Partagez | .
 

 Time takes a cigarette - Songbird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 60
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
Melissa Joan Gold
WHISPERERS
Nom et Prénom : Melissa Joan Gold Alias : Songbird Âge : 26 ansLieu de naissance & nationalité : Shoshoni (Wyoming, Etats-Unis) Métier : super héroïne Statut civil : en couple avec son coéquipier Abner Jenkins. Pour le public en tout cas. Orientation sexuelle :bisexuelleParticularités : Elle a une cicatrice sur la nuque, deux mèches d'un rose vif, c'est une ex-lutteuse professionnelle, alors connu sous le nom de la dame blanche. Sa libération a été fait sous couvert. Pour le grand public Screaming Mimi pourrie dans un asile depuis deux ans environ. Le nom de Melissa Gold n'a jamais été utilisé dans les dossiers publics. Affiliation : Killjoy
Sonic energy control - Super-humain | Classe 5


Sonic Scream - Melissa subit plusieurs opérations. La première fut pour greffer un dispositif expérimental à ses cordes vocales. Il lui octroya la possibilité de pousser des cris pouvait désorienter, provoquer des hallucinations et même faire perdre connaissance à ses ennemis. A pleine puissance elle pouvait détruire des objets, fissurer jusqu’au béton. Les vibrations de sa voix avaient également un pouvoir hypnotique sur les esprits les moins résistants. A cette époque elle était connue sous le nom de Screaming Mimi.

Energy Based Constructs - Après un drame, elle détruisit quasiment ses cordes vocales et dû subir une seconde intervention. Cette fois-ci le dispositif était autrement plus ingénieux. Il lui permettait de manipuler l’énergie sonore pour la rendre tangible, elle était déjà sensible à cette énergie, assez familière et elle put rapidement la maîtriser pour lui faire prendre toutes sortes de formes. se confectionner des armes ou tout un tas d’objets tous très tangibles et qui n’existent que le temps qu’elle le souhaite.
Energy wings - Son premier travail fut de se fabriquer une paire d’ailes. Qui n’a jamais rêvé de pouvoir voler ? Ses ailes sont comme chacune de ses constructions d'un rose brillant. Elles sont semi transparentes et résistent autant que son bouclier.
 Energy shield - cela lui permet également de se protéger elle et quelques personnes dans un entourage proche (environ à 5 mètres d'elle). Il résiste au feu et au bal, plus le calibre est élevé plus elle doit se concentrer. La force brut n'y peut pas grand chose, par contre il ne l'immunise pas aux champs télépathiques et c'est là probablement son principal point fort.
Energy blast - elle peut envoyer des rayons ou des projectiles d'énergies assez puissants pour causer des petites explosions. Plus elle se concentre, plus ils sont puissants.
Energy-Enhanced Strike - elle entoure ses points de cette énergie ce qui rend ses coups plus puissants et plus douloureux. C'est par ailleurs une excellente combattante.  

Voice-induced Manipulation - Il lui est également possible d’émettre d’inaudibles ultrasons qui influent sur les émotions des gens autours. Il n'est pas question de contrôle mais d'influence. Rendre une personne plus sensible à son point de vue, il est bien entendu évident que les personnes pourvues d'une forte volonté sont plus résistants. Ce n'est pas un pouvoir qu'elle exerce beaucoup.

