Partagez | .
 

 Poséidon II [Gunner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 206
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Poséidon II [Gunner]   Dim 11 Sep - 20:40
Lydia Silverburgh attendait patiemment sous un pont, adossée à la portière de sa nouvelle voiture de « fonction ». Elle avait abandonné un tantinet la précédente suite à une soirée surprise avec un amant qui s’était révélé être un brin trop « dangereux », à pointer des armes à feu sur quelques conquêtes atypiques comme la blondinette. Elle s’en était sortie sans tuerie, et elle était fière ! La méthode, par contre, était discutable. Lancer une grenade dans la pièce pour surprendre le dit amant, et l’abandonner ainsi dans la chambre empoisonnée qui risquait de ne plus exister dans une dizaine de seconde, était-ce discutable selon votre point de vue ? Elle était certaine que son collègue du jour pour une mission assignée par l’HYDRA ne dirait pas le contraire ! Gunner, un spécialiste des explosions, et elle avaient comme objectif de faire couler un bateau – et de s’assurer que tout l’équipage était mort. C’était d’ailleurs ce dernier qu’elle attendait sous le dit pont. Elle l’avait déjà contacté au préalable avec son portable, en indiquant l’adresse et le lieu. Ils pourraient choisir un lieu pour discuter de la mission paisiblement, puis la mettre en œuvre dans les jours à venir. Car oui, aussi bipolaire et tête brûlée soit-elle, elle avait appris à « préparer » son terrain.

Pendant l’attente, elle était encore et toujours sur son téléphone, à regarder les dernières nouvelles de quelques célébrités, s’amusant de certaines anecdotes, ou s’extasiant devant le style de certains. Etonnant pour certains, ce membre de l’HYDRA, reconnu pour sa folie bipolaire et sanguinaire, n’en restait pas moins une femme amoureuse de mode, de bien-être et de beauté. Ce trait s’était davantage développé lorsqu’elle était la partenaire de Braiden, dans l’objectif évident d’être l’unique et le seul intérêt du blond en ce bas-monde. Comme l’expérience d’agent de couverture du SHIELD l’avait montré, la tentative fut un échec. Il était tombé dans les bras « d’une » ou « d’un » autre. Elle devait encore déterminer qui.

Non loin, elle entendait le moteur d’un véhicule. Elle rangea aussitôt son appareil nomade, mis une main sur la hanche, et l’autre un tantinet au dos, non loin de son arme. En ces temps durs où les justiciers vadrouillaient vaillamment avec leurs collants multicolores, on n’était jamais trop prudent ! Quoi donc ? Pensez-vous qu’il y a erreur dans l’expression ou la personne ? Nullement ! Figurez-vous que même les « méchants » de l’histoire peuvent se sentir extrêmement harcelés, indésirés … c’était la triste destinée de cette caste, diriez-vous. Cependant, il reste encore des hommes et des femmes avec deux mains et deux pieds et même un cœur. Que dites-vous ? Tuent-ils ? Uniquement pour leur propre intérêt. Ou plaisir. Jamais pour autre chose, croix de bois, croix de fer !

- Shell Shock ? demanda-t-elle.

C’était rare qu’elle contacte un autre membre de l’HYDRA en dehors des « alias » attribués aux agents. Les rares à la connaître en tant que Lydia Silverburgh sont assez rares, presque à compter sur les doigts d’une seule main. Si l’alias de Gunner n’indiquait pas clairement ses talents- quoique, le « shock » pour ses talents d’explosifs-, l’alias de Lydia donnait assez vite le ton. « The Reaper » était en soit un augure de mauvais présage mais surtout, il était accompagné de pas mal d’anecdotes sanglantes à son sujet – entre les équipiers tués, puis les corps ramenés à la vie pour tuer encore plus … Une réputation qui surprenait plus d’un lorsqu’il la rencontrait : blonde, belle, « presque » angélique avec son petit sourire ou regard rieur, et ce style vestimentaire qui semblait indiquer qu’elle était plutôt bien dans sa peau et dans sa tête. Décidément, elle était très loin de l’archétype du fou sanglant aux pupilles dilatés, avec sa camisole et les cheveux frisés comme s’il y avait eu un choc électrique au préalable …
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Mar 13 Sep - 12:03

Poséidon II
Feat. Lydia Silverburgh
Cette mission si vous l'acceptez sera de faire exploser des trucs. Comme si Gunner avait l'habitude de refuser un job contre quelques pièces sonnantes et trébuchantes ou beaucoup de billets en petite coupure dans une mallette. La cible, aujourd'hui, c'était un bateau à faire couler avec un autre agent de l'organisation au poulpe. Le mercenaire, comme son titre l'indiquait, n'était pas un disciple de leur crédo, juste une paire de bras supplémentaire pour les missions suicidaires, ce dernier ne connaissant plus ce concept depuis son accident. Toujours aussi joueur, il était déjà là, son arsenal sur le dos non loin du point de rendez-vous avec une belle blonde. Son masque de cuir sur le crâne, ses lunettes spéciales lui permettaient de l'observer depuis son perchoir sur les toits non loin. A la base, il était là pour repérer les lieux, mais il n'y avait aucun mal à également apprécier les jolies courbes. Elle se faisait surnommée "The Reaper", un surnom qui impliquait bien souvent une faux, un long manteau et une apparence squelettique, trois attributs qui ne lui correspondaient pas. Gunner tapota sur son ordi pour mettre en marche le jet pack qu'il avait récupéré dans les locaux secrets de l'Hydra et adapté à son lance-grenade modifié. Il décolla pour se rapprocher du lieu du futur crime mais en restant à une assez bonne distance pour ne pas être entendu et continuer à pied. Il en profita pour se rouler une cigarette et la porter à sa bouche. Dans un recoin sombre du pont, il attendait encore un peu, voyant une voiture arriver à loin. Jamais moyen d'être tranquille quel que soit l'heure, enfin. Une fois la voiture passée et son nom retentissant dans le semi-calme des lieux, il se décida enfin à sortir de l'ombre. "Who did you expect ? Le père Noël ?" Si c'était le cas, elle allait être déçu, Gunner ne s'habillait jamais en rouge et n'aimait pas porter la barbe.

