Partagez | .
 

 You gotta do what you gotta do. (ABE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 18
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
ABNER JENKINS
WHISPERERS
Nom et Prénom : Abner Ronald Jenkins. Les gens l'appellent Abe, ou Jenkins. Ou lui font juste un signe de main dans l'espoir fou d'attirer son attention. A se demander pourquoi ses parents se sont embêtés à lui trouver un prénom. Alias : Mach IV. Âge : 34 ans cet été. Oui il a des cheveux blancs mais il s'en fout, c'est preuve de sa sagesse. Lieu de naissance & nationalité : Il est né à Baltimore dans le Maryland, donc il est américain. Sa maman vient de Manchester, cela dit. Oui cette information n’était pas du tout utile, mais elle a été dite. Métier : Superhéros, rien qu'ça. Statut civil : Ah, la question qui fâche. D'après lui, il y a quelque chose. D'après ses camarades, en couple. D'après la demoiselle... Il n’en sait rien. Bref, c'est confus. Orientation sexuelle : Bisexuel, Monsieur ne se refuse rien. Particularités : Il a tout plein de petites cicatrices, un peu partout, pour les loupés qu'il a reçu en fabriquant et testant son armure, quelques bagarres inutiles, d'autres bagarres plus épiques bref. Il a une passion incertaine pour le football mondial, dit soccer, et pas cette blague de football américain. Il a un don certain pour faire des commentaires inappropriés. Et il sait faire le poulet au curry comme personne. Sinon c'est quelqu'un de très intelligent, on n'oublie pas ça. Affiliation : Killjoys. Il n'a pas choisi le nom, mais en même temps quand on se fait appeler Baron... Ouais. Il est surtout là pour Mel, en fait.
Armure équipée volante | Classe 5
Homo Sapiens possédant une technologie de classe avancée. Son armure, c’est un avion une place. N’imaginez pas le concept de l’avion pour partir en vacances, sous le soleil d’une plage avec un cocktail à la main. Plutôt d’un avion de guerre, avec prolifération d’armes en tout genre. Il lui a fallu des années pour la penser, l’imaginer, en faire les plans et des maquettes. Des mois perdus lorsqu’il a tenté de convaincre ses supérieurs de son projet. D’autres mois pour le construire, seul dans un garage loué en guise d’atelier, avec les pièces qu’il a pu s’acheter, trouver, voler. La première version était rustique, il s’est blessé plusieurs fois avant de pouvoir s’en servir correctement. Au fil du temps, des expériences, Abner a su en monter quelque chose de grandiose, comme il l’avait prévu. Ce quelque chose de grandiose qui aurait pu servir à d’autres personnes qu’à lui. Ce quelque chose de grandiose qu’il garde aujourd’hui égoïstement pour lui.
INTERVIEW
QUE PENSEZ-VOUS DE LA SITUATION ACTUELLE ET DES DERNIÈRES DÉCISIONS DU GOUVERNEMENT ? Abe, il pense pas forcément que du bien du gouvernement. Il pense que ce système de recensements, c’est un excellent moyen pour le gouvernement d’avoir le contrôle. Il pense que ce serait bien, si c’était en faveur de tout le monde. Et il pense qu’aussi une certaine guerre mondiale a mal tourné lorsqu’on a commencé à pointer les gens du doigt. Mais quand on lui demande, il pense comme tout le monde, selon la tendance générale du moment et selon son interlocuteur. On peut croire qu'il s'en fout complètement, à l'écouter parler, et c'est peut-être un peu le cas. Il a surtout compris que le monde, c'est chacun pour sa pomme et il fait tout ce qui est dans son intérêt. Et celui de Mel. Alors lorsqu’on lui a demandé de se recenser pour être un prétendu superhéros, il n’a pas réfléchi à deux fois. Il n’a pas de famille à protéger, un possible semblant de gloire à gagner et la seule personne à qui il tient vraiment est elle aussi une superhéros. No problemo.
QUELLES SONT VOS MOTIVATIONS ?Il a d’abord fait cavalier seul, Jenkins. Il s’est frotté à des superhéros, et c’est tout aigri qu’il s’est tourné vers les forces du mal. Il a passé quelques mois aux côtés du Caïd. Quelques mois qu’il regrette, parfois. Souvent dans le sens où il est mécontent de ses actions. D’avoir suivi, encore une fois, bêtement les ordres juste pour étancher sa soif de vengeance. Quelques fois parce qu’il éprouve ce manque de pouvoir agir dans l’ombre. Et voilà qu’un type vient se présenter à lui. Zemo lui propose de devenir un superhéros, un vrai. En l’apparence, en tout cas. Derrière ça, il y a ce projet fou de pouvoir les faire tomber. Mais il y a surtout cette proposition de pouvoir changer. Recommencer. Et Zemo l’a trouvé, lui. L’a remarqué, lui. Flatter son ego a suffi. Il a accepté de rejoindre les Killjoys, en se promettant toutefois de ne pas être un mouton et d’obéir au Baron comme un bleu. Et voilà qu’il rencontre Melissa, et voilà que ça lui plaît plutôt bien de jouer aux superhéros. Tellement qu’il oublie parfois que c’est un jeu. Tellement qu’il lui arrive parfois à fixer Zemo en se demandant si ça vaut vraiment la peine. Puis il hausse les épaules. Décide que vivre au jour le jour, c’est plus simple, tant qu’il reste conscient de sa liberté de penser et d’agir.
Dans quelles circonstances avez-vous obtenu vos pouvoirs ? Comment avez-vous réagi ? On précise une nouvelle fois qu'il n'a pas de pouvoirs, mais une armure tiret arme militaire tiret mini avion. Bien plus cool que celle d'Iron Man si vous lui demandez. C'est juste qu'il n'a pas autant d'argent que ce guignol de Tony Stark et n'a pas pensé à la colorier et lui ajouter une IA hyper cool. Bref. Une intelligence hors du commun, un œil avisé, des dons en robotique et cybernétique. Le voilà au sein d'une grande compagnie, des rêves plein la tête et une montagne de plans et de projets sous le bras. Des « Non Monsieur Jenkins, nous n'avons pas le temps de regarder vos plans » et des « Abner reste à ta place, conseil d'ami ». Des années à faire le larbin, à ne pas être entendu. Puis un « Abe déconne pas », et cette douce soif de vengeance cumulée, son armure construite et plus ou moins fonctionnelle et voilà qu'il devient un criminel pour la loi, The Beetle pour les médias et enfin, enfin, Abner Ronald Jenkins pour lui. Avec le temps, il a bien évidemment amélioré son armure, qui a connu différentes versions, au fur et à mesure de ses affiliations également. Il en est à sa énième armure, et a mis son passé de criminel derrière lui pour devenir Mach IV, au sein des Killjoys.
IRL
Pseudo/âge/sexe (f ou m) ; Laura, 20 ans, pour le genre neutre. Fréquence de connexion ; Le week-end surtout. Que pensez-vous du forum? ; Il est top ! Et j'aime bien la petite phrase "soyez cool" dans le règlement. J'suis cool. Comment l'avez-vous découvert ? Lauren qui retardait sa fiche depuis moult. L'ennui devant les reines du shopping, moi qui regarde les scénarios et pas des chocapics. Célébrité choisie ; Max Riemelt. Credits (avatar, icon etc.) ; avatar : avengedinchains,  jamiefraserz sur tumblr pour kalagang.


