Partagez | .
 

 Sommes-nous des inconnus ? | Karen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


    Tout s’était enchaîné ces derniers temps et Matt ne savait plus où donner de la tête. Il s’était tenu dans un tribunal dans son costume de Daredevil pour donner son avis sur les choix du gouvernement. Enfin plutôt sur ce qu’il faisait une fois la nuit tombée. Mais, il avait été clair. Il continuerait à défendre Hell’s Kitchen, mais également la ville entière si cela devait se faire. Il savait qu’il ne serait pas le seul. Malheureusement les choses avaient dégénérés et aujourd’hui certains héros se retrouvaient pourchassés. Ils finiraient en prison. Il savait que ça pourrait aussi être son cas. Après tout Daredevil était recherché. Ce dernier devait être arrêté selon les autorités. Matthew faisait donc en sorte de ne pas avoir à sortir son double. Parfois il devait faire en sorte d’aller aider certaines personnes. Mais il savait aussi qu’il n’était pas le seul à le faire. Cependant, il gardait toujours un œil sur les autorités. Une chose qui l’aidait par-dessus tout, était que tout le monde pensait qu’il était un simple avocat. Un avocat qui avait perdu son partenaire. Foggy était partit travailler ailleurs et le brun devait avouer que son ami lui manquait. Il tentait d’avoir des nouvelles, mais ça n’était jamais simple. Le blond le repoussait toujours. Cependant il ne baissait pas les bras et il espérait qu’un jour son ami accepte de lui reparler. Pour le moment en tout cas, il se concentrait sur son travail. Il fallait qu’il puisse faire ce qu’il désirait sans se faire repérer. N’ayant plus de patron et n’en étant plus un, il travaillait le plus souvent pour la ville. Avocat commis d’office était désormais son emploi et il le faisait toujours de son mieux.

    C’était aussi pour cela qu’il pouvait faire en sorte de trouver des informations sur ceux qui, selon la loi, étaient des fugitifs. Entre ses ressources d’avocat et son identité de Daredevil, il saurait bien assez vite mettre la main sur certains héros. Mais pour l’instant il faisait profil bas. Il savait aussi que les Thunderbolts l’auraient à l’œil. Il ne savait pas encore qui en faisait partit, mais il comptait bien avoir l’information le plus vite possible. Aujourd’hui en tout cas, il avait passé toute la journée au tribunal. Ayant pris plusieurs clients, il devait être un bon avocat et même si quelques-uns étaient sorti, d’autres n’avaient pas eu cette chance. Finissant avec son dernier client, il sera la main de ce dernier quand il le remercia pour son aide. Rangeant ses affaires, Matthew pris sa canne et sortit de la salle d’audience pour aller vers le couloir qui donnait sur la sortie. Il entendait quelques journalistes et il eut une pensée pour Karen. Ca faisait très longtemps qu’il ne l’avait pas vu et elle lui manquait. Seulement son comportement après le retour d’Elektra avait été inadmissible et il le savait. Il ne l’avait compris que trop tard. Il savait que Karen lui en voulait et elle n’était plus la jeune femme qu’il avait rencontrée dans une salle d’interrogatoire. Elle était devenue bien plus forte et indépendante. Matt savait qu’il n’avait plus besoin de la protéger, mais c’était plus fort que lui. Il ne parvenait pas à savoir comment faire autrement. Marchant vers chez Josie’s, il devait avouer qu’un verre ne pourrait pas lui faire de mal. De toute façon Foggy n’y mettait plus les pieds depuis un moment et il avait juste envie de se détendre. Une fois à une table, il entendit Josie lui donner son verre et il l’a remercia en souriant avant d’avaler une gorgée. Arrêtant de réfléchir, il ferma les yeux et se détendit, ne faisant plus qu’écouter les gens autour de lui. Des bruits de tabourets, des bruits de pas, des verres qui se cognent les uns aux autres, des conversations indistinctes et un bruit de pas qu’il connaissait par cœur. Elle était là. Il ne savait pas s’il devait bouger. Peut-être qu’elle ne l’avait pas vu, alors il resta à sa place pour voir ce qui allait arriver.

