Partagez | .
 

 GROUPE #3 → this is war.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité

    Anya ayant été secouru par Simmons et deux jeunes hommes, le directeur adjoint fut soulagé de savoir que tout le monde allait bien. Enfin, c’était seulement le début il le savait parfaitement. Essayant de trouver une façon de pouvoir sortir de là, il pensait avoir vu un passage, mais c’était trop tard. Le bâtiment venait d’émettre un bruit qui n’était clairement pas bon. Un craquement qui stoppa Coulson dans ses mouvements, avant de se retourner pour voir les murs et le sol se fendre. Ca n’était clairement pas bon signe et Phil vit alors Jemma et un des hommes disparaître dans un souffle de poussière. Un mur s’est détruit entre les deux groupes. Il aurait clairement préféré avoir Jemma à ses côtés. Il n’avait pas eu de nouvelles de la jeune femme depuis trop longtemps et il n’avait pas envie de la perdre à nouveau. Pas après tout ce qui s’était passé avec le monolithe. Phil entendait ce que Anya disait au jeune homme s’appelant Winter. Fixant toujours le mur qui venait de s’effondrer, il comptait bien retrouver Jemma quoi qu’il en coute. Tournant la tête vers Anya, cette dernière lui fit un signe de tête et il comprit le message : il était temps de se mettre en route.

    Apparemment elle s’occupait du jeune homme comme il fallait. Elle venait de le sauver d’un effondrement et Coulson se mit à chercher une autre sortie. Marchant tous les trois, l’agent sentait sa prothèse lui faire mal. Il allait devoir la changer, mais ça n’était pas le moment d’y songer. Il devait rester concentré sur ce qui se passait autour d’eux. Voyant Anya avancer vers un ordinateur, il la laissa faire. De son côté, il sortit l’arme qu’il avait dans son dos et la regarda. Cette dernière semblait en bonne état et toutes les balles étaient là. Il n’était pas certain d’en avoir besoin, mais il préféra la garder à sa ceinture juste au cas ou. Finalement, en voyant Anya reprendre la route, il la suivi, vérifiant à chaque fois que rien n’allait leur tomber dessous ou qu’il n’y avait personne à aider. Seulement de nouveaux bruits se font entendre et Phil n’est pas du tout rassurer. Encore le sol qui fait des siennes, tournant la tête, il voit alors quelque chose qui n’est clairement pas à leur avantage.

    Anya, il va falloir y aller plus vite. Maintenant !

    Ne lui laissant pas le temps de répondre, il posa une main dans le dos des deux jeunes pour qu’ils avancent. Elle semblait savoir où elle allait, donc il la laisserait les guider, mais il fallait vraiment qu’ils partent le plus vite possible sans se retourner et surtout ne pas tomber avec le sol qui tombait juste derrière eux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
this is war
groupe 3


 
All hell breaks loose.

D'énormes pierres sont tombées, Nine est de l'autre côté. Avec la fille qu'ils venaient de sauver. Seven dans son coin, Seven avec Anya, avec l'autre homme – mais il se sent seul et il panique. Qu'est-ce qu'il va faire, sans son Alpha ? Comment il va survivre ? Il va mourir un point c'est tout. « Winter ! » Il cligne des yeux. Le visage d'Anya est tout près du sien. Il y a une urgence dans sa voix, mais elle le regarde et articule avec patience. « Écoute-moi. J'ai besoin que tu m'écoutes très attentivement. » Seven écoute. « Hannibal va bien. Il est le plus fort de nous tous, tu le sais bien. » C'est vrai, c'est lui le plus fort. C'est lui le meilleur. « Mais nous mettre en danger ne l'aidera pas, tu le sais. Il faut qu'on sorte pour trouver un moyen de l'aider, d'accord ? » Il hoche doucement la tête. Les douces mains de la jeune femme quittent ses joues, et l'une d'elle vient accrocher les doigts de Seven. Avant qu'ils partent, avant qu'ils se mettent à courir, le Bêta crie vers le mur et à travers les pierres, il crie à Nine. « On se voit dehors, Nine ! On se voit dehors ! » Tant pis s'il ne l'a pas appelé Hannibal. Tant pis s'il a hurlé trop fort et que même Stryker l'a entendu, de l'autre côté de la ville ou de la Terre. Il veut pas que Nine s'inquiète. Même s'il le dit pas, il sait qu'il s'inquiétera pour lui quoiqu'il arrive.

Puis ils se mettent en route, tous les trois, et Anya s'arrête un moment, elle parle à un ordinateur – ils repartent, ensuite. Winter suivait le mouvement, vraiment. Il reprit un rythme plus rapide quand l'autre homme, le patron d'Anya sans doute, le leur intima. Il ignorait où ils allaient, il ne savait pas comment ils allaient sortir. Tout reposait sur les épaules de la petite russe, maintenant. Elle avait parlé à l'ordinateur, elle avait donc la solution ; eux n'étaient que profiteurs de son pouvoir, de son savoir. A l'affût, Seven essayait quand même de repérer la moindre sortie, la moindre échappatoire, en scrutant les couloirs et les chambres devant lesquels ils passaient, mais sans succès.

Ils allaient devoir courir plus vite maintenant, parce que le sol craquait depuis trop longtemps. Et au bout du couloir où ils se trouvaient, il commençait à s'effondrer. A la manière d'un mauvais film catastrophe, où juste derrière eux se trouvait le vide, ils courraient et il ne s'agissait plus de prendre son temps pour se repérer désormais, mais bel et bien de courir jusqu'à perdre haleine. Toujours à la suite d'Anya, Winter et l'autre homme étaient essoufflés mais décidés à rester en vie coûte que coûte. Ils étaient, quoi, au deuxième, au troisième étage ? Ne pouvaient-ils pas simplement sauter d'une fenêtre ? Ils finiraient amochés, sans doute, mais cela valait mieux que de tomber jusqu'au rez-de-chaussée dans une chute de gravats, et finir probablement empalé sur un piquet à perfusion. « Où.. où on va ? » finit-il par articuler à l'attention d'Anya, alors que leur course effrénée pour devancer la chute du sol semblait de plus en plus vaine.


