Partagez | .
 

 PIETRANYA ·· wake me up before you go-go

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
wake me up
before you go-go
pietranya #1


 
Il était parti au matin de chez Amadeus. Il ne l'avait pas réveillé, d'abord parce que son policier dormait si bien, que ça aurait été criminel de l'interrompre de la sorte. Ensuite et surtout, parce qu'il était un peu flippé. Leur nuit avait été magique, une putain d'extase que Pietro n'avait jamais ressentie. Il était resté dans les bras de son amant, chose qu'il ne faisait que rarement, et ça semblait si naturel, si bon, qu'il ne s'était pas posé de question. Maintenant que le soleil avait fait irruption dans la chambre, filtrant à travers les rideaux, et que l'excitation était retombée, leurs deux corps nus lui paraissaient inconvenants. Il ne savait pas quoi penser, pas quoi faire. Il était gay, maintenant ? Juste comme ça ? Bien sûr, il avait parlé avec Wanda, lui avait expliqué combien il tenait à Amadeus. Il avait couché avec le flic, bon sang ! C'était bien une preuve qu'il l'aimait plus que de raison. Pourtant, l'idée de s'engager avec quelqu'un le terrifiait. D'autant plus parce que c'était un homme. Alors le jeune Maximoff laissa un petit mot sur la table de chevet. J'ai une course à faire. Je t'appelle ce soir. Rien de bien expansif. Son écriture est tremblante et ses jambes le démangent. Cours, Pietro. Cours.

En deux-temps, trois mouvements, il se retrouve devant l'appartement d'Anya. Ils s'étaient rencontrés durant l'anniversaire de Victor, à la tour Avengers, quelques mois plus tôt. Ils avaient couché ensemble, de manière occasionnelle et sans jamais prendre les choses trop sérieusement : ce n'était pas leur genre, ni à l'un, ni à l'autre. Elle était drôle, rafraîchissante. Sa maladresse, son parler un peu vulgaire et trop franc plaisaient beaucoup à Pietro – ils étaient vite devenus amis. Des amis qui, parfois, finissaient ensemble au lit. Une réalité du vingt-et-unième siècle, en somme. Qu'est-ce qu'il foutait devant sa porte, ce matin, juste après sa première nuit avec Amadeus ? Il venait vérifier quelque chose. Il sonna. Puis toqua. Pietro trépignait quand Anya ouvrit la porte. Elle avait les cheveux en bataille, le regard vide et les paupières gonflées. Son clavier avait laissé une jolie trace sur sa joue. Avant même qu'elle ait pu dire un mot, il lui attrapa la nuque, et l'embrassa à pleine bouche. C'était un peu une agression buccale, ça n'avait en tout cas rien de sensuel, en majeure partie parce qu'Anya n'était pas du tout réceptive. La pauvre fille, à peine réveillée, se trouvait pelotée par le Maximoff. Ce dernier se sépara d'elle aussi vite, et s'invita dans l'appartement sans même penser à demander la permission. « Rien du tout ! C'est incompréhensible. Avant, ça marchait pourtant, non ? » Il passa une main dans ses cheveux, déambulant dans le salon en bazar sans faire attention aux vêtements sur lesquels il marchait. « Je suis devenu pédé, Anya ! C'est une catastrophe. Enfin, non, je suis très heureux, Amadeus est parfait mais... Mais... » Sa voix se perdait dans des aigus qu'il ne pensait pas pouvoir atteindre. Il prit une grande inspiration, et fit face à la jeune femme à nouveau. Il prit ses joues en coupe, parlant à quelques centimètres de son visage désormais. « Mais fût un temps où j'aimais les vagins. Mon dieu, les vagins vont me manquer ! » Une seconde plus tard, il était assis sur l'un des fauteuils d'Anya, une tasse de café chaud dans les mains. Réalisant qu'elle était toujours debout, devant sa porte d'entrée grande ouverte, il poussa un soupir. « Qu'est-ce que tu fous ? Viens t'asseoir, ce sera mieux pour parler ! Il faut que j'en parle à quelqu'un. » Ses doigts tapotaient machinalement sa cuisse. Il but une première gorgée de café, et jugeant qu'une seconde était nécessaire, il y trempa ses lèvres à nouveau. « Je suis pédé... » murmura-t-il une dernière fois, pour lui-même, les yeux écarquillés comme si la nouvelle peinait à se faire un chemin jusqu'à son cerveau.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Anya a passé sa nuit sur des dossiers - pas ceux du SHIELD, ceux de son autre boulot. Un mec lui a carrément demandé d'effacer toute trace de lui dans les dossiers de la CIA : rien que ça ! Elle voulait refuser : trop dangereux, trop de tueurs à gage dans cette agence et si elle se faisait prendre, elle ne donnait pas cher de sa peau. Puis, il lui avait annoncé un prix à cinq zéros et elle s'est dit qu'à quoi bon vivre si l'on prenait pas un peu de risque, hein ? L'adrénaline était puissante dans ses veines quand elle avait commencé à hacker le réseau de la CIA après avoir créé sa nouvelle identité. Échapper aux informaticiens, à la sécurité, et surtout, surtout, ne laisser aucune trace. Pas si simple, mais Anya y est habituée maintenant. Plus dur que les autres qu'elle a eu à craquer habituellement mais pas autant que les dossiers du Pentagone.

