Partagez | .
 

 Behind the darkness. || Ft. les gueuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1343
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Behind the darkness.


Courant d'air froid. Humidité dans l'air. J'inspirais, dérangé par la sensation fraîche sous la plante de mes pieds. La pression désagréable de la poussière et des fragments de plancher. Je tentais de ramener la couverture sur moi pour couvrir ma peau nue mais j'étais incapable de bouger et c'est seulement lorsque je réalisais la constriction que j'ouvrais les yeux en grand pour constater que je n'étais pas dans mon lit. J'en étais bien loin.

Est-ce qu'on nous avait trouvé? Est-ce que la base avait été compromise? Pourquoi est-ce que je ne me souvenais d'une attaque ou même d’être allé ailleurs? Avaient-ils réussi à trouver le moyen de me contenir? De m'endormir? J'en doutais, mais je ne pouvais pas nier l'option.

Je me trouvais assis sur une chaise, les bras ligotés dans mon dos. Je sentais la plaque de bois collée à mon dos nu et les pieds contre mes mollets. Je sentais la brûlure des chaines de fer qui me tenaient en place usaient la peau de mes poignet et de mes chevilles. J'étais comme j'étais en allant me coucher, en short. Pour une fois que je parvenais à m'endormir...

Un rêve alors? Je balayais la pièce sans rien voir d'autre qu'une pénombre étouffante au-delà d'un mètre de moi et je soupirais. Je ressentais la pression de l'angoisse. Une peur que je n'avais pas expérimenté depuis longtemps. Quelque chose de familier dont je me serais bien passé parce que je commençais à réaliser où je me trouver et je préférais nier. Encore quelques secondes.

Les chaines tombaient sous l'effet de mon pouvoir, il fonctionnait encore, et je me levais, étourdis et titubant en me tenant à la chaise que je venais de quitter. Mon regard accrochait alors le mur du fond et je voyais les lattes de bois, la structure de béton et de métal, explosée, éventrée et transpercé de toute part en son centre un cadavre. Ancien. Usé par le temps. La chair sombre et figée comme de la roche, pourtant mon regard ne peux ignorer que c'est bien organique. Mort. Je l'avais tué.

Et merde... - A peine avais-je enfin réalisé que la pénombre se levait. J'illuminais mon poing pour éclairer ce qui m'entourait. Je me trouvais dans une cave, sombre et sale avec une multitude de chaises. Huit précisément. Vides. Sauf deux. Voilà que ce manège recommençait... - Hey, vous m'entendez?
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance • never back down!
avatar
MESSAGES : 888
it's a revolution, i suppose
x-resistance • never back down!
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2378-ellen-primrosae-rachel
Behind the fear.


L'instinct. La - mauvaise - habitude. Elle savait très bien pourquoi elle se réveillait soudainement, pourquoi le pré-sentiment lui faisait ouvrir les paupières en pleine nuit alors que le district dormait à poings fermés. Les signes ne trompaient pas. Son père se dégradait jour après jour et même s'il laissait voir un homme fort aux yeux des premiers résistants - dont sa fille - en tant que médecin elle savait très bien que ses quintes de toux n'étaient pas dû à un quelconque rhume, que la puce qu'on leur avait implantée empêchait son pouvoir de faire son boulot de préservation de sa jeunesse si on pouvait dire ça, de sa santé. Elle savait que son géniteur, son seul parent, finirait par mourir de cette connerie et l'idée ne lui était pas supportable, elle ne pouvait s'y résoudre et chaque jour elle œuvrait pour lui, elle le surveillait d'un œil sans qu'il puisse réellement s'en rendre compte. Se lever en pleine nuit pour vérifier qu'il respirait correctement et pour l'observer de plus près en faisait partie. Elle avait pris cette mauvaise habitude, celle qui l'enfonçait d'autant plus dans ce destin tragique qui se dessinait devant eux sans qu'ils puissent y faire quoi que ce soit... ou presque.

Elle était en pour parler avec le gouvernement. On était venue la chercher pour ses capacités de détection de mutant à plusieurs kilomètres. Ils attendaient d'elle qu'elle leur indique le lieu des mutants non recensés pour pouvoir les enfermer. Bien évidemment, elle n'aurait plus sa puce mais ce n'était pas ce qui l'intéressait le plus. Elle voulait que son père en soit également débarrassé mais comment les convaincre que la dite personne, sans puce, est capable de les abbattre en bougeant à peine le petit doigt? Le don de Rachel ne servait à rien si les mutants autour d'elle n'avaient  pas leur capacité, elle était donc moins à craindre... ça aussi ça faisait partie de son réveil. Ca la travaillait énormément... mais au point de la rendre sombnambule? Elle en doutait fortement! Alors pourquoi donc se retrouvait-elle attachée à une chaise, dans un lieu sombre et poussiéreux? Le gouvernement en avait-il marre qu'elle leur résiste?