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas


S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
avatar
MESSAGES : 588
it's a revolution, i suppose
S.H.I.E.L.D. + hill's bitch
Voir le profil de l'utilisateur
this is war


C'est étrange de voir à quel point elle a changé. Jemma a toujours été assurée quand il s'agissait de donner des ordres dans un laboratoire, ou quand il s'agissait de sciences, tout simplement. Mais sur le terrain, elle avait tendance à vite perdre ses moyens, à part quand Fitz était là. Aujourd'hui c'est différent. Elle a peur, bien sûr, comme tout le monde. Mais c'est différent. Elle n'aborde pas les situations de la même manière. « Surtout, prenez votre temps, hein ! Personnellement, je bouge pas de là » fait la voix d'Anya, un peu plus bas. Ça a le mérite de calmer encore plus Jemma, qui retrouve enfin complètement sa faculté à réfléchir et agir.  « JEMMA ! Je voudrais pas te bousculer mais, bordel, JE GLISSE ! » La scientifique lance un regard insistant aux jumeaux qui restent figés, près d'elle. Qu'est-ce qu'ils attendent, for god's sake! Finalement, il se décident, et ils réussissent à ramener Anya sur la terre ferme – enfin plus ou moins ferme – saine et sauve. Jemma sourit, soulagée, mais est vite ramenée à la réalité quand un morceau de pierre lui tombe sur l'épaule. Ils ne peuvent pas rester là. L'un des jumeaux s'adresse à elle : Vous devriez partir. Son don est franchement cordial, et il se retourne vers son double et Anya, et leur prend les mains, avant de déclarer qu'il faut qu'ils se sortent d'ici. Jemma hausse les sourcils, choquée par ce comportement, et esquisse un geste en direction de Coulson. Puisque c'est comme ça, elle se débrouillera sans eux. Elle en est capable. Elle en est capable, elle le sait. Elle a fait pire que ça. Mais l'autre jumeau finit par rattraper les mots désagréables de son double. « Vous allez bien ? » Jemma hoche la tête, sans dire un mot, mais l'homme a droit à un regard reconnaissant. « On va se sortir de là. » fait-il alors. « Tous les quatre. » La scientifique tourne les yeux vers son ancien patron, et rectifie : « Tous les cinq. » Coulson les rejoint alors, après avoir déplacé quelques meubles, et leur intime : « Par ici. » Quand elle commence à le suivre, un nouveau bruit assourdissant les arrête. Et puis de nouveau, tout bouge. Jemma perd le contact avec la réalité, lâche un cri et court pour éviter un énorme mur de béton qui descend sur eux. Quand elle rouvre les yeux, quelques secondes plus tôt, l'autre partie du couloir a disparu derrière le béton. À côté d'elle, il y a un des jumeaux, et elle reconnaît à la façon dont il est habillé celui qui semblait tout à fait prêt à la laisser derrière. Elle ne va pouvoir compter que sur elle-même. Son cœur a un raté quand elle pense à ses deux collègues du Shield. Elle espère qu'ils ont pu eux aussi se mettre à l'abri. L'homme qui est avec elle lui assure qu'ils peuvent s'en sortir. Elle n'est pas sûre de vouloir lui faire confiance, mais ce n'est pas comme si elle avait le choix. Elle trouvera un moyen de s'en sortir même s'il la laisse derrière, elle le sait. Elle ne peut pas mourir maintenant, elle ne peut pas.

Puis un nouveau déchirement. Jemma ouvre grand les yeux quand dans ce qui était auparavant la pièce d'à côté, le sol s'effondre. Leur étage est en train de s'écrouler. Elle attrape l'homme par le bras et commence à courir. Mais quand elle touche l'homme, il y a cette image. Il descend un escalier. Jemma comprend tout de suite de quoi il s'agit, l'adrénaline aidant. « Courez! » Son cœur bat si fort qu'elle a l'impression qu'il va exploser. Si la course ne la maintenait pas en mouvement, elle tremblerait sûrement. Ils courent pendant trente bonnes secondes avant qu'elle aperçoive la cage d'escalier. C'est celui-là, c'est l'escalier qu'elle a vu. « Par ici, par ici! » crie-t-elle au brun. S'ils descendent assez vite, peut-être que… Peut-être qu'ils pourront s'en sortir.

_________________

   - the future is female -
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 387
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2862-peter-spider-man
Ça vrille encore. Peter sent son spider-sens s’affoler encore et toujours. L’immeuble va s’effondrer c’est une certitude, ils doivent bouger et vite. Un craquement sinistre. Une déchirure. Une chute. Peter ne prend que quelques secondes pour agir, il tisse aussi vite qu’il peut un filet d’atterrissage. Il tombe en avant, le visage en plein dans sa toile collante. Il prend appui sur ses bras et se redresse pour évaluer la situation. L’infirmier qu’il a sauvé un peu plus tôt n’est pas trop loin de lui. « Vous allez… bien ? » Qu’il demande, il sait très bien que non ça ne va pas vu l’état du bras du jeune homme, mais il ne peut s’empêcher de demander. Peter tourne finalement la tête vers sa tante qui… dort toujours. « Comment ? » Fait-il en fronçant les sourcils. Il ne comprend pas comment elle fait pour dormir toujours aussi paisiblement alors que c’est le chaos tout autour d’eux. Peter se redresse pour évaluer les environs. Il faut qu’ils bougent, ils n’ont pas vraiment le choix, si jamais le plafond vient à s’effondrer ils risquent leur peau. Le jeune homme avise une plateforme un peu plus loin devant être l’étage juste en-dessous de là où ils étaient. Le jeune homme se tire jusqu’au lit de sa tante et entreprend de la prendre sur son dos. C’était une risque. Il ne peut pas la laisser ici. Il n’a pas le droit de la laisser ici. Il tourne sa tête en direction de l’infirmier. « On va aller par là-bas. » Fait-il en désignant le couloir délabré. « On va bien finir par tomber sur une sortie de secours. On ne peut pas rester ici plus longtemps on ne sait jamais. » Il espère qu’il ne l’a pas vu tirer ses toiles et qu’il prend son indifférence face à ça comme du sang froid et non comme quelque chose de suspect. Peter se mord l’intérieur de la joue en priant très fort pour que sa couverture ne soit pas grillé. « Vous qui connaissez bien l’hôpital, vous ne savez pas s’il y a un escalier dans le coin ? » Il commence à avancer pour montrer le chemin, la tante May sur son dos, sa tête reposant nonchalamment contre son omoplate en espérant que le jeune homme se trouve juste derrière lui.