Il s'approcha alors de sa compagne de mission d'un pas assez désinvolte comme il pouvait toujours le faire, allumant le tube de tabac qu'il avait toujours au bec. "Alors Beauté, tout se passe bien ?" Il posa la question alors que lui-même avait déjà préparé dans sa tête tout ce qu'il lui fallait un peu plus tôt. Sous ses allures de fou, si l'ancien militaire avait gardé quelques choses de ses entraînements passés, c'était bien cette faculté à prévoir un plan B. Peu de gens s'attendaient à ce qu'un être ne connaissant plus la peur et le danger se trouvait un stratège qui avait toujours un coup d'avance sur l'échiquier, et souvent, ça impliquait de faire sauter la reine dans un feu d'artifice où le seul commentaire qu'on pouvait donner c'était : Oh la belle rouge. Il se posa devant la rambarde de pont, posant ses bras dessus et expirant la fumée de ses poumons. Il regardait la future épave et les gardes qui organisaient des rondes, ignorant totalement ce qu'ils gardaient. Ce genre de question ne faisait pas partie du contrat, les deux seuls questions qui l'importaient au moment d'accepter un contrat étaient qui et quand, voire peut-être comment si le client avait des requêtes spéciales. Qu'ils soient gentils ou méchants, que ce soit un simple clampin ou le président des Etats-Unis, ça ne posait aucune différence et aucun cas de conscience pour le mercenaire. "Alors comment est-ce qu'on procède ?" demanda-t-il en se redressant, appuyant sur l'un de ses ordis, ce qui enclencha l'arrivée d'une grenade le long de son bras pour le loger dans de canon du lance-grenade.


Dernière édition par Gunner C. Blake le Ven 13 Jan - 11:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 206
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Dim 18 Sep - 0:25

Beauté, Barbie, « Ma pute » … tant de sobriquets élégants dont on l’avait gratifié tout au long de sa carrière. Ceux qui avaient utilisé « Beauté » s’en sortaient souvent pas trop mal. Par contre, pour « Barbie », ils avaient droit à une petite chirurgie esthétique de la part de Lydia même, pour – et nous citons – « fabriquer un parfait Ken ». Quant au dernier « surnom », ces derniers n’avaient guère vu le lendemain bien trop souvent. Autant dire, si ce cher « Shock Shell » ne risquait rien à cet instant, il jouait sur un terrain glissant. Cependant, Braiden pourrait être un bon témoin, il en fallait peu pour que Lydia voit rouge. Littéralement.

« Il vient d’où ? » se demanda-t-elle en observant les environs, à la recherche d’une réponse à la question. Elle était certaine d’avoir été prudente, et d’avoir été dans un sacré angle mort pour tout tir sniper et surtout, positionnée de telle sorte qu’elle voyait ses environs. Enfin, en théorie : où était son propre angle mort ? Cependant, et malheureusement, elle ne pouvait pas s’y pencher longuement sur cette question-ci que son collègue de ce soir demandait comment procéder.

- Très simple. J’ai un talent particulier qui me permettra de faire poser les dites bombes là où l’on veut, par les personnes qui gardent ce bateau même, disait-elle avec un sourire mêlant fierté et un brin de sadisme. Et si les choses tournent mal, je dirais que l’on tire à vue les rares poulets qui ont réussi à fuir.

Dira-t-elle plus ? Elle hésitait, à vrai dire. Son talent était plus ou moins connu de ses partenaires, voire même de ses ennemis suite à sa couverture grillée au SHIELD. Un pouvoir qui, seul, n’avait pas vraiment autant de puissance et d’utilité que lorsqu’elle faisait équipe avec Braiden. Avec lui, son style et ses particularités se complétaient. Sans lui … Elle avait à improviser de « trop ». Voire à se découvrir « trop ».

- Je te propose de me couvrir les arrières à distance, pendant que je me charge de placer tes bombes. Et après, on se pose à une terrasse, on sirote tranquillement nos verres pour cette fin de journée de travail, tout en admirant notre oeuvre de loin !


Finalement, elle n’était pas volontaire à partager trop vite son secret, soit réanimer les capacités motrices des corps morts. D’une, elle n’aimait pas vraiment ce pouvoir-là – elle regrettait à chaque utilisation, son côté humain dirions-nous – et de deux, ce n’était clairement pas le pouvoir qui mettait en confiance tout nouveau partenaire, ponctuel ou sur la durée.

- Evite juste de me réduire en cendre, s’il te plaît, demanda-t-elle sérieusement.

