Partagez | .
 

 Libre + There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser
Libre
Ça faisait plus de trois mois qu’elle était arrivée avec l’un des convois. Trois mois qu’elle était coincée sur cette planète infernale à passer ses journées à essayer de modifier les T-47 pour qu’ils puissent survivre aux températures glaciales. Elle avait finalement réussie, avec l’aide de l’ensemble des autres ingénieurs et attendait depuis que les troupes restées sur Yavin IV ne les rejoignent.

« Ferguson c’est bien ça ? » Meryl tourna la tête dans la direction de la voix, quittant le Speeder sur lequel elle travaillait des yeux et sentit immédiatement ses joues s’empourprer. Elle laissa tomber les outils qu’elle tenait et fit un rapide salut militaire à son vis à vis. « Capitaine Solo. » Il lui rendit son salut avec un sourire en coin. « J’ai entendu dire que vous vous débrouillez en mécanique ? » Elle acquiesça silencieusement, préférant ne pas prendre la parole et risquer de bafouiller. Elle était quand même en train de parler au capitaine Han Solo ! « J’ai un problème de coupleur sur le Faucon. » Il désigna le vaisseau stationné à l’autre bout du hangar du pouce. « Est ce que vous pourriez voir avec Chewie pour essayer de m’arranger ça ? » Il était sérieux là ? Non, il ne pouvait pas être sérieux. Il était vraiment en train de lui demander si elle pouvait travailler sur le Faucon Millenium ? Elle devait être en train de rêver.
Elle refit rapidement un salut militaire tout en reprenant. « Avec plaisir capitaine ! » Il hocha faiblement la tête et s’éloigna rapidement, la laissant seule, perdue et cherchant encore si elle venait d’halluciner.

Les hauts-parleurs du hangar se mirent en route, lui faisant relever la tête et elle ne put réprimer un sourire en entendant la phrase prononcée. « Evacuez l’aire atterrissage, vaisseaux en approche. » Il n’y avait pas eu de mission de vol depuis des jours donc ce message ne pouvait signifier qu’une chose. Les retardataires de Yavin arrivaient enfin.
Elle regarda les lourdes portes du hangar s’ouvrir et son sourire s’agrandit un peu plus quand elle commença à distinguer des X-Wing en approche au loin.
Elle reconnu rapidement le chasseur de Vasiliy et se mit courir vers son aire d’atterrissage, ignorant les ingénieurs qui lui faisaient signe de rester en retrait.

Le chasseur se posa rapidement et elle n’attendit même pas que ses moteurs soient coupés pour poser sa main sur son fuselage, le caressant affectueusement en soufflant un. « Tu m’as manquée ma belle. » Ce X-Wing était de loin son préféré. D’une part parce qu’il était le premier sur lequel elle avait travaillé mais aussi parce que c’était celui de son mentor. Vasiliy. C’était lui qui lui avait sauvé la vie en la ramenant à la rébellion.

Meryl regarda Vasiliy descendre du cockpit en sautillant sur place et se jeta sur lui au moment où il mit le pied au sol. Elle lui sauta dessus et passa ses bras autour de son cou, l’écrasant sous son poids et l’embrassa bruyamment sur la joue en éclatant de rire. « Tu m’as manqué vieux débris ! » Elle le libéra d son étreinte et se laissa retomber au sol sans quitter son sourire. « Je vois que t’as pris soin de mon bébé. » Elle désigna le chasseur de la tête. Elle écarta ensuite les bras, désignant le hangar autour d’eux. « Bienvenue au paradis ! Moins soixante degrés la nuit tombée et c’est à peine plus chaud pendant la journée. » Elle lâcha un petit rire et l’attrapa par l’épaule pour le forcer doucement à avancer avec elle. « Viens, il faut que je te fasse visiter et que tu me racontes ce que t’as fait pendant tout ce temps. » Elle s’immobilisa brusquement. « A moins que tu sois attendu pour un débrief ? » Il venait à peine de rentrer et devait sûrement faire son rapport aux officiers mais ça pouvait bien attendre un peu non ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser
Libre
Il s’est réveillé à l’intérieur d’un vaisseau qu’il ne connaît entre deux caisses de cargaison.

Qui est-il déjà ?

