Partagez | .
 

 (Wolsnow) ◊ « What did you expect ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
What did you expect ?
Wolverine & Snow

Ca n’est pas comme rentrer à la maison après un long voyage, ça n’est pas retrouver la sécurité après une errance. Ca n’a rien de tout ce qu’elle aurait cru, quelques mois plus tôt. Lorsqu’elle était coincée à la X-Mansion, persuadée que la Confrérie l’avait abandonnée, elle avait regretté de ne pas pouvoir les retrouver mais, depuis, bien trop de choses avaient changé. Elle n’était plus vraiment la teigne muette d’il y’a trois ans, ni l’amoureuse éperdue d’il y’a.. trop peu de temps. Elle ne s’y reconnaissait pas, dans ce QG et chaque X-Man croisé lui donnait une terrible impression de claustrophobie. Il y’avait ce.. truc indéfinissable coincé au fond de sa gorge qui expliquait sans doute sa décision de ne pas réintégrer son rôle premier, quand bien même elle aurait voulu demeure une X-Woman, parce qu’elle devait bien ça à cette école perdue. Elle n’aurait pas pu. C’était trop tôt ou trop tard, elle n’en savait rien. C’était à Tadeusz qu’elle était venue prouver qu’elle était vivante, c’était tout ce qu’elle était venue faire la première fois, silhouette aqueuse à peine visible qui n’avait pas voulu s’impliquer, simplement le rassurer. Qui oserait dire qu’il n’a aucune capacité de persuasion, mh ? Celui-là serait un pauvre fou. Il ne l’a peut-être pas fait volontairement. Toujours est-il qu’elle s’est sentie redevable, coupable aussi de vouloir une tranquillité que les autres avaient perdu. La Confrérie, alors. Les préceptes du professeur Xavier, malgré tout le respect qu’elle avait pour lui, avaient montré leurs limites à l’instant où Bobby était tombé, à l’instant où elle l’avait perdu, lui qui tentait de lui faire croire en cette paix idéaliste. Ils devaient riposter, ils devaient se défendre, elle ne voulait pas laisser d’autres gamins innocents mourir au nom de ce qu’elle finissait par voir comme une soumission. Contradictions infernales, elle ne se sentait à sa place dans aucun des deux clans, dans aucun véritable idéal, les uns trop violents, les autres trop pacifistes. Magneto avait raison, il avait vu la peur d’homo sapiens bien avant que tout cela dégénère et, finalement, c’était lui le plus apte à les sortir de là, même si au fond Prudence ne comptait pas rester éternellement membre du club des pro-homo superiors. Elle voulait une vie, une vraie vie sans toujours s’acharner à survivre, à garder la tête hors des vagues de la haine. Serait-ce seulement possible ? Elle erre en cherchant à se repérer, évitant le contact de ceux qu’elle croisaient, plus ou moins pressés, plus ou moins nerveux. Elle avait oublié l’inconfort de lieux chauffés, de lieux à température dite agréable, qui n’était synonyme que de désagrément désormais.

Enfin appuyée contre un mur, observatrice silencieuse, elle joue avec le bas noué de son chemisier blanc. Elle aurait préféré tomber sur n’importe qui d’autre, n’importe quel ancien camarade d’emmerdes, tous mais pas Logan. Son regard a croisé le sien, pourtant, ce regard trop bleu et différent de la douceur qu’elle avait appris à avoir avec les gamins de l’Institut, les derniers temps. Quelque chose s’était perdu en route, un peu comme la blondeur de ses cheveux, sacrifiée pour un éclat froid, trop clair, bien involontaire. « Vas-y, te prive pas, dis ce que tu penses. » a-t-elle lâché, plaçant ses mains dans les poches de son jean. Réaction défensive, parce qu’il y’a cette culpabilité qui remonte à la surface, qu’elle avait écartée en vivant avec Jack mais qui n’était pas tarie, pas guérie. Bobby était mort par sa faute, parce que sa mutation avait été plus réactive que la balle qui l’avait traversée. Morte, elle était supposée morte jusque là, introuvable après l’attaque. « Tu prends ça pour de la trahison si tu veux, Wolverine. Le fait est que je pouvais pas. » Silence. Elle a fini par baisser les yeux pour souffler. « Je suis désolée de pas avoir su.. protéger Bobby. » Elle aurait beau dire qu’elle s’en fichait, de ce que pensait Logan, c’était faux. Ca avait toujours été faux, même si elle était insolente et volontiers indisciplinée. Ils avaient perdu un élément positif, utile, un ami, un X-Man et ça, elle avait du mal à se le pardonner.
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 200
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur
what did you expect?
if you eat my heart, you swallow my pain.
Xavier m'a fait chier quand il m'a vu sortir un cigare, et Decay a un peu froncé les sourcils aussi. Putain de polak. Apparemment, je suis soumis aux mêmes règles qu'à la X-Mansion: pas de cigare devant les kids. Les kids. Ils ont plus rien de gamins, mes kids. Pour ceux qui ne l'avaient pas encore vue, ils ont vu la mort et la destruction que notre espèce a sur les talons H24. Ils ont vu les cendres et les rires et les expressions extatiques de ces putains de Watchers. Ils savent qu'on ne sera en sécurité nulle part, sauf ici. Et encore. Et encore...
J'ai pas le droit de fumer mon cigare du coup je le mâchonne entre deux longues gorgées de bière. Commence à y avoir pas mal de bouteilles au pied du canapé, mais personne ne vient me déranger. Je regarde le match des Mets à la télévision silencieuse du coin de la pièce, loin du reste des autres mutants. Je n'ai envie de parler à personne. Je repense aux ruines de la X-Mansion.
Je repense au regard placide de Roulettes me disant que Bobby était mort.

