Partagez | .
 

 (Jack/Melia) « Believing is half the cure. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
« But what really matters is not what you believe but the faith and conviction with which you believe… » ― Knut Hamsun, Mysteries.

C
’était quelque peu déstabilisant. On apprend pas tous les jours que le Père Noël existe. En général, on apprend surtout qu’il n’existe pas, à partir d’un certain âge. Elle le prend plutôt bien, malgré tout. « Jack, si tu voles du travail à Santa, rien ne va plus. » « J’imagine qu’il avait plus l’air du Prince Charmant que le gros bonhomme en rouge. Ne sous-estime pas l’attraction de la neige, c'est fatal. » Oui, ça c’est une taquinerie. Une vile taquinerie envers Jack, qu’on avait du mal à imaginer en parfait prince de contes de fées, en le regardant. Pas de longue cape, pas de couronne, pas de cheval blanc.. cela dit, ça suffisait à faire briller les yeux de la gamine de huit ans. Quant aux règlements, le ton dédaigneux du Froid ne trompe pas : il déteste toujours ça, tel un enfant millénaire, ce qu’il est sans doute en partie. « On suit juste un principe de discrétion. On protège sans rien dire, les humains doivent en savoir le moins possible. » « Les humains ne seraient pas reconnaissants même s’ils savaient, aveugles et intolérants. » Constat amer. A quoi bon les protéger de menaces spirituelles quand ils ne sont pas foutus de se tolérer entre eux ? On aurait beau lui expliquer des centaines de fois que c’était ainsi, que c’était la nature de leur mission, elle ne pourrait pas se défaire de sa vision si humaine. Et au final, on ne le lui demandait pas, elle n’était pas concernée par tout ça. Pas véritablement, du moins, de ce qu’elle en pensait. Elle voyait, rien de plus, simple spectatrice subissant l’invisible aux yeux des autres. Jack s’est posé sur le sol, jouant avec l’élément, attirant l’attention de la mutante qui ne peut s’empêcher d’être momentanément captivée par la fluidité, océan de neige. Être différents pour penser les problèmes de façons variées, trouver diverses solutions, ne pas avoir une vision unique, unilatérale. Une distraction intervient cependant, dans une simple boule de neige qui file sur la tête d’un enfant. Il ne pouvait pas s’en empêcher : déclencher des batailles, l’immobilité devenant ainsi impensable. Melia applaudit, arrachant un sourire en coin à Snow. Vraiment ? Elle était peut-être moins coincée que prévue.

« Je garde la mémoire de l’humanité, son histoire, intégralement. Aussi bien commune que particulière. » Elle tourne la tête vers Melia. La mémoire de l’humanité, rien que ça. Les archives, la meilleure place au monde pour cette Gardienne.. l’évidence lui apparaissait nettement, du coup. « Et non, je ne me méfie pas des humains, au contraire, mais protéger le secret est important. Alors oui, j’ai parfois tendance à me méfier de ceux qui semblent ou cherchent à en savoir trop. Qui sait ce que des personnes mal intentionnées pourraient faire avec ma mémoire, ou les capacités des autres gardiens ? » Ca se défend. Elle aurait jugé cela sage, si ça n’avait pas remis en doute la légitimité des choix de Jack, si finalement elle n’avait pas montré le meilleur aspect de cette forme de prudence. « Je saisis l’idée.. si les X-Men ne s’étaient pas dévoilés ainsi, peut-être n’en serions-nous pas là.. » L’ombre d’un sourire, brusquement si triste. Elle hausse les épaules, chassant la peine comme on chasse un mauvais rêve. « Rassure-toi, la seule personne à qui j’ai voulu parler de Jack n’est plus de ce monde.. et il a voulu me mettre sous traitement, ça vaccine pas mal, je ne tenterais pas une seconde fois. » En y repensant, ça avait brisé quelque chose. Ca avait craquelé un peu plus ses certitudes passées. Ca avait morcelé le peu de confiance en elle qu’elle avait eu, dans cette histoire qui finissait si mal. Est-ce que c’était mieux ainsi ? Non. Bobby aurait dû vivre et elle mourir, pas l’inverse mais elle ne pouvait rien y changer. Auquel cas, le dilemme serait bien trop grand. « Enfin, sauf Jack, il a une situation un peu particulière. Enfin, pas vraiment, c'est plutôt moi qui ne suis pas le schéma dans l'histoire, mais passons. »