INTERVIEW
QUE PENSEZ-VOUS DE LA SITUATION ACTUELLE ET DES DERNIÈRES DÉCISIONS DU GOUVERNEMENT ? Créer un ghetto pour les mutants est une décision qu’elle comprend mais désapprouve. Parquer une partie de la population est une décision fasciste. Cependant elle trouve l’initiative des Thunderbolts intéressante bien que l’idée d’être lié à ce gouvernement la débecte profondément. Elle a  le cynisme profondément ancré, l’ironie mordante, paradoxalement elle n’est pas très loquace, elle est tout à fait à l’aise dans les longs silences et n’aime pas particulièrement avoir à prendre la parole. Cependant c’est une chose qui est en train de doucement changer. Ceux qui la connaissent peuvent voir qu’elle prend un peu plus la parole et n’hésite pas non plus à dire quand elle trouve une idée stupide. Et toute les décisions du gouvernement sont aussi stupides que liberticides. Ça met à mal son cynisme. Ça met à mal son détachement. Elle doute beaucoup trop et elle cache ses doutes dans ses longs silences.
QUELLES SONT VOS MOTIVATIONS ? Melissa a rejoint les Killjoys, ce groupe de superhéros monté par Zemo, alias Citizen V. Elle n’avait pas de motivation particulière, il l’a libéré de sa cellule capitonnée, elle était larguée elle a suivit le mouvement. Melissa ne sait plus trop qui elle est, elle a le sommeil agité par cette question, par ce qu’elle a commit par le passé, il lui est de plus en plus difficile de conserver son nihilisme alors qu’elle commence tout juste à entrevoir une autre voie. Elle l’ignore, elle fait tout pour en tout cas. Elle n’est pas une héroïne, elle y ressemble c’est tout. Mais elle doute. Cela pourrait être un comportement sain, mais ses doutes sont autant d’armes contre elle, autant d’allumettes craquées alors que le gaz est ouvert. Il faudra qu’elle prenne une décision bientôt, mais pour le moment elle fait ce qu’elle a toujours fait, elle suit le mouvement.
Dans quelles circonstances avez-vous obtenu vos pouvoirs ? Comment avez-vous réagi ? Au sein d’une équipe de lutteuse, on leur a fait comprendre que pour se vendre, il faudrait veiller à s’améliorer. C’est leur sponsor Roxxon qui a financé les opérations, sous couvert qu’elles travaillent pour eux autrement que pour la beauté du sport. Elles ont voté et se sont fait opérer. Elles étaient quatre et chacune reçu un pouvoir différent. Elle s’était les cris soniques. Passé l’amusement premier, il a fallut payer l’addition. Devenir des criminels, des vrais. Ca a été une spirale infernale qui s’est terminé dans le sang et la violence. Lorsqu’elle a perdu un être cher elle a crié à se briser le dispositif cybernétique qui lui permettait de pousser ses cris. Elle ne voulait plus rien.
Mais sa colère, sa haine la poussèrent à accepter une proposition de réparation, une première, suivit plus tard d’améliorations. Des améliorations non négligeables, des améliorations qui faisaient oublier sa précédente identité et toutes les horreurs qui y étaient liées. Ses nouveaux pouvoir elle s’est entraînée sans relâche pour les maîtriser. Bien qu’elle ne se l’avoue pas encore, ils sont pour elles la possibilité de faire mieux. Ils ne sont plus simplement la destruction, ils sont la création.
IRL
pseudo/âge/f ; bosie/28ans/f Fréquence de connexion ; 5/7. Que pensez-vous du forum? ; il me plaît déjà Comment l'avez-vous découvert ? par helmut !   Célébrité choisie ; clara paget Credits ; bosie/div>


Dernière édition par Melissa J. Gold le Mer 3 Mai - 17:44, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 60
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
BIOGRAPHIE
   i've been a so-called hero longer than i was a rather-failed villain

Mimi
Life can't be easy.
It's not always swell.
Don't tell me truth hurts, little girl,
'Cause it hurts like hell,



1- No one can blame you for walking away
Elle était juste une gamine quand la police est venue toquer chez elle. Elle jouait sur la console que sa mère lui avait ramené, pendant que son père cuvait sur le canapé. Ses mèches cendrées devant les yeux pestant entre ses dents pour ne pas se faire gronder, Melissa n’avait même pas tourné la tête quand sa mère avait traversé la pièce. Il y avait toujours du monde à la maison, les voisins venaient souvent récupérer auprès de sa mère tout un tas de trucs qui encombrait sa chambre. De la nourriture, des jeux, des magnétoscopes.
« Mimi Gold ? »
Une voix, puis le raffut, cette fois-ci ses yeux avaient quitté l’écran, sa mère avait bondit par dessus le canapé pour atteindre la fenêtre et les escaliers qui courraient sur la façade. Les hommes en uniforme avaient été plus rapide. Ils l’avaient brutalement saisie et mise à terre, Melissa n’avait pas réfléchit elle s’était jetée sur eux. Pas elle. Pas sa mère. Prenez le gros bœuf sur le canapé plutôt, lui il sert à rien. Pas elle. Elle avait griffé et mordu. Sa mère insultait les flics et Melissa refusait de l’abandonner. De toutes ses maigres forces de gamine elle s’accrochait, agrippait la main que sa mère lui tendait.
Et puis soudain c’est elle qu’on agrippa. Qu’on arracha. Ça sentait l’alcool et la transpiration. C’était son père qui avait émergé de son coma journalier. Il la bloqua son bras contre sa gorge, elle n’arrivait même plus à crier. La porte se referma sur la police et sur sa mère, à peine relâchée elle voulu se précipiter à leur poursuite mais son père la rattrapa par les cheveux. Elle glapit de douleur, il la traîna jusqu’à sa chambre, comme elle s’était remise à crier, il lui décocha une beigne, sa tête heurta le montant de bois de son lit et elle sombra.

Sa mère fut condamnée à la prison, elle dut s’asseoir dans une grande salle et un tas de personne lui intimait de répondre à un tas de question. Elle resta là en silence à les toiser avec tous le mépris qui lui était possible d’avoir à onze ans. Elle les détestait tous. Sa mère avait tout fait pour elle et il la lui retirait pour la laisser à son père. Ce porc qui les battait. Lui il ne risquait rien, assis dans son costume trop large, clamant qu’il savait rien, pire clamant qu’il voulait juste s’occuper de sa fille. Menteur. Mentueur même. Ses mensonges le tueront. C’est qu’un lâche. Il l’enferme tous les jours maintenant parce qu’elle répond aux coups, elle le laisse pas faire. Maintenant que sa mère est plus là, c’est elle qu’il vient voir ce gros dégueulasse. Mais elle le laisse pas faire. Elle sait qu’après le procès elle aura une porte de sortie. Alors elle attend, assise sur son banc, les dents serrées.

2- Down in the underground you'll find someone true.