Dernière édition par Abner Jenkins le Mer 31 Mai - 21:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 18
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
BIOGRAPHIE
Let's get one thing straight, I'm not.

Who we are.
L'histoire d'Abner commence à Baltimore, dans le Maryland. Sa mère, blonde fraîche et pimpante, optimiste à souhait, a rencontré son père, homme faussement bourru et peu digne de sa femme d'après Abe, lors d'un voyage de ce dernier dans son Manchester natal. Elle a tout plaqué pour le suivre aux USA. Folie d'amour. Abe est né peu de temps après ce déménagement, et il peut dire qu'il a vécu une enfance assez heureuse. Il n'a jamais manqué de rien, et a même eu l'immense joie d'accueillir une petite sœur avec qui il pouvait partager son kit de petit chimiste. Il a atteint l'adolescence où ça a commencé un tantinet à se dégrader, bien que c'était tout de même gérable. Entre deux foires de sciences et deux inventions supposées changer le quotidien de la maison, Daniel Jenkins, militaire de carrière consigné à domicile, forçait un peu trop sur la bouteille. Généralement, lorsque la fratrie Jenkins descendaient du bus scolaire pour retrouver Mallory Jenkins sur le perron de leur maison, ils savaient qu'ils étaient partis pour parcourir la ville quelques heures. Le temps que ça se calme. Aussi triste que la situation était, Abner était heureux de pouvoir passer ces quelques heures calmes avec sa mère et sa soeur. Il pouvait parler de ses projets, de ses robots et entendre les encouragements maternelles sincères. Addison pouvait se livrer, sans crainte, de sa vie au collège et il pouvait repérer mentalement les quelques têtes qu'il devait surveiller de près, voire menacer, pour lui rendre la vie plus facile. Ils pouvaient rester silencieux, assis tous les trois, à manger une glace. Perdus dans leurs pensées, à refaire le monde. Tout en espérant silencieusement que Dan se rétablisse vite tout de même, pour qu'il puisse lui aussi participer à ces sorties familiales

