur commande, et Olivia pose ses coudes sur la table. « Peut-être même de venir à tous tes spectacles. En tous cas, je suis super contente de te voir ! » dit elle en offrant un large sourire à la jeune femme. Cela fait un moment qu'elles n'ont pas discuté. Olivia ne sait même pas sur quel projet la danseuse est en train de travailler. Elle trouve ça dommage, et compte bien rattraper le temps perdu. En tous cas, la politicienne remarque quelque chose dans les yeux de Maggie, quelque chose de différent. « Alors, comment ça va en ce moment ? » demande-t-elle, même si c'est une question très large. « Ta sœur m'a dit que tu travaillais d'arrache-pied. » Si elle avait été une personne normale, Olivia aurait sûrement souligné le fait que Maggie et Azalea sont des bourreaux de travail. Mais Olivia n'est pas une personne normale, et elle ne peut rien dire, parce qu'elle est exactement pareille.

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

« Viens, on va aller prendre un café. » Qu’elle lui répond finalement et Margaret réalise qu’elles vont être beaucoup mieux à l’intérieur pour discuter plus tranquillement. À cette heure-ci le Lincoln Center est calme, mais sait-on jamais, Olivia peut attirer les regards et être reconnue dans la rue avec sa nouvelle notoriété. Margaret hoche la tête et suit la politicienne lui permettant de se remettre de ses émotions et de cacher un peu plus le talisman en le glissant sous son tee-shirt. Il attire parfois un peu trop les regards et ça dérange la jeune femme. Une fois dans le café, elles s’installent tranquillement. Maggie dépose son sac sur le dossier et s’assied. « Je m'étais dit que si j'avais un moment cette semaine, je viendrais te voir. C'est Azalea qui m'a dit où te trouver, bien que je me doutais que tu allais être dans les parages. » Azalea. La meilleure. Margaret sourit pendant qu’Olivia fait signe à un serveur pour qu’il vienne prendre leur commande. « J'espère que tu ne m'en veux pas de ne pas être passée plus tôt. Mon nouveau travail va normalement me permettre de venir plus souvent. » Avant que la danseuse puisse répondre, le serveur les interrompt pour prendre leur commande. Margaret se contente d’un verre d’eau, elle se rend compte qu’elle n’a pas bu depuis le début de l’après-midi et elle a très soif. « Peut-être même de venir à tous tes spectacles. En tous cas, je suis super contente de te voir ! Alors, comment ça va en ce moment ? Ta sœur m'a dit que tu travaillais d'arrache-pied. » Margaret lui sourit avant de commencer. « Je ne t’en veux pas du tout, je sais que ton boulot est très prenant et je sais aussi que c’est pas parce qu’on ne prend pas des nouvelles de l’autre aussi souvent qu’avant qu’on s’aime moins. Je t’ai suivi un peu de loin et c’est grandiose. Ton parcours est grandiose ! » Elle trouve Olivia parfaite et un modèle à suivre. En vérité, la motivation de Margaret vient d’Agathe, mais aussi du parcours d’Olivia. Olivia qui la gardait quand elle était petite et qui est maintenant une politicienne hors pair. « Et pour les spectacles, tu n’as qu’un mot à me dire et comme pour le reste de la famille, je te fais placer au premier rang. » Elle sourit de nouveau. « Ou au deuxième selon les invités, mais bref, tu serais avec les autres. » Qu’Olivia retrouve un peu les Holmes est ce qui lui tient un peu à cœur. « Et je vais bien. » Rien de bien neuf à lui expliquer. Parler boulot l’empêche de focaliser son attention sur Aion et le fait qu’il n’a pas eu de ses nouvelles depuis son départ de l’appartement le matin et qu’il va probablement lui poser une tonne de questions en rentrant. Cette situation devient de plus en plus compliquée à gérer. « Lea a raison, j’essaie d’atteindre le rang d’Etoile depuis deux ans déjà du coup je me donne à fond pour réussir. Première danseuse, c’est bien, ça satisfait papa et tous les autres, mais pas moi. » Elle fronce le nez. « Et toi alors ? Qu’est-ce que tu as à me raconter ? » Le serveur revient avec les commandes cette fois et Margaret s’empresse de prendre quelques gorgées d’eau. Elle finit par reposer son verre sur la table. Et elle remarque qu’à la lumière, Olivia est encore plus jolie et épanouie. Aux yeux de Margaret, cette femme représente la perfection et l’idéal à atteindre. Si elle pouvait finir comme elle plus tard, la danseuse serait plus que ravie.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

Olivia remarque que Maggie ne demande qu'un verre d'eau. Ça ne la surprend pas tant que ça. La jeune femme a une hygiène de vie très stricte en tant que danseuse, et la diplomate s'est beaucoup inquiétée pour elle quand elle était un peu plus jeune. Aujourd'hui les choses ont l'air d'aller bien, mais Olivia aimerait être plus souvent auprès de la petite brune, pas forcément pour la surveiller, mais pour veiller sur elle, au moins. C'est complètement absurde, mais Olivia a toujours eu l'impression qu'elle était un peu responsable de Maggie. Peut-être parce que celle-ci a perdu sa mère jeune, et que la brune s'est attachée à elle dés qu'elle a commencé à être sa baby-sitter, des années plus tôt. Bien sûr, Charles s'est remarié, et Elizabeth a beaucoup de place dans le cœur des enfants, mais la danseuse a toujours fait ressortir le côté un peu maternel d'Olivia. C'est d'ailleurs la seule personne avec laquelle elle est aussi affectueuse et encourageante. Margaret a toujours eu une place particulière dans son cœur, même quand elles étaient longtemps séparées. Elles sont toujours restées en contact, que ce soit par mail ou par sms. « Je ne t’en veux pas du tout, je sais que ton boulot est très prenant et je sais aussi que c’est pas parce qu’on ne prend pas des nouvelles de l’autre aussi souvent qu’avant qu’on s’aime moins. Je t’ai suivi un peu de loin et c’est grandiose. Ton parcours est grandiose ! » Il faut le dire, Olivia est un peu soulagée. Maggie ne lui en veut pas, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Elle a parfois des relations compliquées avec ses parents et sa famille, qui pensent qu'elle ne fait pas d'efforts, et ne se rendent pas compte des responsabilités qu'un métier comme le sien implique. Et puis il y a aussi les gens qui ne comprennent pas son choix de vie, et qui, en voyant son âge, regrettent qu'elle ne soit pas mariée avec des enfants. Ça a le don d'énerver royalement la diplomate qui assume parfaitement ses choix. « Et pour les spectacles, tu n’as qu’un mot à me dire et comme pour le reste de la famille, je te fais placer au premier rang. » Olivia s'imagine déjà avec les Holmes, les yeux plein d'étoiles. « Rien ne me ferait plus plaisir. » dit-elle, très sincèrement, déjà pleine d'enthousiasme à la perspective de la voir sur scène. « Ou au deuxième selon les invités, mais bref, tu serais avec les autres. » Elle sourit. Elle devrait pouvoir se contenter du deuxième rang, quand même.

