Partagez | .
 

 KIMMY ·· a place for you and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
a place for you and me
kimmy #1


 
Jimmy fut secoué d'un sanglot piteux, allongé sur le lit qu'il partageait, il n'y a pas si longtemps, avec son petit ami Andrew. En position fœtale, il tenait entre les mains un vieux sweatshirt ayant appartenu à son copain. Il était le cliché type de l'adolescente épleurée, abandonnée à l'autel, lâchée pour une autre. Aucune des propositions précédentes n'était la raison de leur rupture, cependant – de leur break, comme ils l'avaient plutôt appelé. Jimmy était un mutant, et Andrew venait de le découvrir. Les choses ne s'étaient pas bien passées. Parce qu'il avait menti à son amant ? Ou parce que celui-ci avait perdu la moitié de sa famille à cause des mutants ? Les raisons cachées restaient un mystère pour le rouquin. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il se retrouvait dans un appartement vide, sur un lit vide, avec juste ses yeux pour pleurer. Et ce n'était pas bon.

C'était la première peine de Jimmy – la vraie, la grande peine. La première fois que son cœur se brisait. Il avait eu la vie facile, avant ça. Des amis, une famille aimante, des études sans anicroche. Aussi, il ne savait pas comment réagir face à tout ça. Il n'avait aucune expérience en ce qui concernait reprendre sa vie en main. Les assiettes sales traînaient un peu partout, et il portait les mêmes vêtements depuis trois jours. Il était prostré sur ce lit la majeure partie de la journée, finissait toujours par boire un peu trop de bières pour son bien, et dessinait des horreurs sans queue ni tête comme un petit émo prépubère. Un déchet. Et alors qu'il chialait dans les manches de ce sweat, comme la veuve éplorée, il décida soudain que c'était assez. Jimmy était une victime depuis déjà une semaine, enfermé à double-tour dans son appartement. Il était temps d'affronter le monde extérieur. Appeler Teddy, boire un verre, sortir en boîte : prendre l'air ! Il jeta le vêtement loin du lit, loin de sa vue, et se redressa sur ses deux pattes, affichant l'air le plus décidé de l'univers. Finalement, son nez remua, et il sentit le col de son tee-shirt avec dégoût. Une douche, avant, ne serait sans doute pas du luxe. Il se déshabilla rapidement, enjambant le bordel qui traînait sur le plancher, et fila sous l'eau brûlante, réparatrice. Il en sortit dix minutes plus tard – c'était le temps nécessaire pour bien nettoyer toute cette crasse et cette tristesse – pour revêtir des habits propres : un jean noir et un tee-shirt Batman. En sortant, il jeta un dernier coup d’œil au désordre de son appartement, et poussa un petit soupir. « Quand je rentre, je range tout ! » se promet-il. Puis Jimmy dévale les escaliers, pousse le battant de l'immeuble, et embrasse l'air frais.

Le vent. Le putain de vent qui va à mille kilomètres heures et l'empêche quasiment de bouger. Quelle chouette idée il a eu, de sortir sans consulter la météo. Cette foutue tempête le convainc presque de rentrer chez lui ; il sait que Teddy ne sortira pas avec ce temps. Mais il est plus déterminé que les forces de la nature, et il réussit quand même à entrer dans un petit café. Il a amené son carnet de croquis – il est temps de dessiner autre chose que des pierres tombales et des corps décapités – et son casque, il va écouter un peu de musique, reconnecter avec ses passions, et ça ira mieux. Le plus important, c'est de se changer les idées. Alors il commande un chocolat chaud, prend place sur une table près des fenêtres, et lance Royal Blood pour l'aider à se concentrer, alors qu'il affûte un de ses crayons à papier. Le serveur lui apporte le chocolat, la pointe du crayon glisse sur la feuille blanche, et cette inconnue s'assied devant lui, sans un mot, à fixer son travail. Ce n'est pas son genre, mais il perd patience, et ôte son casque. « Il y a un problème ? » fait-il, plutôt sèchement. Elle est jolie, et a l'air réellement admirative de son coup de crayon, ce qui le fait reconsidérer son accroche un peu froide. Il la regarde plus en détail, puis baisse les yeux vers son chocolat chaud. « Désolé. Je voulais pas être agressif. » Il offre un sourire à l'inconnue, et désigne les traits bigarrés des rues venteuses de New-York qu'il était en train de coucher sur papier. « Tu aimes ? » Il n'y a jamais rien eu de plus gratifiant, pour lui, que les compliments sur son travail. Bien qu'il doute encore que ce talent si particulier soit le sien, ou celui d'un autre qu'il n'aurait que copié, si souvent, qu'il en aurait absorbé les tenants et les aboutissants.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 482
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
a place for you and me


