Partagez | .
 

 Anyaska ♦ That's where you're wrong [NC-17]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Adamska tira une dernière latte sur sa cigarette puis la laissa tomber au sol avant de l'écraser sous son talon. Il se retourna vers le type qui gardait l'entrée et lui fit un signe au moment où il le laissa entrer dans le bâtiment. Il déambula un moment dans les couloirs jusqu'à arriver à la salle de "réunion" où se trouvaient déjà Jeremiah et plusieurs membres des Watchers.
Le journaliste s'installa au fond de la pièce, s'asseyant sur une table en attendant que le chef des Watchers ne prenne la parole.

Il poussa un soupire tout en se massant lentement les paupières. Il avait toujours eu du mal avec ces réunions, ces briefings mais depuis qu'il avait passé cet accord avec le SHIELD, il avait en plus peur pour sa vie. Pourquoi est ce qu'il avait joué au con avec Anya ? Il ne cessait de se poser cette question.
S'il avait été moins stupide, il n'en serait pas arrivé là. Il risquait déjà sa vie de par sa condition de mutant et voilà qu'à présent il devait jouer les agents doubles.
Si jamais il se faisait repérer, il n'osait imaginer ce que lui ferait subir le frère de Lewis.

La réunion commença enfin et le journaliste écouta d'une oreille le discours de son supérieur, trop occupé à essayer de calmer ses pensées.
Il sursauta quand la sonnerie de son téléphone portable se fit entendre, stoppant le discours de Jeremiah qui lui lança un regard noir. Adamska leva une main, faisant signe qu'il s'excusait et sortit le téléphone de sa poche pour le couper.
Il sentit son cœur manquer un battement et son teint devint livide quand il vit le numéro qui s'affichait. Anya... Putain mais qu'est ce qu'elle foutait ?
Il coupa la sonnerie et lança un léger sourire à Jeremiah, lâchant un petit « Désolé. » En rangeant son téléphone dans sa poche.
Putain mais elle voulait le tuer ? Qu'est ce qu'il lui avait pris de l'appeler comme ça ? Elle était pourtant au courant qu'il risquait sa vie pour elle et son organisation non ? Alors quoi ? Elle voulait pimenter un peu son infiltration en le mettant encore plus en danger ?

Jeremiah reprit son discours, lançant de temps à autre des regards accusateurs à Adamska qui continuait de pâlir à vue d’œil. Il allait le tuer...
Le journaliste parvint à masqué quelque peu son malaise et se reconcentra sur Jeremiah, écoutant attentivement ce qu'il avait à dire. S'il jouait le parfait membre il parviendrait peut être à se faire oublier.
Merde... Il suffirait à Jeremiah de regarder son téléphone pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas.


____________________


Adamska quitta l’entrepôt qui servait de base aux Watchers le plus rapidement possible, évitant de croiser Jeremiah et remonta dans sa voiture. Il s'immobilisa une fois à l'intérieur et resta sans bouger, les mains agrippées au volant. Il ferma les yeux un moment, essayant de calmer sa respiration et de se redonner un peu de consistance. Il ressortit son téléphone et resta bloqué sur l'appel en absence d'Anya. Est ce qu'au moins elle réalisait qu'elle aurait pu faire sauter sa couverture ? Qu'elle aurait pu le faire tuer ? Elle bossait pour le SHIELD pourtant, elle devait être habituée à ce genre de missions non ?

Ne tenant plus, il démarra le moteur et pris la direction de l'appartement de la jeune femme. Ils ne pouvaient pas continuer comme ça, il fallait qu'il mette les choses au point tout de suite s'il ne voulait pas risquer de griller sa couverture.

Le brun se retrouva rapidement devant l'appartement d'Anya et tambourina contre la porte, vociférant « Anya ! Je sais que t'es là ! Ouvre cette putain de porte ! » Il continua de marteler la porte, ne s’arrêtant que pour continuer de l'appeler, sans se soucier du voisin qui sortit dans le couloir pour voir ce qu'il se passait. Ouais, pour la discrétion il repasserait, mais c'était le dernier de ses soucis.

La jeune femme finit par lui ouvrir, l'air étonnée et le laissa entrer sans prononcer un mot. Il la repoussa pour entrer dans l'appartement et claqua violemment la porte dans son dos.
Il s'avança jusqu'à Anya, ne s'arrêtant qu'à quelques centimètres d'elle, reprenant la parole sans baisser de ton. « Putain mais c'est quoi ton problème ?! Tu veux me tuer ?! » Ils avaient pourtant mis les choses au point dès que leur accord avait été scellé, c'était lui qui devait entrer en contact avec elle, pas l'inverse.
« Je croyais que c'était clair ?! JE m'occupe de te prévenir pour faire mon débriefing ! » Il pourrait la tuer, là, maintenant. Il était dans un tel état de rage qu'il se fichait des conséquences que ça pourrait avoir.
Il ferma un instant ses yeux, se pinçant l'arrête du nez entre son pouce et son index. Il fallait qu'il se calme. Il était dans un tel état qu'il pourrait très aisément foutre le feu à l'immeuble si un feu y était allumé.

Le journaliste pris une profonde inspiration et expira lentement, essayant de calmer légèrement la rage qui bouillait en lui. Il se remémora le regard que lui avait lancé Jeremiah et sa colère revint instantanément. « J'aurais pu me faire tuer ! Tu crois que je risque pas assez ma vie comme ça ? C'est quoi ? Etre un mutant au milieu de cette bande de tarés c'est pas assez stressant pour moi, il faut en plus que tu me mettes en danger en essayant de m'appeler ? » Il pointa la jeune femme du doigt. « Refais encore un truc dans ce genre là et je te jure que je n'hésiterais pas à te tuer ! » Elle avait beau être une agent du SHIELD entraînée, il n'hésiterait pas à tenter sa chance.

 

by Epilucial





Dernière édition par Adamska Fawkes le Jeu 12 Nov - 13:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl


Attrapant sa tasse de café d’une main et son paquet de clopes de l’autre, Anya se dirigea vers son bureau afin de s’occuper des commandes qu’elle avait eu avec son « travail » de hackeuse. Elle s’assit sur sa chaise de bureau qu’elle avait payé la peau du cul, passant le plus clair de son temps derrière son ordinateur et, parfois, s’y endormant. Elle avala une gorgée avant de commencer à tapoter des lignes de codes complexe. Entrer dans le système du gouvernement et de la police était devenu si simple pour elle qu’elle se demandait comment elle pouvait ne pas s’être faite prendre et comment elle pouvait encore travailler au SHIELD. Un sourire amusé lui vint aux lèvres. Ayant une petite résistance à un niveau du système, elle prit la parole. « Hé, Adam, tu pourrais m’aider ? J’ai un peu de mal là. » Elle tendit le bras vers un paquet de chips ouvert et y fourra allègrement sa main avant d’en enfourner une bonne poignet dans sa bouche faisant tomber des miettes sur le bureau. Elle les écarta d’une main habile qui avait l’habitude de ce genre de situation. L’ordinateur lui répondit d’une voix blasé. « Je sais très bien que si tu y mettais du tien, tu pourrais facilement y arriver toute seule… » La jeune femme eut un sourire narquois. Il n’avait pas tort mais elle ne le reconnaitrait jamais, comme d’habitude. « Flemme… » Elle s’imaginait Adam lever les yeux au ciel alors qu’il poussait un soupir. Un petit rire passa les lèvres de la jeune femme. Ils n’avaient pas l’air comme ça, mais ils s’entendaient très bien. Elle se souvenait encore du jour où elle était allée acheter Adam. Le courant était tout de suite passé entre la machine et elle et c’est ce qu’elle recherchait. Après tout, avec son pouvoir, avoir un ordinateur qui ne lui obéissait pas n’était pas vraiment pratique, loin de là.

Pendant qu’Adam réglait son petit problème, elle checka son téléphone et n’y vit ni message ni appel manqués. Poussant un soupir énervé, elle fronça les sourcils. Elle n’avait plus revu Adamska depuis leur petit échange concernant sa mission d’espion au sein des Watchers. C’était lui qui était censé la contacter. Ils avaient tout de suite convenus de cette règle afin qu’il ne se fasse pas repérer par les extrèmistes. Seulement… Seulement, cela faisait plus d’un mois et demi qu’elle n’avait plus de nouvelles. Rien. Nada. Même pas un petit sms en mode « coucou, j’suis vivant ! ». Elle réfléchit un moment, fixant le nom et le numéro d’Adamska le pouce sur le bouton appel. Elle ne voulait pas le foutre dans la merde, vraiment. Mais, merde, il ne pouvait pas la contacter comme prévu ?! Elle se tâtait à l’appeler, vérifier que tout allait bien… Finalement, prenant sa décision sur un coup de tête, elle appuya sur le bouton et le porta à son oreille. Elle entendit trois sonneries avant d’être basculée sur le répondeur. Bon. La réponse était claire : soit il l’évitait, soit elle l’avait foutue dans la merde. Elle fronça les sourcils avant de reprendre son travail. Après tout, si elle l’avait foutu dans la merde : elle le saurait par les journaux car il serait ou il débarquerait comme une furie chez elle. Elle savait très bien qu’il avait un caractère aussi merdique que le sien et elle savait ce qu’elle ferait, elle, dans ce genre de situation.