Croyez-le ou non, elle en avait rencontré des cas au sein de l’HYDRA. Certes, elle était bipolaire mais elle restait lucide une partie du temps. Et durant ces instants de lucidité, elle les perdait vite au vu de la folie de certains. Définitivement, pour vivre dans un monde de fou, il fallait l’être. Entre la folle qui bouffait – ou tuait, elle ne se souvenait plus – ses amants après chaque coucherie ou encore celui qui bouffait des tripes crues en petit déjeuner … Ou alors était-elle avec ces énergumènes, dans ces « cellules » spéciales, étant un cas elle-même. Telle était la question.

- J’ai des oreillettes pour que l’on reste en contact constamment. Mon oreillette est davantage cette jolie boucle d’oreille. Pour toi ….

Pour « toi », c’était davantage une simple oreillette discrète. Elle ne savait jamais ce qui plaisait aux parfaits étrangers, alors elle s’en tenait au classique pour eux. Et elle restait plantée, là, à attendre une réponse du dit partenaire, en sortant entre temps un poignard dont elle  vérifiait la lame aiguisée, puis un flingue avec son silencieux dont elle s’assurait qu’il était rempli à bloc. En théorie, elle n’aurait pas à les utiliser, mais « au cas où ».
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Ven 23 Sep - 16:06

Poséidon II
Feat. Lydia Silverburgh
Gunner écoutait le plan sans réellement y prêter attention. Pour lui, une opération à plusieurs se déroulait souvent de la manière suivante : Fait ce que tu penses et laisses moi exploser des trucs, je me débrouillerais. Il n'était pas contre avoir un plan, loin de là, mais les seuls qui l'intéressaient étaient les siens, autant dire qu'il faisait les choses à sa façon et les autres n'avaient qu'à s'adapter. Gunner tira sur sa cigarette roulée pour laisser s'échapper de la fumée tel un dragon attendant son heure. Il aurait pu presque s'amuser à faire des cercles avec la fumée juste pour faire passer le temps. Néanmoins, le plan de Reaper était tout ce qu'il appréciait, à savoir rester loin pour déchaîner sa folie destructrice à qui approchait. Malheureusement, ce genre d'opération demandait de la discrétion, il n'était pas question de directement sortir la grenade au Napalm et écouter les cris de ces pauvres êtres se consumer. D'autant plus qu'il risquerait dans le même mouvement d'abimer le joli minois de la donzelle, inadmissible. "Si tu n'as pas de contrat sur ta tête, il n'y a aucune raison que je te touche. Le tout est de savoir si tu as des ennemis assez fous pour m'engager." L'appât du gain était toujours le plus fort pour le mercenaire et, si cette mission n'était qu'un prétexte à faire exploser sa tête, ce ne serait rien d'autre, quoi que, il ferait sans doute sauter le bateau aussi pour toucher le salaire de cette mission également.

Il attrapa la petite oreillette qu'on lui présentait, du modèle tout ce qui avait de plus conventionnel. Habitué à bosser en solo, il n'en avait jamais eu l'utilité et c'est pourquoi tout son arsenal n'en était pas pourvu. Et vu comment le vent n'allait pas tarder à tourner pour lui, il ne risquait pas d'en avoir encore l'utilité pour les membres du poulpe. Il souleva un peu la cagoule en cuir de son costume pour y placer l'oreillette simplement. "De toute façon, les boucles d'oreille ça n'a jamais été mon fort." Lança-t-il ironiquement à son attention "Test, test, tu me reçois ?" il était toujours important de tester son matériel avant de partir à l'aventure et il voulait être sûr de pouvoir parler avec la belle avant qu'elle n'appelle à l'aide dans le vent. "Je pense que tout est en place, ou presque." Il arma le canon de son arme en direction du bateau, juste un peu plus vers les quais. Ses lunettes de visée lui indiquait tout ce qu'il devait savoir, la direction du vent, sa force, les différentes distances, bref tout ce qui pouvait être utile pour envoyer ses projectiles. Il tira la sphère qu'il avait précédemment chargée et qui tomba sur le quai, ne provoquant aucune déflagration, aucun son audible, rien. Sans dire un mot, il pianota sur l'écran de l'ordi rattaché à son arme, un plan apparu alors et par intervalle régulier, des petits points faisaient leurs apparitions. Il cliqua sur chacun d'eux et lorsqu'il regarda à nouveau le bateau, les différentes cibles étaient à présent marquées et repérées, il en allait de même pour la personne accompagnant le mercenaire. A son départ, ce qui risquait de lui manquer, c'était bel et bien les petits gadgets qu'il pouvait y trouver et adapter à ses joujoux, ici ce sonar se révélait utile. Il arma deux autres projectiles dans chacun des lance-grenades. "Je t'en prie, tu peux y aller, je ne voudrais pas les faire attendre.
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 206
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Dim 25 Sep - 22:00

- Si tu n'as pas de contrat sur ta tête, il n'y a aucune raison que je te touche. Le tout est de savoir si tu as des ennemis assez fous pour m'engager.

