Partagez | .
 

 Lémadeus ♦ So... You Wanna Talk ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 332
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2463-lena-i-am-hell-bound
So... You Wanna Talk ?
Amadeus & Léna

Léna claqua la porte de son appartement d’un coup de talon et retira rapidement ses chaussures avant de se diriger vers sa cuisine pour se sortir une bière de son frigo pour ensuite s’affaler dans son canapé en poussant un soupir de contentement.
Elle alluma sa télévision et passa quelques secondes à zapper sur les différentes chaînes jusqu’à s’arrêter sur une rediffusion de Man vs Wild qu’elle laissa en fond. Elle décapsula sa bière et s’allongea sur le canapé, le regard perdu sur son plafond tout en se laissant bercer par le son de la télévision.

Elle ne comprenait pas. Ça faisait quelques semaines que Damien était mort, dans ce même salon -où elle était affalée comme si de rien n’était- et pourtant elle ne ressentait rien. Elle avait été choquée, bien sûr mais pas autant que ce à quoi elle s’était attendue. C’était comme si rien de spécial ne s’était passé, comme s’il était reparti normalement en France.
Mais elle l’avait tué. C’était un accident, bien sûr mais elle l’avait tué et pourtant elle ne ressentait absolument rien. Elle avait remarquée dès l’arrivée d’Eddie que sa mort ne lui faisait rien mais elle s’était persuadée qu’elle en paierait le contrecoup au bout de quelques jours mais non. Elle avait repris sa vie comme si de rien n’était.

Elle n’avait même pas pris de jours de repos à son travail et était retournée bosser dès le lendemain comme si de rien n’était. Elle avait bien remarqué que certains de ses collègues la regardaient bizarrement, comme s’ils se doutaient de quelque chose, surtout Amadeus, mais elle n’y avait pas prêté attention. Elle se contentait de faire son boulot comme à son habitude et ne se posait pas de questions. Jaëger avait bien essayé de discuter avec elle, de comprendre pourquoi elle semblait aussi bizarre -du moins d’après lui- mais elle avait réussi à l’éviter. Lui et ses questions.

Des coups répétés contre la porte de son appartement la tirèrent de ses pensées et la jeune femme se redressa en grommelant. Elle posa sa bière sur sa table basse et se releva péniblement avant de traîner des pieds jusqu’à sa porte. Elle ne prit même pas le temps de regarder de qui il s’agissait et l’ouvrit un peu -trop ?- violemment pour s’immobiliser en reconnaissant Amadeus.
Putain mais qu’est ce qu’il foutait là ? Elle se doutait bien de la raison de la venue de son collègue mais tout de même. Il n’avait rien de mieux à faire que de débarquer chez elle comme ça ? Il faisait parti du HPU à présent non ? Il n’avait pas des mutants à arrêter plutôt que de venir chez elle pour -elle en était sûre- vouloir discuter ?
Elle devait bien le reconnaître, c’était plutôt bien vu de sa part de débarquer comme ça à son domicile. Elle n’aurait aucun moyen de s’esquiver s’il débarquait comme ça après qu’elle ait terminée sa journée. Même si ça la gonflait au plus haut point, elle devait bien reconnaître que c’était bien joué de la part e l’inspecteur.

Léna prit finalement la parole dur un ton clairement désabusé, gardant la porte entrouverte tout en se tenant dans le passage vers son appartement. « Amadeus. Quelle surprise. Est ce que je peux faire quelque chose pour toi ? » Elle ne voulait pas qu’il entre. Elle savait qu’il ne partirait pas sans avoir de réponses à ses questions, même si elle ne comprenait pas pourquoi il tenait tant à discuter avec elle. Elle le connaissait assez pour savoir qu’il ne la lâcherait pas. Ouais, Jaëger pouvait être très têtu quand il avait quelque chose en tête.
Elle fronça légèrement les sourcils, reprenant sur un ton un peu plus sérieux. « Y a un problème au central ? » Après tout, vu la propension qu’avait New York à subir des attaques de toutes sortes, c’était aussi une possibilité à prendre en compte.
Et Léna espérait vraiment que ce soit la raison de la venue de son collègue.