Elle tend sa main vers son paquet de doritos et en prend une grande poignet qu'elle lance dans sa bouche, mettant des miettes partout sur son poste de travail et sur ses joues mais n'y fait pas attention. Elle essuie rapidement sa main sur son jogging - ouais le côté sexy de la jeune femme disparaît complètement quand elle se pose derrière son ordinateur. Elle est concentrée sur son travail. Elle espère que personne ne découvrira son activité annexe. Elle adore son travail au SHIELD mais elle a besoin de ça à côté. Elle ne saura pas expliqué pourquoi mais elle en a vraiment besoin. Elle est une agent du SHIELD mais aussi une hackeuse.

____________________

Ouvrant difficilement les yeux, Anya entend vaguement la sonnerie de sa porte d'entrée. Elle grogne avant de se relever, passant sa main gauche sur le coin de sa bouche ou un filet de bave y est encore présent tandis que la droite frotte ses yeux. Des coups contre sa porte lui font tourner les yeux vers l'entrée de son appartement. Qui est le connard qui osait la réveiller à cette heure de la journée. Elle tourna son regard vers l'ordinateur et vit qu'il était dix heures du matin. Bon... Disons qu'il ne fallait pas la réveiller elle avant au moins quinze heures, surtout quand elle n'a pas eu son café du matin. Elle soupire avant de se lever, observant son jogging tâché de miettes de doritos. Mouais, allons se changer d'abord. Rapidement elle enleva son bas avant de trouver un mini-short sur le tas de vêtement débordant du sèche-linge. Ouais, il faudrait peut-être qu'elle range un jour son appart'. Un jour.

Traînant des pieds, elle finit par ouvrir la porte, prêt à tuer la personne qui l'aura réveiller pour une raison stupide - surtout si c'est un démarcheur. À peine a-t-elle ouverte la porte, qu'une main lui attrape la nuque et qu'une bouche l'embrasse violemment. Okay... Okay. OKAY ! Elle se laisse faire, les bras ballants, avant de se réveiller prêt à casser le service trois pièces du mec qui ose l'agresser comme ça de bon matin car l'homme ne se contente pas de l'embrasser, il la pelote allègrement. Puis, elle reconnaît le visage de Pietro, son ami. Elle avait rencontré le jeune homme lors de l'anniversaire de Vision et ils avaient appris à se connaître aussi bien en se parlant qu'au lit. Ce que la jeune femme avait appris sur lui lui avait plu et ils avaient fini par être vraiment amis, ne se contentant pas de coucher uniquement ensemble. Le jeune homme finit par se séparer d'elle aussi vite qu'il l'avait attrapé. Elle lève un sourcil, sceptique quant à son comportement. Il ne fait même pas attention à elle et s'invite dans l'appartement qu'il connaît depuis quelques mois. « Je t'en prie, fais comme chez toi. » Il continue d'avancer ne faisant pas attention à l'intervention de la jeune femme. « Rien du tout ! C'est incompréhensible. Avant, ça marchait pourtant, non ? » Il passe rapidement une main dans ses cheveux, déambulant dans le salon sans faire attention aux vêtements sur lesquels il marchait, faisant froncer les sourcils d'Anya. Mais merde, ils sont pas tous sales ces fringues ! Et de quoi il parlait franchement ? Qu'est-ce qui marchait ? « Je suis devenu pédé, Anya ! C'est une catastrophe. Enfin, non, je suis très heureux, Amadeus est parfait mais... Mais... » Sa voix se perd dans les aigus alors qu'il perd ses mots et commence à stresser. La jeune femme est légèrement perdue, son organisme n'est pas encore réveillé et le manque de café dans son sang n'aide franchement pas. Elle n'est pas prête pour ce genre de révélation. Lui, Pietro gay ? Ce mec était un vrai queutard. Elle aimerait pouvoir utiliser un autre mot genre Don Juan mais ce serait pas assez fort pour le décrire. Il prit une grande inspiration avant de lui faire face et de prendre ses joues en coupe, partant à quelques centimètres de son visage. « Mais fût un temps où j'aimais les vagins. Mon dieu, les vagins vont me manquer ! » Une seconde plus tard, il est assis sur l'un des fauteuils du salon, un café chaud dans les mains. Ooookaaaay... Tout ça va vraiment trop vite pour elle. Elle est toujours devant sa porte, celle-ci toujours grande ouverte. « Qu'est-ce que tu fous ? Viens t'asseoir, ce sera mieux pour parler ! Il faut que j'en parle à quelqu'un. » Ouais, et elle veut un putain de café.