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité

 

 
sommes-nous des inconnus ?


 
Jamais elle n'aurait cru un jour faire un tel choix de carrière. Karen ne s'était jamais imaginée devenir journaliste mais avec Ben qui l'avait pris sous son aile quand elle était venue le voir, complétement perdue dans sa propre existence, c'était comme si elle avait enfin réaliser son propre potentiel. C'était peut-être un peu exagéré que de dire une telle chose, mais disons qu'au moins, elle avait trouvé un nouveau but dans sa vie. C'était déjà plus proche de la vérité comme description on va dire.Elle savait bien que cela pourrait lui apporter des problèmes, de fourrer son nez dans les affaires des autres, d'exposer certaines vérités que certains préféreraient taire mais avec tout ce qu'elle avait traversé déjà, elle ne voulait plus faire comme tout le monde et détourner les yeux de la réalité de ce monde. Non, plus question pour elle d'ignorer ce qui se passait au dehors, de faire semblant que tout était encore normal, que chacun était libre de ses mouvements. Alors évidemment, avec tout ce qui se passait depuis les dernières semaines, elle avait eut de quoi s'occuper au bureau. Elle avait enchaîné les heures de travail, restant souvent très tard dans la nuit devant son ordinateur et ses notes pour rédiger ses articles mais au moins ainsi, cela laissait peu de place pour penser à autre chose. Pour penser à tout ce qu'elle avait perdu et enduré, ou penser à quoi que ce soit d'autre que son boulot. De toute façon, ça n'était pas comme si elle espérait encore que quelque chose se passe de ce côté là après ce qui s'était passé entre elle et Matt suite au retour d'Elektra.

Elle aussi se concentrait donc sur son travail et elle tentait de couvrir le plus de choses possible mais avec tout ce qui se passait en ce moment, autant dire que par moments, elle avait l'impression de ne jamais voir le bout du tunnel, entre les arrestations, la traque des super-héros et les changements instaurés pour tenter de contrôler au mieux la multiplication des incidents impliquant des personnes dotées de pouvoirs ou dons. Alors voilà pourquoi ce soir, pour une fois, elle décidait de faire une pause dans ses recherches. Elle avait passé une journée harassante et elle méritait un verre avant de rentrer chez elle et récupérer quelques heures de sommeil avant de recommencer le tout le lendemain. Et sans trop savoir pourquoi, c'était chez Josie's qu'elle termina son parcours. Question de réflexe sûrement ou parce qu'elle ne pouvait toujours pas vraiment se permettre d'aller boire dans un bar plus classe. Poussant la porte de l'établissement, elle s'avança vers le bar où la propriétaire des lieux la salua, lui demandant si elle désirait prendre sa commande habituelle, tout en lui demandant si elle avait rendez-vous. Fronçant les sourcils, Karen se demandait bien pourquoi elle venait de lui poser une telle question, ce qui poussa Josie à désigner un coin du bar d'un signe de tête, lui faisant suivre du regard dans cette direction et elle aperçu Matt, seul à une table un peu plus loin. Elle n'avait pas considéré l'hypothèse qu'il puisse être là lui aussi, pas au même moment qu'elle en tout cas vu qu'ils n'avaient plus eu le moindre contact depuis des mois. Mais c'était un lieu où il avait eu ses habitudes avant elle alors elle ne pouvait pas vraiment s'offusquer qu'il s'y trouve. Mais restait à savoir ce qu'elle allait faire à présent ? Devait-elle aller lui parler ou l'ignorer ? Si elle le rejoignait, qu'allait-elle pouvoir lui dire au juste ? Échanger des platitudes comme s'ils étaient des amis perdus de vue ? Elle n'était pas réellement d'humeur pour ça mais même si elle lui en voulait encore pour ce qui c'était passé, elle devait bien admettre qu'il lui avait manqué malgré tout. Prenant son verre tout en remerciant la propriétaire de l'avoir servi, elle se dirigea vers la table, ne sachant toujours pas vraiment pourquoi elle faisait ça, se doutant qu'elle le regretterait sûrement après coup. « La place est libre ? »