De toutes les personnes présentes ici, seule Mimi (puisque c’est ainsi qu’elle se faisait désormais appeler) ne cherchait rien. Elle n’attendait rien et c’était une vérité qui s’appliquait à chaque domaine de sa vie. Adossée contre un mur, les bras croisés autour de sa maigre silhouette, ses cheveux retombant devant son visage figé. Personne ne lui parlait et elle ne voulait parler à personne et personne ne comptait lui parler. Elle était la trop jeune copine de Mike, sa propriété et les gens évitaient tout ce qui se rapprochait de Mike. Personne n’ignorait qu’il était une balance. Ce soir il était là pour refourguer de la drogue.
Elle n’attendait rien,  ne voulait rien et surtout pas qu’on lui adresse la parole. Mimi avait fuis son père, elle était partie aussi loin qu’elle pouvait : la plus grande ville à côté. Noyée dans la masse, sans rien.

Ses jambes quadrillées de résilles, battaient dans le vide. Assise sur la balustrade, elle profitait du calme, de la trop rare solitude. Elle avait rencontré Mike à une soirée, Tony Montana raté. Elle restait avec lui parce qu’elle n’avait personne et qu’il avait un toit.
Aucune de ces raisons n’étaient une bonne raison. Mais elle avait 16 ans et déjà passé trop de temps à la rue. Elle avait trop d’ego, trop de rage, trop de peur pour réclamer de l’aide. Pour même songer  à le faire. Devoir être obligé de retourner chez son père, être à la traîne partout, elle était un fantôme et ça lui allait très bien. Elle était personne, deux syllabes, juste Mimi. Elle a appris à se battre, à se défendre, sans technique mais par instinct de survie, elle a appris à prendre ce dont elle avait besoin. Son regard clair était plus âgé qu’elle, trouble derrière les volutes de fumée de ses cigarettes noires à l’entêtant parfum synthétique de vanille.

Quelques bruits de pas la firent à demi se retourner, elle s’attendait à Mike mais c’était une fille qu’elle connaissait de vue. Marian Pouncy. Elle se faisait appeler Poundcake. Plus personne n’a de prénom ici. Mimi tourne vers elle le bleu orageux de son regard et Marian y imagine les éclats du tonnerre. Elle ne dit rien, ne montre aucun signe particulier, pas même un questionnement. Mimi s’en désintéresse. Pas Marian. Elle lui plaît terriblement, peut-être que c’est sa douleur, sa rage qui attire la sienne. Elle observe sa nuque fraîche que dévoilent ses cheveux qui se délient sous le vent par salve joueuses, vagues froides, presque métallique qui par une fois viennent se poser sur sa bouche pâle. Marian est toute proche maintenant, à ses côtés, elle parle un peu, sans jamais la regarder Mimi répond, laconique sa voix cassée, sourde un peu rauque la désarçonne et l’encourage à continuer cette conversation. Elle s’accoude à la balustrade son regard glisse sur ses jambes, sur le vide, sur le trafic en contrebas. Une flasque passe d’une main à l’autre et puis soudain c’est le chaos.

« Les flics ! »


3- Sister, Sister please take me down

« On sera sortie d’ici quelques jours. D’ici là, il faudra que tu prennes une décision Mimi. »

Blottie contre elle, mais le regard détourné, elle ne répondit pas. Fermée et butée. C’était ses caractéristiques premières. Marian passait ses doigts dans ses cheveux maintenant courts et en bataille. Dans l’uniforme de la prison elle ressemblait à un jeune garçon. Elle semblait flotter dans l'orange malgré ses efforts à se muscler, rien ne semblait s’épaissir chez elle. Marian avait l’air forte, puissante. Elle, était évanescente, avec ses cheveux blancs, son teint diaphane.

« Tu devras prendre un pseudonyme, la fédération adore ça. »

Marian s’était habituée à ses silences, elle savait qu’elle écoutait, peu importe ce qui tournait dans sa tête. Cette fille était un putain de mystère.

« White Lady, ça t’irait bien t’en pense quoi ? »

« Va te faire foutre. » répondit-elle immédiatement, une offense au fond de la voix.

Elle se redressa, ré-enfila son uniforme et quitta la laverie sans un mot de plus. Marian se demandait encore ou est-ce qu’elle avait merdé le soir face au plateau repas. Mimi était revenue près d’elle, mais personne ici n’était assez sotte pour s’isoler. C’était du suicide.

« Je rejoindrais votre équipe » lâcha-t-elle entre deux bouchées.

Devenir catcheuse. Avec sa silhouette de crevette. Marian disait que c’était possible, alors elle commençait à le croire. Elle ne doutait pas de ses capacités à se battre, elle doutait de ses capacités à respecter les règles. De toute façon elle savait que derrière cette activité, c’était le crime encore et toujours qui l’attendait. Ce n’était pas pour rien que Marian était en centre de détention. El était plus âgée qu’elle et la prochaine fois ça serait la prison. Celle des grandes personnes. Mimi avait déjà la certitude qu’elles avaient toutes les deux une couchette réservée là bas. Marian lui disait que non, que cette fois se serait la légalité, mais tout ça sonnait faux. Le crime était une addiction, on l’abandonnait pas après y avoir goutté et on regardait les innocents avec mépris. On les nommait faibles et lâches.
Elle avait été tiré vers le bas par des hommes toute sa vie. Son père, Mike qui l’avait dénoncé. C’était au tour des femmes maintenant et elle attendait mieux  d’elles. Pire d’elles.