Elle soupire et ferme la porte alors qu'elle se diriger vers sa cuisine afin de s'en servir un. Elle l'entend doucement murmurer. « Je suis pédé... » Elle attrape une tasse et se sert une grande rasade de café noir : seul moyen pour elle de se réveiller. Elle rejoint Pietro et s'assoit sur le canapé qui se trouve en face de lui. « Okay... Donc si je résume, t'as rencontré un mec, vous avez couché ensemble et tu penses être gay c'est ça ?  » Elle n'attend pas sa réponse et boit quelques gorgées de son café avant de reprendre la parole. « Ecoute, Pietro, je vois pas où est le problème ! D'accord, ça peut être bizarre mais rien ne prouve que tu es gay.  » Elle tend la main avant de la poser sur son genou et d'attraper l'une de ses mains qu'elle serre gentiment. « Tu peux très bien être bisexuel. Y as-tu réfléchi ? » Elle relâche sa main avant de plonger ses yeux dans sa tasse, observant le café noir. Elle avale une autre gorgée en se demandant comment elle fait pour être aussi réactive avec si peu de sommeil dans le sang. Elle la pose sur la table basse avant d'attacher ses cheveux en un chignons désordonnés. Anya récupère sa tasse et en boit un peu. « Est-ce que... » Elle s'arrête pendant un instant, la bouche ouverte avant de la refermer. Elle n'avait jamais été très douée pour parler de sentiments. Bordel ! Oui, ils sont amis et ils sont là l'un pour l'autre mais ils n'ont jamais été dans ce genre de discussion. Pas qu'elle ne veut pas l'aider, elle n'est juste pas sûre d'être la bonne personne à qui il doit parler. Prenant une grande inspiration, elle plonge son regard dans celui de son vis-à-vis. « Est-ce que tu l'aimes ? » Ce n'est pas une accusation ou une question de jalousie. Elle n'est pas jalouse. Ils ont toujours été clairs l'un envers l'autre : on s'amuse okay, mais ça ne va pas plus loin. Et puis, même s'ils avaient voulu plus, ça n'aurait jamais pu marcher entre eux. Ils aiment beaucoup trop leur liberté l'un l'autre pour arriver réellement à former un couple. Alors l'idée de Pietro en couple est difficile à imaginer pour elle mais bon... Pourquoi pas ?

Elle se lève se dirige vers la fenêtre et l’entrouvre avant de revenir avec un cendrier et son paquet de cigarettes. « Désolée, mais tu m'as un peu réveillé de façon violente donc j'ai vraiment besoin de ma cigarette et de mon café. » Elle lui lance un petit sourire en coin, taquin, avant de s'allumer une clope. Toujours le sourire en coin, elle reprend la parole. « Est-ce que tu vas me présenter à l'heureux élu ou tu auras trop peur que je fasse une gaffe ? » Un petit rire lui échappe avant qu'elle n'avale une gorgée en le regardant par dessus sa tasse avec des yeux pétillants.


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
wake me up
before you go-go
pietranya #1


 
Anya prend place face à lui, une tasse de café brûlante entre les mains. Pietro boit à la sienne, et l'amer lui fait du bien, lui permet de reprendre un peu ses esprits. « Okay... Donc si je résume, t'as rencontré un mec, vous avez couché ensemble et tu penses être gay, c'est ça ? » Il hoche gravement la tête, incapable de répliquer. « Écoute, Pietro, je vois pas où est le problème ! D'accord, ça peut être bizarre, mais rien ne prouve que tu es gay. » Il lui lance un regard un peu évident, accompagné d'un haussement de sourcil. Il a couché avec un mec, et rien ne prouve qu'il est gay ? Elle pose la main sur son genou, et serre la main qui ne tient pas la tasse. « Tu peux très bien être bisexuel. Y as-tu réfléchi ? » A vrai dire, non. Pas du tout. Cette idée ne lui a même pas traversé la tête. Le brun boit encore un peu de café, le regard dans le vague. Il considère aimer les hommes et les femmes. Il se demande ce que ça veut dire, pour son avenir. Une folle partie de jambes en l'air à trois s'impose dans son esprit – et là où il aurait normalement souri, ce fantasme le terrifie. On peut être bisexuel ? Vraiment ? Il n'y a pas une préférence qui se fait, un jour ou l'autre, à un moment donné, dans sa vie ? « Est-ce que... » La voix d'Anya le ramène à la réalité. Il cille, dérive son regard vers elle. Ses joues rougissent, et il sent bien qu'elle cherche ses mots. Il l'encourage d'un sourire un peu faible. Elle inspire, fort, et droit dans les yeux, lui demande « Est-ce que tu l'aimes ? » Il manque s'étouffer avec son café. Il tousse un peu, pose sa tasse d'une main tremblante sur la table basse. « Je... » C'est une bonne question. Une très bonne question. Quelques heures plus tôt, alors qu'il se tenait, nu, sur son amant et que les deux jouissaient à l'unisson, il aurait juré que oui. Maintenant, à tête reposée, le concept d'amour lui paraissait lointain, et la perspective d'être en couple le terrifiait toujours autant.

