Partagez | .
 

 I can be nice once a day | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 155
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1224-18-akane-powers


I can be nice once a day

Akane alluma l'encens devant la statue de Bouddha. Il pouvait sembler assez curieux que ce jeune femme, reconnue comme assez violente, soit disciple de cette quête d'amour et de paix intérieure. Cela n'avait rien d'étonnant en vérité, déjà parce qu'elle pratiquait ces croyances bien avant de devenir le n°18 mais arts martiaux et bouddhisme faisait assez bon ménage en réalité. La majeure partie des techniques de combats chinoises proviennent d'ailleurs du kung-fu Shaolin, une discipline qu'Akane connaissait bien évidement. Elle se positionna devant l'imposante statue et commença sa prière récitée en japonais, sa langue natale. Elle pratiquait ce rituel plusieurs fois par semaine, comme lui avait enseigné son ancien majordome lorsqu'elle habitait toujours au pays du soleil levant. Parfois elle se demandait ce qu'il était devenu après leur départ pour le pays de l'oncle Sam. Parfois, elle pensait même à retourner lui dire un petit bonjour, avec sa vitesse de pointe, ça ne devrait pas prendre tellement de temps. Mais à chaque fois, l'hésitation était plus grande et elle finissait par renoncer. Peut-être que son frère pourrait la pousser un peu plus à s'y rendre. Une fois sa prière terminée, elle se releva et observa la statue une dernière fois. Autour d'elle, de nombreux touristes admiraient l'endroit et se déchaînaient sur photos. C'était assez drôle de constater que les gens visualisent toujours les touristes japonais avec leurs appareils photos alors qu'au final, les autres touristes ne sont pas bien mieux lorsqu'ils sont dépaysés. Elle ne connaissait pas toutes les langues mais pêle-mêle, elle y trouvait des intonations de français, d'espagnol ou même d'italien et bien entendu d'anglais. Un léger rictus se marqua sur son visage en voyant la situation.

Elle se dirigea en direction de la sortie avant de voir une jeune fille tendre le bras pour essayer de prendre un bâton d'encens à son tour. Comme si l'endroit l'avait métamorphosé, le cyborg s'approcha d'elle et attrapa le bâton pour lui tendre. "Tiens, voilà pour toi." La jeune fille attrapa le bâton de ses deux petites mains et regarda la blonde avec de véritables étoiles dans les yeux, comme si on venait de lui faire le plus beau des cadeaux. "Maintenant, va retrouver tes parents." La gamine baissa la tête sans pour autant bouger. Voyant qu'elle restait immobile, Akane se baissa pour être à sa hauteur et repris la parole. "Tu ne sais pas où ils sont, c'est ça ?" Un hochement de tête fut sa seule réponse. La blonde soupira. Etre un super-héros ne se limitait malheureusement pas à jouer les gros bras mais il fallait aussi aider son prochain à ce qu'il parait. Elle se releva et tendit sa main en direction. "Viens, on va les chercher." La jeune fille attrapa la main de l'inconnu et ensemble, elles prirent la direction de la sortie. Une fois dehors Akane regarda les environs, pour vois si quelqu'un retournait ciel et terre à la recherche de son enfant. Il ne lui fallut pas longtemps pour remarquer deux personnes sur le trottoir d'en face qui semblaient questionner le moindre passants de manière presque hystérique. Elle attrapa la gamine dans ses bras et décolla au-dessus des voitures histoire de traverser sans risquer la vie d'un automobiliste – car elle gagnerait forcément dans un combat contre une voiture. "Excusez-moi !" dit-elle en se posant doucement à côté de la femme. "Oh mon dieu, Kelly, te voilà enfin." Passant d'un type d'hystérie à un autre, elle se jeta sur l'enfant qui tendait déjà les bras vers sa mère. Voyant la famille ainsi réunie, le cyborg tourna les talons en enfonçant les mains dans ses poches. "Attendez ! Qu'est-ce que je peux faire pour vous remercier ?" Tout en continuant à marcher, Akane fit un signe de la main tout en continuant à s'éloigner "Do itoshimashite".