Il fait froid. Et je ne peux pas m'empêcher de penser que je serais bien mieux devant la cheminée de l'institut plutôt que là, dans les rues de New-York, à resserrer mon manteau autour de moi parce que j'ai l'impression que l'air frais se faufile dans la moindre faille. J'aurais du écouter Tornade, et prendre mes gants. Il faut toujours faire confiance à Tornade, quand il s'agit de météo, je devrais le savoir, après toutes ces années. Il faut toujours que je fasse ma tête de mule. J'accélère légèrement le pas, me fondant parfaitement dans la foule qui parcourt les rues de la grosse pomme. Je sais que cette mission a de l'importance. Elles en ont toujours... Mais j'aurais aimé que Xavier choisisse quelqu'un d'autre, et il le sait. C'est bien pour ça qu'il m'a envoyée, d'ailleurs. Au cours de la semaine, j'ai eu deux autres recrutements à faire, et les deux se sont soldés par des échecs cuisants. Comme tout le monde, j'ai horreur de ne pas réussir. Surtout quand il s'agit de convaincre des gens que l'institut peut les aider, et qu'ils peuvent abandonner leurs vies compliquées pour une autre, où ils auront un véritable rôle à jouer. J'ai toujours l'impression qu'on ne peut refuser une telle chose. Mais visiblement, si. Bien sûr, les autres m'ont rassurée, répétant que certaines personnes ne veulent simplement pas être aidées et qu'on ne peut rien faire pour elle. Je sais qu'ils ont raison, bien sûr. Mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est de ma faute. Que peut-être, je ne m'y suis pas prise de la bonne façon, et qu'à cause de moi, ils vont rester dans leurs vies tristes, celles où personne ne les accepte ou les comprend. Je sais que c'est à cause de choses comme ça que certaines personnes très puissantes peuvent très mal tourner. Je me sens responsable.

Je ne voulais pas être responsable d'un nouvel échec. Je ne voulais pas retourner à New-York pour courir de nouveau après quelqu'un qui me dirait qu'il préfère que je le laisse tranquille. Mais Xavier a insisté, m'a dit que le mutant avait mon âge, et qu'il ne voyait personne d'autre réaliser cette mission-là. Il m'a dit qu'il avait confiance en moi, qu'il savait que j'étais capable de trouver les bons mots, de montrer la voie. Alors j'ai levé les yeux au ciel, j'ai soupiré, et je suis partie étudier le dossier, parce que Xavier sait y faire, pour vous convaincre que vous êtes capable de déplacer des montagnes. Tout ce que j'espère, c'est que tout ne va pas foirer cette fois encore. Sinon je jure que je ne sors pas de l'institut avant un bon moment. Je tourne à l'angle d'une rue et voit que le garçon entre dans un café. Bon, au moins, il a une bonne tête, c'est déjà un bon point. Je reste dehors quelques minutes, à souffler sur mes mains pour les réchauffer, afin qu'il ne se rende pas compte que quelqu'un le suit. Au bout d'un moment, j'entre à mon tour dans l'établissement et me range dans la queue qui attend à la caisse pour commander un chocolat chaud. Je balaie la salle du regard, et ne met pas longtemps à repérer le mutant. Il est assis près d'une des fenêtres, et est penché sur une feuille blanche. Il a l'air d'être en train de dessiner.

Ma tasse est brûlante dans ma main quand je traverse la pièce et vient m'asseoir en face de lui, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Ne pas manquer de confiance en soi, c'est l'une des clés. Pendant un moment, le jeune garçon ne dit rien, et continue à dessiner, sous mes yeux fascinés qui suivent la pointe du crayon des yeux. J'ai toujours beaucoup admiré les gens qui dessinent bien. Et il faut croire que ce mec-là a vraiment un don. Bien sûr, il me vient à l'esprit que peut-être, c'est du à son pouvoir. Mais pouvoir ou pas pouvoir, j'accrocherais bien son œuvre dans ma chambre, même si elle n'est pas finie. « Il y a un problème ? » fait-il finalement, relativement excédé. Mais ses yeux se font plus doux quand ils croisent les miens. Je lui offre un sourire léger, pour lui intimer que je ne suis pas là pour l'embêter. « Désolé. Je voulais pas être agressif. » Je hausse les épaules avec un nouveau sourire, plus franc celui-là. « Tu aimes ? » demande-t-il en me désignant son dessin. « Je trouve ça magnifique. » Et c'est sincère, vraiment. « Je trouve ça merveilleux de pouvoir dessiner comme ça. J'aurais aimé avoir ce talent... Mais on dirait toujours que je fais les même dessins que les gamins de quatre ans. » Je prends une gorgée de mon chocolat chaud, puis tends la main par dessus la table qui nous sépare. « Je m'appelle Kitty. » Puis j'ajoute : « Désolée d'avoir débarqué comme ça à ta table... C'était un peu creepy, je l'avoue. Mais ça fait plaisir de voir quelqu'un qui fait autre chose que regarder son téléphone. » Je lui désigne le reste de la salle du regard, où la plupart des gens sont penchés sur leurs écrans. « Et pour être honnête... Je ne suis pas là par hasard. » Je préfère lui annoncer directement. Inutile de mentir, il faut instaurer une confiance dés le début.