« Et je vais bien. » La diplomate penche légèrement la tête sur le côté, mais ne se défait pas de son sourire. Quelque chose la dérange. Elle ne sait pas trop quoi, mais il y a quelque chose qui cloche. « Lea a raison, j’essaie d’atteindre le rang d’Etoile depuis deux ans déjà du coup je me donne à fond pour réussir. Première danseuse, c’est bien, ça satisfait papa et tous les autres, mais pas moi. » Olivia retient un petit rire. Encore une fois, ça ne la surprend pas de Maggie. Elle a toujours été très déterminée, et le fait qu'elle fasse des choses pour elle-même et pas pour les autres, c'est important. Bien qu'Olivia ait un peu peur qu'elle se mette trop la pression. « Et toi alors ? Qu’est-ce que tu as à me raconter ? » Olivia prend le thé que le serveur vient de lui apporter et plonge le sachet dans la petite bouilloire. Un cliché britannique, évidemment. Mais elle assume complètement. « Je n'ai jamais autant passé de temps au même endroit que depuis que j'ai changé de travail. Les responsabilités sont toujours là mais... Disons que c'est plus stable. Je pense que ça ne va pas me faire de mal. » Elle a toujours aimé voyager, mais il lui a toujours manqué le sentiment agréable qu'on a quand on rentre chez soi, qu'on peut glisser dans son pyjama et ses chaussons, qu'on a toutes ses affaires auprès de soi. « Rose va devoir se réhabituer à moi, elle ne m'a pas vu autant depuis la fac. » dit-elle en riant. Retrouver sa meilleure amie lui fait un bien fou. « Dis, je ne suis pas encore une experte dans le monde de la danse... Qu'est-ce qui t'empêche d'arriver au rang d'Étoile pour l'instant ? L'ancienneté ? Je ne doute pas que tu as le niveau, ou que tu le touches du doigt. Est-ce qu'il faut que tu participes à un certain nombre de spectacles ? Comment ça se passe ? » Elle verse le thé dans la tasse. « Tu travailles sur un spectacle en particulier, en ce moment ? » fait Olivia, curieuse. Pour l'instant, elle parle beaucoup travail... Mais elle ne perd pas le nord, et Maggie n'échappera à des questions sur sa vie personnelle. Qu'elle le veuille ou non.

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

Margaret ne peut s’empêcher de sourire en voyant Olivia porter son thé à ses lèvres. Elle n’a rien oublié des manières anglaises de la politicienne et elle les chérit plus que tout. L’Angleterre a un standing que l’Amérique n’a pas et Margaret a toujours admiré ça venant d’Olivia. « Je n'ai jamais autant passé de temps au même endroit que depuis que j'ai changé de travail. Les responsabilités sont toujours là mais... Disons que c'est plus stable. Je pense que ça ne va pas me faire de mal. » La brune hoche la tête. Il y avait eu une longue période pendant laquelle Margaret n’avait pas trop eu de nouvelles de la jeune femme parce qu’elle alternait bien trop souvent entre l’Amérique et l’Angleterre, lui laissant trop peu de temps pour ses proches. Savoir qu’Olivia est depuis beaucoup plus présente sur son territoire d’adoption ravit Margaret. « Rose va devoir se réhabituer à moi, elle ne m'a pas vu autant depuis la fac. » « Oh le docteur Griffin, c’est vrai que tu la connais. » Même si Maggie ne la connaissait pas personnellement, elle n’avait que des bons retours de la part des jumeaux aussi, depuis elle a placé en haute estime cette femme qui arrive à faire intégrer du bon sens dans le crâne d’Eugène et Aedan. « Dis, je ne suis pas encore une experte dans le monde de la danse... Qu'est-ce qui t'empêche d'arriver au rang d'Étoile pour l'instant ? L'ancienneté ? Je ne doute pas que tu as le niveau, ou que tu le touches du doigt. Est-ce qu'il faut que tu participes à un certain nombre de spectacles ? Comment ça se passe ? » Margaret hoche la tête. « Contrairement aux autres statuts qu’on peut avoir dans un ballet, Etoile ça se gagne pas avec un concours, mais selon les faveurs du directeur de danse qui repère le premier danseur qu’il veut faire passer en Etoile. » Margaret a beaucoup fait pour s’attirer les faveurs de cet homme, mais elle a juste l’impression d’être inexistante. Il n’a même pas daigné lever les yeux du piano le jour où elle lui a annoncé qu’elle avait réussi le concours et que donc elle était Première Danseuse. « Et j’ai pas l’impression qu’il m’apprécie beaucoup. » Fait-elle en grimaçant. « Ceci dit, ça ne m’empêche pas de persévérer, il finira par me voir. » Elle sourit d’un air contrit. Elle espère qu’un jour cet homme puisse la voir réellement et reconnaisse son talent. Margaret voue sa vie à la danse et elle ne pourrait pas supporter un échec aussi cuisant que celui-ci. « Tu travailles sur un spectacle en particulier, en ce moment ? » De nouveau elle hoche la tête. « C’est bientôt les vacances et on nous a laissé des indices sur la prochaine saison, malheureusement je ne peux rien divulguer pour le moment. Mais si ça t’intéresse, dès que je peux en parler, tu seras la première au courant. » Fait-elle avec un clin d’œil. Elle prend une autre gorgée d’eau alors qu’Olivia porte de nouveau sa tasse à ses lèvres. « Tu vis donc toujours avec le docteur Griffin ? » Elle est soudain curieuse de cette amitié avec la psychiatre des jumeaux. Olivia lui a déjà raconté qu’elles se connaissent depuis qu’elles sont petites puisqu’elles viennent toutes les deux de Londres et Margaret trouve que ce genre d’amitié qui perdure des années après est fantastique. Maggie se rend soudain compte à quel point elle avait besoin de cette rencontre fortuite au final. Elle a l’impression que toute la pression qu’elle accumule depuis ces dernières semaines s’envole à chaque sourire d’Olivia. Comme quand elle était petite, Margaret a encore besoin d’elle.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