Elles sortirent en effet quelques jours plus tard. Un sac pendant un bout de bras. C’est Titania qui vint les chercher dans son break, elle haussa un sourcil en voyant Mimi monter à l’arrière. Renfrognée et semblant la défier de dire quelque chose. Poundcake souriait.

Screaming Mimi
You're watching yourself but you're too unfair
You got your head all tangled up but if i could only
Make you care
Oh no love! you're not alone



4- You're too old to lose it, too young to choose it
Elle n’avait aucune envie d’être là. Les bras croisés elle observait les posters relaxant de la salle d’attente lui étaient insupportables. Elle se rongeait ses ongles déjà ras. Elles avaient toute signées une décharge pour l’opération.

A sa sortie de prison elle avait en effet intégré les Grapplers, démarré les combats et trouvé tout ça étonnamment amusant. Elle combattait dans un costume ridiculement court. Slutty Harlequin. Mais ça ne rapportait pas. Elle s’en foutait. Pas les autres. Comme toujours elle a cédé à la pression du groupe. Malgré leur petite renommée et les salles pleines, elles voulaient plus. Elles voulaient être aussi payé que les hommes. La fédération leur avait ris au nez. Il n’y avait que les mutos ou les optimisées qui se battaient qui étaient payées plus. Si elles voulaient plus elle devrait passer sur le billard. Et à leurs frais en plus.
C’est Titania qui trouva la solution. Roxxon oil compagny payerait en échange de quelques services. Ah l’illégalité à nouveau. Aucune chance que ses services soient d’utilités publiques. Quelque part Mimi est soulagée, elle attendait que tout redeviennent chaotique. L’incertitude d’une stabilité dans laquelle elle se sentait finalement mal à l’aise.

« Melissa Joan Gold ? C’est à vous. » annonça la voix glacée d’une infirmière.

Elles avaient chacune choisie une capacité parmi le catalogue. Mimi avait sélectionné un pouvoir vocal. Sa voix avait toujours été particulière, plus grave que ne le laissait suggérer son apparence. Ce genre d’intervention avait une part d’aléatoire non négligeable et elle était vaguement inquiète. Trop vaguement peut être, mais rien n’avait jamais vraiment d’importance. Son cynisme exacerbée s’étendait à sa personne.

Elle ne s’inquiétait pas des hématomes et des plaies ouvertes pendant les combats. Elle ne s’inquiétait pas de ce que l’on pensait d’elle chaque soir, lorsqu’elle appliquait plus de blanc sur son visage, qu’elle traçait les triangles noirs sur son visage, qu’elle enfilait ce costume vert d’amuseuse. Elle se désintéressait des enjeux, il y avait juste le combat et toute la rage qu’elle pouvait sciemment extérioriser. Oh bien entendu il y avait une bonne part de mise en scène. Une mise en scène frustrante, mais les organisateurs l’aimaient bien, la faire gagner faisait vendre. Cette sexy petite chose mutique à peine majeur faisait vendre sur papier glacé. Et elle réclamait rien en plus.
Un des organisateurs lui avaient proposé un jour de faire gonfler sa poitrine, elle l’avait frappé si fort que deux dents c’étaient désolidarisées de sa gencive. Elles avaient quasiment été bannis du ring pour ça, mais ils savaient maintenant qu’il ne fallait pas chercher The White Lady.

En quoi c’était différent finalement ? Elle avait cédé. S’optimiser, pas des plus gros seins mais des supers-pouvoirs. C’était plus acceptable pour elle, mais ça n’était pas si différent. Pour Mimi chaque décision qu’elle prenait était la mauvaise. Et c’est sur ce constat qu’elle s’endormit, n’entendant même pas la fin du décompte de l’anesthésiste.

5- Time takes a cigarette
Comment cela aurait-il pu bien tourner ? Il n’y avait aucun scénario dans lequel une bande de catcheuse pouvait infiltrer impunément un projet gouvernemental. Roxxon voulait qu’elle détruise le projet Pegasus et toutes les recherches pour des énergies renouvelables. Et tant pis pour la planète et gloire aux corporations.
Elles étaient rentrées facilement, Mimi, renommée Screaming Mimi en raison de ses pouvoirs avait sonné les gardes d’un hurlement ciblé. Mais l’endroit était immense et rapidement une équipe d’empêcheur de tourner en rond était intervenu. Un wannabe héros qui ressemblait à un ken et se faisait appeler Quasar tarda pas à se pointer. Le raffut suggérait qu’il y’en avait d’autres. C’était son premier face à face avec des héros, elle réalisa donc qu’elle était officiellement une méchante, une vilaine. Elle avait un costume et une surnom, pas assez de plan être considéré comme super quoi que ce soit. Elle était une sbire. Même pas une adversaire valable et cette idée l’enragea.
Mais toute sa rage n’était rien face à la Chose qui arriva en renfort. S’en était finie des Grapplers et de leur carrière. Dans le catch en tout cas. Leur procès fit un certain battage, rapidement tût par un quelconque autre scandale.