 
© TITANIA
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


    Il s’était attendu à voir Foggy. Enfin peut-être, mais il savait que ce dernier ne ferait pas le premier pas. Après tout ce qui s’était passé, il ne pouvait clairement pas lui en vouloir. Après tout Matthew n’avait pas été franc avec lui et il s’était retrouvé en sang, plus d’une fois, face à son ex meilleur ami. Ce dernier avait pris sur lui à plusieurs reprises, mais s’en était trop. Matt le comprenait parfaitement et il ne pouvait pas lui en vouloir. Concernant Karen c’était une autre histoire. Des sentiments étaient entrés en jeu et avaient compliqués les choses. En tout cas, c’était ainsi qu’il ressentait les choses. Alors qu’il était heureux avec elle, Elektra était revenu dans sa vie et comme un idiot, il avait pensé que leur relation passée pouvait devenir meilleure. Malheureusement Elektra resterait toujours la même. Enfin, aujourd’hui elle était morte. Il l’avait tenue dans ses bras pendant de longues minutes. C’était un déchirement pour lui, mais il fallait qu’il aille de l’avant et c’était ce qu’il voulait faire. Ca n’était pas facile, mais il tenait le coup. Alors, quand il reconnut le pas de Karen, il fut à la fois content et anxieux. Heureux de savoir qu’elle semblait aller bien, mais assez perturbé pour savoir si elle viendrait le rejoindre. Elle avait tous les droits de lui en vouloir, donc il comprendrait si elle préférait rester seule dans son coin ou aller vers d’autres personnes que lui. Attentif, il entendit ses pas se rapprocher de lui et il empêcha un sourire de poindre à ses lèvres.

    Oui.

    Faisant signe qu’elle pouvait s’asseoir, il resta mieux quelques instants. Elle était venue d’accord, mais maintenant ? Qu’allait-il dire ? Que pouvait-il dire ? Il y avait clairement des sujets tabous entre eux et elle ne savait pas qu’il était un homme la nuit. Donc leur conversation serait sans aucun doute limitée, mais il ne voulait pas non plus qu’il se retrouve à être trop perturbé par ce que l’autre pouvait ressentir.

    Comment vas-tu ?

    Question banale, mais autant commencer doucement, enfin c’était ce qu’il songeait en tout cas.

    Tu dois avoir beaucoup de travail avec tout ce qui se passe en ce moment non ?

    Le métier de journaliste était riche déjà en temps normal, donc avec les problèmes avec les mutants, puis les Inhumains et les justiciers et autres héros, il y avait forcément de quoi écrire. Buvant un peu de son verre, l’avocat devait avouer qu’il aurait aimé pouvoir en dire plus sur Daredevil, mais il ne voulait pas mettre Karen en danger. Donc tant qu’il pourrait garder son identité secrète auprès d’elle et du public, il serait soulagé de savoir qu’elle va bien. Tout comme Foggy d’ailleurs, même si ce dernier était déjà au courant.

    Ton chef n’est pas trop dur avec toi ?

    Il ne l’avait rencontré qu’une seule fois et de loin, mais il semblait être juste malgré un fort caractère. En tout cas, Matt espérait que la jeune femme était bien traitée. D’accord il avait gardé un œil sur elle, mais ça ne voulait pas dire qu’il pouvait être là vingt-quatre heures sur vingt-quatre non plus.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


sommes-nous des inconnus ?