Anya quitta sa place, ouvrit la fenêtre et ramena un cendrier, ainsi que ses cigarettes. « Désolée, mais tu m'as un peu réveillée de façon violente, donc j'ai vraiment besoin de ma cigarette et de mon café. » Elle sourit, allume le bout de sa clope, et reprend. « Est-ce que tu vas me présenter l'heureux élu, ou tu auras trop peur que je fasse une gaffe ? » Elle rit, ce qui le fait sourire ; parce que le rire d'Anya est contagieux, idiot et adorable. Il reprend sa tasse, reprend un peu de café. « Amadeus, toi et moi, ensemble pour un repas... Le trio le plus improbable de l'univers. » sourit le brun. Ses doigts tracent machinalement un cercle, en repassant les bords de la tasse. Il ne sait pas vraiment quoi penser. « Je suis un peu perdu. Je ne regarde pas les autres mecs. Juste lui. Mais de là à parler d'amour... » Sa voix se perd un peu dans les graves, il marmonne, et il sait bien que lorsqu'il voit le visage d'Ama, lorsqu'il parle de lui, son cœur bat plus vite – mais est-ce que c'est vraiment ça, d'aimer ? « J'ai pas besoin de coller des étiquettes, pas vrai ? Je suis capable de coucher avec un gars, et d'aimer ça, bon... Je suis pas sûr que ça fasse de moi un bisexuel, un gay, un hétéro curieux. On va dire que ça fait de moi un humain, c'est déjà bien. » Il parle pour lui mais elle l'écoute. Elle a déclenché la réflexion chez Pietro, l'interrogation de ses préférences sexuelles. Elle n'a besoin de rien dire, juste d'être là. Pourtant, ce silence le dérange. Il s'éclaircit la gorge. « Il est flic, si tu veux bien y croire ! Il arrêtait pas de se retrouver aux endroits où je piquais des trucs. Il voulait tellement m'attraper. » Son sourire se fait béat, idiot. « Bah il m'a eu. » Sa main droite vient lui gratter la nuque. « Du coup... Toi et moi... » Il n'a jamais été très bon pour ce genre de conversation. « On va devoir arrêter tout ce truc de sex friends. » Il rougit un peu, puis se reprend. « Enfin, on garde le côté friends, j'espère. » Le brun sourit. « De toute manière, de ce que tu m'as dit la dernière fois, t'es pas en reste, avec tes jumeaux, hein. » Il éclate d'un rire bruyant. « Les choses se passent bien, avec eux ? »


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Elle le voit s'étouffer quand elle parle d'amour et elle ne peut pas s'empêcher de sourire face à sa réaction. Pietro et l'amour, ça n'a jamais été simple. Ça a même toujours compliqué. Le jeune homme a été clir dès le début de leur relation – ou pseudo relation, ils s'appelaient, baisaient et s'entendaient bien et ça leur suffisait amplement. Il ne voulait pas s'attacher et elle non plus. La relation parfaite en somme ! Ils se ressemblent beaucoup au fond et c'est sûrement pour ça qu'ils ne peuvent pas – ou ne pourraient pas – être ensemble. Leur couple serait explosif : parfait niveau sexe mais en dehors... Non, ils se déchireraient. Ils étaient bien mieux en tant qu'ami. Ça avait été clair pour eux. Anya ne l'aime pas ou, en tout cas, n'est pas amoureuse de lui. Elle le considère comme un très bon ami – sûrement son meilleur ami – mais rien de plus.

Elle voit d'ici ses meninges s'activer en pensant aux sentiments hypothétique qu'il a pour son amant. Elle sourit tendrement : il a l'air d'un petit garçon perdu et ça lui donne envie de l'enlacer – sans sous-entendus, juste un câlin de réconfort, entre amis. Rapidement, elle va chercher ses cigarettes et un cendrier et revient. Elle le taquine gentiment sur une possible rencontre entre l'heureux élu et elle – une image assez comique, selon la jeune femme. Quicksilver lui répond en souriant doucement avant de reprendre un peu de café.  Elle aspire doucement la fumée avant de la recracher loin du visage de son vis-à-vis. « Amadeus, toi et moi, ensemble pour un repas... Le trio le plus improbable de l'univers. » Oui, c'est vrai : l'ancienne amante, le nouveau et Pietro entre les deux. Elle voit d'ici la gêne du « copain » de son ami. Ça serait assez drôle de son côté, cependant. Les mains du jeune homme s'activent sur la tasse, retraçant le bord de la tasse. « Je suis un peu perdu. Je ne regarde pas les autres mecs. Juste lui. Mais de là à parler d'amour... » Sa vois de perd dans les graves. Il marmonne la fin de sa phrase et la jeune femme sent bien l'incertitude de son vis-à-vis. Anya comprend bien vite que cet homme est spécial pour lui et ça la fait sourire. Elle ne pensait pas voir un jour Pietro dans cet état. Il ne se rend pas encore compte mais il est plus qu'attaché à l'homme avec qui il a passé une nuit. Si elle ne connaissait pas si bien, elle pourrait penser qu'il allait rougir. Il n'a jamais connu l'amour et a sans doute du mal à le voir quand il le rencontre mais Anya est sûre que les sentiments que Pietro a pour Amadeus sont plus profonds qu'il ne veut se l'avouer.