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 621
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
I CAN BE NICE ONCE A DAY
akaniel
« Nooooon ! Toi, reviens ! », avait-elle braillé de ses petits poumons d’enfant alors que 18 avait déjà tourné les talons depuis une bonne minute. Ce n’est pas Kelly qui lui hurle dessus, non, cette petite chose était toujours dans les bras de sa mère en suivant des yeux la modeste héroïne. Non, c’est bien l’enfant à qui il a emprunté l’apparence qui s’exclame avec une rare véhémence, comme si on lui avait arraché sa mère sans autre forme de procès.
Elle était au milieu de la foule qui déambulait dans les rues de Chinatown, cherchant de sa petite hauteur le bien qui lui avait échappé pendant la petite démonstration du cyborg, qui avait accaparé  l’attention de bien des gens. Le démon n’est pas prompt à jouer si ce n’était pas pour se renseigner de lui-même : cette femme avait été responsable de la décadence de Gabriel, et de l’essor du fils damné de Méphisto par la même aubaine. Il veut savoir ce qu’elle est, et au delà de tout renseignement extérieur qu’il aurait pu avoir. Le voir de ses propres yeux restait la meilleure chose à faire. Et si cela pouvait amener un peu de divertissement…

La gamine est perdue dans la foule, du moins c’est l’illusion donnée. Un homme, manipulé, l’a bousculée un peu trop, le chat dans ses bras s’enfuyant. (C’est bien pour ça que la petite asiatique est secouée.) Trois autres, dont le cerveau a été retourné au préalable, sont sur le point de commettre l’irréparable. Pourquoi est-ce que cette fillette pleure ? fait une première pensée alentours. Mais enfin, où sont ses parents ? fait un autre esprit anxieux. Ses yeux commencent à se voiler de larmes, ses pas veulent se diriger vers le cyborg mais tout le monde se marche dessus ici, et sa petite taille n’aide en rien. Il n’y a donc personne pour l’aider ? Elle en fait du bruit… Mais aucun moyen d’avoir accès aux pensées de 18, et c’est là une information qu’il avait déjà eue. Peu importe, ce n’est pas ça qui l’intéressait. Je devrais peut-être…

On la bouscule un peu, manquant de la faire tomber à plusieurs reprises. « Monsieur manekineko s’est enfui ! Reviens mons-… » et l’instant d’après, deux coups de feux sont tirés. Ça crie, ça court, la masse se disperse alors que la peur semble piquer le cœur des personnes présentes. Qu’est-ce qui se passe ?! L’enfant mets ses mains sur ses oreilles, rentrant un peu sa tête dans ses épaules. J’ai peur, j’ai peur, j’ai peur, la fusillade a éclaté et les trois hommes tirent à vue sur les passants, ils sont cagoulés mais on devinerait presque ces yeux injectés de sang derrière ce voile charbon. Pitié ! Arrêtez ! Pensée qui le ravit, alors que la balle alla se loger au creux de la poitrine du concerné. Des mutants ? Qu’est-ce que…

Elle hurle encore, d’effroi, de désespoir, la gamine tombe par terre, tremblant comme une feuille. « Aidez-moi ! Aidez-moi ! » appelle t-elle à qui voudrait bien l’entendre, mais une dizaine de corps jonchaient déjà le sol, sans compter les blessés. Le duo mère-fille plus tôt rencontré est froid et finissent de se vider joyeusement. On filme la scène de la fenêtre d’un appartement avec un smartphone. Sans se leurrer davantage, les trois hommes doivent accueillir la présence de l’héritière Powers. À cette simple vue, l’un d’entre eux porta le canon sous son menton, pressant sur la gâchette. (L’image est capturée. Dans quelques minutes, elle sera sur les réseaux sociaux.) L’autre fit de même in extremis, mais le dernier avait eu la malchance d’être prit pour cible par le cyborg… dans sa barbe, il lui souffla en riant, « Tu les a laissé crever. », s'apprêtant à sectionner sa langue d'un coup de mâchoire. Et l’enfant était à moins de cinq mètres de la scène, sanglotant paumes contre ses oreilles, derrière une benne à poubelle où elle avait essayé de se cacher.
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 155
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t1224-18-akane-powers