Il lui avait fallu un bon moment pour digérer ce qui c'était passé, ou en tout cas tenter de le faire car soyons francs deux secondes, un tel affront ne pouvait jamais réellement s'effacer complétement. Qu'on ne me parle pas ici de comportement hystérique féminin typique ou autre stéréotype sur la question. Qu'il s'agisse d'une femme ou d'un homme, chacun prendrait mal le faire de voir la personne avec qui vous étiez censé être retourné sans hésitation avec son ex sans même vous en parler. C'est une simple question de bon sens. Ça n'était pas la première fois qu'une telle chose lui était arrivé, des types idiots et à problème, Karen en avait déjà eu son lot par le passé. Mais Matt était différent ou en tout cas, elle avait fait semblait-il l'erreur de le croire. En un sens, c’était donc à elle qu'elle devait s'en prendre, d'avoir été assez naïve de croire qu'il pouvait encore resté ici bas des hommes avec une once de code moral. Sans doute la raison pour laquelle il avait été si simple alors de se laisser immerger dans son travail. Penser au calvaire des autres permettait de relativiser, un minimum en tout cas et si avec ses articles elle aidait certains à ouvrir les yeux sur ce qui ce passait réellement de nos jours dans leur ville et leur pays, ma foi, elle aurait au moins cette satisfaction là. Celle d'avoir pu faire quelque chose d'utile, à défaut de pouvoir en faire plus.

Mais chaque être humain à ses propres limites -même ceux dotés de pouvoirs vous me direz- et la rousse avait atteint la sienne. Avant de rentrer pour s'effondrer dans son lit, elle voulait prendre un verre pour s'assurer qu'elle n'irait pas penser à grand chose d'autre avant de se réveiller le lendemain pour retourner au journal. Ses pas l'avaient conduit chez Josie's par habitude, l'atmosphère familière des lieux lui offrant un maigre réconfort sans compter que oui, les prix étaient bien plus abordables là-bas. Les probabilités pour qu'elle y croise les autres étaient minces en théorie mais il semblait que pour cette fois-ci, elle était en vaine ou pas, allez savoir, elle-même n'en était pas certaine quand son regard se posa sur l'avocat. Ils n'avaient plus échanger le moindre mot depuis des semaines et elle n'était pas certaine de vouloir aller lui parler mais elle ne voulait pas que la prochaine fois Josie l'interroge sur le sujet alors elle s'avança vers lui et demanda si la place était libre. Pas véritablement sûre d'avoir fait le bon choix, elle prenait néanmoins place f ace à lui, remettant une mèche de cheveux derrière son oreille alors qu'il lui demandait comment elle allait. « On survit. » rétorqua-t-elle sans ironie. Laissant Matt reprendre la parole, elle pinça les lèvres une seconde en hochant la tête avant de lui répondre. « Difficile de toujours savoir où donner de la tête mais au moins on a pas à craindre le chômage technique. Quant à mon patron, il veut du chiffre, je te laisse donc imaginer à quel point il est heureux de tout ce qui se passe. » Elle ne le blâmait même pas pour ça, business is business même si l'enjeu réel était la survie du genre humain à long terme. Vendre restait la priorité du journal même en temps de crise. Elle y incorporait juste son propre point de vue avec, et puisque ça faisait vendre, il devait fermer les yeux. « Cas difficile au palais ? » demanda-t-elle simplement à son tour, se doutant qu'il se trouvait là parce qu'il avait lui aussi besoin d'un verre, ce qu'il faisait après un cas qui l'avait touché ou une défaite.



© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


    Apparemment Karen faisait face au jour le jour. Il était content qu’elle s’en sorte, mais ça ne devait pas être simple tous les jours. Il pouvait le comprendre. Après tout il vivait dans la même ville, qui année après année se retrouvait aux mains des Chitauris, d’Ultron, de la Main et de bien d’autres êtres qui voulaient ruiner leur ville. Matthew essayait encore et toujours d’aider, mais il savait aussi que ça n’était pas aussi simple d’arrêter les personnes qui faisaient du mal à New-York. Il se demandait même parfois comment il pouvait encore rester du monde en ville avec tout ce qui s’y passait depuis quelques années. Lui parlant de son travail à elle, il l’écouta répondre. C’est vrai qu’en tant que journaliste elle devait avoir beaucoup de travail. Hochant la tête quand elle parla de son chef, l’avocat pouvait en effet comprendre. Il fallait vendre, donc les attaques et autres problèmes devaient clairement aider. A la question de la journaliste, il haussa les épaules.