Putain, Bobby. Voilà ce que je me suis dit: putain, Bobby. Fils de pute, tu devais pas mourir. Pas comme ça, jamais.
Putain. Putain, Bobby. Je me souviens du gamin qu'il a été. Le gros nul, avec Malicia et le gros nul, avec tout le monde. Je me souviens du gars génial qu'il est devenu. Enfin génial. Je me comprenais.
Quand j'ai croisé le regard de Snow, je l'ai soutenu. Mouvement dans l'encadrement de la porte dans le coin de ma vision, et elle était là. J'aurais dû détourner le regard, retourner à ma rediffusion du match, mais j'ai pas pu. Il y a un truc dans son regard. On revient jamais de la mort d'un proche. On a l'impression qu'on en revient, mais pas réellement. Et je sais que c'est pas la première personne qu'elle a perdu. Mais c'est peut-être la plus importante. « Vas-y, te prive pas, dis ce que tu penses. » J'ai envie de lui dire que je suis désolé. Que j'ai pas besoin de sa permission pour dire mes pensées. Qu'elle comprend pas. Que je comprends pas.
Je dis rien. Je pense à rien. « Tu prends ça pour de la trahison si tu veux, Wolverine. Le fait est que je pouvais pas. » Rester. J'comprends. J'pensais qu'elle était morte. Et puis, elle a le droit. Moi aussi, je voulais partir. Comme après la mort de Jean. Partir, revenir dans des années.

Mais j'peux pas les laisser comme ça. Eux, eux tous, les kids, Xavier, Ororo, les rescapés, les blessés. Mais je lui en veux pas. Je déteste ce qu'ils ont fait tous les deux à Malicia mais et alors? Il était toujours Bobby. Putain, Bobby. Et elle toujours Prudence. « Je suis désolée de pas avoir su.. protéger Bobby. » Je la fixe un instant de plus. “ Ta gueule, ” je dis simplement, au bout d'un temps interminable, en détournant les yeux vers mon écran de télévision silencieux. J'ai loupé un home run. Fils de pute. “ Je suis désolé de pas avoir pu tous les protéger, je dis juste. Tu me blâmes? Non. Parce que tu sais que j'aurais pas pu et que c'est pas ma faute. Donc ta gueule. ” Je m'assieds correctement sur le canapé, invitation hésitante si elle veut s'y asseoir aussi; elle peut rester debout, je m'en fous. Mes yeux restent rivés sur l'écran. “ Ça m'empêche pas de me sentir coupable quand même. ” Un poids qu'on doit tous les deux partager, désormais. “ Tu vas pas rester, hein? ” Les yeux fauves se confrontent enfin à la glace. “ Nan, tu vas pas rester. C'est pas grave. Prends ton temps. ” Je repense à Malicia, que j'ai vu dans les couloirs du QG. Malicia... “ Je sais ce qu'il représentait pour toi. ” Ben et Jerry's, je les appelais. Ben et Jerry's.
Putain, Bobby.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
What did you expect ?
Wolverine & Snow