I can be nice once a day

Akane continuait de marcher, les mains bien enfouies dans ses poches. Si quelqu'un la connaissant venait à la croiser, il devrait se frotter les yeux à plusieurs reprises avant de se rendre compte qu'elle n'était pas déjà en train d'enfoncer son poing dans le faciès d'une autre personne qui l'avait sans doute bien mérité. Elle avait l'air au contraire plus sereine qu'à son habitude. Elle se fondait dans la foule, un curieux mélange entre asiatiques y vivant et touristes armé de leurs appareils photos, malgré le fait qu'elle ne faisait partie ni d'une communauté ni de l'autre. D'ici et là elle captait des brides de conversation, des paroles chinoises dont elle ne pouvait que deviner le sens, et des phrases anglaises recherchant le meilleur restaurant du coin. Et dans ce brouhaha, les paroles d'une petite asiatique passaient inaperçues, la voix n'arrivant pas à se démarquer du reste. La blonde s'arrêta devant une échoppe de fruit et de légume, utilisant ses narines pour imaginer la moindre saveur. Elle jeta son dévolu quelques litchis – un fruit qui lui rappelait ses jeunes années dans les pays asiatiques. A peine ce péché mignon acheté que déjà elle consommait l'un d'entre eux.

C'est alors que le drame arriva, des coups de feu qui changèrent la rue animée de joie en une cohue juste alimentée par la panique. Petit à petit les corps tombaient les uns après les autres, gisant sur le sol sans le moindre mouvement pour la plus part. Une balle traversa l'air dans la direction du cyborg pour se loger dans son bras gauche et provoquer ainsi un bruit métallique. Une grimace de douleur s'afficha sur le visage. Elle avait beau être faite de métal et d'huile, elle n'en restait pas moins une créature de chair et de sang et la surface de sa peau pouvait encore ressentir la douleur. Elle bougea les doigts, douloureusement, les fonctions n'étaient pas hors service mais avaient été touchées. Du trou commençait à couler un liquide bordeaux très foncé, résultant du mélange des deux liquides qui s'en échappait. Elle releva la tête pour voir le carnage qui continuait. La foule avait fait place à une hécatombe, les discussions n'étaient plus que des gémissements des dernières personnes pouvant encore ramper sur le sol. Puis, trois silhouettes encore debout, le canon de leurs armes encore fumant. Ils étaient trop loin pour qu'elle puisse deviner leurs visages, leurs expressions. En quelques à-coups, comme un moteur qui avait du mal à démarrer, son poing se ferma, faisant couler d'avantage de liquide qui glissait le long du bras avant de s'écraser au sol. Elle décolla du sol et fonça dans leur direction, ses yeux virant au bleu azure alors qu'intérieurement, ils auraient plutôt été rouge vif. Elle n'eut pas le temps d'attraper les deux premiers qui se suicidèrent d'une balle dans la tête devant ses yeux. Tendant sa main, elle chopa le col du troisième encore vivant qui lui marmonna quelque chose. Le moteur ARK dans sa poitrine ne fit qu'un tour, provoquant un léger bruit à l'intérieur de cette dernière. L'homme voulu se sectionner la langue, espérant sans doute se noyer dans son propre sang. De sa seconde main, elle maintient sa mâchoire ouverte, lui empêchant ainsi ce suicide trop doux à ses oreilles. Sa respiration était profonde, ses yeux ne clignaient plus. Les doigts s'écartèrent légèrement et l'air de sa paume commença à chauffer, brulant la peau du visage du meurtrier. La boule bleue apparu alors, grossissant de plus en plus. Le suicide n'était pas une option pour lui, c'était trop parfait comme sortie de scène. "Et tu ne seras plus là pour t'en vanter." La boule grandit encore d'un coup avant qu'Akane ne fasse reculer le tueur de quelques pas. Toujours en expansion, la sphère dans sa main avant qu'elle ne parte droit devant, le flux de chaleur continuant à alimenter et la transformant en cône réduisant en cendre tout sur son passage. Le corps tomba, amputé de sa partie supérieur, sur le sol. Le sang ne se rependit même pas, la chaleur ayant directement cautérisé la plaie. Seul de la fumée s'échappait encore, des restes de sa victime, de la main du cyborg mais également là où le cône avait fait son office.