    Pas plus qu’un autre jour.

    A vrai dire, tous les jours se ressemblaient dernièrement. Aider en étant le meilleur avocat possible et de nuit trouver les informations dont il avait besoin pour que le gouvernement voit que ce qu’ils étaient en train de faire n’aidera pas. Ca n’était pas facile et ça prendrait sûrement du temps, mais il n’était pas du genre à baisser les bras.

    Beaucoup de monde à défendre en peu de temps, donc tout se joue sur la rapidité.

    Ca, ça n’était pas un problème pour lui. Il pouvait être rapide et faire au plus simple pour aider les gens. Il connaissait assez son métier pour savoir tout ce qu’il pouvait utiliser comme moyen pour aider ses clients.

    Etre avocat commis d’office amène pas mal de clients, même si ce sont pour des cas plus ou moins importants. C’est bien différent de ce qu’on a pû avoir dans notre cabinet.

    Totalement différent. Ce qui semblait petit à la base c’était retrouvé être une bataille face à Wilson Fisk. Ca avait donné beaucoup de travail aux trois amis, mais ça en avait valu la peine. Au moins ils avaient mis un homme en prison et ce dernier semblait y rester tranquille. Parfois Matt se demandait comment le Caïd pouvait encore avoir autant de monde dans sa poche. Il se souvenait de sa visite à la prison où il s’était retrouvé le nez en sang quand Fisk lui avait fracassé la tête sur une table. Mauvais souvenir, mais au moins son identité secrète n’avait pas été révélée et ça valait mieux comme ça. Il n’avait pas besoin que des hommes de main de Wilson lui court après. Il avait déjà bien assez de problèmes comme ça.

    Je suis content de savoir que ça va pour toi.

    Esquissant un léger sourire, il était en effet heureux de voir qu’elle allait bien. Il n’allait pas lui dire qu’il gardait un œil sur elle. Elle risquait de mal le prendre, il le savait.

    Tu as des nouvelles de Foggy ?

    La question était censée être dites de façon détachée, mais l’avocat savait qu’elle pourrait lire entre les lignes. Ca ne le dérangeait pas. Karen savait que quelque chose c’était produit entre les deux amis, mais elle ne savait pas quoi et Matt préférait que ça reste ainsi pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


sommes-nous des inconnus ?


Avait-elle réellement la possibilité de vivre autrement qu'en s'adaptant à ce que chaque jour amenait comme lot de problème ? Non, pas vraiment et ils le savaient tous les deux. Ça n'était pas non plus une situation isolée, d'autres en étaient réduits à faire de même. Beaucoup d'autres. Mais Karen avait accepté son sort, tout simplement parce qu'elle avait appris à se dire qu'elle n'allait pas laisser tout ça l'empêcher d'avancer, même si ça devait se faire avec un boulet attaché à la cheville, métaphoriquement parlant bien sûr. Chacun de nos jours avait sa croix à porter, toutes différentes mais toutes bien présentes et quasi impossible à faire disparaître totalement. Et puis elle n'était pas dans les plus à plaindre en plus. D'autres vivaient dans des conditions bien plus drastiques, la peur au ventre en permanence ou que sais-je. Pour l'instant, la rouquine avait encore un toit au-dessus de sa tête, de quoi manger et un boulot. A certains égards oui, elle faisait même partie des privilégiés, toutes proportions gardées et question de point de vue. Bref, tout ça pour dire que ça ne serait pas elle qui irait se plaindre ouvertement de tout ça, et certainement pas devant Matt. La dernière chose dont elle avait besoin était d'être prise en pitié par ce dernier et qu'il se mette en tête de jouer les protecteurs avec elle. Elle pouvait s'occuper d'elle sans lui et elle l'avait prouvé depuis ce qui lui était arrivée depuis leur première rencontre dans les circonstances opposées je sais bien mais quand même.