Elle tiqua à cette phrase-ci. D’une, elle n’appréciait nullement cette affaire de mercenariat et craignait sincèrement être le « véritable » boulot de ce mercenaire en cette belle soirée à peine étoilée à cause de la pollution causée par ces formidables lumières artificielles. De deux, elle avait « trop » d’ennemis, soit à cause de l’HYDRA et ses multiples missions suicidaires ou contre-éthiques, soit à cause de ses accès de folie qui l’obligeaient à se prendre « random » à quelques pauvres innocents. En somme, tout le monde, HYDRA compris si elle était considérée davantage comme un fardeau qu’un actif utile, pouvait mettre sa tête à prix.

- Je ne souhaite pas être un dommage collatéral Shell Shock, s’était-elle contentée de dire en lançant un regard terriblement froid et noir à cet homme qu’elle ne connaissait ni d’Adam, ni d’Eve, ni d’HYDRA, ni du SHIELD. Et je peux être très rancunière, promit-elle.

Etrangement, la mission qui semblait forte amusante de prime abord perdait petit à petit en intérêt, empruntant un chantier plein d’incertitudes. Et elle détestait l’incertitude ! Qui se cachait ? Que cachait-on ? Quel danger guettait la blondinette ? Chaque obstacle réel rencontré était comme le carrefour de sa destinée dans son esprit de plus en plus brouillé. Chaque homme rencontré n’était qu’une chose à briser. Elle ne « voyait » plus à proprement parler : elle ressentait, tuant méthodiquement, silencieusement et sans causer trop de dommages. Par exemple, ses deux premières cibles, elle avait assommé le premier et étranglé le second. Puis, elle étrangla le premier. Loin de les abandonner ici, elle bourra l’intérieur de l’uniforme des deux de C4, et arrangea la tenue de telles sortes qu’il n’y avait pas un seul doute sur le paquet porté en toute clandestinité.

Elle se releva, se concentra longuement, et aussitôt les deux corps se relevèrent et marchèrent calmement – quoique un tantinet avec une démarche mécanique – vers l’entrée du bateau.

- Très bien, peux-tu me tuer à distance tout idiot sur ma route jusqu’à ce que je pénètre le bateau ? L’idéal serait vraiment « tous » les idiots sur mon chemin.

Ainsi, tout ce qu’elle aurait à faire serait de bourrer les poches de C4, et de les diriger tous vers le bateau, notamment dans les points stratégiques comme la salle des machines, et les abandonner-là. Les avantages du pouvoir de la marionnettiste des morts étaient doubles. Tout d’abord, elle opérait sur un champ, et donc pouvait rester immobile et bouger ses multiples poupées mortes vers diverses locations. Enfin, contrairement à son partenaire Braiden, elle n’était pas limitée en nombre – mais davantage sur la durée, me diriez- vous. Contrairement aux vivants, il n’y avait nulle résistance ou volonté à combattre. Par contre, parce que cela manquait cruellement de « vie », elle avait à dépenser plus d’énergie de son côté pour forcer les corps à bouger quelque part. Figurez-vous que sans sang bouillonnant, ni de muscles saillants et fonctionnels, c’était « très » lent !

- Evites de tuer sur les types déjà morts … Au fait, pourquoi le surnom de Shell Shock ? souffla-t-elle toujours au micro.

The Reaper ... Elle supposait qu'il n' y avait pas besoin de davantage d'explication.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Jeu 6 Oct - 15:32

Poséidon II
Feat. Lydia Silverburgh
Gunner ne prêta absolument aucune attention au départ de son associée du moment en direction du véritable champ de mines qui les séparait du bateau – et par mine, il parlait évidement des dangereux gardes du corps qui n'allait bientôt plus garder grand-chose. Il regardait à travers ses lunettes de visée les premiers exploits face à deux hommes qui n'avaient visiblement aucune chance. S'il avait eu du pop-corn, il aurait pu s'installer là et regarder le massacre avec un sourire amusé mais une voix dans son oreille le ramena à la raison. C'était assez curieux pour lui d'entendre ainsi quelqu'un parler de la sorte car même si on pouvait en douter, le mercenaire n'entendait absolument aucune voix intérieure qui lui dictait ses gestes et ses paroles aussi hasardeux que pertinents. Tuer tous ceux qui sont sur la route, pas trop un souci bien qu'il fallait du coup agir discrètement, le napalm n'était pas réellement la meilleure option bien que la plus efficace. Il pianota sur son premier ordi portatif pour enclencher un de ses projectiles dans le canon. Fort heureusement, il avait bien assez de choix pour tuer de manière discrète et il n'allait pas manquer de les utiliser tous pour varier ses plaisirs. "Et on est parti." La première grenade partit, dans un silence imperceptible. Les grenades de Gunner était propulsée par air comprimé ce qui lui permettait de ne pas se faire repérer. Seul le tintement métallique de la sphère qui tombait non loin de deux gardes offrait la possibilité de repérer l'agression. Malheureusement pour eux, à peine leurs armes braquées sur l'objet que ce dernier s'ouvrit pour lancer des dizaines de petites piques envoyées dans les diverses directions et perforant complétement les deux hommes qui s'écroulèrent sur le sol sans vie.