Snow fronce les sourcils. Une situation particulière ? « Le schéma ? » Elle manquait d’éclairage, en l’occurrence. Si elle avait supposé que le sacrifice puisse être une des choses menant à devenir un Gardien, elle ne s’était pas aventurée à envisager qu’il y ait un schéma. Et puis elle s’est perdue dans la contemplation de ces gamins qui jouaient avec la neige, suivant le fil de pensées qui n’avaient de logique que pour elle. « Tu n’as pas de légende associée. » C’est tombé dans un murmure, tandis qu’elle tente de croiser les informations obtenues. « Si Santa représente le Noël de tous les enfants et que Jack est l’allégorie de l’Hiver.. laisse tomber, je veux pas savoir. » Non, elle ne veut pas savoir, ça allait lui filer la migraine. Une migraine d’enfer qui pourrait ruiner un peu plus le peu de normalité qu’elle arrivait à peine à percevoir dans ce monde de dingues. « Préserver une Histoire dont on ne retient rien ne t’agace pas ? J’ai parfois l’impression que c’est une permanente répétition et toi.. tu observes ça depuis quoi, des siècles ? » Il y’a bien une individualité, dans chaque humain peuplant la planète, chaque âme si différente de sa voisine, mais le tout.. le tout finissait par s’entrechoquer, par ne rien apprendre des guerres passées, par ne pas retenir l’unité ou la tolérance. Sujet déprimant. « Jack m’a expliqué que voir ce que je vois n’était pas franchement courant, j’avoue que c’est déstabilisant. Les groupes de soutien, ça n’existe pas pour ce genre de problème. C'est en partie pour ça que tu es là, j'imagine. » Elle tente un ton plus léger. Et puis le sourire s’étire quand une boule de neige rencontre l’arrière de la tête de Melia, ornant de blanc la chevelure. « C’est pas moi ! » L’air innocent est parfaitement factice et elle finit par rire de la tête de l’archiviste, véritablement amusée. C’était trop tentant. Après tout, pourquoi seuls les enfants y auraient droit, mh ? « Non, je suis pas désolée. » lâche-t-elle finalement, confirmant qu’elle ne s’excuserait pas pour l’agression neigeuse intempestive. Si elle avait passé tant de temps avec Jack, ça n’était pas un peu de froid qui la rendrait furieuse, du moins c’était l’avis de Prudence.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
Ft. Prudence Rosebury & Melia Gordon


Je sautille sur place, toujours assis par terre. Oui c'est possible. Je regarde les boules de neiges fuser, les enfants courir et glisser, un rouler par terre d'ailleurs, et ça me fait rire en silence pour ne pas gêner la conversation. Je les laisse discuter, je laisse Mania répondre aux questions. J'ai déjà fais ma part. - « Enfin, sauf Jack, il a une situation un peu particulière. Enfin, pas vraiment, c'est plutôt moi qui ne suis pas le schéma dans l'histoire, mais passons. » - Ouais, c'est toi qui est bizarre. - Quoi que ça ne m’empêche quelques commentaires. - « Préserver une Histoire dont on ne retient rien ne t’agace pas ? J’ai parfois l’impression que c’est une permanente répétition et toi.. tu observes ça depuis quoi, des siècles ? » - Par réflexe je me suis toujours dis qu'elle était plus ancienne que moi, parce que c'est elle qui m'a trouvé et pas l'inverse. Mais en vérité, on a jamais vraiment pu savoir... pas qu'on se pose la question cela dit. - Vois plus grand. - Prudence a raison, la situation de Mania a toujours été différente de la notre. Pas de légende associée, oui, mais pas uniquement.

Je levais la tête lorsque j'entendais le son de neige écrasée pour poser mon regard sur Mania... les cheveux recouverts de neige. - « C’est pas moi ! » - Je ne peux retenir mon rire, encore moins quand Prudence tente de se dédouaner. - « Non, je suis pas désolée. » - Un nouveau rire. Je me retourne, toujours par terre. - Ça va Mania? Tu vas survivre? - Je tournais mon regard sur Prudence. - Les attaques en fourbe sont les meilleurs, bien joué. - Elle a eu un bon professeur faut dire. Pour autant je reviens au sujet de la conversation. - Mania n'a pas de légende associée, oui. Mais je t'ai raconté le début de ma vie, comment je n'existais pas. - Je posais mon regard sur elle, un sourire sur les lèvres. - La vrai question c'est comment peut-elle exister si personne ne le sait? - Je tournais mon regard sur la gardienne cette fois, un brin accusateur. - Surtout quand on fait tout pour s'effacer des mémoires, n'est-ce pas? - Mon attention revenait à Prue et je lui laissais quelques secondes pour cogiter. - Bah on en sait rien.

Je riais devant l'absurdité de la chose. - On a tous à un moment ou à un autre vécu ce jour où enfin on nous a vu pour la première fois, moi plus tard que les autres. Le temps que notre histoire se répande. Mais Mania non, elle a toujours été réelle. Dés le départ. - Je haussais les épaules en désignant le ciel d'un mouvement de la tête. - L'individualité, entre nous. Comme quoi, il y a encore bien des choses que la Lune a décidé et dont on ne sait rien. - Pourquoi avoir choisi de rendre Mania réelle dés le départ? Ou pourquoi avoir choisi de me faire subir toutes ces années d'inexistence? Ou pourquoi avoir donné vie au kangourou aussi. Toutes ces questions sans réponses quoi que j'ai toujours eu l'intime conviction que lui, c'était juste erreur. Une grossière erreur. Un accident. Oh zut, un lapinou. Tant pis, on va pas gaspiller. Faisons lui pondre des œufs, ça l'occupera. Le crâne de Prue faisait office de cible pour une boule de neige sortie de nulle part et je souriais. - Les fourbes sont toujours les meilleures.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 303
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2973-rudolph-spengler-come-and-hav
Believing is half the cure
curiouser and curiouser

L’aveu de Snow me tira un pincement au cœur. Je savais ce que c’était de se faire rejeter pour quelque chose. Ca ne m’était peut-être arrivé qu’une fois, mais le fait était là : je savais et je compatissais, un peu, à ce qu’elle avait vécu. Je lance un petit regard à Jack à son commentaire. Il y a toujours eu ce mystère sur ma « réalité » contrairement aux autres, ce questionnement pour lequel je n’ai que des théories. Il faut dire que depuis le temps, on ne se posait plus vraiment la question activement avec les autres. Ca faisait partie des choses que la Lune ne nous avait jamais révélées et qui n’auront probablement jamais de réponse. Je reportais mon attention sur Snow avec un petit sourire. C’est qu’elle comprenait vite cette jeune femme. C’était appréciable à voir.