Répondant à la question qu’il lui avait posé, elle soulignait que son patron ne se souciait que peu de ce qui se passait vraiment du moment que son journal se vendait. Mais elle essayait bien entendu de suivre les conseils que Ben lui avait laissé avant de mourir et jusqu'à présent, elle n'avait pas flanché. La jeune femme continuait d'écrire ses articles en essayant de faire ouvrir les yeux aux gens sur ce qui se passait réellement dans le monde dernièrement. Pour ainsi dire, elle aussi se battait pour défendre les autres mais avec hélas bien moins de moyens et de succès que Matt n'avait pu le faire caché sous son masque. Retournant sa question par courtoisie -et aussi peut-être dans le fond par curiosité-, elle l'écouta répondre. Elle se doutait que si elle avait beaucoup à écrire avec ce qui se passait en ville, lui devait en avoir tout autant au sein du palais avec des clients à défendre. Les dossiers devaient s'enchaîner, ce qu'il confirma d'ailleurs peu après. Pas vraiment ce qu'il préférait faire, elle le savait mais au moins ainsi il continuait à pouvoir exercer et à être payé, même si l'argent ne semblait jamais avoir été une motivation pour lui. « Je m'en doute même si ce dernier n'était pas forcément une référence en matière de normalité. » commenta-t-elle avec une certaine ironie.

Ces mots résonnaient drôlement dans sa tête. Notre cabinet. Ça l'était devenu c'est vrai, mais à présent tout ça semblait tellement lointain pour elle que de l'entendre prononcer ces mots ensemble lui faisait l'effet d'avoir vécu une autre vie, pourtant pas si lointaine dans le temps. Karen fut cependant tirée de cette pseudo nostalgie d'une époque où la vie, ou en tout cas la sienne- paraissait plus facile par la voix de Matt qui reprenait la parole. Que ça allait pour elle ? Oui c'était relatif comme assertion mais elle comprenait ce qu'il tentait de dire par là et elle hocha simplement la tête. « C'est gentil. » répondit-elle simplement. Bah quoi ? La jeune femme n'allait pas sauté de joie parce qu'il semblait encore se soucier un tant soit peu d'elle, non ? Elle n'allait pas se faire mal toute seule en espérant que cela puisse dire quoi que ce soit d'autre venant de lui. La question suivante ne l'étonna pas par contre. Elle savait très bien que les deux n'avaient plus de contact. « Je lui ai parlé il y a quelques jours, il était occupé alors il m'a dit qu'il me rappellerait quand il le pourrait mais je n'y compte pas trop. » Elle ne lui en voulait pas pour ça, lui aussi avait fait son chemin de son côté à présent et il semblait même mieux réussir à présent qu'il n'avait plus deux boulets à traîner derrière lui... « Je peux lui passer le bonjour, si tu veux. » proposa-t-elle malgré tout. Elle avait beau en vouloir à Matt pour ce qui c'était passé entre eux mais elle n'avait pas complétement perdu son affection pour lui et surtout l'amitié que les deux avocats partageaient par le passé.  


© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


    C’est vrai, elle avait raison sur ce point. La normalité n’avait pas vraiment été là quand ils avaient encore leur cabinet. Entre Fisk, Castle et les autres, il y avait eu beaucoup de choses qui s’étaient produites et qui était très loin de la normalité. Beaucoup de choses s’étaient produites et il avait été un pion dans un grand nombre. Un pion manipulé par Stick, par Fisk, par Elecktra, par la Main et bien d’autres. Mais il avait aussi été un pion dans son combat contre les criminels qui voulaient s’en prendre à Hell’s Kitchen. C’était son quartier, sa maison et même s’il avait tout perdu à une époque, il avait réussi à se construire. A nouveau, il avait tout perdu. La femme qu’il aimait et qui était face à lui, son meilleur ami, qui travaillait dans un autre cabinet d’avocat et ses amis. Il n’avait plus personne, il était seule et aussi dur que cela était, ça ne voulait pas dire qu’il allait baisser les bras. Malgré qu’il soit la proie d’une chasse à l’homme, il savait qu’il continuerait à défendre la ville. Il n’avait pas accepté de devenir Daredevil pour rien. Il était un justicier et il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour parvenir à être à la hauteur de ce que certains pensaient de lui. C’était peut-être prétentieux de penser de la sorte, mais il ne se voyait pas faire autrement. Comme avocat, il avait peu de moyen de combattre le crime. Même s’il était doué, il savait qu’il ne pourrait pas utiliser la loi pour faire tomber ses ennemis. Pas tous en tout cas.