La voix lui parla de nouveau, lui demandant de ne pas tuer les morts… comme quoi cette meuf était encore plus tarée que lui. Quand c'est mort, c'est mo… en regardant en direction de la demoiselle, il put constater que les corps laissés sans vie un peu plus tôt avaient eu une soudaine envie de se réveiller pour… peut-être danser une gigue irlandaise. "Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve ça relativement frustrant." La remarque était autant personnelle qu'adressée à la responsable de ce spectacle. Il s'acharna une nouvelle fois sur son ordinateur pour paramétrer une nouvelle fois son sonar afin qu'il repère les personne donc le cœur avait encore des envies de battre pour faire circuler le sang. Puis, une nouvelle grenade dans le second canon et une nouvelle victime dans le viseur. La sphère traversa le port dans sa direction et une fois à une distance respectable, s'ouvrit pour libérer un puissant acide qui se projeta contre le torse et le cou du futur réanimé, lui privant par la même occasion de la possibilité de pousser un cri avant de mourir. Il s'occupa alors de sa cigarette en extirpant la fumée qu'il venait d'inhalé. "Parce que l'exploseur de burnes était déjà pris." Lança-t-il sarcastiquement pour répondre à la question qui lui avait été posé dans la foulée. "Ca vient de la première guerre mondiale, un syndrome post-traumatique dont était atteint certains soldats suite à des tirs d'obus, la peur de se faire déchiqueter, de se retrouver enseveli. Disons que, quand je leur en laisse le temps, mes cibles se retrouvent un peu dans le même état… Et puis le nom est cool. Attention, tu en as un qui arrivé à deux heures." Bien entendu, il ne fallait pas faire de rapprochement entre les troubles psychologiques aussi appelés obusite et ses propres pathologies due à l'explosion de sa demeure entraînant la mort de sa femme et qui l'avait fait devenir ce même Shell Shock, ce serait terriblement malvenu. La demoiselle étant occupée avec ses nouveaux copains, il s'occupa du malotru qui venait la déranger d'une nouvelle grenade, passant à quelques centimètres d'elle pour se déclencher un peu plus loin, sortant une lame circulaire qui tournait sur elle-même pour lui trancher la gorge et le laisser tomber sur le sol dans son propre sang. Il regarda le quai pour voir où ça battait encore dans les poitrines pour trouver un petit trio juste à côté du bateau, dernier rempart avant l'objectif à atteindre. "Pas encore repéré, il serait temps de les mettre au courant." L'ultime grenade tirée, elle arriva à leur pied sans même qu'il la remarque et lança un arc électrique afin de les faire passer de vie à trépas, avant de passer de trépas à vie. "Et voilà, c'était les derniers."
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 206
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Dim 9 Oct - 16:53
Soit ils étaient extrêmement efficaces, soit ils avaient foncé droit dans un piège. En effet, la sécurité semblait trop légère pour un bateau qui semblait avoir une sacrée importance tant pour son propriétaire, que pour l’HYDRA – l’un voulant sa sauvegarde, et l’autre désirant sa destruction. Les gardes étaient à peine entrainés ou avertis, le système de surveillance laissait à désirer. Elle réfléchissait à tous ces détails pendant que Shell Shock expliquait l’origine de son surnom et qu’elle remplissait les poches de chaque cadavre d’une bombe. Très rapidement, elle avait sa petite armée de mort qu’elle dirigea tout droit vers l’entrée. Evidemment, elle ne fit pas les premiers pas, et laissa « ses » hommes avoir l’honneur d’y entrer.

Au départ, il n’y avait nul bruit et nul son. A vrai dire, il semblerait qu’il n’y ait même pas un seul vigile dans le bâtiment. Puis, soudainement, des coups de feu résonnèrent massivement et plusieurs formes noires hébergèrent de mille lieux de la grande bâtisse, tirant à tout va avec leurs automatiques. La blonde eut à peine le temps de se cacher derrière un container trainant sur le quai, le cœur battant à rompre.

Elle aurait pu donner l’ordre à Shell Shock d’activer les bombes mais elle doutait qu’elle avait à dire une telle chose : c’était lui, le spécialiste des bombes. Il saura mieux que quiconque quand c’était une bonne idée, ou pas, d’enclencher les dites explosives. Elle aurait pu également lui dire de tuer autant que possible les personnes sur le bateau et elle pourrait prendre le contrôle de certains mais, elle se tut. D’une, il savait sa capacité. De deux, elle ne pouvait pas faire une telle promesse. Elle trainait déjà « presque » une dizaine de mort à l’intérieur de la cale – et déjà la connexion se mourrait en raison de la distance.

« Je dois me rapprocher d’eux … ». Elle se mordit les lèvres, compta jusqu’à trois et prit une décision folle : courir la distance la séparant de sa cachette à son groupe de morts-vivants, afin de se dissimuler parmi eux autant que possible – ou les utiliser comme bouclier, si l’on voulait – et ainsi infiltrer efficacement la salle des moteurs.

- Je me dirige dans la salle des moteurs. Quand nos amis seront là, et moi dehors, je te tiendrais au courant. Jusqu’à là …

Jusqu’à là, chacun avait son rôle à jouer. La discrétion n’avait plus vraiment sa place. C’était tout simplement la loi du plus fort ou du plus rusé : qui saura faire un échec et mat avant l’heure ? Ceux qui avaient une grande force de frappe ? Ou ceux qui réussissaient à atteindre le cœur de la forteresse sous le nez de ses gardiens ? Il y avait également un autre point épineux : est-ce que le duo pourra atteindre les objectifs respectifs mutuellement sans que l’un, ou l’autre, ne fasse échouer la mission ou ne fasse de l’un comme de l’autre un dommage collatéral ? Par exemple, si demolition man activait les explosifs pendant que Lydia était encore dans le bateau, cela risquait d’être « sa » fin.