Cette fois-ci c’était la prison pour adulte. Mimi se battait beaucoup, probablement pour se prouver qu’elle le pouvait. Parce qu’elle ne supportait plus personne à part sa petite bande. Et même en leur sein, elle était encore moins loquace qu’habituellement, elle les regardait faire leur place au milieu du rebut. Elle aimait juste se battre. Si elles devaient être au rebut, elle en serait les reines. Les Grapplers avait rapidement pris la tête des prisonnières, elles faisaient leur trafic. Mimi ne demandait rien d’autre que des cigarettes. Paradoxalement leur stupide échec, le fait qu’elles aient affronté la Chose leur offrait une certaine aura. Le crime organisé s’intéressait à elle et les gardiens évitaient de trop les chercher. Lorsque l’héroïne Dazzler arriva pour avoir tué un criminel nommé Klaw, les Grapplers reçurent une intéressante proposition dont aucune ne songea douter. La faire payer en échange d’une réduction de peine.

Mimi paraissait toujours la plus inoffensive, c’est elle qui l’isola. Elle ne connaissait pas Dazzler et elle se foutait de cette histoire, mais elle en avait marre de fumer des Winston. C’est Titania qui frappa la première, Letha et Marian tenant la mutos. Comme celle-ci arrivait à se défendre, Screaming Mimi hurla sans savoir que c’était probablement la plus stupide des idées. Dazzler contrôlait le son et pour la première fois Mimi goutta à son poison.

Cependant, Dazzler semblait suffisamment amochée, puisque qui que soit leur commanditaire elles purent sortir peu de temps après. Sortir et n’être plus personne. Impossible de retourner faire du catch, alors elles mirent leurs capacités au service de la pègre. Un mercenariat lucratif mais de courte durée.

Scourge, un vigilant qui faisait frémir les malfrats mais que beaucoup considérait comme un croquemitaine débarqua une nuit. Elles étaient installées dans leur planque. Elles buvaient, Mimi fumait. Lovebug Starski raisonnait, Marian choissait toujours la musique. C'est la dernière fois qu'elle entendit Gangster Rock. Le morceau fut interrompu par une première salve. Letha s’effondra. Touché à la tête. La seconde atteignit Titania dans le ventre, le cri de Mimi fit s’enfuir Scourge et acheva Titania. Marian tenait sa jambe, sa rotule éclatée. Mimi était debout, le son de son cri raisonnant encore.


6. Oh, you're a rock 'n' roll suicide

Un pendentif accompagné ornée d’une étiole de David pendait dans sa main. C’était le troisième enterrement auquel elle assistait cette année et une nouvelle fois, il n’y avait personne à part elle. Letha et Titania. Maintenant sa mère. Elle ne l’avait jamais revu, sa mère avait été condamné à 15 ans de prison et elle y était morte. Tout ce qu’elle avait récupéré c’était ce pendentif. Elle fumait assise dans l’herbe devant la tombe. Mimi Gold 1968 – 2014. Qu’est ce qu’elle aurait pensé d’elle ? Ce n’est sans doute pas la vie qu’elle aurait voulu pour sa fille. Sa mère était une voleuse mais elle ne cessait de lui dire de travailler à l’école. L’école elle n’y avait fait qu’un rapide passage, elle n’avait même pas été jusqu’au bout du collège. Elle avait été en prison deux fois. Elle était faites de mauvaise décision et de cigarettes.

« On rentre bébé ? »

Mimi acquiesça. Elle détestait qu’il l’appelle comme ça mais elle n’avait le cœur à le faire remarquer cette fois. Elle avait rencontré David Angar dans un bar miteux ou elle s’était enivrée et avait démarré une bagarre avec des types qui faisaient trois fois son gabarit et elle avait crié quand elle en avait eu marre de frapper. C’était juste après que Scourge est démolit leur groupe, physiquement et psychologiquement pour les deux survivantes. Angar était aussi un hurleur, il s’est joint à la bagarre. Puis ils ont fuit ensemble.
Une fois en sécurité, essoufflés dans un parc il lui tendit une flasque. Elle avait déjà beaucoup bu, mais elle bu encore. Plus étrangement elle se mit à parler. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus parlé mais les mots se sont écoulés, son histoire l’enivrait, son histoire tragique le pris à revers. Il tenta la nonchalance, mais il n’y pouvait plus grand-chose maintenant, une douceur insolente coula dans ses fibres, le rendant ivre d’elle. Mimi s’était tut, sa présence lui brassait le sang dans les veines. Elle avait besoin de lui. Il avait le regard intense et une retenue qui lui arracha un demi-sourire. Ce fugace sourire hésitant parce que trop rare transformait son visage, elle ne paraissait soudain plus si inaccessible. Il voulait du bout du pouce suivre la courbe de sa bouche, il désirait la voir frémir, s’ouvrir au souffle, haleter, croquer ses lèvres et laisser ses mains cueillir ses petits seins. La sentir toute entière se distendre. Il l’a reconnu bien sur, il pensait qu’elle était lesbienne mais c’est elle qui vint attraper sa nuque, l’emporter dans un baiser dont l’incendie le brûle encore.