"Bingo."

Je retins un rire. Elle était rafraîchissante, sans mauvais jeu de mots, à vouloir à la fois comprendre mais sans réellement pouvoir y arriver. J’aurais pu lui expliquer, mais elle ne semblait pas vouloir continuer sur ce sujet et je la laissais tranquille. Nous aurions, je l’espérais, d’autres occasions d’en discuter. Sa prochaine question me tira un soupire contemplatif. C’était effectivement une question que l’on pouvait se poser.

"Je ne suis pas là pour juger les actions des humains, simplement les enregistrer et les archiver." Un sourire fleuri sur mon visage "Effectivement, comme le dit Jack, plus grand. Ca va faire bientôt deux millénaires que j’observe l’humanité et son histoire se dérouler."

Ce genre de chiffre avait de quoi faire tourner les têtes. Surtout quand on pensait que ma mémoire remonte presque à l’an 1. Presque. Et encore, il me manque des informations, puisque l’humanité ne date pas que de deux milles ans…Soudain, je sentis une boule de neige s’écraser contre l’arrière de mn crâne et j’émis un petit cri de surprise fort aigue. Plaçant une main là où j’ai été touchée, je me retournai, m’attendant à voir un enfant derrière moi, mais je ne vis rien. La coupable se désigna bien vite et je levai les yeux au ciel avec un grand sourire amusé. Ah, ils s’étaient bien trouvés ces deux-là, franchement. S’il y avait bien quelqu’un pour prendre en charge une personne comme Snow, c’était notre cher Jack. A qui je tirai la langue à sa question. Je n’étais pas aussi coincée que Bunny, merci bien. Bien que mon sourire soit toujours en place sur mon visage, je laissais Jack apporter son propre complément d’information, étonnée même qu’il ne profite pas de l’attaque de Snow pour lancer une bataille de boules de neiges.

Je me raidis un brin face au regard accusateur que me lança mon ami. Ce n’était pas un secret, Jack avait mal vécu de n’avoir été réel que bien plus tard que nous autres. Il semblerait que ce soit ma fête ce soir.

"Je ne peux pas rester dans les mémoires des gens justement parce que je n’ai pas de légendes associées. Des gens comme Santa ou toi, vous avez des récits, des légendes à vos noms, vous conférant cette immortalité dans l’esprit collectif. Moi, je ne suis personne, l’ombre parmi les ombres. Alors si les gens gardaient des souvenirs de moi, je risquerais d’attirer la suspicion des humains et tu le sais. Mais c’est vrai que nous n’avons pas d’explications quant à ma réalité autrement. Des théories tout au plus."

Peut-être étais-je un peu trop défensive sur ce sujet, mais cette discussion, nous l’avions eu de nombreuses fois et je finissais par m’en lasser. Il était normal que j’explique mes positions à Snow, mais je ne pouvais empêcher la lassitude d’intervenir dans ma voix. Pourtant, le ton changea bien vite quand Jack lança un nouveau projectile de neige sur Snow et mes lèvres formèrent un parfait « o » de surprise, bien vite caché derrière ma main. Observant la réaction de Snow, je ne pus m’empêcher de me prendre au jeu (l’effet Jack et son âme d’enfant, ça) et pris de la neige que je lançais sur Jack. Pas vraiment une boule de neige, je n’en n’avais pas le temps si je voulais surprendre un tant soit peu Jack. Suite à ce projectile, je me levai rapidement, un grand sourire enfantin sur le visage.

"Si on joue comme ça alors moi aussi je sors mes atouts !"

Allez, pour une fois que j’avais une bonne raison de le faire, à savoir Snow, j’allais me laisser aller un peu. Je fis apparaître mes ailes, aussi colorées que l’arc-en-ciel, immobiles pour le moment. Je fis cependant attention à nous faire oublier des quelques passants du parc, il ne ferait pas bon de se faire arrêter bêtement, alors que tous ce que nous voulions était faire une bataille de boule de neige.

"Vous avez des facilités avec la neige, il faut bien que je puisse me mettre à niveau d’un certaine façon."
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
« But what really matters is not what you believe but the faith and conviction with which you believe… » ― Knut Hamsun, Mysteries.