Elle n’y pensait plus, à vrai dire. Le sang tapait ses tympans, la rendant à moitié sourde, et sa vue était couverte de ce voile écarlate présageant de futures actions folles, à l’abri de bien des regards. Flanquée au milieu de sa garde zombie, tous en file indiennes, ils avançaient sûrement mais doucement, tirant tantôt sur l’ennemi qui faisait face à la tête de file, ou au dernier de la file. Evidemment, elle les réanimait également pour rejoindre son groupe de zombies, dont certains étaient abandonnés à divers endroits au fur et à mesure. Elle atteignit sans mal la salle des machines où elle abandonnait les derniers survivants sur d’autres points qui semblaient stratégiques. Maintenant, elle avait à rebrousser son chemin, seule. Elle était plus qu’épuisée par tous ces efforts, et tremblait inconsciemment, signe qu’elle était au bord d’une rupture. D’une autre crise meurtrière et sanglante à venir. Très vite, à l’image de sa vision, les murs blancs se teintèrent de rouge et de morceau de chair issu de divers points du corps humain. De temps en temps, elle était blessée à son tour mais elle continuait telle une furie. A la fin, lorsqu’elle arrivait au bout d’un couloir, dont la porte donnée sur un pont, elle put respirer et lancer un regard derrière. Et elle se figea d’horreur.

« J’ai fait ça … Encore » constata-t-elle, les traits alarmés et presque désolés. Elle avait tué, dans un accès de rage, encore. Tuée de façon monstrueuse et non « propre », prenant « plaisir » à entendre les cris, à voir les cervelles exploser et les tripes exposées à l’air libre dont les pauvres hommes tentaient misérablement de les remettre à leur place au travers de l’immonde plaie, braillant comme des bébés.

Non, elle n’était fière d’aucune action. Elle quitta le lieu de son crime, regarda par-dessus le pont qui donnait accès à la mer directement. Elle aurait pu sauter, indiquer que les bombes étaient à leur place, et ce genre de choses mais rien de tout cela. Elle était une professionnelle avant tout, une pro’ brisée cependant.

- Les bombes sont posées, dit-elle en enjambant la rambarde, prête à sauter si Shell Shock avait une envie de l’exploser avec le bateau. T’as encore besoin d’aides … la voie est dégagée ?

Soit elle devra « encore » tuer. Soit elle pourrait quitter ce maudit lieu par la porte d’entrée comme une Reine, en ayant derrière elle que corps carbonisé, feu et destruction.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Mar 25 Oct - 15:03

Poséidon II
Feat. Lydia Silverburgh
Gunner suivait les battements de cœur uniques qui parcouraient les docks au milieu des carcasses vides – enfin, vides de vies mais pleine d'assez d'explosifs pour offrir un joli feu d'artifice à la fin de la nuit. Le silence était revenu après ces explications, un silence que le mercenaire n'appréciait pas trop. C'était bien connu, Shell Shock n'était pas connu pour le calme mais plutôt pour ses longues tirades qui n'avaient pas toujours un sens définit. "Je dois avouer que c'est une définition d'escadron de la mort que je n'avais encore jamais rencontré." Le port étant devenu plus calme, il s'écarta de la rambarde pour observer le pont où il se trouvait. "Et maintenant, la partie marrante." Il fit quelques grandes enjambées, comme s'il calculait une distance, tout en préparant un nouveau dispositif dans son canon. Arrivé à la distance qu'il estimait bonne, il marqua l'endroit d'un X imaginaire du bout du pied et plaça son arme à même le sol pour tirer la nouvelle grenade. A présent, il y avait juste un simple trou, invisible par le manque de lumière ambiante. Il recommença l'expérience quelques fois, jetant de temps à autre des petits regards à la progression de sa partenaire. Il eut fini son petit manège juste à temps, alors qu'une nouvelle pluie de balles s'abattait sur les lieux. "Ils sont toujours tellement prévisibles…" Et oui, la première salve de gardes passées, l'embuscade pouvait commencer, restait juste à savoir pour lequel des deux groupes elle avait lieu.

Le bruit à l'intérieur de la future carcasse de métal laissait sous-entendre les tueries qui devaient s'y passer, l'heure de la discrétion était révolue et il ne faudrait pas longtemps avant que sa partenaire se retrouve prise entre deux feux ennemis, ceux toujours présent sur le bateau et ceux qui lui arrivait dans l'arrière train. Ce n'est pas tant que le mercenaire appréciait la compagnie, sa mort ne lui faisant ni chaud ni froid, mais il fallait bien que quelqu'un paye l'autre moitié du contrat une fois ce dernier mené à bien… et vu que cette personne risquait de rejoindre sa propre armée, il fallait attirer les nouveaux invités ailleurs. Et c'est précisément à cet instant que ses préparatifs allaient servir, alors qu'il pianotait sur l'écran de ses deux ordinateurs portables. Il tira deux grenades en l'air visiblement sans aucune destination précise, avant que ces dernières ne prennent des directions opposées, attirées par les dispositifs installé durant l'après-midi. Le principe était simple, la grenade était en deux parties, la seconde étant attirée par la première et une fois en contact… BOUM. Deux explosions se suivirent à l'opposé du port, soulevant des containers au-dessus du sol et augmentant le rythme cardiaque des gardes encore présent. De loin, il pouvait uniquement deviner les ordres qui étaient donnés et qui demandaient sans doute d'aller voir ce qu'il se passe. Nouvelle grenade enfournée et… "Strike." Alors que de nouveaux cris de personnes en train de brûler sur place se faisaient entendre.

