Partagez | .
 

 To serve and protect | Kanoa Turner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Kanoa E. Turner
You're talking to me ?


identité
Nom et Prénom : Kanoa Ethan Turner. Un prénom qui trahit ses origines hawaïennes et qui signifie "Libre". Alias : Brawler, qui lui vient de son côté bagarreur. Âge : 36 ans. Lieu de naissance & nationalité : Kahului, Hawaï. Americain. Métier : Lieutenant de la HPU, pour protéger (en quelques sorte) et servir (des pains dans la tronche, au besoin). Statut civil : Célibataire, sans enfant. Orientation sexuelle : Hétéro. Particularités : Kanoa a, depuis quelques années, perdu son bras droit et est donc manchot. Cependant, il a été le cobaye d'une technologie révolutionnaire de prothèse. En effet, ce qui lui reste de son membre manquant possède un émetteur qui est capable de faire apparaître un hologramme de son bras, hologramme dont il peut maîtriser la densité pouvant le rendre tangible ou même indestructible. Il contrôle parfaitement ce membre comme si c'était son bras réel. Cet hologramme est également capable de créer d'autres sortes de "bras", comme une épée ou même une masse. Il serait également capable de créer des objets plus complexes mais celà demande à Kanoa d'en connaître le fonctionnement et les différentes parties. De plus, il est incapable de créer un projectile à envoyer (il serait capable de créer une arme à feu au bout de son bras, mais serait obligé d'avoir des balles à mettre dedans). L'autonomie de ce bras est de 48 heures avec une utilisation non-stop et utilise une batterie fonctionnant au palladium (cependant, comme la demande en énergie est plus faible, il ne possède pas les mêmes défauts que l'utilisation de Stark). Il coupe cependant son bras lorsqu'il est au bureau. Bien que l'arme de service des policiers de New-York soit le Glock 19, il utilise un Model 629 Performance Center, un magnum. Affiliation : HPU.

interview
Que pensez-vous de la situation actuelle et des dernières décisions du gouvernement ?  Il y a quelques années, j'aurais été pour la plupart des décisions du gouvernement. Mais les choses ont changé et, même si dans le fond, je suis plutôt pour, dans la forme, je pense que l'on fait fausse route. Recenser les dangereux mutants, ou méta-humain en général, n'est pas une mauvaise chose, mais de mettre une marque sur chacun d'entre eux, de faire passer des portiques aux gens pour être sûr que ce ne sont pas des mutants. Ce n'est pas la bonne façon de faire, est-ce qu'on fiche tous les humains sous prétexte que certains volent des banques ? C'est pour ça que j'ai demandé mon transfert à l'HPU, pour essayer de faire changer le raisonnement de l'intérieur.
Pensez-vous que les Superhéros soient une bonne chose ? Je pense qu'ils sont nécessaires, dans certaines mesures. En tant que flic, en tant qu'ancien militaire, je trouve qu'il prenne un peu trop de liberté par rapport aux lois. Nous sauver d'une menace extraterrestre, c'est bien, mais laissez aussi les agents des forces de l'ordre faire leur boulot. On ne peut pas forcément tous soulever des montagnes, mais on n'est pas inutile non plus et pas juste pour sécuriser un périmètre.
Qu'est-ce qui vous a poussé à combattre le crime ? Je trouve la question mal posée, cela insinue qu'il y a un autre choix logique que de faire le bien ? Je n'ai pas vraiment choisi de combattre le crime, j'ai surtout choisi de faire ce qu'il fallait. Ce sont ceux qui choisissent de faire le mal qui sont dans le faux et il est donc du devoir des policiers de faire régner l'ordre.
Êtes-vous satisfait de la profession que vous effectuez actuellement ? J'essaye de changer les choses à mon échelle, j'essaie de bien faire mon boulot. C'est pas tous les jours facile mais on s'accroche pour que tout aille pour le mieux. Mais dans l'ensemble, je suis plutôt content, quand on termine la journée, du boulot qu'on a abattu donc l'un dans l'autre, je peux dire que j'aime le boulot que je fais.


biographie
You just earned yourself a dance with the devil
Je me nomme Kanoa Ethan Turner. Ce prénom me vient de ma mère, une hawaïenne travaillant dans un bar de ce que l'on appelle vulgairement un piège à touriste. C'est d'ailleurs là qu'elle a rencontré mon père, un des fameux touristes en vacances sur cette île paradisiaque. Entre eux, cela a été le coup de foudre, du moins, c'est toujours comme ça qu'on me l'a décrit. Mon père lui, était un jeune avocat mais qui, très vite, arriva à se faire un nom dans la ville où nous habitions. Il réussit notamment des affaires des affaires que tout le monde pensait perdues d'avance. C'était une personne très intelligente mais également très intègre. Je me souviens, alors que je n'étais qu'un enfant, de la visite de personne en costume à la maison, proposant des contrats à mon père, qu'il refusait en leur priant de partir. Ce n'est que bien plus tard que je compris qu'il s'agissait de la mafia locale qui cherchait à engager mon père pour leur affaire peu scrupuleuse et souvent illégale. Refuser leur proposition était très dangereux, mais mon père était prêt à prendre ce risque, malgré les menaces.