V
oir plus grand. Ca l’a faite sourire en coin. C’était si aisé pour eux, de voir grand. Ca n’a d’ailleurs pas semblé la choquer tant que ça, que Melia soit si âgée. Millénaires plutôt que siècles. C’était une des choses les plus aisées à assimiler dans toute cette histoire de dingue. « N’oubliez pas, je suis petite. » a-t-elle dit, détournant leur remarque. Petite, oui, autant par la taille que par l’âge alors la grandeur.. c’était tout relatif. « L’observation n’a-t-elle jamais ses limites, Melia ? » était-ce un reproche ? Peut-être. Un reproche pour tous les éternels qui n’agissaient jamais, en un sens. Il y’avait toujours l’ombre de son impuissance qui se heurtait à leurs capacités dont aucun n’usait finalement pour aider. Pas seulement les Gardiens mais bien d’autres. Aucun ne devait rien à cette humanité qui n’apprenait pas, et pourtant.. n’étaient-ils jamais attachés à un mortel ? Mieux valait chasser les démons intérieurs pour des sujets plus légers. Si tant est qu’envisager l’existence de Santa soit léger. Une boule de neige, en revanche, ça l’était. Couronne de blancheur sur la parfaite chevelure du Savoir, si surprise que son cri arrache un rire à la mutante. « Ça va Mania? Tu vas survivre? » Minois d’innocence sur le visage de Prudence. « Les attaques en fourbe sont les meilleurs, bien joué. » Si en plus il la félicite de ses bêtises. C’était Jack, cependant, et ça n’avait rien de réellement étonnant. « Certaines leçons ne s’oublient pas. » Contrairement à la réalité du mythe, qu’elle avait trop d’années relayé au rang de fruit d’une imagination trop fertile. Cette langue tirée lui donnait la brutale impression de retomber dans une vaste cour de récréation où tous les coups seraient permis. N’étaient-ils pas tous trop vieux, pour cela ? Et d’un autre côté, en ne vieillissant pas, ils échappaient à ces normes que Jack paraissait détester. Elle n’avait pas besoin d’être normale, lui avait-il fait remarquer plusieurs fois.

De la légèreté à la raideur. « Je ne peux pas rester dans les mémoires des gens justement parce que je n’ai pas de légendes associées. » Froncement de sourcils. Comment Mania pouvait-elle exister sans la croyance d’autrui ? Bien sûr, Snow n’avait pas oublié le récit de son ami à propos de sa non-existence, de tout ce temps passé à être invisible, seul, à un point que son esprit humain ne puisse concevoir. L’humanité existait de fait, sans le besoin d’être connue, même dans l’ignorance. Lui… avait subi quelque chose qu’elle ne pouvait qu’à peine effleurer, qu’à peine tenter de comprendre. Prudence paraît perdue dans ses pensées tandis qu’ils échangent. Si ils n’en savaient rien, se pourrait-il que l’existence de Mania soit essentielle aux autres ? Ils n’avaient que des théories, des suppositions, un vaste mystère. Et tout ce qu’elle voyait, elle, c’était la cruauté de la situation. « L'individualité, entre nous. Comme quoi, il y a encore bien des choses que la Lune a décidé et dont on ne sait rien. » Restée silencieuse, elle finit par reprendre la parole. « Une légende ne s’invente-t-elle pas ? Il y’a bien la déesse Mnemosyne, non ? » La question sous-entendue était évidente : pourquoi la Gardienne n’avait-elle laissé personne l’y associer ? « Tu as passé deux millénaires à refuser ce que Jack a eu tant de mal à obtenir.. ? A refuser d’être quelqu’un à nos yeux ? Personne n'a jamais compté pour toi, alors ? » Elle n’arrivait pas à saisir la démarche. « Des mutants ont parfois été élevés au rang de divinités protectrices pour moins que ce que tu es capable de faire.. certains endroits reculés ne t’auraient pas été hostiles. » Si Prudence avait désiré de nombreuses fois devenir invisible, disparaître de cette société, elle ne voyait pas en quoi il aurait été réellement dangereux de se mêler au monde, ne serait-ce que tenter. Au mieux, elle aurait eu l’image d’une puissance nébuleuse, mystérieuse ou fascinante, au pire.. elle n’aurait eu qu’à s’effacer et réitérer l’expérience auprès de personnes plus ouvertes. « La Lune n’est pas plus claire que Dieu, je note. » Pas plus douce non plus, apparemment, à ne pas réellement guider ses.. ses quoi d’ailleurs ?

Et puis une nouvelle attaque fuse, sur elle cette fois. Elle a souri, crispée une seconde puis levant les yeux au ciel. « J’aurais dû m’y attendre. » Oui, c’était Jack Frost, il ne pouvait pas résister bien longtemps à l’attrait d’une bataille en bonne et due forme. « Si on joue comme ça alors moi aussi je sors mes atouts ! » Ses atouts ? Elle s’était levée, l’archiviste. Des ailes. Des ailes si colorées qu’elles lui paraissent irréelles. La mutante a cligné des yeux, comme si ce simple fait pouvait faire disparaître une potentielle hallucination, un potentiel effet de lumière. « Okaaaay. T’es un.. Flit. » A croire que plus les semaines passaient, plus les souvenirs d’enfance revenaient. Le petit oiseau d’un charmant dessin animé. « Vous avez des facilités avec la neige, il faut bien que je puisse me mettre à niveau d’un certaine façon. » Elle hausse un sourcil, cette fois. « Si c’était qu’avec la neige, diable que la vie serait plus simple. » Elle l’a soufflé sans amertume, constat simple, amusé. La neige seule aurait causé bien moins de désagréments. Snow se lève à son tour, fait quelques pas, s’écartant du banc calmement. Et disparaissant dans une forme liquide, une flaque d’eau rapide. Triche ? Un peu. Surtout lorsque deux projectiles atteignent le dos de la Gardienne, le troisième se perdant sur un enfant, la silhouette aqueuse réapparue quelques mètres derrière Melia. « C’est que t’es rapide. Tu la maltraites depuis trop de temps, Jack. » Qui était, à n’en pas douter, le maître en la matière. Il était largement plus rapide, quoiqu’en acceptant mieux la glace, Snow tende à s’améliorer sensiblement.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
Ft. Prudence Rosebury & Melia Gordon