_________________

   - the beauty of the unexpected. -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
a place for you and me
kimmy #1


 
Elle devait avoir son âge, à quelques mois près. Ses joues étaient encore en chair, ses yeux avaient quelque chose d'innocent. Les cheveux lui tombaient en cascade sur les épaules. C'était beau, et ça ferait une belle touche pour un futur portrait, pensa Jimmy. Il continuait de dessiner, levant parfois les yeux vers elle, appliqué sans vraiment devoir faire d'effort. Quand il arrivait à représenter un paysage ou dresser un portrait sans même regarder sa feuille, Jimmy se doutait bien que son pouvoir entrait en jeu. Toutes ces vidéos de croquis matées sur YouTube, tous ces artistes de rue qu'il avait observé … Il avait appris leur savoir-faire. Emmagasiné leur talent, leurs compétences. Et il lui arrivait souvent de se demander s'il avait vraiment un don de dessinateur, ou si tout n'était dû qu'à sa mutation. « Je trouve ça magnifique. » répond-elle. Il sourit sans la regarder, appuie un peu plus sur la mine pour accentuer l'ombre. « Je trouve ça merveilleux de pouvoir dessiner comme ça. J'aurais aimé avoir ce talent... Mais on dirait toujours que je fais les mêmes dessins que les gamins de quatre ans. » Le rouquin lâche un petit rire sympathisant. Les enfants de quatre ans ont une note créative que beaucoup d'adultes n'ont pas, c'est donc plutôt une bonne chose, pour cette fille, finalement. Il voit le bout de ses doigts apparaître sous ses yeux, alors il lève la tête. Elle veut lui serrer la main. Il passe le crayon dans sa main gauche, et continue distraitement de tracer les contours du visage, tout en saluant officiellement la jeune fille. « Je m'appelle Kitty. » Il lui offre un sourire. Leurs mains se séparent, mais il ne baisse pas les yeux. Il n'en a pas besoin. Sa main gauche fait le travail toute seule, elle connaît le chemin. « Désolée d'avoir débarqué comme ça à ta table... C'était un peu creepy, je l'avoue. Mais ça fait plaisir de voir quelqu'un qui fait autre chose que regarder son téléphone. » Jimmy suit le regard de Kitty. En effet, la plupart des clients sont penchés sur leurs écrans. Même ceux qui sont venus en couple, ou avec des amis ! Cette habitude le dérange un peu, bien qu'il n'ait rien remarqué avant que la jeune fille ne le lui ait soufflé.

Il pousse un petit soupir devant ce triste spectacle, puis reporte son attention sur elle. Sa main droite vient accrocher l'anse de sa tasse, et il boit deux gorgées de chocolat chaud. La gauche peaufine les yeux. Pendant quelques courtes secondes, Andrew ne lui manque pas ; puis de son casque, qu'il a baissé autour de son con lorsque Kitty est venue s'asseoir face à lui, sortent les premières paroles d'une chanson de Say Hi, une chanson que son ancien petit ami lui avait fait découvrir. « Moi, c'est Jimmy. » dit-il soudain, pour se sortir les souvenirs de la tête. Il coupe sa musique brusquement, arrachant l'embout du casque de son téléphone. « Pour être honnête... Je ne suis pas là par hasard. » Il reporte son attention sur elle, un sourcil levé. Comment ça ? La main gauche de Jimmy s'arrête en plein mouvement. Il pose le crayon, intrigué. « Tu es là pour quoi, alors ? » La première idée qui lui vient, c'est qu'elle est une amie d'Andrew. Ou une collègue, ou une connaissance, ou une fille de St John à qui il a demandé d'aller voir Jimmy. Peut-être qu'il veut se remettre avec le rouquin, mais qu'il n'ose pas lui dire en face ? Ce serait bien le genre d'Andrew, de pas oser le dire en face. Il est encore blessé, mais il l'aime ! Oui, c'est sûrement ça. Les yeux de Jimmy brillent un peu trop. « C'est Andrew qui t'envoie, c'est ça ? » fait-il sur le ton de la confidence. Sa voix déraille et il sourit bêtement. Il savait que leur rupture ne pourrait pas durer. C'était idiot, c'était un mensonge un peu trop long, mais ils arriveraient à passer outre. Ils avaient toujours été bons dans l'adversité. « Je me doutais bien que les choses s'arrangeraient. » D'elle-même, la main gauche reprit le crayon à papier, continua son tracé, tandis que les yeux de Jimmy ne quittaient pas ceux de Kitty, plein d'espoir. Elle avait juste à dire oui. Si elle venait de sa part, les choses n'étaient pas perdues. Jimmy n'avait encore jamais rien perdu. Il ne voulait pas commencer sa liste de peines de cœur par le départ d'Andrew.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 482
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
a place for you and me