Les années passent. Le climat à la maison s'allège peu. Abner se fait un point d'honneur à veiller sur les femmes de son foyer. Mais le voilà qu'il finit le lycée, premier de sa classe. Il obtient une bourse pour aller étudier la robotique à New York. Il y va avec quelques regrets, ceux de devoir laisser les Jenkins derrière lui, mais y va surtout plein d'espoirs et de rêves. Il aime ce qu'il fait. Il veut changer le monde. Il en a les capacités intellectuelles, il le sait. Et il a surtout l'envie. Et pour lui, c'est le plus important. C'est qu'il va tomber de haut, Abe. De très haut.

I was lightning, before the thunder.
Les premières années à New York se sont bien passées. Très bien, même. Il y a eu l'université, l'indépendance, les premiers émois et les premiers amours. Des professeurs intelligents et avenants. Puis il a fallu trouver un travail, le diplôme en poche. Et ça, c'était compliqué. Il pouvait avoir toutes les qualifications du monde et toutes les lettres de recommandation grandiloquentes, Abner Jenkins n'était personne. Qu'un gamin plein de rêves venant d'une petite ville. Et sa vie n'avait rien d'une chanson de Journey. Il a enchaîné les entretiens, et les refus. Les « votre profil est très intéressant mais il ne correspond malheureusement pas ». C'est avec une très certaine aigreur qu'il a dû viser plus bas que ses qualifications. Faites des études, qu'ils disent. Il a fini par être embauché au sein d'un grand groupe américain. Une petite fourmi, Jenkins. Une petite fourmi avec le fol espoir de pouvoir faire ses preuves, se faire remarquer, gravir les échelons. Il s'est tenu à carreau les premiers mois. Le temps de comprendre les codes de l'entreprise, de prendre ses marques, de flirter avec la secrétaire pour savoir quelles bottes cirer pour y arriver par ici. Puis il a commencé à en faire plus, à en faire trop. Il avait cette idée folle d'avion miniaturisé en armure, mais avant d'en arriver là il a proposé diverses choses qu'il avait déjà testé et dont il savait l'efficacité. Mais rien. Son supérieur direct l'a encouragé pour qu'il soumette ses plans au début, mais ça n'a pas suffit. La direction n'y a même pas jeté un œil. Sois une fourmi Jenkins. Abner n'était pas très content, et ce terme est très euphémique. Alors il a commencé à travailler sur son armure. Durant des mois, c'était là sa seule obsession. Et c'était grandiose. Il n'a jamais été aussi accompli que durant ces nuits d'insomnie. Il créait, il était brillant. Il pensait vraiment que cette fois, c'était la bonne. Le cœur battant à vive allure, la cravate nouée il est allé directement au bureau de la direction ce matin là. Et on lui a ri au nez. Montré la montagne de projets qui attendent depuis déjà des mois, et qui attendront des années encore. Sois une fourmi, Jenkins. Reste à ta place. Abner, il a dû ravaler sa colère, ramasser ses plans et il est rentré chez lui.

Il l'a construite, son armure. Dans un pauvre garage miteux loué pour l'occasion. Avec des pièces miteuses, récupérées ici et là. Volées au boulot. Mais il n'en avait plus rien à foutre, de son boulot. Il voulait être reconnu parce qu'il méritait tellement, tellement mieux et tellement, tellement plus. Son supérieur direct a remarqué son comportement changeant et a cherché à le mettre en garde. Vainement. Sometimes you gotta do what you gotta do.

