Partagez | .
 

 Charyl + May Be a Little Lie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MessageSujet: Charyl + May Be a Little Lie   Sam 18 Mar - 20:06
May Be a Little Lie
Charlie & Meryl
Elle lui avait menti. Malgré le temps qu’elles avaient passé ensemble, malgré le fait qu’elle lui avait fait confiance, Charlie lui avait menti.
Meryl ne comprenait pas pourquoi la brune avait fait ça, pourquoi elle le lui avait caché. Est ce qu’elle ne lui faisait pas confiance ? Est ce qu’elle avait eu peur de sa réaction ? Ou qu’elle la juge parce qu’elle était une mutante ?
Non, vraiment, elle ne comprenait pas.

La blonde poussa un soupir bruyant et quitta son écran des yeux avant de détacher ses cheveux. Elle se releva de son bureau pour faire quelques pas dans son bureau pour se dégourdir un peu les jambes et avisa le planning qui était accroché au mur en soupirant de plus belle.
Elle n’allait pas pouvoir y échapper. Elle ne voulait pas revoir Charlie pour le moment et il lui faudrait du temps pour accepter de la revoir mais elle ne pourrait pas y échapper.

Elle sortit sur le balcon et s’alluma une cigarette avant de s’appuyer avec ses avants-bras sur la rambarde. Et puis qu’est ce qu’elle venait faire avec les Thunderbolts ? Pourquoi est ce qu’elle rejoignait cette bande de tarés ? Oui, taré, c’était le mot. Elle les avait tous rencontrés à tour de rôle et ils lui avaient tous semblé complètement malades. Malades et dangereux. Pourquoi est ce que Charlie se retrouvait avec eux ? Elle n’était pourtant pas une criminelle. Mais si elle lui avait menti sur son pouvoir elle avait très bien pu lui mentir sur d’autres choses.
Meryl lâcha une volée d’insulte et se prit son visage dans ses mains en poussant un nouveau soupir.
Pourquoi est ce que c’était aussi compliqué ?

Sa cigarette terminée, elle jeta un coup d’œil à sa montre et jeta sa clope dans le vide avant de retourner à l’intérieur.
C’était l’heure.

Elle se dirigea tranquillement jusqu’à la porte de son bureau, reprenant un visage neutre, ne souhaitant pas laisser transparaître ses émotions et l’ouvrit. Elle passa son regard sur les différents Thunderbolts présents dans le couloir, réprimant une grimace en croisant le regard de certains d’entre eux et prit finalement la parole pour lancer un. « Charlie Johnsons. » Sur un ton le plus neutre possible et retourna dans son bureau, laissant la porte ouverte pour la jeune femme.
Elle attendit que la brune referme la porte pour se retourner face à elle, les bras croisés, et lui lança un regard déçu. « C’est ton vrai nom au moins ? Ou bien est ce que tu m’as menti sur ça aussi ? » Elle ne laissa pas le temps à la jeune femme de répondre et lui désigna l’une des chaises du menton tout en reprenant. « Assieds toi s’il te plaît. J’ai encore pas mal de taff qui m’attend donc essayons de faire vite si tu veux bien. » Elle se retourna vers son ordinateur pour pianoter rapidement dessus.

Elle se dirigea ensuite vers l’armoire dans laquelle étaient stockées les tenues destinées à l’équipe des psychopathes et sortit celle destinée à Charlie qu’elle posa sur la table, non loin de la brune. Elle la désigna d’un bref signe de tête. « C’est une simple tenue en kevlar, renforcée pour résister à à peu près tout ce que tu pourrais rencontrer dans ton nouveau travail. Il n’y a pas de modification particulière vu que ton pouvoir n’agit pas directement sur ton corps. » C’était de loin la tenue la plus simple qu’elle avait eu à faire, parce que quand on voyait les capacités des autres Thunderbolts… Elle ne comptait plus le nombre de nuits blanches qu’elle avait passé pour les adapter. « Tu peux l’essayer si tu veux. » Elle détourna le regard et se rapprocha de la fenêtre pour observer la ville.
Il fallait qu’elles en finissent vite.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
May Be a Little Lie
Charlie & Meryl
Honnêtement ? Tout ça l'ennuyait. Si Braiden ne lui avait pas demandé, jamais elle n'aurait rejoint ce groupe. Elle soupira avant de gonfler les joues tout en fronçant les sourcils. Ce sale fils de sa maman de Braiden ! C'est lui qui devrait lui accorder des faveurs pas l'inverse ! Mais nooooon, comme d'habitude sa grande bonté d'âme la perdait et elle se retrouvait dans un groupe de tarés. Son "ami" n'était d'ailleurs même pas là pour souffrir avec elle alors qu'ils allaient essayer leur nouvelle tenue. Pas qu'ils ne soient pas sympas, loin de là. Walter, par exemple, était vraiment quelqu'un de marrant mais, bordel, ses comptines étaient insupportables ! Et, il chantait faux ce on. La brune avait failli, à de nombreuses reprises, lui ordonnéer de se couper la langue. Mais, avec sa chance, elle était sûre qu'il aurait continué, se foutant de la prononciation bizarre que ça lui donnerait. Son pouvoir était un peu similaire à celui de Braiden et Charlie détestait ça - quoiqu'ils s'étaient bien marré à tester les limites de leurs pouvoirs respectifs en se lançant des défis. Braiden en avait d'ailleurs fait les frais : c'était vraiment le cobaye préféré de Charlie, au grand dam du jeune homme...