« Moi, c'est Jimmy. » Je souris, et bien sûr, j'ai très envie de lui répliquer que je connais déjà son prénom, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Je lui envoie un premier indice : je ne suis pas là par hasard. C'est là que les choses commencent. Soit il se méfie, soit il est curieux. Souvent, c'est soit l'un, soit l'autre. J'ai un moment d'appréhension, avant qu'il lève les yeux vers moi et pose son crayon sur la table. Maintenant, j'ai son attention complète, c'est une bonne chose… même si j'aurais bien aimé le voir terminer ce dessin. Qui sait, si les choses se passent bien, il le finira peut-être devant mes yeux? On va prier pour que les choses aillent bien. C'est typiquement le style de dessin que j'aimerais accrocher dans ma chambre. « Tu es là pour quoi, alors ? » Je lui lance un sourire, un poil mystérieuse, en cherchant les meilleurs mots, la meilleure façon de commencer à parler de tout ça. Difficile, quand il y a tant de choses à dire, très franchement. Je m'apprête à lui dire que quelqu'un de très important est à l'origine de ma présence ici, quand il demande : « C'est Andrew qui t'envoie, c'est ça ? » Un petit creux se forme entre mes sourcils. Andrew? Euh.. Alors là, j'avoue je suis un peu larguée. Je comprends alors qu'il est complètement en train de se fourvoyer sur les raisons de ma présence ici. Je vois dans ses yeux qu'il est rempli d'espoir, et j'ai envie de me foutre des claques. Merde, c'est pas bon, tout ça… Je ne suis pas là pour ce qu'il croit, il va forcément me rejeter après ça, quoi que je lui dise… Bon. « Je me doutais bien que les choses s'arrangeraient. » Il me fixe, attendant visiblement une confirmation à ce qu'il vient de dire, et je reste quelques secondes interdite. Il va avoir la déception de sa vie là, j'ai l'impression. Je n'aime pas être le vaisseau de la déception, très franchement.

Je me demande qui est Andrew. D'après mon instinct féminin, il doit être son petit ami, ou quelque chose qui s'en rapproche, mais je peux me tromper. J'affiche une moue désolée quand je lui dis, parce que là encore, inutile de mentir pour essayer de me le mettre dans la poche, « Je suis désolée, je ne sais pas du tout qui est Andrew. » Je pince les lèvres. Je suis presque déçue de ne pas connaître ce garçon, franchement. Jimmy a tellement d'étoiles dans les yeux et il est si plein d'espoir que j'aurais aimé arriver avec une bonne nouvelle. Je m'en veux presque de ne pas savoir ce qui se passe, et de ne pas pouvoir l'aider. « Désolée, j'aurais aimé arriver avec la nouvelle que tu attends mais… Je suis là pour tout autre chose... » Si la conversation se déroule bien, je lui poserai sûrement la question, pour Andrew. Savoir vraiment qui il est, et pourquoi Jimmy attendait autant qu'on lui dise que les choses allaient s'arranger. Je cherche ses yeux pour voir si j'y trouve de la tristesse, ou de la déception, et bien sûr, c'est ce que j'y vois. J'espère qu'il voudra toujours m'écouter après ça. Peut-être qu'il n'aspire à une seule chose : être seul? J'ai vraiment le chic pour arriver aux bons moments, franchement. « En fait, je viens avec ce qui pourrait être une autre bonne nouvelle pour toi. » J'insiste bien sur le pourrait, parce que j'ai appris à mes dépends que l'institut Xavier et une main tendue, ce n'est pas une bonne nouvelle pour tout le monde sur cette terre. « Je viens de la part d'un homme vraiment super cool, qui s'appelle Charles Xavier. » Je bois une gorgée de ma tasse de chocolat chaud. « Disons qu'il a remarqué un fort potentiel chez toi, quelque chose de spécial, et qu'il aimerait t'aider à le développer. A en connaître et gérer toutes les facettes. » Je lui lance un petit sourire. « Il l'a fait pour moi, et crois-moi, ma vie a changé, depuis. »

_________________

   - the beauty of the unexpected. -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
a place for you and me
kimmy #1


 
« Je suis désolée, je ne sais pas du tout qui est Andrew. » Oh. Oh.... Jimmy peine à cacher sa déception. Il n'aurait pas dû laisser son cœur s'emballer de la sorte. Évidemment, elle ne le connaissait pas. Pourquoi aurait-il envoyé une tierce personne dans leur conflit de couple ? C'était idiot de penser ça, idiot idiot idiot. Jimmy baisse les yeux sur son dessin. Il voit Kitty qui commence à apparaître, il voit ses longs cheveux et ses yeux noisettes et la courbe de son menton, l'étroitesse de son cou. En silence, il continue de dessiner, continue de peaufiner. « Désolée, j'aurais aimé arriver avec la nouvelle que tu attends mais... Je suis là pour tout autre chose... » Il voulait qu'elle s'en aille, il voulait qu'elle le laisse tranquille. Le rouquin avait envie de pleurer – il pensait être passé à autre chose. Avoir dépassé le stade des larmes toutes les cinq minutes. Grosse erreur.