    Il devait donc prendre l’identité du diable pour parvenir à ses fins. Mais pour le moment, il préférait savoir comment allait la jeune femme. Elle avait visiblement des journées bien remplies et il était donc content qu’elle se porte bien. Hochant simplement la tête à ses paroles, Matt vint demander si la rousse avait des nouvelles de Foggy. Leur ami commun. Celui qu’il avait toujours considéré comme son frère. Celui qu’il avait perdu à cause de mensonges. Aux paroles de la journaliste, il baissa légèrement la tête mais ne répondit pas. S’il était occupé, c’était une bonne chose pour l’autre avocat. Il savait que les criminels n’arrêteraient pas leurs activités du jour au lendemain, mais il aurait aimé se battre avec son meilleur ami, comme avant. Cela n’était plus possible, donc il devait se faire une raison. Relevant la tête aux paroles de son interlocutrice, il hésita à répondre. Il aurait aimé dire qu’elle pouvait le faire, mais il voyait déjà Foggy lui dire qu’il s’en fichait royalement. Il avait été clair sur le sujet d’ailleurs.

    Non, ça ira. Mais c’est gentil de le proposer.

    Esquissant un sourire triste, il but une nouvelle gorgée de sa boisson. Sa vie partait en vrille, mais au moins ses proches ne seraient pas mis en danger. Le fait que Foggy et Karen ne soient plus aussi proches était une bonne chose quand il était Daredevil. Mais c’était un vide difficile à combler en étant Matt Murdock. Regardant la jeune femme, il devait avouer qu’il ne savait pas quoi lui dire de plus. Ils ne s’étaient pas vus depuis tellement longtemps qu’il savait que dire quelque chose pourrait la froisser ou faire revenir encore plus leur relation en arrière. Cependant, il se décida malgré tout à parler.

    Tout va bien sinon ?

    Oui, il voulait parler de façon plus personnel pour elle, mais il ne se voyait pas lui demander de façon directe si elle voyait quelqu’un. Pas après ce qui s’était passé entre eux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité


sommes-nous des inconnus ?


Il fallait bien qu'elle se l'avoue, c'était aussi parce que la normalité n'était pas de mise au cabinet qu'elle avait accepté de travailler pour eux. Bien sûr, c'était principalement afin de pouvoir leur payer ses honoraires puisqu'elle n'avait que peu d'argent pour se faire mais au moins, avec ce qu'ils faisaient là-bas, elle avait eu l'impression de pouvoir faire changer un peu les choses, même si ça restait en théorie au départ, à une bien petite échelle. Après avoir elle aussi été utilisée d'une certaine manière -même si c'est sa curiosité qui avait provoqué tout ça-, elle ne voulait plus ressentir une telle frustration mais elle s'était bien vite rendu compte en se frottant à Fisk que quoi qu'elle pourrait faire ou tenter de faire pour que le monde change, dans le fond, les riches et les puissants feraient toujours leur loi. Peut-être aussi pour cela qu'elle avait fini par comprendre ce que Frank essayait de faire en étant devenu le Punisher. Mais même si elle était tentée de baisser les bras, une part d'elle-même ne pouvait s'y résoudre et c'était donc dans le journalisme qu'elle avait trouvé sa voie. A défaut d'avoir des pouvoirs comme d'autres, elle pouvait tenter de faire ouvrir les yeux aux habitants de la ville et du monde sur ce qui se passait réellement là-dehors. Consciente bien entendu, qu'elle se mettait en danger en le faisant, c'était ce qui avait faillit l'envoyer en prison par le passé si Matt et Foggy ne l'avait pas aidée mais avec tout ce qui lui était arrivé entre temps, disons simplement qu'elle préférait encore risquer sa vie ainsi que de continuer de faire semblant comme les autres, avançant avec des œillères et donnant l'illusion que la vie continuait comme elle l'avait toujours fait jusque là.