Akane regarda le résultat, avec horreur. Une journée normale, changée en champ de ruine, à croire qu'elle attirait elle-même ce genre de carnage. Elle s'approcha d'une pauvre dame qui respirait encore et se pencha sur elle. "Ne vous en faîtes pas, les secours sont en route." Elle n'avait pas pris la peine de les appeler, dans ce genre de situation, les secours avaient sans doute déjà reçu plusieurs fois l'appel. Elle souleva la pauvre dame pour la déposer un peu à l'écart, faisait preuve pour une fois d'une certaine gentillesse. Elle continua de chercher après des survivants, aidant à se relever ceux qui en était capable et rassemblant ceux qui avait le plus besoin de soins. Quand elle entendit, un peu plus loin, les gémissements d'une voix qu'elle n'avait pas encore entendue. Elle chercha l'origine, avançant prudemment jusqu'à une benne à ordure dans une des ruelles se jetant dans l'artère principale de Chinatown. Là, se trouvait une gamine qui avait, par miracle, échappé au massacre. Akane pouvait être bien des choses mais l'empathie n'en faisait pas vraiment partie. Face à ce massacre, la seule chose qu'elle avait pu ressentir, c'était de la colère et elle ignorait comment bien réagir face à cet enfant. Elle se pencha sur la petite japonaise. "Sore ga okotte imasu ?" dit-elle en posant sa main sur son épaule. Puis une autre question fatidique se devait d'être posée. "Goryōshin ga doko ni aru ka, anata wa shitte imasu ka ?" Elle craignait d'avoir à présent face à elle une petite orpheline. Même si la vue des cadavres ne choquait pas la machine qu'elle était, elle ne pouvait pas décemment laisser cette fille devant le charnier et encore moins devant les possibles corps sans vie de ses parents. Elle tendit sa mais dans sa direction pour l'inviter à la prendre. "Ferme les yeux d'accord. Tu veux bien faire ça pour moi ?"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


not affiliated • leave me alone
avatar
MESSAGES : 621
it's a revolution, i suppose
not affiliated • leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-alexis
I CAN BE NICE ONCE A DAY
akaniel
La benne avait été creusée par quelques impacts de balle.
Derrière cette forteresse de fortune, l’enfant presse encore ses paumes contre ses oreilles, toute frémissante. Son petit cœur bat vite et ses yeux sont voilés de larmes. L’incompréhension secoue sa carcasse et la voix de 18 résonne, une quantité de ses aigus en moins. Ses vêtements sont salis par sa course malheureuse et dans son regard qui pétille, une peur qui est encore profondément ancrée. La main de celle-dont-on-entend-rien se posa sur son épaule, et elle eu un léger soubresaut à ce contact ; orientant son visage dans sa direction et décollant ses mains de ses oreilles. On entend des plaintes, quelques pleurs, des sirènes au loin. C’est un silence sinistre qui grignote les murs de cette rue, qui fut pourtant baignée dans l’euphorie d’une réunion religieuse.

Un souvenir amer pour ceux qui restent.
Que peut ressentir cette machine ?