Il fallut quelques années pour que les menaces arrivent à exécution. C'était une journée d'été, le ciel était bleu, sans le moindre nuage et notre famille se promenait tranquillement comme elle avait l'habitude de le faire. Sauf qu'un homme se posta devant nous. Je suis incapable de vous répéter ces paroles, tout étant allé trop vite, je me souviens par contre du bruit du chien de l'arme et de la détonation qui s'en suivi, aujourd'hui encore, ce son raisonne dans ma tête. Le corps de mon père tomba sur le sol, inanimé, sous les cris de ma mère horrifiée. L'homme tant qu'à lui, lâcha l'arme sur le sol puis fit quelques pas au milieu de la rue, se couchant sur le sol et attendant la police, le sourire aux lèvres. Je regardais le cadavre de mon père, ne réalisant pas encore ce qui venait de se passer avant que ma mère me cache le visage pour me protéger. Le procès qui en découla ne fut qu'une vaste blague, une parodie où les acteurs n'étaient que des avocats véreux et des juges à qui on avait graissé la patte. J'étais en colère contre ce système qui, avec l'absence de mon père, n'était plus qu'un simulacre. Un jour, je pourrais me venger, un jour, ils le payeront tous.

Dès mes 18 ans atteint, je suis entré à l'armée, dans le corps des Marines. Assez vite, je me suis fait remarquer, autant en bien, par mes faits d'arme, qu'en mal, par mon manque de subordination parfois. Si un ordre me semblait aller à l'encontre des principes même que l'on se devait de défendre, je l'exécutais pour ne pas risquer la cour martiale, mais je faisais comprendre ma désapprobation. Les gars de la troupe organisaient souvent des combats entre militaire histoire qu'on ne rouille pas entre les missions. J'étais devenu plutôt bon à ce jeu et raflait souvent les paris après avoir distribué des pains dans la tronche du mec en face. C'est à cette époque que les gars ont commencé à me surnommer Brawler, l'homme qui aimait la bagarre. Cette nuit, la mission n'était pas autorisée, j'avais moi-même pris l'initiative de la mener à bien alors qu'un supérieur nous en avait dissuadé. Des hommes de notre compagnie, dont le gradé qui s'occupait de nous et qui ne me portait pas dans son cœur pour les raisons citées plus haut, avaient été capturé et était retenu prisonnier dans un coin non loin de là. Au début, j'avais voulu m'en sortir seul mais d'autres soldats sans doute aussi fêlés que moi, avaient décidé de me rejoindre pour sauver ce "fils de p***" comme ils l'avaient appelé. L'opération fut rapide, nos ennemis ne s'attendant pas à des représailles aussi rapides et aussi millimétrées. Aucune balle ne ratait sa cible et ils n'eurent même pas le temps d'armer leur mitraillette qu'ils étaient déjà à terre. Après ce sauvetage, notre supérieur devint plus gentil à notre égard, conscient de la dette qu'il avait envers nous, mais poussa également pour que je sois décoré et que je monte de quelques échelons la hiérarchie.

Je me réveille sur un lit, ma vue est trouble et ma tête me fait extrêmement mal. Je veux porter mon bras à mon front mais me rend compte avec horreur que ce dernier a disparu. Le médecin vient me voir et m'annonce la terrible nouvelle. Mon escadron a été décimé et je suis le seul survivant, ne m'en étant pas non plus sorti indemne. J'essaye de relier mes souvenirs dans ce cerveau qui a l'impression de se réveiller d'un lendemain de cuite. Je me souviens, vaguement, d'une mission, un affrontement entre les deux armées dans une ville désertée depuis quelques semaines déjà. Ils l'avaient, nous voulions la leur reprendre. L'opération se passait bien, nous gagnions du terrain petit à petit quand… oui, il était là, un homme, un soldat de l'armée adverse qui avançait seul devant nous. Sans plus attendre, on fit pleuvoir les balles dans sa direction mais aucune ne semblait l'arrêter, il continuait à avancer, le sourire aux lèvres. Puis, son corps prit une teinte rouge, des veines écarlates apparaissant sur son visage et un rire malsain avant une explosion. Je ne devais mon salut qu'à l'un de mes hommes qui se trouvait malheureusement devant moi à ce moment. Je ne restais conscient que le temps de voir l'homme qui venait d'exploser se tenir debout devant moi. Comment était-ce possible ?