Partenaire de crime. Il lui a une fois demandé de l’épouser en plein braquage, dans une bijouterie en tenant la plus hideuse des bagues. Elle a rit et refusé. Ca l’a blessé, elle l’a vu. Elle ne voulait pas de mari alors elle lui promis qu’ils seraient partenaire jusqu’à ce qu’on les foute tous les deux dans une tombe. Elle l’aimait moins qu’il ne l’aimait, mais elle l’aimait. Assez pour refuser la proposition d’un éminent maître du mal à rejoindre sa team. Avec Angar ça ne la dérangeait plus de n’être que ce qu’ils étaient.

David lui fit une éducation politique, il était un militant autrefois. Il avait lutté contre Roxxon, contre Wall Street, il la fit lire et même quand elle se moquait de lui elle l’admirait dans tout son exubérant militantisme. Elle ne comprenait pas très bien pourquoi il avait décidé de devenir un voleur, son passé était assez trouble mais il parlerait de ça quand il le voudrait.

Il ne le put jamais. Lors d’un énième braquage, un travail normalement facile Angar fut touché par un policier que le hasard avait placé là. Il mourut dans les bras de Mimi. Elle hurla comme elle n’avait jamais hurlé, sa douleur et colère brisèrent les vitres, fissurèrent les murs, tout se brisa autour d’elle. Elle cria si fort et si longtemps qu’elle brisa le dispositif cybernétique implanté dans sa gorge.


Songbird
We're nothing, and nothing will help us
Maybe we're lying, then you better not stay
But we could be safer, just for one day
We can be heroes.




7- And the guns shot above our heads

Elle les avait rejoint, finalement, les maîtres du mal. En échange de sa participation the fixer, la répara. Ses pouvoirs revenus n’ayant rien de mieux à faire et de la haine à revendre. Elle était particulièrement animée par les déferlements de violence. Revancharde envers tout ce qui représentait l’ordre elle foutue la pagaille, se battit la mort au bout de la voix. Elle se sentait à sa place, en adéquation avec toute la haine. Il y avait dans son attitude, dans ses actions imprudentes et ces bravades un désespoir perceptible. Pathétique certainement, elle voulait que quelqu’un l’arrête, mais aucun de ses adversaires n’y arrivaient. Les balles la rataient, comme toujours. Les balles les rataient tous.
Elle s’en foutait des ambitions de Zemo, comme elle s’était toujours foutue des ambitions de tout le monde. Elle se battait parce qu’elle avait la rage contre chaque uniforme, contre chaque représentant de la loi. Elle était instable, glorieusement instable et prompte à accepter les missions suicides.

Alors quand on lui demanda d’aller délivrer le pourpoint jaune, quand bien même celle-ci était sous bonne garde. Elle y alla et elle réussie et resta pour affronter les héros. Donner du temps au pourpoint ou simplement pour le plaisir. Les héros ça ne tue pas et c’est bien dommage. Ils parvinrent à la neutraliser et elle souriait quand elle fut jetée en prison en attendant son procès. Elle connaissait l’endroit par cœur, elle était certaine, cette fois, ça serait la chaise électrique. Elle eut cependant un super avocat, le genre de type avec encore moins de principe que les plus minables des vilains. Elle plaida la folie, et c’était probablement pas complètement faux. Mimi fut mise en isolement, harnachée comme Hannibal Lecter. Elle voyait une psy qui essayait de lui parler de son père, de sa mère, du catch et d’Angar et elle ne disait rien. Mutique dans sa camisole.

Elle y resta quelques mois shooté aux médocs, à écouter marcher les fous, parler les fous, crier les fous et un jour quelqu’un entra dans sa cellule.

« Félicitations, vous êtes libre. »

Elle haussa un sourcil tandis que le type la détachait. Il n’y avait aucune possibilité que ce soit légale. C’était le dernier de ses soucis que ça le soit, elle alla récupérer ses affaire, à savoir son étoile de David et sortie sans que personne n’essaie de l’arrêter. A l’extérieur l’attendait une voiture et c'est sans surprise aucune qu'elle découvrit qui l'occupait.

8-Though nothing will keep us together, we could steal time

Penchée en avant, elle se dit que ses cheveux avaient beaucoup poussé pendant son petit séjour chez les fous. Ils ruisselaient devant ses yeux, blancs et emmêlés. Elle grimaça en sentant Paul trifouiller dans sa nuque. Il y avait cette puce qu’ils lui avaient implanté dans la nuque sans rien lui demander. La puce avec toutes les informations sur qui elle était, sur qui elle ne serait plus, Une puce surtout pour la localiser. Ce n’était pas pour la protéger elle, c’était pour protéger les autres. Une puce qui retournerait sans elle à l'asile ou elle devait être. Ils n’étaient plus des vilains. Ils étaient des héros, ils n’avaient plus de passé. Changement de look, changement de nom.