Spoiler:
 

_________________
the concept of the mask
Tu dois offrir tes talents au monde, une fois que tu auras découvert comment les exploiter. Peter tu es mon héros. @oncleben ≈ the amazing spiderman©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas


not affiliated + leave me alone
avatar
MESSAGES : 223
it's a revolution, i suppose
not affiliated + leave me alone
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t172-lewis-devil-in-a-midnig

this is war
groupe #3


Lewis a toujours le gamin dans les bras, il ne compte pas le lâcher. De toute manière, il agrippe sa chemise avec une telle force qu’il doute de pouvoir faire quoi que ce soit. Il se concentre sur lui, c’est plus facile que de penser à Adamska et l’autre taré qui se disputent, à ses jambes qu’il ne sent plus. Il ne peut pas penser à ça. Sinon, il va s’énerver, se demander comment il a pu survivre en Afghanistan sans trop d’égratignures et se retrouver dans un tel état dans un hôpital de New-York à cause de son frère jumeau et de ses tarés de sbires. Sinon, il va paniquer et vraiment, ce n’est pas le moment. Finalement, il semble qu’Adamska et Aloysius soient arrivés à un arrangement et même si ça l’emmerde profondément que ce psychopathe lui vienne en aide, Lewis ne va pas cracher dessus.
Surtout qu’en y réfléchissant bien, il a l’impression de sentir ses orteils et ça le soulage tellement qu’il pourrait se mettre à pleurer comme une fillette pour ça. Mais alors qu’ils s’apprêtent à tenter de le libérer, des bruits de pas se font entendre et il voit son ami pointer son arme en direction du bout du couloir.

Lewis tourne la tête et voit deux jeunes, l’un a l’air plutôt amoché et l’autre a une vieille sur le dos. Okay, ça fait des bras en plus, non ? Il ouvre la bouche pour dire à Adamska de baisser son arme, qu’ils ne sont pas un danger et a à peine le temps d’écarquiller les yeux en voyant ce fils de pute d’Aloysius écraser un bloc de béton sur la tête du mutant. Bien évidemment, Fawkes chancelle, s’écroule et l’autre récupère son arme.
Instinctivement, le Reagan resserre son étreinte sur le gamin qui pousse un cri terrifié en voyant le Watcher pointer son arme sur eux. Il glisse une main à l’arrière de sa tête et le laisse presser son visage dans le creux de son épaule. « Sérieusement, mec ? » siffle-t-il entre ses dents. Il baisse les yeux rapidement, Adamaska est complètement out, une sale plaie au crâne qui pisse le sang. Putain, si ce fils de chienne l’a buté…

Mais Lewis ne peut pas faire grand-chose. Avec horreur, il se rend compte qu’Aloysius n’a pas l’intention de lui tirer dessus. Au lieu de cela, il baisse son arme en direction d’Adamska. Oh, merde. Merde, merde. Il est toujours coincé par ce putain de bureau, O’Sullivan est hors de portée et il ne peut pas tellement compter sur un jeune blessé et un autre portant une vieille sur son dos pour l’aider.

Adamska va crever.

_________________

can't you see us bleed ?
torn apart
dysfunctional
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers + set them on fire
avatar
MESSAGES : 183
it's a revolution, i suppose
Purifiers + set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur
Aloysius vit bien l’hésitation sur le visage d’Adamska, mais un coup d’œil à Lewis et surtout un grondement du bâtiment beaucoup plus important que les précédents le décidèrent. Aloysius sourit en sentant le poids sur lui s’alléger. Une fois libéré, Adamska ne prit même pas la peine de l’aider à se relever se retourna immédiatement vers le bureau pour tenter de le déplacer. « Une sage décision, Adi ! » Il n’eut pour réponse qu’un vague grognement et rejoignit donc l’autre homme pour libérer Lewis.

Le bureau commença à bouger légèrement quand trois personnes débarquèrent soudainement, deux jeunes garçons accompagnés d’une vieille dame. Immédiatement, Adamska sortit son arme et la braqua sur eux. Aloysius profita de cet instant d’inattention et agit très vite. Il regarda autour de lui et attrapa un morceau de béton et l’abattit rapidement sur la tête d’Adamsaka qui s’effondra tel une marionnette à laquelle on aurait coupé ses fils. Il se baissa pour ramasser l’arme et entendit Lewis lui parler. « Sérieusement, mec ? ». Aloysius se tourna vers lui en souriant et le vit, les mâchoires serrées et les yeux pleins de fureur, le gamin bien calé contre lui, sa tête dans son cou, comme pour l’empêcher de voir.

Il se releva, sans lâcher Lewis du regard. Il vit ainsi la résignation dans ses yeux. Son sourire s’agrandit alors et il pointa son arme vers Adamska qui était toujours à terre, complètement assommé. La résignation se transforma en peur chez Lewis. Il savoura cette peur et même cette panique qui s’infiltrait chez l’autre homme puis décida d’y mettre fin. « BANG !! » cria-t-il en mimant de tirer sur Adamska. « Ha ha ha !! Tu y as cru, hein ? » Il s’agenouilla à côté de Lewis. Celui-ci, le souffle court, releva la tête vers lui, la peur toujours présente dans ses yeux. « Je ne vais pas vous tuer ! Noooon ! J’ai encore mieux ! Je vais vous ramener à Jeremiah ! Hé hé ! » Il perdit son sourire. « Et c’est LUI, qui décidera de votre sort ! » Il tapota la joue d’un Lewis medusé avant de se relever. « Bien, il est temps de réveiller notre ami Adi ! » dit-il nonchalamment en s’époussetant. Il retourna vers l’homme assommé et le secoua du bout de son pied. Celui-ci grogna et papillonna des yeux. « Debout debout ! Il est temps pour nous de partir ». Adamska était maintenant éveillé. « Maintenant pour que vous me suiviez, je vais devoir vous forcer un peu la main. Et je crois que je sais parfaitement comment je vais m’y prendre… » Il s’approcha lentement de Lewis, un sourire sauvage aux lèvres. « Je vais t’emprunter nos petit ami ici présent » dit-il en indiquant du pouce, l’enfant dans les bras de Lewis. Il lui arracha des bras, malgré la faible résistance de Reagan. Le mioche se mit à chialer, énervant un peu Aloysius. « Allons, allons… Pas la peine de pleurer. Tu vas gentiment venir avec nous et ensuite tu pourras partir » Il tapota gauchement la tête du gamin, avant de reprendre son air sérieux et de s’adresser aux deux hommes à terre. « Maintenant que tout est clair, Adi tu vas te secouer et pousser ce bureau de sur Lewis et alors on pourra tranquillement partir d’ici. » Après un instant de silence il reprit, son sourire de nouveau en place sur son visage. « Et surtout, n’oubliez pas qui détient le gamin… Et l’arme ! »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Lun 15 Fév - 21:03

this is wargroupe #3

« On se voit dehors, Nine ! On se voit dehors ! »