Qu’est-ce qu’il fait là ?

Il se redresse et passe une main dans sa nuque. Lorsqu’il la retire, il y a du sang. Est-ce que c’est le sien ? Il n’en sait rien, mais probablement parce que ça lui fait mal quand il touche derrière sa tête. Il bouge ses bras puis ses jambes pour vérifier s’il a quelque chose qui est cassé. Apparemment non. Juste une blessure au niveau de son crâne. Il soupire et s’extirpe de son siège de fortune. Il essaie de rassembler ses derniers souvenirs, mais il n’y a plus rien. Juste du vide et toujours du vide et ça l’embête un peu. Et il fait froid aussi non ? Il se lève et vacille une fois, deux fois avant de se stabiliser. Il a des points noirs devant ses yeux et ils dansent et ils lui donnent la nausée aussi. Lorsqu’il a l’impression que ça va mieux, il essaie de sortir du vaisseau. Chose facile vu qu’il est grand ouvert sur l’extérieur et un air glacial lui gèle les os. Il baisse sa tête pour s’apercevoir qu’il n’est pas en tenue pour survivre à un temps pareil. « Y a quelqu’un ? » Couine-t-il en enroulant ses bras autour de lui. Aucune réponse. Il n’a pas d’autres choix, n’est-ce pas ? Il va devoir sortir sur cette planète qu’il ne reconnaît pas pour essayer de trouver des gens qui peuvent l’aider.

C’est quoi déjà qu’il se passe ?

Il ne se souvient vraiment de rien. Absolument de rien.

Il titube jusqu’à la sortie et il remarque à quel point tout est glacé sur cette planète. Il ne désespère pas à trouver de la vie. Si un vaisseau a atterri ici c’est forcément qu’il y a quelqu’un. Il commence sa marche. Il a une colline à grimper, mais il n’a aucune idée s’il va survivre ou non. Le froid lui fait mal au niveau de sa blessure derrière la tête, mais tant pis, il commence tout de même son ascension. Il sent ses dents qui claquent et son corps qui tremble et l’envie irrésistible de s’allonger au sol et de dormir. Il secoue la tête, son instinct de survie dicte ses gestes et il continue de grimper. Il sent qu’il ne lui reste que quelques mètres et il espère trouver un brin de civilisation.

Sa joie est immense lorsqu’il voit une base avec des gens en bas. Il trébuche une fois puis deux et dégringole de sa colline jusqu’en bas. Il grogne de douleurs à plusieurs reprises lorsqu’il finit sa descente sur les fesses. Il hésite à rester là avant de remarquer un grand hangar et du mouvement un peu partout. Il se redresse difficilement. S’il parvient à atteindre le bâtiment il pourra demander de l’aide. Et il commence sa marche. Il ne sent plus ses jambes, ses orteils et ses doigts. Il espère qu’ils ne vont pas tomber à cause du froid. Il y tient à ses extrémités tout de même. En passant il bouscule un gars emmitouflé dans une combinaison. « Hé fais attention un p-Woh attends qu’est-ce que tu fais là ? » Il voit que l’homme a les lèvres bleues, ses sourcils ont givré et il tremble. « Où… j’suis ? » - « De l’aide ! » Gueule le rebelle. « J’ai besoin d’aide par ici. » Continue-t-il. « Où… planète… » Il claque tellement des dents qu’il n’arrive plus à formuler ses phrases convenablement. Il a atterri où bon sang ? C’est qui ce type ? Est-ce que c’est une coutume de porter des vêtements pareils ? « T’es complètement gelé, on va se rapprocher du hangar. » Il l’entraîne avec lui en le soutenant comme il peut. Le rebelle remarque qu’il ne pèse pas bien lourd, mais il a du sang un peu partout sans savoir s’il vient de lui ou de quelqu’un d’autre, ni si c’est une ennemi ou un allié. Toujours est-il qu’il a l’air bien perdu et frigorifié. Deux personnes viennent à leur rencontre après avoir entendu le rebelle beugler à l’aide. Un homme et une femme. « Je l’ai trouvé là. » Fait-il en pointant du doigt quelques mètres plus loin. « Qu’est-ce qu’on fait ? »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers + not. okay.
avatar
MESSAGES : 142
it's a revolution, i suppose
secret avengers + not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2844-noh-varr-headphones-on-world-
There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser
Libre
Noh-Varr stabilisa son X-Wing et amorça tranquillement sa descente jusque dans le hangar en prenant garde de rester à bonne distance des autres pilotes de son escadron pour ne pas
risquer de les percuter. Il se posa jusqu’à l’aire d’atterrissage qu’on lui indiquait et coupa ses moteurs en poussant un soupir. Il retira son casque et sortit rapidement de son chasseur en saluant brièvement les ingénieurs qui s’affairaient autour de son vaisseau tout en s’éloignant pour rejoindre la zone de débriefing.