Encore deux petites pour la route avant que sa position ne soit compromise. Les lunettes de vision thermique, c'était tellement de la triche. Ce qu'il restait d'ennemis s'approcha dans sa direction, l'arme en joue. Gunner sorti alors une de ses grenades de sa poche et pressa le petit bouton qui servait à déclencher son effet. "Petits, petits, petits, approchez." Rapidement, un flash éblouit les malandrins à ses trousses et il en profita pour prendre la poudre d'escampette grâce à son jet-pack. Il n'alla pas loin, juste au somme d'une des grues qui servaient à déplacer les marchandises. Les futurs corps en kit arrivèrent sur les lieux se demandant ce qu'était devenu leur cible et comment elle aurait pu s'en aller aussi vite. Il ne restait plus à Shell Shock qu'à attendre le bon moment pour le bouquet final. Ce moment arrivait lorsque la voix dans l'oreillette recommença à se manifester, demandant s'il y avait besoin d'aide. Une pression plus tard et le pont explosa à la manière d'un building, de manière chirurgicale pour en terminer. S'il tous n'allaient pas mourir, il serait quand même contraint à un bain forcé qui laisserait le temps à nos héros du jour de s'en sortir. "Maintenant, non, ça devrait aller." Il regarda une montre invisible à son poignet. "Je te laisse 2 minutes pour quitter les lieux, après, c'est le feux d'artifice." Un sourire se dessina sur le visage que personne ne pouvait voir à l'idée de ce qui allait se passer. Il n'avait pas réellement demandé si Reaper pouvait courir vite ou pas, il n'y avait plus qu'à espérer que c'était le cas.
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 206
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Dim 20 Nov - 21:57
« Deux minutes avant l’explosion » pensa-t-elle, se mordillant les lèvres. Certes, elle pouvait quitter en deux minutes le bateau, mais elle ne savait pas si elle pouvait échapper à l’explosion. Elle se mordit les lèvres, quitta la rambarde et commença à courir furieusement, enjambant tant bien que mal les corps morts. Elle se maudissait à chaque fois qu’elle était à deux doigts de trébucher sur un de ces fameux corps raides.

Il ne lui restait qu’une trentaine de secondes avant l’explosion finale, et elle venait à peine de quitter ce maudit endroit macabre. Son front était trempé de sueur, et sa respiration presque sifflante, une preuve qu’elle venait de pousser ses limites physiques, une chose étonnante quand il est question d’un agent surentrainé de l’HYDRA. Et elle quitta « presque » à temps la zone d’explosion. « Presque » était le juste mot car soudainement, quand le monde devenait rouge sang et fumée grise, elle tâtait sa jambe qui avait droit à un bout métallique égaré lors de la dite explosion. Ledit objet l’avait traversé d’un bout à l’autre de sa cuisse et une grande tâche écarlate s’étalait déjà tout le long de son pantalon. Peut-être qu’on ne voyait guère une telle chose, et pourtant elle sentait l’odeur rouillé en puissance, la moiteur de la jambe et la rigidité grandissante des muscles, et des nerfs.

- Oh merde
, se contenta-t-elle de dire, tentant d’avancer aussi vite qu’elle pouvait, boitant au possible.

Au loin, elle entendait déjà les maudites sirènes de police. Ces situations-là lui rappelaient une chose : son partenaire de toujours, Braiden, lui manquait un tantinet. Elle pouvait lui faire confiance pour la sortir de cette étrange situation, alors qu’elle n’était pas certaine du tout que Gunner ferait une telle chose pour sa part. Pourquoi la sauverait-il ? La mission était finie, en théorie. A la différence que « Demolition Man » était à l’abri de tout ennui, et elle risquait pour sa part d’essuyer les prisons. L’HYDRA devrait pouvoir la sortir de ce guêpier … en théorie encore une fois.

« Trop de théorie » soupira-t-elle.

- Shell Shock, j’ai du mal à avancer. J’ai un bout de métal enfoncé dans la cuisse, indiqua-t-elle, tentant d’être aussi concise que possible. Plus vite elle parlerait, plus vite les choses se décideront. Il faut m’aider.

Elle se trouvait pitoyable d’exiger une telle « aide » mais elle n’avait guère le choix. Elle continuait malgré tout à avancer, « au cas où » elle se retrouverait seule en cette fraiche et chaotique nuit. La sueur coulait davantage à flot, creusant un sillon de son front jusqu’au bout de son menton, en raison des efforts toujours plus intenses et plus forts qu’elle devait fournir pour mettre un pied devant l’autre. Quant à sa vision, la nuit qui n’arrangeait nullement l’affaire, devenait toujours plus floue au fil des minutes : chaque geste occasionnait des micro-déplacements de la barre métallique, agrandissant toujours plus la blessure, ou occasionnant davantage les saignements.