Les dents serrées elle balaya ses cheveux et observa un instant Zemo. Elle savait pas trop dans quoi elle s’engageait, ça faisait un moment qu’elle suivait plus l’actualité. L’actualité elle la subissait dans sa cellule capitonnée, les réformes sous forme de fiche mais elle n’était pas mutante, il n’y avait pas de gêne X à détecter. Elle s’engageait dans une équipe, à devenir quelqu’un d’autre, à servir la cause d’un étrange mégalo. Juste comme ça. Elle ne se sentait même pas redevable pour sa liberté. Elle s’était même fait des amis dans son asile, il y avait ce type, David avec qui elle aimait bien parler. Ici elle n’est pas certaine d’avoir envie de se faire des amis.

Y a cette grande blonde qui minaude trop. Qu’elle n’aime déjà pas. Peut-être Abe qui lui semble sympathique, aussi déconnecté qu’elle de ce qui se passe. Elle finit par détourner le regard dans un sursaut de douleur. Paul marmonne une vague excuse, lui non plus elle ne l’aime pas beaucoup, il la met un peu mal à l’aise et c’est pas un sentiment habituel chez elle. Il semble être le genre de type à aller déterrer des cadavres la nuit.

« C’est bon »

Il relâche la pince. La puce était déjà désactivée mais maintenant elle n’était vraiment plus là. Elle passa sa main contre sa nuque effleura les fils de la cicatrice. Son dos était un peu douloureux d’être resté courbé dans cet entrepôt humide, mais elle était débarrassée de ce bout de métal. Elle l’observa tout ensanglanté dans le petit réceptacle métallique. Elle trouvait pas ça si con de la part du gouvernement de ficher tout le monde. C’était même fou qu’ils aient mis autant de temps à réussir à passer cette loi. Fabriquer un ghetto, laisser venir la guerre. Elle est juive. Elle sait ce que ça veut dire tout ça, elle sait à quoi ça fait échos. Et puis les héros se sont séparés, eux ils n’ont que la place à prendre. Elle sait pas ce que Zemo a fabriqué, juste que dorénavant il faudra l’appeler Citizen V. Il faut qu’elle se trouve un nouveau nom elle aussi.

« Melissa? »

Elle eut un temps de réaction un peu long. Ça faisait longtemps que plus personne n’avait utilisé ce prénom, elle en avait oublié que c’était le sien. Elle dévisagea Abe, presque méfiante, l’expression agressive. Il hésita alors qu’il avait si certain quand il avait prononcé son prénom.

« Crache le morceau » dit-elle après quelques secondes, elle n’avait jamais été des plus patientes.
« Tu veux aller prendre un verre? »

C’était si absurde, son premier réflexe fut de refuser. Si naturel qu’elle décrocha finalement un demi-sourire :

« Ou on pourrait directement passer à l’étape supérieur »

Elle avait été enfermé bien longtemps.

9- We can beat them for ever and ever

Les killjoys fonctionnent. Ils sont devenus quelque chose. Melissa regarde son air déterminé sur papier glacé. Ça a été facile, l’Amérique avait désespérément envie d’une team soudée de héros, pas des pourchasseurs de mutos. Du bout des doigts elle effleure ses ailes sur le papier. Elles sont plutôt jolies maintenant. Elle a mis du temps à maîtriser ses nouveaux pouvoirs, à en gérer les divers aspects. Voler, se protéger et tirer. Elle aimerait être fière, mais elle doute. Le risque à trop jouer à faire semblant  c’est de se prendre au jeu. A trop jouer les héroïnes elle ressent les injustices. Cette nuit elle s’est arrêtée parce qu’un incendie volontaire avait été allumé. Personne ne savait qu’elle passait par là, personne n’aurait jamais su qu’elle n’avait pas aidé.  Sauf elle.

Melissa ne sait plus trop qui elle est, elle a le sommeil agité par cette question, par ce qu’elle a commit par le passé, il lui est de plus en plus difficile de conserver son cynisme, son nihilisme alors qu’elle commence tout juste à entrevoir une autre voie. Elle l’ignore, elle fait tout pour en tout cas. Elle n’est pas une héroïne, elle y ressemble c’est tout. Ses cheveux portent encore l’odeur entêtante de la fumée malgré la douche. Elle abandonne le magasine au sol, porte la cigarette à ses lèvres.

Elle avait fuis sa chambre, le sommeil ne venait pas, assise sur le rebord intérieur de la fenêtre, elle paraissait frêle dans le tee shirt d’Abe. Il s’était pas réveillé, il avait pris l’habitude de ses insomnies. Elle ne l’aimait pas, elle savait juste pas être toute seule. Melissa supportait pas la tendresse qu’elle voyait parfois dans son regard. Ça lui donnait envie de hurler. ‘C’est une mascarade, regarde tout ça, c’est une mascarade’. Le reste de l’équipe savait et c’était même pas important.

Une porte s’ouvrit dans le reflet de la fenêtre, c’était Zemo. Elle comprenait toujours pas pourquoi il l’avait choisi pour son équipe. Ils s’observèrent un instant, parfaits chiens de faïence. Il a le regard glacé, intense et elle détourne le sien. Brise le contact, échappe à son acuité. Ils échangent quelques mots, des banalités, elle lui dit que ce soir, elle sauvé quelques civils. Pour la publicité elle ajoute, elle ment et ne cherche même pas à le cacher. Elle se demande s’il lui arrive de douter, derrière l’orgueil et la fermeté de son ton.