_________________

I'm some kind of monster
Now I'm raging wild
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
So... You Wanna Talk ?
Amadeus & Léna

Il y a quelque chose qui cloche avec Léna. Ça fait des semaines qu’ils ne se sont pas vus, en dehors des rares fois où Amadeus l’a croisée au boulot et elle répond à peine à ses messages. Au début, il s’est franchement demandé si elle ne l’évitait pas parce qu’il est un mutant. Ça lui a fait un mal de chien, de penser que ce qu’il craignait arrivait vraiment, qu’il perdait des proches parce qu’il avait décidé de se recenser, et donc de révéler ce qu’il est réellement. Il a eu envie d’en chialer et puis il s’est souvenu des débats qu’ils ont pu avoir à la station et que Léna n’a jamais été du genre à avoir un discours haineux envers les mutants, alors petit à petit, il a éliminé cette possibilité. Finalement, il s’est demandé si elle l’évitait à cause de l’HPU. Peut-être qu’elle pense qu’il fait une erreur en rejoignant les rangs de ceux qui forcent les mutants à se recenser. Amadeus a bien tenté de lui expliquer pourquoi il a choisi de devenir un agent de l’HPU, mais elle ne lui en a pas laissé l’occasion. Puis les quelques fois où il l’a croisée, le jeune homme a remarqué d’autres choses. Les premiers jours il l’a sentie effrayée, sur les nerfs, il a associé ça au boulot, au stress qu’ils ont tous éprouvés au lendemain des attentats. Mais c’est parti aussi vite que c’est venu pour laisser place à… rien.
Léna a toujours été quelqu’un d’émotif. Si elle est parfaitement capable de se maîtriser et de ne rien laisser paraître sur le terrain, ça ne l’empêche pas d’éprouver tout un tas de sentiments, toujours très fort. Amadeus a appris à gérer son don autour de la jeune femme, alors la trouver aussi… vide, ça l’a convaincu que quelque chose ne tourne vraiment pas rond. Léna ne va pas bien, elle l’évite depuis des semaines et elle lui manque cruellement. Il ne sait pas ce qu’elle traverse et de toute évidence, elle n’a aucune envie de lui en parler et c’est peut-être ça qui fait le plus mal. Elle n’a pas confiance en lui ? Amadeus pensait pourtant qu’ils étaient proches, maintenant.

Il a attendu, en se disant que Léna finirait par se décider à parler. Mais en voyant qu’elle ne semblait toujours pas vouloir lui dire quoi que ce soit, l’agent a fini par en avoir marre. Elle a refusé ses invitations, lui a adressé à peine trois mots au boulot, alors il a compris, c’est à lui de se pointer chez elle, pour être sûr qu’elle ne pourra pas l’éviter, cette fois-ci. Il est rentré chez lui après le boulot pour retirer son uniforme et enfiler des fringues normales, avant d’attraper un pack de bières dans son frigo. C’est leur rituel, ramener de quoi boire quand ils vont chez l’autre et elle a beau lui faire la gueule, ce n’est pas lui qui va arrêter cette habitude. Il y a un bout de chemin de son appartement à celui de Léna, après tout, elle habite à l’autre bout de la ville, mais ce n’est pas plus mal, ça lui donne le temps de réfléchir à ce qu’il va dire, à ce qui peut bien clocher réellement avec la jeune femme. Finalement, il arrive devant l’immeuble plutôt chic où elle habite et au moment où il s’approche de la porte, cette dernière s’ouvre sur un des habitants qui a l’amabilité de le laisser passer.
Coup de bol, ça lui évite de sonner à l’interphone et de rester coincé dehors si elle décide de ne pas le laisser monter. D’un pas décidé, il monte jusqu’au bon étage et s’arrête devant l’appartement de la jeune femme. Amadeus prend une profonde inspiration et toque plusieurs fois à la porte avant d’attendre, espérant qu’elle ouvre. Ce qu’elle finit par faire, un peu violemment d’ailleurs, et elle se fige en le voyant là. Les sourcils du jeune homme se froncent en voyant qu’elle tient la porte entrouverte et n’a clairement pas l’air décidée à le laisser entrer. « Amadeus. Quelle surprise. Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ? » Elle est sérieuse, là ? Putain mais qu’est-ce qu’il lui a fait pour qu’elle se soit transformée en une véritable étrangère en sa présence ?

Le jeune homme serre les dents, parce qu’il sent clairement son agacement et il n’est pas habitué à ce que Léna éprouve une telle chose pour lui. « Y a un problème au central ? » Il se retient de lever les yeux au ciel et au lieu de cela, s’applique à lui adresser un sourire amical. « Non, tout va bien, » dit-il avant de lever la main qui porte le pack de bière. « J’me suis dit que ça faisait un moment alors… j’peux entrer ? » demande-t-il. Autant la jouer cool pour commencer. Si elle refuse… Il n’est pas venu jusqu’ici pour se faire reconduire vers la sortie, alors si elle refuse, il entrera quand même et ils auront une discussion beaucoup moins plaisante que ce qu’il avait prévu.
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 332
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2463-lena-i-am-hell-bound
So... You Wanna Talk ?
Amadeus & Léna

Putain mais qu’est ce qu’Amadeus foutait chez elle ? Ah moins que ce soit pour une urgence au Central, comme elle le lui avait demandé, elle ne voyait pas ce qu’il pouvait bien foutre chez elle. Il n’avait rien de mieux à faire ? Parce qu’elle n’avait vraiment pas l’envie, ni le temps de discuter tranquillement avec lui. Elle pouvait comprendre qu’il veuille lui parler, après tout ils avaient toujours été proches, depuis leurs premiers jours ensemble à Franklyn Station mais merde, il n’était pas assez occupé avec l’HPU ou les Watchers ?