Elle a l’habitude du vocabulaire de Logan, dont le second prénom s’il en avait eu un ne serait certainement pas ‘délicatesse’. Elle n’a pas passé trois ans à le supporter pour ne pas connaître sa manière de parler, cette façon de dire tout haut ce qu’il pense, sans vraiment se soucier de la façon dont ce serait reçu. Il n’était pas celui dont on attendait la plus grande des tendresses mais il était attaché à tous les gamins qui avaient grandi à l’institut, alors oui, Snow se doute que quelque part au fond de son coeur de bête poilue, il rumine. « Je suis désolé de pas avoir pu tous les protéger, » comme quoi, c’est bien la première fois qu’ils ont un point commun. Ca et l’incapacité à crever proprement. Mais ça.. ça Snow n’en a jamais vraiment parlé, pas à Logan, à presque personne en fait. Elle n’a pas beaucoup aimé les évolutions de sa mutation et si la forme aqueuse avait été difficile à rater, le reste elle avait préféré le passer sous silence, le temps d’en digérer les conséquences. « Tu me blâmes? Non. Parce que tu sais que j'aurais pas pu et que c'est pas ma faute. Donc ta gueule. » Il bouge mais pas elle. Elle reste là, debout, parce qu’elle ne sait pas trop quoi faire, quoi dire. Non, elle ne le blâme pas, elle ne le peut pas parce qu’il n’est en rien responsable de ce bordel. Il a essayé, Logan. Il a essayé de bouger un peu les choses mais à quoi bon, quand on croit encore à la paix ? Quand ils ont tous été assez stupides pour rester si passifs. C’était ni plus ni moins qu’un appel à les éradiquer, cette façon de toujours croire qu’il y’a du bon en l’humanité. Et par humanité, elle les met tous dans le même panier, homo sapiens et homo superiors, incapables de se tolérer, de trouver une manière de coexister. C’était peut-être pas possible, en un sens. Elle ne savait plus. Elle ne savait plus quoi penser, vers quoi se tourner, comme si elle n’avait plus vraiment de place définie dans ce chaos. Autrefois, elle aurait rallié sans une once d’hésitation le discours de la suprématie mutante mais là.. Bobby était mort. Bobby, celui qui lui avait ouvert une vie meilleure, qui lui avait appris à être quelqu’un de bien, de mieux. De mieux ouais. Mais c’était pas elle, tout ça, quelque part. Bien sûr qu’elle pouvait être maternelle et bienveillante mais se fondre dans une vie normale, une vie comme le psychologue l’entendait, en s’adaptant, en taisant trop de leurs capacités ? Non. Il avait fallu qu’il meure pour qu’elle comprenne. Quelle conne.

« Ça m'empêche pas de me sentir coupable quand même. » Un soupir. Juste un soupir. « Tu vas pas rester, hein? » Les regards se croisent à nouveau et les yeux de Prudence ne mentent pas. Non, ils sont trop expressifs, trop révélateurs et ça n’a rien à voir avec leur couleur, c’est autre chose, ce truc qu’on finit par avoir quand on a vu trop de morts. « Nan, tu vas pas rester. C'est pas grave. Prends ton temps. » Elle ne parle toujours pas. Elle a sûrement perdu sa langue, entre temps. Ou ça reste coincé au fond de sa gorge. Elle bouge, finalement, pour venir s’asseoir. La proximité c’était pas leur truc mais peut-être que, là, les circonstances étaient différentes. « Je sais ce qu'il représentait pour toi. » « Un avenir qu’on n’aura pas. » C’était ça, qu’il représentait. « J'aurais pas pu lui donner ce qu'il voulait, c'est bien connu. » Elle esquisse un sourire. Un sourire qui tente de dédramatiser les choses, parce que si elle ne dédramatise pas, elle ne s’en sortira pas. Les bouteilles de bière sont déjà en train de subir la morsure du froid, ce froid autrefois suffisamment sous contrôle pour ne pas devenir gênant mais là.. là elle ne contrôle pas vraiment, ni le givre ni ses émotions. Elle enterre et c’est autre chose qui parle pour elle. « Logan, c’est ma faute. Ce qui l’a tué m’était destiné, ça m’est passé au travers. Et je peux pas regarder les X-Men en face - ou Malicia et les autres -, en sachant ça. » Elle lui devait bien la vérité, non ? « On est condamnés à perdre les gens, quand on arrête de vieillir normalement.. j’espérais juste que lui, j’le perdrais parce qu’il aurait fait sa vie avec quelqu’un de bien, pas parce qu’un enfoiré s’est octroyé le droit de tuer. » Elle en perd sa politesse, la Snow. En même temps, c’est extrêmement poli comparé à ce qu’elle ressent, intraduisible en une quelconque insulte. « Je reste pas, pas à temps plein mais je vais pas fuir. X-Woman, c’était pas une vocation.. mais avant tout ça, ça voulait dire quelque chose. Ca voudra peut-être à nouveau dire quelque chose dans cinq ans.. » Simplement elle ne pouvait plus, elle avait besoin d’aller au bout du processus de deuil, oublier ce passé là, terminer ce qu’elle n’avait pas terminé avant l’amnésie.. et revenir, qui sait ? Si quelqu’un remontait l’Institut, si l’école renaissait de ses cendres. Y’avait Ororo pour ça. « Quand cette alliance bizarre aura réparé ce bordel. » Peine à croire qu’ils cohabitent, clairement.
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 200
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur
what did you expect?
if you eat my heart, you swallow my pain.
« Un avenir qu’on n’aura pas. » Un avenir. Ah! Un avenir, ouais, ils l'auront jamais, parce qu'il est mort. Et peut-être qu'elle a l'impression que c'est la fin du monde. Peut-être que c'est la fin du monde. Je sais que c'est con, mais je sais qu'elle va s'en sortir. Qu'elle retombera amoureuse, ou pas. Qu'elle refera sa vie, pour sûr. La perte de Bobby est une perte terrible pour les X-Men et les mutants, pour cette alliance maladroite et pour elle, pour moi. La perte de Bobby, c'est la perte de ce que je pensais être un fait, quelque chose qui ne changerait pas, jamais. La perte de Bobby, elle réveille un feu terrible dans mes veines, à la hauteur d'une rage divine. J'ai envie de déchirer du Watchers à mains nues. C'est leur faute, c'est leur faute à tous, ces misérables homo sapiens... je comprends le sentiment de Magneto, brusquement, la terrible haine, viscérale, envers ceux qui nous haïssent et nous rejettent, nous torturent et nous tuent depuis des dizaines d'années. Je comprends. Seuls les dieux n'ont pas de soucis, comme disait Homère, les misérables mortels sont destinés à vivre plein de tristesse.
Putain, je me fais poète. Je finis ma bière d'un mouvement rageur en me penchant pour en récupérer une autre du pack à mes pieds.