Je suis la conversation d'une oreille distraite, l'attention forcément parasitée par la neige et ses jeux. Mania a fais un choix, celui de disparaitre. La Lune lui a offert l'existence, elle a préféré s'estomper. Moi elle m'a offert l’inexistence, j'ai choisi d'exister. J'aurais pu me contenter de disparaitre. Et en un sens je n'ai pas tant embrassé cette célébrité. Après tout mon mythe reste discret. J'existe, mon nom est connu, mais je passe inaperçu. A côté de ça il y a toujours ceux d'entre nous que je ne citerais pas qui ont vraiment fais ça à fond. Santa. - Tu sais, on a tous fais nos choix de vie. La Lune nous  a donné une base, une mission, nos capacités. Le reste ne dépend que de nous. - Ai-je répondu à Snow lorsqu'elle avait commencé à poser ses questions. Oui, bien sur, Mania aurais pu inventer un mythe, aiguiller les gens pour être associée à une histoire, à un nom. Elle aurait pu faire tout ça, elle en avait le pouvoir, elle en avait le temps. Pourquoi ne l'avait-elle pas fait? Je ne me suis jamais posé la question, je me suis toujours contenté de savoir qu'elle en a fais le choix. C'est suffisant pour moi sur bien des niveaux. Maintenant ma curiosité étant ce qu'elle est si elle répond, j'écoute.

Finalement mon attaque fourbe frappe Prue et je bondis sur mes jambes alors que Mania se lève elle aussi. - « Si on joue comme ça alors moi aussi je sors mes atouts ! » - Je pose mon regard sur elle, mes yeux grands ouverts. Ça arrive pas souvent alors autant en profiter. Les deux magnifiques ailes de colibris apparaissent dans son dos, bariolées de toutes les couleurs, et mon sourire s'élargi. Ma légèreté aidant, je me hisse d'un bond au sommet de mon bâton, particulièrement excité de voir les ailes de Mania, et lorsque Prue s'éloigne je la suis du regard avant de la voir disparaitre sous sa forme aqueuse. - Tricheuse! - Deux boules de neige frappent le dos de Mania et je rigole avant de voir Prue réapparaître là d'où les projectiles sont partis. Je tend mon index vers elle d'ailleurs. - C'est pas bien de tricher! - D'un autre côté... tous les coups sont permis non? Quelques ombres se forment au sol, rien de bien intriguant, mais lorsqu'elles deviennent plus visible c'est déjà trop tard. Faute de flocons, ce sont des boules de neige qui chutent sur les deux femmes. Légères, indolores, froides. Bien visé. - Moi je maltraite personne, je suis l'innocence!

Les boules leur tombent dessus et j'explose de rire à en tomber à la renverse, retombant sur mes pieds par une agile et naturelle acrobatie. Mon regard se tourne vers les enfants qui jouent toujours au loin et je souris. Voilà une bonne journée d'hiver, voilà comment ça devrait être. Le jeu, l'amusement. Le froid n'est pas un mal, une erreur ou un déluge. Il peut l'être mais il n'a pas à l'être. La neige se remet à tomber, des milliers de flocons, paisibles, virevoltants dans l'air, brillants, comme féeriques. Et pour cause, ils contiennent chacun un peu de ma magie. La magie du jeu. Et chaque personne touchée se saisit immédiatement de neige et la balance sur son voisin. Et moi je souris, parce que je viens d'animer tout Central parc de la plus innocente des façons.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 303
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2973-rudolph-spengler-come-and-hav
Believing is half the cure
curiouser and curiouser

Elle pose des questions très pertinentes, mais pas forcément des questions auxquelles j’ai des réponses à lui donner. Du moins, pas de réponses qui lui suffiront, à priori. Je pourrais tenter d’y répondre, mais la première déjà, je sens comme un fond de reproche à ma passivité dans les combats. Peut-être que je me trompe, Santa a toujours été bien plus doué que moi pour lire les gens, moi je sais lire leur passé, mais eux ? Un peu moins. Dans tous les cas, lui répondre ne serait que tourner en rond, car elle connaît déjà la réponse à sa question : Oui, il y a des limites, celles que la personne s’impose. Les miennes s’étendent peut-être plus que celles que Jack s’est posées jadis, ce qui explique son action durant la seconde guerre mondiale. Pour l’instant mon rôle d’observatrice me convient très bien et je ne pensais pas en changer tout de suite. Ou peut-être que si ? Je n’en savais absolument rien à dire vrai, car l’avenir est bien l’une des choses les plus mystérieuses de l’univers, à mon sens. Parfois, j’ai l’impression de la Lune peut voir l’avenir auquel nous ne sommes pas privé, ou du moins qu’il en a une forte intuition…