« Oh le docteur Griffin, c’est vrai que tu la connais. » Olivia sourit et acquiesce. « Plus que bien même, c'est ma meilleure amie. » dit-elle. C'est vrai qu'elle a toujours de mal à se faire au fait que Rose s'occupe des jumeaux et d'Ethan. En fait, elle connaît son amie depuis si longtemps qu'elle a du mal à se dire que la Rose avec qui elle partage son appartement est la même qui fait des séances de thérapie dans un cabinet. Ce qui est encore plus drôle, c'est que ce n'est même pas Olivia qui a dirigé les Holmes vers Rose quand les garçons ont eu l'accident. C'est quand Maggie lui a dit, sur Skype, qu'ils voyaient le Dr. Griffin, une très bonne psychiatre, que la diplomate a fait le rapprochement. Bien sûr, elles ne parlent pas en profondeur de la situation des garçons à la maison, puisque son amie est tenue au secret professionnel, mais elles se sont plus d'une fois amusées du fait que le monde était extrêmement petit, même à New-York, l'une des villes les plus peuplées du monde. « Contrairement aux autres statuts qu’on peut avoir dans un ballet, Étoile ça se gagne pas avec un concours, mais selon les faveurs du directeur de danse qui repère le premier danseur qu’il veut faire passer en Étoile. » explique Maggie, quand Olivia lui demande comment elle peut devenir Étoile. La diplomate fait la moue et soupire un peu. En effet, ça ne doit pas être facile. Ce n'est plus une histoire de notes ou de niveau, la décision est soumise à la subjectivité d'une seule personne. C'est idiot – pense Olivia – ça peut signifier une carrière qui n'évolue pas pour un danseur, juste parce que quelqu'un l'a décidé ou l'a dans le collimateur. La brune a toujours su que le monde de la danse était dur, surtout à ce niveau-là, mais quand même… Elle n'aime pas trop l'idée que ce soit une seule personne qui prenne les décisions. « Et j’ai pas l’impression qu’il m’apprécie beaucoup. » Olivia ne peut s'empêcher de lui faire les gros yeux quand elle entend une bêtise pareille. C'est absolument impossible de ne pas l'apprécier, surtout quand on connaît sa rigueur et son dévouement. « Ceci dit, ça ne m’empêche pas de persévérer, il finira par me voir. » Olivia acquiesce franchement. « Ça, c'est ce que je veux entendre. » dit-elle, joyeuse. Elle boit une gorgée de thé, rapidement, et ajoute : « Et puis tu sais, peut-être qu'il fait semblant de ne pas t'apprécier pour justement te pousser à te faire remarquer un peu plus, à te dépasser. Il y a des millions de gens qui utilisent cette technique. » Tout le monde a eu une fois un professeur ou un supérieur avec cette attitude, et même si c'est véritablement désagréable, c'est très formateur, elle peut elle-même le dire, ayant eu plusieurs professeurs de ce style à l'université, et quelques collègues comme ça aussi.  « Et puis bien sûr qu'il finira par te voir. Je n'ai pas vu beaucoup de tes spectacles, mais dans ceux que j'ai vus, crois-moi, on ne voit que toi. Et je ne dis pas ça parce que je connais et je t'adore. C'est vraiment objectif. » Et si vraiment son directeur est un con, Olivia se fera un plaisir de jouer de ses relations pour la faire entrer dans un autre ballet où ses talents seront reconnus.  Bien qu'elle se doute qu'elle n'aurait même pas besoin de le faire tant Maggie est douée.

« C’est bientôt les vacances et on nous a laissé des indices sur la prochaine saison, malheureusement je ne peux rien divulguer pour le moment. Mais si ça t’intéresse, dès que je peux en parler, tu seras la première au courant. » La petite cachottière… Olivia comprend. Le secret, elle ne connaît que ça depuis le début de sa carrière. « D'accord. J'attends avec impatience, alors. » dit-elle en tapant dans ses mains, enthousiaste. « Tu vis donc toujours avec le docteur Griffin ? » Olivia acquiesce. « Oui. On partage un appartement dans le Queens depuis des années déjà, mais comme j'étais tout le temps partie, c'était plus son appart à elle que le mien… » Elle hausse les épaules. « Et puis tu vois bien, on est toutes les deux célibataires, on est mieux ensemble que chacune de nos côtés, seules dans nos apparts. » Elle baisse les yeux sur sa tasse. Ça fait un an et demi qu'elle est divorcée, et depuis, il n'y a pas eu de nouvel homme dans sa vie. « On finira comme deux vieilles avec nos chats et notre thé d'anglaises, à regarder des séries en mangeant de la glace… C'est une bonne perspective. » dit-elle avec un sourire.