Elle s'est assise sur le canapé à côté, et je sens déjà le froid hérisser les nombreux poils de mes avant-bras, mais je ne commente pas. Tout comme je ne commente pas son nouveau brushing ou la couleur plus glaciale que jamais de son regard. « J'aurais pas pu lui donner ce qu'il voulait, c'est bien connu. » Je grogne comme toute réponse, tout d'abord, saoulé que ma bouteille soit si froide dans ma main même si je suis contente que la bière soit fraîche. Je décapsule et amène aussitôt le goulot à mes lèvres pour une longue gorgée. “ Dis pas de la merde, tu me casses les oreilles, ” je grogne. J'imagine qu'ils s'aimaient vraiment. J'ignore où ils en étaient vraiment mais je m'en fous. Quoiqu'il se soit arrivé... ils auraient pu être heureux. On a tous le droit d'être heureux, même les filles insupportables comme Snow, même les mecs nuls comme Bobby. Mais les Watchers leur avaient retiré ça.
« Logan, c’est ma faute. Ce qui l’a tué m’était destiné, ça m’est passé au travers. Et je peux pas regarder les X-Men en face - ou Malicia et les autres -, en sachant ça. On est condamnés à perdre les gens, quand on arrête de vieillir normalement.. j’espérais juste que lui, j’le perdrais parce qu’il aurait fait sa vie avec quelqu’un de bien, pas parce qu’un enfoiré s’est octroyé le droit de tuer. » Elle a arrêté de vieillir normalement, hein? C'est nouveau, ça. Ceci dit, je garde pas vraiment la liste des pouvoirs de tout le monde, ça deviendrait vite saoulant. Je ne réponds pas, j'attends qu'elle ait fini de parler. « Je reste pas, pas à temps plein mais je vais pas fuir. X-Woman, c’était pas une vocation.. mais avant tout ça, ça voulait dire quelque chose. Ca voudra peut-être à nouveau dire quelque chose dans cinq ans.. » Cinq ans. Elle fait pas chier, quand même. « Quand cette alliance bizarre aura réparé ce bordel. » Je grogne mon assentiment. Bizarre, c'est le mot. Inhumaine, c'est le sentiment. Bordel, c'est mon état d'esprit depuis quelques semaines maintenant.