Suite à ses évènements, j'eus une permission pour rentrer chez moi, voir ma mère. La maison n'était pas dans son meilleur état et elle non plus d'ailleurs. Elle semblait malade, fatiguée et apeurée également. J'avais beau lui demander ce qui n'allait pas, elle me répondait toujours par la négative. Il fallut qu'un soir, je reconnaisse le visage de l'un des hommes qui venaient chez moi parler avec mon père. Il avait certes les cheveux plus blancs, mais il ne faisait aucun doute que c'était le même homme. Ainsi, m'avoir pris mon père ne leur suffisait pas, après mon départ, il était venu s'en prendre à ma mère, lui extorquant de l'argent, la battant et parfois même pire. C'en était trop, l'heure de la vengeance avait sonné. Je vais vous passer les détails de cette soirée, de comment je suis arrivé à leur club privé et de comment je les ai blessés les uns après les autres, brisant leur os autant que mon seul bras encore valide le pouvait. Lorsqu'il n'en resta plus qu'un de conscient, je lui fis comprendre qu'il s'était attaqué à la mauvaise personne et qu'il ne recommencera plus. Il me le jura également et il ne pensait pas si bien dire alors que mon arme tira à son tour une balle, provoquant le même son que celui qui avait tué mon père. Je pensais que le procès allait me conduire tout droit en prison, mais le jury, composé d'homme et de femme qui avait déjà eu affaire à la famille que je venais d'anéantir était bien trop ravi de leur disparition que pour me condamner, me déclarant non coupable et ayant agi sous la légitime défense. Cependant, mes actions n'étaient pas dignes d'un militaire et je dus malgré tout quitter l'armée.

Six années se sont écoulées depuis ce jour. Ma mère est morte il y a maintenant cinq ans, emportée par une maladie que son corps fragile ne put supporter. J'ai quitté les îles pour me retrouver à New York et j'ai trouvé une place de flic il y a trois ans. Certes cette histoire à Hawaii n'avait pas joué en ma faveur, mais mes états de service à l'armée avaient vite balayé tout ça. Je n'étais à leur yeux qu'un héros de guerre et pour certains, un héros qui avait démantelé à lui tout seul une mafia bien qu'il ne s'agissait que de bruit de couloir, de légende qu'on racontait pour faire peur aux petits nouveaux. Mon handicap cependant me forçait à faire du travail de bureau plus que des patrouilles sur le terrain. C'est alors qu'une compagnie me contacta pour un nouveau produit miracle. Son nom était l'AIM, tenue par un certain Aldrich Killian, et parlait d'un projet Extremis pour faire repousser mon bras. Je n'étais pas très chaud à l'idée qu'on expérimente sur moi un traitement de la part de scientifique qui voulait jouer à Dieu et ce dernier ne m'inspirait pas non plus confiance. Je refusais donc gentiment l'invitation et le futur me donna raison quelques années plus tard. Mais l'idée de récupérer un bras ne me déplaisait pas et je me mis en quête d'une alternative. Je tombais alors sur un autre laboratoire qui travaillait sur des prothèses révolutionnaires. Une prothèse qui répondrait aux moindres de mes mouvements comme un véritable bras. Etant un cobaye de leur création, je n'eus même pas à payer pour l'expérience. Cependant, ils avaient oublié de me parler de la douleur qui allait l'accompagner durant les premières semaines, le temps que mon corps s'habitue à ce nouvel appareil greffé à mon épaule. Je pouvais maintenant faire apparaître un hologramme et contrôler sa densité comme bon me semblait. Assez vite, je retournais alors sur le terrain, ayant retrouvé toutes mes capacités et, retournant au laboratoire, je proposais quelques améliorations pour m'aider dans mon travail.