Amadeus lui lança un sourire se voulant sans doute amical avant de répondre. « Non, tout va bien, » Et merde... Donc il était bien là pour discuter. Elle n’en avait aucune envie, mais elle le connaissait assez pour savoir qu’il ne partirait pas sans avoir obtenu ce qu’il voulait.
Il leva sa main et la jeune femme suivi son mouvement du regard avant de l’immobiliser sur le pack de bière qu’il tenait. Ah ouais, il y avait ça aussi. Avec les derniers événements elle en avait complètement oublié leur petit rituel qui consistait à se retrouver pour boire des bières et discuter. Et effectivement s’il lui sortait cet argument là, elle ne pouvait pas le rembarrer comme si de rien n’était.

« J’me suis dit que ça faisait un moment alors… j’peux entrer ? » Léna se força à lui offrir un sourire et ouvrit la porte avant de s’effacer pour le laisser entrer, accompagnant son geste d’un « Je t’en prie. » Bien. S’il ne comptait pas partir, elle accepterait de boire une ou deux bières avec lui, répondrait à ses questions -parce qu’il en avait c’était certain- et le foutrait à la porte en prétextant qu’elle a quelque chose à faire.
Il n’y avait aucune raison que ça se passe mal.

« Installe toi où tu peux, c’est un peu le merdier désolée. J’ai pas trop eu le temps de ranger ces derniers temps. Entre les attentats et les merdes quotidiennes à New York. » Elle ponctua sa phrase par un haussement de sourcils entendu à l'attention de son ancien collègue.
Ce n’était pas totalement faux en plus. Elle avait eu bien d’autres choses à penser, mais peut être que ça ferait comprendre à Amadeus que c’était pour les mêmes raisons qu’elle ne lui avait quasiment pas adressé la parole depuis un moment. Avec un peu de chances ça passerait et il ne serait pas trop insistant sur ce sujet.

Une fois Amadeus entré, la jeune femme referma la porte dans son dos et alla le rejoindre sur le canapé, s’installant à côté de lui avant de reprendre la bière qu’elle avait déjà ouverte en main. Elle la désigna tout en lançant un sourire gêné à son collègue. « Désolée, je t’ai pas attendu. Je pensais pas que tu passerais aujourd’hui. » Non, elle n’y avait pas pensé et elle n’était pas vraiment ravie qu’Amadeus soit passé. Elle ne lui en voulait pas particulièrement, c’était juste qu’elle sentait qu’elle avait besoin de rester seule, de faire le point et de voir le moins de monde possible, y compris Eddie, le temps qu’elle puisse comprendre pourquoi elle avait réagi comme ça. Elle n’avait aucune idée du temps que ça lui prendrait ni même si elle arriverait mais elle préférait éviter tout contact avec ses proches et ses collègues pour ne pas prendre de risques.

Elle avait bien vu comment elle avait réagi lors de l’incident et craignait de pouvoir craquer à tout moment si quelqu’un lui posait trop de questions. C’était peut être stupide d’avoir ce genre de réflexion, d’autant plus qu’elle avait toujours eu tendance à parler quand elle avait des problèmes mais il était question de la mort de Damien. Ce n’était pas le genre de problème qu’elle pourrait régler simplement en en parlant, surtout pas maintenant qu’elle avait fait disparaître son corps avec l’aide d’Eddie. Si elle en parlait elle se retrouverait en taule.

Léna but une gorgée de sa bière, ne quittant pas le blond des yeux et se décida enfin à reprendre la parole après plusieurs secondes de silence vraiment gênant. « Alors ? Comment ça se passe à l’HPU ? Tu t’en sors ? » Elle ne voulait pas vraiment lui poser cette question, après tout elle s’en fichait mais il était venu pour passer un peu de temps avec elle et discuter. C’était le sujet rêvé pour le faire. « Parce qu’en ce moment c’est l’enfer au Central. On aurait bien besoin de toi. » Elle ponctua sa phrase en donnant un coup de coude dans les côtes d’Amadeus avant de lâcher un petit rire et de boire une nouvelle gorgée de bière.