Pour ce qui est du pourquoi je n’ai pas tenté de créer une légende à moi, si au départ cette question semble si innocente, si digne d’une protégée de Jack, la suite me pique quelque peu là où ça fait mal. Je comprends son questionnement, surtout quand le premier Gardien qu’elle a pu rencontrer est Jack. Lui a toujours assez mal pris de ne pas être réel rapidement, a bataillé pour accéder à cette existence parmi les Humains, sans pour autant en abuser. Je comprends que cela puisse sembler injuste ou illogique, mais la fin, oh qu’elle fait mal. Si, bien sûr que des gens ont compté pour moi ; pas beaucoup de personnes, c’est vrai, parce que je tente de ne pas trop m’investir émotionnellement avec l’humanité pour bien des raisons. Je comptais lui répondre, mais Jack prend la parole avant moi, et quelque part j’en suis heureuse. Je n’ai pas spécialement envie de m’étendre sur le sujet, je dois bien l’avouer. J’aurais pu ajouter une explication, ou des détails en plus, mais je me contente de sourire, reconnaissante envers Jack qui m’offre une échappatoire. S’il me pose la question un jour, je tenterais de lui expliquer, à lui, mais pour le moment, tout est encore trop nouveau avec Snow pour que je sente à l’aise d’évoquer ce genre de souvenirs.

C’est encore une fois Jack qui nous permet de sortir d’une ambiance qui aurait pu être catastrophique, d’une simple boule de neige. Si je suis plus ou moins immunisée contre le froid ambiant et celui de Jack, je ne le suis pas à sa magie. L’âme d’enfant qu’il restait en moi s’éveille doucement et je sors mes ailes, fait rare, hormis dans le monde spirituel. Je vois Snow surprise et Jack tout excité. Je sais qu’il aime bien mes ailes, elles sont colorées, et donnes des couleurs sur la neiges absolument étonnantes. Le commentaire de Snow me tire un grand rire, franc et massif, ne pouvant le retenir.

"C’est une façon de voir les choses." Mes yeux s’ouvrent en grand quand une idée, ou plutôt une envie, me vient et je me tourne vers Jack, oubliant momentanément Snow et ne la voyant pas disparaître, je ne retiens même pas quand Jack l’appelle tricheuse "Et si ça devenait mon surnom ? Dis, dis, dis, t’en penses quoi ?"

Je n’ai pas le temps d’attendre sa réponse que deux boules de neiges m’atteignent dans le dos et je me retourne juste à temps pour en éviter une troisième. Je ris de plus belle, loin d’être vexée. Pourquoi le serais-je ? Nous sommes entre…amis ? Puis-je dire cela ? Oui, allez, soyons fous ! Les boules de neige de Jack m’atteignent et c’est un peu plus de sa magie qui s’insinue en moi et je vole, rapidement, tentant d’en éviter un maximum, mais essayez de gagner une bataille de boules de neige contre Jack Frost vous ! Ce n’est pas facile, loin de là. J’en lance quelques une vers Snow, ne visant pas vraiment. Ma technique a toujours été d’en lancer le plus possible, le plus rapidement possible, en espérant toucher des cibles. La vitesse est de mon côté, mais pas la précision…Soudain, je sens une mémoire me voir, m’enregistrer et je me fige dans l’air, seules mes ailes bougent encore, comme en transe. D’une pensée, je nous efface de la mémoire de la personne en question, ne lui laissant que l’image d’enfants qui jouent et il reprend son chemin comme si de rien n’était.

Ce n’est pas grand-chose pourtant, mais cela m’a quelque peu calmée et quand une nouvelle boule de neige m’atteint, je suis totalement surprise, je pousse un petit cri fort aigüe de surprise et perd ma concentration. Une chose en entrainant une autre, je tombe au sol, sur mes fesses et mes ailes s’immobilisant. Je me secoue la tête et fait le signe du temps-mort avec mes mains.

"Flit Out. Je crois que j’ai eu mon compte pour le moment."

Mon sourire ne m’a pas quitté pour autant et je me contente de me relever et de m’épousseter avant de ranger mes ailes.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
« But what really matters is not what you believe but the faith and conviction with which you believe… » ― Knut Hamsun, Mysteries.

S
now n’avait jamais été très douée socialement, tantôt froide, tantôt rebelle et ce depuis toujours, gamine intenable, autrefois trop silencieuse. Lire les émotions des autres lui fut compliqué durant quasiment vingt ans, parfois elle avait encore l’impression que le coeur était une chose floue, hors de portée. Pas là. « Tu sais, on a tous fais nos choix de vie. La Lune nous  a donné une base, une mission, nos capacités. Le reste ne dépend que de nous. » Elle entend mais ne répond pas, pas immédiatement, les yeux rivés sur Melia. Il y’a quelque chose qu’elle a dit qui a atteint une cible qu’elle aurait préféré ne pas viser, elle le sent bien, en surface. Elle n’y associe rien, cependant, incapable de pousser l’analyse au-delà d’une simple impression dérangeante. « Je ne voulais pas te blesser. Je n’ai jamais été très douée avec les gens, sinon tu imagines bien que je n’aurais pas gardé d’ami imaginaire si longtemps. » Le coin de ses lèvres se relève en un sourire un peu gêné, sans doute parce qu’elle avait poussé les suppositions un peu trop loin, ou parce qu’elle effleurait l’écho de quelque chose, de celle qui pouvait parfois avoir de l’empathie. Si elle avait oublié un instant que Melia pouvait, comme tout être vivant, avoir des émotions, elle essayait de ne pas casser trop de pots en un coup.