On se voit dehors. Mais Nine n'a pas envie de le voir dehors. Nine a envie de le voir maintenant. Il a envie de l'avoir maintenant. Il ne veut pas penser à lui comme ça, il ne veut pas l'imaginer parti, il ne veut pas l'imaginer autrement qu'en vie et maintenant qu'il ne peut plus poser les yeux sur lui, ça fait un peu mal.
Mais il n'est pas fait pour avoir mal. Il est fait pour prendre des décisions. Il est fait pour être sur le champ de bataille. “ On va s'en sortir, ” dit-il, parce qu'il n'a pas le choix. Il a rendez-vous avec Seven dehors, après tout.
Les mots s'adressent moins à la jeune femme qu'à lui-même mais ce n'est pas très important. Il semble se souvenir de son existence quand elle lui aggripe le bras et l'aide à se relever, l'emmenant à sa suite dans ce couloir de la mort qui semble prêt à s'effondrer à chaque instant. Il entend des cris qui viennent des chambres à côté. Il y a des râles de douleur et de hurlements déchirants de désespoir. Il y a aussi trop de silences mortels. Nine préfère les ignorer.

Ils foncent vers une cage d'escalier. Elle n'a pas lâché son bras. Le monde s'écroule autour d'eux et Nine n'arrête pas de penser à Seven. On se voit dehors! On se voit dehors! On s'en sortira tous les quatre. Tous les cinq.
Il attire brusquement la jeune femme contre lui et un morceau de béton s'écrase là où elle se trouvait une seconde auparavant. “ Attention, ” dit-il avec un air un peu maladroit. Il lâche son bras et la pousse un peu sèchement dans les escaliers. Ils ne peuvent pas accéder à l'étage d'en dessous. Il y a des fils électriques qui pendent et qui crépitent et, aussi sûrement que l'électricité et le plastique fondu laissent une sale odeur dans l'air, Hannibal sent un long frisson remonter le long de sa colonne vertébrale. “ Restez derrière moi, ” dit-il en levant les mains, un froncement de sourcils suffisant pour se concentrer et, pendant un instant, rien qu'un instant, retenir l'électricité mortelle qui crépite dans l'air, inutile et sans cible. Il absorbe tout ce qu'il peut le temps que la jeune femme passe de l'autre côté et le temps de la rejoindre, puis ils se remettent à courir.
Encore un étage, encore un couloir, encore des cris. Toujours pas de dehors. Toujours pas de Seven. “ Vous savez où aller ensuite? ” demande-t-il, et son ton serait peut-être calme s'il ne se mettait pas à trembler de tout son corps, l'air nerveux, ses yeux trop clairs balayant les alentours avec une trop grande peur. Une peur indomptable. Où est-il?
Revenir en haut Aller en bas


avengers + avenge the world
avatar
MESSAGES : 387
it's a revolution, i suppose
avengers + avenge the world
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com/t2862-peter-spider-man
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Mer 17 Fév - 10:42
Ils continuent de progresser dans le couloir, Peter guettant le moindre bruit suspect, se concentrant plus sur le bâtiment que sur les êtres humains pouvant se trouver dans l’hôpital. La structure est faible, elle va s’effondrer, c’est un fait et il ne doit pas courir le risque de précipiter l’effondrement en marchant au mauvais endroit. Il intime l’infirmier à marcher dans ses pas pendant qu’il prend la tête avec May toujours sur son dos. C’est là qu’il l’entend, le clic si reconnaissable d’une arme à feu prête à tirer. Peter ralentit le pas approchant lentement du bout du couloir, l’air méfiant. Le jeune homme va pour s’annoncer lorsqu’il voit un gars derrière celui tenant le pistolet abattant un gros morceau de béton sur le crâne de l’homme qui en lâche son arme et s’effondre. Peter écarquille les yeux et dévisage l’individu. Psychopathe ne peut-il s’empêcher de penser. Il s’avance un peu plus avec l’infirmier pour s’apercevoir qu’il y a un troisième homme coincé par un bureau tenant un enfant dans ses bras. L’autre aux lunettes se baisse pour prendre l’arme et la pointe sur les deux du bureau. « Woh ! » Ne peut-il s’empêcher de s’exclamer. « On va se calmer. » Fait-il en tendant une main en avant pour essayer d’apaiser l’autre cinglé. Il ne peut pas se servir de ses toiles et il ne peut pas faire le malin non plus, il a May sur le dos et il est hors de question qu’il la mette en danger. « Sérieusement, mec ? » L’autre finit par diriger son arme sur l’homme blessé. Peter manque de bondir en arrière en voyant le canon du pistolet changer de cible. « BANG !!]« Ha ha ha !! Tu y as cru, hein ? » Ce mec est fou. « Je ne vais pas vous tuer ! Noooon ! J’ai encore mieux ! Je vais vous ramener à Jeremiah ! Hé hé ! Et c’est LUI, qui décidera de votre sort ! Bien, il est temps de réveiller notre ami Adi ! » Le dénommé Adi bouge lorsque le fou le pousse avec son pied à plusieurs reprises. Peter se sent démuni. Il ne sait pas ce qu’il doit faire, ni comment il doit anticiper ses actions. Tisser sa toile en essayant de ne pas se faire voir d’une seule personne est déjà compliqué alors maîtriser un malade mental devant quatre personnes, ce n’est que folie. Peter se mord l’intérieur de la joue, il espère que les Avengers ne sont pas loin. « Debout debout ! Il est temps pour nous de partir. Maintenant pour que vous me suiviez, je vais devoir vous forcer un peu la main. Et je crois que je sais parfaitement comment je vais m’y prendre… » Peter ne bouge pas et intime à l’infirmier de faire de même. De toute façon, le cinglé n’a rien à craindre d’eux, au pire ils peuvent servir d’otages. « Je vais t’emprunter nos petit ami ici présent. Allons, allons… Pas la peine de pleurer. Tu vas gentiment venir avec nous et ensuite tu pourras partir. Maintenant que tout est clair, Adi tu vas te secouer et pousser ce bureau de sur Lewis et alors on pourra tranquillement partir d’ici. Et surtout, n’oubliez pas qui détient le gamin… Et l’arme ! » Peter alterne entre le cinglé et le gamin, le mec coincé par le bureau et celui encore au sol. « Au lieu de t’en prendre à un gosse, t’as qu’à te servir de moi. Je suis le seul en bon état. » Oui parfait, joue au héros. Il est prêt à donner sa tante à un des mecs valides s’il peut empêcher le gamin d’avoir une vie traumatisée par la suite.