L'armure est prête,  il ne sait pas quoi faire avec.

C'est la période de Noël. Abner rentre à Baltimore, retrouver sa famille. Et il sait, en arrivant, qu'il s'apprête à commettre l'irréparable. Il a ce goût amer dans la bouche, cette rancœur qui l'anime et le tient éveillé la nuit. Il n'a pas travaillé aussi dur pour rien. Il ne peut pas rendre sa mère fière en n'étant qu'un pauvre larbin. Il ne peut pas aider à financer les études de Addison avec son salaire de misère. Alors il profite de son séjour dans le Maryland pour mettre au point son plan. Personne ne doit savoir que c'est lui. Personne n'a vu ses plans et connaît réellement son projet d'armure. Personne n'en a pris le temps. Il ne veut pas changer le regard des Jenkins sur lui. Lorsqu'il quitte les Jenkins, après une dernière ballade dans la ville froide en compagnie de tous, il se fait cette promesse.

Et il la tient. Si Abner est doué de ses mains, il doit avouer que le masque qu'il a fabriqué pour cacher son visage était ridicule. Mais il remplissait les critères et était suffisant. Alors il a enfilé son armure, volé calmement jusqu'au bâtiment de son entreprise. Directement au bureau de la direction. Une fenêtre qui vole en éclat, les dirigeants qui se retournent vers lui et son sourire tellement, tellement satisfait. Son ego de mâle gonflé à bloc, voilà qu'il se lance dans un monologue ridicule sur les fourmis. Il s'arrête. Hausse les épaules, tend sa mimine et appuie sur les détonateurs pour lancer ses munitions. Les quelques secondes où tout se fige, où le sang commence à couler avant que les corps ne tombent. Des cris lointains. Puis il est percuté de plein fouet par un objet de type super-héros. C'est types là sont la poisse incarné. Mais il s'en fichait, Abe. Sa vengeance était accomplie. Il ne devait juste pas se faire attraper, pas maintenant. Par un très peu subtil subterfuge mené à coups de missiles et de bennes à ordures, il a réussit à s'échapper et a filé trouver refuge dans son garage. Deux jours passés enfermé, à rire comme un maniaque, à avoir des sueurs froides d'être retrouvé, à réparer son armure et à commencer des améliorations. A regarder les breaking news, pour voir l'image de ses deux patrons et le titre que l'avenir était incertain pour l'entreprise. Tant mieux. Une vidéo de son attaque à été enregistrée. Violent. Mais terriblement jouissif.

Personne ne l'a retrouvé.

Personne n'a jamais su son identité.

Personne n'a pensé à lui donner un nom de supervillain plus menaçant que The Beetle.

You made me a, made me a believer. Believer.
Un beau matin, alors qu'il profitait calmement de ses jours de repos suite à sa démission dans un bar, voilà qu'un bouclé à lunettes débarque et se présente. James Wesley. « What a stupid name. » James a ri, et Abe n'a pas compris. Et James a sorti la phrase magique, qu'Abner craignait entendre depuis des jours déjà et qu'il aurait bien aimé ne jamais entendre. « I know what you did. » Il s'avère que James était un homme fort intelligent. Et qu'il n'avait pas prévu de le dénoncer à la police, mais qu'il envisageait plutôt de l'embaucher. Non, pas comme un assassin. Plutôt comme un associé. Il aurait dû sentir le truc pas net, Abner. Mais James... Avait beaucoup de charisme. Et des arguments. James a bien voulu reconnaître un égal, et a bien voulu lui donner de l'importance et ça a suffit. Abner n'a pas posé de questions et a accepté de bosser pour le Caïd. Avec Wesley. Son armure a été amélioré, et son identité tenue secrète. Abner n'a fait preuve d'aucune morale, et d'aucun sens éthique durant ces quelques mots. Et il l'a plutôt bien vécu. Être The Beetle lui permettait de s'accomplir d'une nouvelle manière. D'avoir, enfin, du pouvoir. Et il avait James, à côté, pour lui susurrer de jolies paroles à l'oreille et le rassurer des biens fondés de ses gestes. Et Abner, il n'a pas remarqué qu'il était encore une petite fourmi.

Never the good, just the bad and the ugly.
Puis James est mort.

Et le Caïd a été emprisonné.