« K-Karera wa… doko desu ka ? » demande t-elle, cherchant des yeux les méchants au visage caché. La première réponse est de secouer la tête de droite à gauche, laissant de nouvelles larmes chaudes creuser ses joues enfantines. Elle ravale un peu sa salive et se crispe un peu sous le contact que 18 maintient : elle ne la connait pas, et cette héroïne a été… violente. Comment faire confiance ?
La petite renifle un peu… « S-Shirimasen… » et semble hésiter à prendre cette main qu’elle lui tend. Ses petits yeux en amande remontent jusqu’au visage de l’ange de métal… et se perdent un peu dans le décor, non moins macabre. La voix de la blonde retentit à nouveau et finalement, l’enfant répond à son geste, se hissant difficilement sur ses jambes. « M-Maman m’a toujours dit… d-de pas parler aux inconnus… même les dames !… » commence t-elle. L’enfant sent le regard insistant du cyborg et finit par s’exécuter, continuant à pleurnicher malgré elle.

Après quelques pas, la petite s’exprime à nouveau, piquée par l’angoisse. « T-Tu es pas avec les pimpon hein ? » et la réponse ne vient pas aussi vite qu’elle le souhaite, faisant paniquer un peu plus la gamine, qui rouvre malencontreusement les yeux. « S-S’il te plaît, il faut pas, il faut pas, » et elle avait la meilleure raison du monde pour ça : il avait emprunté les traits d’une petite mutante. Qui n’était pas recensée, ni elle, ni sa mère qui l’élevait seule. « J’ai… j’ai un gros secret… » Mère qui était un dommage collatéral évident dans cette mascarade à l’allure de boucherie urbaine. Elle manqua de trébucher sur un obstacle sous ses pieds, se rattrapant à la main de la jeune Powers. « S’il te plaît madame, » et elle s’arrête en plein dans sa marche, la scrutant d’abord, transpirant la peur et l’affliction. Des larmes qui noient son pauvre visage de porcelaine. Peu à peu, sa tête se baisse et elle regarde ses pieds. « Monsieur manekineko… il est parti… i-il est pas… il est pas mort, hein ? Il va… il va revenir ? » c’est de son chat dont elle parle, celui qu’elle avait dans les bras un peu plus tôt, avant que le sombre théâtre ne perde de ses acteurs.

Une femme boiteuse remonte un peu vers elles, « S’il vous plaît ! Vous avez vu un petit garçon ? Il avait un tee-shirt rouge… des baskets… » et la jauge. Elle a l’air affolée. Ah ! J’espère que son tee-shirt sera aussi rouge que tu l’espérais, pensa le démon en la scrutant toujours d’un œil faussement inquiet ; resserrant un peu sa main sur celle de 18. Pendant que le cyborg était occupé, ses yeux noirs firent à nouveau le tour, l’environnement et l’odeur de charogne la crispant davantage… jusqu’à ce qu’elle reconnaisse un visage familier. Là-bas, allongé sur le bitume, et baignant dans une mare de sang. Une hémorragie qui n’avait pas été prise à temps, mais surtout une mère qui n’aurait plus à s’inquiéter.
« MAMAN ! » explosa t-elle, lâchant la main de 18 pour aller courir jusqu’au cadavre.
Elle la secoua en réitérant l’appel. Deux, trois fois.
Jusqu’à ce qu’elle ouvre un peu les yeux, toussant, menaçant de s’étouffer avec ce qui trainait encore dans son arrière-gorge. La mère reconnu le visage de sa fille. Ses lèvres tremblotaient mais aucun son ne sortit. « Maman, allez… maman lève-toi ! » et moins de dix secondes plus tard, sa dernière expiration s’échoua sur le visage de sa progéniture, elle qui avait volontairement soufflé les dernières gouttes de son âme pour se repaître. Mais ça, même la statue de glace derrière elle ne pourrait le voir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

I can be nice once a day | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PLAYGROUND :: CONCRETE JUNGLE OF NEW-YORK :: island of manhattan-