Prends le temps que tu veux, je lui répète, rebraquant mes yeux sur la télévision. Putain j'ai loupé d'autres points. Mais n'oublie pas d'où tu viens. Et qu'on a besoin de toi. ” Je devrais peut-être lui dire qu'elle devrait puiser dans son chagrin et son deuil la force pour rester et se battre, mais je ne le fais pas. Je sais mieux que quiconque que quand on perd quelqu'un d'important... c'est parfois mieux de s'éloigner, de se laisser du temps.
Pour revenir plus fort. “ Je m'en fous de pourquoi tu pars, Snow. Tout ce que tu dois savoir, c'est que c'est pas de ta faute. J'm'en fous de combien t'y crois et de combien tu culpabilises, c'est pas ta faute. Capiche? Pense à ça la prochaine fois que t'as envie d'te foutre en l'air. Même si t'y crois pas. Penses-y. Et puis, tu sais c'est qui, le coupable? C'est celui qui a tiré la balle, pas celui qui n'est pas parvenu à l'arrêter. ” Nouvelle gorgée de bière. “ Oh putain, oh putain, oh putain...! ” Le striker loupe la balle. Fils de pute. Nouvelle gorgée de bière. Énervée, celle-là. “ Quoiqu'il arrive, on sera toujours là. Et tu seras toujours la bienvenue. ” Je repose la bière contre mon ventre, avachi que je suis sur le canapé, les yeux rivés sur la télévision. Je ressens à peine les effets de l'alcool, même si j'en ai avalé une quantité plutôt incroyable. J'ai juste envie de pisser maintenant. “ Bref, on s'en fout. Et puis- oh putain, tu sais quoi? J'te préfère à ce trouduc qui fait passer toutes les balles, il est en train de faire perdre tout le monde et oh putain de bordel de merde que ça me casse les burnes. ” Je sais que c'est une rediffusion mais je suis de mauvais poil, donc c'est simple de s'emporter contre un match dont l'issue est déjà oubliée et poussiéreuse. À croire que y'a que des vieilles rediffs sur les télévisions de la Confrérie. “ C'est quoi le délire avec le vieillissement? ” je demande finalement, lui jetant un regard en coin malgré moi, curieux et... surpris. Ce n'est pas quelque chose de bien, pour personne, cette putain de malédiction.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
What did you expect ?
Wolverine & Snow

« Dis pas de la merde, tu me casses les oreilles, » Il ne peut pas savoir, Logan. Et elle n’a pas envie qu’il sache, finalement, où ça en était, où ça n’était pas allé. Où ça aurait fini par foirer, aussi. Parce qu’il y’avait forcément des choses qui n’auraient pas été idéales. Elle s’était disputée avec Bobby, souvent, trop, sur des sujets plus ou moins débiles. Mais aussi sur l’essentiel : la folie. Le doute, toujours, sur ce qu’elle ressentait ou disait, sur ce qu’elle voyait parfois. Elle comprenait mieux, désormais mais les X-Men n’avaient pas besoin d’entendre parler de ce genre de défauts. Elle a juste esquissé un sourire, parce qu’il n’y’avait rien d’autre à faire. Un sourire désolé. « Mais n'oublie pas d'où tu viens. Et qu'on a besoin de toi. » Un soupir bref, qui aurait pu être un rire sceptique si il n’était pas mort au bord de ses lèvres. Et puis quoi encore ? Elle avait toujours pensé que personne n’avait besoin d’elle. Toxique. Le froid, c’est solitaire. « Je m'en fous de pourquoi tu pars, Snow. Tout ce que tu dois savoir, c'est que c'est pas de ta faute. J'm'en fous de combien t'y crois et de combien tu culpabilises, c'est pas ta faute. Capiche? » C’est presque bizarre d’entendre Logan dire des mots sympathiques. Toujours avec la même délicatesse de taureau qui charge mais il fait un effort. Elle voit bien qu’il est aussi peu doué qu’elle pour parler de ce genre de choses. « Pense à ça la prochaine fois que t'as envie d'te foutre en l'air. Même si t'y crois pas. » Moue sceptique. Elle n’a plus envie de se foutre en l’air, comme il dit, elle a essayé trop de fois. Le coupable, c’est celui qui a tiré. Oui, sans doute. Ca se défend, indéniablement mais elle a du mal à ne pas avoir la sensation terrible d’avoir les trois-quart de la responsabilité. « Mort. » a-t-elle simplement dit. Evidemment qu’il était mort, cet enfoiré. Elle avait le meurtre facile, Prudence. Un défaut pour Bobby, un truc que Logan n’avait pas tellement à reprocher, vu ses méthodes, vu le sang qu’il avait sur les griffes depuis des années. La bière est sûrement trop fraiche et le joueur trop nul. A vrai dire, elle n’y connait rien en sports. Sauf quand il s’agit d’aller péter les genoux - pour être polie, en général ça se passe plus haut - à deux-trois ennemis. Là elle se défendait, et elle connaissait les non-règles du jeu. Ca la fait sourire, cette façon de s’énerver contre le téléviseur, comme si ça allait changer le monde ou le déroulement du match.

« Je vais aider Magneto. Si Alec crois qu’il peut choisir de faire l’idiot sans surveillance, il se trompe. » Oui, elle assume le choix et elle sait pourquoi elle le fait. Les X-Men avaient leurs adultes responsables, leur corps professoral ou ce qu’il en restait. La Confrérie c’était différent et Alec.. Oh Alec était intenable. Magneto allait le broyer. Et il aimerait sans doute ça. Elle n’est pas très à l’aise à l’idée de retrouver les rangs de cette ‘famille’, elle n’avait pas été tendre avec le leader mais le passé était le passé, ils devaient tous avancer. « Quand ça sera fini, j’oublierais pas d’où je viens. » Fini, oui. Si ça finissait un jour.