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

« Oui. On partage un appartement dans le Queens depuis des années déjà, mais comme j'étais tout le temps partie, c'était plus son appart à elle que le mien… » Margaret ne peut s’empêcher de sourire en s’imaginant la joie du Docteur Griffin de pouvoir retrouver sa meilleure amie. « Et puis tu vois bien, on est toutes les deux célibataires, on est mieux ensemble que chacune de nos côtés, seules dans nos apparts. » Margaret remarque le regard de la politicienne qui se baisse. Est-ce qu’il y aurait un voile de tristesse sur son visage également ? Elle fronce les sourcils et elle repense à son oncle, aux piques qu’Olivia et lui se lançaient avant. Ça remonte à un moment, certes, mais la danseuse adorait les voir se chamailler. C’était dans ces occasions-là qu’elle avait l’impression qu’Olivia était et faisait pleinement partie de la famille. Elle a toujours souhaité le bonheur des gens qui l’entourent. Elle les fait passer avant elle parce que c’est important aux yeux de Margaret de voir un sourire sur le visage de ses proches. Ça l’aide à tenir le coup quand ça devient difficile au ballet. Elle se demande soudain si son oncle est au courant du retour de la (plus que) charmante Olivia. À l’époque, elle s’était persuadée que les deux allaient finir ensemble un jour puis Olivia avait quitté l’école et avait dû partir et ils s’étaient perdus de vue. Margaret avait mis ça de côté un moment, mais maintenant qu’elle a Olivia en face d’elle, tout peut recommencer. Elle peut entrevoir un espoir infime de voir Nathan Elric passer la bague au doigt d’Olivia Keynes (oui déjà). « On finira comme deux vieilles avec nos chats et notre thé d'anglaises, à regarder des séries en mangeant de la glace… C'est une bonne perspective. » La brune répond à son sourire de la même façon, non sans une étincelle dans le regard. Celle qui dit oh mais non, tu racontes des bêtises. Celle qui présage les bêtises aussi d’ailleurs. « J’ignore à quoi ressemble le Docteur Griffin, mais toi et elle, vous êtes dans la fleur de l’âge. Je pense que vous n’avez pas de soucis à vous faire pour les hommes. Vous finirez par trouver quelqu’un qu’il vous faut. » Margaret a désormais ce nouvel objectif en tête. Elle sait qu’Olivia est célibataire et elle sait que c’est la même chose pour Nathan (ou elle s’en assurera), ils doivent finir ensemble coûte que coûte. De plus, ils sont faits pour être ensemble. Ils forment un couple parfait sans le savoir. Elle va mettre Azalea, Scar et Keegan sur le coup. Intégrer Dylan, Eugène et Aedan si besoin. Et à eux sept, ils vont arriver à caser Olivia et Nathan ensemble. « Tu viendras à un repas familial bientôt ? Je préviens papa de ton retour rapidement comme ça on pourra organiser une petite fête en l’honneur de ton retour et tu pourras revoir tout le monde. » Et Nathan. Surtout Nathan. Oh il ne va pas manquer un autre repas de famille, Margaret va s’assurer de ça quitte à aller le chercher elle-même en subissant deux heures de bus. « Tu nous as tous beaucoup manqués en tout cas. Ton retour me fait vraiment du bien. » Fait-elle sincèrement en plantant son regard dans celui de la politicienne. Elle a besoin de retrouver ce lien qu’elle avait avec Olivia. Elle la considère comme une grande sœur et une parfaite confidente. Margaret ne doute pas des conseils avisés de ses jeunes sœurs, mais elle a besoin d’une figure plus âgée au-dessus d’elle qui n’est pas Keegan. Enfin qui n’est pas un homme. Elle fait confiance à Elizabeth, mais elle la sait beaucoup trop proche de son père et il y a certaine chose que Charles Holmes n’a pas à savoir sur sa fille. Savoir qu’Olivia est de retour enveloppe la ballerine dans un sentiment de confiance absolue. Elle est soulagée de la savoir à New York. « Merci pour cette surprise. » Ne peut-elle s’empêcher d’ajouter en allant chercher la main d’Olivia pour la prendre dans la sienne et la serrer légèrement. Elle se sent tellement émue par ces retrouvailles qu’elle sent qu’elle va laisser échapper quelques larmes si ça continue. Elle relâche doucement la main d’Olivia avant de se redresser et de boire une autre gorgée d’eau, chassant cette émotion trop forte.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

Elle connaît ce regard. Elle le connaît très bien. C'est le regard que Maggie a quand elle a de la suite dans les idées. Olivia rit discrètement devant cette petite étincelle qu'elle a dans les yeux. Mais elle ne s'inquiète pas. Margaret pourra faire ce qu'elle veut, Olivia a toujours été quelqu'un de relativement difficile quand il s'agit de rencontrer des hommes, et si la danseuse a pour projet de lui faire rencontrer du monde, elle abandonnera bien vite, sans le moindre doute. Quoique, Maggie n'est pas connue pour abandonner, maintenant qu'elle y pense… Bon, Olivia va parier sur le fait qu'elle aura d'autres choses à faire que l'aider dans sa vie amoureuse. « J’ignore à quoi ressemble le Docteur Griffin, mais toi et elle, vous êtes dans la fleur de l’âge. Je pense que vous n’avez pas de soucis à vous faire pour les hommes. Vous finirez par trouver quelqu’un qu’il vous faut. » Ce n'est pas faux ce qu'elle dit, sur la fleur de l'âge. La société laisse à penser qu'on est plus heureux quand on est jeune, parce qu'il y a moins de responsabilités, que la santé et l'énergie sont au top… Mais Olivia ne s'est jamais sentie aussi bien dans sa peau, et sexy que depuis qu'elle se rapproche de la quarantaine. C'est assez étrange, de faire ce constat, mais pourtant c'est bel et bien la vérité. Et quand on a cet âge-là, on sait aussi mieux ce qu'on veut. En tous cas, Olivia ne se fait pas le moindre souci pour Rose. Sa meilleure amie est une très belle femme, très intelligente de surcroît, elle sait très bien qu'elle trouvera quelqu'un.