_________________
the concept of the mask
Tu dois offrir tes talents au monde, une fois que tu auras découvert comment les exploiter. Peter tu es mon héros. @oncleben ≈ the amazing spiderman©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Jeu 18 Fév - 13:34
This is war
Ft. Group 3
Adamska poussa un gémissement plaintif et ouvrit faiblement les yeux, les clignant plusieurs fois tout en essayant de retrouver ses esprits.
Qu'est ce qu'il venait de se passer ? Il se souvenait de Lewis qui avait es jambes coincées sous le bureau et qu'il avait essayé de le dégager avec l'aide d'Aloysius mais ensuite...

Sentant un liquide poisseux lui couler de l'arrière du crâne jusque dans le dos, il y leva lentement une main et poussa un nouveau grognement de douleur en sentant une vive douleur irradier de crâne. Il observa sa main tremblante et se sentit pâlir d'un coup en la voyant recouverte de sang.
Et merde... Ça lui revenait à présent. Il avait sentit le coup à l'arrière de sa tête au moment ou un groupe de personnes était arrivé à l'autre bout du couloir. Il les avait braqué avec son flingue et... « Debout debout ! Il est temps pour nous de partir » Il sentit des coups de pieds contre ses côtes et se reconcentra sur ce qu'il se passait autour de lui, sentant sa rage remonter d'un cran en entendant la voix d'Aloysius. « Maintenant pour que vous me suiviez, je vais devoir vous forcer un peu la main. Et je crois que je sais parfaitement comment je vais m’y prendre… » Le journaliste parvint à relever faiblement la tête pour observer ce qu'il se passait et sentit son cœur manquer un battement en voyant le Watcher se rapprocher de Lewis, son flingue à la main. « Je vais t’emprunter nos petit ami ici présent » Le psychopathe arracha le gamin des bras de Lewis alors qu'Adamska tentait de se relever péniblement, sa tête commençant à tourner alors qu'il s'arrachait au sol en s'appuyant sur ses bras.
« Allons, allons… Pas la peine de pleurer. Tu vas gentiment venir avec nous et ensuite tu pourras partir » Le journaliste finit par se redresser, restant agenouillé, le souffle court et sa tête le lançant atrocement. Qu'est ce qu'il avait pu être con... Comment est ce qu'il avait pu croire qu'Aloysius les aiderait sans rien tenter contre eux ? Il aurait mieux fait de le laisser cramer.

« Maintenant que tout est clair, Adi tu vas te secouer et pousser ce bureau de sur Lewis et alors on pourra tranquillement partir d’ici. » La voix du taré le fit relever la tête et il serra la mâchoire face au sourire qu'il affichait sur son visage. « Et surtout, n’oubliez pas qui détient le gamin… Et l’arme ! » Il secoua ensuite lentement la tête, essayant de se remettre les idées en place et cracha un « J'te butterai Aloysius. J'te jure que j'te butterai. » D'une voix faible. Il ne pouvait rien tenter pour le moment, il était bien trop faible pour ça et en plus ce malade avait un gamin en otage. Mais il finirait par le tuer. Peut importe combien de temps ça prendrait.

Une autre voix -qu'il ne connaissait pas- se fit entendre et Adam tourna son regard dans sa direction pour apercevoir un jeune avec une petite vieille sur le dos. « Au lieu de t’en prendre à un gosse, t’as qu’à te servir de moi. Je suis le seul en bon état. » A quoi il jouait lui ? Aloysius n'était pas du genre à discuter. Il serait même foutu de lui mettre une balle dans la tête juste parce qu'il avait osé l'interpeller.

Adamska parvint finalement, après un effort incommensurable, à se relever mais s'appuya l'épaule contre le mur le plus proche pour ne pas retomber au sol avant d'interpeller Aloysius d'une voix la plus forte possible malgré son état. « Tu veux qu'on te suive jusqu'à la sortie ? » Il poussa un nouveau gémissement de douleur mais parvint à se reprendre rapidement. « Libères le gosse et on fera tout ce que tu voudras. » Il savait pertinemment qu'il n’accepterait jamais de libérer le gamin mais tout ce qu'il voulait c'était gagner du temps. Occuper Aloysius assez longtemps pour pouvoir se concentrer sur les flammes qui brûlaient non loin et les utiliser sur le Watcher. Il savait qu'il était trop faible pour les contrôler convenablement et que le gosse risquerait d'être touché mais c'était un risque qu'il était prêt à prendre.


by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


Purifiers + set them on fire
avatar
MESSAGES : 183
it's a revolution, i suppose
Purifiers + set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Jeu 18 Fév - 15:37
« Au lieu de t’en prendre à un gosse, t’as qu’à te servir de moi. Je suis le seul en bon état ». Aloysius poussa un grognement, se raidit et tapa légèrement du pied alors qu’un tic nerveux agitait sa paupière en entendant une personne s’adresser à lui derrière lui. « C’est quand même fou ça ! Même pendant une catastrophe on trouve toujours des empêcheurs de tourner en rond » dit-il dans ce qu’il pensait être un murmure. « Tu veux qu'on te suive jusqu'à la sortie ? » Il tourna la tête vers Adamska qui lui adressait cette fois la parole. « Libères le gosse et on fera tout ce que tu voudras. » Aloysius lui lanca un regard incrédule avant de s’esclaffer. « Ha ha ha ha ! Oh la ! Franchement Adi, un de ces jours tu vas me tuer ! Mais je pense qu’en ce moment ça ne te gênerait pas trop, hein ? Pfiou ! J’en ai mal aux côtes ! Mais sérieusement, dans quel monde tu crois vivre ? » dit-il en redevenant soudainement sérieux. « Arrête de vivre dans un rêve, tout le monde n’est pas tout beau et tout gentil. Alors ramène-toi là ! » aboya-t-il. L’enfant dans ses bras gémit légèrement au haussement de sa voix et des larmes coulèrent sur ses joues. « Je ne pas vraiment envie de t’avoir derrière moi alors que tu as les mains libres ! » Il regarda l’autre homme s’approcher de lui avec difficulté. Quand il fut à côté de lui il pencha légèrement la tête vers le côté et parla à Adamska d’un ton menaçant. « Ne crois pas une seule seconde que je n’ai pas remarqué ton petit manège. Alors sois un gentil garçon, Adi, et ne fais rien qui pourrait envenimer la situation. On s’est bien compris ? » Seul un hochement de tête lui répondit. « Bien… » dit-il en faisant traîner la dernière syllabe. « En voilà un bon garçon. »