Néanmoins, elle avait piqué sa curiosité. Il ne releva pas la tête, mais grogna quelque chose d'incompréhensible, pour lui faire signe de poursuivre. La pauvre n'y était pour rien, si Jimmy s'était monté le bourrichon tout seul, de son côté. Pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher de passer sa frustration sur elle, puisqu'elle était la seule personne présente autour de lui. Elle ne sembla pas s'en offusquer. A dire vrai, le ton de sa voix était presque plus enjoué qu'avant. « En fait, je viens avec ce qui pourrait être une autre bonne nouvelle pour toi. » Cette fois, il relève les yeux vers elle. Sa main continue de dessiner toute seule. « Je viens de la part d'un homme vraiment super cool, qui s'appelle Charles Xavier. » Elle s'arrête, boit un peu à sa tasse. Jimmy a déjà entendu ce nom quelque part, mais il est incapable de savoir où. « Disons qu'il a remarqué un fort potentiel chez toi, quelque chose de spécial, et qu'il aimerait t'aider à le développer. A en connaître et gérer toutes les facettes. Il l'a fait pour moi, et crois-moi, ma vie a changé, depuis. » Le rouquin fronce les sourcils. Il n'est pas sûr de bien comprendre ; et elle ne s'exprime pas très clairement. « Tu parles de mes compétences en dessin ? Ou de... l'autre truc ? » Il ne veut pas le dire à voix haute, pas en public comme ça, pas à une inconnue. Il n'a toujours pas embrassé cette autre partie de lui, cette mutation qui l'a mené à mentir, à perdre Andrew.

Il se gratte la nuque, se penche un peu plus en avant. Les doigts qui tiennent le crayon glissent sur la feuille sans aucune indication, comme s'ils avaient une conscience propre. « Charles Xavier... c'est un mutant, non ? Toi aussi ? » Il est un peu curieux, évidemment. Savoir quel pouvoir elle a, savoir ce qu'elle a à proposer. La suivre, voudrait dire mettre derrière lui toute possibilité de retourner avec Andrew un jour, ce serait dire au revoir à sa vie actuelle, à ses études, à Teddy... C'était pas une décision à prendre à la légère. Néanmoins, il était curieux. « Ça consiste en quoi, ta proposition ? Clairement, je veux dire. Tu m'intrigues. » Il sourit. Cette petite mine boudeuse ne lui allait pas, de toute manière ; et Kitty n'est pas venue pour rien. Certes, elle n'est pas envoyée par Andrew, mais elle est envoyée par le gourou des mutants, l'un de leurs plus grands représentants. Et cet homme-là s'intéresse à lui, le petit Jimmy qui avait la vie tellement facile, qui a perdu si peu et pourtant tellement. Ce n'est pas rien. Il serait bien bête de ne pas écouter ce qu'elle a à lui dire.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 482
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
a place for you and me


Bon, c'est vrai, je m'exprime un peu par énigmes. Mais j'ai toujours du mal à lâcher la bombe d'un coup, parce qu'on ne sait jamais comment la personne va réagir. J'aime bien les laisser deviner eux-même, les laisser essayer de comprendre. Le fait d'aborder ça de manière mystérieuse les met souvent sur la voie, parce que la mutation, ce n'est pas quelque chose dont on parle ouvertement, en temps normal. Et les mettre sur la voie, c'est exactement ce que je veux. Ça me permet d'anticiper un peu leur réaction et de trouver la meilleure manière de réagir. Tout ce que j'espère, à chaque fois, c'est qu'ils ne se méprennent pas et ne pensent pas que je les invite à une réunion des cartels de la drogue. Mais bon, vu mon jeune âge, il faudrait être déjà légèrement perverti pour imaginer que je puisse être là pour ce genre de choses. Je vois plein de questions naître dans le regard de Jimmy, il hésite quelques secondes avant de demander : « Tu parles de mes compétences en dessin ? Ou de... l'autre truc ? » Je ne peux pas retenir un grand sourire. Il a compris ! Il a compris de quoi je parlais ! C'est déjà une très bonne chose. Je suppose que mon enthousiasme est une réponse suffisante. Je suis sur la bonne voie, j'en suis certaine. Je le vois tergiverser, tandis que son crayon chatouille encore la feuille. « Charles Xavier... c'est un mutant, non ? Toi aussi ? » Je suis légèrement surprise. Il a l'air un petit peu informé. Est-ce qu'il a cherché lui-même ? Est-ce que quelqu'un a essayé de le recruter avant nous ? J'avoue que je suis un peu perplexe, mais je garde mes doutes pour plus tard, ou pour les x-men. Pour l'instant, je dois convaincre Jimmy. « Ça consiste en quoi, ta proposition ? Clairement, je veux dire. Tu m'intrigues. » Je souris une nouvelle fois, un petit air mutin dans les yeux. Il veut entendre ma proposition. Le fait qu'il veuille déjà seulement écouter, c'est génial.