Et c'est en remarquant qu'il n'avait, semblait-il, plus de raison de vivre qu'il a compris. Qu'il avait été le larbin, encore une fois. Mais que ça lui avait plu, parce qu'il avait une légère position dominante. Mais larbin, tout de même. Et il a fait des choses terribles. Détruit des familles. Pour un autre. Pour rien. Alors il s'est fait la promesse de ne plus jamais être le larbin de personne. Il devait y avoir d'abord lui, son armure et sa volonté.

Alors imaginez son scepticisme lorsqu'un type qui se fait appeler Baron Zemo vient l'aborder. A la terrasse d'un café, cette fois. « Why does it always have to be like that ?! » À croire que profiter de son temps libre, c'est trop en demander. Et Zemo aussi, a un projet fou. Tellement que c'en est du génie. Mais Abner s'est fait une promesse, et ce que lui proposait Zemo semblait lui correspondre peu. Il n'a pas dit oui, pas tout de suite. Il s'est donné du temps. Être publiquement un super-héros rendrait certainement sa famille fière. Mais pourrait lui attirer des ennuis également. Sa sœur est en sécurité en France, où elle vit maintenant. Ses parents, en revanche... Il a appelé sa mère, en plein milieu de la nuit, pour savoir. Une conversation ridicule. « Mom, what would you say if I told you that I'm going to become a superhero ? » Mallory, optimiste, l'a encouragé. Évidemment. Mallory ignorait tout de l'époque supervillain de son fils. Quelques jours plus tard, Abner a fini par accepter la proposition, trop tentante, de Zemo.

Et parce que ça venait avec, voilà qu'il doit faire ses cartons et déménager. Au dessus d'une pizzeria. Honnêtement ? Meilleur plan de tous les temps. Il est arrivé un peu en retard, Abner. Et c'est avec un léger regret, d'ailleurs. Il aurait aimé pouvoir donner son avis sur le nom choisi pour leur groupe. Ou que Zemo ait une culture musicale plus développée. L'un des deux. Malgré ça, on ne peut pas dire qu'il était malheureux de ce changement dans sa vie.

Sans doute par sa faute, Abe a toujours été très seul. Et le voilà dans une équipe. Il a rencontré Zemo, Paul, Karla et Melissa. Sa relation avec Zemo est... Disons délicate ? Délicate. Un poil conflictuelle. Parce que Zemo est le chef proclamé des Killjoys, et que Abner ne veut plus être une fourmi. Alors il ne se gêne pas pour le contredire, juste pour le plaisir de le voir lutter pour garder son calme face à son sourire beaucoup trop fier. Mais il le respecte, le bonhomme. C'est impossible de ne pas respecter Zemo. Dans l'équipe, Abner est vraiment proche de Paul et de Melissa. Il partage sa passion avec Paul, et peut avoir une vraie conversation intelligente avec lui. Et ça fait du bien, de pouvoir échanger. Paul l'a beaucoup aidé pour améliorer son armure. Quant à Melissa... C'est Melissa. Et vraiment, « c'est Melissa » devrait se suffire pour parler d'elle. Parce qu'elle est indescriptible. Forte, et fragile à la fois. Terriblement indépendante. Terriblement séduisante aussi. Abner est rapidement tombé sous le charme de Songbird. Et il a voulu faire les choses bien, dans l'ordre, tout comme il faut. Mais c'était sans compter sur Mel. Les voilà amants. Depuis des mois, ils vont et viennent et papillonnent. On pourrait les croire en couple. Abner aimerait. Abner pourrait. Mais il sait que c'est pas le cas, qu'il y a autre chose. Et il est trop fier pour en parler à Mel. Trop effrayé aussi à l'idée de perdre ce qu'il a réussit à construire avec elle. Alors il se tait et il attend, sagement. Une grande première pour lui. Il y a peu, Lauren a rejoint l'équipe. Et Lauren c'est... Un véritable phénomène. Lauren c'est une gueuse hurlante à travers le QG parce qu'il y a une coccinelle dans sa chambre. C'est un Abe blasé. C'est « Jesus woman, you can literally be fire but you can't kill a ladybug ? » et « I'll buy the next pizza. » et « Okay i'll do it. ». Lauren lui rappelle énormément Addison, alors Abe l'a adopté très vite.