Car oui, la vie continuait malgré tout. Elle avait tourné la page à présent ou en tout cas, elle pensait l'avoir fait après ce qui c'était passé entre eux. Ou pas passé, elle ne savait même plus à force. Y avait-il jamais eu réellement quelque chose s'il avait fallu aussi peu de choses pour que Matt ne la laisse ainsi ? Était-ce simplement de la jalousie ou de la rancoeur ? Un peu des ceux sûrement parce qu'elle pensait vraiment qu'ensemble, ils pourraient enfin s'accorder un peu de bonheur mais comme pour le reste, elle avait appris de ses erreurs. Même si c'était difficile de ne plus le voir mais c'était plus facile d'oublier ses sentiments pour lui si elle n'avait pas à le croiser à longueur de journée. De toute façon, avec le boulot qu'elle avait à réaliser au journal, ça n'était pas comme si elle avait réellement le temps de se préoccuper de sa vie sentimentale. Et pourtant, elle était venue le rejoindre ici alors qu'elle aurait tout aussi bien pu simplement s'en aller une fois qu'elle avait pris conscience de sa présence dans le bar. A croire que quelque part, malgré tout, elle restait encore attachée à lui, et qu'il lui manquait. Et que si par le passé, c'était lui qui avait veillé sur elle, elle se sentait redevable d'en faire autant pour lui, surtout à présent qu'il semblait lentement mais sûrement perdre pied de son côté.

Ce qu'elle ne pouvait que suspecter encore plus lorsqu'il demanda des nouvelles de Foggy. Ainsi donc, il n'y avait pas qu'avec elle que l'avocat n'avait plus eu de contacts. Son meilleur ami et ancien partenaire avait lui aussi tourné la page, travaillant pour l'un des plus gros cabinets de la ville. Ce qui était doublement plus pénible pour Matt sûrement. Mais elle reconnaissait aussi dans sa réponse sa fierté. Il n'irait pas lui demander de jouer les intermédiaires pour lui. Position qu'elle n'aurait pas aimé assumer s'il lui avait dit qu'elle pouvait le faire mais qu'elle aurait été prête à endosser si jamais. « Ça ne me coûtait pas grand chose de le faire. » avoua-t-elle avant de remettre une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, jouant machinalement avec son verre. Relevant son regard de ce dernier vers Matt quand il lui demanda si tout allait bien, elle compris ce qu'il tentait de faire là. Il était aveugle mais elle non et même si l'avocat savait contrôler ses expressions, elle pouvait bien voir qu'il se retenait d'une façon ou d'une autre de lui poser la question qui lui brûlait sans doute les lèvres. « Oui, toutes proportions gardées, je crois qu'on peut dire ça. » lui concéda-t-elle alors, avalant le reste de son verre dans la foulée, commençant à réaliser à quel point d'être venue le voir était une mauvaise idée. « Je crois que je vais y aller, il se fait tard et j'ai encore du chemin à faire. » annonça-t-elle tout en reposant son verre sur la table. Fuir avant qu'elle ne finisse par dire ou faire quelque chose qu'elle regretterait le lendemain. Parce que plus elle restait là face à lui, et plus tout ce qu'elle avait mis tant d'efforts à enfouir en elle remontait à la surface. Et elle s'était juré de ne plus retomber dans le panneau cette fois. Même si c'était l'évidence même qu'elle aimait toujours Matt. Mais parfois il fallait aussi savoir accepter que ce qu'on veut n'est pas forcément ce dont on a besoin ou ce que l'on peut avoir.


© TITANIA

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Sommes-nous des inconnus ? | Karen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?
» Sommes-nous morts?
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» - Quel jour sommes-nous ? - Aujourd'hui - Chic, c'est mon jour préféré !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-