Jetant un regard circulaire à la pièce où ils attendaient, la jeune femme se demanda en soupirant quand son tour arriverait. Elle savait qui s'occupait de leur tenue de combat : Meryl. Elle ne l'avait plus revue depuis qu'elle avait rejoint Braiden chez les Thunderbolt deux à trois semaines plus tôt. Elle ne l'avait pas appelé, pas envoyé un seul message et n'avait pas répondu aux siens. Mais ce n'était pas parce qu'elle n'en avait pas envie, loin de là, seulement Charlie avait la concentration d'un hamster hyperactif : c'est à dire aucune. Alors les rares fois où elle recevait un message de la blonde ou pensait à elle, un des membres de sa nouvelle équipe la distrayait - petit cerveau = petit concentration, vous dis-je. Charlie pensa la tête sur le côté, fixant la porte d'où devait sortir sa petite amie à tout instant. Elle se concentra et murmura pour elle-même. « Ouvre-toi, ouvre-toi, ouvre-toi, ouvre-toi... » La porte s'ouvrit d'un coup et la brune se redressa avant de tourner son attention vers Walter, lui donnant un coup de coude. « T'as vu ? T'AS VU ?! Mon pouvoir marche les portes, putain ! » Mais sa joie fut interrompu par la voix neutre de Meryl. « Charlie Johnsons. » La blonde retourna dans son bureau sans lui lancer un seul regard. Excitée comme une enfant de retrouver la jeune femme, Charlie rentra dans le bureau mais avant de refermer la porte, elle leva et redescendit ses sourcils plusieurs fois de suite avant de jeter au groupe quelques paroles de manière suggestive. « Ne nous attendez pas, ça risque de durer longtemps. » Elle referma la porte, tout sourire, avant que son vis-à-vis ne se retourne vers elle, les bras croisés, et ne prenne la parole d'une voix déçue. « C’est ton vrai nom au moins ? Ou bien est ce que tu m’as menti sur ça aussi ? » Okay... Ça durerait longtemps mais sûrement pas pour les raisons que Charlie espérait. Elle poussa un soupir et haussa les épaules. Que pouvait-elle dire, franchement ? Elle ouvrit la bouche pour lui répondre mais Meryl ne lui en laissa pas l'occasion en désignant du menton une chaise. « Assieds toi s’il te plaît. J’ai encore pas mal de taff qui m’attend donc essayons de faire vite si tu veux bien. » La blonde n'attendit pas et se retourna afin de pianoter rapidement sur son ordinateur. Bon... L'ambiance n'était pas au beau fixe mais Charlie ne pouvait pas lui en vouloir. Franchement, si la brune était honnête : ce n'était vraiment pas de sa faute. Sa vie avait été assez mouvementée comme ça : elle avait retrouvé la mémoire, avait dû torturer un peu Braiden pour ce qu'il avait fait et, sans qu'elle sache pourquoi ni comment, elle s'était retrouvée dans ce groupe de malade mentale. C'était pas comme si elle avait rompu ou quoi que ce soit. Franchement, elle trouvait Meryl un peu dur pour le coup. Elle ne lui avait pas menti volontairement. Clairement, Charlie était sûre d'être la victime dans l'histoire. Elle était jugée, comme ça, nan mais oh ! Même les terroristes avaient droit à un procès et, pourtant, c'était de sacrés enfoirés.