____________________


Anya enfourna une énième poignet de chips dans sa bouffe avant de s’essuyer rapidement la main sur son pantalon. Elle avait passé sa journée à travailler sur son ordinateur, discutant tranquillement avec Adam. Y’avait pas à dire : cet ordinateur était le meilleur. Alors qu’elle allait changer l’épisode qu’elle regardait sur son premier écran, de puissants coups sur sa porte d’entrée la firent sursauter avant qu’une voix de hurle. « Anya ! Je sais que t'es là ! Ouvre cette putain de porte ! » Boooon… Elle avait sa réponse à sa question plus tôt dans la journée. Adamska n’avait pas l’air d’être heureux qu’elle l’ait appelé. Elle poussa un soupir avant qu’Adam prenne la parole. « Votre invité n’a pas l’air très content. Anya eut un petit rire narquois. « Sans déconner ? » Le martèlement de la porte se fit plus insistant. Elle se leva d’un pas vif : c’est qu’il allait finir par défoncer sa porte, le con ! Elle l’ouvrit d’un coup la porte, le découvrant les traits crispés dans une grimace de colère. Booon… leur deuxième rencontre allait encore être sympa. Elle s’écarta du chemin avant de se diriger vers son bureau afin de boire une gorgée de son café. Elle prit appui sur son bureau et l’observa un sourcil levé, attendant la sentence. Elle le vit claquer violemment la porte tout en s’avançant jusqu’à elle et ne laissant que quelques centimètres en eux. Inconsciemment, elle s’appuya un peu plus sur son bureau. Elle n’aimait pas ce genre de proximité. L’espace personnel, il connaissait ?

Il reprit la parole sur le même ton que précédemment. « Putain mais c'est quoi ton problème ?! Tu veux me tuer ?! » Elle réfléchit pendant un instant. Non. Si elle devait le tuer, elle le ferait elle-même. Pas besoin que quelqu’un d’autre fasse le boulot. Il l’énervait assez pour qu’elle s’occupe de son cas de ses propres mains. Mais elle ne dit rien, préférant attendre qu’il sorte tout ce qu’il avait à sortir. « Je croyais que c'était clair ?! JE m'occupe de te prévenir pour faire mon débriefing ! » Ouais, enfin ils auraient dû convenir d’une fréquence régulière. Merde, malgré tout elle s’était inquiétée pour cette fichue tête de con de journaliste. Elle le vit fermer les yeux un instant avant de se pincer l’arête du nez entre son pouce et son index. Elle cacha un sourire derrière sa tasse alors qu’elle prenait une autre gorgée. C’était peut-être stupide ou suicidaire mais elle adorait le foutre en boule, même si, pour le coup, elle ne l’avait pas cherché. Anya était sûre qu’elle était la seule capable de le mettre dans cet état.

Il prit une profonde inspiration avant d’expirer lentement. Se calmera ? Se calmera pas ? Adam eut un petit rire tout en prenant la parole. « Je vois que tes relations avec les êtres humanoïdes s’améliorent de jour en jour, Anya. » Elle retint de justesse le fou rire qui la prenait en toussant. Si elle explosait de rire devant lui, elle n’allait pas arranger la situation, bien au contraire, et il penserait qu’elle se foutait de sa gueule – ce qui n’était pas vraiment faux dans un sens. « J'aurais pu me faire tuer ! Tu crois que je risque pas assez ma vie comme ça ? C'est quoi ? Etre un mutant au milieu de cette bande de tarés c'est pas assez stressant pour moi, il faut en plus que tu me mettes en danger en essayant de m'appeler ? » Elle leva les yeux au ciel. Mais quel dramaqueen ! C’est pas comme si elle l’avait envoyé en zone de guerre. « Refais encore un truc dans ce genre là et je te jure que je n'hésiterais pas à te tuer ! » Cette fois, elle ne put l’empêcher et un petit gloussement typiquement féminin lui échappa mais elle se rattrapa en toussant un peu. « Bien rattrapé, Freaky » Un sourire orna les lèvres de la jeune femme face au commentaire d’Adam.

Reprenant son sérieux avant de lever les yeux vers Adamska, elle haussa un sourcil. « C’est bon ? T’as fini ta crise ? Je peux parler et me défendre ? » Elle leva sa main la posant sur le torse de son vis-à-vis afin de l’éloigner un peu, juste un pas, mais ce qui lui permit de se sentir plus à l’aise face à lui. « Déjà, tu vas te détendre sur le ton, ok ? J’suis pas ton pote. On a pas gardé les cochons ensemble que je sache. » Elle releva les yeux afin de le fixer. Bordel… Elle détestait être plus petite que lui. Même si elle savait que malgré sa taille elle pourrait le maîtriser facilement, elle détestait ce sentiment d’infériorité qui la prenait quand elle se retrouvait face à un adversaire plus grand qu’elle. Elle fronça les sourcils. « Et puis, franchement, t’es assez stupide pour garder ton téléphone allumé durant une réunion ? T’as oublié tout ce qu’on t’a appris durant l’entraînement au SHIELD ? » Elle poussa un soupir de dépit. Il avait eu droit à un entraînement éclair durant deux semaines. Adamska était maintenant capable – normalement – de se défendre contre n’importe quel individu lambda et voir plus, s’il avait continué les entraînements de son côté. Elle se pencha vers son bureau et attrapa sa tasse avant d’en boire une gorgée. Yerk… Café froid. La pire chose au monde. Elle la reposa à côté du clavier reprenant la parole. « C’est toi qui devais me contacter, ça c’est clair, mais peut être que si tu n’avais pas attendu un mois et demi pour me contacter, je ne l’aurais pas fait. » Elle plongea son regard dans le sien. « Tu pensais quoi ? Que j’allais rien faire ? Merde, je me suis inquiétée pour toi ! Qui sait ce qui aurait pu t’arriver durant tout ce temps… » Elle ferma la bouche d’un coup, retenant ce qu’elle allait dire. Elle pouvait sentir ses joues chauffer et elle croisa les bras dans une attitude défensive. Elle n’avait pas vraiment l’habitude de s’inquiéter pour ses indics – pas qu’elle ait l’habitude d’avoir des indics. Elle fronça les sourcils, préférant reprendre un discours sur un ton plus… brusque. « Pour ce qui est de tes menaces, » elle pointa aussi son doigt vers son torse, tapotant plusieurs fois dessus, « garde les pour toi, car on sait tous les deux que c’est des conneries ! Tu auras beau tenter tout ce que tu veux, faire tout ce que tu veux, l’entraînement que tu as suivie avec le SHIELD ne suffit pas pour me tuer. C'était à peine un avant-goût de ce que, moi, je sais faire... » Un rictus orna les lèvres d’Anya. Elle se fichait clairement de lui, c’était sûr, mais n’en avait aucune honte. C’était lui qui l’avait cherché…


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Anya lâcha un petit gloussement qu'elle tenta de rattraper en toussant, ce qui accentua un peu plus la rage d'Adamska. Parce qu'elle se foutait de lui en plus ? Non, elle ne faisait pas ça tout de même, elle n'oserait pas.
Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, confirmant ce que le journaliste se disait. Mais elle se foutait ouvertement de lui ? Quoi ? Elle ne le prenait pas au sérieux ?

« C’est bon ? T’as fini ta crise ? Je peux parler et me défendre ? » Elle posa sa main sur le torse d'Adamska, le repoussant légèrement. Le journaliste de son côté leva ses mains en signe de reddition et recula sans répliquer. « Déjà, tu vas te détendre sur le ton, ok ? J’suis pas ton pote. On a pas gardé les cochons ensemble que je sache. » Adamska écarquilla les yeux, la bouche légèrement entrouverte. Qu'est ce qu'elle lui faisait là ? Non mais il nageait en plein délire ! Elle l'avait foutu dans une merde noire, avait manqué de le tuer et en plus elle osait lui dire de se calmer ? « Et puis, franchement, t’es assez stupide pour garder ton téléphone allumé durant une réunion ? T’as oublié tout ce qu’on t’a appris durant l’entraînement au SHIELD ? » Elle poussa un soupir, l'air dépitée tandis qu'Adamska levait les yeux au ciel, complètement perdu. Et maintenant elle lui faisait la leçon... Il profita qu'elle prenne une gorgée de café pour se masser les paupières, essayant de se calmer. Oui, il gardait son téléphone allumé, tout le temps. Il pouvait être appelé par son boulot à tout moment.

« C’est toi qui devais me contacter, ça c’est clair, mais peut être que si tu n’avais pas attendu un mois et demi pour me contacter, je ne l’aurais pas fait. » Elle plongea son regard dans le sien et il le soutint sans sourciller. Donc à présent c'était de sa faute. Ok... De toute façon cette situation n'avait plus aucun sens,alors pourquoi pas ! « Tu pensais quoi ? Que j’allais rien faire ? Merde, je me suis inquiétée pour toi ! Qui sait ce qui aurait pu t’arriver durant tout ce temps… » Elle ferma la bouche d’un coup, semblant se retenir de dire quelque chose. Gênée, elle croisa les bras, sans doute pour prendre une posture plus "défensive". Alors elle s'était inquiétée pour lui ? C'était ça, ça expliquait pourquoi elle avait essayé de l'appeler au moins. Mais Adamska avait du mal à croire qu'elle avait pu s'inquiéter pour lui, elle n'avait jamais montré qu'elle pouvait se soucier de son cas. Elle avait juste du avoir peur pour sa mission, qu'il puisse faire foirer toute l'opération.

Elle reprit la parole sur un ton plus brusque. « Pour ce qui est de tes menaces, » Elle pointa son doigt vers le torse du brun, tapotant plusieurs fois dessus, ce qui refit venir sa colère. Et elle recommençait à le chercher à présent... « garde les pour toi, car on sait tous les deux que c’est des conneries ! Tu auras beau tenter tout ce que tu veux, faire tout ce que tu veux, l’entraînement que tu as suivie avec le SHIELD ne suffit pas pour me tuer. C'était à peine un avant-goût de ce que, moi, je sais faire... » Un rictus se dessina sur les lèvres d’Anya, ce qui acheva le journaliste. Mais à quoi est ce qu'elle jouait franchement ? Elle voulait le pousser à bout pour voir de quoi il était capable ? Ou alors ce n'était qu'un jeu pour elle ?
Effectivement il n'avait suivi qu'un entraînement éclair de la part du SHIELD et il savait très bien qu'il ne ferait pas le poids contre elle dans un combat à la régulière. Mais il avait d'autres talents. Il lui suffirait juste d'une étincelle...