« J'ai pas besoin de coller des étiquettes, pas vrai ? Je suis capable de coucher avec un gars, et d'aimer ça, bon... Je suis pas sûr que ça fasse de moi un bisexuel, un gay, un hétéro curieux. On va dire que ça fait de moi un humain, c'est déjà bien. » Elle sent bien qu'il parle à voix haute et n'attend pas vraiment de réponse mais acquiesce tout de même. C'est vrai. Peu importe qu'il aime les hommes, les femmes ou les deux : l'important, c'est qu'il soit heureux au fond. Anya roule les yeux en entendant ses pensées si niaises mais sourit aussi face à la gêne de son ami. Le silence s'installe entre eux alors qu'elle boit tranquillement une gorgée du doux breuvage qui porte le nom de café. Elle attend qu'il reprenne la parole, continue sa réflexion mais il préfère s'éclaircir la gorge avant de reprendre la parole. « Il est flic, si tu veux bien y croire ! Il arrêtait pas de se retrouver aux endroits où je piquais des trucs. Il voulait tellement m'attraper. » Le sourire de Quicksilver se fait béat, idiot et sa vis-à-vis sourit tendrement à son tour. « Bah il m'a eu. » Un rire échappe à la jeune femme qui lui tape sur l'épaule en le traitant de niais. Ce mec est une cas désespéré..., pense-t-elle en secouant doucement la tête.

Pietro se gratte la nuque, un air gêné sur le visage. « Du coup... Toi et moi... » Anya lève un sourcil dans sa direction dans l'attente de la suite. « On va devoir arrêter tout ce truc de sex friends. » Il rougit et la jeune femme s'amuse de son embarras. Dès qu'elle l'a vu parler d'Amadeux, vu le sourire idiot qu'il avait sur les lèvres, il était clair pour elle que tout était fini entre eux. Mais elle préfère le laisser s'embarrasser tout seul. C'est bien plus drôle pour elle. Mais il finit par se reprendre. « Enfin, on garde le côté friends, j'espère. » Il lui sourit doucement et elle lui répond. Bien sûr, elle ne voit pas les choses autrement. Ils se sont toujours bien entendus. Ils avaient juste les bonus à côté. « De toute manière, de ce que tu m'as dit la dernière fois, t'es pas en reste, avec tes jumeaux, hein. » Il éclate d'un rire bruyant et, même si elle le suit, c'est à son tour de rougir d'embarras. Winter et Hannibal. Elle les aime. Profondément. Et même si elle ne sait pas combien de temps ça durera, elle en profite. Elle sait qu'elle est une pièce rapportée, qu'elle se trouve un peu entre les deux jeunes hommes et, qu'un jour, elle devra les laisser pour qu'ils se retrouvent tous les deux. Mais pour l'instant, elle en profite jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'ils ne veulent plus d'elle. Elle est consciente de tout ça et est heureuse d'être la seule exception qui a réussi à se faire une place dans leur univers.  « Les choses se passent bien, avec eux ? » Elle pousse un soupir avant d'avaler une dernière bouffée de cigarette avant de l'écraser dans le cendrier. Ses mains se mettent en coupe autour de sa tasse et elle observe la fumée s'échapper doucement. Un sourire niais lui vient aux lèvres et elle doit avoir le même air idiot que Pietro plus tôt. « Tout se passe bien pour l'instant. Je sais qu'un jour, je vais devoir m'écarter pour leur laisser se retrouver. Ils sont fait l'un pour l'autre tu sais. » Elle relève son regard pour le plonger dans celui de son vis-à-vis. Elle a un petit sourire triste aux lèvres. Elle est consciente de tout ça, depuis longtemps – depuis le début, en fait – mais c'est dur de l'avouer à voix haute. « Je les aime, tu sais. Je les aime vraiment. Mais... » Elle s’interrompt et boit une gorgée de café. « Mais je sais qu'un jour, tout ça sera fini. » Elle lui sourit à nouveau tristement avant de reprendre la parole d'une voix plus enjouée. « J'en profite tant que je le peux encore ! » Elle lâche un rire avant de reprendre une cigarette et de la fumer nerveusement. Elle n'aime pas parler de tout ça. Ça rend la future séparation d'avec les jumeaux bien trop réelle.