« Tu viendras à un repas familial bientôt ? Je préviens papa de ton retour rapidement comme ça on pourra organiser une petite fête en l’honneur de ton retour et tu pourras revoir tout le monde. » Olivia n'en revient toujours pas de l'affection que peuvent lui porter les Holmes. Sa propre famille n'organise jamais de repas pour son retour. « Tu peux pas savoir combien ça me ferait plaisir qu'on fasse ça. » dit-elle, et Maggie peut clairement entendre à son ton qu'elle est très enthousiaste. « Tu nous as tous beaucoup manqués en tout cas. Ton retour me fait vraiment du bien. » La diplomate penche légèrement la tête sur le côté. Ces mots, ils lui font vraiment plaisir, mais plus que ça, ils lui mettent véritablement du baume au coeur. Quand on part pendant longtemps, qu'on n'est entouré que de collègues, on a toujours peur que les gens chez nous nous oublient, qu'ils n'aient plus besoin de nous, qu'ils considèrent qu'on n'a plus de place dans leurs vies. Que Maggie lui dise qu'elle a manqué, même si ce n'est qu'à elle ou quelques membres de la famille, c'est déjà beaucoup pour elle. « Vous m'avez beaucoup manqué aussi, tu sais. » Elle a longtemps rêvé d'une vie où elle pourrait travailler la semaine et passer le dimanche midi à faire des barbecues avec des amis ou de la famille. L'idée qu'elle va pouvoir toucher du doigt cette chance à partir de maintenant, grâce au nouveau travail que lui a confié le président c'est… inespéré, et revigorant. En fait, Olivia a l'impression qu'une toute nouvelle vie s'offre à elle, et à son âge, c'est assez bouleversant. « Merci pour cette surprise. » Maggie prend sa main, et Olivia la serre dans la sienne, avec un sourire attendri. « Je suis vraiment contente que ça t'aie fait plaisir. » Il y a toute une émotion en la danseuse qui touche beaucoup la brune, et elle ne peut s'empêcher de se dire que la jeune femme est particulièrement à fleur de peau, aujourd'hui. De nouveau, elle essaie de tâter le terrain de manière détournée. « Et toi alors, ma belle… Est-ce que quelqu'un est entré dans ta vie depuis la dernière fois ? Je suppose que tu m'en aurais parlé, mais il est possible que tu aies fait ta cachottière… » dit-elle en jouant de ses sourcils. Peut-être que cette drôle d'impression qu'elle a quant à Maggie est tout simplement due à une relation qui n'est pas au beau fixe, ou à une contrariété sur le chemin des sentiments… Olivia est bien curieuse de savoir, en tous cas.

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

Évidemment qu’ils lui ont manquée. La famille Holmes laisse toujours un souvenir intarissable dans les mémoires alors il est évident qu’ils ont manqué à Olivia aussi. Margaret sourit et se fait la promesse silencieuse de presser son père à faire ce repas. Elle a besoin qu’ils fêtent tous le retour d’Olivia parmi eux. « Je suis vraiment contente que ça t'aie fait plaisir. » « Tu n’imagines pas à quel point. » Revoir la jeune femme va lui permettre de se rebooster et se remotiver. Elle sait qu’elle a besoin de ça en ce moment. « Et toi alors, ma belle… Est-ce que quelqu'un est entré dans ta vie depuis la dernière fois ? Je suppose que tu m'en aurais parlé, mais il est possible que tu aies fait ta cachottière… » Elle se met à rire. « Oh tu me connais. Je reste rarement plus d’une soirée avec la même personne et ça fait un long moment que je n’ai plus vraiment profité de tout ça. On peut mettre ça sur le manque de temps. » Elle fait un geste désinvolte de la main en essayant de ne pas penser au médaillon qui repose sous son tee-shirt. Elle a l’impression qu’il lui chauffe la peau, mais elle espère que ce n’est qu’une impression. Elle doit déjà faire face à beaucoup de contraintes pour s’ajouter un bijou chauffant en plus. Pas la peine non plus qu’elle évoque le fait qu’elle ne peut plus vraiment s’accorder ce genre de choses depuis qu’un magicien squatte honteusement son appartement et sa vie, on la prendrait pour une folle. « Je suis bien mieux toute seule de toute manière. J’ai déjà prévenu papa qu’il ne doit pas compter sur moi pour lui ramener un mari convenable et des petits enfants. » Sauf si elle est obligée de quitter le ballet. Ou pas avant d’avoir atteint le statut d’Etoile et avoir profité de cette notoriété. Après tout ça, peut-être qu’elle voudra un peu de paix et sa famille à elle. « Je laisse ce plaisir à Lea ou Scar. » Si elle n’avait pas pensé à Nathan un peu plus tôt, elle aurait bien proposé à Olivia des soirées mondaines avec elle et où elles auraient pu toutes deux trouver un beau mâle à se mettre sous la dent. « Oh et ça y est, j’ai mon propre appartement dans Brooklyn. C’est loin du ballet, mais bon au moins j’ai mon chez moi. » Elle hausse les épaules avant de continuer. « J’ai adopté un lapin aussi, Mycroft, j’avais besoin d’une compagnie, mais je ne pouvais pas prendre Sherlock, ni John sinon les parents allaient me faire un scandale. Ils veulent pas l’avouer, mais ils adorent les deux aussi casse-pieds soient-ils. » Elle sort son téléphone et montre une photo à Olivia pour qu’elle puisse bien s’imaginer la petite boule de poils vivant avec elle. Soudain, ça la frappe, elle a l’impression d’être une petite fille qui raconte toute sa vie à une lointaine tante qu’elle n’aurait pas vu depuis des années. « Je parle trop, excuse-moi. » Elle rit. « Tu me dis si je t’assomme avec mes histoires de lapin. » Lapin qu’elle a laissé seul avec Aion qui déteste ces animaux. Vu qu’elle ne l’a pas prévenu qu’elle rentrait plus tard que prévu, elle espère (pour lui) qu’il n’a rien fait à Mycroft sinon elle ira engager un tueur à gage pour l’éliminer.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
we are the ordinary warriors of this world