« Et puis- oh putain, tu sais quoi? J'te préfère à ce trouduc qui fait passer toutes les balles, il est en train de faire perdre tout le monde et oh putain de bordel de merde que ça me casse les burnes. » « Tu sais que c’est pas en direct, hein, rassure-moi ? » Ca manquait de chaos, pour du direct. Ca manquait pas d’un dictionnaire des vulgarités chez Wolverine, en tous cas. « C'est quoi le délire avec le vieillissement? » Elle fronce les sourcils, parce qu’elle doit réfléchir à la manière d’expliquer les choses. Elle le détaille un moment avant de se pencher et de - tenez-vous bien - voler sa bière. Si, si. Un sourire malicieux sur les lèvres. C’est d’autant plus bizarre que Snow ne tient pas l’alcool, elle n’en a jamais bu une seule goutte durant les années passées à la X-Mansion, elle l’a dit, c’est de notoriété publique : elle ne tient pas l’alcool. Jamais. Même dilué. Apparemment, un truc a changé. Ou elle a passé les dernières semaines à s’enfiler des bouteilles, parce qu’elle ose la descendre, cette bière. Tout ça pour quoi ? Pour casser la bouteille et s’entailler la paume de la main. Ca valait mieux que tous les discours. Et s’il n’avait pas voulu un peu de sensationnel, il n’aurait pas prétendu qu’il la préférait au maladroit en rediffusé. Le sang ne perle pas longtemps, la plaie devient liquide et se referme, sans laisser de trace, pas même l’hémoglobine nettoyée par l’eau. « Ca ne suffisait pas, d’être trop froide pour le commun des mortels. Fallait en plus que je sois condamnée à errer. Plus que.. » Elle préfère ne pas prononcer son nom, parce qu’elle sait très bien que Bobby pouvait régénérer par la glace, que ça ne semblait pas avoir affecté sa longévité. « Blessures superficielles, elles se referment. Blessures graves, il me faut un liquide froid. En général, je suis un liquide froid, mais ça ne règle pas toujours entièrement le problème. » Haussement d’épaules. « Je ne suis pas morte parce que je n’y suis pas parvenue, Logan. C’est pas un choix. J’ai essayé il y’a six mois, j’aurais essayé encore après tout ça mais ça ne sert à rien. Tu sais mieux que personne combien c’est inutile. » Sourire contrit, si navré. « En plus j’peux pas boire pour oublier. » Oui, apparemment, il a vu ça.  
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 200
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur
what did you expect?
if you eat my heart, you swallow my pain.

« Je vais aider Magneto. Si Alec crois qu’il peut choisir de faire l’idiot sans surveillance, il se trompe. » Je peux pas m'empêcher de grogner à la mention du vieux juif, après tout, il m'a toujours tapé sur les nerfs, et ça n'a rien à voir avec le fait qu'à cause de mon squelette d'adamantium, il est sans doute la seule personne sur Terre que je crains réellement. Rien. À. Voir. Mais tout de même. Toutefois, je comprends le sentiment. Même si je n'avais jamais été fan de pépé feuj, il fallait avouer qu'il était l'un des seuls à prêcher une vérité et un futur viables pour les X-Men. Charles... Charles s'était perdu dans ses délires pacifiques de bisounours. Il avait perdu sa voie, et c'était désormais quasiment impossible pour lui de voir, réellement voir, qu'il n'y avait plus de paix possible avec les homo sapiens ou en tout cas, pas ainsi. Il fallait tuer le problème à la source. Pour l'instant, du moins, mon seul souci était de nous venger. Venger de la destruction de la X-Mansion, de nos morts, de tout ce qu'on avait subi ces derniers mois. Les Watchers allaient payer. « Quand ça sera fini, j’oublierais pas d’où je viens. C'tout c'que j'veux entendre, Snow. On dirait pas comme ça parce que je le montre pas mais vous êtes un peu ma famille. Vous tous, ” je rajoutais en lui adressa un coup d'oeil en coin, réprimant un léger sourire. Malgré nos conflits et nos disputes et Malicia et Bobby... c'était impossible pour moi de mentir en disant que je m'en fichais d'elle, d'eux tous, comme d'une guigne. Parfois, les autres ne comprenaient pas trop mes manières bourrues et distantes. Ils préféraient les mots. Pas moi.