La légèreté de Jack prend le dessus, heureusement. Ne risquaient-ils pas de s’enliser dans de trop sérieuses conversations, sinon ? Et ces ailes. Ces ailes sublimes dont la féérie était aussi indéniable que toute cette neige autour d’eux. « Et si ça devenait mon surnom ? Dis, dis, dis, t’en penses quoi ? » Au rire de la Gardienne succède celui de la mutante, plus discret, plus bref. « Ca a des millénaires mais ça comprend encore les blagues de cour de récré. » Oui, c’est une taquinerie, même pour Jack parce qu’elle l’a bien vu, son air amusé, même à distance, même alors qu’elle retrouvait sa forme de chair et de sang. Tricheuse, avait-il dit. Elle lui tire la langue, comme quand elle avait huit ans, les poings sur les hanches en moins. « C'est pas bien de tricher! » « Je ne triche pas, j’utilise ce que la nature m’a offert ! » Bah bien sûr. Elle ne lui a pas offert une auréole sur la tête, en tous cas. L’Hiver, lui, offre des boules de neige, légères, rapides, qu’elle ne perçoit pas immédiatement, déconnectée, bien peu attentive en vérité. La liquéfaction prend le dessus, la fait clignoter, tantôt absorbant l’élément, tantôt le laissant orner la chevelure trop claire. « Moi je maltraite personne, je suis l’innocence! » « C’est ça, ouais ! Tu maltraites ma consistance ! » Il rit, et elle aussi finalement de le voir si léger, si proche de souvenirs agréables, plus vrai en fin de compte. « Et elle aussi d’ailleurs ! » Melia a un lancé très approximatif dont Snow ose se servir après avoir reçu les premières attaques, stoppant quelques projectiles dans l’air avec un air mutin pour mieux en renvoyer. Et puis il se remet à neiger, la poussant à lever le nez vers les flocons, contemplation brusquement immobile. Si elle n’y prête pas véritablement attention, sur le sol près de Jack frémit la texture blanche qui forme lentement un bonhomme de neige, jeu auquel elle pouvait jouer durant des heures dans le jardin du manoir, si simple à présent. Une autre boule de neige finit par fuser droit sur Melia, quand enfin Prudence se décide à bouger, le cri de la cible n’offrant aucun doute sur la réussite. Flit malmené. « Flit Out. Je crois que j’ai eu mon compte pour le moment. » Elle a terminé sa course sur le sol, la Gardienne, stoppant l’élan joyeux. Une moue sur les lèvres tandis que, d’une main, Snow anime le bonhomme de neige pour le mener vers la victime du jour. « Un bisou magique, Melia ? Il est un peu froid mais chaleureux. » Il est surtout entièrement fait de neige et de glace, sans manquer d’expressivité, il n’est pas empreint de vie, outil d’une marionnettiste qui se sert simplement de ce que son inconscient a voulu faire de jeu pour se faire pardonner les attaques de trop.

Son regard croise celui d’une fillette, des yeux bleus, un air joyeux et son sourire se fane. Le souvenir de Jade effleure la pensée, dérègle brutalement la stabilité. Le bonhomme de neige fond lamentablement, l’expression déformée, le visage tombant le premier. Le sol givre, menaçant, faisant glisser un gamin à proximité. Si Prudence se ressaisit en secouant la tête, elle ne compte pas s’éterniser, rejoignant Jack, lui attrapant la main comme si sa vie en dépendait. Les doigts se nouent aux siens, crépitants de glace. « On peut rentrer, s’il te plaît ? » Un murmure, tout bas, comme un secret confié. « C’est pas contre toi, Melia, c’est.. » Compliqué. Mais elle laisse les mots mourir sur ses lèvres, sans fournir plus d’explications. Elle ne forcerait pas Jack à partir si il voulait rester encore, profiter de Central Park, toutefois elle ne lâcherait pas cette main à laquelle elle se cramponnait, rassurante, assurance que tout reste sous contrôle.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Believing is half the cure.
Ft. Prudence Rosebury & Melia Gordon


« Et si ça devenait mon surnom ? Dis, dis, dis, t’en penses quoi ? » - Hey c'est pas moi qu'on surnomme hein - Mais à ma tête, c'est clair que j'aime l'idée. Après tout ses ailes ont toujours été fascinantes, magnifiques... et rapides. Flit est un bon parallèle. Les boules de neiges fusent et Mania s'élève dans les airs d'un mètre ou deux, canardant Prudence avec rapidité mais en atteignant rarement sa cible... Mes projectiles sont plus précis mais elle modifie sa consistance pour ne pas vraiment les recevoir et c'est moi qui fait la moue. Finalement je lève les yeux quand Mania crie et je la vois tomber, lamentablement, avant d'exploser de rire. - Bah alors, on sait plus voler? - « Flit Out. Je crois que j’ai eu mon compte pour le moment. » - A côté de moi, je ne l'avais pas vu, un bonhomme de neige s'anime pour se rapprocher de Mania et je souri en l'observant marcher. Oeuvre de Prudence, évidemment.