Ne tenant plus, Adamska lâcha un éclat de rire nerveux face au surréalisme de la situation. Tout cela n'avait plus aucun sens. « Sérieusement ? J'ai pas rêvé, tu m'as accusé moi ?De m'être foutu dans cette merde ? Putain mais c'est quoi ton problème ? » Il se passa nerveusement une main dans les cheveux, les remettant en arrière. « Tu ne t'es pas dit que si je n'appelais pas, c'était peut être parce que je n'avais aucune info à te communiquer ? J'ai été à une réunion depuis que tu m'as embarqué la dedans. Une seule ! Tu crois peut être qu'on apprend des trucs à chaque réunion ? Que l'autre taré prépare des coups à chaque fois ? » Le ton de sa voix augmentait progressivement à mesure qu'il continuait de parler. « Non ! A chaque fois, c'est du bourrage de crâne anti-mutant qu'il nous fait ! Alors ne... » Il s'immobilisa un instant, semblant réaliser qu'il était vraiment en train de péter un câble. « Putain... »

Il réalisa que ses mains tremblaient et recula d'un pas, serrant plusieurs fois les poings pour essayer de calmer ses tremblements et tenta de calmer sa respiration. Ce n'était pas bon. La dernière fois qu'il s'était autant énervé, il avait provoqué la mort de... Il secoua la tête, préférant chasser ces souvenirs.
Il fallait qu'il se calme, s'il continuait à se rythme là, il allait finir par foutre le feu à l'immeuble.
 
Le journaliste reporta son attention sur la jeune femme et sentit immédiatement sa colère remonter. Rien que le fait de la regarder le fixer avec son air supérieur suffisait à le replonger dans cet état de rage.

Il prit une profonde inspiration puis expira lentement, se concentrant pour essayer de se calmer un peu.
« N'essaie pas de me pousser à bout. Tu pourrais le regretter. » Il inspira à nouveau, fermant les yeux un instant. « Je... J'aurais pu donner des nouvelles. Je le reconnais. Mais tu n'aurais pas du essayer de m'appeler. T'as pas à le faire. C'était pourtant clair, c'est le truc sur lequel on s'est mis d'accord. Alors je sais pas quel est ton problème, si tu t'inquiétais vraiment pour moi ou quoi... Mais ne refais plus jamais ça. » Il porta une main sa bouche et ferma à nouveau les yeux, soupirant bruyamment. « Je refuse de crever à cause d'une de tes conneries. »

Il releva les yeux vers la jeune femme, la fixant silencieusement pendant plusieurs secondes avant de reprendre sur un ton dépité, presque abattu. « J'aurais du demander à quelqu'un d'autre de faire la liaison avec le SHIELD. Ç’aurait été plus simple pour tout le monde. » Il secoua doucement la tête sans quitter Anya des yeux. Et dire que c'était lui qui avait demandé à ce qu'elle s'occupe de ça, tout ça pour l'emmerder elle. Il avait vraiment été con sur ce coup. « Ouais. Ç’aurait été plus simple avec quelqu'un de plus compétent et de moins borné. »



by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl


Adamska lâcha un éclat de rire nerveux et la jeune femme haussa un sourcil sceptique. Décidément, elle n’arrêta pas d’être dans cet état avec cet homme. Elle ne le comprenait pas. Ses réactions n’avaient aucun sens… Elle croisa un petit plus les bras autour d’elle. Il la mettait mal à l’aise à force de rire. Quelle idée il avait eu de la demander comme lien avec le SHIELD aussi ? Il aurait pu avoir Ava. Elle n’était pas forcément plus délicate qu’elle mais, au moins, elle savait communiquer avec les autres. Elle était sociable alors qu’elle n’était pas vraiment bonne à ce niveau-là, surtout avec des gens aussi bornés. « Sérieusement ? J'ai pas rêvé, tu m'as accusé moi ? De m'être foutu dans cette merde ? Putain mais c'est quoi ton problème ? » Son problème ? À elle ? Vraiment ? Putain ! Elle serra les poings, se retenant de lui en envoyer un dans la gueule. Elle fronça les sourcils et elle put sentir sa mâchoire se contracter. Elle prit une grande inspiration par le nez avant de relâcher l’air par la bouche. Du calme, il était juste stupide. Rien d’autre. Elle le regarda passer nerveusement une main dans ses cheveux, les remettant en arrière. Bon, au moins, elle n’était pas la seule à en avoir marre de tout ça. « Tu ne t'es pas dit que si je n'appelais pas, c'était peut-être parce que je n'avais aucune info à te communiquer ? J'ai été à une réunion depuis que tu m'as embarqué la dedans. Une seule ! Tu crois peut être qu'on apprend des trucs à chaque réunion ? Que l'autre taré prépare des coups à chaque fois ? » Aucune information ? Et les personnes qu’il rencontrait ? Ce n’était pas des informations utiles de savoir qui faisait partie des Watchers ? « Je ne crains que tu perdes le contrôle, Anya. Et franchement, sentir tes ondes meurtrières à travers ton pouvoir n’est pas très agréable. » La jeune femme laissa sortir un petit grognement face à l’intervention d’Adam. Il n’allait pas s’y mettre lui aussi hein ? Elle en avait déjà un sur le dos, pas besoin que son ordinateur s’y mette – quoiqu’elle supportait plus l’un que l’autre.

Le ton de la voix d’Adamska augmentait progressivement à mesure qu’il continuait à parler, ramenant Anya sur Terre. « Non ! A chaque fois, c'est du bourrage de crâne anti-mutant qu'il nous fait ! Alors ne... » Il s’immobilisa d’un coup, juste un instant, coupant sa phrase en plein milieu. Alors ne, quoi ? Ne viens pas me faire chier ? Ne m’appelle plus ? Quoi ?! Qu’il finisse sa phrase, bordel de merde ! Elle détestait les gens qui commençaient quelque chose et ne le finissaient pas. « Putain... » Elle baissa son regard sur les mains de son vis-à-vis qui tremblaient convulsivement. Il recula d’un pas, serrant les poings afin de calmer ses tremblements et sa respiration. D’un geste vif, il secoua la tête. Bordel, il avait l’air d’un véritable fou… Anya se mit sur ses gardes. Comment allait-il réagir ? Allait-il finir par l’attaquer ? Allait-il s’allumer une clope, faisant semblant d’essayer de se calmer avant de faire un p’tit barbecue made in Anya ?

Il se retourna vers elle dans un geste brusque et elle sentit ses muscles se bander, prêt à réagir au moindre mouvement dangereux. Elle vit sa mâchoire se contracter. Et merde… Elle savait qu’elle l’avait cherché. Un peu. Mais c’était dans son caractère et on pouvait pas dire qu’Adamska était un saint non plus. Il prit une profonde inspiration puis expira lentement, se concentrant pour essayer de se calmer un peu. « N'essaie pas de me pousser à bout. Tu pourrais le regretter. » Il inspira à nouveau, fermant les yeux un instant. Il la menaçait maintenant ? De mieux en mieux… Si même lui s’abaissait à ça, un droit et courageux journaliste, où allait le monde ? Elle retint un petit rire cynique. C’était vraiment pas le moment… Il allait encore croire qu’elle se foutait de sa gueule. Déjà qu’Adam n’aidait pas vraiment en essayant de la faire rire alors qu’Adamska ne pouvait pas l’entendre. « Je... J'aurais pu donner des nouvelles. Je le reconnais. Mais tu n'aurais pas du essayer de m'appeler. T'as pas à le faire. C'était pourtant clair, c'est le truc sur lequel on s'est mis d'accord. Alors je sais pas quel est ton problème, si tu t'inquiétais vraiment pour moi ou quoi... Mais ne refais plus jamais ça. » Quoi ? Parce qu’en plus, il ne la croyait pas ? Merde ! Elle était quoi pour lui ? Un monstre sans cœur ? Il la pensait incapable de sentiments ? Elle n’était pas un bon soldat à la botte du SHIELD. Elle était aussi un être humain. Elle sentit un malaise la prendre au ventre. Une boule s’installa dans sa gorge. Le souvenir de n’être qu’une chose lui revint en mémoire, de ne pas avoir de sentiments… Elle n’était pas un putain de monstre ! Sa mâchoire se serra et elle se retint de lui cracher au visage. Petit con égocentrique…

Il porta une main sa bouche et ferma à nouveau les yeux, soupirant bruyamment. « Je refuse de crever à cause d'une de tes conneries. » Une de ses conneries ?! Et les siennes, alors ? Il fallait qu’il prenne ses responsabilités et qu’il assume ses actes. Il n’était plus un gamin, putain. Il releva les yeux vers Anya, la fixant silencieusement pendant plusieurs secondes avant de reprendre la parole, d’un ton lasse, abattu. « J'aurais dû demander à quelqu'un d'autre de faire la liaison avec le SHIELD. Ç’aurait été plus simple pour tout le monde. » Hallelujah ! Le crétin aurait-il eu une révélation ? Mais il aurait dû l’avoir dès leur première rencontre, dès qu’il avait finalisé l’accord ! Il pensait que c’était si simple de changer d’agent comme ça ?! Non, c’était compliqué, long et fastidieux.