La brune l'observa se diriger vers l'armoire avant de revenir avec une tenue qu'elle posa sur la table devant elle. La blonde la désigna d'un bref signe de tête. « C’est une simple tenue en kevlar, renforcée pour résister à à peu près tout ce que tu pourrais rencontrer dans ton nouveau travail. Il n’y a pas de modification particulière vu que ton pouvoir n’agit pas directement sur ton corps. » Charlie prit la tenue et l'observa à bout de bras. On pouvait dire que Meryl avait fait un sacrée travail sur le vêtement et, pourtant, ça avait dû être la plus simple à exécuter. Elle jeta un regard admiratif à la tenue avant de le tourner vers la jeune femme. « Tu peux l’essayer si tu veux. » La blonde détourna le regard et se rapprocha de la fenêtre pour observer la ville. La brune soupira avant de poser la tenue sur le bureau. Sans aucune gêne, elle se déshabilla avant de se retrouver en sous-vêtement. Elle mit le vêtement qui lui collait à la peau et remonta la fermeture éclair mais eut une idée et la laissa ouverte à moitié du torse, mettant son décolleté - si on pouvait encore appeler ça un décolleté - en avant. Avec un petit sourire, elle s'approcha de Meryl et posa sa main sur son épaule, la faisant se retourner. Faisant un tour sur elle-même, elle fit un clin d'oeil à la jeune femme. « Alors ? Qu'est-ce que t'en penses ? » Elle mit sa poitrine en avant pour finalement soupirer avant de hausser les épaules, observant la ville à son tour. « Pour être honnête, Meryl, ce n'est pas de ma faute. Je ne t'ai jamais menti. Je me suis toujours comportée avec toi telle que je suis tous les jours. » Elle posa sa main sur la joue de la jeune femme avant de remettre une mèche de cheveux qui s'était échappée de la coiffure de la jeune femme derrière son oreille. « Mes sentiments pour toi ont toujours été réels.  » Son regard était sérieux. C'était sûrement l'une des premières fois où elle l'était. Elle ne voulait pas perdre Meryl et surtout pas à cause de Braiden. « Je me suis faite embarquer dans ce groupe à cause de cet abruti de Braiden... » Elle fit une pause avant de descendre sa main sur le cou de la jeune femme avec un geste doux. « Dès que j'ai posé les yeux sur toi, je savais que tu m'étais destinée. » Elle lui offrit un petit sourire contrit et dégoûté de dire des choses aussi niaises mais c'était la vérité. « J'ai eu pas mal d'emmerdes par le passé et j'ai participé à des choses dont je ne suis pas fière mais tout a changé avec toi. » Elle voulait lui dire tout ce qu'elle avait sur le coeur mais elle n'était pas encore prête. Elle aurait besoin de temps avant d'être complètement honnête avec la blonde. « Je ne vais pas te mentir. Je ne veux plus te mentir, même par omission comme j'ai pu le faire par le passé. Je n'abandonnerais pas le groupe des Thunderbolts. Je me suis engagée auprès de Braiden et c'est le seul moyen que j'ai pour continuer à vivre comme je l'entends.  » Charlie était égoïste ? Oui, assurément. Mais on ne pouvait pas lui reprocher de mentir. « Braiden est mon... ami ? » Elle n'était même pas sûr. Il avait été son supérieur, son maître d'arme, une espèce d'ami un peu bizarre et harceleur, mais aussi une espèce de grand frère. « Il est ma famille et ce depuis très longtemps et je ne l'abandonnerais pas. » Son regard se fit un peu dur en prononçant cette phrase. Peu importe ce que Meryl dirait : on abandonnait pas sa famille. Elle avait bien trop souffert quand elle était jeune d'être orpheline et pas question de laisser tomber la seule personne qui avait été là pour elle toutes ces années.