Je lève les yeux vers lui, commence à tendre la main comme pour lui piquer son crayon… Mais au dernier moment, ma main traverse le bois et se retrouve sous la table. C'est toujours amusant pour moi de voir la réaction des gens à ma mutation. Mon bras se rematérialise sur la table et reprend sa matière. Je bois une gorgée de chocolat chaud. « Beaucoup de gens voient la mutation comme une erreur de la nature ces derniers temps. Je sais que ça peut être un peu difficile de se retrouver dans ce monde qui peut être très vite très cruel avec ceux qui sont différents. On peut vite se sentir seul. » Elle hausse les épaules. « Il y a plusieurs dizaines d'années, Charles Xavier, qui voyait déjà les mutants être maltraités ou utilisés par la science, a décidé qu'il fallait faire quelque chose pour les aider. » Je regarde dehors, puis reporte les yeux sur le jeune homme. « Il a créé un institut, comme une sorte de pensionnat, où il a commencé à recueillir des mutants, de tous les âges. Le but n'était pas de les utiliser, ou de créer une armée, comme certains ont pu le faire dans l'histoire. » Les mutants sont dans tous les livres d'histoires, même s'ils ne sont pas désignés comme tels. Sorciers, chamanes, parfois même conquérants. « Le but, c'était de les aider à contrôler des dons qui sont parfois compliqués à gérer, les aider à comprendre leur mutation, pour qu'ils puissent vivre en paix avec elle. Il a aussi fait ça pour les aider à réaliser qu'ils n'étaient pas seuls, et qu'ils n'avaient pas besoin de gérer tous ces bouleversements sans aide. » Je souris. C'est étrange, de présenter ma famille, ma maison, comme on présenterait un produit ou une association. Je touille mon chocolat chaud à l'aide de la cuillère en ne lâchant pas Jimmy des yeux. « Je suis à l'institut depuis dix ans. J'ai grandi là-bas, et crois-moi, avant d'y être, je ne savais pas du tout contrôler… tout ça. Je passais à travers le plafond la nuit, je me retrouvais coincée dans des objets. C'était un cauchemar. L'institut, ça m'a sauvée. J'ai trouvé une famille, là-bas. » Je pince les lèvres. « Je ne dis pas que tu as besoin de tout ça, peut-être que c'est quelque chose qui ne t'intéresse pas du tout mais… Charles Xavier m'a envoyée te dire que, si tu as envie de venir, tu es le bienvenu. On a tous bien besoin de s'entre-aider en ce moment, et si tu nous laisses faire, on a de quoi te permettre de faire de ta capacité un atout, une aide précieuse dans la vie de tous les jours. Sans compter qu'on mange super bien, et que l'ambiance est trop géniale à l'institut. Les burgers sont parfaits. Et on a un jacuzzi. »

_________________

   - the beauty of the unexpected. -
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
a place for you and me
kimmy #1


 
La main de Kitty vient de passer à travers la table. Jimmy cligne des yeux, puis porte un regard un peu ahuri autour de lui, mais personne n'a rien remarqué. Il se demanderait presque s'il a rêvé. Kitty repasse ses doigts au-dessus de la table, et attrape l'anse de sa tasse pour en boire quelques gorgées. Elle a un sourire dans les yeux qui ne part pas. « Beaucoup de gens voient la mutation comme une erreur de la nature, ces derniers temps. Je sais que ça peut être un peu difficile de se retrouver dans ce monde, qui peut être très vite, très cruel avec ceux qui sont différents. On peut vite se sentir seul. » commence-t-elle. Kitty décrit parfaitement les sentiments que Jimmy a ressenti lorsqu'il a découvert sa mutation. L'isolement, la crainte d'être jugé, d'être haï. C'était pour cette raison qu'il avait menti à Andrew. Mais ça, son ancien petit copain ne pourrait jamais vraiment le comprendre. « Il y a plusieurs dizaines d'années, Charles Xavier, qui voyait déjà les mutants être maltraités ou utilisés par la science, a décidé qu'il fallait faire quelque chose pour les aider. » Il s'était renseigné sur ses possibilités, lorsqu'il avait compris qu'il était un mutant. Il avait entendu parler de Xavier, d'un groupe parallèle géré par Magnéto. Il s'était dit qu'il valait mieux rester loin des tirs croisés. « Il a créé un institut, comme une sorte de pensionnat, où il a commencé à recueillir des mutants, de tous les âges. Le but n'était pas de les utiliser, ou de créer une armée, comme certains ont pu le faire dans l'histoire. Le but, c'était de les aider à contrôler des dons qui sont parfois compliqués à gérer, les aider à comprendre leur mutation, pour qu'ils puissent vivre en paix avec elle. Il a aussi fait ça pour les aider à réaliser qu'ils n'étaient pas seuls, et qu'ils n'avaient pas besoin de gérer tous ces bouleversements sans aide. » assura Kitty. Elle ne se départait pas de son sourire, et ce qu'elle racontait ne pouvait que donner envie à Jimmy. Des gens qui le comprenaient, qui pouvaient lui apprendre... Des gens comme lui. N'était-ce pas le rêve de tout mutant ?