Il finit par secouer la tête doucement, sans la quitter des yeux. « Ouais. Ç’aurait été plus simple avec quelqu'un de plus compétent et de moins borné. » Elle vit rouge. Putain, il se ramenait chez elle comme une fleur, lui hurlant dessus au passage avant de l’insulter ? Sérieusement… Marchant d’un pas rapide, elle traversa les quelques mètres qui les séparaient. Sous le coup de la colère, ses mains gesticulèrent dans tous les sens. Elle devait avoir l’air d’une folle, elle aussi, mais elle s’en foutait comme de son premier corset – quoique, non, elle adorait trop ses corsets pour ça. « Tout d’abord, sache que tu pourrais m’appeler pour dire qui vient à ces putains de réunions ! Qu’on se renseigne sur eux, nan ? T’y as pas pensé ? Ou jouer avec le feu t’a cramé le cerveau, flammèche ?! » Ses sourcils se froncèrent un peu plus. Elle entendait la voix d’Adam en fond qui essayait de la calmer mais elle était dans une telle rage qu’elle s’en foutait complètement. « En plus, crever à cause d’une de mes conneries ?! Non mais je rêve ! Si t’avais pas eu l’entraînement du SHIELD, c’est sûr que tu serais déjà mort à cause de ta connerie alors franchement ferme-la ! » Ses bras s’abaissèrent d’un coup. Lui hurler dessus l’avait un peu calmé. Mais elle repensa à ses insultes et un feu commença à naître en elle. Anya n’était fière que de peu de choses dans sa vie mais ses compétences en faisaient partie. Alors qu’il se permette de dire qu’elle n’était pas assez qualifiée, c’était une blague ?! Aveuglée par sa colère sans qu’elle ne puisse contrôler ses gestes, son poing partit en direction du menton d’Adamska l’atteignant de plein fouet. « Tu peux dire tout, je dis bien tout, ce que tu veux sur moi mais ne doute pas de mes compétences ! J’ai travaillé dur pour atteindre le stade auquel je suis alors, vire-moi ton côté prétentieux, bordel de merde ! » Elle porta ses mains à son visage, retenant les larmes de rage qui commencèrent à naître dans ses yeux. Elle ne voulait pas qu’il ait une influence sur elle, mais ce mec avait le don de la faire sortir de ses gonds…


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Il y avait peut être été un peu fort, il s'en rendait bien compte, mais d'un autre côté elle l'avait bien cherché. Elle l'avait mit en danger, involontairement certes, mais elle l'avait fait, même si elle ne s'en rendait pas compte. Il aurait pu y mettre les formes, ne pas lui balancer tout ça comme ça sans réfléchir. Mais il avait manqué de se faire tuer aussi... Ça pouvait excuser son comportement non ?  

Anya se rapprocha subitement du journaliste, agitant ses bras tout en reprenant la parole d'une voix forte. Bien, apparemment lui aussi l'avait poussée à bout. Ils étaient vraiment fait pour s'entendre...
« Tout d’abord, sache que tu pourrais m’appeler pour dire qui vient à ces putains de réunions ! Qu’on se renseigne sur eux, nan ? T’y as pas pensé ? Ou jouer avec le feu t’a cramé le cerveau, flammèche ?! » Entendre ce surnom lui arracha un soupire et Adamska ferma les yeux une fraction de seconde, se retenant de répliquer. Elle était déjà bien assez énervée comme ça, pas la peine d'ajouter de l'huile sur le feu.
Non, effectivement il n'avait pas pensé à lui indiquer les autres participants aux réunions des Watchers. Il aurait pu lui donner leurs noms, c'était vrai, mais il n'avait pas été briefé la dessus par le SHIELD non plus. Ce n'était donc, techniquement, pas entièrement de sa faute à lui.
Est ce qu'il était de mauvaise foi en se disant ça ? Sûrement oui mais il refusait d'être le seul fautif. « En plus, crever à cause d’une de mes conneries ?! Non mais je rêve ! Si t’avais pas eu l’entraînement du SHIELD, c’est sûr que tu serais déjà mort à cause de ta connerie alors franchement ferme-la ! » Pourquoi est ce qu'elle lui balançait ça ? Son entraînement n'avait rien à voir là dedans ! Ce n'était pas ça qu'il remettait en cause ! Putain mais est ce qu'elle l'avait écouté parler au moins ?
Et puis il n'était pas sûr que l’entraînement du SHIELD aurait changé grand-chose s'il s'était fait choper par Jeremiah et ses acolytes. Il avait beau savoir se défendre à présent, face à un tel nombre, même en pouvant utiliser son pouvoir il n'aurait eu aucune chance.

Les bras de la jeune femme s’abaissèrent d’un coup, comme si le fait de lui avoir hurlé dessus l'avait calmée. Adamska profita de cette accalmie pour secouer légèrement la tête, l'air dépité. Il ouvrit la bouche pour répliquer mais Anya fut plus rapide et lui envoya son poing en plein visage, l'atteignant au menton.
La puissance du coup fit reculer le jeune homme de deux pas, repoussant sa tête sur le côté et il resta sonné un instant, une vive douleur irradiant de sa mâchoire.
Ok... Ça il ne s'y était pas attendu. Est ce qu'il l'avait mérité ? Sûrement.

« Tu peux dire tout, je dis bien tout, ce que tu veux sur moi mais ne doute pas de mes compétences ! J’ai travaillé dur pour atteindre le stade auquel je suis alors, vire-moi ton côté prétentieux, bordel de merde ! » Adamska ne l'écouta qu'à moitié, trop occupé à reprendre ses esprits. Il savait qu'elle avait de la force, après tout elle lui avait déjà pété le nez, mais elle l'avait vraiment atteint de plein fouet. Il porta une main à son menton, faisant bouger sa mâchoire pour s'assurer qu'il n'avait rien de cassé. Bien, visiblement il n'avait rien de grave, même si ça lui faisait un mal de chien.
Il avait dit tout ça sur le coup de la colère, sans réfléchir. Il n'avait jamais douté de ses compétences, bien au contraire. Il avait même admit être impressionné par le fait qu'elle l'ait retrouvé aussi rapidement après qu'il lui ait menti lors de leur première rencontre. Il aurait peut être du réfléchir avant de parler et de la tacler comme ça.
Ouais, il avait vraiment mérité de se prendre son coup de poing.

Ayant retrouvé ses esprits, il se retourna rapidement vers Anya et s'immobilisa en voyant qu'elle avait portée ses mains à son visage. Qu’est ce que...  Qu'est ce qu'elle lui faisait là ? Elle venait de lui balancer une droite, lui avait craché que c'était de sa faute s'il s'était mit en danger et c'était elle qui semblait la plus mal en point ? Il y avait peut être été un peu fort finalement...

Il vérifia à nouveau l'état de sa mâchoire en l'ouvrant et en la refermant à plusieurs reprises puis se rapprocha rapidement de la jeune femme. Il attrapa ses poignets pour la forcer à le regarder et s'immobilisa une nouvelle fois, sentant son cœur manquer un battement en voyant ses yeux embués par les larmes. Il resta sans bouger pendant plusieurs secondes, son regard plongé dans celui de la jeune femme, incapable de réagir.
Pourquoi est ce qu'elle réagissait comme ça ? Pourquoi est ce qu'elle se mettait dans un état pareil ? Ça n'avait aucun sens, il n'avait fait que se défendre, lui avait expliqué ce qu'elle ne devait pas faire, mais sans y mettre les formes.
Ouais. Il pouvait vraiment être con quand il s'y mettait.

Il finit par relâcher les poignets d'Anya, conscients qu'il devait lui faire mal et vint doucement poser sa main droite sur la joue de la jeune femme.
Puis, par pur... Réflexe ? Dans un mouvement totalement inconscient, vint poser ses lèvres sur celles de la jeune femme, pendant une fraction de seconde. Il retira ses lèvres, regardant la jeune femme dans les yeux avant de l'embrasser plus tendrement, pendant de longues secondes. Sa main vint glisser sur sa nuque, tandis que sa main libre vint basculer dans le bas du dos d'Anya, la ramenant délicatement contre lui.
La rage qu'il avait pu ressentir plus tôt s'était totalement envolée, le laissant complètement vide, obnubilé par Anya. Pourtant il la haïssait pour ce qu'elle lui avait fait subir et ce double jeu qu'elle lui faisait jouer mais à ce moment précis, il ne pensait plus à rien.

Le journaliste la libéra de son étreinte, retirant sa main et resta une nouvelle fois immobile face à elle sans prononcer un mot.
Semblant finalement réaliser ce qu'il venait de faire, Adamska se recula d'un pas, totalement abasourdi et l'air hébété et resta bloqué, la bouche ouverte, ne sachant quoi dire.

Il n'en revenait pas. Qu'est ce qu'il venait de faire ? Est ce qu'il venait vraiment de l'embrasser ?
Reprenant un peu de consistance, il bafouilla pendant quelques secondes avant de finalement parvenir à reprendre la parole d'une voix mal assurée, encore sous le choc. « Je... Je sais pas ce qu... » Il porta une main à sa bouche, fermant les yeux. Il fallait qu'il se calme et qu'il reprenne ses esprits. Ce n'était pas si grave après tout. Bon, Anya allait très certainement lui arracher les yeux pour ce qu'il venait de faire, mais ça ne signifiait rien, ça ne voulait rien dire.
Il rabaissa sa main et rouvrit les yeux pour observer la jeune femme qui ne semblait pas réagir non plus  à ce qui venait de se passer.
Le brun leva les mains pour appuyer ses propos, lui signifiant qu'il s'excusait. « Je... Je sais pas ce qui m'a pris. Je... Je suis désolé. »

Adamska se recula d'un nouveau pas, restant silencieux, sondant la réaction de la jeune femme avec appréhension. Elle allait le tuer, il en était persuadé. Ce n'était pas de sa faute, il ne savait vraiment pas ce qui lui avait prit mais il se doutait bien que cette réponse ne suffirait pas à convaincre Anya.
Il déglutit avec difficulté et lâcha d'une petite voix tout en baissant la tête, trop gêné pour continuer à la regarder dans les yeux. « Je... Je ferais mieux d'y aller. »



by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Anya se concentre sur sa respiration, essayant de ravaler ses larmes. Elle déteste être faible ainsi. Elle a passé ces dernières années à se renforcer mentalement et physiquement afin de ne plus être fragile devant les autres, afin que personne - personne - ne puisse l'atteindre de nouveau. Et là, un putain de mec débarque dans sa vie et, en à peine quelques mois, il arrive à l'énerver plusieurs fois et, surtout, à la faire pleurer. Aucune larme n'est encore sortie de ses yeux, mais elle peut sentir que ce n'est pas loin. Il suffirait qu'elle ferme ses paupières fortement pour qu'elles glisse le long de ses joues. Inspiration, expiration, inspiration, expiration... Tu dois seulement te calmer... Pense à autre chose, Anya. Tu peux le faire. Tu es forte, tu as travaillé dure pour arriver à ce stade. Tu peux le faire... Elle se répète des paroles rassurantes, incessantes, dans sa tête afin de remettre de l'ordre dans ses sentiments qui font le yo-yo.