Le réveil était difficile. Elle avait froid, ses bras nus - compte tenu de son t-shirt - la faisait frémir. Les barreaux de la chaise sur laquelle elle était assise lui semblaient glacés. Heureusement ses jambes étaient protégées par son pantalon ample et fluide qui lui servait dorénavant de pyjama. Ses pieds nus, elle ne les sentait pas vraiment, pas avant de bouger les orteils, réellement réveillée par une voix familière. Sa chevelure devenue longue au fil des mois camouflait son visage jusqu'à ce qu'elle le relève. Elle avait du mal à le distinguer à cause de la lumière que dégageait sa main et qui éblouissait quelque peu la mutante. Une fois son regard habitué, elle le reconnaissait sans mal. « Kayden? » D'abord la surprise, d'abord peu consciente de l'endroit où elle était.

Ses traits creusés par la fatigue et la faim - l'approvionnement du district n'était pas régulier, il fallait apprendre à partager - se déformaient sous les courbatures. Elle n'était pas attachée, seulement avachie sur la chaise pour tenir en équilibre. Des fourmis dans les jambes rendaient sa position debout précaire mais pas de quoi lui faire perdre l'équilibre. Une main en appuie sur le dossier de la chaise, c'était finalement une profonde colère et déception qui l'animaient. Il était le meilleur ami de Warren, comme un frère quand bien même ils ne partageaient pas le même sang. Le chemin était simple dans l'esprit de Rachel. L'un comme l'autre n'avait donné aucune nouvelle au cours des derniers mois malgré ses messages et ses appels. « Où est-ce qu'on est? Qu'est-ce que tu veux? » Lui demandait-elle naturellement comme si tout était de son fait. « Je veux plus rien à voir avec toi... ni avec lui. » Lui, Warren, évidemment, parce qu'y penser était encore douloureux, que l'abandon avait été violent, qu'elle en restait amoureuse mais que la colère était plus grande. Elle avait assez donné comme ça, qu'on lui foute la paix.
Revenir en haut Aller en bas


chimera • whatever, man !
avatar
MESSAGES : 55
it's a revolution, i suppose
chimera • whatever, man !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2258-jeremiah-sterling-judi
Une vie. Un souffle. Un espoir. Tout cela disparu en quelques instants. Plus les restrictions grandissent, comme une tempête de sable contre laquelle il est impossible de lutter, et plus j'essaie d'abattre ces géants éphémères, ces géants immortels. Je ne me suis jamais senti proches de ceux qu'on appelle « mutants », je ne les ai jamais considérés comme une famille. Leur mort tragique ne m'attriste pas et leur enfermement aurait dû me laisser de marbre.

Mais à chaque jour qui meurt, sur lequel on ne reviendra jamais, je sens aussi une sorte d'étau se resserrer autour de moi. J'ai fini par faire ce que je n'aime pas : tuer des gens contre qui je n'ai, a priori, rien. Des simples agents du HPU, et maintenant ces Purifiers. Dès qu'ils ont pointé une arme dans ma direction, dès qu'une de leurs machines a voulu détruire le mutant que je suis. De la tôle froissée, voilà de qui il s'agit.

J'ouvre les yeux, comme extirpé d'un rêve désagréable. À mes poignets une simple paire de menottes et face à moi, une source lumineuse. J'essaie de distinguer les sorties potentielles mais mes yeux peinent pour l'instant à s'habituer à l'obscurité ambiante. Je pourrais bien essayer de tout faire exploser mais j'ignore si je suis en mesure de le faire. Je me redresse simplement et passe mes mains sous mes jambes pour ne plus les avoir dans le dos. « Hey, vous m'entendez ? » Bien entendu. Je fais sauter les menottes, appréciant de constater que je n'ai pas subi une injection de leur vaccin. Bien entendu, je ne porte aucune arme contre moi, seulement les vêtements que j'avais au moment de m'endormir hier soir. La voix m'est inconnue comme celle qui lui répond : « Où est-ce qu'on est ? Qu'est-ce que tu veux ? Je veux plus rien à voir avec toi... ni avec lui. »

Allons bon, j'en déduis qu'il s'agit d'une histoire personnelle, à laquelle je ne devrais manifestement pas être mêlé. Je pose la main contre le sol, personne d'autre, pas de caméra dans les angles. Pas que je puisse voir du moins. Quand je me suis penché, j'ai senti mes cheveux se libérer contre mon épaule, je tâte mon poignet à la recherche d'un élastique. J'en prends un, perdu sur quelques bracelets de bois. Quand l'inconnu s'est assez approché pour que je sois sûr d'avoir été vu, je lui accorde toute mon attention, ainsi qu'à la jeune femme qu'il éclaire.

Deux parfaits inconnus, parfait. Je lève les yeux au ciel puis décide de jouer simplement l'ignorant. S'ils ignorent qui je suis, et n'ont donc  rien contre moi, je sortirai rapidement d'ici. Je fais un pas en arrière pour essayer d'atteindre un mur sur le côté. Qu'est-ce qu'il peut y avoir de l'autre côté ? Je m'apprête à le faire exploser mais me permets un peu de courtoisie : « Reculez. Je ne compte pas rester ici. »
Revenir en haut Aller en bas


secret avengers • not. okay.
avatar
MESSAGES : 1343
it's a revolution, i suppose
secret avengers • not. okay.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2020-kayden-the-denied-son-
Behind the darkness.