Il y avait Andrew, pourtant. Bien sûr, ils n'étaient plus ensemble, il ne dormait plus chez eux et ça faisait un moment que Jimmy n'avait pas vu le visage un peu cassé de son amant. Pourtant, il n'avait pas perdu espoir. Il se doutait bien qu'il le retrouverait un jour : il ne pouvait pas en être autrement. Et cette décision, celle de tout plaquer pour vivre à l'institut de Xavier, c'était un choix qu'il ne pouvait pas faire tout seul. Il devait d'abord être en accord avec Andrew, en parler avec lui. Il ne voulait plus lui cacher une seule chose, concernant sa mutation. A coup sûr, son ex-petit ami lui répondrait que ce n'était pas ses affaires, qu'ils n'étaient plus ensemble. Mais ils avaient été amis, conjoints, pendant plus de quatre ans. Il avait besoin d'aide pour décider, et qui mieux qu'Andrew le connaissait, et pouvait le guider ? Il hoche doucement la tête tandis que Kitty le fixe intensément. « Je suis à l'institut depuis dix ans. J'ai grandi là-bas, et crois-moi, avant d'y être, je ne savais pas du tout contrôler... tout ça. Je passais à travers le plafond la nuit, je me retrouvais coincée dans des objets. C'était un cauchemar. L'institut, ça m'a sauvée. J'ai trouvé une famille, là-bas. » J'ai déjà une famille. pensa Jimmy. « Je ne dis pas que tu as besoin de tout ça, peut-être que c'est quelque chose qui ne t'intéresse pas du tout mais... Charles Xavier m'a envoyé te dire que, si tu as envie de venir, tu es le bienvenu. On a tous bien besoin de s'entraider en ce moment, et si tu nous laisses faire, on a de quoi te permettre de faire de ta capacité un atout, une aide précieuse dans la vie de tous les jours. Sans compter qu'on mange super bien, et que l'ambiance est trop géniale à l'institut. Les burgers sont parfaits. Et on a un jacuzzi. » Elle sait vendre son truc. Il sourit à son tour. L'une de ses mains n'a pas arrêté de nuancer les ombres de son dessin, pendant tout le discours de Kitty. Il a bientôt terminé. Elle a l'air d'avoir terminé, alors il tousse un peu, puis il prend la parole. « On dirait vraiment le paradis pour mutant, là-bas. » il fait en riant. « Mais j'ai une vie ici, que j'aime beaucoup. Je suis des études en arts graphiques, c'est vraiment ma passion – l'institut pourrait m'offrir ça ? » Sa question est innocente, il s'interroge vraiment sur les cours proposés au manoir. Il pince les lèvres. « Et puis... Il y a des gens ici que... que je ne suis pas prêt à quitter, encore. Même si je peux revenir quand je veux, il y a... Je crois que je dois en discuter avec Andrew avant. » Elle ne sait pas qui il est, mais elle a bien compris que c'était son ancien petit ami. Elle situera d'elle-même. « J'avoue que je suis curieux, quand même. Tu as une carte, un numéro de téléphone, quelque chose ? J'aimerai bien prendre le temps d'y réfléchir, avant de te donner une réponse... » dit le rouquin. Il est flatté d'avoir été démarché. Et terrifié à l'idée de changer toute sa vie pour cette mutation qui lui colle aux veines. Ceci dit, il serait temps d'accepter l'idée que ce pouvoir ne partira jamais. Il va y penser. Faire une liste des pour et des contre. Voir Andrew, voir Teddy, voir sa tutrice de l'université. En attendant, il termine sa tasse et pose, finalement, son crayon. Un dernier coup d’œil à la feuille, puis il la tend à Kitty. C'est un parfait portrait de la jeune fille. « Cadeau. Pour te remercier de t'être déplacée jusqu'ici, et te remercier de me laisser le temps. » Il a un sourire jusqu'aux oreilles. Peu importe la réponse qu'il lui donnera, il espère qu'il pourra garder contact avec elle. Ils pourraient devenir les meilleurs amis du monde.




electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


x-resistance + never back down!
avatar
MESSAGES : 482
it's a revolution, i suppose
x-resistance + never back down!
Voir le profil de l'utilisateur
a place for you and me