Zemo parle, elle aime bien le son de sa voix, elle s’est un peu mieux assise, appuyée contre la vitre. La point de ses pieds effleurant le sol. Elle paraît jeune, elle l’est, par rapport à lui ce sont tous des gamins. Elle tente la nonchalance, mais elle n’y peut rien, une douceur insolente coule dans ses fibres, l’enivre un peu. Elle l’entend sans l’écouter, il évoque les projets, sa présence lui brasse le sang dans les veines. Elle a besoin de lui. De ses certitudes de sa confiance. Il a le regard intense et une retenue qui lui arrache un demi-sourire. Son éducation transparaît, il cultive son allure de golden boy. Elle observe ses lèvres, elle se demande à quoi il ressemble après le sexe. Elle joue machinalement avec son pendentif, effleurant les aspérités tranchées de l’étoile. Puis elle réalise la cruelle stupidité de ses inclinaisons.

« Mel? »

Elle détourne son regard pour le poser sur Abe échevelé, débraillé, le regard encore ensommeillé un peu inquiet.

« J’arrive. »

Elle le pense quand elle le dit et l’oubli immédiatement sitôt que l’air a emporté ses paroles. Elle se fout de la cruelle stupidité de ses inclinaisons, elle a besoin que cette montagne d’arrogance lui parle de ses projets, lui assure leur victoire, lui confirme son importance. Même si c’est des mensonges, surtout si c’est des mensonges. Sa cigarette s’est consumée seule dans le cendrier oublié au bord de la fenêtre. Les mains de Zemo sont fraîches contre ses côtes, son souffle chaud, elle croque ses lèvres. Elle pourra sans doute rajouter ceci à la longue liste de ses décisions stupides.


Dernière édition par Melissa J. Gold le Mer 3 Mai - 16:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 332
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2463-lena-i-am-hell-bound
Han ce choix d'avatar :hysteric:
Bienvenue parmi nouuuuuuus :whaaat: :whaaat:
J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire avec ce perso !
N'hésite pas si tu as des questions et bon courage pour ta fiche :keur:

_________________

I'm some kind of monster
Now I'm raging wild
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Clara Paget... :bave: :bave: :bave: :bave:

Bienvenue à toi, et bonne chance pour ta fiche. :cutie:
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 511
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
Bienvenue sur le forum miss :keur:
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 1185
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t3160-gimme-a-hug-or-not-tamara
Bienvenue parmi nous et excellent choix d'avatar :waw:
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2327
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Bienvenue :cute:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Bienvenue parmi nous :keur:
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 387
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2862-peter-spider-man
PFIOUUU :shon: bienvenuuuue avec ce super personnage :shon: comme l'a dit Léna, n'hésite pas si tu as des questions :cute: bon courage pour ta fiche et j'espère que tu te plairas parmi nous I love you

_________________
the concept of the mask
Tu dois offrir tes talents au monde, une fois que tu auras découvert comment les exploiter. Peter tu es mon héros. @oncleben ≈ the amazing spiderman©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 60
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
merci à tous ! :keur: :keur: :keur: :keur:

super hâte de pouvoir rp ici !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
Bienvenue parmi nous :cutie:
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
BIENVENUE PARMI NOUUUUUUUUS :beat: :beat:
pas besoin de te souhaiter bon courage pour ta fiche, tu y es allée à la vitesse de la lumière :mdr: il ne me reste plus qu'à espérer que tu vas te plaire ici sur TNA, et que tu vas t'éclater en rp avec ce personnage :cute:
Revenir en haut Aller en bas


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1315
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com
Congratulations !
tu es validé mon brave.


Bienvenue chez les WHISPERERS.

La pauvre Songbird, elle a pas eu une vie facile :shon: en tout cas, chouette adaptation du personnage et l'idée de la nouvelle organisation de super héros pour redorer un peu l'image, on aime :hé: en tout cas, on espère que tu te plairas parmi nous. :beat: :run:

time to have fun. Maintenant que tu es validé, tu peux commencer par aller recenser différentes choses, comme ton métier ou ton pouvoir si tu en as un. Tu peux aussi te chercher des copains sur le forum, c'est à dire poster ta fiche de liens. Si ton personnage est un mutant, il faut que nous sachions s'il s'est fait recenser, alors pense à passer par ici. Si ton personnage est du genre à passer son temps sur son téléphone ou sur le net, tu peux aussi te rendre sur la webosphère.
Nous t'encourageons fortement à te rendre dans la chat box pour y faire la rencontre des autres membres, si tu le souhaites ! Sinon, tu peux aussi aller te créer un scénario. Et si t'en es pas à ton premier compte, pense à passer par ici Quoi qu'il arrive, n'hésite pas à te faire ton trou par chez nous, on te souhaite bien des RPs et une belle et longue aventure sur TNA !

ENJOY !
THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Time takes a cigarette - Songbird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-