À coté de ça, à côté de ce semblant de seconde famille, Mach IV sauve le monde. Et Abner commence à y prendre goût. Et Icare commence à voler trop près du soleil. Mais Abner n'est plus un fourmi. Et ça, c'est déjà une grande réussite.


Dernière édition par Abner Jenkins le Sam 3 Juin - 13:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 45
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2993-helmut-welcome-to-the-end-of-
Toi. Ici. EN VRAI C'EST TROP COOL QUE TU AIES PRIS ABE, MERCI DU FIN FOND DU CŒUR. :keur: :keur: T'es beaulle (j'te fais du genre neutre, hop), les Killjoys domineront. :hé: Allez hop, au boulot pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas


Prisoners + trapped & forgotten
avatar
MESSAGES : 251
it's a revolution, i suppose
Prisoners + trapped & forgotten
Voir le profil de l'utilisateur
bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue !
entre le perso et l'avatar, j'APPROUVE.
n'oublie pas de réserver ton vava d'ailleurs, si tu as des questions, n'hésite surtout pas à te tourner vers un membre du staff ! bon courage pour ta fiiiiche :cute:

_________________

give me my life back
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts + fry those bitches
avatar
MESSAGES : 332
it's a revolution, i suppose
thunderbolts + fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2463-lena-i-am-hell-bound
Bienvenue parmi nouuuuuuus :hysteric:
Et j'approuve aussi ce choix d'avatar :pink:
Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions :keur:

_________________

I'm some kind of monster
Now I'm raging wild
Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 39
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
Tu as mis le titre, je suis séduite ! :oops:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


killjoys • too good to be true
avatar
MESSAGES : 60
it's a revolution, i suppose
killjoys • too good to be true
Voir le profil de l'utilisateur
Je pensais pas qu'un jour il serait pris ! Ça me met en joie ! dino rigolo

Je te souhaite donc un énorme courage :waw:
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers + not. okay.
avatar
MESSAGES : 81
it's a revolution, i suppose
secret avengers + not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur
ABNER. et cet avatar, je meurs. bienvenue parmi nous et bon courage pour cette fiche! à la moindre question, n'hésite pas à aller voir le staff même si t'es déjà bien entouré avec tes killjoys. :keur: :run:

_________________

DID THEY GET YOU TO TRADE YOUR HEROES FOR GHOSTS?
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 482
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
MAX RIEMELT :hysteric: trop contente que le scénario de melissa soit tenté :cute: bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche :keur: j'espère que tu vas t'éclater sur tna :excited:

_________________

   - the beauty of the unexpected. -
Revenir en haut Aller en bas


thunderbolts • fry those bitches
avatar
MESSAGES : 108
it's a revolution, i suppose
thunderbolts • fry those bitches
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2243-alistair-victor-gabriel-aion-
Max Bienvenue parmi nous, j'avais lu vite fait le scénario mais j'ai hâte de voir ce qui va en ressortir :hé:
Revenir en haut Aller en bas


HYDRA • cut off one head...
avatar
MESSAGES : 511
it's a revolution, i suppose
HYDRA • cut off one head...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2658-the-clock-is-ticking
Bienvenue sur le forum :cute:
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers • set them on fire
avatar
MESSAGES : 2342
it's a revolution, i suppose
Purifiers • set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Bienvenue :hé:
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 504
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2861-anthony-iron-man
OH MON DIEU MAIS OUI CE SCENAR :shon:
Bienvenuuue sur tna, les copains ont tout dit alors courage pour cette fiche et have fun I love you

_________________


it started with two men...
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MAX
Bienvenue par ici et bon courage pour la fiche :inlove:
C'est cool d'avoir pris un scénario, ça fait des heureux je crois bien :oops: :keur:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
MESSAGES : 161
it's a revolution, i suppose
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t177-danny-geronimo
GNNNNN MAX :bave: Je dis oui à ce vava Sinon BIENVENUUUUUE et bon courage pour ta fiche ! :shon: Comme mes collègues ont dit, si tu as besoin n'hésite pas à nous mpotter :shon:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

You gotta do what you gotta do. (ABE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» You're gone and I've gotta stay high, all the time, to keep you off my mind
» 05. ♫ You Gotta Help Me Out ♫ [Anthony K. Garfield]
» Dear agony, just let go of me, suffer slowly, is this the way it's gotta be ?
» Gotta Rule 'em All

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: DATABASE :: identity card :: présentations validées-