Elle n'ose pas enlever ses mains et montrer sa faiblesse à Adamska. Elle ne veut pas lui montrer qu'il a une incidence sur elle. Un petit sourire ironique vient sur ses lèvres. Comme s'il pouvait ignorer son état... Quoiqu'il n'a encore rien dit. Elle n'a rien entendu, même pas un seul bruit pour voir s'il est encore là. Elle est tentée d'enlever ses mains de devant son visage mais se retient. Peut-être est-il parti ? Ce n'est pas plus mal si c'est le cas... , pense-t-elle. Mais à peine cette phrase a-t-elle traversé son cerveau qu'elle sent de longues mains se refermer sur ses poignets et elle se fige. Qu'est-ce qu'il fait ? Elle n'a même pas le temps de résister qu'il écarte ses mains de son visage. Elle garde la tête baissée mais remonte son regard vers lui, ses sourcils froncés dans une moue perdue. Elle n'a pas envie qu'il la voit comme ça. Mais la jeune femme le laisse faire alors qu'elle pourrait facilement résister. Elle fronce doucement les sourcils, afin de se donner un air un peu plus sûre d'elle. Bordel de merde, elle n'est plus une petite fille qu'on aurait besoin de réconforter. De toute façon, même quand elle était petite fille, personne ne la réconfortait : ses parents avaient peur d'elle et n'ont pas tardé à la vendre au premier proxénète qui leur avait donné un peu d'argent contre leur enfant. Alors le réconfort, ça n'avait jamais vraiment été son lot quotidien.

Ses yeux se fixent sur ceux d'Adamska qui sont remplis d'incompréhension. Le jeune homme n'a jamais eu l'air d'être un expert dans les sentiments et il ne doit pas comprendre sa réaction si virulente. Il peut pas comprendre Anya, il ne pourra sûrement jamais le faire. Pendant un instant - quelques secondes - il ne bouge plus, son regard plongé dans le sien. Que veut-il ? Il va faire quoi ? La prendre dans ses bras et la réconforter ou bien partir sans un mot comme s'il n'avait jamais été là au final ? Mais il ne fait rien de tout ça. Il relâche juste les poignets de la jeune femme. Elle le remercie intérieurement : il commençait quand même à lui faire mal à force de les serrer. Elle frotte doucement ses bras, essayant de faire disparaître la douleur.

Elle observe ses avant-bras, là où c'est devenu un peu rouge. Hum, peut-être qu'elle aurait des marques. La main droite d'Adamska se pose doucement sur sa joue et la jeune femme se fige avant de relever son regard vers le sien. Qu'est-ce qu'il lui faisait là ? Sous l'incompréhension, elle ne fait aucun geste, ne s'éloigne pas d'un pas ni n'enlève sa tête loin du toucher de l'homme. Son regard est profond, ancré dans le sien et Anya n'ose pas se dérober face à lui. Trop hypnotisée par ses yeux qui sont si sérieux, elle ne réagit pas quand il se rapproche doucement d'elle. Elle fronce juste les sourcils alors elle est surprise quand elle sent deux lèvres se poser sur les siennes. Elle peut sentir ses yeux s'écarquiller d'un coup. Bordel. De. Merde. Elle s'attendait à tout, sauf à cela.

Il se repousse un peu d'elle afin de plonger son regard dans le sien. Il l'observe et la scrute comme s'il cherchait à avoir son approbation, mais c'est sûrement Anya qui délire. Après tout, il n'a pas eu besoin de son consentement la première fois. Il se rapproche à nouveau et le baiser est tendre, dure plusieurs secondes. Elle ne pensait pas qu'Adamska était capable d'autant de douceur. La main qui était sur sa joue se glisse sur sa nuque, appuyant un peu plus dessus et caressant sa peau. Son autre main bascule dans le bas du dos de la jeune femme, la rapprochant de lui, collant son corps au sien. Afin de ne pas perdre l'équilibre et par pur réflexe, ses propres mains se posent sur le torse de son vis-à-vis. Au bout de quelques temps, le journaliste la libère de son étreinte, retirant ses mains. Il reste là, plantée devant elle sans un mot et elle n'est pas mieux. Elle attend que son cerveau réagisse et d'enfin comprendre ce qui vient de se passer.

Et puis, d'un coup, Adamska se recule, l'air abasourdi, hébété. Il reste planté là la bouche ouverte comme s'il allait dire quelque chose mais le silence est la seule chose que la jeune femme peut entendre. Anya sent ses joues rougir et elle porte un main à ses lèvres, la sensation de celles de son vis-à-vis encore présente. Ce n'est pas qu'elle n'a pas l'habitude. Elle a déjà été embrassé, pleins de fois. Elle repense à Hannibal, Winter, Pietro et essaye de ne pas penser à ses anciens clients. Mais, pourtant, ce baiser est différent des autres. Elle le sait. Elle le ressent. Mais ne comprend pas pourquoi. C'est juste un sentiment - une sensation - au fond d'elle qui lui hurle que ce n'est pas pareil. Les bafouillages du journaliste la ramène sur Terre et elle plonge à nouveau son regard dans le sien. Quoi ? Qu'est-ce qu'il va dire ? Mais aucune de ses paroles n'est compréhensible. Et pui, il repend consistance et parle à nouveau d'une voix mal assurée. « Je... Je sais pas ce qu... » Il porte une main à sa bouche, comme s'il voulait savoir s'il avait réellement fait ça. Il ferme les yeux, essayant de ramener ses esprits, et puis les rouvre afin de les plonger sur Anya avant de lever les mains dans un geste qu'elle ne comprend pas. « Je... Je sais pas ce qui m'a pris. Je... Je suis désolé. » Ouais, c'est pas comme si elle le savait elle...

Il recule à nouveau d'un pas, toujours en silence, scrutant les moindres gestes de la jeune femme qui a toujours une main sur ses lèvres. Il déglutit avec difficulté et baissa la tête, un air gêné et apeuré sur le visage, observant ses pieds. « Je... Je ferais mieux d'y aller. » Et elle le voit qui se dirige vers la porte. Genre, vraiment ? Il va se barrer comme ça ? Anya reprend ses esprits d'un coup et elle peut sentir ses mains qui le démangent de le frapper violemment, peut-être l'émasculer. Elle hésite encore. Finalement, sans que son cerveau n'est pris sa décision, son corps se dirige vers lui et retourne le journaliste pour le regarder dans les yeux. « Tu vas vraiment partir ? Comme ça ? Putain, assumes tes actes pour une fois, merde ! » Toute trace de larmes a disparu de ses yeux. Fini l'apitoiement. Elle repousse contre le mur à côté de la porte avant de se rapprocher de lui. Sa main se lève sous une impulsion qu'elle ne contrôle pas et le frappe au visage. Ça sûrement dû faire moins mal que le coup de poing, mais la force doit être quand même assez importante. Anya a un petit sourire intérieur en se disant qu'à chaque fois qu'il la voit, il s'en prend - littéralement - plein la gueule. Et puis, elle observe pendant quelques secondes. Ses mains se serrent convulsivement. Et, sans qu'elle ne contrôle rien, ces dernières se jettent sur le haut d'Adamska, formant des poings et le rapprochent d'elle. Leur visage sont maintenant à quelques centimètres l'un de l'autre. L'agent l'observe. Elle a l'impression que cela dure pendant des heures mais à peine quelques secondes sont passées quand elle finit par l'embrasser, passant l'un de ses bras autour de son cou pendant que l'autre reste accrocher à sa chemise. Cette dernière finit par se glisser dans le dos du journaliste, passant en dessous du vêtement et griffant la peau. Elle ne contrôle rien, mais elle le veut tellement. Cette tension entre eux a enfin explosé. Anya n'est pas encore sûre de savoir comment tout ça va finir mais, elle ne résiste pas. Elle a besoin de ça, besoin de libérer tous ces sentiments qu'elle a en elle. Espérons qu'Adamska n'ait pas l'envie de lui foutre un poing dans la gueule aussi...



_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Il l'avait insultée, l'avait accusée de le mettre en danger, lui avait tout reproché alors qu'il était tout aussi fautif. Il s'était laissé submerger par ses émotions au point de l'embrasser et à présent il le regrettait. Il n'était pas du genre à s'emporter de la sorte, il était plutôt du genre à garder les choses pour lui, à encaisser en silence sans réagir. Il aurait mieux fait de fermer sa gueule et de rentrer chez lui. Faire comme lors de sa rupture avec Ellie, encaisser et fermer sa gueule, être lâche comme toujours, comme il savait si bien le faire...
Mais avec Anya c'était différent. Peut être qu'il avait atteint le point de non-retour, qu'elle l'avait frappé au mauvais moment, que c'était le coup de trop ? Ou alors c'était peut être tout simplement elle qui avait provoqué ça ? Toute cette tension accumulée qui avait finalement éclatée ?
Non, il ne s'expliquait pas cette réaction.