Je croise les bras sans quitter le bonhomme du regard et souris de plus belle au commentaire de Prue. Froid mais chaleureux. Je me retourne un instant pour prendre mon bâton, debout à côté de moi. Amusant comme les gens ne remarquent jamais qu'il se tient tout seul. Pas en public comme ça en tout cas. Et lorsque je reviens aux filles, Mania est debout et Prue.. Prue est ailleurs. Je l'observe un instant avant de froncer les sourcils. Son visage est tendu, son regard froid et vide. La température a baissé et je tente de contenir le flot de givre qui se répand sur le sol. Tente seulement. Elle lève son regard sur moi et j'y vois la détresse. La distance est rapidement traversée et lorsqu'elle saisi ma main, je sens les cristaux de glaces entre nos deux peaux. Mon regard capte le sien, y cherchant des réponses sans vraiment les y trouver. - « On peut rentrer, s’il te plaît ? » - La pression de sa main sur la mienne se fait plus forte et je m'interroge. Qu'as-t-elle vu? - « C’est pas contre toi, Melia, c’est.. »

Je tourne mon regard vers Mania, pas certain qu'elle puisse vraiment m'aider à comprendre sur ce coup. De toute façon, j'ai bien vu que le sérieux était revenu hanter son visage. Le jeu est passé, transmis aux enfants qui s'en donnent toujours à cœur joie. Ma main serre celle de Prue, contenant sa glace et son froid sauvage et je hausse les épaules. - Si jamais, tu sais comment me trouver. - ai-je lancé à Mania avant de lui dire au revoir. On a nos méthodes. En m'éloignant je lance néanmoins un regard à Mania pour m'assurer qu'elle ne pense pas que Prue la "fuit". Notre départ est plus rapide que je l'aurais prévu, je préfère être certain qu'il ne laisse pas de mauvaise impression. Finalement, nous disparaissons dans les rues de la ville, Prue m'explique et oh.. Tant de choses ratées.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 303
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2973-rudolph-spengler-come-and-hav
Believing is half the cure
curiouser and curiouser

Je tire la langue à Jack, bien sûr que je sais toujours voler, mais il est vrai que cela fait un petit moment que je n’ai pas utilisé mes ailes de façon aussi libre qu’aujourd’hui. Et puis ce n’est pas totalement ma faute, je me suis pris un projectile auquel je ne m’attendais pas ! Certes, je ne peux m’attendre à pratiquement aucun projectile de leur part, viles manipulateur de neige et autre variante gelée qu’ils peuvent conjurer, mais il n’empêche. En revanche, je laisse le petit bonhomme de neige de Snow me faire un « bisou magique » avec un rire de gamine. Oui, peut-être étais-je trop à cheval sur les règles, ou sur nos traditions de manière générale, mais je savais encore retomber en enfance, Santa en était le premier témoin quand je passais parfois le voir dans son atelier. Le Gardien de l’Emerveillement réussissait son œuvre même avec nous autres gardiens. Même Lothar n’est pas insensible aux charmes de la fabrique de Bogdan.

Je me sentais prête à reprendre la bataille, même si je restais au sol, mais tout s’arrête net quand Snow retourne près de Jack et qu’elle demande à partir, d’un coup, semblant en grande détresse sans que je ne comprenne pourquoi. Aurais-je fait ou dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Elle s’empresse de m’assurer que ce n’est pas le cas et si le soulagement me prend le temps d’un quart de seconde, il est très rapidement remplacer par ma curiosité maladive et je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’œil rapide dans sa mémoire sans même qu’elle n’en n’ait conscience, juste pour en avoir le cœur net. Je vois ce qu’elle a vu quelques instants plus tôt et si je ne comprends pas exactement, je me doute. Que cette petite soit un reflet de son passé ou autre chose de tout aussi difficile à supporter même dans le visage d’une autre, et je hoche la tête doucement.

"Je ne le prends pas pour moi, ne t’en fais pas Snow." J’acquiesce aux mots de Jack, ajoutant un vague geste de la main à son regard et finis par ajouter quelques mots "Il en est de même pour toi. Et toi aussi Snow, si jamais tu veux me parler ou quoi que ce soit d'autre, tu sais où me trouver."

Finis-je avec un sourire doux et tendre envers elle. Je les regarde partir puis scanne rapidement les mémoires aux alentours, effaçant consciencieusement les éléments qui pourraient incriminer Snow, Jack ou moi-même d’être autre chose qu’humain. Il n’y en a que très peu, la plupart des gens ayant autre chose à faire que d’observer trois jeunes adultes faire une bataille de boules de neige et j’ai déjà effacé la mémoire des personnes m’ayant vu voler, de ce fait…Il ne me reste plus qu’à rentrer chez moi, moi aussi, à moins que je ne profite de cette belle mais fraîche journée pour me balader un peu dans New-York, profiter un peu des mémoires ambiantes, m’imprégnant de ces souvenirs qui je consignerais par la suite. Cette idée me plaît bien plus que celle de rentrer dans mon petit appartement, et je m’installe sur un banc, observant passer les gens…
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

(Jack/Melia) « Believing is half the cure. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Zimbabwe Issues Half-Billion Dollar Bill
» 06. [Freeman's] Cure for Hangover...
» Jack Skellington

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-