« De l’aide ! » La voix attira son attention et il s’immobilisa pour se tourner dans la direction d’où elle provenait. « J’ai besoin d’aide par ici. » Qu’est ce qu’il se passait ? Est ce qu’il y avait eu un accident pendant leur arrivée ?

Il se rapprocha rapidement du rebelle qui était en train de s’occuper d’une autre personne qui semblait complètement perdue. Et pourquoi est ce qu’il portait des vêtements pareils ? Il devait être en train de geler ! Son chef d’escadrille, Voltchkov et une mécanicienne les rejoignirent rapidement alors que Noh-Varr essayait de comprendre ce qu’il se passait. « Je l’ai trouvé là. » Le pilote suivit le point qu’il indiquait en fronçant les sourcils. Quoi il venait de l’extérieur ? Comment est ce qu’il avait pu survivre avec ces températures ? Et surtout qu’est ce qu’il foutait là ? « Qu’est-ce qu’on fait ? » Noh-Varr posa son casque qu’il tenait toujours sous son bras au sol et retira rapidement sa veste de pilote pour la passer à l’inconnu et l’aider à l’enfiler. Ce n’était pas aussi chaud que les tenues que portaient les habitants de la base mais ça au moins ça l’aiderait à se réchauffer un peu.

Il passa ensuite un bras autour des épaules de l’inconnu pour l’entraîner avec lui vers un coin plus abrité du hangar, non loin des couloirs menant à l’intérieur de la base. Il posa son regard sur le garde avant de prendre la parole d’une voix forte pour couvrir le bruits des réacteurs. « Allez chercher un médecin. On ne sait pas combien de temps il était dehors et il pourrait avoir besoin d’assistance médicale. » Le rebelle acquiesça et se mit en route en courant. Il se tourna ensuite vers la mécanicienne. « Un vaisseau s’est crashé dernièrement ? » Elle hocha négativement la tête. « Pas à ma connaissance. » Noh-Varr retint un grognement. Mais d’où est ce qu’il venait ? « Est ce que vous pouvez voir s’ils ont repéré un vaisseau inconnu dernièrement ? Ou si la surveillance a vu quelque chose ? » Elle hocha la tête et partit à son tour, le laissant seul avec Voltchkov et l’inconnu.

« Eh. Ça va aller ? » Il détailla rapidement son vis à vis, grimaçant en voyant qu’il était couvert de sang. Il allait devoir répondre à beaucoup de questions, c’était certain mais pour l’heure, il devait s’assurer qu’il reste en vie. « Tu t’appelles comment ? Moi c’est Noh-Varr. » Il lança un regard inquiet vers Vasiliy, ne sachant trop quoi faire. Il préférait attendre qu’un médecin vienne plutôt que de le déplacer et de risquer de le blesser. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était continuer à discuter avec lui. D’une part pour essayer de comprendre qui il était et d’où il venait mais aussi parce que ça permettait de le garder conscient. Vu l’état dans lequel il était, il n’était pas certain qu’il survive s’il devait s’évanouir. « Est ce que tu sais où tu es ? Et est ce que tu sais comment tu as atterri ici ? » Il ne pouvait pas faire grand-chose de plus.