Adamska commençait à se diriger vers la porte de l'appartement, encore sous le choc de ce qu'il venait de se passer. Il ne comprenait pas ce qu'il venait de faire. Non, il avait beau cherché, il ne trouvait pas d'explication à ce geste. Bon, il l'avait embrassé, ça c'était plutôt clair mais il ne parvenait pas à comprendre pourquoi, d'autant plus qu'ils étaient en train de se prendre la tête juste avant et qu'elle lui avait mis une droite. Il n'y avait aucune raison qui ait pu le pousser à faire ça.
Non, vraiment, ça n'avait aucun sens pour le journaliste.

Il sentit soudainement les mains d'Anya se refermer sur lui et le retourner pour le forcer à lui faire face. « Tu vas vraiment partir ? Comme ça ? Putain, assumes tes actes pour une fois, merde ! » Adamska ouvrit la bouche pour répliquer, lui expliquer qu'il ne savait vraiment pas comment elle réagirait, qu'il avait eu peur de sa réaction -il avait pris assez de coups de sa part pour savoir qu'elle pouvait être violente– mais sans qu'il s'y attende, elle le repoussa en arrière, son dos heurtant le mur et lui faisant pousser un bref grognement. Il s'apprêta à répliquer cette fois mais elle le coupa, levant sa main pour le frapper une nouvelle fois au visage.
Adamska resta un moment immobile, le visage penché sur le côté suite à la baffe de la jeune femme, encore sous le choc. Le coup n'avait pas été aussi violent cette fois, comme si elle avait voulu lui remettre les idées en place. Mais bordel c'était quoi son problème ? Est ce qu'elle réglait tous ses conflits de cette façon ?  

Ils restèrent un moment immobiles, silencieux à se regarder dans le blanc des yeux. Le journaliste ne comprenait vraiment pas ce qu'il se passait entre eux. Il ne parvenait pas à s'expliquer pourquoi il l'avait embrassée, mais ce qui le torturait encore plus c'était de savoir pourquoi elle l'avait retenu. Il sentait bien que ce baiser était différent, que ce n'était pas un simple baiser irréfléchi et qu'il y avait autre chose derrière ce geste. Il avait toujours trouvé Anya attirante mais il ne s'était jamais imaginé en arriver là avec elle.
Pourtant, à ce moment précis, alors qu'elle était collée à lui et qu'il la dévorait des yeux, tout ce qu'il voulait c'était l'embrasser à nouveau. Quitte à s'en reprendre une, il était prêt à prendre ce risque.

Les mains d'Anya se serrèrent pour venir s'accrocher à la chemise d'Adamska, la rapprochant de lui, collant sa poitrine contre son torse, leurs visages ne se trouvant plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Le journaliste restait toujours silencieux, le regard presque hagard, attendant de voir quelle serait la réaction de la jeune femme. Est ce qu'allait à nouveau lui en mettre une ? Ce ne serait pas étonnant, mais... Non. A voir son regard, la façon dont elle le regardait elle aussi, elle ne comptait pas le frapper.
Sans prévenir elle vint passer l'un de ses bras autour de son cou, son autre main glissant dans le dos d'Adam alors qu'elle venait presser ses lèvres contre les siennes alors qu'il restait immobile, sous le choc. Le journaliste poussa un grognement en sentant les ongles de la jeune femme s'enfoncer dans son dos, le réveillant et il réagit enfin, répondant à son baiser et l'embrassant en retour. Il passa ensuite un de ses bras autour de la taille d'Anya, la serrant encore un peu plus contre lui alors que sa main libre venait passer sur sa nuque.

Au bout de plusieurs secondes, il écarta son visage de quelques centimètres de celui de la jeune femme, lui lançant un léger sourire avant de murmurer un « On est en train de faire une énorme connerie. » Contre ses lèvres et de recommencer à l'embrasser, avec plus d'entrain cette fois.
Comment deux personnes qui semblaient se détester autant pouvaient en arriver là ? C'était complètement stupide, irréfléchis, voir inconscient mais il s'en fichait. Le temps des conséquences et des questions viendrait plus tard.

Il fit descendre ses mains le long du dos d'Anya, jusqu'à ses fesses avant de les agripper et de la soulever pour la porter jusqu'au canapé non loin. Il la laissa doucement retomber dessus, se retrouvant allongé au dessus d'elle et l'embrassa une nouvelle fois, son sourire s'agrandissant à mesure qu'il continuait à martyriser ses lèvres.

Au bout de plusieurs secondes il libéra à nouveau ses lèvres, le souffle court et son cœur tambourinant dans sa poitrine. Il déposa un bref baiser sur ses lèvres, puis sur le coin de sa bouche avant de descendre lentement jusqu'à son cou, continuant d'y déposer de brefs baisers tout en glissant une de ses mains sous son t-shirt, la remontant lentement jusqu'à sa poitrine, caressant sa peau, l'effleurant du bout des doigts, retenant un sourire à chaque fois qu'il pouvait la sentir frissonner.

Il remonta son visage à hauteur de celui d'Anya, laissant son regard se perdre dans celui de la jeune femme, comme pour y trouver une explication, un sens à ce qu'ils faisaient mais il n'y trouva rien d'autre que la même envie que lui. Tous ses doutes s'étaient envolés en quelques secondes envoyant ce regard. Aucun d'entre eux ne savait ce qu'il faisait. Ils agissaient tous les deux sans réfléchir, sans penser aux conséquences que ça pourrait avoir. Ils avaient juste cette envie, ce besoin l'un de l'autre.

Le journaliste vint presser un peu plus son corps contre celui d'Anya, se collant à elle, faisant lentement descendre ses mains jusqu'à l'ouverture de son jean. Il se remit à embrasser ses lèvres, avec moins d'empressement, prenant son temps pendant qu'il déboutonnait le jean de la jeune femme, y glissant une de ses mains.



by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Le journaliste pousse un grognement quand elle lui griffe le bas du dos et ça envoie des frissons le long du corps de la jeune femme. D'un coup, elle sent un bras autour de sa taille et elle en profite pour se rapprocher, si c'est possible, du jeune homme avant qu'il ne réponde au baiser, serrant la jeune femme contre lui si c'est possible. Puis, elle sent l'autre main de son vis-à-vis qui serpente jusqu'à sa nuque, crochetant son visage au sien. Anya n'est pas en reste et accentue sa prise dans le dos du jeune homme, griffant à nouveau son dos. Elle n'est pas du genre à se laisser faire. Pas avec Adamska en tout cas. Leur relation a toujours été une relation de force, de défie et ça ne changera pas parce qu'il couche encore, bien au contraire. Ils seront peut-être toujours dans ce cas-là et ça ne dérange pas la jeune femme. Bien au contraire. Même si elle ne le reconnaît pas, elle apprécie le jeune homme qui se permet de lui tenir tête. Habituellement, quand elle montre son caractère de feu - de merde certains diraient mais concrètement, elle les emmerde - les gens se plient sous sa volonté, excepté Ava mais, bien sur, elle respecte et apprécie assez la jeune femme pour ne pas la traiter comme cela. Mais avec Adamska... Non, leur relation resteraient sûrement toujours dans ce rapport de force.

Au bout de plusieurs seconde, il finit par écarter son visage de quelques centimètres de la jeune femme, lui lançant un léger sourire qu'elle ne sait pas interpréter avant de murmurer doucement contre ses lèvres. « On est en train de faire une énorme connerie. » Anya a un sourire en coin, totalement d'accord, mais elle n'est pas prête à arrêter cette folie. Elle n'est pas prêt à arrêter les choses, pas maintenant. Elle a besoin de ça. Elle ne peut pas tout envoyer balader et elle ne pense pas qu'Adamska soit prêt non plus. Et le baiser donné avec plus d'entrain qui suit la phrase lui confirme les choses. Elle ne peut s'empêcher de sourire dans ce baiser. Ouais, ils font une putain de connerie mais elle le veut et ça, ça lui fait peur car elle n'a jamais voulu autant quelqu'un. Bien sûr, elle aime Hannibal et Winter, elle les veut, souvent, tout le tempe. Mais avec Adamska... C'est quelque chose de plus primal, de plus profond, quelque chose qu'elle ne contrôle pas et, depuis longtemps, elle veut contrôler les choses. Mais le journaliste bouscule son univers, enlève la normalité qui entoure son délicieux cocon et, merde, elle adore ça d'un certain côté comme elle aimerait le tabasser de la déranger à ce point. Mais là, tout de suite, maintenant, elle s'en fiche. Elle veut juste continuer ce baiser qui embrase ses reins, lui envoie des frissons partout. Peu importe les conséquences, elle veut ça.

Puis, les mains du journaliste descendent le long du dos d'Anya jusqu'à ses fesses qu'il agrippe avant de la soulever. La jeune femme est prête à arrêter le baiser pour lui indiquer sa chambre mais elle sent le canapé en dessous d'elle et elle soupire. Ouais, bien mieux. Le lit est trop loin de toute façon. Il l'embrasse une nouvelle fois et elle peut le sentir sourire à travers leur baiser. Elle lui mord la lèvre en représailles. Elle ne sait pas s'il se moque de lui, mais elle préfère anticiper - comme toujours avec le jeune homme, en fait.