Aloysius se retourna tout sourire vers la personne qui lui avait adressé la parole quelques instants auparavant. « À nous maintenant. » Il observa les personnes qui lui faisaient face. Deux jeunes garçons et une vieille dame. Pas une grande menace alors. « N’allons pas jouer aux héros, jeunes gens. » Il laissa trainer un petit moment de silence avant de reprendre. « Après tout vous avez votre grand-mère à vous occuper. » Le jeune homme avec la vieille dame lui rétorqua aussitôt. « Ma tante… » Et le masque d’Aloysius se fissura un peu lorsqu’il continua « Peu importe !! » dit-il en secouant la tête et fermant les yeux, sa voix partant légèrement dans les aigus, comme hystérique. Il prit quelques secondes pour se calmer, soufflant un bon coup et se passant la main droite, celle tenant le pistolet, dans les cheveux pour les remettre en place. Après quelques instant il releva la tête, tout sourire et reprit la parole, ignorant les regards éberlués de ses interlocuteurs. « Il ne faudrait pas qu’il lui arrive malheur alors que vous prenez le temps de sauver la veuve et l’orphelin, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Sam 20 Fév - 18:37



groupe #3

Andrew, Winter, Hannibal, Peter, Lewis, Jemma,
Aloysius, Adamska, Anya, Phil
contexte
Tout l'hôpital tremble mais il est enfin sorti de sous sa prison. Son bras lui fait un mal de chien et il voit du sang, beaucoup trop de sang, il le sait. Il n'a pas le temps de s'en occuper qu'un autre tremblement se fait sentir et il sent la chute. Il ne sait pas comment mais il se retrouve dans une... toile d’araignée. Ses clignent pendant quelques instants. Spiderman ? Il ne le voit nulle part mais est assez content qu'il les ai sauvé. Il tourne son regard vers Peter qui lui pose une question mais il n'entend rien avec le capharnaüm qui les entoure et son coeur qui cogne douloureusement à ses tympans. L'infirmier se concentre sur son bras pendant que le jeune homme se rapproche de sa tante. Il déchire un morceau de son t-shirt et fait un garrot maladroit au dessus de sa blessure. Il appuie et le saignement se calme, sûrement assez pour qu'il bouge et sorte de là. Il remercie le ciel de ne pas avoir été touché aux jambes.


« On va aller par là-bas. » Fait Peter en désignant le couloir délabré. « On va bien finir par tomber sur une sortie de secours. On ne peut pas rester ici plus longtemps on ne sait jamais. » Andrew acquiesce et s'aide de son bras valide afin de rejoindre le jeune homme qui a sa tante sur son dos. L'infirmier s'étonne de le voir si à l'aise pour bouger avec un poids mort. Mais il n'y fait pas plus attention. Ce n'est pas vraiment le moment. La voix de son vis-à-vis se fait à nouveau entendre. « Vous qui connaissez bien l’hôpital, vous ne savez pas s’il y a un escalier dans le coin ? » Andrew rassemble ses esprits et essaye de se souvenir où ils sont. Il commence à marcher et indique un chemin au jeune homme qui le suit sans hésitation. Il lui emboîte le pas avant de prendre la parole. « Si l'on continue par là on devrait tomber sur l'entrée de l'hôpital. Ce n'est pas loin. » Il espère que la direction qu'il indique ne sera pas bloquée...

Peter lui dit de marcher dans ses pas. Le Richardson ne réfléchit pas et s'exécute. L'immeuble est prêt à s'effondre, on l'entend craquer, presque comme un cri qui annonce la fin et cela effraie l'infirmier bien plus qu'il ne le montre. Son bras valide tient l'autre d'une poigne ferme afin d'essayer de contenir le sang qui continue de s'écouler le long de sa plaie. L'adrénaline de la situation l'empêche de se concentrer sur la douleur vive qu'il ressent mais il sait que, bientôt, il ne pourra plus suivre le rythme du jeune homme. Il espère vivement arriver à une sortie.

Peter ralentit le pas d'un coup et Andrew, quoiqu'intrigué, en est soulagé. Il en profite pour reprendre son souffle et essaye de se pencher afin de voir ce qui a ralenti le pas du jeune homme. L'exclamation du brun ne le rassure pas et là, il les voit. Il y a trois hommes et l'un, celui a lunettes a une arme à feu et menace les deux autres. Bordel de merde... Il ne se rend pas compte que l'immeuble va s'effondrer sur eux et qu'ils n'ont vraiment pas le temps pour des scènes dramaqueen ? Peter tend une main vers l'avant afin d'essayer d'apaiser le cinglé. « On va se calmer. » Mouais... Pas sûr que ça marche vu l'air de malade mental que le mec à lunettes affiche. Celui-ci dirige son arme vers l'homme blessé et Andrew sent son coeur s'accélérer. « BANG !! Ha ha ha !! Tu y as cru, hein ? » Un sursaut échappe à Andrew face à l'exclamation qui resserre sa prise sur son bras. Putain... Il n'est qu'un petit infirmier de rien du tout. Il ne devrait pas se retrouver dans ce genre de situation. Bordel de merde, mais c'est qui ce mec ?!

Le cinglé se lance dans un putain de discours, disant qu'il ne va pas les tuer. Ouais, bonne nouvelle, merci bien. Il se dirige vers le dénommé Adi qui commence à bouger face aux poussées du pied qu'il subit. « Debout debout ! Il est temps pour nous de partir. Maintenant pour que vous me suiviez, je vais devoir vous forcer un peu la main. Et je crois que je sais parfaitement comment je vais m’y prendre…  Je vais t’emprunter nos petit ami ici présent. Allons, allons… Pas la peine de pleurer. Tu vas gentiment venir avec nous et ensuite tu pourras partir. Maintenant que tout est clair, Adi tu vas te secouer et pousser ce bureau de sur Lewis et alors on pourra tranquillement partir d’ici. Et surtout, n’oubliez pas qui détient le gamin… Et l’arme ! » Le malade mental attrape le gamin que protégeait le certain Lewis et braque l'arme à feu sur lui, menaçant. Andrew se retient d'intervenir et Peter lui intime de ne pas bouger. Il se sait inutile mais cela est encore plus rageant face à cette situation. Ses dents et ses poings se serrent. Sa tête lui tourne affreusement. Il se rapproche doucement d'un meuble encore en état et s'y appuie dessus.