Finalement, un petit rire lui échappe et ses yeux pétillent. « Franchement, Pietro, dès que tu m'as parlé de ton « boyfriend » j'ai tout de suite su que c'était fini entre nous. » Elle le bouscule doucement au niveau de l'épaule. « Et puis, soyons franc, t'es pas le meilleur coup que j'ai eu. J'ai déjà ce qu'il me faut. » Un petit rire lui échappe avant qu'elle ne lui jette un petit regard moqueur. Leur relation a toujours été comme ça. Ils se cherchent et se trouvent souvent mais, avant, ça finissait en partie de jambes en l'air. Maintenant, ils vont sûrement juste s'envoyer des fions à la tronche ce qui va aussi à la jeune femme, soit dit en passant. Elle finit par reprendre un peu son sérieux avant d'avaler une nouvelle gorgée de café. « Écoute, j'suis désolée de te dire ça, Pietro mais... » Elle le fixe d'un regard sérieux avant qu'elle ne sourit avec indulgence. « T'es carrément mordu de ce mec et c'est un flic. » Un petit rire lui échappe. « Y'a pas à dire, tu sais les choisir ! Un voleur avec un flic... On aura tout vu. » Elle secoue doucement la tête, dépitée. « N'empêche, c'est vrai que notre rencontre serait sympa : le voleur, le flic et la hackeuse pro.  » Elle le regarde avec malice, un sourire en coin aux lèvres. « Tu trouves pas que ça ressemble au début d'une blague ? » Un nouveau rire lui échappe avant qu'elle n'inspire une nouvelle fois sur sa cigarette avant de l'écraser dans le cendrier. Une fois débarassée de cette dernière, sa main va à nouveau attraper la sienne avant de la serrer doucement, reprenant un air sérieux. « Peu importe qui tu choisiras : homme ou femme, l'important c'est que tu sois heureux et sache que je serais toujours là si tu en as besoin. Je t'aime, Pietro, même si c'est au sens amical du terme. » Elle glousse un peu avant de s'en rendre compte et de s'arrêter d'un coup. Elle garde cependant sa main sur celle de son ami et lui sourit gentiment. C'est niais ce qu'elle dit mais c'est la vérité. Elle sera toujours pour cet idiot à qui elle s'est attaché si facilement. Ça ne devait durer qu'un soir après l'anniversaire de Vision et finalement, le « destin » ou tout autre connerie du genre en a décidé autrement.


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
wake me up
before you go-go
pietranya #1


 
Elle a l'air aussi idiote que lui, quelques minutes plus tôt. Enamourée. Pietro est attendri, et un peu moqueur aussi. « Tout se passe bien pour l'instant. Je sais qu'un jour, je vais devoir m'écarter pour les laisser se retrouver. Ils sont faits l'un pour l'autre, tu sais. » Il hausse les sourcils, un peu curieux. Bien sûr, il vient de donner un petit laïus, comme quoi l'amour c'est bien et l'important c'est d'être heureux, peu importe si c'est avec un homme ou une femme. Mais son propre frère ? C'est étrange. Si lui et Wanda avaient ce genre de sentiment l'un pour l'autre, il ne sait pas comment il réagirait. Juste cette pensée le fait frissonner. La tendresse dans les yeux d'Anya le ramène sur terre. « Je les aime, tu sais. Je les aime vraiment. Mais... » Parfois, l'amour ne suffit pas. C'est ce qu'elle voulait dire ? Elle s'interrompt, boit un peu de café. « Mais je sais qu'un jour, tout ça sera fini. » Il ne la réconforte pas, il sait qu'Anya est forte, qu'elle n'a besoin de personne. Pourtant il a un pincement au cœur. Elle masque sa peine. « J'en profite tant que je le peux encore ! » Cette fausse joie est sa protection. Il respecte ça. Il sourit à son tour, et boit patiemment.