« Kayden? » - Je tournais la tête avec le poing pour finalement observer le visage pâle de Rachel dans la pénombre. Rachel que je n'avais pas revu depuis des mois, comme bien des gens d'ailleurs. Bien trop, depuis bien trop longtemps. - « Où est-ce qu'on est? Qu'est-ce que tu veux? Je veux plus rien à voir avec toi... ni avec lui. » - Je fronçais les sourcils, pas vraiment sûr de comprendre, mais j'étais interrompu par une petite détonation et là encore, ma tête se tournait avant mon poing pour finalement observer un homme massif se débarrasser de ses menottes. La dernière fois on était huit inconnus, je ne m'en formalisais pas plus que ça et à vrai dire mon attention était portée sur Rachel et sa réaction. - De quoi tu parles? Je veux rien du tout, on est coincé là, j'y suis pour rien. - Je pouvais lire en Warren comme dans un livre ouvert, mais j'étais pas non plus omniscient et si j'étais capable de lire les gens, je ne pouvais pas lire les pensées. Heureusement. - On est dans... - « Reculez. Je ne compte pas rester ici. » - Non attends! - Mais la détonation retentissait et c'est trop tard.

Le mur se dérobait, les débris aspirés par le néant au-delà. Les chaises, la tables, le cadavre incrusté dans le mur, tout s'envolait et j'avais tout juste le temps d'attraper la main de Rachel et d'encrer mes pieds dans le sol avant d'étendre mon pouvoir à l'homme responsable de cette débâcle pour compenser l'aspiration qui l'attirait vers le vide. Le mur supprimé, il n'y avait derrière que le néant, un néant vorace et absolue. Je ne le savais pas, je l'apprenais à l'instant, mais j'avais eu l'intuition de me dire que rien de bon ne pouvait venir d'un tel acte: je connaissais assez l'endroit pour ça. Je ne pouvais pas colmater la fuite, alors je choisissais de nous sortir de là. Je me concentrais d'abord sur l'homme que je rapprochais de nous et une fois à portée, j'attrapais son avant-bras avec ma main disponible. Ceci fait, je me retournais et avancer contre le vent, comme dans une tempête, une tempête folle, et marchais vers la porte fermée, les deux autres encore en suspension dans les airs. - Accrochez-vous! - L'effort était compliqué, épuisant, mais on parvenait jusqu'à la porte et je l'ouvrais par la pensée avant de la traverser, les deux autres à ma suite.

A peine l'encadrement passé que l'attraction du néant nous abandonnait et on retombait lourdement sur le sol alors que la porte se refermait sur nous. Le silence était alors seulement embêté par le son lointain du vent qui faisait rage dans la cave et je me hissais sur les quelques marches qui menait au couloir pour reprendre ma respiration. - T'es dingue ou quoi?! - Ça c'était pour l'homme, imprudent. Au moins cette fois je ne vidais pas de mon sang... Enfin pas encore. Je passais une main dans mes cheveux, le poing désormais sans lumière, la peau hérissée d'une chair de poule due au froid ambiant, et je me relevais. - On est plus sur terre, on est dans une autre dimension. Si t'avais attendu cinq secondes que je le dise, ça nous aurait évité ça. - Au niveau de mon corps, je sentais une brûlure désagréable et lorsque je baissais le regard, je remarquais enfin, éclairé par les lumières faibles de l'escaliers, une marque noire aux reflets incandescents entrain d’apparaître, un cercle fait d'inscriptions anciennes et antiques. La marque qui emprisonnait ma malédiction. Qui me protégeait encore depuis tout ce temps. Qui n'apparaissait que lorsqu'une magie tentait de m'atteindre. - Et merde...

Je leur tournais le dos, l'échaudée et l'imprudent, et gravissais la série de marche pour rejoindre le couloir lugubre et sombre, faiblement éclairé par quelques ampoules électriques poussiéreuses et sales. Un tic tac incessant brisait le silence, dérangeant et agaçant, mais je ne voyais aucune horloge. Je passais mes mains sur mon visage en soupirant, la gorge se serrant à la simple d'idée d'être de retour dans ce manoir de dingue, et me tournais vers les autres qui me rejoignaient. - On peut pas juste faire sauter les murs pour sortir, cet endroit existe seulement pour nous faire souffrir. Vous devez surement ressentir la peur. - J'étais protégé de cette magie, mais si je savais que l'angoisse ambiante n'était pas paralysante, je savais que lorsque j'étais venu la dernière fois, une peur avait plané au fond de mon esprit durant tout ce temps maudis. - Faut qu'on trouve la salle avec la tapisserie... - Ça avait été notre sortie à l'époque. Mais depuis le temps, tout semblait différent et je ne faisais pas confiance à la moindre chose de cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Behind the darkness. || Ft. les gueuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PLAYGROUND :: a bit further-