Au bout de quelques secondes, il libère enfin ses lèvres martyrisées, le souffle court autant qu'elle. Elle peut sentir son corps se réveiller à chaque endroit ou leur corps est en contact. La tension entre eux est électrique amenant une ambiance lourde entre eux, empêchant un peu plus Anya de se respirer normalement. Leur regard s'affrontent quelques instants avant qu'il ne dépose un bref baiser sur ses lèvres, sur le coin de sa bouche, son cou. La jeune femme sent son souffle s'accélérer et un gémissement passe la barrière de sa bouche. Ses mains se relèvent automatiquement plongeant dans la chevelure d'Adamska dont une des mains se glisse sous son t-shirt, la remontant lentement et l'agent du SHIELD attend impatiemment qu'elle atteigne son but. Quand sa main caresse sa poitrine, l'effleurant, la taquinant, Anya gémit à nouveau, des frissons parcourant son corps, et l'une de ses mains glissent dans le cou du journaliste dont la bouche continue de s'occuper de son cou. Puis, elle pousse un gémissement de frustration quand il remonte en face du visage de la jeune femme, laissant son cou à l'abandon. Il plonge son regard dans le sien et elle en profite pour essayer de reprendre son souffle, en vain. Elle l'observe et fronce les sourcils avant de pencher légèrement la tête sur le côté. Quoi ? Il n'allait quand même pas s'arrêter d'un coup, comme ça et la laisser avec cette putain d'envie qui lui brûle les reins, n'est-ce pas ?

Puis, le journaliste presse son corps contre celui d'Anya qui gémit à nouveau alors qu'il descend ses mains jusqu'à l'ouverture de son jean. « Hn, oui... », dit-elle dans un murmure. Elle n'est même pas sûr qu'il l'ait entendu mais elle s'en fiche, complètement. Elle veut juste qu'il continue ce qu'il fait. Lâcher prise est parfois grisant, bien plus que de prendre le contrôle de la situation et la jeune femme s'en rend compte maintenant qu'Adamska est au dessus d'elle et ça lui fait peur. Elle a envie de le repousser, de l'envoyer bouler sur le sol car, putain, elle n'a pas envie de se laisser aller - pas avec lui. Elle a l'habitude de laisser Hannibal gérer les choses mais là, ce n'est pas Hannibal. Mais elle en a envie. Son esprit et son corps se font une bataille mentale. Ça ne dure que quelques secondes, elle n'est même pas sûre que le journaliste ait remarqué sa bataille intérieure mais le baiser d'Adamska lui permet de prendre sa décision. Au diable ce putain d'esprit et cette envie de prendre le contrôle ! C'est trop bon, trop intense, pour continuer à se battre. La main du jeune homme se glisse à l'intérieur de son pantalon et un gémissement d'anticipation échappe à Anya. Oui, elle veut tellement ça...

Mais elle décide de prendre les choses en main à son tour. Continuant le baiser y répondant avec entrain, mordant la lèvre inférieure du journaliste, les mains de la jeune femme remonte le long du torse d'Adamska avant de commencer à déboutonner sa chemise. Mais ça prend trop de temps alors elle décide dans un grognement d'arracher les boutons avant de poser ses mains sur sa peau. Elle pousse un soupir de contentement. Bien mieux... Sa bouche rompt le baiser avant de s'attaquer sa cou : mordant, léchant, embrassant. Ce n'est pas délicat, ça ne l'est jamais avec Anya : jamais au début du moins. Et puis, leur relation ne l'a jamais été alors pourquoi ce serait le cas durant le sexe ?

Ses mains entourent son cou où reste son visage qui continue de s'activer contre la peau du journaliste et ses jambes s'accrochent autour de la taille de son vis-à-vis. Quand elle sent la main s'infiltrer un peu plus dans son jeans, elle se cambre contre l'homme, lâchant un gémissement. Elle le repousse doucement et, avant qu'il puisse se faire des idées, elle lui sourit en coin, malicieuse et enlève son haut ainsi que son soutien-gorge, en profitant pour enlever complètement la chemise d'Adamska avant de se recoller à lui, frottant sa poitrine contre son torse dans un soupir de plaisir, se cambrant. Sa voix s'élève dans un murmure et, putain, elle déteste supplier mais c'est ce qu'elle fait. Elle ne peut le nier. « Plus, s'il te plait... Plus... » Un nouveau soupire lui échappe avant que ses mains ne s'attaque au pantalon du journaliste, défaisant la ceinture, le bouton et la fermeture éclair. Sa main plonge à l'intérieur du jeans attrapant la virilité du jeune homme qu'elle caresse doucement avec un sourire malicieux aux lèvres. « Il n'y a pas de raison à ce que je sois la seule à en profiter. » Qui a dit qu'elle allait se laisser faire jusqu'au bout ?


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Une énorme connerie... Ces trois mots résonnaient sans cesse dans le crâne d'Adamska à mesure que les secondes passaient et qu'il continuait de martyriser les lèvres d'Anya.
Les mains de la jeune femme remontèrent sur son torse, lui ouvrant sa chemise d'un geste sec, en arrachant les boutons et le tirant brusquement de ses pensées. Elle le repoussa doucement, lui lançant un sourire en coin auquel il répondit par un grognement satisfait.

Oui, ils faisaient probablement une énorme connerie mais à voir ce sourire sur le visage d'Anya et la façon dont elle le regardait elle avait tout aussi envie que lui de faire cette connerie. Elle aussi avait cette envie, ce besoin de ça, peut importe ce que ça signifiait ou les conséquences qui en découleraient.

La jeune femme retira rapidement ses vêtements, pressant sa poitrine contre le torse déjà brûlant du journaliste, lui tirant un nouveau grognement avant qu'elle ne murmure un « Plus, s'il te plait... Plus... » Qui provoqua un sourire chez le brun qui enfouit une nouvelle fois son visage dans le cou de la jeune femme pour l'embrasser alors qu'elle se cambrait un peu plus contre lui.
Ses mains descendirent jusqu'à son pantalon, défaisant sa ceinture avec des gestes empressés, avant d'y plonger sa main pour se saisir de sa virilité, le faisant pousser un soupir rauque contre son cou qu'il mordilla légèrement avant de se presser un peu plus contre elle alors qu'elle soufflait un « Il n'y a pas de raison à ce que je sois la seule à en profiter. »

Il la laissa jouer avec lui, soupirant bruyamment tout en plongeant un peu plus son visage dans le cou d'Anya, s’enivrant de son odeur et de ses frissons à chaque nouveau baiser qu'il y déposait, s'abandonnant un peu plus à chaque seconde qui passait.
C'était erratique, sauvage, irréfléchis mais c'était exactement ce qu'ils cherchaient, ce qu'ils voulaient tout les deux. Ils n'avaient jamais été subtils ou réfléchis entre eux et ça n'était pas à ce moment qu'ils allaient changer.

Au bout de longues secondes, après une énième morsure, Adamska lâcha un « Anya... » Dans un soupir rauque contre sa peau, prenant un instant pour reprendre ses esprits et inspirer une dernière fois l'odeur de la jeune femme et remonta son visage à hauteur de celui d'Anya, y déposant un baiser plus langoureux, prenant son temps cette fois. Gardant ses lèvres contre celles d'Anya, les effleurant à peine, il poussa un nouveau soupir tout en souriant et glissa le plus lentement possible ses mains jusqu'à la taille de la brune, les arrêtant au niveau de sa ceinture qu'il défit tout aussi lentement avant d'en faire de même avec son jean et son dernier vêtement.

Il plongea son regard dans celui d'Anya, s'y perdant pendant un instant, comme pour y chercher un sens à ce qu'ils faisaient avant de saisir l'une des mains de la jeune femme dans la sienne, entremêlant leurs doigts et la serrant fermement avant de presser son bassin contre le sien en soupirant bruyamment.

Pour la première fois, il avait l'impression d'être sur un pied d'égalité avec la jeune femme. Ils en étaient en même point. Aucun des deux ne savait ce qu'il faisait, pourquoi il le faisait mais ils avaient cette même envie, ce même désir. Ils avaient lutté au début, comme s'ils cherchaient un sens à tout ça mais Adamska n'avait pas trouvé d'explication et Anya ne semblait pas l'avoir trouvée non plus. Ils n'avaient que ce besoin de l'autre.
Le temps des questions et des explications, s'il y en avait, viendrait plus tard. A cet instant précis ils ne pensaient à rien d'autre qu'à l'autre, qu'à cet échange. Il n'y avait que ce moment qui comptait.

Il déposa un premier baiser sur les lèvres de la jeune femme, les effleurant à peine puis il en déposa un deuxième à peine plus long et vint finalement l'embrasser longuement avant de reculer son visage de quelques centimètres avant de venir le plus lentement du monde en elle, poussant un soupir rauque. Il déposa un dernier baiser tremblant, erratique au coin des lèvres d'Anya avant d'enfouir à nouveau son visage dans sa chevelure, s'y perdant, s'abreuvant de ses soupirs et des frissons qu'il pouvait sentir parcourir son corps avant de se reculer et de se perdre une nouvelle fois en elle tout en soupirant bruyamment.



by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Il se presse contre elle, contre sa main et Anya ressent un sentiment de joie et de satisfaction de savoir qu'elle est responsable de cette réaction. C'est elle qui le met dans cette état, le faisant soupire bruyamment alors qu'il plonge un peu plus son visage dans le cou de la jeune femme. La respiration d'Adamska qui se répercute sur sa peau lui envoie des frissons, telle une vague qui réchauffe son corps. Doucement, des baisers sont déposés sur son cou alors qu'elle accélère la vitesse sur sa virilité. Elle a envie qu'il se sente aussi bien qu'elle même si elle entend une voix dans sa tête qui hurle qu'ils ne devraient pas, que tout ça va les emmener dans une situation dont ils ne pourront jamais s'extirper. Mais, là, ce n'est pas son esprit qui la guide, bien au contraire, c'est son corps qui hurle pour plus, plus, plus. La chaleur montait, sa respiration s'accélère et Anya n'a qu'une envie : aller plus vite, plus loin. Elle veut que ce soit plus brute, plus sauvage. Comme leur relation l'a toujours été, pense-t-elle avec un sourire.