Bon, ça peut sembler un peu désespéré, de lui parler du jacuzzi. Mais j'estime que c'est un argument non négligeable. Et encore, ce n'est qu'une chose parmi tant d'autres. Je ne peux pas me permettre de tout dévoiler à quelqu'un qui n’intégrera peut-être même pas l'institut, mais… Si seulement il savait toutes les ressources que nous avons là-bas, s'il voyait le confort de cet endroit… Je pense qu'il aurait encore moins de raisons de refuser. Jimmy a continué de dessiner pendant mon discours, et je le vois qui sourit quand il comprend que j'ai fini d'exposer toutes les raisons pour lesquelles il devrait dire oui. J'ai envie de croire que c'est bon signe. Qu'il ne sourit pas parce qu'il s'amuse de me voir essayer de lui prouver par A plus B que l'institut serait une chance pour lui alors qu'il a déjà pris la décision de ne pas venir. Ça m'est arrivé, plus d'une fois, depuis que j'ai commencé à recruter des gens, et croyez-moi, ça fait pas plaisir. « On dirait vraiment le paradis pour mutant, là-bas. » J'acquiesce vivement. Clairement, c'est le paradis pour les mutants, il n'a pas vraiment tort. J'espère qu'il ne se moque pas de moi en disant ça, mais je pense que non. De ce que j'ai vu de lui, il ne serait pas du genre à se payer ma tête. Je sens immédiatement, en tous cas, qu'il y a un mais. Je vois dans ses yeux une certaine retenue. Et des questions. « Mais j'ai une vie ici, que j'aime beaucoup. Je suis des études en arts graphiques, c'est vraiment ma passion – l'institut pourrait m'offrir ça ? » Je jette un coup d'oeil à son dessin et sourit. « C'est clair que c'est ta passion. Bien sûr que l'institut peut t'offrir tout ça. On a des professeurs sensationnels, qui ne seraient d'ailleurs jamais devenus professeurs si ce n'était pour l'institut. Et les cours d'arts sont géniaux, crois-moi. » J'ai quand même légèrement l'impression d'être l'une de ces filles dans les pubs pour les déodorants qui vendent leur produit. C'est étrange, l'institut est tellement plus que tout ça. C'est bizarre de réduire sa maison, sa famille, à quelque chose qu'on essaie de vendre à quelqu'un. « Et puis... Il y a des gens ici que... que je ne suis pas prêt à quitter, encore. Même si je peux revenir quand je veux, il y a... Je crois que je dois en discuter avec Andrew avant. » Je lui lance un sourire léger. Le fameux Andrew. J'avais cru comprendre qu'ils étaient séparés, pourtant. Je ne connais pas leur histoire, je ne peux rien dire. J'espère juste que Jimmy ne laissera pas une histoire d'amour l'empêcher de devenir la personne qu'il veut devenir. Beaucoup de gens ont décidé de ne pas rejoindre l'institut pour rester avec quelqu'un, qui finalement finissait toujours par partir. J'ai rencontré plusieurs personnes depuis mon adolescence, d'autres mutants qui avaient fait le choix de ne pas venir, qui m'ont dit regretter de ne pas avoir fait les bons choix. Mais je ne vais certainement pas dire ça à Jimmy. Je ne me permettrais pas, je ne le connais pas, je ne connais pas sa vie et ses relations. Cette décision doit rester sa décision, et je ne vais certainement pas le braquer.

« J'avoue que je suis curieux, quand même. Tu as une carte, un numéro de téléphone, quelque chose ? J'aimerai bien prendre le temps d'y réfléchir, avant de te donner une réponse... » fait-il, et je me sens immédiatement soulagée. Ce n'est pas un non complet. C'est mieux que ce que j'aurais pu espérer après cette semaine d'échecs. « Bien sûr. » Mon sourire est enthousiaste, heureux. Je prends une serviette sur la table et sort un stylo de ma veste. Je ne marque que mon prénom, avec un smiley qui fait un clin d'oeil, et le symbole des x-men. Je note mon numéro de téléphone juste en-dessous. Je lui tends la serviette au moment où lui-même me tends son dessin. « Cadeau. Pour te remercier de t'être déplacée jusqu'ici, et te remercier de me laisser le temps. » J'ouvre de grands yeux surpris et reconnaissants. Je prends le dessin dans mes mains et l'admire. Puis je le colle contre mon cœur. « Merci, merci, merci. Il est trop beau, je sais déjà où je vais le mettre. C'est vraiment trop génial de ta part. » Je gigote sur ma chaise, satisfaite. « Prends autant de temps que tu veux. Je sais que ce n'est pas le genre de décision qu'on prend à la légère. » Je regarde l'heure sur l'écran de mon portable. Il ne va pas falloir que je tarde à rentrer. J'ai promis à Hank que je serai là pour la simulation de ce soir dans la danger room. « Hésite pas à appeler en tous cas, même si ça ne concerne pas l'institut. Ça me plairait vraiment beaucoup de continuer à voir tes dessins, ils sont vraiment excellents. Et je suis toujours ravie de découvrir mieux New-York en compagnie de gens qui vivent ici. » J'ai le sentiment que Jimmy est typiquement le genre de garçon avec qui je pourrais devenir vraiment amie. Alors j'espère qu'il prendra la bonne décision.

_________________

   - the beauty of the unexpected. -
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

KIMMY ·· a place for you and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-