Anya reprend, quelques secondes plus tard. « Franchement, Pietro, dès que tu m'as parlé de ton « boyfriend » j'ai tout de suite su que c'était fini entre nous. » Alors elle change de sujet, soit. Il accuse le petit coup d'épaule qu'elle lui donne, et voudrait la corriger. Amadeus n'est pas son petit ami, pas encore, ils n'ont pas parlé de ça, ils n'ont rien défini. Pas d'étiquette, voudrait-il lui rappeler. Mais il se tait et il laisse ses joues rougir. « Et puis, soyons francs, t'es pas le meilleur coup que j'ai eu. J'ai déjà ce qu'il me faut. » Sa bouche s'ouvre dans une expression de stupeur. « Comment ça ? » s'offusque-t-il, et elle éclate de rire. Les bâtons qu'il se lance au visage ont toujours été piquants, c'est un peu leur marque de fabrique, ce qui définit leur relation. Avant, ça menait à une ambiguïté un peu taquine, désormais ce sera juste ça : des remarques pleines d'humour, de cynisme, qui seront la fondation de leur amitié. Qui le sont déjà. « Écoute, j'suis désolée de te dire ça, Pietro mais.. T'es carrément mordu de ce mec et c'est un flic. » Elle rit. Il sourit. « Y a pas à dire, tu sais les choisir ! Un voleur avec un flic... On aura tout vu. » Il approuve d'un hochement de tête, avant de s'enfouir dans sa tasse de café. « N'empêche, c'est vrai que notre rencontre serait sympa : le voleur, le flic et la hackeuse pro. Tu trouves pas que ça ressemble au début d'une blague ? » Il approuve. « Ouais, mais pas une très bonne ! » et il s'esclaffe avec elle. Elle attrape sa main, la serre avec douceur. « Peu importe qui tu choisiras : homme ou femme, l'important c'est que tu sois heureux, et sache que je serais toujours là si tu en as besoin. Je t'aime, Pietro, même si c'est au sens amical du terme. » Il lui jette ce regard, malicieux, trop insolent pour être honnête. « Depuis quand t'es devenue aussi cul-cul, toi ? C'est les jumeaux qui t'ont rendue comme ça ? » Il ne se gêne pas pour rire, et serre doucement la main d'Anya avant de la quitter, comme pour lui dire que lui aussi, il l'aime, mais sans le dire vraiment. « Il faut déjà que je le présente à Wanda. Je sais pas comment ça va se passer, mais ça va être intéressant ! » Incapable de tenir en place, Pietro quitte son siège, arpente la pièce, s'arrête devant la fenêtre pour voir au dehors. Il faudra qu'il aille courir pour se libérer un peu la tête. Plus tard. « Qui sait, on pourra se faire une bouffe tous les trois après les présentations officielles à la famille ! C'est un grand fan des soirées pizzas et bières sur son canapé, un peu comme toi. Et il est presque aussi nul avec les sentiments que toi. Je pense que vous avez beaucoup de points communs. » Il sourit. « J'ai un type bien particulier. » En un quart de seconde, le voilà côté d'Anya, et il pose un bisou sur sa joue. Puis il retourne à la fenêtre, la demie-seconde qui suit. « Merci, en tout cas. T'as réussi à calmer mes angoisses sans que j'ai besoin de faire une course de mille kilomètres. C'est plutôt un exploit ! » Il finit son café d'une traite. « Je sais qu'on est le matin, mais je boirais bien un truc plus fort. Irish coffee ? » il fait, comme si c'était la meilleure idée du siècle, avec des étoiles dans les yeux et un gros sourire sur les lèvres. « Après, tu pourras me dire comment va Vision, comment vont les Avengers et comment va le SHIELD ! A force de traîner avec Ama, j'ai envie de reprendre le combat... » Il le dit sur le ton de la plaisanterie, mais ce désir le tiraille depuis quelques temps déjà. Il ne le fait pas, parce que Wanda garde ses distances avec tous ces trucs de super-héros. Mais il suffirait d'une cause, d'une conviction particulière, pour que Pietro reprenne les armes et reparte défendre le faible et l'opprimé.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 162
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t159-anya-freaky-girl

Anya sait bien qu'il ne va pas laisser passer cette phrase si niaise si facilement. Elle s'attend à une réplique cinglante de sa part et le regard malicieux, trop insolent pour être honnête, le lui confirme. « Depuis quand t'es devenue aussi cul-cul, toi ? C'est les jumeaux qui t'ont rendue comme ça ? » Elle ne peut s'empêcher de rejoindre son rire alors que Pietro lui serre doucement la main avant de la quitter, montrant ainsi qu'il partage les mêmes sentiments à son égard mais sans le dire. Ouais, c'est vrai qu'ils n'ont jamais été du genre à se parler à cœur ouvert. Ils ignorent plutôt les problèmes avant qu'ils ne leur explosent à la tronche. Mais, malgré tout ça, ils ont toujours eu une relation honnête. Ils ne se sont jamais mentis sur leur intention : du sexe et rien d'autre. Mais au fur et à mesure de leurs rencontres, ils sont devenus amis – très bons amis même – et ils se sont confiés l'un à l'autre. C'est sûrement d'ailleurs pour ça que Pietro se trouve dans son salon avec le besoin de vérifier s'il est toujours attiré par les femmes. Ils se font assez confiance pour tout se dire, même des choses qu'ils ont encore du mal à accepter l'un, l'autre. « Il faut déjà que je le présente à Wanda. Je sais pas comment ça va se passer, mais ça va être intéressant ! » Anya lui sourit alors qu'il commence à arpenter la pièce avant de s'arrêter devant la fenêtre, absorbé par ce qui se passe dehors. Elle peut sentir son envie de s'évader et de liberté. Il n'a jamais su tenir en place et elle lui envoie un regard doux, compréhensif. Elle ne lui en a jamais voulu de partir d'un coup après leurs ébats. Elle l'a accepté comme il était. Elle apprécie d'ailleurs cet aspect de sa personnalité. Elle aussi est quelqu'un qui a besoin de liberté. C'est d'ailleurs ce qui l'a le plus perturbé en rencontrant les jumeaux. Elle est devenu dépendante d'eux, d'une certaine manière, et, encore aujourd'hui, elle a du mal à assumer tout ça. Mais, maintenant, elle arrive à laisser couler les choses et laisser les jumeaux prendre les choses en main.