Une morsure dans son cou lui amène un gémissement sonore et, en représailles, elle lui fait subir le même supplice, allant presque jusqu'au sang. Elle pense quasiment avec fierté qu'il va avoir une marque difficile à dissimuler. Ce n'est pas qu'elle soit possessive, elle ne l'a jamais été – sauf avec Winter et Hannibal, bien sûr – mais elle ressent toujours une espèce de fierté mal placée à voir les marques des ébats qu'elle a avec ses amants sur leurs corps. C'est sûrement dû au fait que c'est une manière pour elle d'avoir le pouvoir, comme elle ne l'a jamais eu avant, montrer que c'est elle qui a dominé, qui a choisi d'avoir cette relation – même d'un soir. « Anya... » Le soupire rauque d'Adamska contre sa peau fait gémir à nouveau la jeune femme avant qu'il n'inspire une dernière fois l'odeur de sa peau et ne relève son visage pour l'observer pendant quelques secondes. Il s'approche et dépose un baiser langoureux sur ses lèvres, prenant son temps. L'empressement a disparu et ils profitent de ce moment pour redécouvrir la bouche de l'autre. C'est sensuel – presque doux – et ça fait accélérer le cœur de la jeune femme qui répond au baiser. Finalement, il se recule, gardant ses lèvres contre celles de la jeune femme, juste assez pour les effleurer. Un nouveau soupire échappe au jeune homme et Anya lui répond. Sa main quitte sa virilité afin de caresser son torse. Adamska ne reste pas inactif et elle peut sentir ses mains descendre lentement le long de son corps avant d'atteindre sa taille – sa ceinture – provoquant un chemin de feu sur leur passage. Sa respiration s'accélère et elle avale difficilement sa salive alors que les mains du journaliste défont lentement son jeans et l'enlève – suivi de son sous-vêtement. Avec empressement, elle l'aide dans cette tâche et achève de lui enlever son pantalon à lui aussi.

Pendant un instant, ils se fixent comme pour trouver une raison à leur situation actuelle. Tout ça a vraiment tourné au bordel. Maintenant, ils sont nus comme le jour de leur naissance, sur le putain de canapé de la jeune femme. Doucement, la main d'Adamska attrape la sienne et, pendant un instant, elle pense qu'il lui attacher les mains. Quoi ? Il pourrait en profiter après tout ce qu'elle lui a fait subir. Mais, au contraire, il entremêle les mains et, sans qu'elle le veuille, ça touche Anya qui n'a pas l'habitude de ce genre de gestes tendres. Elle est plutôt du genre à coucher avec la personne et voir plus tard pour le côté câlin. Mais là... Elle sent que c'est différent et son cœur s'accélère face à son geste. Mais elle n'a pas la le temps de s’appesantir dessus car le bassin du journaliste se presse contre le sien et elle pousse un gémissement sonore avant de répondre, poussant ses hanches contre les siennes. Elle se fait l'impression d'être une droguée en manque : depuis combien de temps n'a-t-elle pas couché avec quelqu'un ? Sûrement trop longtemps... Ou peut-être se donne-t-elle cette excuse afin de ne pas penser à toutes les sensations qu'elle ressent avec Adamska. C'est peut-être mieux. Non, c'est mieux, se dit-elle alors que sa respiration se fait erratique. De doux baisers se déposent sur ses lèvres et elle rouvre les yeux qu'elle n'avait pas eu conscience de fermer. Mais un énième baiser – plus long, plus profond – lui fait à nouveau fermer les yeux. Ses bras s'accrochent au cou du journaliste et elle approfondit leur étreinte. L'une des ses mains finit par se perdre dans ses cheveux bruns avant que l'autre ne se pose au creux de ses reins, voulant accompagner le geste du bassin de l'homme. Mais il s'écarte et elle pousse un gémissement de répit, essayant doucement de le retenir alors qu'il s'écarte pour l'observer. Lentement – trop lentement au goût d'Anya – il rentre en elle et un son rauque échappe à la jeune femme, accompagnant celui de son partenaire. Il dépose un dernier baiser tremblant au coin de ses lèvres  mais elle ne le remarque même pas, trop pris dans les sensations. Le visage du journaliste se perd dans le cou de la jeune femme qui sent des frissons parcourir sa peau. Il se perd une nouvelle fois en elle. « Han, Adamska... » Ses mains s'accrochent autour des épaules d'Adamska, alors qu'elle pose son front contre son épaule, soupirant et écartant les jambes un peu plus pour lui laisser plus de place.

Il appuie de tout son poids sur elle et elle peut sentir sa respiration s’accélérer mais ce n'est pas à cause de l'excitation – ou, en tout cas, pas seulement. Elle sait qu'elle ne supporte pas d'être ainsi écrasé, lui rappelant trop de mauvais souvenirs. D'un mouvement de hanche, elle roule avec lui, les faisant tous les deux tomber sur le tapis moelleux – heureusement pour le dos d'Adamska. Un peu rire échappe à Anya avant qu'elle ne relève sa tête de son cou et de lui jeter un regard pétillant de malice. « Désolée... » Elle se redresse, prenant appuie sur le torse du journaliste et commence doucement des mouvements du bassin, plongeant son regard dans celui de son vis-à-vis alors que sa respiration s'accélère. Elle prend le pouvoir, elle ne peut pas s'en empêcher. Ses mains parcourent doucement son torse mais quand elle voit le visage de son partenaire, pris dans le plaisir, elle ne peut pas s'empêcher de se pencher avant de l'embrasser fougueusement. Elle l'attrape par les épaules et l'aide à se redresser afin de se serrer contre lui, collant sa poitrine contre la sienne. Elle continue de l'embrasser et gémit d'une voix rauque à nouveau, lui faisant basculer la tête en arrière. « Oui, Adamska... Je... Juste... Là... » Ses bras se serrèrent autour de ses épaules. « S'il te plaît, plus, s'il te plaît... » Qu'il en profite... Elle ne le suppliera peut-être jamais plus comme ça.


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
That's where you're wrong
Ft. Anya Voltchkov
Il revint une nouvelle fois se perdre en elle en soupirant bruyamment, le visage toujours enfouit dans la chevelure de la jeune femme alors qu'elle appuyait son front contre son épaule en soupirant, électrisant un peu plus ses sens.

Sans prévenir, Anya le fit basculer d'un mouvement de hanche, les faisant tous les deux tomber du canapé. Son dos heurta le sol, lui faisant pousser un bref grognement et il resta un moment immobile, les yeux fermer alors qu'elle lâchait un petit rire.
Elle retira son visage de son cou, le faisant rouvrir les yeux et il secoua doucement la tête face à son sourire et au « Désolée... » Qu'elle lui souffla. Il lâcha à son tour un petit rire tout en lançant un regard navré à la jeune femme.

Pourquoi est ce qu'elle avait fait ça ? Est ce qu'elle avait tenté de le repousser ? Non, ça n'avait pas de sens, elle n'aurait pas lâchée ce rire et ne serait pas excusée.
Il n'eut pas le temps de pousser son questionnement, la jeune femme s'appuyant sur son torse pour se redresser, lui tirant un nouveau soupir rauque.

Ses mains glissèrent jusqu'aux hanches d'Anya, puis jusqu'à ses fesses qu'il agrippa pour la serrer un peu plus contre lui. Il vint capturer ses lèvres dans un baiser passionné quand elle se pencha vers lui tout en remontant une main jusqu'à la nuque de la jeune femme.

C'était irréfléchi, désordonné, dénué de rythme. Parfait. Et à mesure qu'il cessait de réfléchir, qu'il s'abandonnait pour ne faire plus qu'un avec elle, Adamska se rendait de plus en plus compte qu'elle était la première personne avec laquelle il ressentait ça.

Un énième soupir lui échappa quand elle passa ses mains sur ses épaules pour l'aider se redresser, pressant sa poitrine contre son torse tout en continuant de l'embrasser avec la même ardeur.
Son visage glissa jusqu'à son cou alors qu'elle basculait sa tête en arrière en gémissant, le faisant frissonner et il se pressa un peu plus contre elle. « Oui, Adamska... Je... Juste... Là... » Ses bras se serrèrent un peu plus autour des épaules du journaliste qui quitta le cou d'Anya pour appuyer son front contre le sien. « S'il te plaît, plus, s'il te plaît... » Ses lèvres s'étirèrent en un sourire et il déposa un bref baiser sur ses lèvres, les effleurant à peine avant de se presser encore plus contre elle, accompagnant son mouvement de bassin dans un grognement sonore.

Il n'arrivait pas à se sortir de la tête qu'ils faisaient une énorme connerie et qu'ils finiraient par regretter ce qu'ils étaient en train de faire. C'était évident. Ils avaient tous les deux agis sur un coup de tête, n'avaient fait que suivre leur instinct, leur envie mais ils le regretteraient.
Leur situation, le fait qu'ils couchent ensemble, tout ça était complètement absurde et dénué de sens. Même en se faisant tous les scénarios possibles dans sa tête il ne parviendrait pas à comprendre comment ils en étaient arrivés là. Ça n'avait tout simplement aucun sens.

Adamska revint appuyer son front contre celui d'Anya, plongeant son regard dans le sien afin de ne rien manquer. Il pouvait tout percevoir. Des frissons qui la saisissait à son cœur qui tambourinait dans sa poitrine, à l'unisson avec le sien.

Il se pressa une dernière fois contre son corps, se perdant en elle et se figea dans un soupir rauque avant de s'immobiliser un moment, ses bras entourant toujours le corps d'Anya comme si elle était la dernière chose qui lui importait avant de se laisser lentement retomber sur le dos, ses bras enserrant toujours le corps de la jeune femme allongée sur lui.
La respiration lourde, tremblante et son cœur à deux doigts d'exploser, il ferma les yeux le temps de retrouver un semblant de calme et vint presser doucement ses lèvres sur le front de la jeune femme.



by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

Anyaska ♦ That's where you're wrong [NC-17]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]
» lito / i'm weak. and what's wrong, with that?
» what's wrong with a little chaos ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-