« Merde » était le mot qui collait parfaitement à la situation. Elle se sentait comme un véritable poids mort. Et ses quarantaines qui approchaient toujours plus s’imposaient davantage dans ce genre de situation. Elle n'hésitait pas à se dire qu’à « vingt ans », elle aurait pu avancer avec plus de vigueur et de force. Et dans ce type de situation, elle se maudissait à radoter comme une vieille. « Bordel, je vieillis vraiment » se disait-elle en se mordant les lèvres, et en guettant toujours une potentielle silhouette à l’approche.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 201
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1121-some-men-just-want-to-
MessageSujet: Re: Poséidon II [Gunner]   Ven 13 Jan - 11:55

Poséidon II
Feat. Lydia Silverburgh
Le feu d'artifice pouvait commencer, enfin. Parce que la mort et la désolation qu'il avait déjà accompli sur ce port n'était clairement pas assez pour le mercenaire qui n'appréciait la vie qu'à grand coup d'explosion. Pouvait-on réellement lui en vouloir, lui qui n'avait plus aucune attache depuis cet accident qui avait couté la vie à sa femme ? Surement mais il s'en moquait bien. A la place il s'allumait une cigarette de plus en regardant l'écran sur son bras avec les secondes qui défilaient inlassablement vers le bas. "Une minute." Assis sur la grue qui lui servait de balcon pour assister à sa dernière œuvre, il observait attentivement le bateau qui allait bientôt être réduit en cendre mais aussi la seule personne encore debout dans ce carnage qui tentait tant bien que mal de se mettre en sécurité. Peut-être aurait-il mieux fallu qu'elle se jette à l'eau et rejoigne l'autre rive pour se mettre en sécurité plutôt que le champ de bataille. Ce n'était pas réellement son problème, lui, il était payé pour que personne ne lui fasse du mal, si elle venait à périr dans une explosion, ce n'était plus de son ressort. Les secondes chutaient et le mercenaire se redressa, se tenant d'un bras à la structure et tendant l'autre en direction du bâtiment marin. "Et Zéro." Tel un métronome, la bombe explosa juste quand il l'annonça, les lueurs dégagées éclairant son visage ricanant comme en plein jour et la chaleur lui réchauffant le visage un instant. Puis le souffle le rattrapa en un instant, le caressant comme une gifle, emportant le tube de tabac qu'il venait de s'allumer. Le travail était fini, il pouvait s'en aller empocher sa prime.

Il s'apprêtait à décoller quand la petite voix dans son oreille se manifesta une nouvelle fois. Quoi encore ? L'explosion n'était pas encore assez bonne à son goût, il fallait la refaire comme une prise de cinéma ? Non, c'était un appel à l'aide. Visiblement, la fuite avait été bonne mais un bout de métal avait fini par la rattraper. Dommage mais pas son problème… du moins, c'est ce qu'il aurait pu lui lancer aussi froidement qu'un ours sur la banquise. Morte, elle était un dommage collatéral, un triste enchainement de circonstances qui avait amené à son décès après le contrat… mais blessée, elle restait un témoin de ses actions et ça pourrait en pâtir sur son salaire si elle venait à prévenir les commanditaires propriétaires du chéquier. L'explosion avait dû s'entendre, juste après les précédentes qui avaient eu raison du pont et les forces de l'ordre risquaient de bien vite pointer le bout de leur nez. C'était à contre cœur mais Gunner n'avait pas tellement le choix. Il se laissa tomber de sa place forte et réduisit la vitesse de sa chute grâce à son jetpack, atterrissant à proximité de la blessée. Il admira la plaie et le bout de métal qui y ressortait. Ca gâchait pas mal la plastique de la demoiselle, regrettable. "Faudrait apprendre à courir plus vite." Sans prévenir de quelque façon que ce soit l'ancien militaire prit la jambe de Reaper d'une main et le bout métallique de l'autre séparant les deux d'un coup sec. "J'espère avoir une prime pour ça." Dit-il en lançant l'objet plus loin, brisant le silence qui s'était installé dans le coin depuis un moment. Puis, les sirènes se rapprochèrent. "Et voilà de nouveau copain pour jouer." Malheureusement, et bien que l'envie était là, il n'avait pas réellement le temps de s'adonner à ce petit plaisir. A l'inverse, il souleva la jeune femme et la plaça sur son épaule, façon sac à patates. Vous aviez cru qu'il allait être galant en plus ? Il décolla pour quitter les lieux avec son paquet, laissant juste la désolation et la mort alors que les voitures de patrouille pénétraient sur les lieux.

Il se posa quelques centaines de mètre plus loin, dans un coin un peu plus calme et un peu plus peuplé. Il déposa sa partenaire d'un soir sur le trottoir avant de se retourner. "C'est ici que nos chemins se quittent, je viendrais rechercher l'argent quand les choses se seront un peu calmées." Elle était hors de danger, du moins de danger immédiat et elle pourrait sans doute se débrouiller pour retourner chez elle sans être portée par le mercenaire. Sans réellement attendre une réponse de sa part, il alluma les moteurs et s'envola jusqu'au toi le plus proche avant de poursuivre son chemin par petits bonds, s'imaginant la tête des pauvres policiers qui devaient se demander ce qui venait de se passer dans le port.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Poséidon II [Gunner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poséidon, Dieu des Mers
» Poséidon, EX-Dieu des Océans
» Le Souffle de Poséidon : le naufrage
» Liste des dieux disponibles
» Poséidon, Seigneur des Mers et des Océans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-