« Oh tu me connais. Je reste rarement plus d’une soirée avec la même personne et ça fait un long moment que je n’ai plus vraiment profité de tout ça. On peut mettre ça sur le manque de temps. » Olivia pince les lèvres. Elle ne doute pas une seconde que quand Maggie cherche quelqu'un pour partager quelque chose, même si ce n'est qu'une nuit, elle trouve. Le manque de temps... Elle ne peut rien dire. Combien de fois a-t-elle mis son célibat sur le compte de son manque de temps, même si ce n'était pas toujours la vérité? Pendant longtemps, la diplomate a préféré rester célibataire parce que c'était plus facile, et qu'elle n'avait pas vraiment envie de partager sa vie dingue avec quelqu'un. Que ce qu'elle vivait lui suffisait. Même encore maintenant, qu'elle est divorcée depuis un moment, elle ne cherche pas particulièrement à avoir quelqu'un dans sa vie. Tant qu'elle est heureuse avec la vie qu'elle mène, c'est assez. Un amoureux ne serait qu'un bonus dont elle se passe aisément pour le moment. « Je suis bien mieux toute seule de toute manière. J’ai déjà prévenu papa qu’il ne doit pas compter sur moi pour lui ramener un mari convenable et des petits enfants. » Cette fois, la brune hausse les sourcils. Être bien toute seule, elle comprend tout à fait... Mais le discours de Maggie est tout de même un peu extrême, là. Elle ne lui en tient pas rigueur, à son âge, elle n'avait pas particulièrement envie d'avoir des enfants non plus... Mais elle est persuadée que la jeune femme changera d'avis, un jour. Peut-être quand elle rencontrera la bonne personne. Olivia n'a jamais eu cette expérience, mais elle est sûre (c'est peut-être l'âge et l'horloge biologique qui tourne qui lui font penser ça) que quand on aime vraiment quelqu'un, il n'y a pas de chose plus belle que voir grandir un enfant étant un parfait mélange de nous et de la personne qu'on aime. « Je laisse ce plaisir à Lea ou Scar. » Olivia sourit, mais ne dit rien. Maggie sera peut-être surprise par la vie. Les choses ne se passent que rarement comme on les avait imaginées. Ses sœurs elles aussi, seront surprises. Après tout, Azalea se retrouve célibataire après des années en couple et des fiançailles avortées, et ce n'est sûrement pas ce qu'ils avaient tous imaginé.

« Oh et ça y est, j’ai mon propre appartement dans Brooklyn. C’est loin du ballet, mais bon au moins j’ai mon chez moi. » C'est une bonne nouvelle. Après avoir vécu des années avec sa famille sur le dos, Maggie peut enfin profiter d'une certaine liberté et organiser son appartement à sa sauce. Olivia l'envie un peu, d'être à ce moment de sa vie où elle construit doucement son premier chez-elle, son futur. « J’ai adopté un lapin aussi, Mycroft, j’avais besoin d’une compagnie, mais je ne pouvais pas prendre Sherlock, ni John sinon les parents allaient me faire un scandale. Ils veulent pas l’avouer, mais ils adorent les deux aussi casse-pieds soient-ils. » Olivia sourit, amusée, et se penche pour mieux voir la photo que lui montre Maggie, sur son portable, de la grosse boule de poils qu'est Mycroft. « Oh, il est trop mignon. Il faudra que je vienne le voir en personne. Il doit être tout doux. » On dirait une adolescente. Mais Olivia a toujours été comme ça avec les animaux mignons, et ça n'arrêtera pas, même quand elle aura quatre-vingt ans. « Je parle trop, excuse-moi » Olivia secoue la tête et lève même les yeux au ciel quand Maggie ajoute : « Tu me dis si je t’assomme avec mes histoires de lapin. »« N'importe quoi. Je pense moi-même à adopter une boule de poils, mais je ne sais pas encore exactement si ce sera un chat ou autre chose... J'ai toujours rêvé d'avoir un chat, et ça a toujours été impossible comme je voyageais beaucoup. » Elle hausse les épaules et reprend une gorgée de thé. Puis elle regarde la jeune femme et s'aventure sur un sujet un peu plus sérieux. « Comment vont les choses avec ta famille, en ce moment? J'ai cru comprendre que vous avez eu pas mal de mauvaises aventures ces derniers temps. J'ai eu vent de l'accident de Keegan, et des jumeaux qui donnent du fil à retordre... Ça ne doit pas être facile. »