Bon j'suis saoulé par ces émotions. J'ai pas l'habitude. Je préfère pester sur le match. « Tu sais que c’est pas en direct, hein, rassure-moi ?Ouais, ça capte pas ici. Mais quand même, j'ai jamais vu c'match, ok? C'est du live pour moi, ” je rétorque aussitôt (non sans un grain de vexation) et en faisant la moue. Je lui demande ensuite par rapport à sa remarque sur le vieillissement et cette connasse me vole ma bière.
Putain, d'abord la X-Mansion et maintenant ma bière. On aura tout vu. Ils m'auront tout volé, ces couillons d'X-Men. En plus de ça, elle gâche mon précieux liquide — même si bon, pour être honnête, la bouteille était à moitié vide — en la brisant... et passant, avant que j'ai le temps de réagir (j'assume que de toutes façons elle sait ce qu'elle fait et j'suis pas l'infirmière qui va m'occuper de leurs p'tits bobos), les bords acérés du verre sur sa paume, l'entaillant profondément. La plaie se résorbe en un clin d'oeil. Je grogne. Dommage pour elle. « Ca ne suffisait pas, d’être trop froide pour le commun des mortels. Fallait en plus que je sois condamnée à errer. Plus que.. » Bobby. Ouais, classique. Star-crossed lovers. « Blessures superficielles, elles se referment. Blessures graves, il me faut un liquide froid. En général, je suis un liquide froid, mais ça ne règle pas toujours entièrement le problème. Je ne suis pas morte parce que je n’y suis pas parvenue, Logan. C’est pas un choix. J’ai essayé il y’a six mois, j’aurais essayé encore après tout ça mais ça ne sert à rien. Tu sais mieux que personne combien c’est inutile. » J'hoche la tête, un peu sèchement. Ouais. Ouais, je sais. Mon seul espoir, c'est de vieillir de vieillesse, vu que mon organisme s'occupe lentement, trèèèès lentement de me faire vieillir. Et sinon... je n'ai pas encore trouvé de solution à mon problème. Pour être honnête, je n'y ai pas trop réfléchi, une fois que j'ai compris que c'était quasiment perdu d'avance, de mourir j'veux dire. La première fois que j'ai pris une balle dans la tête, un truc a changé. J'ai décidé de m'engager dans des guerres. De mourir s'il le fallait.
La première fois que j'ai sauvé la vie d'un mutant, un autre truc a changé. J'ai décidé de vivre. « En plus j’peux pas boire pour oublier. » Je souris en coin, malgré moi, prenant une autre bière à mes pieds et l'ouvrant d'une torsion de la main. “ M'en parle pas. Rince toi à l'eau-d'vie, parfois ça va plus vite que la régénération. ” Je montre la bouteille de bière. “ Moi j'aime juste le goût.

Elle a vraiment une vie de merde, n'empêche, Snow. On a tous des vies de merde, mais elle plus que les autres, semble-t-il... même si bon, c'est vrai que c'est pas une compétition. “ T'sais c'que ça veut dire? Qu'à la fin, y'aura que toi et moi. Ils vont tous mourir, tu le sais, n'est-ce pas? Tous. Enfin, la plupart, j'imagine. Ils vont tous mourir et à la fin, y'aura plus qu'toi et moi. ” J'ai rebraqué mes yeux sur la télévision, regarde le match sans vraiment le suivre. “ Tout le monde meurt, et puis tu te promets de plus aimer quiconque de nouveau, et puis ça arrive, encore et encore, comme une p'tain de ritournelle. Y'a rien à faire. Si tu te fermais aux autres et te refusais d'aimer, tu renonc'rais à ton humanité. Alors profite. Je sais que Bobby est mort, je sais que c'est douloureux, je sais que t'as l'impression que ça n'ira jamais mieux, mais ça ira mieux. Un jour ça ira mieux. Crois-moi. ” Je repense à Jean. Son visage tordu par la douleur. “ P'tain, si seulement Charles m'payait aussi pour donner des leçons de philo, j'te jure...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
What did you expect ?
Wolverine & Snow

Logan n’était pas un expansif, pas du genre à exprimer des émotions coulantes à tort et à travers. Il y’avait quelque chose d’étonnant à l’entendre dire qu’ils étaient tous sa famille, d’autant plus pour elle qui n’avait pas toujours été en accord avec les X-Men. Intégrée comme une thérapie, pour combler le vide laissé par l’amnésie, parce qu’elle avait eu besoin de donner un sens à sa vie, contre l’avis de Bobby d’ailleurs. Pas le même genre de glace, pas les mêmes compétences. Et cette notion de famille.. elle avait longtemps considéré Tadeusz comme sa famille, longtemps vu la Confrérie comme sa maison, l’Institut comme une prison.. à peine était-elle prête à changer de vision que tout s’effondrait tel un putain de cercle vicieux. Prudence ne savait guère où se placer dans tout cela, si ce n’est du côté de la vengeance, comme si cela pouvait effacer la brûlure glaciale de la colère. « Normalement on évite de choisir une famille encore plus déséquilibrée que la moyenne. » Il ne fallait pas non plus s’attendre à un épanchement d’affection, l’humour en réponse suffisait largement à faire comprendre qu’elle ne savait pas comment réagir à .. tout ça. Garder la tête hors de l’eau, seule option. Sans mauvais jeu de mots pour une flaque. « Ouais, ça capte pas ici. Mais quand même, j'ai jamais vu c'match, ok? C'est du live pour moi, » L’air un brin vexé, bougon à la Logan, ce qui lui tire un sourire, à l’observatrice. Ce qui l’aide sans doute à la voler, cette bière, à se tailler la peau dans le but de fournir une explication claire, indéniable. Le gène X s’acharnait parfois, Wolverine ne dirait certainement pas le contraire. Souvent, elle se demandait comment il tenait encore debout, comment il supportait cette vie, les humains, les gens en général.