« Au lieu de t’en prendre à un gosse, t’as qu’à te servir de moi. Je suis le seul en bon état. » La voix de Peter se fait entendre et Andrew écarquille les yeux. Il tourne son visage vers l'étudiant et chuchote. « Bordel, Peter, qu'est-ce qui vous prend ?! » Il sait que sa voix doit paraître pathétique mais, franchement, il s'en fout complètement. Il ne peut pas laisser un jeune homme gâcher sa vie comme ça. Alors il se relève et fait un pas vers le malade. Il est prêt à se désigner comme volontaire à sa place s'il le faut. Il aura des arguments. Il est blessé, il ne va pas se défendre. Mais le Adi en question se relève contre le mur et prend la parole. « Tu veux qu'on te suive jusqu'à la sortie ? » Il pousse un nouveau gémissement de douleur. « Libères le gosse et on fera tout ce que tu voudras. » Les yeux d'Andrew passe du blessé et cinglé et il voit dans ses yeux le grain de folie qui fait dire à l'infirmier qu'il n'acceptera jamais de libérer le gamin. Jamais.

Le rire hystérique de l'homme fait serrer les poings à Andrew et il se retient de balancer une parole acerbe. Ils n'ont pas le temps pour ses conneries ! Ils doivent sortir d'ici au plus vite. Très vite, l'homme à lunettes devient sérieux et menace Adi. Ce mec n'est pas seulement cinglé, il est aussi dangereux, violent. Sa haine est si forte pour Adi et Lewis que ça en est effrayant. Ce sourire de façade...

Et puis, d'un coup, l'homme se tourne vers eux, son prénom est Aloysius s'il se souvient bien des paroles d'Adi. « À nous maintenant. » Il les observe avant de reprendre la parole. « N’allons pas jouer aux héros, jeunes gens. » Il laisse trainer un petit moment de silence avant de reprendre. « Après tout vous avez votre grand-mère à vous occuper. » Peter lui rétorqua aussitôt. « Ma tante… » Le masque souriant de l'homme se fissure d'un coup et coupe l'étudiant dans sa phrase, hurlant. « Peu importe !! » dit-il en secouant la tête et fermant les yeux, sa voix partant légèrement dans les aigus, comme hystérique. Pendant quelques secondes, il respire rapidement la mâchoire serré avant de passer la main tremblante qui tient l'arme dans ses cheveux afin de les remettre en place. Il finit par relever la tête, tout sourire, comme si rien ne s'était passé, comme s'il ne venait pas un peu plus de péter un câble. Le sourire factice reste sur ses lèvres, mais c'est trop tard. Andrew a vu son vrai visage. Aloyisus reprend la parole, ignorant leurs regards éberlués et effrayés posés sur lui.  « Il ne faudrait pas qu’il lui arrive malheur alors que vous prenez le temps de sauver la veuve et l’orphelin, n’est-ce pas ? » La menace est palpable, bien réel. Andrew jette un regard effrayé vers l'étudiant, lui intimant en silence de rester tranquille.

L'infirmier sait qu'il ne peut rien faire. Mais il peut toujours servir de distraction, d'appât pendant que les deux autres hommes trouvent une solution. Se redressant, il finit par prendre la parole. « Vous savez, Lewis et... » il bute sur le prénom de l'autre homme car il sait que ce n'est qu'un surnom ridicule, « Adi ne pourront pas vous suivre s'ils ne peuvent pas marcher. » Il garde une voix calme, apaisante, et ne bouge pas de là où il est. C'est presque comme être face à une bête sauvage : pas de paroles fortes, pas de gestes brusques, rester calme et surveiller chaque mouvement de la bête. « Il serait peut-être plus sage que je panse un peu leurs blessures afin qu'il puisse vous suivre. L'un deux a même l'air prêt à s'évanouir à tout instant et je ne pense pas que vous pourrez trainer deux corps. » Bordel, faîtes que les autres pensent à un plan car avoir l'attention de ce malade sur soi n'est vraiment pas agréable. « Je suis infirmier et je pourrais vous aider, si vous le souhaitez. » Gagner du temps, juste un peu plus de temps...

THE NEW AGE
Revenir en haut Aller en bas


Purifiers + set them on fire
avatar
MESSAGES : 183
it's a revolution, i suppose
Purifiers + set them on fire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Sam 20 Fév - 19:50
Aloysius voit les eux jeunes s’échanger un regard après ses paroles. Il ne peut que savourer l’inquiétude, voire même la peur sur leurs visages et dans leurs yeux. Ce sentiment est vraiment unique, il peut ressentir l’euphorie que cette situation lui procure au plus profond de lui-même. Il va vraiment falloir qu’il demande à Jeremiah à participer à plus de missions sur le terrain. Il apprécie beaucoup trop ça pour ne pas continuer. Ça deviendrait presque comme une drogue. Il reprend pied avec la réalité quand le second jeune homme, celui avec un bras en écharpe et qui était resté silencieux, prend la parole. « Vous savez, Lewis et... » Aloysius le laisse continuer, penchant sa tête sur le côté dans un geste interrogateur. « Adi ne pourront pas vous suivre s'ils ne peuvent pas marcher. » Le garçon est complètement paralysé, comme si il avait peur de le brusquer et de déclencher une attaque de sa part. Cela fait sourire Aloysius encore plus fort, à un tel point que ses joues commencent à le lancer, mais il ne peut pas s’en empêcher, c’est bien trop amusant. « Il serait peut-être plus sage que je panse un peu leurs blessures afin qu'il puisse vous suivre. L'un deux a même l'air prêt à s'évanouir à tout instant et je ne pense pas que vous pourrez trainer deux corps. Je suis infirmier et je pourrais vous aider, si vous le souhaitez. »