« Qui sait, on pourra se faire une bouffe tous les trois après les présentations officielles à la famille ! C'est un grand fan des soirées pizzas et bières sur son canapé, un peu comme toi. Et il est presque aussi nul avec les sentiments que toi. Je pense que vous avez beaucoup de points communs. » Il lui sourit et un petit rire échappe à Anya. Peut-être que dans une autre vie, ils auraient pu tomber amoureux l'un de l'autre si les jumeaux ou l'homme dont est tombé amoureux Pietro – car il est amoureux, c'est clair pour Anya – n'avaient pas existé. Mais, aujourd'hui, ils sont bien mieux amis. « J'ai un type bien particulier. » Elle n'a pas le temps de cligner des yeux qu'il se trouve déjà à côté d'elle avant de lui poser un bijou sur la joue. En un instant, il se retrouve à nouveau à la fenêtre. Anya lui sourit et touche sa joue doucement. Elle n'a jamais eu de frères ou de sœurs mais elle pense que Pietro est la personne qui s'en rapproche le plus – encore plus depuis qu'ils se sont avoués qu'ils ne pouvaient plus être « ensemble », même si on y pense ça pourrait être sale étant donné qu'ils couchaient ensemble... « Merci, en tout cas. T'as réussi à calmer mes angoisses sans que j'ai besoin de faire une course de mille kilomètres. C'est plutôt un exploit ! » Il finit son café d'une traite alors qu'Anya le savoure doucement. Oui, c'est sûrement ce qui définit le mieux leur relation : ils peuvent faire en sorte de sentir mieux l'un l'autre avec de simples mots.

Elle se tourne vers lui, toujours silencieuse et l'écoutant. Elle sait qu'il a besoin de se confier et elle sera toujours là pour lui, même s'il trouve ça « cul-cul ». « Je sais qu'on est le matin, mais je boirais bien un truc plus fort. Irish coffee ? » Les yeux de Pietro pétillent presque alors que son sourire s’agrandit et la jeune femme ne peut pas s'empêcher de rire à gorge déployée. Après tout, pourquoi pas ? « Après, tu pourras me dire comment va Vision, comment vont les Avengers et comment va le SHIELD ! A force de traîner avec Ama, j'ai envie de reprendre le combat... » Elle acquiesce tout en se levant, se dirigeant vers sa cuisine. Elle attrape la bouteille de whisky qu'elle garde uniquement pour les gens qu'elle aime ou les grandes occasions. Elle le fait importer d’Écosse. Elle a plusieurs bouteilles cachées un peu partout dans son appartement : après tout, on ne sait quand on en aura besoin et si on aura le courage de se relever. Elle se rapproche de Pietro et verse une bonne rasade du liquide ambré dans sa tasse avant de faire la même chose à la sienne. « Je pense que l'Irish coffee est une excellente idée : tu as toujours su parler aux femmes. » Elle s'arrête un instant avant de lui envoyer un sourire complice. « En tout cas, tu as toujours su me parler à moi. » Elle lance un petit rire avant de reporter son attention sur l'homme en face d'elle. « J'adorerais rencontrer ce fameux Amadeus et, après tout, ça ne pourra pas lui faire de mal de rencontrer quelqu'un de neutre après avoir rencontré ta sœur. Pas qu'elle soit méchante, juste que c'est plus facile de rencontrer les amis plutôt que la famille de son « copain » qui ne l'est pas vraiment. » Elle lève l'un de ses sourcils afin de montrer qu'elle n'est pas dupe. Elle sait que Pietro ne veut pas définir leur relation mais il est clair pour elle qu'ils sont ensembles même si le jeune homme aura du mal à l'accepter.

Elle finit par tourner son visage vers la fenêtre et observe les passants déambuler. Elle avala doucement une goutte de son café renforcée avant de prendre la parole. « Je ne vois que très rarement les Avengers, pour être honnête. Si je n'étais pas amie avec Vision, je pense que je ne les verrais jamais malgré le SHIELD. » Un petit rire lui échappe avant qu'elle ne reprenne d'un ton plus sérieux, plus grave. « Les choses ne vont pas bien, Pietro. » Elle tourne son regard grave vers son visage et plonge ses yeux dans les siens. « Le groupe anti-mutant – les Watchers, tu en as peut-être entendu parler ? – est de plus en plus actif. Tu devrais te faire discret.  » Elle pose sa main sur son bras et le serre doucement. « Je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose, à toi ou même à Wanda. Je sais que je ne la connais pas mais tu tiens à elle. Faîtes attention l'un à l'autre. On ne sait pas ce qui peut arriver avec ces malades. » Sa voix est dure à la fin de son discours et aussi soucieuse. Elle ne veut pas qu'il arrive quelque chose au jeune homme. Elle tient trop à lui pour ça. Elle ne supporterait pas qu'il soit blessé...


_________________
BLOUBLOUBLOUUUU
BLAHBLAHBLAAAAAH (⚡️) CA.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

PIETRANYA ·· wake me up before you go-go

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wake me up...
» SO WAKE ME UP WHEN IT'S ALL OVER.24/07 à 02h56
» Seo Jun Wan || I'm scared if I wake up, everything will disappear before my eyes
» SUNDAY WAKEUP, GIVE ME A CIGARETTE✝LULU
» m i s s c a l i f o r n i a

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps abandonnés-