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

« N'importe quoi. Je pense moi-même à adopter une boule de poils, mais je ne sais pas encore exactement si ce sera un chat ou autre chose... J'ai toujours rêvé d'avoir un chat, et ça a toujours été impossible comme je voyageais beaucoup. » Et maintenance c’est différent. Olivia est de nouveau là. Elle peut se poser, profiter de retrouver ses anciennes connaissances et vivre un peu finalement. Margaret a toujours admiré la force d’Olivia, mais elle lui a beaucoup manqué aussi. Ç’aurait été différent d’affronter tout ça avec elle. « Comment vont les choses avec ta famille, en ce moment? J'ai cru comprendre que vous avez eu pas mal de mauvaises aventures ces derniers temps. J'ai eu vent de l'accident de Keegan, et des jumeaux qui donnent du fil à retordre... Ça ne doit pas être facile. » Son sourire flanche un peu. Keegan. Encore impliqué dans un événement où sa vie est en danger. Elle se demander parfois s’il ne faudrait pas l’enfermer dans une chambre pour éviter qu’il se blesse. « Keegan… va bien. Il se remet de sa blessure, il nous a fait encore bien peur. » Ça ne reste qu’une blessure par balle, la frayeur a été moins importante que le jour où il a été enlevé, mais ils ont eu peur pour sa vie. Les Holmes ont su qu’on lui avait tiré dessus et que c’était lié à la venue d’un autre gars bizarre. C’est toujours à cause de gars bizarres ce genre de situation de toute façon. « Je ne comprends pas comment il arrive à se mettre dans des situations pareilles à chaque fois, c’est insupportable. » La moitié de la fratrie s’embarque dans des histoires incroyables. Keegan et son enlèvement. Les jumeaux et leur accident. Elle… elle et Aion. Aion qui doit s’impatienter. Margaret qui commence à ressentir une angoisse profonde à l’idée d’être loin de lui. Bon sang ce lien est épuisant. « Et les jumeaux… » Elle soupire. « Je ne suis pas suffisamment à la maison pour comprendre totalement ce qu’il se passe, mais ils sont… différents j’ai l’impression. Depuis l’accident, j’ai du mal à les reconnaître et je sais pas quoi dire pour essayer d’arranger ça. » Lea y arrive parfois, mais Maggie n’a pas sa patience. Maggie, elle menace juste parce qu’il y a que ça qu’elle sait faire pour se faire comprendre. Elle est dure. Elle dit les mots qui blessent, mais parce qu’ils l’inquiètent. Elle finit par hausser les épaules. « C’est pour ça que je me dis que je pourrais jamais être maman, j’arrive déjà pas à comprendre mes ado de frères alors mes propres enfants… » De toute façon, peut-elle réellement penser à avoir une famille un jour ? Après le ballet ? N’est-ce pas impossible avec son nouveau statut de porteuse ? De même envisager une quelconque relation amoureuse avec quelqu’un. Aion et elle sont beaucoup trop connectés. « Puis bon papa reste papa et Elizabeth est bien trop prise par son émission pour essayer de faire des efforts avec eux. Il n’y a que le Docteur Griffin qui montre une patience monstrueuse avec les deux. Je sais pas comment elle fait. » Personne n’arrive à comprendre ce qu’il se passe avec les jumeaux et dès qu’on ose poser la question c’est comme si une troisième guerre mondiale s’était déclenchée dans le salon. Ils ont tous plus ou moins abandonnés. « On aurait bien besoin d’une thérapie familiale tous. » Elle se mit à rire. « Comment va ta famille au fait ? Parce qu’on parle de la mienne, mais et la tienne ? » Olivia lui a déjà parlé de ses parents et de ce qu’ils font de leur vie. C’est à partir de ce jour qu’elle a compris qu’on peut travailler dans des domaines totalement différents que ce que font les parents. Olivia Keynes est vraiment un modèle pour Margaret.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 308
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur

we are the ordinary warriors
of this world


D’une certaine manière, elle ment à Maggie, et ça ne lui fait certainement pas plaisir. Mais elle n’a pas le choix. Ça lui fait bizarre, de savoir des choses importantes que la jeune brune ne sait pas. Nathan et Keegan cachent depuis des années leur appartenance au Shield, et maintenant qu’elle est au courant, elle se doit d’être aussi dans la confidence. Sa famille a toujours été restreinte, donc elle n’a jamais eu véritablement ce problème de mensonge, elle. Cacher des choses aux Holmes est plus compliqué… Elle ne sait même pas comment les deux hommes se débrouillent. Maggie explique que Keegan se remet de sa blessure, et Olivia se contente de sourire et d’arborer un air rassuré. « Je ne comprends pas comment il arrive à se mettre dans des situations pareilles à chaque fois, c’est insupportable. » Olivia lâche un petit rire et baisse les yeux pour touiller son thé. Sacré Keegan. Il n’a pas choisi la plus simple des carrières professionnelles, et contrairement à Maggie, la diplomate n’est pas surprise de savoir qu’il finit toujours par se retrouver dans des situations incroyables. C’est la base même de ce qu’il fait tous les jours. Mais encore une fois, elle doit se taire. « Et les jumeaux… Je ne suis pas suffisamment à la maison pour comprendre totalement ce qu’il se passe, mais ils sont… différents j’ai l’impression. Depuis l’accident, j’ai du mal à les reconnaître et je sais pas quoi dire pour essayer d’arranger ça. » Olivia penche légèrement la tête sur le côté. « C’est pour ça que je me dis que je pourrais jamais être maman, j’arrive déjà pas à comprendre mes ado de frères alors mes propres enfants... » La brune ne peut s’empêcher de froncer un peu les sourcils en entendant ces mots. « Puis bon papa reste papa et Elizabeth est bien trop prise par son émission pour essayer de faire des efforts avec eux. Il n’y a que le Docteur Griffin qui montre une patience monstrueuse avec les deux. Je sais pas comment elle fait. » -- « Je me suis toujours posé la question aussi… » avoue Olivia avec un petit sourire en coin. Rose a toujours été très talentueuse dans son domaine, et années après années, elle continue à la surprendre.
« On aurait bien besoin d’une thérapie familiale tous. Comment va ta famille au fait ? Parce qu’on parle de la mienne, mais et la tienne ? » -- « Tout va bien. Ils sont tranquilles, dans leur campagne anglaise, à la retraite depuis peu… » Ça la laisse un peu rêveuse. « Ils se suffisent. Ils sont tellement amoureux, après toutes ces années… C’en est presque irréel. Tant mieux tu vas me dire, ça me permet de ne pas avoir trop de souci à me faire pour eux. » Elle sourit. « Ça fait d’ailleurs un bon moment que je ne suis pas rentrée… L’Angleterre me manque. Mon nouveau travail ne me permet pas de voyager autant que je le faisais avant donc c’est fini, les petits détours par chez mes parents… » Elle parle comme une étudiante, et ça l’amuse un peu.
Elle jette un petit coup d’oeil à l’heure, sur son portable, puis relève les yeux vers Maggie. « Quelle égoïste, je te retiens alors que tu dois être épuisée après ta journée… » Elle sort un billet et le pose sur la table pour leurs deux boissons, comme ça c’est fait. « Tu prends soin de toi, j’espère ? Tu dors bien, tu manges bien, tu t’hydrates bien ? » Elle sourit en se rendant compte qu’elle joue les mamans poule. Maggie a toujours été comme la petite soeur qu’elle n’a jamais eue - elle ne peut pas s’en empêcher. « Dans les prochaines semaines, il faut vraiment qu'on essaie de se trouver un moment pour se voir plus que ça et vraiment profiter d’un moment ensemble quand tu seras tranquille. On pourrait aller faire du shopping ? Ça fait des mois que je n’ai pas eu le temps de me balader… Et je pourrais avoir besoin de ton goût connu et reconnu. Qu’est-ce que tu en dis ? »