Ses deux mains prirent en coupe le visage de la jeune femme en face d'elle et elle posa un tendre baiser sur ses lèvres. « Tout est compliqué en ce moment. Des choses se sont passées. J'ai... retrouvé des souvenirs que j'avais perdu. » Elle ne savait pas trop ce qu'elle pouvait dire à la jeune femme sans risquer sa vie. Elle voulait protéger Meryl mais elle était assez égoïste pour ne pas la laisser partir. Elle voulait la blonde dans sa vie. De son plein gré si possible. Elle sentit son pouvoir lui picoter la peau et se retint difficilement de le laisser agir sur Meryl. Il serait si facile de l'avoir sans condition... Une simple petite parole et elle lui pardonnerait tout : elle serait à elle. La brune pencha la tête sur le côté et offrit un sourire en coin à la jeune femme. « Je pourrais tout te dire mais je serais obligée de te tuer. » Sa phrase était mi-honnête mi-sérieuse. De ses pouces, elle caressa tendrement les joues de Meryl avant de se reculer, reprenant son caractère loufoque. « Alors, madame la Directrice, ai-je été assez sage pour mériter une récompense ? Ou vais-je être punie ? » Elle eut un mouvement de sourcil suggestif avant de lâcher un petit rire et de lui faire un clin d’œil. On pourrait croire que Charlie ne prenait rien au sérieux et c'était sûrement vrai, mais Meryl avait toujours été un sujet sensible. Braiden en avait d'ailleurs fait les frais en se moquant de la jeune femme et de sa relation avec celle-ci face de la brune. Mais Meryl ne risquait pas d'accepter ses excuses et ses explications brouillonnes malgré l'espoir qu'avait Charlie sur le fait que la blonde laisserait tomber cette histoire.


Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
May Be a Little Lie
Charlie & Meryl
Charlie semblait agir comme si de rien n’était, comme si ça ne faisait pas des semaines qu’elle ne lui avait pas donnée la moindre nouvelle. Non, visiblement elle se fichait de ça, ou alors le cachait très bien, et continuait d’agir comme d’habitude.

Meryl se tenait toujours dos à la brune, le regard perdu sur la ville quand elle entendit Charlie se rapprocher et se laissa faire quand elle sentit sa main se poser sur son épaule pour la forcer à se retourner, sachant très bien que ça n’y changerait rien d’essayer de lui résister. Elle la regarda tourner sur elle même sans un mot, se retenant de faire un commentaire sur sa tenue, qu’elle avait visiblement faite trop moulante. « Alors ? Qu'est-ce que t'en penses ? » La blonde lui lança un regard navré, mais se retint tout de même de sourire. Même dans ce genre de situation elle ne pouvait pas s’empêcher de continuer à faire n’importe quoi. « Pour être honnête, Meryl, ce n'est pas de ma faute. Je ne t'ai jamais menti. Je me suis toujours comportée avec toi telle que je suis tous les jours. » Ça elle le savait. Et elle savait que techniquement elle ne lui avait pas menti. Mais elle aurait pu au moins lui dire qu’elle était une mutante. Charlie la connaissait assez pour savoir qu’elle ne l’aurait jamais rejetée ou jugée pour ça.

La brune posa ensuite sa main sur sa joue, la faisant se raidir légèrement pendant une fraction de seconde avant qu’elle ne la libère pour remettre une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. « Mes sentiments pour toi ont toujours été réels. » Alors pourquoi est ce qu’elle ne le lui avait pas montré en lui disant la vérité ? « Je me suis faite embarquer dans ce groupe à cause de cet abruti de Braiden... » Ah oui, le fameux Braiden. Elle se demandait encore comment elle avait fait pour rencontrer et se retrouver à côtoyer un taré pareil. Elle fit glisser sa main sur son cou, lui tirant un frisson. Et à présent elle se rappelait pourquoi Charlie lui avait manquée. « Dès que j'ai posé les yeux sur toi, je savais que tu m'étais destinée. J'ai eu pas mal d'emmerdes par le passé et j'ai participé à des choses dont je ne suis pas fière mais tout a changé avec toi. » Meryl déglutit avec difficulté, ne sachant quoi répondre. Elle se sentait vraiment mal à l’aise face à ces confessions et n’était plus vraiment sur de comment elle devait réagir avec la brune.

« Je ne vais pas te mentir. Je ne veux plus te mentir, même par omission comme j'ai pu le faire par le passé. Je n'abandonnerais pas le groupe des Thunderbolts. Je me suis engagée auprès de Braiden et c'est le seul moyen que j'ai pour continuer à vivre comme je l'entends. » Elle hocha faiblement la tête, lui montrant bien qu’elle avait compris mais garda encore le silence. « Braiden est mon... ami ? Il est ma famille et ce depuis très longtemps et je ne l'abandonnerais pas. » Elle nota le regard plus sérieux de son vis à vis suite à cette explication. Elle comprenait. C’était comme si on lui demandait d’abandonner Wyatt.
Elle ne pourrait jamais le faire. Elle se remémora la phrase que leur répétait sans cesse leur père. La famille c’est sacré. C’était bien la première fois qu’elle tombait d’accord avec lui.