« M'en parle pas. Rince toi à l'eau-d'vie, parfois ça va plus vite que la régénération. » Une moue sur le minois de la mutante. Il aime le goût, ce qui expliquait le nombre de bières. « J’ai pas.. comment dire ? L’alcool m’a créé des problèmes, avant d’intégrer l’Institut. Le seul avantage de l’amnésie c’est qu’on oublie ce qu’on a pu faire. » Elle vivait mieux l’idée d’avoir été une poupée entre les doigts d’hommes dont les visages ne lui apparaissaient pas - en dehors du responsable de cette situation déviante - mais elle avait toujours évité d’en parler, préférant l’image d’une intouchable froideur. « T'sais c'que ça veut dire? Qu'à la fin, y'aura que toi et moi. Ils vont tous mourir, tu le sais, n'est-ce pas? Tous. Enfin, la plupart, j'imagine. Ils vont tous mourir et à la fin, y'aura plus qu'toi et moi. » Il fixe son regard sur la télévision et elle préfère contempler le vide, contempler l’absence. Lui et elle, oui. Différents et tristement similaires sur certains points, sur cette nécessité à batailler pour quelque chose histoire de pas se perdre ou au moins histoire de trouver une fin, quelque part, d’une manière ou d’une autre. Sinon quoi, le rien ? L’éternité sans lui donner de sens ? Et par miracle, elle n’était pas immortelle, elle finirait bien par trouver quelqu’un apte à la lui arracher, cette existence. « Tout le monde meurt, et puis tu te promets de plus aimer quiconque de nouveau, et puis ça arrive, encore et encore, comme une p'tain de ritournelle. Y'a rien à faire. Si tu te fermais aux autres et te refusais d'aimer, tu renonc'rais à ton humanité. » Le rire est amer, cette fois, bref et brûlé d’acidité, de regrets peut-être aussi. « T’as l’impression que j’ai de l’humanité, Logan ? » « Alors profite. Je sais que Bobby est mort, je sais que c'est douloureux, je sais que t'as l'impression que ça n'ira jamais mieux, mais ça ira mieux. Un jour ça ira mieux. Crois-moi. » Ca ira mieux, oui. C’est un fait. Elle avait moins envie de tenter toutes les méthodes de suicide possible et si elle ne parvenait toujours pas à parler de Bobby sans avoir le coeur serré, elle ne pleurait plus. « J’enfermerais pas quelqu’un dans ce genre de relation. Le froid.. c’est pas un truc facile à vivre. Y’a pas d’esquimaux dans le coin. Y’avait Bobby.. y’a sûrement d’autres personnes qui peuvent survivre mais peu qui n’en souffriraient pas d’une manière ou d’une autre et.. je ne suis peut-être pas assez égoïste pour ça. » L’espoir était une chose apprise avec Iceman, morte avec lui finalement. « J’ai rien à offrir.. j’peux pas donner une famille ou une vie normale alors disons que j’préfère faire la guerre. » Hé, vingt-cinq ans tout juste et déjà blasée. « Est-ce que t’as seulement réussi à construire quelque chose de durable, toi ? Sans qu’on te chasse parce que t’es mutant, sans perdre tout ce que t’avais ? On a d’autres chats à fouetter qu’essayer de brûler les étapes pour tenter d’avoir une pseudo vie. Et même en essayant, Bobby m’a prouvé malgré lui que ça servait à rien d’autre qu’à souffrir.. et à manquer geler toute la X-Mansion. » Ouh, folle ambiance. « J’y connais rien mais ces mecs ont vraiment l’air mauvais. » Dans le match, ouais.   
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

(Wolsnow) ◊ « What did you expect ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02. Didn't expect to meet you there...
» Jade Bennson - Hey ! What did you expect ?
» Hey, What did you expect? ~ Caleb
» The glory of Rome did not expect. [PV : Marcus Vinicius & Claudia Cassia]
» GWEN ღ When she was just a girl, she expect to the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-