_________________

   - it was right there the entire time -
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 266
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2859-margaret-maggie
we are the ordinary warriors of this world
the woman and the little girl

« Tout va bien. Ils sont tranquilles, dans leur campagne anglaise, à la retraite depuis peu… Ils se suffisent. Ils sont tellement amoureux, après toutes ces années… C’en est presque irréel. Tant mieux tu vas me dire, ça me permet de ne pas avoir trop de souci à me faire pour eux. Ça fait d’ailleurs un bon moment que je ne suis pas rentrée… L’Angleterre me manque. Mon nouveau travail ne me permet pas de voyager autant que je le faisais avant donc c’est fini, les petits détours par chez mes parents… » Ça fait sourire Margaret. Olivia a eu un courage immense pour s’arracher à ses racines comme ça. L’Américaine qu’elle est n’est pas certaine d’arriver à survivre aussi longtemps loin de son pays. Surtout maintenant qu’elle est liée à un sorcier, elle ne sait pas trop comment ça peut se passer pour lui. Olivia appuie sur son téléphone pour vérifier l’heure semble-t-il avant de lever les yeux vers elle. « Quelle égoïste, je te retiens alors que tu dois être épuisée après ta journée… » Olivia s’occupe de payer les boissons et Margaret se renfrogne, elle aurait voulu l’inviter, mais elle ne lui a pas laissé le temps évidemment. « La prochaine fois, c’est pour moi. » Fait-elle le plus sérieusement du monde. « Tu prends soin de toi, j’espère ? Tu dors bien, tu manges bien, tu t’hydrates bien ? » Margaret éclate de rire. Elle a fini par oublier comment se comportait Olivia quand elle prend soin de quelqu’un. Sur ce point, elle n’a définitivement pas changé. « Tout va bien ne t’inquiète pas. Je suis mon régime très strict et pas de problème en vue. » Elle sait qu’elle va faire des sacrifices toute sa vie sur la nourriture qu’elle doit manger, sur ce qu’elle doit boire et sur les soins qu’elle doit recevoir en cas de blessures, mais ça ne l’a jamais dérangé. Tant qu’elle n’a pas atteint son objectif, elle ne peut pas et ne doit pas baisser les bras. « Dans les prochaines semaines, il faut vraiment qu'on essaie de se trouver un moment pour se voir plus que ça et vraiment profiter d’un moment ensemble quand tu seras tranquille. On pourrait aller faire du shopping ? Ça fait des mois que je n’ai pas eu le temps de me balader… Et je pourrais avoir besoin de ton goût connu et reconnu. Qu’est-ce que tu en dis ? » Margaret hoche la tête. « Ça marche pour moi. Je dois regarder pour l’emploi du temps ce que ça va donner dans les prochaines semaines, mais je suis totalement pour une journée shopping avec toi. » C’est son péché-mignon et si en plus elle gagne une journée en tête-à-tête avec Olivia c’est encore mieux.

Le serveur qui s’est occupé d’elles jusqu’à présente revient encaisser l’argent et demander si ça a été. Margaret hoche la tête et répond par un sourire. Il leur souhaite une bonne soirée et les laisse récupérer leurs affaires. Margaret – comme Olivia – se dresse et récupère sa veste et son sac. Encore une fois, elles adressent des politesses aux personnes se trouvant dans le café et elles sortent tranquillement. Elle ressent une vive douleur dans tout son corps. Aion avait dit quoi déjà ? Que l’éloignement prolongé n’était pas une bonne idée ? C’est probablement ce qu’elle ressent alors. Elle garde un masque neutre tant bien que mal pour ne pas inquiéter Olivia. Il faut qu’elle rentre. Vite. « On se tient au courant pour une prochaine rencontre ? Et on attend pas autant de temps. » Fait-elle en pointant Olivia du doigt. Elle vient lui déposer un baiser sur la joue et la serrer dans ses bras. « Je te communique les jours où je suis disponible pour cette journée shopping. Rentre bien chez toi et à plus tard. » Elles s’embrassent encore une fois sur les deux joues et chacune laisse l’autre prendre bus ou métro pour rentrer à leurs appartements. Maggie avec ce sentiment d’étouffement et d’inconfort qu’elle ressent quand elle est loin d’Aion.

_________________


you're my world
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

MAGGIVIA // we are the ordinary warriors of this world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Warriors of Crom (WoC)
» New Warriors : semaine 1
» [Partenariat] Warriors Cats Adventure
» Unstoppable Warriors - Communauté Multi-Gaming
» ~ Felinx Warriors ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: funtown :: can't get enough :: days of future past-