Elle retint un nouveau sourire et prit finalement la parole. « Charlie je… » Mais s’interrompit quand elle sentit les mains de Charlie se poser sur ses joues, prenant son visage en coupe. Est ce qu’elle allait vraiment ?
La brune vint poser ses lèvres sur les siennes pour l’embrasser et Meryl répondit à son geste sans une once d’hésitation. Charlie recula finalement son visage du sien et la blonde se retint de l’embrasser à son tour. Elle ne comprenait pas pourquoi elle réagissait comme ça mais Charlie avait ce don de la calmer, de lui faire tout oublier. Elle était la première avec qui elle se comportait de la sorte.

« Tout est compliqué en ce moment. Des choses se sont passées. J'ai... retrouvé des souvenirs que j'avais perdu. » Elle fronça les sourcils. Elle avait perdu des souvenirs ? Elle ne lui en avait pourtant jamais parlé. Ce n’était pas une simple amnésie, c’’était certain. Mais alors quoi ? « Je pourrais tout te dire mais je serais obligée de te tuer. » Est ce qu’elle plaisantait ? Elle devait être en train de plaisanter. Personne ne balançait ce genre de réplique sérieusement, pas vrai ? D’un autre côté, elle traînait avec Richardson et les autres tarés de Thunderbolts.
Putain elle ne savait vraiment pas sur quel pied danser là.

Elle ferma brièvement les yeux et laissa -enfin- un léger sourire étirer ses lèvres quand Charlie caressa tendrement ses joues avec ses pouces. La brune se recula finalement, retrouvant son caractère habituel, ce qui permit à Meryl de retrouver un peu ses esprits. « Alors, madame la Directrice, ai-je été assez sage pour mériter une récompense ? Ou vais-je être punie ? » Elle secoua doucement la tête, laissant un bref éclat de rire lui échapper face à son mouvement de sourcil suggestif et son rire. Elle retrouva rapidement son sérieux et secoua doucement la tête. « Oh crois moi, je saurai me montrer très ingénieuse pour te punir. » Pourquoi est ce qu’elle était comme ça avec elle ? C’était incompréhensible.

« Plus sérieusement Charlie je… » Elle baissa brièvement les yeux vers le sol avant de les relever vers la brune. « J’ai été blessée d’apprendre pour ta mutation en lisant le rapport d’Oscorp. J’aurai préféré que tu m’en parles. Je ne sais pas si tu avais peur de ma réaction où quoi mais tu sais que je ne t’aurais jamais rejetée à cause de ça. » Elle lui offrit un sourire une peu triste, presque déçu. « Tu sais que tu peux me faire confiance. Parce que moi j’ai confiance en toi. Mais ça marche dans les deux sens. » Elle pinça les lèvres, incertaine de ce qu’elle s’apprêtait à dire. « Tu dis que tes sentiments ont toujours été réels et que tu sais que je te suis destinée mais… Si je ne peux pas avoir confiance en toi, je ne suis pas sûr de vouloir qu’on continue. » Ça lui faisait mal de dire ça. Elle s’en voulait déjà de l’avoir fait mais elle voulait que tout soit clair entre Charlie et elle.

« Je me fous que tu bosses avec Richardson ou les Thunderbolts. Et je me fous que tu sois obligée de me tuer après me l’avoir dit. Mais je ne veux plus de secrets Charlie. » Elle déglutit difficilement, sentant ses yeux s’embuer en imaginant le pire des scénarios. « Si tu n’en es pas capable, alors tu peux t’en aller. » Elle croisa les bras, espérant peut être se protéger et baissa la tête en attendant la réponse de la jeune femme.
Elle aurait pu se contenter des réponses que lui avait donné Charlie et ne pas remettre de l’huile sur le feu. Elle lui avait semblé bien trop sérieuse quand elle avait parlé de la tuer si elle lui disait tout et elle était terrifiée à l’idée qu’elle ne s’en aille plutôt que de répondre à ses questions. Elle n’avait jamais été attachée à quelqu’un d’autre comme ça, il suffisait de voir à quel point elle lui avait voulu de ne pas donner de signe de vie, et elle savait qu’elle ne se remettrait pas de son départ.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Charyl + May Be a Little Lie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-