Puis, la nouvelle tomba sur ces gens, méta-humains qui possédaient des pouvoirs. Rapidement, cette annonce lors de l'attaque d'Alcatraz me fit penser à l'homme qui m'avait pris mon bras. Il était donc un mutant et, alors que certains se retrouvaient outrés de ce qu'on voulait leur faire subir, je ne ressentais aucune empathie pour eux. Aussi, lorsque je dus enquêter sur des combats clandestins et qu'il s'agissait visiblement de combat entre mutants retenu prisonniers, je me posais la question de quoi faire, les sauver ou les laisser à leur triste sort. La rage au ventre, j'acceptais de faire ma mission et lança l'opération pour démanteler une nouvelle organisation criminelle. L'opération se passa presque sans bavure, les mutants partant le plus rapidement possible pour retrouver dans les étages de ce bâtiment abandonné le chef de clan. Ma surprise fût grande lorsque ce dernier se révéla être également un mutant et qu'il me projeta par la fenêtre. In extremis, mon bras attrapa le bord de la fenêtre mais n'arrivait pas à avoir une assez bonne prise et je commençais à glisser. Décidément, les mutants n'apportaient jamais rien de bon. Je regardais en bas pour évaluer la distance qui me séparait du sol et m'apprêtait à la chute lorsque ma prise s'interrompit. Mais je fus rattrapé par une autre personne qui me haussa à l'intérieur non sans mal. Je le remerciais mais il me répondit que c'était un juste retour des choses après ce que j'avais fait pour lui. Me demandant qui il était, je reconnu alors son visage, il était l'un des mutants se battant dans l'arène et que je venais de libérer.

Je pris quelques temps pour me remettre en question. J'avais été stupide de penser que les mutants étaient forcément méchants parce qu'il y avait une ou deux pommes pourries dans le tas. La HPU fût alors crée et, voyant ce qu'elle proposait, je fus dans un premier temps contre. Puis, les semaines passant, j'ai accepté mon transfert dans cette section. Je n'étais pas d'accord avec tout ce qui était dans les lois que nous devions faire respecter mais j'étais convaincu que de l'intérieur, je pourrais changer les choses petit à petit. Je dirige donc une petite troupe avec moi, comme au bon vieux temps et je m'occupe des affaires mutantes. Lorsqu'un crime est commis, ou un vol, ou toute autre infraction et que c'est un des méta-humains qui a fait le coup, c'est nous qui nous en chargeons pour le coffrer.


irl
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ; You start to know me. Fréquence de connexion ; Every day, every night, every time. Que pensez-vous du forum? ; Prout. Comment l'avez-vous découvert ? Re-prout.   Célébrité choisie ; Dwayne "The Rock" Johnson. Credits (avatar, icon etc.) ; tumblr.



Dernière édition par Kanoa E. Turner le Sam 17 Sep - 18:29, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 806
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Bijouuuur patronus
Bien du courage pour ta fiche ♥
Can i have your autorisation to drug me with eraser? *out*
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
aahayayayaya dwayne johnson ! :perv: :perv: super choix :fiesta: :hahaha:
re-bienvenue parmi nous et bon couraaaaaaage pour ton nouveau jouet! :waw:
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Merci à vous deux :waw:

Ellen : Seulement si tu te suicide pas après xD
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 806
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Sans aucune pitié tu es, c'est nul. *out*
#LeaveSuicideGirlAlone xD
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 1132
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2165-yelena-the-second-litt
Dwayne Johnson :bave: tu peux me menotter quand tu veux

re-bienvenue et courage pour le reste de ta fiche :keur:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
CE CHOIX DE VAVA :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric: :hysteric:

Hellcome back chez toi mon p'tit poulet :hero:

Bon courage pour la suite de la rédaction de ta fiche :whaaat:
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Merci <3

Ellen : Je ne veux pas perdre mon meilleur élément, c'est pour ça xD

Yelena : commet un crime, je serais à tes trousses xD
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners • trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 806
it's a revolution, i suppose
Prisoners • trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Cette excuse toute bidon. :mdr:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Re-bienvenue et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Ellen : Mais c'est vrai... et ce n'est absolument pas parce que tu es la seule officiellement de l'équipe de Kanoa que je dis ça xD

Merci Philou (faudrait deux smileys qui font the world's most epic handshake pour se dire bienvenue entre hommes viriles *out*)
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 1632
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Rebienvenue
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Re-merci Kid Icarus
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 250
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur
DWAYNE THE ROCK JOHNSON!!!!!!
meilleur choix d'avatar du monde.
jpp.

rebienvenue parmi nous, tu connais la maison. bon courage pour ta fiche avec ce personnage très prometteur.

_________________

they are trash but they are my trash
Revenir en haut Aller en bas


hpu • protect humanity
avatar
MESSAGES : 73
it's a revolution, i suppose
hpu • protect humanity
Voir le profil de l'utilisateur
Merchiiiiiii
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

To serve and protect | Kanoa Turner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ike Turner est mort !
» Haiti and the Danger of the Responsibility to Protect
» Alex Turner
» William Turner, le Forgeron [Need a second validation]
» Galerie dédiée au corps d'Alex Turner et aux dessins d'un strangulot ( mais surtout sur le corps d'Alex :D)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-