Cette fois il a l’air d’avoir fini son petit speech, et Aloysius ne peut pas s’empêcher d’exploser de rire. « Pfff... Pfff… Ha ha ha ha !!! » Des larmes se mettent à couler de ses yeux tant il rit. Dans un geste pour se contenir, la main qui tient le pistolet vient se placer devant sa bouche. Seulement son corps tremble tellement de rire que son doigt dérape et la détente est pressée surprenant tout le monde et les faisant sursauter. Une balle est tirée et file droit dans le mur sur la gauche. Après quelques secondes de silence durant lesquelles le regard surpris d’Aloysius passe du trou dans le mur causé par la balle au pistolet dans sa main, il lâche un léger rire. « Désolé ! Il semblerait que mon doigt ait dérapé ! Bon sinon… On disait…? Ah oui ! » Il s’approcha joyeusement du gamin au bras en écharpe, trainant l’enfant avec lui. Le garçon eut un mouvement de recule mais Alosius fût plus rapide et en une enjambée il était devant lui, lui tapotant la joue. « C’est vraiment mignon cette envie d’aider les gens. Mais j’ai bien peur que nous ne devions nous passer de tes services mon grand. ». Il se retourna vers Adamska, passant son bras gauche autour des épaules du garçon. « Tu as entendu ça, Adi. Il veut vous soigner. Les adultes ont beau dire, vous les jeunes vous êtes extraordinaires. » Son ton se fit un peu plus sérieux alors qu’il se replaçait aux côté d’un Adamska toujours en mauvais état. « Aussi drôle que je puisse trouver toute cette situation, toutes les bonnes choses ont une fin… » Son sourire se transforma en moue boudeuse sur la fin de sa phrase. « J’ai bien peur que nos chemins doivent se séparer maintenant. Allez donc trouver la sortie toi, ton ami et sa… tante » dit-il en faisant un vague geste de la main vers la vieille dame. « Pendant ce temps, moi et mes très chers compagnons continueront tranquillement à vaquer à nos occupations sans gêner personne. »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar
it's a revolution, i suppose
Invité
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Sam 20 Fév - 20:35
This is war
Ft. Group 3
Adamska avait à peine écouté Aloysius déblatérer ses conneries. D'une part parce que son crâne le lançait de plus en plus atrocement, d'autre part parce que ce type était complètement allumé.
Évidemment qu'il n'allait pas relâcher le gamin. C'était sûr, mais ça avait donné assez de temps au journaliste pour se concentrer sur les flammes non loin et à la moindre ouverture il n'hésiterait pas à les utiliser sur le Watcher.

L'un des jeunes qui venaient d'arriver prit la parole, faisant relever ses yeux à Adamska vers le petit groupe. Putain... Il fallait vraiment qu'ils jouent les héros. Ce type était cinglé, avait un gosse en otage, était armé et ils essayaient de négocier avec lui ? Ça n'allait pas fonctionner...
« Vous savez, Lewis et... » Adamska tourna un regard torve vers le jeune. « Adi ne pourront pas vous suivre s'ils ne peuvent pas marcher. » Même en restant aussi calme ça ne changerait rien. Aloysius n'était pas disposé à négocier. Et si ce jeune le poussait à bout il n'hésiterait pas à lui mettre une balle dans la tête.
Le journaliste continuait d'observer le Watcher, guettant chaque baisse d'attention qui pourrait lui servir. Si seulement il pouvait craquer et abattre le jeune... Ce serait horrible, bien sûr, mais ça donnerait une ouverture au pyrokinésiste pour le cramer. « Il serait peut-être plus sage que je panse un peu leurs blessures afin qu'il puisse vous suivre. L'un deux a même l'air prêt à s'évanouir à tout instant et je ne pense pas que vous pourrez traîner deux corps. » Le reporter hocha faiblement la tête. C'est vrai que ça n'était pas une mauvaise idée ça... Finalement ce serait mieux qu'il ne se prenne pas une balle. « Je suis infirmier et je pourrais vous aider, si vous le souhaitez. »  

Adamska se retourna vers Aloysius mais baissa la tête tout en fermant les yeux, essayant de contrôler sa douleur alors qu'il éclatait de rire. Putain de taré...
Une détonation le fit sursauter et il reporta son attention sur le Watcher. Est ce que ce malade venait vraiment de manquer de se mettre une balle ? Il était sérieux là ?
« Désolé ! Il semblerait que mon doigt ait dérapé ! Bon sinon… On disait…? Ah oui ! » Adam serra le poing en le voyant se rapprocher de l'infirmier et lui tapoter doucement la joue. « C’est vraiment mignon cette envie d’aider les gens. Mais j’ai bien peur que nous ne devions nous passer de tes services mon grand. » Il se retourna vers Adamska, passant son bras gauche autour des épaules du garçon alors que le journaliste le toisait d'un air mauvais. « Tu as entendu ça, Adi. Il veut vous soigner. Les adultes ont beau dire, vous les jeunes vous êtes extraordinaires. » Il finit par relâcher le jeune et se redirigea vers Adamska qui s'appuya un peu plus contre le mur pour garder l'équilibre. « Aussi drôle que je puisse trouver toute cette situation, toutes les bonnes choses ont une fin… » Ce type était complètement à côté de la plaque. Comment est ce qu'il pouvait s'amuser d'une telle situation ? « J’ai bien peur que nos chemins doivent se séparer maintenant. Allez donc trouver la sortie toi, ton ami et sa… tante » Parce qu'il les laissait partir maintenant ? « Pendant ce temps, moi et mes très chers compagnons continueront tranquillement à vaquer à nos occupations sans gêner personne. » Adamska ferma un instant les yeux, poussant un grognement tout en se redressant. C'en était assez.

Gardant son épaule appuyée contre le mur, il s'avança de quelques pas vers Aloysius, ne le lâchant pas du regard et reprit la parole, crachant un « Va te faire foutre Al'. » Il voulait jouer au cinglé ? Ils allaient être deux alors...
Prenant le contrôle des flammes, il les attira jusqu'à lui, en recouvrant son bras valide -l'autre étant toujours appuyé contre le mur- et le pointa vers le Watcher tout en reprenant d'une voix forte malgré sa tête qui le lançait atrocement. « Tu veux t'en tirer vivant non ? Alors libère le gosse et fous le camp. Si tu restes, j'hésiterai pas à te cramer avec lui. » Il poussa un faible grognement, secouant la tête pour rester concentrer malgré la douleur. « A toi de voir espèce de taré. » Qu'il esquisse un mouvement, un seul et il le ferai brûler vif, gamin ou pas.
Est ce qu'il serait capable de vivre avec ça sur la conscience ? Il n'en savait rien, mais c'était un risque qu'il était prêt à prendre.


by Epilucial



Revenir en haut Aller en bas


pnj + marvels and wonders
avatar
MESSAGES : 1315
it's a revolution, i suppose
pnj + marvels and wonders
Voir le profil de l'utilisateur http://www.age-of-heroes.com
MessageSujet: Re: GROUPE #3 → this is war.   Dim 21 Fév - 19:36
La suite, c'est ici ! :hé:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
it's a revolution, i suppose
Revenir en haut Aller en bas
 

GROUPE #3 → this is war.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]
» Jarome Iginla joint un groupe sélect
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE NEW AGE :: PARTY HARD :: ALL THINGS COME TO AN END :: archives :: les rps terminés-