_________________

And when everything went down
The silence you left was the strangest sound
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser
Libre
Un autre gars vient jusqu’à lui et l’entraîne un peu plus à l’intérieur du hangar. Il regarde de partout avec un air surpris, comme s’il découvrait le monde. « Allez chercher un médecin. On ne sait pas combien de temps il était dehors et il pourrait avoir besoin d’assistance médicale. » L’inconnu qui l’a pris en charge s’adresse alors à la femme présente. « Un vaisseau s’est crashé dernièrement ? » - « Pas à ma connaissance. » - « Est ce que vous pouvez voir s’ils ont repéré un vaisseau inconnu dernièrement ? Ou si la surveillance a vu quelque chose ? » Il veut ouvrir la bouche pour lui indiquer où se trouve le vaisseau dans lequel il s’est réveillé, mais il n’a pas le temps. La femme s’en va à son tour, le laissant seul avec deux hommes. Le blond qui s’occupe de lui et un plus vieux qui a l’air perplexe ? « Eh. Ça va aller ? » Il reporte son attention sur le blond, il a un air inquiet et l’inspecte. Il ne sait pas trop ce qu’il doit répondre à ça. Il fronce les sourcils. Est-ce qu’il va bien ? Il va, ça c’est certain, mais bien ? Non, il ne pense pas. C’est probablement tout l’inverse alors. Il ne sait pas qui il est ni ce qu’il fait ici. C’est plutôt étrange. « Tu t’appelles comment ? Moi c’est Noh-Varr. Est ce que tu sais où tu es ? Et est ce que tu sais comment tu as atterri ici ? » Il regarde à droite et à gauche et il essaie de se rappeler, mais c’est le néant. Il a totalement oublié sa vie et ce qu’il s’est passé. « Je me souviens pas qui je suis. Je-je me suis réveillé dans un vaisseau, mais j’ai aucune idée de ce que je fiche ici et encore moins où on est. » Dit-il en regardant le blond dans les yeux. « D’ailleurs on est où ? » Demande-t-il en fronçant les sourcils toujours. Il a croisé ses bras autour de lui et grelotte un peu. C’est quoi cette planète où il fait si froid ? Il resserre un peu la veste que le dénommé Noh-Varr lui a passé sur les épaules. « Merci pour la veste au fait. » Fait-il à l’adresse du blond en esquissant un petit sourire.

Le médecin ne tarde pas arriver. Il ne perd pas le temps en parole inutile et l’ausculte dans le hangar sous le bruit tonitruant des réacteurs. Il finit par se tourner vers le blond. « On l’a frappé à l’arrière de la tête, j’ignore s’il y a un gros traumatisme ou non, il va falloir le transporter à l’intérieur. Ami ou ennemi ? » Il le regarde d’un air un peu surpris avant d’ouvrir la bouche pour intervenir. Il est juste à côté d’eux, il entend ce qu’ils disent. « Je ne crois pas… je ne crois pas être un ennemi. » Il n’espère pas. Le médecin hoche la tête sur le côté. « Je ne sais même pas comment je m’appelle. » Ce qui est handicapant aussi bien pour lui que pour ces hommes. Comment peuvent-ils être sûrs qu’il n’est pas en mission ? Ils n’ont aucun moyen et lui-même ne sait pas comment prouver sa bonne foi. « Oh le vaisseau où je me suis réveillé est plus haut, j’ai pas regardé plus en détail, mais j’étais seul en me réveillant. » Il hocha la tête, c’est tout ce qu’il pouvait leur donner. Le reste est totalement inconnu aux yeux de l’homme. Le médecin fait une moue un peu ennuyée. « Faut le réchauffer déjà et ensuite on s’occupe de sa tête. » Le gars qui l’a accompagné hoche la tête et va chercher de quoi l’habiller un peu plus chaudement. Pendant ce temps-là, il regarde ses pieds sans les voir vraiment. Il réfléchit, il essaie de voir si des choses lui reviennent un peu. Son prénom et son nom au moins, ça pourrait être utile. Mais dès qu’il essaie, un mal de crâne vient le secouer. Il grimace un peu et se passe une main sur le sommet du crâne. « Hé ! Vous faites quoi là ? Ne touchez pas votre blessure, on doit vous désinfecter d’abord ! » - « Ma tête me fait mal… » - « On doit l’amener à l’infirmerie, maintenant. » Fait le médecin à Noh-Varr.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Libre + There isn't enough life on this ice cube to fill a space cruiser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Kristina Pimenova ✣ life is beautiful [LIBRE]
» [LIBRE] la vie d'un no-life
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-