Est ce que c’était une bonne idée de jouer la comédie comme ça ? Elle n’en savait rien, mais elle tentait le coup. Et puis elle avait toujours eu tendance à le faire avec Amadeus, si elle se mettait soudainement à rester sérieuse alors qu’il devait passer un moment ensemble ce serait encore plus bizarre.

_________________

I'm some kind of monster
Now I'm raging wild
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
So... You Wanna Talk ?
Amadeus & Léna

Le sourire fait forcé, clairement. Quant aux émotions qui émanent d’elle… Amadeus n’arrive pas à les démêler. Colère, lassitude, agacement, toutes des choses qu’elle n’a jamais éprouvé en sa présence, du moins, pas lorsqu’ils ne sont que tous les deux. « Je t’en prie. » fait-elle tout de même avant de s’écarter et au moins, elle semble vouloir collaborer, alors Amadeus entre et—

Anxiété.

Bordel, qu’est-ce qui la met dans cet état ? « Installe toi où tu peux, c’est un peu le merdier désolée. J’ai pas trop eu le temps de ranger ces derniers temps. Entre les attentats et les merdes quotidiennes à New York. » Amadeus se fige, la gorge nouée. Alors quoi, c’est vraiment ça, il a vu juste ? C’est parce qu’il est un mutant, qu’elle l’évite et semble avoir… étrangement peur en sa présence ? Il refuse de se dire que Léna fait partie de ces faux-jetons qui sont tolérants tant que ça ne les touche pas eux, ou leur entourage. Ce n’est pas celle qu’il connaît, celle avec laquelle il bosse depuis toutes ces années.
C’est crispé et les dents serrées qu’il s’installe sur un bout du canapé, après avoir déposé le pack de bière sur la table basse. « Désolée, je t’ai pas attendu. Je pensais pas que tu passerais aujourd’hui. » Il a un petit rire, plus nerveux qu’autre chose, et balaye l’air d’un geste de la main. « C’est rien, j’suis passé à l’improviste, désolé pour ça, » s’excuse-t-il avant d’attraper une bière à son tour, pour la décapsuler.

Il n’a aucune idée de comment il peut bien entamer cette conversation. En lui demandant si elle va bien ? Elle ne va pas bien, ça il le sait déjà, puisqu’elle n’agit plus comme la Léna qu’il connaît depuis un moment maintenant. En entrant direct dans le vif du sujet ? Elle est têtue, s’il la braque, il n’en tirera probablement jamais rien et la dernière chose qu’il veut en ce moment, c’est bien perdre Léna. « Alors ? Comment ça se passe à l’HPU ? Tu t’en sors ? » La question le fait presque sursauter, il réalise alors qu’ils sont restés silencieux un moment et gêné, passe une main dans ses cheveux. « Humpf, j’peux pas dire que ce soit l’éclate, » admet-il avec une grimace. « Parce qu’en ce moment c’est l’enfer au Central. On aurait bien besoin de toi. » Le petit coup de côté joueur et le rire pourraient presque lui faire croire que tout va bien, finalement.

Presque.
Parce que si son rire sonne presque vrai, les émotions qu’elle dégage sont si confuses et tout sauf positives, alors Amadeus est incapable de tomber dans le panneau. Le jeune homme vide sa bière de moitié, cherchant à se donner du courage, puis se tourne vers Léna et plonge son regard dans le sien. « Il y a quelque chose qui cloche, » lâche-t-il sans traîner. « Et je sais pas si c’est parce que tu m’en veux de pas t’avoir dit que j’étais un mutant, ou si—ou si c’est parce que je suis un mutant, » Sa gorge se noue et ses doigts pianotent nerveusement sur sa canette de bière à cette idée. « Ou si—ou si j’me plante complètement et que c’est autre chose qui te perturbe, si ça n’a rien à voir avec moi et—bref, je sais pas ce que c’est, mais je sais que ça ne va pas, et-- » Il déglutit avec difficultés. « Et si c’est moi alors je suis désolé, » croasse-t-il d’une voix un peu rauque.
« Mais si c’est autre chose, tu sais que tu peux m’en parler, right ? » demande-t-il, les sourcils froncés. D’accord, il est peut-être mal placé pour lui dire ça, alors que lui-même n’a pas été fichu de lui parler de son don d’empathie mais… il avait peur. Il avait peur et il a toujours eu tellement l’habitude de tout faire pour le cacher, que c’était tout simplement devenu une partie de lui, ce mensonge permanent.

Il ne veut pas de ça pour Léna.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Lémadeus ♦ So... You Wanna Talk ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)
» "You wanna talk about a problem? I sell ice for a living." Kristoff - Frozen
» Fred ♦ I wanna talk to you !
» I wanna talk tonight 'bout how you saved my life || relations de Hank Pepper
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-